Search

Your search for 'dc_creator:( "Holt, P.M." ) OR dc_contributor:( "Holt, P.M." )' returned 113 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

ʿIrāḳ

(20,765 words)

Author(s): Miquel, A. | Brice, W.C. | Sourdel, D. | Aubin, J. | Holt, P.M. | Et al.
, É t a t de religion musulmane et en majeure partie arabophone, situé à l’extrémité orientale du Croissant fertile. ¶ I. — Géographie. La structure du pays ʿiraḳien tire, paradoxalement, son originalité de son appartenance à un grand ensemble géographique. De la table désertique arabosyrienne, qu’il regarde sur son flanc Sud-ouest, il a le faciès et le climat. Tout au long de ses frontières sur le Nord-est, il participe au contraire de l’orientation et du relief des chaînes plissées de l’Asie occidentale, qui lui donn…

Mawākib

(826 words)

Author(s): Holt, P.M.
VI. — Sous le Sultānat mamlūk. Au début du sultanat mamlūk, mawkib désigna spécifiquement la promenade royale à cheval qui faisait partie des cérémonies de l’installation du sultan. Le terme est employé explicitement par Ibn Tag̲h̲rībirdī ( Nud̲j̲ūm, VII, 41) à l’avènement d’al-Manṣūr ʿAlī b. Aybak: ‘Jeudi le 2 rabīʿ II [655/19 avril 1257], il alla à cheval, paré des insignes du sultanat, de la Citadelle à la Ḳubbat al-Naṣr dans une procession impressionnante ( mawkib hāʾil). Puis il retourna et entra dans le Caire par Bāb al-Naṣr. Les amīrs descendirent de leurs chevaux et allèrent…

Dār Fūr

(4,196 words)

Author(s): Holt, P.M.
«le pays des Fūr», province de la République du Soudan, autrefois sultanat musulman. Géographie et démographie. Le Dar Fūr était un maillon de la chaîne d’États musulmans constituant le Bilād al-Sūdān. Son voisin oriental était le Kordofān, dont il était séparé par une région de dunes; à l’Ouest, le Waddāy; le désert de Libye formait une frontière naturelle au Nord, tandis que les marches du Baḥr al-G̲h̲azāl [ q.v.] marquaient la limite méridionale. Le Dār Fūr comprend trois zones principales: une zone septentrionale, la bordure st…

Fund̲j̲

(1,465 words)

Author(s): Holt, P.M.
, ancienne peuplade du Soudan. Origines. Les Fund̲j̲ apparaissent au début du Xe/XVIe siècle comme une peuplade d’éleveurs de bétail nomades qui étendait progressivement ses terrains de parcours le long du Nil Bleu entre Lūl (ou Lūlū), district non identifié en amont, et Sinnār, en aval. La fondation de Sinnār, qui devint par la suite la capitale de la dynastie, est attribuée à ʿAmāra Dūnḳas et fixée à l’année 910/1504-5. Des hypothèses sur les origines …

al-Muʾayyad S̲h̲ayk̲h̲

(791 words)

Author(s): Holt, P.M.
(al-Malik), sultan mamlūk circassien, amené en Égypte par le Ḵh̲wad̲j̲a Maḥmūd S̲h̲āh (732/1380-1) et acheté par al-Ẓāhir Barḳūḳ [ q.v.]; ces circonstances expliquent ses nisbas d’al-Maḥmūdī al-Ẓāhirī. Il avait alors une douzaine, ou peut-être (selon Ibn Tag̲h̲rībirdī) une dizaine d’années de plus que lui, et fut en temps voulu émancipé et appelé dans l’entourage ¶ du sultan. En 802/1400, il fut nommé gouverneur de Tripoli par al-Nāṣir Farad̲j̲ [ q.v.] et passa les douze années suivantes en Syrie dans des postes variés. Il fut profondément impliqué dans la politi…

Bāzinḳir

(648 words)

Author(s): Holt, P.M.
(usuellement bazinger, bazingir, basinger, besinger), terme courant dans le Soudan (égyptien) à la fin de la période khédiviale et à l’époque mahdiste pour désigner des troupes formées d’esclaves munis d’armes à feu. Étymologie: L’origine du mot est obscure. L’affirmation de Sir Reginald Wingate ( Mahdiism and the Egyptian Sudan, 1891, 28, n. 1) selon laquelle Bāzinḳir était le nom d’une tribu peut être rejetée ¶ car le mot ne semble pas provenir d’une langue soudanaise du Sud. Celle du professeur E. E. Evans-Pritchard ( A History of the Kingdom of Gbudwe, dans Zaīre, oct. 1956, n° 8; …

Ḏh̲ū l-Faḳāriyya

(650 words)

Author(s): Holt, P. M.
(et aussi Faḳāriyya, Zulfaḳāriyya), maison mamlûke et faction politique de l’Égypte du XVIIe et XVIIIe siècles. 1. — Origine et première période de suprématie. Le fondateur éponyme de la maison, Dhū l-Faḳār Bey, est un personnage obscur qui semble avoir vécu dans le premier tiers du XVIIe siècle, mais qui n’est pas mentionné par les chroniqueurs contemporains. La relation (dans les ʿAd̲j̲āʾ ib al- āt̲h̲dr d’al-Ḏj̲abartī, I, 21-3) selon laquelle Ḏh̲ū l-Faḳār et son rival éponyme, Ḳāsim, auraient été des contemporains du sultan Selīm Ier, est légendaire. Le rôle politique des Faḳ…

Bis̲h̲ārīn

(293 words)

Author(s): Holt, P.M.
, tribu nomade Bed̲j̲a [ q.v.], occupan actuellement deux zones: a) le ʿAtbāy ou pentes occidentales des collines de la mer Rouge, approximativement entre 23° et 19° de lat. N.; b) les rives du ʿAṭbarā et les territoires avoisinants situés environ entre 17° et 16° de lat. N. La tribu se divise en deux principaux clans: a) Les Umm ʿAlī, dans le ʿAt…

Bed̲j̲a

(1,454 words)

Author(s): Holt, P.M.
(forme usuelle arabe: Bud̲j̲a), tribus nomades, vivant entre le Nil et la mer Rouge, de la route Ḳina-Ḳuṣayr à l’angle formé par les ʿAṭbarā et les collines de la frontière érythréo-soudanaise. Les principales tribus actuelles sont les ʿAbābda [ q.v.], les Bis̲h̲ārīn [ q.v.], les Ummarār, les Hadanduwa et les Banī ʿĀmir. Les ʿAbābda parlent maintenant arabe; les autres (sauf les sections des B. ʿĀmir dont la langue est le tigré) parlent le tu-Beḍawiye, qui est une langue chamitique. Les Bed̲j̲a vivent principalement de leurs troupeaux de chameaux, bovins, moutons et chèvres. Les pâturages étant…

Barābra

(491 words)

Author(s): Holt, P. M.
(pour Barābira; sing. Barbar), Musulmans qui parlent le nubien et vivent sur les rives du Nil entre la première et la troisième Cataractes. Le terme comprend les Kunūz, les Sukkūt et les Maḥas. Le nom de Barābra n’est pas usité par ces populations pour se désigner elles-mêmes, et Lane (1, 177, col. 3) affirme que c’est une application tardive et moderne du terme employé par des auteurs plus anciens pour désigner les Berbères du Mag̲h̲rib. Les Danāḳla [

Muḥammad Abū l-Ḏh̲ahab

(566 words)

Author(s): Holt, P.M.
, bey mamlūk, du groupe des Ḳāzdug̲h̲liyya [ q.v.]. Il était entré dans la maison du bulut ḳāpān ʿAlī Bey al-Kabīr [ q.v.] en 1174/1760-1 au plus tard et était rapidement devenu son trésorier ( k̲h̲āzindār). En 1178/1764-5, à son retour du pèlerinage avec son maître, il fut émancipé et élevé au beylicat; il gagna son sobriquet en distribuant largement des pièces d’or lors de sa nomination. Sa carrière connut désormais deux périodes: jusqu’en 1185/1771, il fut le principal lieutenant de ʿAlī Bey et commanda trois importantes expéd…

Fāzūghlī

(198 words)

Author(s): Holt, P. M.
, région du cours supérieur du Nil bleu, dans la république actuelle du Soudan, et près de la frontière de l’Éthiopie. Son importance historique n’est due qu’à la présence d’or dans les alluvions. Le souverain ( makk) du Fāzūg̲h̲lī était un vassal du sultan Fund̲j̲ [ q.v.] de Sinnār, et portait le couvre-chef orné de cornes ( taḳiyya umm ḳarnayn) comme insigne de son rang. Cet usage survécut longtemps à la chute du sultanat Fund̲j̲ (cf. A. W. M. Disney, The coronation of the Fung king of Fazog̲h̲li, dans Sudan notes and records, XXVI/1, Khartoum 1945, 37-42, qui décrit l’investiture d’un makk e…

Darb al-Arbaʿīn

(410 words)

Author(s): Holt, P.M.
, l’une des principales routes reliant le bilād al-Sūdān avec le Nord, et qui doit son nom aux quarante jours de voyage nécessaires pour la suivre. W. G. Browne, le seul Européen à ¶ l’avoir faite entièrement (en 1793), mit 58 jours pour se rendre d’Asyūṭ à « Sweini » (al-Suwayna), près de son terminus méridional. En 1803, Muḥammad ʿUmar al-Tūnusī couvrit la même distance en 60 jours. Partant d’Asyūt, la route se dirigeait vers l’oasis de Ḵh̲ārd̲j̲a, poste avancé de l’Égypte ottomane. De là, elle continuait à travers le désert …

al-Fās̲h̲ir

(437 words)

Author(s): Capot-Rey, R. | Holt, P. M.
(el-Facher), capitale du Dār Fūr [ q.v.], autrefois sultanat et maintenant province de la République du Soudan. Le terme fās̲h̲ir, désignant une résidence royale, s’appliquait plus précisément à un espace ouvert servant aux audiences publiques d’un sultan ou une place de marché, et était également employé au Sinnār sous les Fund̲j̲ [ q.v.] et au Waddāy, où wara apparaît avec le même sens (voir J. L. Burckhardt, Travels in Nubia, Londres 1819, 486). Le fās̲h̲ir du sultan fùrâwî fut établi en 1206/ 1791-2 à Wādī Tandaltī sur une colline de sable dominant un lac saisonni…

Ḳānṣawḥ al-G̲h̲awrī

(1,696 words)

Author(s): Holt, P.M.
(transcrit habituellement, mais d’une façon incorrecte, Ḳānṣūḥ al-G̲h̲ūrī). avant-dernier sultan mamlūk d’Égypte. Circassien d’origine et mamlūk du sultan Ḳāʾitbāy, il fut formé à l’école militaire ( ṭabaḳa) d’al-G̲h̲awr, d’où sa nisba. Il devint gouverneur ( kās̲h̲if) de Haute-Égypte-en 886/1481-2, puis amīr de Dix en 889/1484 et il prit part aux opérations contre …

K̲h̲āʾir Beg

(609 words)

Author(s): Holt, P.M.
(Ḵh̲āyir ou Ḵh̲ayr Bcy), dernier gouverneur mamlūk d’Alep, puis premier vice-roi ottoman d’Égypte. Fils d’un Abaza musulman, Malbāy b. ʿAbd Allāh al-Ḏj̲arkasī ( sic), qui était négociant en mamlūks circassiens, il naquit à Samsun (sur la côte de la Mer Noire dans l’Empire Ottoman), et son père le présenta, mais non comme esclave, avec ses quatre frères au Sultan mamlūk al-As̲h̲raf Ḳāʾit Bāy [ q.v.]. Il fut enrôlé dans les Mamlūks royaux, et fut officiellement «émancipé» par l’octroi d’un destrier et d’un uniforme. Il devint un amīr de Dix en 901/1495-6, et par la suite un amīr ṭablk̲h̲āna;

al-Fayyūm

(633 words)

Author(s): Holt, P. M.
, région géographique d’Égypte qui forme aujourd’hui, comme généralement dans le passé, une province administrative. Le Fayyūm, dont le nom vient du copte Phiom («la mer»), est une dépression en gros triangulaire d’environ 56 km. du Nord au Sud et 80 de l’Est à l’Ouest, située en moyenne Égypte, dans le désert libyen, à l’Est de la vallée du Nil. Les escarpements qui séparent le Fayyūm de la vallée du fleuve sont ouverts en un point par où passe un courant dérivé du Nil près d’Asyūṭ. Maintenant connu sous le nom de Ba…

al-Mustanṣir

(657 words)

Author(s): Holt, P.M.
(II) bi-llāh, Abū l-Ḳāsim Aḥmad b. al-Ẓāhir Muḥammad, premier calife ʿabbāside «fantoche» du Caire. Lors de la prise de Bag̲h̲dād par les Mongols (656/1258), il fut, avec un certain nombre d’autres ʿAbbāsides, libéré de prison, et il se réfugia au sein des tribus arabes du ʿIrāḳ. Un groupe d’Arabes le conduisirent au Caire, où il fut reçu avec tous les honneurs par le sultan al-Ẓāhir Baybars [ q.v.] le 9 rad̲j̲ab 659/9 juin 1261. Quatre jours plus tard, son identité fut confirmée formellement par le grand- ḳāḍī, qui lui accorda la bayʿa, suivi par le sultan, les dignitaires et l’ensem…

Fallāta

(310 words)

Author(s): Holt, P.M.
, terme qui s’applique strictement aux Fulānī [ q.v.], mais est employé couramment au Soudan nilotique pour désigner les immigrants musulmans venant du Bilād al-Sūdān occidental et en particulier ceux qui sont originaires de la Nigéria du Nord. Ce terme a supplanté en grande partie le nom plus ancien de Takārīr ou Takārna (dont l’application est également peu précise), probablement à la suite des conquêtes des Fulānī sous le commandement de ʿUt̲h̲mān dan Fodio. Les immigrants Takārīr/Fallāta comprennent tout d’abord det pèlerins se rendant à la M…

Baḥr al-G̲h̲azāl

(1,326 words)

Author(s): Holt, P. M.
1. — Affluent du Baḥr al-Ḏj̲abal (Nil Blanc supérieur), formant une voie d’issue à une vaste étendue marécageuse. Les marécages sont alimentés par de nombreuses rivières (par ex. le Tond̲j̲, le Ḏj̲ūr) prenant leur source dans la ligne de partage des eaux Nil-Congo, et par le Baḥr al-ʿArab qui forme la limite méridionale du nomadisme des Baḳḳāra [ q.v.]. Le cours du Baḥr al-G̲h̲azāl a 230 km. de long, de Mas̲h̲raʿ al-Rīk (on donne à ce nom une origine et une orthographe variables) à son confluent avec le Baḥr al-Ḏj̲abal dans le lac No, dans lequel il se…
▲   Back to top   ▲