Search

Your search for 'dc_creator:( "Boyle, J. A." ) OR dc_contributor:( "Boyle, J. A." )' returned 32 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Čag̲h̲atay K̲h̲ān

(866 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
fondateur du k̲h̲ānat de Čag̲h̲atay [voir l’art, suivant], deuxième fils de Čingiz-k̲h̲ān et de sa principale épouse Börte Fud̲j̲in. Du vivant de son père, il était déjà considéré comme la plus grande autorité en matière de Yasa (loi tribale des Mongols codifiée par Čingiz-k̲h̲ān). Comme ses frères, il prit part aux campagnes de son père contre la Chine (1211-16) et le royaume du k̲h̲wārizm-S̲h̲āh (1219-24). Urgānd̲j̲, la capitale de ce dernier, fut assiégée par les trois princes Ḏj̲oči, Čag̲h̲atay et Ögedey, et prise en ṣafar 618/27 mars-24 avril 1221. La …

Bātū

(1,563 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, prince mongol, conquérant de la Russie et fondateur de la Horde d’Or (624-53/ 1227-55), né dans les premières années du VIIe/ XIIIe siècle, second fils de Ḏj̲oči [ q.v.]. Du vivant de Čingiz-Ḵh̲ān, Dioči. en tant que fils ainé, avait reçu en yurt ou apanage le territoire s’étendant des régions de Ḳayali̊ḳ et Ḵh̲wārizm à Saksi̊n et Bulg̲h̲ar sur la Volga «et jusqu’où le sabot du cheval tartare était entré». La partie orientale de cette vaste ¶ région, c’est-à-dire la Sibérie occidentale, l’actuel Kazak̲h̲stan et le bassin inférieur du Si̊r-Daryā, passèrent à la mort de …

Gurgān

(627 words)

Author(s): Hartmann, R. | Boyle, J.A.
(persan ancien Vrkāna, arabe Ḏj̲urd̲j̲ān), l’ancienne Hyrcanie à l’angle Sud-est de la mer Caspienne. La province, qui était à peu près l’équivalent de la province persane actuelle d’Astarābād̲h̲ [ q.v.] (aujourd’hui partie del ’Ustān II), forme, à la fois par ses traits physiques et par son climat, un trait d’union entre le Māzandarān sub-tropical, avec sa chaleur humide, et les steppes de Dihistān dans le Nord. L’Atrek [ q.v.] et le Gurgān auxquels le pays doit sa fertilité et sa prospérité, ne sont pas un bienfait sans mélange à cause de leurs inondations et du danger de fièvre qui en résulte. ¶ Le Gurgān joua un rôle important pendant la période sāsānide, car il constituait la province frontalière opposée à l…

Čag̲h̲atay

(1,511 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
(K̲h̲ānat de—). Le Ḵh̲ānat d’Asie centrale auquel Čag̲h̲atay donna son nom ne fut en réalité fondé que quelques décennies après la mort du prince mongol. Čag̲h̲atay eut pour successeur son petit-fils Ḳara-Hülegü, fils de Möʾetuken qui tomba à Bāmiyān. Ḳara-Hülegü avait été désigné comme l’héritier de Čag̲h̲atay, à la fois par Čingiz-k̲h̲ān lui-même et par Ögedey; il fut cependant déposé par le grand-Ḵh̲ān Güyük (1241-48) en faveur du cin…

Burāḳ (ou, plus correctement, Baraḳ) Ḥād̲j̲ib

(569 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, le premier des ḳutlug̲h̲-k̲h̲āns du Kirmān. D’origine ḳara-k̲h̲itay, il fut, selon Ḏj̲uwaynī, amené au sultan Muḥammad Ḵhwārizm-S̲h̲āh après la défaite des Ḳara-Ḵh̲itay sur le Talas en 606/1210 et, entré à son service, il accéda au rang de ḥād̲j̲ib ou chambellan. Selon Nasawī, il avait eu la même charge à la cour du Gür-Ḵh̲ān ou souverain des Ḳara-Ḵh̲itay. Envoyé en ambassade au sultan, il fut détenu de force par ce dernier jusqu’à l’effondrement final des Ḳara-Ḵh̲itay, et ce ne fut qu’à cette date qu’il fut admis…

K̲h̲āḳān

(133 words)

Author(s): Boyle, J. A.
, titre (à l’origine Ḳag̲h̲an ou K̲h̲ag̲h̲an) emprunté par les Turcs aux Juan-juan (Avares) et signifiant «souverain». Il fut appliqué par les Turcs paϊens eux-mêmes et les géographes et historiens du moyen âge non seulement aux chefs des diverses confédérations turques, mais aussi à d’autres souverains non-musulmans, comme l’empereur de Chine. Sous la forme ḳaʾan, il fut porté par les successeurs de Čingiz-Ḵh̲ān, les Grands-Ḵh̲āns mongols de Ḳaraḳorum et Pékin. Adopté par les sultans ottomans, le titre, d’abord apporté en Europe par les Avars au VIe siècle de J. C. (le kaganus, etc. …

Balāsāg̲h̲ūn

(650 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
ou Balāsakūn, ville située dans la vallée du Ču, dans ce qui est actuellement la Kirghizie. Les géographes médiévaux ne donnent que de vagues indications sur sa position; Barthold, Otčet o poyezdke v Sradniya Aziyu, St Pétersbourg 1897. 39, suggère son identité avec Aḳ-Pes̲h̲in dans la région de Frunze; A. N. Bernchtam, Čuyskaya dolina, dans Materialϊ i issledovaniya arkheologii S.S.S.R., n° 14 (1950), 47-55, s’accorde avec Barthold et donne une description du site. La ville était une fondation soghdienne, et à l’époque…

Ḳubilay

(362 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
, grand - k̲h̲ān mongol de 1260 à 1294, qui était le frère de Möngke [ q.v.] à qui il succéda. Né en 1215, il fut chargé par son frère, en 1251, de l’administration de la Chine septentrionale et prit part à la guerre engagée par Möngke contre les Sung qui régnaient dans le Sud. La conquête de leur royaume ne fut achevée que sous son propre règne (en 1279), et toute la Chine fut alors placée sous l’autorité d’un seul souverain, pour la première fois depuis le Xe siècle. Dès 1260, il avait transféré la capitale de l’empire de Ḳaraḳorum [ q.v.] à Pékin (en mongol: Ḵh̲ān-Balig̲h̲ [ q.v.] = la ville du ḳhān) et, en 1271, il proclama la fondation de la 20e des dynasties chinoises officielles, celles des Yüan. Ses droits au k̲h̲ānat furent d’abord contestés par son jeune frère Ari̊g̲h̲ Böke, qui y avait peut-être plus de titres et qui ne se rendit finalement qu’en 1264; la lutte fut alors reprise par Kaydu [

Čīngiz-k̲h̲ān

(3,235 words)

Author(s): Boyle, J. A.
, fondateur de l’empire mongol, naquit en 1167, sur la rive droite de l’Onon, dans le district de Deli’ün-Boldoḳ (actuellement région de Chita, en Sibérie orientale). Les premières sources qui donnent des détails sur les débuts de sa vie sont deux ouvrages mongols, l’ Histoire secrète des Mongols composée en 1241 (ou peut-être en 1252 seulement), et l’ Altan Debter ou «Livre d’or», histoire officielle de la famille impériale. Ce dernier ouvrage n’a pas survécu dans l’original, mais la plus grande partie en est reproduite dans le Ḏj̲āmiʿ al-tawārīk̲h̲ de Ras̲h̲īd al-dīn, et il en ex…

K̲h̲ān

(237 words)

Author(s): Boyle, J.A.
, titre turc ( k̲h̲ān ou ḳan) employé d’abord par les T’u-chûeh apparemment comme synonyme de ḳag̲h̲an. devenu plus tard k̲h̲āḳān [ q.v.], avec lequel son lien demeure obscur; il s’appliqua par la suite à des dynastes vassaux. On trouve pour la première fois ce titre, dans les pays d’Islam, sur les monnaies des Ilek Ḵh̲āns; sous les Sald̲j̲ūḳides et les Ḵh̲wārazm-S̲h̲āhs, ce fut le plus haut titre de la noblesse, et il précédait ceux de malik et d’ amīr. Les Mongols le conférèrent au chef d’un ulus [ q.v.], réservant celui de ḳaʾan, c’est-à-dire k̲h̲āḳān, au Grand-Ḵh̲ān résidant à Ḳaraḳor…

Īnd̲j̲ū

(593 words)

Author(s): Boyle, J.A.
, terme qui est, à proprement parler, le nom (en turc ind̲j̲ü) donné aux domaines royaux sous les Mongols, mais s’applique, d’après l’usage, à la dynastie qui régna sur le Fārs (S̲h̲īrāz)d’environ ¶ 703 à 758/1303-57, son fondateur, S̲h̲araf al-dīn Maḥmūd-S̲h̲āh, ayant été envoyé dans cette région par Öld̲j̲eytü pour y administrer les domaines royaux. Selon le Taʾrīk̲h̲-i Guzīda, S̲h̲araf al-dīn était un descendant de ʿAbd Allāh Anṣārī [ q.v.]; sous Abū Saʿīd, successeur d’Öld̲j̲eytü, il conserva sa charge et parvint à augmenter sa puissance au point que, vers 72…

Ibn al-ʿAlḳamī

(385 words)

Author(s): Boyle, J. A.
, Muʿayyad al-dīn Muḥammad, wazīr d’al-Mustaʿṣim [ q.v.], dernier calife ʿabbāside; il appartenait à une famille s̲h̲īʿite originaire, selon Ibn al-Ṭiḳṭaḳā, de la ville de Nīl, sur le canal du même nom. La nisba al-ʿAlḳamī fut attribuée pour la première fois à son grand-père qui fut ainsi appelé d’après un canal qu’il avait fait creuser, et non, semble-t-il, d’après le Alḳamī [ q.v.], branche occidentale de l’Euphrate. Selon Hindū S̲h̲āh, il occupait le poste d’ ustād̲h̲ al-dār au moment de l’accession au trône d’al-Mustaʿṣim. Ibn al-Tiḳtaḳā, s̲h̲īʿite lui-même, fait l’…

Ḳaraḳorum

(509 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, ville de l’ aimak d’Övör Khangay, en Mongolie centrale, aujourd’hui en ruine; au VIIe/XIIIe siècle, elle fut, pour une courte période, la capitale de l’empire mondial mongol. L’exposé le plus complet sur cette ville est donné par le voyageur européen Guillaume de Rubrouck et par l’historien persan al-Ḏj̲uwaynī [ q.v.]. C’est N. M. Yadrent̲s̲ev qui, en 1889, fut le premier à en découvrir les ruines et celles-ci furent, en 1891, visitées et décrites par les membres d’une expédition russe dirigée par Radlov. En 1948-9, une expédition conjointe, …

Baydu

(274 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, cinquième des Il-Ḵh̲āns mongols de Perse dans l’ordre de succession et petit-fils deHülegü, fondateur de la dynastie. Il ne régna que quelques mois puisque Gayk̲h̲atu, son prédécesseur, fut étranglé le jeudi 4 d̲j̲umādā II 694/21 avril 1295, etil fut’lui-même mis à mort le mercredi 23 d̲h̲ū l-ḳaʿda/4 oct. de la même année. Injurié par Gayk̲h̲atu, ce jeune prince en apparence peu important avait été entraîné dans une conspiration des amīrs mongols contre l’Il-Ḵh̲ān, laquelle aboutit à la déposition et à l’exécution de ce dernier; les conspirateurs avaientalors en…

Kalmuk

(1,069 words)

Author(s): Boyle, J.A. | Wheeler, G.E.
, nom turc donné à un peuple mongol, les Oyrat, qui, à l’époque de Čingiz-K̲h̲ān, habitait les forêts situées à l’Ouest du lac Baykal; ce nom provient (probablement par simple étymologie populaire) du verbe ḳalmaḳ «demeurer», et distingue les Oyrat, qui étant «demeurés» paϊens, des Dungans (Musulmans sinophones) qui étaient «retournés» (du verbe dönmek), selon la croyance musulmane bien connue, à la foi islamique. Un groupe de ces Oyrat accompagna Hülegü vers l’Ouest et joua un certain rôle dans la Perse īl-k̲h̲ānide; mais le peuple, dans son ense…

Ḳayali̊ḳ

(337 words)

Author(s): Boyle, J.A.
, ville médiévale de la région du Kopal actuel, dans le Sud du Kazak̲h̲stan; A. N. Bernshtam l’a identifiée à la hauteur fortifiée de Dungina située à 18 km. au Sud-ouest de Taldi̊ Kurgan. Il en est question pour la première fois comme quartier-général du chef ḳarluḳ Arslān Ḵh̲ān qui fit sa soumission à Čingiz-Ḵh̲ān au printemps de 607/1211. Ḳayali̊ḳ fut d’abord incluse dans le territoire assigné par ce dernier à son fils Ḏj̲uči [ q.v.] et, par la suite, elle fit nominalement partie du k̲h̲ānat čag̲h̲atay bien qu’elle fût administrée par Masʿūd Beg [ q.v.], en même temps que l’ensemble de…

K̲h̲ān-zāda Bēgam

(142 words)

Author(s): Boyle, J.A.
, titre (= princesse) de Sevin Beg, petite-fille d’Özbeg, chef de la Horde d’Or, qui épousa successivement Ḏj̲ahāngīr, l’aîné, et Mīrāns̲h̲āh, le troisième des fils de Tīmūr. Après l’accès de folie de Mīrāns̲h̲āh à Tabrīz, elle se rendit à Samarḳand pour rendre compte à Tīmūr de la conduite de son époux. Dawlats̲h̲āh raconte son entrevue avec son beau-père «avec des détails colorés qui ne figurent pas dans les autres sources et ne peuvent guère être vrais». (J.A. Boyle) Bibliography Ibn ʿArabs̲h̲āh, ʿAd̲j̲āʾib al-maḳdūr fī nawāʾib Tīmūr, Caire 1305/1887-8 S̲h̲araf al-dīn ʿAlī Yazdī, Ẓa…

G̲h̲azān

(696 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
Maḥmūd, Īlk̲h̲ān [ q.v.] de 694 à 703/1295-1304, naquit le 29 rabīʿ I 670/4 novembre 1271; il était le fils aîné d’Arg̲h̲ūn [ q.v.], alors âgé de 12 ans seulement. A l’avènement de son père, G̲h̲āzān fut nommé gouverneur des provinces du Ḵh̲urāsān, du Māzandarān et de Rayy qu’il continua d’administrer sous le règne de Gayk̲h̲ātū [ q.v.]. Comme il avait été ¶ élevé dans le Bouddhisme, il fit construire des temples bouddhistes à Ḵh̲abūs̲h̲ān (Ḳučān), à l’époque où il était gouverneur; mais, peu avant son avènement, pendant la guerre avec Bāydū [ q.v.], son général Nawrūz l’avait persuadé …

İnal ou İnalčuḳ

(86 words)

Author(s): Boyle, J.A.
, gouverneur d’Otrar [ q.v.] sous le règne du sultan Muḥammad Ḵh̲wārazm-S̲h̲āh [ q.v.]. Parent de la mère du sultan, Terken Ḵh̲atun. il reçut le titre de Ḳayīr-Ḵh̲ān. L’exécution, sur son ordre, d’un ambassadeur de Čingiz-Ḵh̲ān [ q.v.] et d’une caravane de marchands musulmans qui l’accompagnait provoqua l’invasion de l’empire de Muḥammad par les Mongols. Fait prisonnier à Otrar après avoir opposé une résistance désespérée, il fut mis à mort à Samarḳand au printemps de 617/1220. (J.A. Boyle) Bibliography Ḏj̲uwaynī-Boyle, 79-86, 367-8 Barthold, Turkestan 2, 398-9.

Berke K̲h̲ān

(1,276 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, prince et souverain mongol de la Horde d’Or, petit-fils de Čingiz Ḵh̲ān et troisième fils de Ḏj̲oči; on sait peu de chose des débuts de sa carrière. Il ne prit point part aux guerres de Russie et d’Europe orientale dans les années 634-39/ 1237-1242, mais resta plus fréquemment en Mongolie que Bātū, qu’il représenta à l’intronisation de Güyük (644/1246) et à celle de Möngke (649/1251). Son yurt ou apanage, se trouvait situé, tout d’abord, selon Rubruck, vers Darband, mais en 653/1255, par ordre de Batu, il fut déplacé vers l’Est de la Volga pour séparer Berke …
▲   Back to top   ▲