Search

Your search for 'dc_creator:( "Miquel, A." ) OR dc_contributor:( "Miquel, A." )' returned 30 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Mamlaka

(443 words)

Author(s): Miquel, A.
(a.), qui peut être considéré ( LA, s.v.) comme maṣdar ou ism al-makān de la racine m.l.k (tenir, posséder), désigne dans un premier sens, le pouvoir absolu sur les choses et surtout les êtres: d’abord, celui de Dieu sur l’ensemble de la création, puis celui d’un souverain sur ses sujets, enfin celui de tout individu, en telle ou telle circonstance. Dans un second sens, le mot s’applique au lieu, d’origine ou d’application, du pouvoir considéré: il référera dans le premier cas, par exemple, à un ministre tout puissant (Dozy, Suppl., s.v.); dans l’autre cas, il désignera l’espace soum…

Kark̲h̲a

(862 words)

Author(s): Schwarz, P. | Miquel, A.
(Kerk̲h̲a), fleuve du Luristān et du Ḵh̲ūzistān (Sud-ouest de d’Iran), qui prend sa source dans la région de Nihāwand. Son cours supérieur et moyen est étroitement tributaire du système montagneux du Zagros, où les vallées courent dans la même direction que les chaînes, les cours d’eau passant parfois de l’une à l’autre par de courtes gorges transversales: d’où les hésitations de l’onomastique, les rivières changeant de nom à l’occasion des régions compartimentées qu’elles traversent. Le Kark̲h̲a est fait de la réunion, dans la région de Nihāwand, d’un certain nombre …

Ibn Ḥawḳal

(1,227 words)

Author(s): Miquel, A.
, Abū l-Ḳāsim Muḥammad b. ʿAlī al-Naṣībī, écrivain arabe de la deuxième moitié du IVe/Xe s., un des meilleurs représentants, avec son contemporain al-Muḳaddasī [ q.v.], de la géographie fondée sur le voyage et l’observation directe ( ʿiyān). Ibn Ḥawḳal est originaire de Naṣībīn (Nisibis), en Haute-Mésopotamie (al-Ḏj̲azīra). Il a dû passer en cette région son enfance et son adolescence, avant d’entreprendre, le 7 ramaḍān 331/15 mai 943, une impressionnante série de voyages, dont on peut reconstituer, au moins de façon schématique, le…

Ibn Ḏj̲uzayy

(300 words)

Author(s): Miquel, A.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Kalbī, écrivain arabe, né en 721/1321 à Grenade, dans une famille de lettrés. Le père, Abū l-Ḳāsim Muḥammad b. Aḥmad, était connu notamment comme poète et comme faḳīh; né en 693/1294, il fut un des maîtres de Lisān al-dīn Ibn al-Ḵh̲aṭīb et mourut à la bataille du rio Salado en 741/1340 (cf. al-Maḳḳarī, Nafḥ aṭ-ṭīb, éd. M. M. ʿAbd al-Ḥamīd, Caire 1367-9, 10 vol., VIII, 28-31; Brockelmann, II, 342, S II, 377; Kaḥḥāla, Muʿd̲j̲am al-muʾallifīn, IX, 11). Ses trois fils, Aḥmad, Muḥammad et ʿAbd Allāh maintinrent la tradition littérai…

Ḳaṣaba

(382 words)

Author(s): Miquel, A.
(A.) désigne à l’origine la partie essentielle d’un pays ou d’une ville, son cœur, et, par suite: — 1. château fortifié, résidence d’un pouvoir: au centre d’un pays ou d’une ville; — 2. ville principale, chef-lieu. Dans le premier sens, on trouve le mot surtout dans l’Occident musulman, où il désigne, hors des villes, la résidence d’un personnage important (particulièrement dans l’Atlas) ou une garnison cantonnant dans une forteresse et, au sein des villes, la citadelle siège du gouvernement; en ce dernier sens, il correspond à la ḳalʿa de l’Orient. Un développement particulièrement …

al-Muḳaddasī

(1,399 words)

Author(s): Miquel, A.
, S̲h̲ams al-dīn Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Bakr al-Bannāʾ al-S̲h̲āmī, connu aussi sous le nom d’al-Bas̲h̲s̲h̲ārī (ainsi le désigne Yāḳūt, Udabāʾ, passim), est le meilleur représentant de la géographie arabe pour la seconde moitié du IVe/Xe siècle. Sa vie, fort mal connue, ne nous est livrée que par son œuvre même. Très attaché à sa Palestine natale et à la ville dont il porte le nom (Muḳaddasī ou Maḳdisī, de Jérusalem: al-Bayt al-muḳaddas ou Bayt al-maḳdisī, il appartient vraisemblablement à une famille de moyenne bourgeoisie. Le grand-père paternel, Abū Bakr, architecte ( ba…

Iḳlīm

(1,923 words)

Author(s): Miquel, A.
, «climat» ou, plus généralement, « région ». Le Lisān al-ʿArab (racine ḳlm) s’interroge sur le caractère arabe ou étranger du mot. Ibn Durayd, qu’il cite, penche avec raison pour la seconde hypothèse; iḳlīm vient en effet du grec klima, littéralement: inclinaison, et plus précisément celle de la terre vers le pôle à partir de l’équateur, d’où: région de la sphère terrestre, et enfin région en général. Le Lisān semble s’en tenir à la définition stricte: «l ’iḳlīm, y est-il écrit, est un des sept climats ( aḳālīm), lesquels sont les différentes divisions de la terre ». Héritée de la traditio…

Ibn Baṭṭūṭa

(1,354 words)

Author(s): Miquel, A.
(parfois Baṭūṭa), S̲h̲ams al-dīn Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. Yūsuf al-Lawātī al-Ṭand̲j̲ī, écrivain arabe, né à Tanger le 17 rad̲j̲ab 703/25 février 1304, mort au Maroc en 770/1368-9 ou 779/1377, au terme de nombreux et longs voyages qui font de lui le type même du globe-trotter ( d̲j̲awwāla) et l’un des maîtres du journal de route ( riḥla). La chronologie de ces voyages peut, malgré certaines incertitudes de détail, s’établir comme suit: i. Départ de Tanger le 2 rad̲j̲ab 725/13 juin 1325; Afrique du Nord;…

Ibrāhīm b. Yaʿḳūb

(748 words)

Author(s): Miquel, A.
al-Isrāʾīlī al-Ṭurtūs̲h̲ī, voyageur juif espagnol, originaire de Tortose si l’on en croit sa nisba, est connu pour avoir effectué, vers l’année 354/965, un long voyage en Europe occidentale, centrale et orientale. Les raisons de ce périple demeurent obscures: on a pu avancer, à titre d’hypothèse, le commerce des chevaux ou des esclaves, encore qu’on ne puisse éliminer la possibilité d’une mission d’information officielle pour le compte du califat umayyade d’Espagne, la personnalité d’Ibrāhīm étant choisie, d…

Mas̲h̲riḳ

(414 words)

Author(s): Miquel, A.
(a.), l’Orient, associé et opposé à l’Occident (Mag̲h̲rib [ q.v.]), en général ou du strict point de vue géographique: pour le monde arabe, le Mag̲h̲rib embrasse les pays situés à l’Ouest de l’Égypte, et le Mas̲h̲riḳ ceux qui se trouvent à l’Est. Le parallèle, toutefois, n’est pas absolu: tandis que Mag̲h̲rib peut s’appliquer plus particulièrement soit à l’ensemble Afrique du Nord-Tripolitaine, soit à ¶ l’Afrique du Nord proprement dite, soit à sa partie la plus occidentale, le Maroc (Mag̲h̲rib. al-Mag̲h̲rib al-aḳṣā [ q.v.]), le mot de Mas̲h̲riḳ, lui, semble couvrir, sans réf…

al-Iṣṭak̲h̲rī

(1,207 words)

Author(s): Miquel, A.
abū isḥāḳ ibrāhīm b. muḥammad al-fārisī al-kark̲h̲ī, un des premiers et des plus importants représentants des orientations nouvelles que la géographie arabo-musulmane prend avec le IVe/Xe siècle. Sa biographie est inconnue ou presque. Si l’on en croit les formes diverses de sa nisba, il était originaire du Fārs et plus précisément d’Iṣṭak̲h̲r. L’orientalisme, après Yāḳūt, a consacré, de fait, la nisba d’al-Iṣṭak̲h̲rī. mais d’autres, notamment Ibn Ḥawḳal, son continuateur direct, le désignent sous sa nisba d’al-Fārisī. Al-Muḳaddasī, qui fait de même, y ajoute celle d’a…

ʿIrāḳ

(20,765 words)

Author(s): Miquel, A. | Brice, W.C. | Sourdel, D. | Aubin, J. | Holt, P.M. | Et al.
, É t a t de religion musulmane et en majeure partie arabophone, situé à l’extrémité orientale du Croissant fertile. ¶ I. — Géographie. La structure du pays ʿiraḳien tire, paradoxalement, son originalité de son appartenance à un grand ensemble géographique. De la table désertique arabosyrienne, qu’il regarde sur son flanc Sud-ouest, il a le faciès et le climat. Tout au long de ses frontières sur le Nord-est, il participe au contraire de l’orientation et du relief des chaînes plissées de l’Asie occidentale, qui lui donn…

al-Iskandariyya

(1,352 words)

Author(s): Miquel, A.
, nom d’un grand nombre de villes dont Alexandre (al-Iskandar) est le fondateur réel ou légendaire, ou a été choisi comme protecteur éponyme quand elles ont été construites après sa mort. Les textes de l’antiquité pourront être abordés à partir de l’inventaire fait par la Real-Encyclopädie de Pauly-Wissowa (I, 1377-98 et Suppl., I, 54) et, avec moins de détails, par M. Besnier, Lexique de géographie ancienne, Paris 1914, 32-4. Ces villes sont: 1. Alexandrie d’Égypte [voir art. suivant]. — 2. Alexandreia Arion: Harāt (cf. Suhrāb,- Kitāb ʿAd̲j̲āʾ ib al-aḳālīm al-sabʿa, éd. von Mźik, L…

Istiwāʾ

(690 words)

Author(s): Miquel, A.
(Ḵh̲aṭṭ al-), la ligne d’égalité, d’équilibre, c’est-à-dire l’équateur, qui partage la terre en deux hémisphères Nord et Sud et joint tous les points du globe où le jour est égal à la nuit. Les données relatives à l’équateur et au partage de la terre sont fournies par la ṣūrat al-arḍ, d’inspiration grecque, indienne ou persane, revue et corrigée par les observations des savants de l’époque d’al-Maʾmūn [cf. Ḏj̲ug̲h̲rāfiyā]. L’équateur est le plus grand cercle de la terre; il correspond, en cela, au cercle du zodiaque, qui est ¶ le plus grand de tous les cercles de la sphère céleste…

Ḳāf

(2,124 words)

Author(s): Streck, M. | Miquel, A.
, dans la cosmologie musulmane, est le nom de la montagne entourant le monde terrestre. Il n’est guère douteux que cette conception emprunte aux traditions iraniennes. Celles-ci font de l’Alburz [ q.v.] la montagne mythique aux extrémités du monde et le séjour des dieux. Toutes les autres montagnes du monde sont sorties de l’Alburz par ramifications souterraines. Cette montagne (la haute montagne: Hara-berezayti) ceindrait toute la terre, mais aussi un lac du nom de Wurukas̲h̲a; toutefois, d’après le Bundahis̲h̲n, ce lac lui-même, tout en étant confiné aux extrémités de l…

Kark̲h̲a

(911 words)

Author(s): Schwarz, P. | Miquel, A.
( kerk̲h̲a ), a river in Luristān and K̲h̲ūzistān, whose source lies in the region of Nihāwand. Its upper and middle course is strictly a tributary of the mountain system of the Zagros, where the valleys run in the same direction as the chains, the watercourses passing at times from one to the other by short transverse gorges. From which results the uncertainty over nomenclature, the rivers changing name with the divided regions that they traverse. The Kark̲h̲a is made up of the union in the region of Nihāwand of a certain number of watercourses: Čas̲h̲m-i Kāẓim, Sura K…

Ḳaṣaba

(1,853 words)

Author(s): Miquel, A. | Deverdun, G.
1. General. Originally the essential part of a country or a town, its heart, and later (a) fortified castle, residence of an authority in the centre of a country or a town; and (b) principal town, chief town. In the first sense the word occurs especially in the Muslim West, where it designates, outside the towns, the residence of an important personage (particularly in the Atlas) or a garrison billeted in a fortress and, within the towns, the citadel seat of government; in the latter sense it corresponds to the ḳalʿa of the East. A particularly interesting development of the word, always…

Mamlaka

(508 words)

Author(s): Miquel, A.
(a.), which may be considered ( LA, s.v.) either as maṣdar or ism al-makān of the root m-l-k “to hold, possess”, denotes in its first sense absolute power over things and especially over beings: to begin with, that of God over creation as a whole, and then, that of any individual, in certain circumstances. In a second sense, the word is applied to the place either in origin or by application, of the power under consideration: in the first case, it can refer e.g. to an all-powerful minister (Dozy, Supplément, s.v.); in another case, it can denote the spatial entity under the control …

Ibn D̲j̲uzayy

(305 words)

Author(s): Miquel, A.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Kalbī , Arab writer, born in 721/1321 at Granada of a literary family. His father, Abu ’l-Ḳāsim Muḥammad b. Aḥmad, was known particularly as a poet and as a faḳīh ; born in 693/1294, he was one of the teachers of Lisān al-Dīn Ibn al-K̲h̲aṭīb and died at the battle of Rio Salado in 741/1340 (cf. al-Maḳḳarī, Nafḥ al-ṭīb , ed. M. M. ʿAbd al-Ḥamīd, Cairo 1367-9, 10 vols., viii, 28-31; Brockelmann, II, 342, S II, 377; ʿU. R. Kaḥḥāla, Muʿd̲j̲am al-muʾallifīn , Damascus 1376-81/1957-61, 15 vols., ix, 11). His three sons,…

Ibrāhīm b. Yaʿḳūb

(751 words)

Author(s): Miquel, A.
al-Isrāʾīlī al-Ṭurṭūs̲h̲ī , Spanish Jewish traveller, born in Tortosa, to judge by his nisba , is known for having made, circa 354/965, a long journey in western, central and eastern Europe. It is not clear why he made this tour: it has been suggested that he was trading in horses or in slaves, and it is not impossible that he was on an official intelligence mission for the Umayyad caliphate of Spain, he being chosen for this in view of the help which he could expect to receive from the Jewish colonies in Europe. Similarly, all that is known of the route of the jour…
▲   Back to top   ▲