Search

Your search for 'dc_creator:( "Sourdel, D." ) OR dc_contributor:( "Sourdel, D." )' returned 164 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Barīdī

(734 words)

Author(s): Sourdel, D.
, nisba rendue particulièrement célèbre par la personnalité de trois frères, fils d’un maître de poste d’al-Baṣra et appelés pour cette raison Banū l-Barīdī, qui jouèrent un rôle important à Bag̲h̲dād et au ʿIrāḳ sous le califat d’al-Muḳtadir et sous ses successeurs. Fermiers et chefs militaires s̲h̲īʿites, ils se signalèrent par leur ambition et leurs actes de prévarication et eurent une carrière mouvementée bien caractéristique de la période qui précéda l’arrivée des Buwayhides. L’aîné des trois frères, Abū ʿAbd Allāh Aḥmad, apparaît sur la scène politique sous le …

al-Ḥumayma

(299 words)

Author(s): Sourdel, D.
, localité ruinée de Jordanie, située, par 30° de lat. Nord et environ 35° 20′ de long. Est, à quelque 50 km. au Sud-ouest de la ville de Maʿān, à mi-chemin entre cette ville et le golfe de ʿAḳaba. Cette localité, mentionnée par les géographes arabes comme appartenant au d̲j̲und de Dimas̲h̲ḳ et à la région d’al-S̲h̲arāt, est surtout célèbre dans l’histoire pour avoir servi de résidence aux prétendants ʿabbāsides entre 68/687-8 et 132/749. C’est en effet après la mort de ʿAbd Allāh b. al-ʿAbbās, survenue à al-Ṭāʾif en 68/687-8, que son fils ʿAl…

Aḥmad b. Abī K̲h̲ālid

(424 words)

Author(s): Sourdel, D.
al-Aḥwal, secrétaire d’al-Maʾmūn, était syrien d’origine et fils d’un secrétaire d’Abū ʿUbayd Allāh. Il profita, pour entrer au service d’al-Faḍl b. Sahl, de ses anciennes relations avec les Barmakides. Son père les avait en effet jadis obligés, et lui-même avait réussi à se rendre utile à Yaḥyā disgracié. Avant même la prise de Bag̲h̲dād, semble-t-il, il se rendit au Ḵh̲urāsān et, grâce à une lettre de recommandation que Yaḥyā lui aurait remise avant sa mort, reçut à Marw la charge de plusieurs dīwāns. Après le retour du calife en ʿIrāḳ, bénéficiant de l’appui de T̲h̲umāma b. As̲h̲ras [ q.v…

al-Āmidī

(278 words)

Author(s): Sourdel, D.
, ʿAlī b. Abī ʿAlī b. Muḥammad al-Tag̲h̲labī Sayf al-dīn, théologien arabe, né à Āmid en 551/1156-7, fut d’abord ḥanbalite, puis, à Bagdad, passa dans les rangs des S̲h̲āfiʿites; il s’y initia à la philosophie, qu’il continua d’étudier en Syrie, devint ensuite répétiteur à la madrasa d’al-Ḳarāfa al-ṣug̲h̲rā voisine du mausolée d’al-S̲h̲āfiʿī au Caire, et en 592/1195-6 fut professeur au Djāmiʿ al-Ẓāfirī. Ses qualités intellectuelles et ses connaissances en sciences «rationnelles» (ʿ aḳliyya) lui valurent une brillante renommée, mais le firent taxer d’hérésie, si bien…

Irbil

(973 words)

Author(s): Sourdel, D.
, ville de Haute Mésopotamie, située à environ 80 km. à l’Est-Sud-est d’al-Mawṣil (36° 11´ Nord et 42o 2´ Est), au centre d’une région appelée l’Adiabène que limitent au Nord le cours du Grand Zāb et au Sud celui du Petit Zāb. Il s’agit d’un site habité depuis des temps très reculés et désigné dans les inscriptions cunéiformes sous le nom d’Arbaīlu; capitale religieuse du royaume d’Assyrie possédant un sanctuaire de la déesse Ishtar, c’était aussi un nœud de communications et un point de croisement des routes ca…

Ḥād̲j̲ib

(4,449 words)

Author(s): Sourdel, D. | Bosworth, C. E. | Lambton, A. K. S. | Réd.
, terme qui peut être traduit approximativement par chambellan (angl. Chamberlain) et qui désigne dans les pays musulmans le personnage chargé de garder la porte du souverain en ne laissant accéder auprès de lui que les visiteurs agréés. Ce terme devint rapidement un titre correspondant à une dignité de cour et à une fonction dont la nature exacte a pu varier sensiblement selon les régions et les époques. Essentiellement maître des cérémonies, le ḥād̲j̲ib apparaît en effet souvent comme un surin…

Ḳalʿat Nad̲j̲m

(603 words)

Author(s): Sourdel, D.
, forteresse de Syrie septentrionale, située au bord de l’Euphrate, sur sa rive droite, qui commandait à l’époque médiévale la route de Ḥalab à Ḥarrān, en Haute-Mésopotamie, via Manbid̲j̲. Cette forteresse se trouvant à un point où l’Euphrate est relativement facile à traverser ¶ grâce à l’existence de deux petites îles qui permettent l’établissement de ponts de bateaux, on a pensé qu’elle correspondait à une localité antique. Mais l’identification de cette dernière pose quelques problèmes: l’hypothèse la plus vraisemblable est celle qui place en cet endroit la Caeciliana des itin…

Ḥamāt

(2,038 words)

Author(s): Sourdel, D.
, ville de Syrie centrale située à 54 km. au Nord de Ḥimṣ et à 152 km. au Sud de Ḥalab, sui la route reliant ces deux villes, et bâtie sur les deux rives du Nahr al-ʿĀṣī [ q.v.] ou Oronte, qui décrit à cet endroit un large méandre. Le plateau steppique qui entoure la ville est en partie transformé en terres cultivées (céréales), en vergers de type méditerranéen et en jardins maraîchers grâce aux installations hydrauliques qui permettent à son sol fertile de recevoir l’eau du fleuve. La ville de Ḥamāt remonte à une haute antiquité; elle fut occupée par les Hittites qui y laissèrent …

Aḥmad b. Yūsuf

(205 words)

Author(s): Sourdel, D.
b. al-Ḳāsim b. Ṣubayḥ Abū Ḏj̲aʿfar, secrétaire d’al-Maʾmūn. Il appartenait à une famille de mawālī secrétaires et poètes, originaire des environs d’al-Kūfa. Son père, Yūsuf, fut secrétaire de ʿAbd Allāh b. ʿAlī, puis de Yaʿḳūb b. Dāwūd, enfin de Yaḥyā le Barmakide. Aḥmad était, semble-t-il, secrétaire en ʿIrāḳ au début du califat d’al-Maʾmūn; il fut présenté à ce dernier par son ami Aḥmad b. Abī Ḵh̲ālid et se serait fait remarquer par son éloquence. Devenu le familier d’al-Maʾmūn, il fut chargé, à une date impossible à préciser, du diwān al-sirr (plutôt que du d. al-rasāʾil, confié à ʿAm…

al-Iskāfī

(271 words)

Author(s): Sourdel, D.
, Abū Isḥāḳ Muḥammad b. Aḥmad al-Ḳarāriṭī, secrétaire et vizir de l’époque ʿabbāside. Originaire d’Iskāf sur le Nahrawān, dans le ʿIrāḳ, il apparaît pour la première fois en 320/932 comme secrétaire du préfet de police de Bag̲h̲dād, Ibn Yāḳūt; il fut arrêté, en même temps que son maître, en d̲j̲umādā I 323/avril 935 et dut verser une forte amende. Il fut appelé au vizirat par le calife al-Muttaḳī en s̲h̲awwāl 329/juillet 941, mais fut destitué par le grand amīr Kūrankīd̲j̲ dès d̲h̲ū l-kaʿda 329/juillet-août 941; ayant recouvré son poste sous Ibn Rāʾiḳ après la fuite de l’ amīr, il fut arrêt…

al-Karak

(756 words)

Author(s): Sourdel, D.
, forteresse située à l’Est de la mer Morte, à environ 950 m. d’altitude, dans l’ancien Moab. Son nom, qui vient de l’araméen kark̲h̲a «ville», se trouve sous la forme χαραχμωβα chez Ptolémée (V, 16, 4), dans la carte en mosaïque de Mādaba et chez Stéphane de Byzance. Son emplacement, sur un éperon à pic, séparé de la montagne par un fossé étroit et approfondi artificiellement, en fait une place extraordinairement forte. Il est remarquable qu’il n’en soit pas question lors de la conquête de la TransJordanie par les Mu…

Ḏj̲und

(653 words)

Author(s): Sourdel, D.
, mot ḳurʾānique d’origine iranienne désignant une troupe armée. A l’époque umayyade, le terme s’applique tout particulièrement aux colonies militaires et aux circonscriptions où étaient établis les guerriers arabes susceptibles d’être mobilisés pour les campagnes saisonnières ou les expéditions de plus longue durée. Il désigne aussi tout naturellement les corps d’armée correspondants. Selon les chroniqueurs, le calife Abu Bakr aurait créé en Syrie quatre d̲j̲unds, ceux de Ḥimṣ, de Damas, du Jourdain (al-Urdunn, autour de Tibériade) et de Palestine (autour d…

Faḥl

(299 words)

Author(s): Buhl, Fr. | Sourdel, D.
ou Fiḥl, ancienne ville de TransJordanie située à 12 km. au Sud-est de Baysān [ q.v.], était connue dès une haute antiquité, à l’époque d’elAmarna, sous le nom de Bik̲h̲il correspondant à un sémitique p ḥ l. Des colons macédoniens s’y instal-lèrent vers 310 av. J.-C, lui donnant le nom de la ville macédonienne de Pellâ qui se rapprochait du terme indigène. Après la conquête romaine, Pella fit partie des villes de la Décapole, et les Chrétiens s’y réfugièrent au moment des troubles qui entraînèrent la destruction de Jérusalem. Plus…

Ḏj̲ubayl

(539 words)

Author(s): Sourdel, D.
, petit port du Liban situé entre Bayrūt et Tripoli à l’emplacement de l’antique Byblos (ou Gebal de l’Ancien Testament), qui fut un centre à la fois maritime, commercial et religieux, étroitement lié avec l’Égypte dès le IVe millénaire av. J.-C, et célèbre tant par son culte d’Adonis de caractère syncrétiste que par sa spécialisation dans le travail du bois et l’exploitation des forêts de la montagne voisine. Si Byblos conserva une réelle prospérité à l’époque romaine et devint ensuite le siège d’un évêché, elle parait avoir déjà …

Dayr Samʿān

(298 words)

Author(s): Sourdel, D.
, nom de diverses localités syriennes que les auteurs anciens et modernes ont souvent confondues et qui correspondaient aux emplacements de couvents chrétiens encore florissants aux premiers siècles de l’Islam. Parmi les monastères auxquels était ainsi attaché le nom, fréquent en Syrie, de Siméon, on compte, outre le Dayr Murrān [ q.v.] des environs de Maʿarrat al-Nuʿmān, dont l’appellation Dayr Samʿān s’était étendue abusivement à son homonyme de Damas, les ensembles de constructions byzantines couronnant, dans la région d’Antioche, des hauteur…

Dayr

(1,564 words)

Author(s): Sourdel, D.
, mot d’origine syriaque s’appliquant aux couvents chrétiens qui subsistèrent en Orient après la conquête arabe. Très nombreux, du moins à une époque ancienne si l’on en croit les listes fournies par les auteurs arabes, ils se trouvaient surtout au ʿIraḳ (le long des vallées du Tigre et de l’Euphrate), en Haute-Mésopotamie, en Syrie (sanctuaires de stylites dans la région des «villes mortes»), en Palestine et en Égypte (tout au long de la vallée du Nil). Ils portaient souvent le nom d’un saint patron ( Dayr Mār Yuḥannā près de Takrīt, Dayr Samʿān en Syrie du Nord) ou du fondateur ( Dayr ʿAbdūn a…

al-Barāmika

(3,480 words)

Author(s): Barthold, W. | Sourdel, D.
ou Āl Barmak (Barmakides), famille iranienne de secrétaires et vizirs des premiers califes ʿabbāsides. 1. Origines. Le nom Barmak, porté traditionnellement par l’ancêtre de la famille, n’était pas, au dire de certains auteurs arabes, un nom propre, mais un mot désignant la dignité héréditaire de grand-prêtre du temple de Nawbahār, près de Balk̲h̲. Cette interprétation se trouve confirmée par l’étymologie actuellement reçue qui fait dériver le terme du sanscrit parmak «supérieur, chef». Quant au terme Nawbahār, provenant lui aussi du sanscrit ( nōva vihāra «nouveau couvent»), i…

Bukayr b. Māhān

(390 words)

Author(s): Sourdel, D.
, Abū Hās̲h̲im, propagandiste des ʿAbbāsides à la fin du califat umayyade, était originaire du Sid̲j̲istān et avait été d’abord secrétaire du gouverneur du Sind, al-Ḏj̲unayd b. ʿAbd al-Raḥmān. En 102/720-21, il se laissa convertir à la cause anti-umayyade par Maysara al-ʿAbdī et Muḥammad b. Ḵh̲unays et mit à la disposition de leur parti la fortune qu’il avait amassée en commerçant au Sind. Chargé en 105/723-24, après la mort de Maysara, de la direction du mouvement, il déploya une activité toute p…

G̲h̲ulām

(13,748 words)

Author(s): Sourdel, D. | Bosworth, C.E. | Hardy, P. | İnalcık, Halil
(a., pl. g̲h̲ilmān), mot désignant en arabe un jeune homme ou un jeune garçon (ainsi sont appelés par exemple les princes ʿabbāsides al-Muʿtazz et al-Muʾayyad, fils d’al-Mutawakkil, au moment où leur frère al-Muntaṣir, calife, entreprend de les faire renoncer A leurs droits à la succession (al-Ṭabarī, NI, 1485), tandis que le fils d’al-Wāt̲h̲iḳ, que l’on hésitait à proclamer calife en raison de son jeune âge, est qualifié de g̲h̲ulām amrad «imberbe» (al-Ṭabarī, III, 1368); puis, par extension, soit un serviteur, parfois âgé (cf. Ch. Pellat, Milieu, Paris 1953, 69) et très souven…

Ibn Muḳla

(579 words)

Author(s): Sourdel, D.
, Abū ʿAlī Muḥammad b. ʿAlī, vizir de l’époque ʿabbāside. Né à Bag̲h̲dād en 272/885-6, il commença sa carrière comme collecteur de l’impôt foncier au Fārs, puis reçut un important poste de secrétaire à l’administration centrale lorsque Ibn al-Furāt [ q.v.] devint vizir en 296/908; il était en effet chargé de l’ouverture et de l’expédition des lettres officielles. Il collabora également étroitement avec Ibn al-Furāt lors du deuxième vizirat de ce dernier (de 304/917 à 306/919), mais n’hésita pas à nuire à son maître, ce qui explique qu…
▲   Back to top   ▲