Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Firrīm

(730 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ou Pirrīm, place forte dans la chaîne de l’Elburz, qui, d’après les indications fournies durant le moyen âge islamique, était tenue par des princes iraniens autochtones de la région Caspienne, d’abord les Ḳārinides puis les Bāwandides [ q.v.]. Sa position exacte n’est malheureusement pas précisée dans les itinéraires des géographes; Ibn Ḥawḳal (éd. Kramers, 377, tr. Kramers-Wiet, 367), à la suite d’al-Iṣṭak̲h̲rī, indique simplement qu’elle fut, depuis l’époque pré-islamique, la capitale des Ḳārinides qui y entreposaient leur tréso…

Nīs̲h̲āpūrī

(246 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ẓahīr al-dīn, auteur persan d’une estimable histoire des Sald̲j̲ūḳides sous le règne du dernier Grand Sald̲j̲uḳide de Perse, Ṭog̲h̲ri̊l (III) b. Arslan [ q.v.]. Il doit être mort vers 580/1184-5, mais l’on ne sait rien de sa vie, sinon que Rāwandī [ q.v.] affirme ( Rāḥat al-ṣudūr, éd. M. Iqbal, 54) qu’il avait été le précepteur des deux sultans précédents, Masʿūd b. Muḥammad [ q.v.] et Arslan b. Ṭog̲h̲ri̊l (II). On a longtemps cru que son Sald̲j̲ūḳ-nāma était perdu, mais on savait qu’il était la principale source de Rāwandī sur les Sald̲j̲ūḳides jusqu’à l’époque de ce dernier (voir Rāḥat al…

Nūḥ

(364 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(II) b. Manṣūr b. Nūḥ, amīr sāmānide,d’abord en Transoxiane et au Ḵh̲urāsān, puis dans la première province seulement (366-87/977-97); il reçut après sa mort le titre honorifique d’ al-Amīr al-Raḍī («l’Apprécié»). Dernier de sa lignée à avoir bénéficié d’un règne d’une durée considérable, Nūḥ succéda à son père Manṣūr (Ier) [ q.v.] à l’âge de 13 ans, le pouvoir effectif demeurant aux mains de sa mère et du vizir Abū l-Ḥusayn ʿUtbī, dernier vizir des Sāmānides digne de ce nom. L’autorité politique tomba cependant de plus en plus aux mains de gran…

Maʿrūf Balk̲h̲ī

(141 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Ḥasan, poète primitif du persan (nouveau perse). On ne sait presque rien sur lui, mais il a dû fleurir dans les décennies autour du milieu du IVe/Xe siècle, puisque quelques vers de sa main ont survécu, apparemment dédiés à l’amīr sāmānide ʿAbd al-Malik (I) b. Nūḥ (I) (343-50/954-61); il est possible qu’il ait été à la cour du souverain ṣafāride du Sīstān, Ḵh̲alaf b. Aḥmad (352-95/963-1003). Des fragments de quelques 45 vers, surtout de poésie d’amour et de satire, ont été rassemblés par G. Lazard, Les premiers poètes persans (IXe-Xe siècles), Téhéran-Paris 196…

Kumīd̲j̲ī

(246 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, peuple dont les sources historiques et géographiques arabes et persanes des IVe et ¶ Ve/Xe-XIe siècles fixent l’habitat dans les monts de Buttaman, au sommet des vallées qui descendent vers le Sud, jusqu’au cours du haut Oxus, à travers le Ḵh̲uttal et le Čag̲h̲āniyān. Les Ḥudūd al-ʿālam (372/982) le décrivent comme un peuple de brigands professionnels en relation avec un groupe de moindre importance, les Turcs Kand̲j̲ina. En fait, ces deux peuples doivent être les vestiges de vagues antérieures d’envahisseurs venus de l’Asie intérieure, in…

Las̲h̲kar-i Bāzār

(1,609 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
nom donné a un ensemble de camps militaires, d’habitations et de palais royaux situé au Sud de l’Afg̲h̲ānistān et qui semble avoir été florissant aux Ve/XIe et VIe/XIIe siècles. Le site (31°28ʹ N. et 64°20ʹ E.), qui s’étend le long de la rive gauche du Helmand [voir Hilmand] près de son confluent avec l’Arg̲h̲andāb, en est très vaste. Il englobe, à sa limite Sud, la ville islamique médiévale de Bust [ q.v.] et les ruines récentes de Ḳalʿa-yi Bist et, à son extrémité Nord, la ville nouvelle et moderne de Las̲h̲kar-gāh, ainsi nommée d’après l’ensemble médiéval de bât…

Tekis̲h̲

(567 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. il Arslan, Abū l-Muẓaffar Tād̲j̲ al-Dunyā wa l-Dīn, l’un des S̲h̲āhs du Ḵh̲wārazm de la lignée des Anūs̲h̲tigin, qui régna de 567 à 596/1172-1200. Son nom (vocalisé en Maḥmūd al-Kas̲h̲g̲h̲arī. tr. Atalay, I, 368) signifie quelque chose comme «affronta, attaqua, combattit [au cours d’une bataille]»; voir Hikmet Bayur, Harizmşah Alâü’d-Dīn «Tekiş» ʾin adihak̲h̲nda, in Belleten, XIV, n° 56 [1950], 589-95. Tekis̲h̲ fut gouverneur de Ḏj̲and [ q.v. en Suppl.] du vivant de son père et ne lui succéda qu’après un conflit avec son jeune frère, Sulṭān S̲h̲āh, qui était…

al-Bis̲h̲r

(344 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, théâtre d’une bataille dans la Syrie orientale, en 73/692-3, entre les tribus arabes de Sulaym et de Tag̲h̲lib. Ḵh̲ālid b. al-Walīd y fit campagne en 12/633 (al-Ṭabarī, I, 2068, 2072-3). Yāḳūt décrit cet endroit comme une chaîne de collines s’étendant de ʿUrḍ près de Palmyre à l’Euphrate, et correspondant au moderne Ḏj̲abal al-Bis̲h̲rī. La bataille est également appelée al-Raḥūb, d’après un cours d’eau local. Le «Jour d’al-Bis̲h̲r» fut le point culminant de plusieurs conflits entre les deux tribus. Cette lutte se déroula, jusqu’à un certain degré, en dehors…

Ṣakk

(235 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), plur. ṣikāk, terme technique employé au début de l’Islam dans le domaine financier, commercial et légal. Le mot, par un transfert régulier de son, apparaît en persan comme čak. Faute d’une autre étymologie, on a suggéré que ce mot, qui signifie «document, contrat de vente» etc.. est à l’origine de l’anglais «chèque», du français «chèque», de l’allemand «Scheck» etc., voir E. Littmann, Morgenländische Wörter im Deutschen, 2Tübingen 1924. Le terme a une large échelle d’applications, voir Lane, Lexicon, 1709. Dans des contextes légaux, il a une signification qui s’appr…

Ḏj̲ād̲j̲arm

(450 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville située à l’Ouest du Ḵh̲urāsān médiéval, en Perse et, de nos jours, ville et bak̲h̲s̲h̲ (subdivision) du s̲h̲ahrastān (district) de Bud̲j̲nurd dans l’ ustān du Ḵh̲urāsān, Elle se trouve à l’extrémité occidentale de la plaine longue et étroite qui s’étend approximativement de Bisṭām à l’Ouest jusque près de Nīs̲h̲āpūr à l’Est; cette plaine est arrosée par les eaux largement salines du Kāl-i S̲h̲ūr et elle est aujourd’hui traversée par la voie ferrée Téhéran-Nīs̲h̲āpūr -Mas̲h̲had. Les géographes du moyen âge, jusques et y compris Ḥamd Allāh Mustawfī (voir Le Strang…

al-Ṭarsūsī

(221 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Marḍī (ou Murḍā) b. ʿAlī b. Marḍi, auteur arabe mal identifié, ayant écrit sur des sujets militaires. Ses dates de vie nous sont inconnues, mais il produisit son œuvre à la fin du VIe/XIIe siècle et paraît avoir vécu à Alexandrie. Il composa pour le sultan Ayyūbide Ṣalāḥ al-dīn [ q.v.] un traité, Tabṣirat arbāb al-albāb fī kayfiyyat al-nad̲j̲āt fī l-ḥurūb min al-awsāʾ wa-nas̲h̲r aʿlām al-iʿlām fī l-ʿudad, dont le texte a été conservé dans le manuscrit unicum Bodleian Hunt 264 (extraits publiés et traduits par Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, BEO, XII [1947-8], 1-47…

Sīstān

(4,237 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(le), généralement sous cette forme dans les sources en persan, Sid̲j̲istān en arabe ancien, région de la Perse Orientale qui se trouve au Sud du Ḵh̲urāsān. et au Nord du Balūčistān, aujourd’hui divisé administrativement entre la Perse et l’Afg̲h̲ānistān. Dans les textes historiques et littéraires en arabe ancien, on trouve les deux nisbas Sid̲j̲istānī et Sid̲j̲zī et, en persan, Sīstānī. 1. Etymologie La forme en arabe ancien reflète l’origine du nom de cette région en moyen persan, Sakastān «pays des Sakas», ou Scythes, peuple indo-européen qui a dominé, …

Muḥammad Bāḳir

(165 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dit Nad̲j̲m-i T̲h̲ānī (m. 1047/1637), officier au service des Mug̲h̲als de l’Inde et auteur d’un Miroir des princes en persan, la Mawʿiẓa-yi Ḏj̲ahāngīrī. Descendant d’un émigré persan, il servit dans l’armée, puis fut nommé gouverneur de province sous les empereurs Ḏj̲ahāngīr et S̲h̲āhd̲j̲ahān, mais c’était visiblement aussi un adīb hautement cultivé, qui a écrit un traité de kalām s̲h̲īʿite encore inédit. Cependant, sa renommée repose principalement sur le fait qu’il est l’auteur d’un des rares Miroirs des princes de la période mug̲h̲ale qui aient s…

Saʿīd b. al-ʿĀṣ

(645 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Umayya, membre des Aʿyāṣ [ q.v. au Suppl. ], groupe constitutif du clan Umayyade à la Mekke et plus tard gouverneur de Kùfa et de Médine, mort en 59/678-9, selon la majorité des sources faisant autorité. Son père, un païen, tomba alors qu’il combattait les Musulmans à la bataille de Badr [ q.v.] en l’an 2/624, tandis que Saʿīd, son seul fils, n’était encore qu’un ¶ enfant. Saʿīd acquit cependant rapidement un grand prestige en Islam, non seulement en tant que leader d’un groupe familial aristocratique mais également en raison de sa générosité, de son éloque…

Kannanūr

(956 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Cananore, port sur la côte du Malabar dans le Sud-ouest de la péninsule indienne (II° 52’ N., 75° 22’ E.). Ibn Baṭṭūta, qui navigua le long de cette côte en 743/1342, paraît bien, en parlant du puissant seigneur de Ḏj̲urfattan, dont les navires faisaient du commerce avec le golfe Persique, le ʿUmān et l’Arabie du Sud, sans citer le nom de Kannanūr, en mentionner le souverain local ( Riḥla, IV, 82-3). Aḥmad b. Mād̲j̲id (qui écrivait vers 895 1489-90) fait spécifiquement état de la «baie de Kannanūr» dans sa description de la ligne côtière du Malabar (G. R. Tibbett, Arab navigation in the Indi…

Tāt

(2,473 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Jeremiás, Éva
(t.), terme utilisé en ancien Turc avec le sens général d’«étranger, non turc», mais il en vint rapidement à désigner exclusivement les Persans par opposition aux Turcs, avec dans tous les cas une nuance quelque peu péjorative, comme le terme tād̲j̲īk [ q.v.]. Ce n’est assurément pas un nom propre à l’origine et Schaeder rejeta avec raison les suppositions émises dans l’article Tāt périmé de Minorski dans l’ EI 1 dans lequel il aurait pour origine le nom Tangut ou celui donné par les Voguls et les Ostiaks de Sibérie occidentale à la rivière Irtis̲h̲ [ q.v.]. Schaeder suggéra plutôt que Tāt étai…

Payg̲h̲ū

(220 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), nom turc que l’on rencontre, p. ex chez les premiers Sald̲j̲ūḳides, écrit d’ordinaire P.y. g̲h̲ū ou B.y. g̲h̲ū. Dans bien des sources de l’histoire primitive des Sald̲j̲ūḳides, ces graphies paraissent correspondre à l’ancien titre turc Yabg̲h̲u, qui remonte au moins à l’époque des inscriptions d’Ork̲h̲on (voir C. E. Bosworth et Sir Gérard Clauson, dans JRAS (1965), 9-10), et c’est au service du Yabg̲h̲u dés Turcs Og̲h̲uz occidentaux que se trouvait l’ancêtre éponyme des Sald̲j̲ūḳides, Duḳāḳ Ternir-Yali̊g̲h̲ «arc de fer» (voir Cl. Cahen, dans Oriens, II (1949), 42; Bosworth, Th…

Ṭāhirides

(2,803 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Marín, Manuela | Smith, G.R.
, le nom de trois dynasties de l’Islam médiévale. I. Une lignée de gouverneurs des califes ʿabbāsides dans le Ḵh̲urāsān et détenteurs de hautes fonctions en ʿIrāḳ qui prospérèrent au IIIe/IXe siècle (205-78/821-9). Le fondateur de cette lignée fut le chef persan d’origine mawlā, Ṭāhir (I) b. al-Ḥusayn Ḏh̲ū l-Yamīnayn [ q.v.] qui devint gouverneur du Ḵh̲urāsān en 205/821 mais mourut presque immédiatement après, alors qu’il venait de montrer des velléités d’indépendance par rapport à Bag̲h̲dād. Quoi qu’il en soit, le calife — peut être en raison d…

Marw al-Rūd̲h̲

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville située sur le Murg̲h̲āb, dans le Ḵh̲urāsān médiéval, à cinq ou six étapes en amont de la cité de Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān [ q.v.], à l’endroit où le fleuve quitte la région montagneuse du G̲h̲arčistān [voir G̲h̲ard̲j̲istān] pour entrer dans la steppe de ce qui est aujourd’hui la partie méridionale du Ḳaraḳum [ q.v.]. Le site paraît en être indiqué par les ruines, proches de la ville afg̲h̲āne actuelle de Bālā Murg̲h̲āb (35° 35´ N.,63°20´ E.), que décrit C. E. Yate dans son Northern Afghanistan or letters from the Afghan Boundary Commission, Edimbourg-Londres 1888, 208; la localité…

Ik̲h̲s̲h̲īd

(331 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre donné aux souverains iraniens de Sogdiane et du Fergana dans la période préislamique et au début de l’Islam; Justi ( Iranisches Namenbuch, 141a), Unvala ( The translation of an extract from Mafâtîh al-ʿulûm of al-Ḵh̲wârazmî, dans J. of the K. R. Cama Inst., XI (1928), 18-9) et Spuler ( Iran, 30-1, 356) font dériver ce nom de l’ancien persan k̲h̲s̲h̲aēta « luisant, brillant », mais l’ancien persan k̲h̲s̲h̲āyat̲h̲iya « roi, souverain » (moyen persan et néo-persan: s̲h̲āh) paraît plus plausible (Christensen, Bosworth et Clauson, voir infra). Le mot k̲h̲s̲h̲āyāt̲h̲iya pénétra à t…
▲   Back to top   ▲