Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Niẓām al-Mulk

(4,262 words)

Author(s): Bowen, H. | Bosworth, C.E.
Abū ʿAlī al-Ḥasan b. ʿAlī b. Isḥāḳ al-Ṭūsī, le célèbre ministre des sultans sald̲j̲ūḳides Alp Arslân et Maliks̲h̲āh [ q.vv.]. D’après la plupart des sources, il naquit le vendredi 21 d̲h̲ū l-ḳaʿda 408/10 avril 1018, bien que le Taʾrīk̲h̲i Bayhaḳ (VIe/XIIe siècle) d’Ibn Funduḳ al-Bayhaḳī [ q.v.], qui est le seul à fournir des renseignements détaillées sur sa famille, place sa naissance en 410/1019-20. Il naquit à Rādkān, village aux environs de Tus, où son père était agent du fisc pour le compte du gouvernement g̲h̲aznawide. On sait peu de choses sur le début de sa vie. Les Waṣāyā-yi Ḵh̲wād̲j…

Rūd̲h̲rāwar

(242 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, district rural ( rūstāḳ, nāḥiya) de la province islamique médiévale du Ḏj̲ibāl [ q.v.], en Perse occidentale. Les géographes la décrivent comme une plaine fertile au pied du Kūh-i Alwand, renfermant 93 villages et produisant un safran de haute qualité, exporté par les villes voisines de Hamad̲h̲ān et de Nihāwand. Le chef-lieu du district, où étaient le d̲j̲āmiʿ et le minbar, s’appelait Karad̲j̲-i Rūd̲h̲rāwar, décrit par les Ḥudūd al-ʿĀlam, trad. 132, 6 31.8-9, ¶ comme un endroit prospère où demeuraient des marchands. Ce site paraît avoir été distinct du Karad̲j̲ qui…

Maymandī

(474 words)

Author(s): Nazim, M. | Bosworth, C.E.
, Abū l-Ḳāsim Aḥmad b. Ḥasan, dit S̲h̲ams al-Kufāt «le soleil des compétents», vizir des sultans Maḥmūd et Masʿūd de G̲h̲azna [ q.vv.]. Frère de lait de Maḥmūd, il avait été élevé avec lui. Son père, qui était, semble-t-il, originaire de Maymand, au Zābulistān, avait été ʿāmil de Bust sous Sebüktigin, mais, accusé de détourner les impôts, il avait été mis à mort. En 384/994, quand l’ amir sāmānide Nūḥ b. Manṣūr conféra à Maḥmūd le commandement des troupes du Ḵh̲urāsān, ce dernier mit Aḥmad à la tête de sa chancellerie. Après quoi, il s’éleva rapidement au servi…

Fak̲h̲r-i Mudabbir

(611 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, s̲h̲uhra de Fak̲h̲r al-dīn Muḥammad b. Manṣūr Mubārak Shāh al-Ḳuras̲h̲ī, auteur indien qui écrivait en persan; il vivait sous les derniers G̲h̲aznawides, les G̲h̲ūrides et les premiers «rois esclaves» de Dihlī (fin du VIe/XIIe — début du VIIe/XIIIe siècle), mais la date et le lieu de sa naissance sont inconnus. Il prétendait descendre d’Abū Bakr par son père et, par sa mère, de l’ amīr turc Bilgetigin, prédécesseur immédiat, à G̲h̲azna, de Sebüktigin et beau-père de Maḥmūd de G̲h̲azna; il peut donc fort bien être né et avoir été élevé dans cette dernière vi…

Simaw

(383 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en turc moderne Simav, ville d’Anatolie du Nord-est. sur le fleuve du même nom, et juste au Sud-est du Simav Gölü, à 90 km à vol d’oiseau au Sud-ouest de Kütahya [ q.v.] et sur la route reliant Balikesir à Usak (lat. 39° 05′ N, long. 28° 59′ E., altitude 823 m). A la fin de l’époque ottomane, c’était le chef-lieu d’un ḳaḍāʾ du même nom. C’est maintenant le centre de l’ ilçe, ou district de Simav, dans l’il, ou province de Kütahya. Il ne faut pas la confondre, comme l’a fait Babinger dans son article de l’ EI 1, avec Simāwnā, en Thrace orientale, lieu de naissance de l’ancien rebelle ottoman …

ʿUtba b. G̲h̲azwān

(326 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. al-Ḥārit̲h̲ b. Ḏj̲ābir, Abū ʿUbayd Allāh ou Abū G̲h̲azwān al-Māzinī, de la tribu Māzin des Ḳays ʿAylān, ḥālif ou confédéré des clans mecquois Nawfal ou ʿAbd S̲h̲ams, converti très tôt à l’Islam et un des plus anciens compagnons du Prophète. Il était appelé le «septième des sept», c’est à dire de ceux qui avaient adopté la nouvelle foi. Il participa aux deux hid̲j̲ras en Éthiopie, à la bataille de Badr, et à plusieurs expéditions menées par Muḥammad. Sous le califat de ʿUmar, il fut envoyé de Médine conduire des expéditions sur le bas ʿIrāḳ, s’emparant d’al-Ubulla [ q.v.], tuant le marzbān de…

Nāgawr

(818 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Burton-Page, J.
, orth. moderne Nagaur, Nagor, ville et district de la division de Jodhpur de l’État du Rajasthan (Union indienne), autrefois inclus dans la principauté de Jodhpur de l’Inde britannique; la ville (27° 12’ N. et 73° 48’ E.), située à 120 km au Nord-est de Jod̲h̲pur [voir Ḏj̲ōdhpur], comptait une population de 36 433 habitants en 1971. La cité, ceinte de remparts, tirait son nom de ses fondateurs traditionnels, les Rād̲j̲pūts Nāga. À la fin du XIIe siècle, elle a été sous la domination du prince Čawhān (Čahamāna) de Dihlī, Pṛithvīrād̲j̲a III, puis du G̲h̲ūride Muʿizz al-dīn Muḥammad [voir G̲h̲ū…

Sald̲j̲ūḳides

(49,634 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Bosworth, C.E | Hillenbrand, R. | Rogers, J.M | Blois, F.C.De | Et al.
, dynastie turque de l’Islam médiéval qui, au sommet de son pouvoir pendant les Ve-VIe/XIe-XIIe siècles, régnait, soit directement soit par des princes vassaux, sur une vaste région de l’Asie de l’Ouest s’étendant de la Transoxanie, du Farg̲h̲āna, du Semirecye et du Ḵh̲wārazm à l’Est jusqu’à l’Anatolie, la Syrie et le Ḥid̲j̲āz à l’Ouest. Du noyau de ce qui allait être l’empire des Grands Sald̲j̲ūḳs, des lignées subordonnées de la famille des Sald̲j̲ūḳs se maintinrent dans des régions comme le Kirmān (jusque vers la fin du VIe/XIIe siècle), la Syrie (jusqu’au début du VIe/XIIe siècle) et…

Sarak̲h̲s

(900 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḵh̲urāsān septentrional, dans la steppe au Nord de l’extrémité orientale de la chaîne du Köpet Dag̲h̲. Elle était située sur la rive droite (orientale) de la rivière Tad̲j̲ant (actuellement Ted̲j̲en), dont le débit incertain recevait les eaux du Harī Rūd avant de disparaître dans le désert du Ḳara Ḳum [ q.v.]. Selon les géographes musulmans du moyen âge, le lit de la rivière n’était rempli qu’à l’époque des hautes eaux, en hiver et au début du printemps. Divers canaux d’irrigation furent dérivés de la rivière, mais la modicité des resso…

S̲h̲uraḥbīl b. Ḥasana

(297 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAbd Allāh, Mekkois des premiers temps converti à l’Islam, éminent Compagnon du Prophète et l’un des grands chefs militaires lors de l’invasion de la Syrie, m. 18/639. Apparemment d’origine kindite, il portait le nom de sa mère, Ḥasana, mais son nasab était ... b. ʿAbd Allāh b. Muṭāḥ b. ʿAmr. Il est qualifié de ḥalīf ou confédéré [voir Ḥilf] du clan mekkois de Zuhra, mais lié par un autre mariage de sa mère à Ḏj̲umaḥ. En tant que converti de la première heure, il prit part à la seconde hid̲j̲ra en Ethiopie (voir Ibn Saʿd, IV/1, 94, VII, 118; Ibn al-At̲h̲īr, Usd, II, 390-1). Il prit de l’imp…

Tibesti

(359 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif montagneux du centre du Sahara, faisant partie des hautes terres qui vont de l’Adrar des Ifog̲h̲as [voir Adrar] situé dans le Nord-est du Mali jusqu’aux montagnes Nuba du Soudan. Il s’étend à peu près entre 23° et 19° 3′ de lat. Nord et 16° et 19° 30′ de long. Est, avec une longueur d’environ 380 km sur 350 km de profondeur, et il comprend le point culminant du Sahara, avec le sommet volcanique de l’Emi Koussi à 3.415 m. Trois grands wadis secs, profondément encaissés, indiquent, comme en d’autres lieux du Sahara, que le ¶ climat fut autrefois plus humide. On trouve des oasis, au …

Sanad

(151 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), plur. asnād, littéralement “support, étai, repos”. Dans l’usage administratif musulman, le terme en est arrivé à désigner un document administratif, financier ou légal dans lequel on peut avoir une confiance absolue ( masnūd), d’où le sens de document certifié ou authentifié. De la même racine s-n-d, est dérive le terme technique de la tradition islamique, isnād [ q.v. et Ḥadīt̲h̲], littéralement “l’acte de faire reposer quelque chose sur autre chose”. La forme turque de sanad, c’est-à-dire sened, était employée dans la pratique ottomane pour un document auquel, pa…

al-Zuṭṭ

(786 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme employé en arabe ancien pour désigner un peuple du Nord-ouest de l’Inde, les Jhâfs (voir Ḏj̲āt́) dont les membres avaient été transférés dans la région du Golfe Persique durant les premiers siècles de l’Islam, ou même plus tôt. Selon al-Balād̲h̲urī, l’empereur sāsānide Bahrām V Gūr ( r. 420-38) transféra des Zuṭṭs de l’Inde au Ḵh̲ūzistān et sur le littoral du Golfe; par la suite, ceux-ci, devenus musulmans, furent installés par Abū Mūsā al-As̲h̲ʿarī [ q.v.] à Baṣrā et furent rattachés à la tribu Ḥanẓala de Tamīm. Ils furent entraînes — du moins certains d’entre …

Rāfiʿ al-Darad̲j̲āt

(148 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Rāfiʿ al-S̲h̲aʾn b. S̲h̲āh ʿĀlam I, S̲h̲ams al-dīn, arrière petit-fils du grand empereur mug̲h̲al Awrangzīb [ q.v.]. Il était un des empereurs éphémères des dernières décennies du pouvoir mug̲h̲al indépendant, et régna environ quatre mois au printemps de 1131/1719. Après la mort d’Awrangzīb en 1118/1707, le pouvoir le plus important daiis l’Empire était celui des Bārha Sayyids [ q.v. au Suppl.] qui, en 1124/1712, élevèrent au trône Farrukh-siyar b. ʿAẓīm al-S̲h̲aʾn Muḥammad ʿAzīm [ q.v.]. puis le déposèrent en rabīʿ II 1131/février 1719 et le remplacèrent par Rāfiʿ …

Muḥammad b. ʿAbd Allāh

(844 words)

Author(s): Zetterstéen, K. V. | Bosworth, C. E.
b. Ṭāhir Ḏh̲ī l-Yamīnayn, ¶ Abū l-ʿAbbās, Ṭāhiride qui fut gouverneur de Bag̲h̲dād. Né en 209/824-5, il fut appelé du Ḵh̲urāsān à Bag̲h̲dād, en 237/851, par le calife al-Mutawakkil et nommé gouverneur militaire pour mettre de l’ordre dans la situation chaotique qui y régnait. Malgré la grande puissance des Ṭāhirides qui gouvernaient le Ḵh̲urāsān avec une autonomie considérable, tout en reconnaissant nominalement la suzeraineté du calife, sa tâche n’était nullement aisée. Après son avènement (248/862…

Sābūr b. Ardas̲h̲īr

(357 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Naṣr Bahāʾ al-dīn (330-416/942-1025), fonctionnaire et vizir pour le compte des Būyides au Fārs. Ayant commencé sa carrière de haut fonctionnaire comme délégué du vizir de S̲h̲araf al-dawla Abū Manṣūr b. Ṣāliḥān, il devint ensuite vizir lui-même pour la première fois en 380/990, et pour le successeur de S̲h̲araf al-dawla à S̲h̲īrāz, Bahāʾ al-dawla [ q.v. au Suppl.]. Il fut de nouveau vizir à S̲h̲īrāz en d̲j̲umādā I 386/mai-juin 996, cette fois pour plus de trois ans, puis en 390/1000 à Bag̲h̲dād comme délégué du vizir Abu ʿAlī al-Muwaffaḳ. Sābūr…

Mā Warāʾ al-Nahr

(8,579 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
(a.) «[le pays situé] au delà du fleuve», l’Oxus ou Amū Daryā ā q.v.], c’està-dire la Transoxiane classique, ainsi nommée par les conquérants arabes du Ier/VIIe siècle et des époques suivantes, par opposition au Mā dūn al-Nahr, les territoires du Ḵh̲urāsān [ q.v.] «en deçà de l’Oxus», bien que le mot Ḵh̲urāsān soit assez souvent employé vaguement pour désigner tous les pays islamiques situés au delà de la Perse occidentale. 1. — Le nom. Les frontières du Mā warāʾ al-Nahr au Nord et à l’Est dépendaient de la situation politique et se trouvaient là où cessait le pouvoir…

Musawwida

(488 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «ceux qui noircissent» et, par extension, «qui portent du noir», nom donné aux partisans des ʿAbbāsides au temps de la daʿwa d’Abū Muslim al-Ḵh̲urāsānī et d’Abū Salama al-Ḵh̲allāl [ q.vv.], d’après, semble-t-il, les bannières noires que portaient ces rebelles aux Umayyades, de sorte qu’ils sont qualifiés dans certaines sources d’ aṣḥāb al-rāyāt al-sawdāʾ. Les origines de cet emploi du noir sont obscures, et on les a beaucoup discutées. En premier lieu, ce peut avoir été simplement une marque de rébellion, car le rebelle anti-umay…

Thālnēr

(229 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville du nord-ouest du Deccan ou Inde du Sud, située sur le cours moyen du fleuve Tāptī à 21° 15’ de latitude Nord et 74° 58΄ de longitude Est (voir la carte à Gud̲j̲arāt, II, 1152). Sa renommée dans l’histoire indo-musulmane médiévale vient de ce qu’elle fut la première capitale des souverains Fārūkī [voir Fārūḳides] du Ḵh̲āndēs̲h̲ [ q.v.] avant qu’ils ne se déplacent à Burhānpūr [ q.v.]. Elle fut le centre du pouvoir hindou dans l’Inde occidentale quand Malik Rād̲j̲ā Aḥmad la choisit vers la fin du VIIIe/XIVe siècle. Elle fut prise en 914/1509 par le sultan du Gud̲j̲arāt Maḥmūd Begaŕhā [ q.v.]…

Muḥammad Ṣāliḥ Kanbō Lāhawrī

(163 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, historien indomusulman et styliste dont les dates exactes de naissance et de mort ne sont pas connues, mais qui écrivait au XIe/XVIIe siècle sous les empereurs Mog̲h̲ols S̲h̲āh Ḏj̲ahān et Awrangzīb [ qq.v.]. Il ¶ est peut-être un frère plus jeune de l’historien et littérateur ʿInāyat Allāh Kańbō (m. 1082/1671 [ q.v.]), si au moins la référence de Muḥammad Ṣāliḥ à ce dernier comme son maître et patron, birādar-i kalān "frère aîné", doit être interprété littéralement. On ne sait presque rien de sa vie, mais il était fonctionnaire gouvernemental à Lahore où son tombeau se…

Mīt̲h̲āḳ

(653 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a., nom d’instrument de wat̲h̲iḳa «croire, avoir confiance en» ou wat̲h̲uḳa «être ferme», équivalent, dans l’usage, du maṣdar mīmī ou du nom de lieu et de temps mawt̲h̲īḳ), pacte, accord, employé 25 fois dans le Ḳurʾān, et souvent en relation avec son synonyme ʿahd [ q.v.]. Dans quelques occurrences, il désigne des conventions politiques (IV, 92/90, 94/92, VIII, 73/72, et cf. l’emploi de ʿāhada en VIII, 58/56) et une fois un pacte ¶ entre mari en femme (IV, 25/21), mais, dans la plupart des cas, il s’agit de pactes entre Dieu et divers membres de Sa création humain…

Ubāgh

(241 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ʿAyn Ubāg̲h̲, nom d’une source ou d’un cours d’eau, sur les confins orientaux, c.-à-d. ʿirāḳīs, du Désert de Syrie, qui fut le théâtre d’un yawm pré-islamique, ou bataille entre les Arabes. Les sources arabes confuses disent qu’il s’agit de la bataille de 554 ap. J. C. au cours de laquelle le Lak̲h̲mide al-Mund̲h̲ir III b. al-Nuʿmān II fut tué en combattant le G̲h̲assānide al-Ḥārith b. Ḏj̲abala [ q.v.], à savoir le Yawm al-Ḥalīma (voir par ex. al-Bakrī, Muʿd̲j̲am mā staʿd̲j̲ama, I, 95; Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 175. Cf. A. P. Caussin de Perceval, Essai sur l’histoire des Arabes a…

al-Warkāʾ

(224 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tall, nom arabe de ce qui est aujourd’hui un site archéologique dans le liwāʾ (gouvernorat) ¶ de Nāṣiriyya en ʿIrāḳ (31° 18ʹ N, 45° 40ʹ E.). C’est l’Uruk des Sumériens et des Babyloniens, Erech dans la Bible (Gen. X, 10), une ville d’importance majeure, et un des centres religieux de l’ancienne Babylonie, dont la première visite fut effectuée par W. K. Loftus dans les années 1850. Au début de l’Islam, cela semble avoir été un bourg modeste du district de Kaskar; les traditions musulmanes y situaient le lieu de naissance du patriarche Ibrāhīm/Abraham (nombre d…

Ṭalḥat al-Ṭalaḥāt

(305 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
«le Ṭalḥa des Ṭalḥa», nom par lequel était connu le généralissime arabe des premiers temps de l’Islam, Abū Muḥammad Ṭalḥa b. ʿAbd Allāh b. Ḵh̲alaf al-Ḵh̲uzāʿī. Ibn Ḵh̲allikān, éd. ʿAbbās, III, 88, trad. de Slane, II, 53, explique ce surnom par le nom de sa mère: Ṭalḥa bt. Abī Ṭalḥa. Par sa mère, il était lié à ḳurays̲h̲ (Caskel-Strenziok, Ğamharat an-nasab, II, 555). Il apparaît dans l’histoire des Umayyades comme gouverneur du Sīstān, vers la fin du califat de Yazīd Ier, nommé par le gouverneur du Ḵh̲urāsān, Salm b. Ziyād [ q.v.], juste après une razzia arabe dans l’Afg̲h̲ānistān ori…

Safīd Rūd

(272 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), «Rivière Blanche», système hydrographique de la Perse du Nord-ouest drainant la partie Sud-est de l’Afg̲h̲ānistān, et ce qui au moyen âge islamique était la région du Daylam [ q.v.]. Les géographes du IVe/Xe siècle l’appelaient déjà Sabīd/Sapīd̲h̲ Rūd̲h̲, et Ḥamd Allāh Mustawfī (VIIIe/XIVe siècle) applique nettement le mot à l’ensemble du système. A une époque plus récente, le nom tend cependant à désigner plus étroitement la partie du système qui se constitue après le confluent à Mard̲j̲il des deux grands tributaires, le Ḳi̊zi̊l Üzen [ q.v.] venant de la gauche, et le S̲h̲…

Özkend

(319 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ūzkend, parfois écrit dans les sources Yūzkand ou Uzd̲j̲and, ville du Farg̲h̲āna [ q.v.] islamique médiéval, en Asie Centrale, à l’extrémité orientale de la vallée du Farg̲h̲āna, et considérée comme proche de la frontière avec les Turcs païens. Dès le milieu du IIIe/IXe siècle, Özkend était gouvernée par un potentat local portant le nom turc de Ḵh̲ūrtigin (?Čūr-tigin) (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 30). Les géographes du siècle suivant (celui des Sāmānides) lui attribuent le caractère tripartite typique des ville islamiques orientales, avec une citadelle dans la madīna (cité intérieur…

Rawāndīz

(756 words)

Author(s): Nikitine, B. | Bosworth, C.E.
, Ruwāndīz, ville du Kurdistān irakien, chef-lieu d’un ḳaḍāʾ du liwāʾ d’Irbil. Vers 1940, elle comptait environ 7 000 habitants. Elle est située à 36°37ʹ delat. N. et 44  33ʹ de long. E., aune altitude d’environ 915 m, sur une route reliant Mawṣil et Irbil [ q. vv.] à Mahābād/Sāwd̲j̲-Bulāḳ [ q. vv.] par le col de Garu S̲h̲inka (1830 m). La route n’est décrite au Moyen Age que par Yāḳūt, qui énumère sept étapes entre Mawṣil et Sāwd̲j̲-Bulāḳ. Histoire. Rawāndīz, placée au carrefour des pistes qui servent aux communications à l’intérieur et à l’extérieur du Kurdistān, dut de …

al-Muḳtadir

(1,485 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Bosworth, C.E.
bi-llāh, Abū l-Faḍl Ḏj̲aʿfar, calife ʿabbāside qui était le fils d’al-Muʿtaḍid [ q.v.] et d’une concubine esclave grecque nommée S̲h̲ag̲h̲ib. Il régna de 295 à 320/908-32, mais avec deux interruptions pendant lesquelles il fut temporairement déposé, la première, le 20 rabīʿ I 296/17 décembre 908, dans le quatrième mois de son califat, Ibn al-Muʿtazz [ q.v.] le remplaça alors pendant un jour; la seconde, le 15 muḥarram 317/28 février 929, quand son frère Muḥammad al-Ḳāhir [ q.v.] fut mis sur le trône pour deux jours. Après la mort de son frère al-Muktafī [ q.v.] en d̲h̲ū l-ḳaʿda 295/août…

Ḳurḥ

(678 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, al-ḳurḥ, ville et district du Nord du Ḥid̲j̲āz qui étaient d’une importance primordiale au moyen âge d’après les anciennes sources islamiques, mais sont inconnus de nos jours sous ce nom. Il est très vraisemblable que la localité ait joué un rôle dans l’histoire préislamique du Wādī l-Ḳurā [ q.v.] où le Ḳurḥ cité plus tard était situé, bien que les principales villes fussent alors Dēdān (aujourd’hui al-Ḵh̲urayba) et al-Ḥid̲j̲r [ q.v.] ou Madāʾin Ṣāliḥ (auj. al-ʿUlā). D’après Yāḳūt (éd. Beyrouth 1374-6/ 1955-7, IV, 320-1) et al-Samhūdī ( Wafāʾ al-wafāʾ, éd. M. M. ʿAbd al-Ḥamīd, Bey…

Narāḳ

(159 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nirāḳ, petite ville de Perse (lat. 34° N., long. 50° 49´ E.) dans la province actuelle de Ḳum, à 60 km de Kās̲h̲ān et sur la bordure Nord-ouest du Kūh-i Kargas. Elle n’est pas mentionnée chez les géographes musulmans classiques, mais est connue comme ville natale du savant Muḥammad Mahdī b. Abī Ḏh̲arr Nirāḳī (m.? 1209/1794-5), auteur d’ouvrages en arabe et en persan sur la rhétorique, les martyrs s̲h̲īʿites. les mathématiques, etc. (Storey, I, 219-20, III, 213; Brockelmann, S II, 824) et de son fils Mullā Aḥmad Nirāḳī (m. 1244/1828-9), théologien et poète sous le tak̲h̲alluṣ de Ṣafāʾī (B…

Rād̲j̲ā Ganes̲h̲

(207 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(du hindī Gaṇésa, transcrit en arabe G.n.s. ou G.n.sī) propriétaire terrien hindou du Bengale du Nord qui usurpa le pouvoir au Bengale pendant les dernières années de la première période de la dynastie des Ilyās S̲h̲āhides, probablement dans la première décennie du IXe/XVe siècle. Les sources ne sont pas claires, mais il semble que Rād̲j̲ā Ganes̲h̲ ait exercé le pouvoir dans l’Etat sous l’autorité nominale des Ilyās S̲h̲āhides, puis ait mis sur le trône, en 817/1414, son jeune fils Ḏj̲adu, qui se convertit à l’Islam et prit le nom de Ḏj̲a…

Ḳandahār

(3,307 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Sud-ouest de l’Afg̲h̲anistān (31°27’ N et 63° 43’ E) qui, de nos jours, a donné son nom à une province; elle est située à une altitude de 1 000 mètres environ, entre les cours de l’Arg̲h̲andāb et du S̲h̲ōrāb, dans la partie méridionale, plus tempéiée, de l’Afg̲h̲ānistān; la neige y dure rarement longtemps et, à l’époque moderne, la ville est devenue la résidence d’hiver des habitants de Kābul désireux d’éviter les rigueurs du climat de la capitale (voir J. Humlum et autres, La géographie de l’Afghanistan, étude d’un pays aride, Copenhague 1959, 141-2; Ibn Baṭṭūta, III, 89 ra…

Bād̲h̲ām

(521 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Bād̲h̲ān, gouverneur persan du Yémen vers la fin de la vie du Prophète. La présence des Persans au Yémen remontait à l’époque (vers 570 de J.-C.) où s’était produite sous l’impulsion du prince ḥimyarite Sayf b. Ḏh̲ī Yazan [ q.v.], une réaction nationale contre le gouverneur, Masrūḳ b. Abraha, soutenu par les Éthiopiens. Le roi de Perse Ḵh̲usraw Anūs̲h̲irwān avait envoyé des troupes, [voir Wahriz] pour appuyer Sayf b. Ḏh̲ī Yazan, et une garnison persane, avec un gouverneur militaire à sa tête, avait finalement été installée à Ṣanʿāʾ. Ce sont les descendants …

Küčük ʿAlī Og̲h̲ullari̊

(481 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, une lignée de derebeys [ q.v.] turcomans, seigneurs locaux contrôlant un siècle durant la région autour de Payas [ q.v.], strategiquement située à l’entrée du golfe d’Alexandrette (à présent dans l’ il ou province de Hatay), et, durant quelques temps, Adana en Cilicie. Le fondateur, Ḵh̲alīl Bey Küčük ʿAlī Og̲h̲lu apparaît vers 1770 comme un chef de bandits, basé à Payās, prélevant son butin sur la navigation dans le golfe, y compris sur les navires des puissances européennes, ainsi que sur le trafic terrestre contraint d’emprunter une é…

al-Nuwayrī

(208 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad b. al-Ḳāsim al-Iskandarānī, historien de sa ville natale, Alexandrie, où il vécut au VIIIe/XIVe siècle (les dates précises sont inconnues). Entre 767 et 775/1366-74, il écrivit une histoire de la ville en trois volumes, le K. al-Ilmām fīmā d̲j̲arat bihi l-aḥkām al-maḳḍiyya fī wāḳiʿāt al-Iskandariyya dans le but de décrire la calamité provoquée en muḥarram 767/octobre 1365 par les Croisés francs qui, conduits par Pierre de Lusignan, roi de Chypre, descendirent sur Alexandrie, l’occupèrent pendant une semaine et la mirent à sac (voir S. Runciman, A history ofthe Crusades, Lo…

Muḥammad Farīd Bey

(469 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Aḥmad Farīd Pas̲h̲a (1284-1338/1867-1919), politicien nationaliste égyptien, dont l’action se déroula dans les deux premières décennies du XXe siècle. Appartenant à l’aristocratie turque, il fit une carrière d’avocat devant les tribunaux ahliyya, puis de partisan de Muṣṭafā Kāmil Pas̲h̲a [ q.v. ], leader de l’opposition nationaliste au protectorat britannique sur l’Égypte et fondateur, en 1907, du Parti Nationaliste ( al-Ḥizb al-Waṭanī [voir Ḥihẓb I. Pays arabes]). A la mort de Muṣṭafā Kāmil (début 1908), Muḥammad Farīd lui succéda à la tête du parti, ma…

Ürgenč

(442 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du delta du fleuve Oxus, ou Amū Daryā [ q.v.] dans le Ḵh̲warazm [ q.v.], et qui, durant cinq siècles, à partir de la conquête mongole, fut la capitale de la province. Après la destruction totale en 618/1221 par les Mongols de Gurgand̲j̲, la précédente capitale du Ḵh̲warazm, les conquérants fondèrent une nouvelle ville, sur un site proche, sans doute celui du «petit Gurgand̲j̲», à trois farsak̲h̲s de l’ancienne capitale. Sous la pax mongolica, Ürgenč devint rapidement un centre commercial, peuplé et florissant, (voir Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion, 457 et du même, A …

Konkan

(352 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, région littorale dans la partie occidentale du Dekkan (ou péninsule indienne), comprise entre Thālnēr et Bombay au Nord et Goa au Sud, c’est à dire entre les latitudes 19° 30ʹ N. et 15° 30ʹ N., et s’étendant sur environ 560 kms. Elle a été désignée sous ce nom tant au Moyen Âge qu’à l’époque contemporaine. Dans l’Inde britannique, elle était officiellement dans la présidence de Bombay, plus ¶ tard province de Bombay, et à présent dans l’État de Maharashtra de l’Union Indienne. Elle comprend une plaine basse, très forestière, allant de la mer d’Oman à la barriè…

Mangrōl

(169 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de deux localités de l’Inde. 1. Port sur la côte Sud-ouest de la péninsule de Kāt̲h̲iāwāŕ (21° 28´ N., 70° 14´ E.) qui se trouvait autrefois à l’intérieur de l’État indigène de Ḏj̲unāgaŕh [ qv.] et dont le chef musulman local était vassal du nawwāb de cet État. La mosquée porte la date de 785/1383. Bibliography Imperial gazetteerof India 2, XVII, 180. 2. Ville de l’ancien territoire de l’Inde britannique de Rajputana, à l’intérieur de l’État indigène de Kotah (25° 20´ N., 70° 31´ E.) et à 70 km. au Nord-est de la cité de Kotah. C’est là qu’eut lieu, le 1er octobre 1821, la bataille entre de…

Raʿiyya

(3,117 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Faroqhi, Suraiya
(a.), pl. raʿāyā, littéralement, «troupeau de bétail, de moutons, etc. au pâturage», finit par désigner l’ensemble des sujets, le peuple payant l’impôt, par opposition aux classes militaires et érudites dirigeantes. 1. Dans le monde islamique médiéval. ¶ L’emploi ḳurʾānique du verbe raʿā et de ses dérivés couvre les deux champs sémantiques «paître les troupeaux» (p. ex, XX, 56/54; XXVIII, 23) et «être attentif aux intérêts de quelqu’un» (p. ex. XXIII, 8; LVII, 27; LXX, 32). Dès lors que d’autres religions ou cultures proche orientales …

Kilāt

(1,280 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Kalāt, Kelāt, nom d’une ville et d’une vaste région du Balūčistān qui constituait un k̲h̲ānat avant de devenir un district du Pakistan. I. La ville (souvent appelée Kalāt-i Balūč pour la distinguer de la Kalāt-i G̲h̲ilzay afg̲h̲āne) est située à 28଀ 53′ de lat. N. et 66° 28′ de long. E., à une altitude de 2000 m.; au cours des derniers siècles, elle resta la capitale du k̲h̲ānat de Kalāt et la ville la plus importante du Balūčistān, jusqu’au moment où Quetta [voir Kwat́t́a] devint une base ¶ militaire de l’Inde britannique. Kalāt ou Kilāt représente l’arabe ḳalʿa et le persan ḳala/ ḳalāt souven…

Kūh-i Bābā

(496 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif motagneux de l’Afghanistan central constitué par l’extension vers l’Ouest et le Sud du «nœud» des Pamirs et de l’Hindau Kus̲h̲ [ q.v.] du Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān. Le nom de Kūh-i Bābā est proprement donné à la chaîne maîtresse Est-Ouest qui s’étend de Kābul vers l’Ouest, au Sud du Herī Rūd supérieur, avec des prolongements vers le Sud et l’Ouest à travers les régions des G̲h̲ōrāt [voir G̲h̲ūr] et des Hazārad̲j̲āt [ q.v., au Suppl.], entre les vallées telles que celles de l’Helmand, de PArg̲h̲andāb et du Tarnak. Sur le versant Nord du Herī Rūd, se dressen…

Si̊r Daryā

(2,136 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E. | Poujol, Catherine
, forme courante Syr Darya, le plus grand fleuve d’Asie Centrale. L’élément turc sir est pratiquement inconnu jusqu’au Xe/XVIe siècle. Au siècle suivant, le prince et historien de Ḵh̲īwa Abū l-G̲h̲āzī Bahādur Ḵh̲ān [ q.v.] appelle la mer d’Aral [ q.v.] «mer de Sir» (Si̊r Teñizi). 1. Aux époques ancienne et médiévale. Le Si̊r Daryā, entre ses origines sur les versants Nord-ouest des monts Tien Chan et son débouché dans la mer d’Aral, traverse les actuelles républiques de Kirghizie, d’Uzbekistan, du Tadjikistan et du Kazakhstan. Il est formé par la réunion dans sa partie orientale ¶ de la v…

Kāfiristān

(2,601 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
« pays des incroyants », nom d’unerégion montagneuse du massif de l’Hindou Kouch, au Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān, qui resta très isolée et politiquement indépendante jusqu’à la conquête afg̲h̲āne (1896), mais devint dès lors, avec l’introduction de l’Islam, le Nūristān « pays de lumière ». Quelques auteurs européens anciens ont fait état de ce que l’on pourrait qualifier de « GrandKāfiristān » comprenant, outre le Kāfiristān proprement dit (voir infra), des régions telles que le Lag̲h̲mān, le Čitrāl, le Swāt, le Bad̲j̲war, le Gilgit, etc., ce qui correspondrait …

al-S̲h̲aʾm. al-S̲h̲ām

(22,573 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Lammens, H. | Perthes, V. | Lentin, J.
, la Syrie, litt. «la région à main gauche», de l’ancien usage arabe considérant le locuteur comme faisant face au soleil levant, ayant ainsi la Syrie à sa gauche et la péninsule arabique, notamment le Yaman («la région à main droite») à sa droite (cf. al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, III, 140-1 = § 992; al-Muḳaddasī, trad. fr. partielle A. Miquel, La meilleure, répartition pour la connaissance des provinces, Damas 1963, 155-6; les deux textes comportent d’autres explications plus fantaisistes). Dans l’usage islamique primitif, l’expression bilād al-S̲h̲ām s’applique à la zone que l’usag…

al-Ṣīn

(10,350 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Hartmann, M. | Israeli, R.
, terme désignant habituellement la Chine en arabe médiéval; il signifie, plus précisément, le peuple chinois mais est alors utilisé sans le mot bilād désignant le territoire de la Chine à proprement parler. 1. Le nom. A l’origine, la première consonne est le résultat de la transcription habituelle du persan čīm en ṣād de l’arabe ancien. Ainsi, les formes Činistān et Čīn apparaissent dans les Ḥudūd al-ʿālam persans (vers 372/982), la première remontant aux lettres sogdiennes du IIe siècle après J. C et apparaissant par la suite en moyen persan et en arménien; en persan m…

S̲h̲īt̲h̲

(700 words)

Author(s): Huart, Cl. | Bosworth, C.E.
(hébr. S̲h̲ēt̲h̲), Seth, le troisième fils d’Adam et d’Eve (Gen. IV, 25-6, V, 3-8), considéré dans la tradition islamique comme l’un des premiers prophètes et, comme son père, le bénéficiaire d’une écriture révélée. Il n’est pas cité dans le Ḳurʾān, mais joue un rôle considérable dans la littérature ultérieure des Ḳiṣas al-anbiyāʾ [ q.v.] (voir ci-après). Il serait né quand son père avait 130 ans, cinq ans après le meurtre d’Abel. Lorsque Adam mourut, il le constitua son héritier et exécuteur testamentaire; il lui enseigna les heures du jour et de…

Mīkālī

(1,097 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nisba d’une famille iranienne du Ḵh̲urāsān qui occupa une place en vue dans le monde culturel et politique de la région et joua un rôle actif dans l’administration locale et municipale sous les Sāmānides et les premiers G̲h̲aznawides [ q.vv.]. Elle était apparemment d’origine sogdienne, et l’on cite parmi ses ancêtres préislamiques le prince de Pand̲j̲kent, S̲h̲īr Dīvāstič, tué par les Arabes au Mont Mug̲h̲, en 104/722-3 [voir Mā warāʾ al-Nahr. II. Histoire]; al-Samʿānī ( Ansāb, éd. en facsimile, fol. 548 b-549 b) la fait remonter aux Sāsānides Yazdagird II et Bahrān …

Munād̲j̲āt

(244 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom d’action du verbe de IIIe forme nād̲j̲ā «murmurer, causer confidentiellement avec quelqu’un», employé en ce sens dans Ḳurʾān, LVIII, 13, et à la VIe forme réciproque en LVIII, 9, 10, à propos des murmures de mécontentement circulant parmi les partisans du Prophète, probablement après la défaite d’Uḥud (voir Nöldeke-Schwally, G.d.Q, I, 212-13). Munād̲j̲āt devient toutefois un terme technique de piété islamique et d’expérience mystique au sens de «prière spontanée», par opposition au devoir d’obligation rendu à Dieu à l’occasion de la ṣalāt (voir Hughes, A dictionary of I…

Lanbasar

(387 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(ainsi chez Ras̲h̲īd al-dīn et Mustawfī; prononciation populaire avec assimilation: Lam(m)asar < Lambasar), nom d’une des forteresses ismāʿīliennes du Nord-ouest de l’Iran prise à un chef local par le lieutenant et finalement successeur de Ḥasan-i Sabbāḥ, Kiyā Buzurg-Ummīd, en 495/1102 selon Ḏj̲uwaynī [voir Alamūt, Ismaʿīliyya]. Ses ruines encore vastes sont situées, sur une pente à 30° aisément défendable dont la surface ressemble à un tronc de cône et qui mesure environ 480 m sur 190, dans le district de Rūdbār, sur le haut S̲h̲āh-Rūd, affluent du Safīd-Rūd [ q.v.], où se trouvai…

Ḏj̲and

(1,917 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville médiévale située sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, en Asie centrale, vers l’embouchure de ce cours d’eau dans la mer d’Aral, dans l’actuelle RSS du Kazakstan; sa renommée était telle que la mer d’Aral fut souvent appelée mer de Ḏj̲and. C’est vers le milieu du IVe/Xe siècle que, pour la première fois, il en est fait état par les géographes arabes, notamment par Ibn Ḥawḳal et, après lui, par l’auteur anonyme des Ḥudūd al-ʿālam (372/982). Ibn Ḥawḳal indique qu’il existait trois agglomérations sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, chez les Turcs og̲h̲uz de cette…

Ṭarāz

(982 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom arabe désignant Talas, rivière d’Asie centrale et ville préislamique et des premiers temps de l’Islam située sur ses rives. Le site exact est inconnu mais se trouvait probablement près de la ville plus récente d’Awliyā Atā/Aulie Ata, la Dzhambul actuelle. Cette dernière est aujourd’hui dans la République du Kazakhstan, mais l’ancien nom de Talas a été réutilisé pour désigner un site moderne plus à l’est, sur la rive gauche de la rivière de Talas, au cœur du Kirg̲h̲istan. Le Talas d’origine éta…

ʿUḳaylides

(796 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie arabe qui prospéra en ʿIrāḳ et en Syrie du Nord, d’environ 380/990 à 564/1169. La famille est issue de ʿUḳayl [ q.v.], une tribu d’Arabie du Nord. Au IVe/Xe siècle, les ʿUḳayl, installés dans le Nord de la steppe ʿirāḳo-syrienne, dépendaient des Ḥamdānides [ q.v.] de Mawṣil et d’Alep. Quand les derniers Ḥamdānides de Mawṣil, Abū ʿAbd Allāh al-Ḥusayn et Abū Ṭāhir Ibrāhīm, furent menacés par le chef kurde Bād̲h̲ al-Ḥusayn b. Dustak, fondateur au Diyār Bakr de la dynastie marwānide [voir Marwānides], ils appelèrent à leur secours le chef ʿuḳaylide Abū l-Ḏh̲awwād Muḥamma…

Kānpur

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Cawnpore, ville située sur les rives du Gange dans la province de l’Uttar Pradesh (République indienne, 26° 28′N. et 8o°20′E.); c’est également le nom d’un district administratif de cette province. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Kānpur n’était guère qu’un village connu sous le nom de Kanbaiyāpur ou Kanhpur; comme il était situé sur les frontières occidentales de l’Awad̲h̲ ou Oud̲h̲ [ q.v.], le district de Kānpur fut l’objet de disputes, au milieu du XVIIIe siècle, entre les Nawwābs de l’Awad̲h̲, les empereurs mug̲h̲als de Dihlī et la puissance croissante des Marāth…

Zand̲j̲ān

(805 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord-ouest de la Perse, située sur le Zand̲j̲ān Rūd, affluent sur la rive droite du Safīd Rūd [ q.v.]. Elle se trouve sur la grande route qui mène de Téhéran et Ḳazwīn à Tabrīz, à une distance de 314 km de Téhéran et à 302 km de Tabrīz, à une altitude de 1.625 m (36° 40’ de lat. N., 48° 30’ de long. E.). La plupart des géographes du Moyen Age plaçaient Zand̲j̲ān dans la province de Ḏj̲ibāl, l’associant habituellement à Abhar [ q.v.] ou Awhar à quelque 80 km au Sud-est, mais ils déclaraient généralement qu’elle était à la frontière avec l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. et certaines …

K̲h̲ulm

(1,038 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville du Nord de l’Afg̲h̲ānistān (36°42´N., 67° 41´E.); située dans la région des basses terres au Sud du cours supérieur de l’Oxus à une altitude de 450 m., elle se trouve à environ 50 km. à l’Est de l’actuelle Mazār-i S̲h̲arīf et, selon les géographes islamiques médiévaux, à deux marḥalas, ou dix farsak̲h̲s à l’Est de Balk̲h̲ [ q.v.]. Elle est en outre arrosée par le Ḵh̲ulm qui coule dans une étroite vallée de l’Hindū Kus̲h̲, dépasse la ville de Haybak, puis Ḵh̲ulm, pour s’épuiser avant d’atteindre l’Oxus; il est possible que cette rivière soit l’Artamis des géographes grecs. Les géographe…

Rukn al-Dawla

(1,318 words)

Author(s): Bowen, H. | Bosworth, C.E.
, Abū ʿAlī al-Ḥasan b. Būya, le cadet des trois frères qui fondèrent la dynastie bùyide [voir Buwayhides]. Sa fortune suivit celle de son frère aîné ʿAlī (plus tard ʿImād al-Dawla [ q.v.]) jusqu’au moment où ce dernier occupa le Fārs en 322/934; Rukn al-dawla reçut alors le gouvernement de Kāzarūn et d’autres districts. Mais peu après, il fut forcé par le général ʿabbāside Yāḳūt, aux frais duquel la conquête būyide du Fārs avait été entreprise, à se réfugier auprès de son frère; et quand à son tour Yāḳūt fut défait par le ziyāride Mardāwid̲j̲ [ q.v.], l’ancien suzerain des Būyides contre l…

al-Rass

(391 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom, dans les ouvrages géographiques en arabe, de l’Araxes (forme perso-turque: Aras; ¶ arménienne: Eraskʿ; géorgienne: Rak̲h̲s̲h̲ī; moderne: Aras). Ce fleuve prend sa source dans ce qui est aujourd’hui la Turquie orientale, près d’Erzurum, et coule en gros vers l’Est sur 1072 km pour se jeter dans la Caspienne. Son cours moyen, à partir d’un point proche du Mont Ararat, forme aujourd’hui la frontière entre l’ancienne RSS d’Azerbeidjan et la Perse; le cours inférieur reçoit le Kur et traverse les steppes de Mūḳān [ q. v.] et un territoire maintenant totalement azerbaïdjanais. Le nom a…

S̲h̲ahrazūr

(1,629 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲āhrizūr (dans le S̲h̲araf-nāma de S̲h̲araf Ḵh̲ān Bidlīsī, S̲h̲ahra-zūl), district du Kurdistan occidental, à l’Ouest de la chaîne des monts Awrāmān, essentiellement plaine fertile de quelque 58 × 40 km, irriguée par les affluents de la rivière Tānd̲j̲arō, qui se jette dans le Sīrwān, et en fin de compte dans le Diyālā et le Tigre. Au sens large, ¶ S̲h̲ahrazūr désignait à l’époque ottomane l’ eyālet (province) de Kirkūk, ce qui a constitué une source de confusion dans la terminologie géographique. Le district est étroitement associé aux Ahl-i Ḥaḳḳ [ q.v], et les initiés de la sec…

Ḥarb

(27,513 words)

Author(s): Khadduri, M. | Cahen, Cl. | Ayalon, D. | Parry, V.J. | Bosworth, C.E. | Et al.
(A.) «guerre». I. — Aspect juridique. Ḥarb peut signifier soit combat ( ḳitāl) au sens matériel, soit «état de guerre» entre deux ou plusieurs groupes, les deux sens étaient implicites dans l’ordre juridique de l’Arabie préislamique. A défaut d’autorité organisée, la guerre était devenue la base des relations inter-tribales, et la paix ne régnait que quand deux ou plusieurs tribus étaient convenues de la maintenir. En outre, la guerre servait à l’exercice de la vendetta et des représailles. Le désert, propi…

Laḳab

(14,290 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), surnom et, à une époque plus tardive et dans un emploi particulier, titre honorifique (pi. alākb). On trouvera des suggestions à propos de son étymologie dans L. Caetani et G. Gabrieli, Onomasticon aràbicum, I. Fonte-introduzione, Rome 1915, 144-5; sur sa place dans le schéma général de la composition des noms islamiques, voir Ism. Le laḳab paraît avoir été à l’origine un surnom ou sobriquet possédant toutes sortes de valeurs et pouvant être admiratif, purement descriptif et de contenu neutre ou insultant et péjoratif. Dans ce dernier cas, il était souvent désigné sous le nom de naba…

Ḥād̲j̲ib

(4,449 words)

Author(s): Sourdel, D. | Bosworth, C. E. | Lambton, A. K. S. | Réd.
, terme qui peut être traduit approximativement par chambellan (angl. Chamberlain) et qui désigne dans les pays musulmans le personnage chargé de garder la porte du souverain en ne laissant accéder auprès de lui que les visiteurs agréés. Ce terme devint rapidement un titre correspondant à une dignité de cour et à une fonction dont la nature exacte a pu varier sensiblement selon les régions et les époques. Essentiellement maître des cérémonies, le ḥād̲j̲ib apparaît en effet souvent comme un surin…

Sand̲j̲ar

(2,638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Malik S̲h̲āh, ʿAḍud al-Dawla Abū l-Ḥārit̲h̲ Aḥmad, malik sald̲j̲ūḳide au Ḵh̲urāsān, 490-511/1197-8, puis sultan suprême des Grands Sald̲j̲ūḳs, maître du Ḵh̲urāsān et de la Perse du Nord jusqu’à sa mort en 552/1157. Il régna donc une soixantaine d’années. Le nom de Sand̲j̲ar, qui s’applique à d’autres membres de la famille sald̲j̲ūḳide et en d’autres secteurs du monde turc, paraît signifier en turc «celui qui perce, qui enfonce»; cf. M. Th. Houtsma, Ein türkisch-arabisches Glossar, Leyde 1894, texte 29, glossaire 78, 80, et la discussion approfondie de P. Pelliot dans Oeuvres posth…

Silāḥ

(13,666 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Nicolle, D.
(a.), nom masc. et fém. selon les lexicographes, pl. usuel asliḥa, mais on trouve aussi suluḥ, sulḥān et silāḥāt dans les lexiques, terme général en arabe pour désigner tout à la fois les armes offensives et défensives, armures et autres équipements de protection. Souvent, ce sens collectif du mot est aussi compris dans le terme général ʿudda, littéralement «équipement, harnachement, attirail». Le sens d’«arme» n’a clairement aucun lien avec celui du verbe courant arabe salaḥa «déféquer». La possibilité de trouver, en sud-arabique, une forme parallèle à silāḥ paraît faible. On ne…

Rifāʿiyya

(1,171 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de l’une des plus importantes confréries çùfies depuis la période d’institutionnalisation des ṭarīḳas [ q.v.]. Elle se fit remarquer à l’époque pré-moderne pour l’extravagance de certaines de ses pratiques. On ne sait pas vraiment si le fondateur, Aḥmad al-Rifāʿī [ q.v.] était lui-même un mystique du style thaumaturge et faiseur de miracles, mais l’ordre qu’il fonda et qui fut développé par des parents acquit certainement sa réputation extravagante au cours du VIe/XIIe siècle. Il n’est peut-être pas indifférent que la confrérie ait émergé dans les régions maréc…

Naṣr b. Muzāḥim

(211 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abu l-Faḍl al-Minḳarī al-Tamīmī, historien s̲h̲īʿite ancien (mais pas le premier, comme le remarque justement Sezgin) et traditionniste qui a transmis d’après Sufyān al-T̲h̲awrī [ q.v.]. La date de sa naissance est incertaine, mais on sait qu’il mourut en 212/827. Il vécut d’abord à Kūfa, puis alla s’établir à Bag̲h̲dād. Sa réputation d’ ak̲h̲bārī et de muḥaddit̲h̲ était faible, et certains auteurs sunnites le considèrent comme un S̲h̲īʿite extrémiste ( g̲h̲āli). On le connaît surtout grâce à son Kitāb Waḳʿat Ṣiffīn (reconstitué par ʿAbd al-Salām Muḥ. Hārūn, d’après les ci…

Aʿyāṣ

(314 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, groupe qui faisait partie du clan mekkois d’Umayya ou ʿAbd S̲h̲ams. et dont le nom est un pluriel de celui du fondateur, un fils d’Umayya b. ʿAbd S̲h̲ams b. ʿAbd Manāf b. Ḳuṣayy appelé ¶ al-Īṣ ou Abu l-Īs ou al-Āṣ (ī) ou Abū l-ʿĀṣ (ī) ou ʿUways; tous ces noms figurent séparément dans les ouvrages généalogiques, mais ne concernent en fait, sans aucun doute, qu’une seule et même personne (sur les deux orthographes al-ʿĀṣ et al-ʿĀṣī, dont la première peut s’expliquer comme une forme ḥid̲j̲āzienne apocopée, voir K. Vollers, Volksprache und Schriftsprache im alten Arabien, Strasbourg 1906, 13…

S̲h̲akkī

(2,625 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
, localité de Transcaucasie orientale. En arménien elle s’appelle S̲h̲akʿē, en géorgien S̲h̲akʿa (et S̲h̲akik̲h̲ ?); les Arabes écrivent S̲h̲akkay = S̲h̲akʿē (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 123, Iṣṭak̲h̲rī, 183, Balād̲h̲urī, 206), S̲h̲akkī (Yāḳūt, III, 311), S̲h̲akkan (Ibn al-Faḳīh, 293, Balād̲h̲urī, Futūḥ, 194), S̲h̲akīn (Masʿūdī, Murūd̲j̲, II, 68). Les limites habituelles de S̲h̲akkī ont été : à l’est Gök-čay qui le sépare du S̲h̲īrwān proprement dit ¶ [ q.v.]; à l’Ouest Alazan (en turc : Ḳani̊ḳ ?) et son affluent gauche Ḳas̲h̲ḳa-čay, qui séparent S̲h̲akkī de la Géo…

Miṣr

(43,144 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Wensinck, A. J. | Becker*, C. H. | Cristides, V. | Kennedy, H. | Et al.
, Égypte. A. — Éponyme de l’Égypte. B. — Premiers établissements islamiques. C. — Miṣr, l’Égypte et sa capitale. 1. — Miṣr, capitale de l’Égypte. 2. — Développement historique de la capitale de l’Égypte. a. — Les trois premiers siècles [voir al-Fusṭāṭ] . b. — Les rives du Nil, l’île de Rawda et l’agglomération voisine de Ḏj̲īza. c. La ville fāṭimide, Miṣr al-Ḳāhira. d. — La citadelle et Le Caire après les Fāṭimides. e. — Monuments [voir al-Ḳāhira]. f. — La ville de 1798 à nos jours, [voir Supplément]. D. — Histoire de la province à l’époque islamique et de l’État égyptien moderne. 1. — L’arrière-…

Mad̲h̲ḥid̲j̲

(921 words)

Author(s): Smith, G.R. | Bosworth, C.E.
, groupe tribal important qui, de nos jours, occupe principalement les régions de Ḏh̲amār et de Radāʿ dans la République arabe du Yémen. Sa généalogie traditionnelle, donnée notamment par Ibn Durayd ( Is̲h̲tiḳāḳ, éd. Wüstenfeld, 237 sqq.) et par Yāḳūt (Beyrouth 1374-6/1955-7, V, 89), le fait descendre de Mālik b. Udad b. Zayd b. Yas̲h̲d̲j̲ub b. ʿArīb b. Zayd b. Kahlān b. Sabaʾ b. Yas̲h̲d̲j̲ub b. Yaʿrub b. Ḳaḥṭān; les nombreuses ḳabāʾil qui le composent sont énumérées en totalité par al-Malik al-As̲h̲raf ʿUmar, Ṭurfat al-aṣḥāb fī maʿrifat al-ansāb (éd. K. V. Zetterstéen, Damas 1949…

S̲h̲abānkāraʾī

(379 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Jackson, P.
, Muḥammad b. ʿAlī, poète, homme de lettres et historien persan d’origine ¶ kurde (vers 697-759/vers 1298-1358), qui écrivait pendant les dernières décennies de l’ère īl-k̲h̲ānide. Son histoire générale, Mad̲j̲maʿ al-ansāb fī l-tawārīk̲h̲, existe en plusieurs versions. La première rédaction, dédiée au vizir īl-k̲h̲ānide d’Abū Saʿīd, G̲h̲iyāt̲h̲ al-dīn Muḥammad b. Ras̲h̲īd al-dīn, fut réalisée en 733/1332-3, mais disparut lors de la destruction de la maison du vizir en 736/1336. S̲h̲abānkāraʾī acheva une seconde rédaction le 22…

Simnān

(1,044 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de Perse septentrionale (long. 53° 24′ E., lat. 35° 33′ N, ait. 1138 m), située au Moyen Age islamique dans la province du Ḳūmis [ q.v.], sur la grande voie reliant Rayy au centre administratif du Ḳūmis, Dāmg̲h̲ān [ q.v.], et au Ḵh̲urāsān. La chaīne de l’Elburz se trouve au Nord, et le Grand Désert au Sud de la ville. 1. Histoire. Simnān se situe dans ce qui fut le coeur du territoire des Parthes (dont la capitale était presque certainement a S̲h̲ahr-i Ḳūmis, au Sud-est de Dāmg̲h̲ān. sur la route de Simnān), mais on ignore tout de l’histoire préislam…

Yaḥyā b. Akt̲h̲am

(241 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Muḥammad al-Marwazī al-Tamīmī, faḳīh, disciple d’al-S̲h̲āfiʿī, qui fut juge et conseiller de califes ʿabbāsides, m. 242/857. Né à Marw, il devint Grand Juge, ḳāḍī l-ḳuḍāt, de Bag̲h̲dād après avoir été nommé juge à Baṣra par al-Ḥasan b. Sahl [ q.v.] en 202/817-18. Il fit rapidement partie du cercle central de la cour d’al-Maʾmūn comme consultant et compagnon favori, renforçant ainsi la tendance constatée sous ce calife, de choisir de préférence les conseillers parmi les savants légistes plutôt que parmi les administrateurs. Il acc…

Tabrīz

(10,178 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E. | Blair, Sheila S.
, capitale traditionnelle de la province persane d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān [ q.v.], actuellement centre administratif de l’ ustān d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān oriental (lat. 38° 05′ N„ long. 46° 18′ E., altitude 1 340 m. 1.La géographie et l’histoire. Position géographique. La ville est située dans l’angle oriental de la plaine alluviale inclinée légèrement vers la rive Nord-est du lac d’Urmia. La plaine est arrosée par plusieurs cours d’eau dont le principal est l’Ad̲j̲i̊-čay («la rivière amère»), lequel venant de la face Sud-ouest du mont Sawalā…

Sand̲j̲a

(168 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(grec Sangas, turc moderne Gök Su) nom d’un petit affluent rive droite (grec Sangas, turemod. Keysun Çayi, affluent du Gök Su)du haut Euphrate, et d’une petite ville sur son cours; tous deux étaient situés au moyen âge dans la partie-Nord du Diyār Muḍar [ q.v.]. La rivière Sand̲j̲a se jette dans l’Euphrate entre Sumaysāṭ et Ḳalʿat al-Rūm [ q.v.]. Elle était célèbre pour son pont, que les géographes arabes disaient fait d’une arche unique de 200 pas de portée, construite en pierre taillée, et avoir été l’une des merveilles du monde (cf. Yāḳūt, Buldān, III, 264-5). C’est là, près de Baddā…

Riḍwān

(648 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Ruḍwān b. Tutus̲h̲ b. Alp Arslan, Fak̲h̲r al-Mulk (m. 507/1113), devenu prince sald̲j̲ūḳide d’Alep après la mort de son père Tutus̲h̲ [ q.v.] en ṣafar 488/février 1095. Après avoir acquis le pouvoir à Alep, Riḍwān, associé à son beau père, l’Atabeg Ḏj̲anāḥ al-dawla Ḥusayn, voulut reprendre Damas, l’ancienne capitale de Tutus̲h̲, pour contrôler l’ensemble des territoires de Syrie et de Palestine restant encore en dehors de l’autorité fāṭimide. Or le frère de Riḍwān Duḳāḳ et son Atabeg Ṭug̲h̲tigin s’accrochèrent à Damas, et après la rupture entre Riḍwān et Ḏj̲anāḥ al-dawla, ce ¶ derni…

Rūm

(6,171 words)

Author(s): Cheikh, Nadia el- | Bosworth, C.E.
1. Dans la littérature arabe. Le mot rūm apparaît dans la littérature arabe pour désigner indifféremment les Romains, les Byzantins et les Chrétiens melkites. Cette imprécision est le premier problème qui se pose à l’usager de la littérature arabe. Toutefois, le plus souvent, ce sont les Byzantins qui sont en cause. C’est donc cette acception qui sera examinée ici. Les sources pour les temps préislamiques incluent l’importante inscription de Namāra [ q.v.]. Toutes les sources littéraires remontent à une époque islamique tardive, et dérivent de l’historien Ibn al-Kalbī. La première …

al-Ṭabarī

(5,867 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. Ḏj̲arīr b. Yazīd, esprit universel dont les compétences englobent la tradition et le droit mais qui est surtout connu pour avoir été l’historien universel par excellence et le commentateur du Ḳurʾān des trois ou quatre premiers siècles de l’Islam, né au cours de l’hiver 224-5/839 à Āmul, mort à Bag̲h̲dād en 310/923. 1. Sa vie. On se doit tout d’abord de remarquer que les œuvres d’al-Ṭabarī, lorsqu’elles nous sont parvenues, ne fournissent que très peu de données biographiques bien qu’elles nous mettent souvent sur la voie de se…

al-Zaynabī

(420 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ʿAlī b. Ṭirād (ou Ṭarrād) b. Muḥammad Abū l-Ḳāsim S̲h̲araf al-dīn (n. 462/1069-70, m. 558/1144), vizir de deux califes ʿabbāsides, al-Mustars̲h̲id et al-Muḳtafī [ q.vv.] dans la première moitié du VIe/XIIe s. ¶ La nisba fait référence à Zaynab bt. Sulaymān b. ʿAlī b. ʿAbd Allāh b. al-ʿAbbās; cette ascendance ʿabbāside aida sans aucun doute le père de ʿAlī al-Zaynabī, Ṭirād ou Ṭarrād, dont le laḳab était Ḏh̲ū l-s̲h̲arafayn, à se faire attribuer en 453/1061 l’office de naḳīb [voir Naḳīb al-As̲h̲rāf] des s̲h̲arīfs hās̲h̲imites et également de faire une carrière diplomatique au …

Ṭāhir b. al-Ḥusayn

(415 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Muṣʿab b. Ruzayḳ, surnommé Ḏh̲ū l-Yamīnayn («l’ambidextre»?), (159-207/776-822), ¶ fondateur d’une brève dynastie de gouverneurs du Ḵh̲urāsān à la haute époque ʿabbāside, les Ṭāhirides [ q.v.]. Ses ancêtres portaient la nisba aristocratique arabe d’«al-Ḵh̲uzāʿī», mais étaient à peu près certainement des mawlās d’origine persane orientale. Muṣʿab s’était distingué pendant la révolution ʿabbāside en qualité de secrétaire du dāʿī Sulaymān b. Kat̲h̲īr [ q.v.]. Lui-même et son fils al-Ḥusayn en furent récompensés du gouvernorat de Pūs̲h̲ang [voir Būs̲h̲and̲j̲], et il sembl…

Ḳāʾin

(994 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme usuelle Qayen, etc., ville de Perse orientale (33° 43’ N; 59° 06’ E.), actuellement dans la province administrative du Ḵh̲urāsān mais à l’époque médiévale islamique, la région où elle se trouvait était appelée Ḳūhistān [ q.v.]. La ville est située sur la route reliant les centres urbains du Nord du Ḵh̲urāsān (Mas̲h̲had, Turbat-i Ḥaydariyya, etc.) à Bird̲j̲and, au Sistān persan et à Zāhidān. Ḳāʾin doit être une ville ancienne, mais dont on ne sait pratiquement rien avant les descriptions faites par les géographes du IVe/Xe s. La géographie arménienne du VIIIe s. attribue sa fond…

Muḥtād̲j̲ides

(536 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie locale de l’Asie Centrale qui régna sur la principauté de Čag̲h̲āniyān [ q.v.], sur le cours supérieur de l’Oxus, au IVe/Xe siècle et au début du Ve/XIe. A l’époque des invasions arabes du début du IIe/VIIIe siècle, Čag̲h̲āniyān avait été gouverné par une dynastie de Čag̲h̲ān-Ḵh̲udās, probablement de souche iranienne (comme les princes de Sogdiane et du Ḵh̲wārazm) qui, contrairement à d’autres souverains locaux, paraît avoir coopéré avec les envahisseurs arabes (voir H.A.R. Gibb, The Arab conquests in Central Asia, Londres 1923, 9, 32). L’ancêtre éponyme, Muḥtād̲j…

Is̲h̲kās̲h̲im

(366 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petite agglomération (36° 43’ N; 71° 34’ E.) dans la région dénommée, au Moyen Âge comme dans l’Afg̲h̲ānistān actuel, Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.] et à ne pas confondre avec Is̲h̲kāmis̲h̲, plus à l’Ouest, dans le district de Ḳunduz ou de Ḳaṭag̲h̲ān de la même province. L’Is̲h̲kās̲h̲im historique est sur la rive gauche, ou Sud, du Pand̲j̲ ou Oxus supérieur. Ce ne fut qu’à l’époque soviétique, qu’une petite agglomération, installée sur l’autre rive du fleuve, devint le chef-lieu du tuman d’Is̲h̲kās̲h̲im, ou district de la région autonome de Gorno-Badak̲h̲s̲h̲ān dans la RSS Tād̲j̲īke [voir Bad…

Tigin

(319 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Takīn (t.), tégin sous la forme turque la plus vieille, ancien titre turc signifiant à l’origine «prince». Au début de l’empire turc, il désignait le fils légitime ou le petit-fils du Ḳag̲h̲an suprême. C’est avec ce sens qu’on le trouve dans les inscriptions org̲h̲on [ q.v.] parmi lesquelles figure celle de Kül Tigin (littéralement «le jeune frère [d’Elteris̲h̲ Ḳag̲h̲an], le prince héritier de la couronne»), cf. Talât Tekin, A grammar of Orkhon Turkic, Bloomington 1968, 237. G. Doerfer ( Türkische und mongolische Elemente in Neupersischen, Wiesbaden 1963-7, II, 533-41, n° 922)…

Ṣūfiyāna

(183 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), terme appliqué aux jours d’abstinence de viande imposés par l’empereur mug̲h̲al de l’Inde Akbar (963-1014/1556-1605 [ q.v.]). Son chroniqueur Abū l-Faḍl ʿAllāmī [ q.v.] note dans son Āʾīn-i Akbarī (trad. Blochmann, I, 51-2; trad. plus fidèle dans Shireen Moosvi, Episodes in the life of Akbar. Contemporary records and réminiscences, New Delhi 1994, 100-1) qu’Akbar prescrivit l’abstinence le vendredi et le dimanche, ainsi qu’à divers autres jours de l’année, notamment le premier jour de chaque mois solaire, et la totalité du premier mois d…

K̲h̲ērla

(328 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, forteresse de l’Inde située au Sud de Mālwa et à l’Est de Ḵh̲āndes̲h̲ [ q.vv.], à l’extrémité septentrionale du Berār [ q.v.], juste au Sud des sources duTāptī, à 80 km. à l’Ouest du Deogafh d’aujourd’hui.Dans l’Inde britannique, elle appartenait aux Provinces Centrales, le Madhya Prades̲h̲ actuel. La fondation de la forteresse est attribuée à un rād̲j̲ā rād̲j̲put, dont le dernier membre de la lignée aurait été tué par un officier des sultans de Delhi, peut-être à l’époque de ʿAlāʾ al-dīn Ḵh̲ald̲j̲ī; mais telle qu’elle se présente aujourd’hui, c’est…

Mardāwīd̲j̲

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Ziyār b. Wardāns̲h̲āh, Abū l-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲, fondateur de la dynastie des Ziyārides [ q.v.] dans les régions caspiennes de Perse. Les succès du soldat de fortune Mardāwīd̲j̲ dans le Nord de la Perse est lié au déclin de l’autorité directe du calife qui se manifeste déjà dans le rôle indépendant que jouent les gouverneurs sād̲j̲ides [ q.v.] en Ād̲h̲arbayd̲j̲an vers la fin du IIIe/IXe siècle et dans la poussée générale des éléments iraniens indigènes jusque là submergés (Daylamites, Ḏj̲īlis et Kurdes) qui constitue ce que l’on a appelé l’«intermède daylam…

Sulaymān b. ʿAlī b. ʿAbd Allāh

(248 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
prince ʿabbāside des premiers temps, oncle des premiers califes ʿabbāsides al-Saffāḥ et al-Manṣūr [ q.vv.], m. à Baṣra en d̲j̲umādā II 142/octobre 759 à l’âge de 59 ans (al-Ṭabarī, III, 141). Il fut nommé en 133/750-1 par al-Saffāḥ gouverneur de Baṣra, qui avait alors sous sa juridiction l’Arabie orientale et la Perse occidentale ( ibid., III, 73), et le demeura jusqu’à ce qu’il fût destitué en 139/756. Appartenant aux ʿumūma, ou oncles paternels des califes, dont la position restait ambiguë visā-vis de leurs neveux, Sulaymān donna asile pendant de nombreuses ann…

Yeti Su

(1,935 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, en turc médiéval «[le pays des] sept rivières», région d’Asie Centrale, dont les chercheurs russes ont récemment traduit le nom par Semirečʾe. Elle comprenait essentiellement les terres situées au Nord de la Transoxiane [voir MĀ Warāʾ al-Nahr] qui s’étendaient du bassin du lac I̊ssi̊k-Kol [ q.v.] en direction du Nord vers le Lac Balk̲h̲as̲h̲ [ q.v.], et son nom vient des nombreuses rivières qui l’irriguent, telles la Ču [ q.v.], qui vient mourir dans le désert, au Nord-est du cours moyen du Si̊r Daryā [ q.v.], et plusieurs rivières se jetant dans le Lac Balk̲h̲as̲h̲ comme l’Ili [ q.v.], qui…

Ḳi̊zi̊l-ḳum

(384 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
(turc «sable rouge»), désert qui s’étend entre le Si̊r-Daryā et l’Āmu-Daryā [ q.v].; voir aussi Ḳarā-Ḳum] et fait aujourd’hui partie des RSS de l’Uzbekistan et du Kazakhstan. Ce terrain est moins uniforme, surtout dans sa partie centrale, que dans le Ḳarā-Ḳum, et le désert de sable, coupé par plusieurs chaînes de collines, est rocheux en certains endroits. Au fur et à mesure que l’on descend vers le Sud, le Ḳi̊zi̊l-Ḳum est de plus en plus inhospitalier. Le territoire appelé Adam-Ḳi̊ri̊lg̲h̲an («où l’homme péri…

Ḳāwurd

(1,223 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Čag̲h̲ri̊ Beg Dāwûd (appelé également Ḳarā Arslān Beg sur ses monnaies et par des auteurs tels que Mīrk̲h̲wand). fondateur, au Kirmān, d’une dynastie d’ amirs sald̲j̲ūḳides pratiquement indépendante qui garda le pouvoir durant près de 140 ans, jusqu’à l’invasion de la province par les Og̲h̲uz venus du Ḵh̲urāsān. Les origines de la domination sald̲j̲ūḳide sur le Kirmān demeurent obscures: on trouve des divergences dans les données fournies par les sources, et les premières pages de l’histoire locale du Kirmān par Muḥammad b. Ibrāhīm sont per…

Mārdīn

(3,718 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
(écrit en arabe Māridīn, en grec ΜάρδηΣ, ΜάργδιΣ, en syriaque Mārdē et en turc moderne Mardin) ville située à l’intérieur de ce qui était, au moyen âge islamique, la Haute-Mésopotamie ou al-Ḏj̲azīra, dans la région des Diyār Rabīʿa [ q.v.], sur une pente s’élevant à une altitude de 1152 m (lat. 37° 18′ N., long. 40° 44′ E.). La ville actuelle, dans le Sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne, est le chef-lieu de l’ il (autrefois vilayet) du même nom. Situation. Dans la Haute-Mésopotamie, la ligne de partage des eaux entre le Tigre et l’Euphrate est formée par les ha…

Yulbārs K̲h̲ān

(363 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (n. 1888, m.? milieu des années 70), chef turc uyg̲h̲ur d’une rébellion musulmane à Ḳomul [ q.v. dans Suppl.] dans le Turkestan oriental ou Sinkiang [ q.v.], pendant les années 30. En 1928, Chin Shu-jen, gouverneur du Sinkiang pour la République chinoise, écrasa le dernier k̲h̲ānat autonome d’Asie centrale, celui de Ḳomul à l’extrémité orientale de la province contigüe aux frontières ¶ avec les Mongols et avec Kansu. Sa politique tournée contre les Musulmans provoqua dans cette région, en avril 1931, une révolte des Uyg̲h̲urs et, peut-être de certains Tungans [ q.v.]. La révolte étai…

Bahāʾ al-Dawla wa-Ḍiyāʾ al-Milla

(1,939 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Naṣr Fīrūz Ḵh̲ārs̲h̲ād̲h̲ b. ʿAḍud al-dawla Fanā-Ḵh̲usraw. grand- amīr būyide qui gouverna au ʿIrāḳ puis en Perse méridionale de 379 à 403/989-1012 (après 381/992, avec, en outre, le titre honorifique accordé par le calife al-Ḳādir, de G̲h̲iyāt̲h̲ al-Umma, et, vers la fin de sa vie, ceux de Ḳiwām al-dawla et Ṣafī Amīr al-Muʾminīn). Il était le troisième fils, après Ṣamṣām al-dawla Marzubān et S̲h̲araf al-dawla S̲h̲īrzīl, du grand- amīr ʿAḍud al-dawla [ q.v.], qui avait fait de la confédération būyide l’empire le plus puissant de son temps dans l’Est du monde musulman. A la mort de …

K̲h̲urāsān

(4,597 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, aujourd’hui ustān (province) de l’extrême Nord-est de la Perse avec Mas̲h̲had [ q.v.] pour chef-lieu administratif, mais aux époques préislamique et islamique, ce nom était employé dans un sens beaucoup plus large et désignait également des parties des territoires de l’actuelle Asie Centrale soviétique et de l’Afg̲h̲ānistān. L’usage, au début de la période islamique, considérait souvent toutes les contrées situées à l’Est de la Perse occidentale, c’est-à-dire des Ḏj̲ibāl [ q.v.] et des territoires dénommés par la suite ʿIrāḳ ʿAd̲j̲amī, comme partie intégrante d’u…

Yas̲h̲m

(2,305 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Blair, Sheila S. | Bloom, J. M.
(p.), terme persan désignant le minéral généralement connu sous le nom de jade, soit de la jadéite (silicate de sodium et d’aluminium), soit de la néphrite (silicate de calcium et de magnésium), deux pierres à grain fin, translucides. Toutes deux peuvent être blanches ou incolores, mais souvent elles sont colorées dans une autre teinte d’une large gamme, vert, brun, jaune, etc., à cause de l’inclusion de traces de divers éléments, fer, chrome ou manganèse. 1. Dans l’histoire musulmane. La néphrite était appelée kas̲h̲, par les populations de Turquie orientale (voir Clauson, An etymolo…

Mānī

(326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Fāttik ou Fātik, forme donnée dans les sources islamiques du moyen âge (par ex. al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, II, 164, 167-8, VII, 12-16, VIII, 293 = §§ 589, 594, 2705-7, 3447) au nom du fondateur de la religion dualiste des Manichéens, Mani, fils de Pātik, qui naquit dans la Mésopotamie méridionale en 216 de J.-C. et mourut en martyr sous le règne du Sāsānide Bahrām Ier en 274, 276 ou 277, et dont la doctrine se répandit à partir de l’empire persan, au VIIe siècle de J.-C, jusqu’en Asie Centrale, au Turkestan oriental (où après 762, elle était la principale religion des Turcs Uyg̲h̲urs [ q.v.]) et en …

Bādgīr

(684 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), littéralement «attrape-vent», terme employé en Perse pour désigner des tours contenant des cheminées d’aération et dépassant de beaucoup les toits des maisons. On en construit aussi au-dessus des citernes et des puits de mines pour aérer les galeries. Dans les maisons d’habitation, un air plus frais est puisé vers les pièces du rez-de-chaussée ou les caves ( zīr-i zamīn), ce qui constitue une forme archaïque de «conditionnement». Les tours sont d’ordinaire importantes, de section carrée, percées de rangées d’ouvertures dans les quatre murs et divi…

S̲h̲ug̲h̲nān

(908 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, S̲h̲ig̲h̲nān, district du haut Oxus, appelé localement rivière Pand̲j̲, qui s’étend sur les deux rives à partir de l’endroit où le fleuve quitte la région de Wak̲h̲ān [ q.v.] et s’oriente résolument au Nord avant de reprendre la direction de l’Ouest. La partie rive gauche du S̲h̲ug̲h̲nān est maintenant située dans la province afghane du Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.], et la partie rive droite dans la région du Pamir de l’ancienne URSS. La même division s’observe dans les districts de G̲h̲ārān, immédiatement au Nord du S̲h̲ug̲h̲nān, et de Raws̲h̲ān, au Sud. T…

al-Ḳabḳ

(12,444 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | MacKenzie, D. N.
, Ḏj̲abal al-Ḳabḳ (appellation la plus courante), al-Ḳabk̲h̲ (chez al-Masʿūdī, p. ex.) ou al-Ḳabd̲j̲ (p. ex. chez al-Ṭabarī et Yāḳūt), en turc Kavkaz, nom donné par les Musulmans aux montagnes du Caucase. La forme ḳabḳ pourrait dériver du moyen persan kāfkoh, la montagne de Kāf (en arménien kapkoh); chez Firdawsī, le Caucase est appelé kuh-i ḳāf (Hübschmann, Armenische Grammatik, I, 45; cf. Marquart, Ērānšahr, 94). Ibn Rusta (173; tr. Wiet, 201) indique également qu’un village appelé Ḳabḳ marque la première étape de la route allant de Harāt à Isfizār et au Sīstān. 1. —Topographie et et…
▲   Back to top   ▲