Search

Your search for 'dc_creator:( "Holt, P.M." ) OR dc_contributor:( "Holt, P.M." )' returned 113 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Barābra

(491 words)

Author(s): Holt, P. M.
(pour Barābira; sing. Barbar), Musulmans qui parlent le nubien et vivent sur les rives du Nil entre la première et la troisième Cataractes. Le terme comprend les Kunūz, les Sukkūt et les Maḥas. Le nom de Barābra n’est pas usité par ces populations pour se désigner elles-mêmes, et Lane (1, 177, col. 3) affirme que c’est une application tardive et moderne du terme employé par des auteurs plus anciens pour désigner les Berbères du Mag̲h̲rib. Les Danāḳla [ q.v.] qui vivent au-dessus de la troisième Cataracte, sont linguistiquement et physiquement proches des Kunūz, mais ne se…

Muḥammad Abū l-Ḏh̲ahab

(566 words)

Author(s): Holt, P.M.
, bey mamlūk, du groupe des Ḳāzdug̲h̲liyya [ q.v.]. Il était entré dans la maison du bulut ḳāpān ʿAlī Bey al-Kabīr [ q.v.] en 1174/1760-1 au plus tard et était rapidement devenu son trésorier ( k̲h̲āzindār). En 1178/1764-5, à son retour du pèlerinage avec son maître, il fut émancipé et élevé au beylicat; il gagna son sobriquet en distribuant largement des pièces d’or lors de sa nomination. Sa carrière connut désormais deux périodes: jusqu’en 1185/1771, il fut le principal lieutenant de ʿAlī Bey et commanda trois importantes expéd…

Fāzūghlī

(198 words)

Author(s): Holt, P. M.
, région du cours supérieur du Nil bleu, dans la république actuelle du Soudan, et près de la frontière de l’Éthiopie. Son importance historique n’est due qu’à la présence d’or dans les alluvions. Le souverain ( makk) du Fāzūg̲h̲lī était un vassal du sultan Fund̲j̲ [ q.v.] de Sinnār, et portait le couvre-chef orné de cornes ( taḳiyya umm ḳarnayn) comme insigne de son rang. Cet usage survécut longtemps à la chute du sultanat Fund̲j̲ (cf. A. W. M. Disney, The coronation of the Fung king of Fazog̲h̲li, dans Sudan notes and records, XXVI/1, Khartoum 1945, 37-42, qui décrit l’investiture d’un makk e…

Darb al-Arbaʿīn

(410 words)

Author(s): Holt, P.M.
, l’une des principales routes reliant le bilād al-Sūdān avec le Nord, et qui doit son nom aux quarante jours de voyage nécessaires pour la suivre. W. G. Browne, le seul Européen à ¶ l’avoir faite entièrement (en 1793), mit 58 jours pour se rendre d’Asyūṭ à « Sweini » (al-Suwayna), près de son terminus méridional. En 1803, Muḥammad ʿUmar al-Tūnusī couvrit la même distance en 60 jours. Partant d’Asyūt, la route se dirigeait vers l’oasis de Ḵh̲ārd̲j̲a, poste avancé de l’Égypte ottomane. De là, elle continuait à travers le désert …

al-Fās̲h̲ir

(437 words)

Author(s): Capot-Rey, R. | Holt, P. M.
(el-Facher), capitale du Dār Fūr [ q.v.], autrefois sultanat et maintenant province de la République du Soudan. Le terme fās̲h̲ir, désignant une résidence royale, s’appliquait plus précisément à un espace ouvert servant aux audiences publiques d’un sultan ou une place de marché, et était également employé au Sinnār sous les Fund̲j̲ [ q.v.] et au Waddāy, où wara apparaît avec le même sens (voir J. L. Burckhardt, Travels in Nubia, Londres 1819, 486). Le fās̲h̲ir du sultan fùrâwî fut établi en 1206/ 1791-2 à Wādī Tandaltī sur une colline de sable dominant un lac saisonni…

Ḳānṣawḥ al-G̲h̲awrī

(1,696 words)

Author(s): Holt, P.M.
(transcrit habituellement, mais d’une façon incorrecte, Ḳānṣūḥ al-G̲h̲ūrī). avant-dernier sultan mamlūk d’Égypte. Circassien d’origine et mamlūk du sultan Ḳāʾitbāy, il fut formé à l’école militaire ( ṭabaḳa) d’al-G̲h̲awr, d’où sa nisba. Il devint gouverneur ( kās̲h̲if) de Haute-Égypte-en 886/1481-2, puis amīr de Dix en 889/1484 et il prit part aux opérations contre les Ottomans à la frontière syro-cilicienne alors qu’il avait la charge, comme nāʾib, de l’administration de Ṭarsūs. En rabīʿ II 894/mars-avril 1489, il fut nommé grand-chambellan ( ḥād̲j̲ib al-ḥud̲j̲d̲j̲āb) d’Al…

K̲h̲āʾir Beg

(609 words)

Author(s): Holt, P.M.
(Ḵh̲āyir ou Ḵh̲ayr Bcy), dernier gouverneur mamlūk d’Alep, puis premier vice-roi ottoman d’Égypte. Fils d’un Abaza musulman, Malbāy b. ʿAbd Allāh al-Ḏj̲arkasī ( sic), qui était négociant en mamlūks circassiens, il naquit à Samsun (sur la côte de la Mer Noire dans l’Empire Ottoman), et son père le présenta, mais non comme esclave, avec ses quatre frères au Sultan mamlūk al-As̲h̲raf Ḳāʾit Bāy [ q.v.]. Il fut enrôlé dans les Mamlūks royaux, et fut officiellement «émancipé» par l’octroi d’un destrier et d’un uniforme. Il devint un amīr de Dix en 901/1495-6, et par la suite un amīr ṭablk̲h̲āna;

al-Fayyūm

(633 words)

Author(s): Holt, P. M.
, région géographique d’Égypte qui forme aujourd’hui, comme généralement dans le passé, une province administrative. Le Fayyūm, dont le nom vient du copte Phiom («la mer»), est une dépression en gros triangulaire d’environ 56 km. du Nord au Sud et 80 de l’Est à l’Ouest, située en moyenne Égypte, dans le désert libyen, à l’Est de la vallée du Nil. Les escarpements qui séparent le Fayyūm de la vallée du fleuve sont ouverts en un point par où passe un courant dérivé du Nil près d’Asyūṭ. Maintenant connu sous le nom de Ba…

al-Mustanṣir

(657 words)

Author(s): Holt, P.M.
(II) bi-llāh, Abū l-Ḳāsim Aḥmad b. al-Ẓāhir Muḥammad, premier calife ʿabbāside «fantoche» du Caire. Lors de la prise de Bag̲h̲dād par les Mongols (656/1258), il fut, avec un certain nombre d’autres ʿAbbāsides, libéré de prison, et il se réfugia au sein des tribus arabes du ʿIrāḳ. Un groupe d’Arabes le conduisirent au Caire, où il fut reçu avec tous les honneurs par le sultan al-Ẓāhir Baybars [ q.v.] le 9 rad̲j̲ab 659/9 juin 1261. Quatre jours plus tard, son identité fut confirmée formellement par le grand- ḳāḍī, qui lui accorda la bayʿa, suivi par le sultan, les dignitaires et l’ensem…

Fallāta

(310 words)

Author(s): Holt, P.M.
, terme qui s’applique strictement aux Fulānī [ q.v.], mais est employé couramment au Soudan nilotique pour désigner les immigrants musulmans venant du Bilād al-Sūdān occidental et en particulier ceux qui sont originaires de la Nigéria du Nord. Ce terme a supplanté en grande partie le nom plus ancien de Takārīr ou Takārna (dont l’application est également peu précise), probablement à la suite des conquêtes des Fulānī sous le commandement de ʿUt̲h̲mān dan Fodio. Les immigrants Takārīr/Fallāta comprennent tout d’abord det pèlerins se rendant à la M…

Baḥr al-G̲h̲azāl

(1,326 words)

Author(s): Holt, P. M.
1. — Affluent du Baḥr al-Ḏj̲abal (Nil Blanc supérieur), formant une voie d’issue à une vaste étendue marécageuse. Les marécages sont alimentés par de nombreuses rivières (par ex. le Tond̲j̲, le Ḏj̲ūr) prenant leur source dans la ligne de partage des eaux Nil-Congo, et par le Baḥr al-ʿArab qui forme la limite méridionale du nomadisme des Baḳḳāra [ q.v.]. Le cours du Baḥr al-G̲h̲azāl a 230 km. de long, de Mas̲h̲raʿ al-Rīk (on donne à ce nom une origine et une orthographe variables) à son confluent avec le Baḥr al-Ḏj̲abal dans le lac No, dans lequel il se…

Berber

(811 words)

Author(s): Holt, P.M.
, (Barbar): 1.—Territoire tribal.— Ā l’origine, le nom désignait le territoire des Mīrafāb (Mayrafāb), tribu arabophone se prétendant parente des Ḏj̲acliyīn. Il s’étendait sur les deux rives du Nil, de la V° cataracte (18° 23ʹ de lat. Nord) au ʿAtbarā. Les Mīrafāb comprenaient à la fois des cultivateurs riverains et des semi-nomades. Le chef ( makk) était vassal du sultan fund̲j̲ de Sinnār. A la mort d’un makk, le sultan nommait son successeur dans la ¶ famille dirigeante de Timsāḥ. Il levait aussi, tous les quatre ou cinq ans, un tribut d’or, de chevaux et de chameaux…

Awlādal-Balad

(356 words)

Author(s): Holt, P.M.
, nom donné, dans l’empire soudanais du Mahdī (1881-98), à un certain nombre de personnes appartenant à des tribus de la rive Nord du Nil, parmi lesquelles le groupe des Danāḳla et celui des Ḏj̲aʿliyyīn étaient les plus importants. De nombreux awlād al-balad habitaient, temporairement ou d’une façon permanente, loin des terres de leurs tribus sur le Nil Blanc. Les Danāḳla étaient des constructeurs de bateaux et des marins, surtout sur le Nil Blanc; ils jouaient aussi, en même temps que les Ḏj̲aʿliyyīn, un rôle important comme commerçant…

Hawwāra

(5,231 words)

Author(s): Lewicki, T. | Holt, P. M.
(également Huwwāra; actuellement Howwāra ou Hewwāra), nom d’une peuplade berbère. En laissant de côté des légendes qui lui attribuent une origine yéménite, nous devons reconnaître que les anciens auteurs arabes ne sont pas d’accord sur la place qu’elle occupe dans la famille berbère. Le géographe musulman al-Iṣṭak̲h̲rī (340/951) la considère comme appartenant à la branche berbère des Butr, tandis que la plupart des généalogistes berbères et arabes, dont on trouve les opinions citées dans l’ Histoire des Berbères d’Ibn Ḵh̲aldūn (VIIIe/XIVe s.), la tiennent pour une tribu fai…

al-Mustaʿīn

(495 words)

Author(s): Holt, P.M.
(II) bi-llāh, Abū l-Faḍl al-ʿAbbās, dixième calife ʿabbāside fantoche en Égypte. Fils d’al-Mutawakkil (Ier) Muḥammad et d’une concubine turque, Bāy Ḵh̲ātūn, il succéda à son père le 1er s̲h̲aʿbān 808/22 janvier 1406. Alors qu’il accompagnait le sultan al-Nāṣir Farad̲j̲ [ q.v.] dans son expédition contre les amīrs rebelles, S̲h̲ayk̲h̲ al-Maḥmūdī (gouverneur d’Alep) et Nawrūz al-Ḥāfiẓī (gouverneur de Tripoli), il tomba entre leurs mains lors de la défaite du sultan à al-Lad̲j̲d̲j̲ūn le 13 muḥarram 815/25 avril 1412. L’anarchie régnait pratiqu…

Omdurman

(841 words)

Author(s): Holt, P.M.
(Umm Durmān), ville située sur la rive occidentale du Nil, au confluent du Nil Bleu et du Nil Blanc (lat. 15°38’ N., long. 32°30’ E.), formant actuellement avec Ḵh̲artoum (al-Ḵh̲urṭūm [ q.v.]) et Khartoum Nord la plus grosse agglomération urbaine de la République du Soudan. L’étymologie du nom est inconnue, bien que plusieurs explications fantaisistes en aient été données. Omdurman apparaît dans l’histoire comme le village d’un saint homme, Ḥamad b. Muḥammad al-Mas̲h̲yak̲h̲rī, connu sous le nom de Wad (c’est-à-dire Walad) Umm Maryūm (1055-1142/1645-1729) (voir Ibn Ḍayf Allāh, Kitāb…

al-Mahdiyya

(6,086 words)

Author(s): Holt, P. M.
, mouvement lancé en 1881 au Soudan égyptien, par Muḥammad Aḥmad b. ʿAbd Allāh (Muḥammad al-Mahdī) et visant à réformer l’Islam. Il eut dès le début un caractère politique et révolutionnaire, car il était dirigé contre le régime turco-égyptien ( al-Turkiyya) qu’il renversa en créant un État territorial. Sous le successeur du Mahdī, le k̲h̲alīfa ʿAbd Allāh [voir ʿAbd Allāh b. Muḥammad al-Taʿāʾishi et Ḵh̲alīfa IV], celui-ci devint essentiellement une monarchie islamique traditionnelle à laquelle mit fin la reconquête anglo-égyptienne (1896-8). 1. — Antécédents mahdistes. Seul un p…

K̲h̲us̲h̲ḳadam

(933 words)

Author(s): Holt, P. M.
, al-Malik al-Ẓāhir Abū Saʿīd Sayf al-dīn al-Nāṣirī al-Muʾayyadī, Sultan ¶ mamlūk de la dynastie des Burd̲j̲iyya qui régna du 19 ramaḍān 865 au 10 rabīʿ I 872/22 juin 1461-9 octobre 1467; rūmī d’origine (grec peut-être, mais le vocable a un grand nombre de significations), il naquit vers 815/1413. Amené encore enfant en Égypte par le marchand d’esclaves Ḵh̲wād̲j̲ā Nāṣir al-dīn, il fut acheté par le sultan al-Muʾayyad S̲h̲ayk̲h̲, d’où ses deux nisbas. Dans le corps des Mamlūks royaux, il accéda successivement aux grades de k̲h̲āssakī, de sāḳī et d’ amīr, pour succéder enfin, dans la f…

Lād̲j̲īn

(768 words)

Author(s): Holt, P. M.
(Lāčīn), al-Malik al-Manṣūr ḥusāM al-dīn, ou S̲h̲uḳayr ou al-As̲h̲ḳar, sultan mamlūk turc. D’abord mamlūk d’al-Malik al-Manṣūr ʿAlī b. Aybak, il fut acheté, après la déposition de son maître en 658/1259, par le futur sultan Ḳalāwūn [ q.v.] qui, à son avènement, l’éleva à l’émirat et, en d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 678/avril 1280, l’envoya à Damas comme gouverneur de la citadelle. Cette nomination inquiéta le gouverneur de la province, Sunḳur al-As̲h̲ḳar, qui se proclama sultan; cette révolte fut réprimée par un corps expéditionnaire venu …

Miẓalla

(4,483 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Holt, P. M. | Chalmeta, P. | Andrews, P.A. | Burton-Page, J.
(a.), litt. «instrument ou dispositif fournissant de l’ombre ( ẓill)», apparemment synonyme de s̲h̲amsa, s̲h̲amsiyya, litt. «instrument ou dispositif fournissant un abri contre le soleil», désigne donc probablement le parasol porté dans des cérémonies et des processions [voir Mawākib] au-dessus des souverains musulmans. 1. — Sous les ʿAbbāsides et les Fāṭimides. Les sources historiques contiennent peu de références sur la pratique au temps du califat ʿabbāside. Ibn al-Zayyāt [ q.v.] était chargé, sous le califat d’al-Muʿtasim, du contrôle de la manufacture (al-Ṭa…
▲   Back to top   ▲