Search

Your search for 'dc_creator:( "Minorsky, V." ) OR dc_contributor:( "Minorsky, V." )' returned 89 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Laz

(2,759 words)

Author(s): Minorsky, V. | Lang, D.M.
, peuple de souche sud-caucasienne (ibérique, «géorgienne») habitant actuellement dans l’angle Sud-est du littoral de la mer Noire. I. — Histoire et géographie. L’histoire ancienne des Laz se trouve compliquée par l’incertitude qui règne en général dans la nomenclature ethnique du Caucase, les mêmes noms, au cours des siècles, désignant des unités (ou confédérations) différentes. Le fait que le nom de Phasis s’appliquait au Rion, au Čorok̲h̲ (ancien Akampsis) et même aux sources de l’Araxe n’est pas sans créer non plus des difficultés. Les plus anciens écrivains grecs ne parle…

Lankoran

(693 words)

Author(s): Minorsky, V. | Elwell-Sutton, L. P.
(Lenkoran) chef-lieu du district qui porte le même nom et relève de Bākū. Lenkoran est la prononciation russe du nom qui s’écrivait autrefois Langar-kunān («ancrage»; ou peut-être Langar-kanān «lieu qui arrache les ancres ») et qui se prononce en persan Länkärān et en tālis̲h̲ī, Lankōn. Les bateaux de la ligne Bākū-Enzelī [ q.v.] faisaient escale à Lankoran qui a une rade ouverte, mais à 12 km au Nord-est de la ville, se trouve l’île de Sarā dont l’excellente rade abrite les navires en cas de mauvais temps. Dans le district de Lankoran, de Morgan a trouvé des monuments d’une très …

Lur-i Kūčik

(1,810 words)

Author(s): Minorsky, V.
, dynastie d’ atābaks [ q.v.] qui gouverna le Luristān septentrional et occidental entre 580/1184 et 1006/1597, avec Ḵh̲urramābād comme capitale. Les atābaks étaient issus de la tribu de Ḏj̲angrūʾī (Ḏj̲angardī?) des Lur. Ils sont également connus sous le nom de Ḵh̲urs̲h̲īdī dérivé de celui du premier d’entre eux. (Reste à savoir si ce nom est en rapport avec celui de Muḥammad Ḵh̲urs̲h̲īd, vizir des anciens princes du Luristān avant l’apparition des atābaks du Lur-i Buzurg). Après 730/1330, le pouvoir passa à une autre lignée, qui se réclama ensuite d’une ascendance …

ʿannāzides

(1,788 words)

Author(s): Minorsky, V.
(Banū ʿAnnāz), dynastie (vers 381-511/991-1117) de la région frontière entre le ʿIrāḳ et l’Iran; l’établissement de cette dynastie fut une des manifestations de la période «entre les Arabes et les Turcs», durant laquelle, à la suite de l’expansion des Būyides vers l’Ouest, de nombreuses principautés d’origine iranienne prirent naissance en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et au Kurdistān. Comme les Banū ʿAnnāz s’appuyèrent dans leur ascension sur les Kurdes S̲h̲ād̲h̲and̲j̲ān, on devrait considérer la dynastie comme kurde, bien que les noms et les titres arabes de …

Urm

(187 words)

Author(s): Minorsky, V.
, district de l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. D’après al-Balād̲h̲urī, 328, Saʿīd b. al-ʿĀs [ q.v.], envoyé à la conquête de l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān, attaqua les habitants du Mūḳān et du Gīlān. Un certain nombre d’habitants de l’Ādharbāyd̲j̲ān et d’Arméniens qui s’étaient réunis dans la nāḥiya d’Urm et à *Balwānkarad̲j̲ furent battus par un des capitaines de Saʿīd. Le chef des insurgés fut pendu sur les murs de la forteresse de Bād̲j̲arwān ( Nuzhat al-ḳulūb, G M S, 181, trad. 173: Bād̲j̲arwān se trouvait à 20 farsak̲h̲s, au Nord d’Ardabīl, voir le mot Mūḳān). Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 119, mentionne la …

Mas̲h̲had-i Miṣriyān

(646 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ruines de Transcaspienne (actuel Turkménistan), au Nord-ouest du confluent de l’Atrak et de son affluent de droite, le Sumbar, ou, plus exactement, sur le chemin qui, de Čat, va perpendiculairement vers la route reliant Čikis̲h̲lār à la station de chemin de fer d’Aydi̊n. Les ruines, entourées d’un mur en brique cuite et d’un fossé, ont une superficie de 130 hectares. L’ancienne ville, située dans la steppe actuellement peuplée de Turcomans, recevait son eau par un canal dérivé de l’Atrak à une soixantaine de km en amont de Čat. Près de …

Mag̲h̲nisa

(1,504 words)

Author(s): Minorsky, V. | Faroqhi, Suraiya
(turc moderne Manisa, class. Magnesia), Magnésie, ville de l’Anatolie occidentale (38° 36’ N., 27° 27’ E.), dans l’ancienne province de Lydie, au Sud du cours du Gediz sur les pentes Nord-est du Manisa Daği qui la sépare d’Izmir (Smyrne). A l’époque grecque puis romaine, Magnesia ad Sipylum était une ville florissante, célèbre notamment par la victoire que les deux Scipions avaient remportée dans les parages sur Antiochus le Grand de Syrie en 190 av. J.-C.; elle ne cessa d’être prospère sous les Byzantins (voir Pauly-Wissowa, XXVII, …

Ḳuban

(1,608 words)

Author(s): Minorsky, V.
, (chez les Nog̲h̲ay, Ḳuman ; chez les Čerkes, Phs̲h̲is), l’un des quatre grands fleuves du Caucase (Rion, Kura, Terek, Ḳuban). La longueur du fleuve est de 700 km. Il prend sa source aux environs d’Elburz à une altitude de 4071 m. Ses trois sources (Ḵh̲urzuḳ, Ulu-Ḳam, Uč-Ḳulan) s’unissent avant le défilé par lequel le Ḳuban entre dans la plaine (à une altitude de 320 m.). Le Ḳuban traverse d’abord les éperons boisés des montagnes et ensuite, prenant la direction de l’Ouest, les steppes couvertes de forê…

Ābādeh

(156 words)

Author(s): Minorsky, V.
, petite ville de Perse, sur la route de l’Est (route d’hiver) de S̲h̲īrāz à Iṣfahān. Par la grande route actuelle, Ābādeh se trouve à 280 km. de S̲h̲īrāz, à 204 km. d’Iṣfahān, et par une voie bifurquant vers l’Est ( via Abarḳūh) à 100 km. de Yazd. Actuellement (1952), du point de vue administratif, Ābādeh est le district ( s̲h̲āhristān) le plus septentrional de la province ( ostān) du Fārs. La population s’occupe principalement d’agriculture et de commerce (opium, huile de ricin, huile de sésame). Iḳlid [peut-être *kilid «clé (du Fārs)»] est une autre petite ville rattachée à Ābād…

Ṣōmāy

(788 words)

Author(s): Minorsky, V.
, district kurde de Perse entre la frontière turque (province de Hakkâri) et le rivage occidental du Lac Urmia, dans l’actuelle province persane ( ustān) d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān occidental. En kurde ṣōmāy veut dire «la vue» (cf. en persan sūma : «terminus, finis, scopus», Vullers, II, 352). Au Nord Ṣōmāy est séparé de la cuvette de Zola-čay (S̲h̲epirān, Salmās, [ q.v.] par les montagnes de Beredī, Und̲j̲ali̊ḳ et Ag̲h̲wān; à l’Est le canton d’Anzal le sépare du lac Urmia; au Sud-est se trouve la montagne S̲h̲ayk̲h̲-Bāzīd, au Sud le canton de Brādōst; au Sudo…

S̲h̲ahrazūr

(1,629 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲āhrizūr (dans le S̲h̲araf-nāma de S̲h̲araf Ḵh̲ān Bidlīsī, S̲h̲ahra-zūl), district du Kurdistan occidental, à l’Ouest de la chaîne des monts Awrāmān, essentiellement plaine fertile de quelque 58 × 40 km, irriguée par les affluents de la rivière Tānd̲j̲arō, qui se jette dans le Sīrwān, et en fin de compte dans le Diyālā et le Tigre. Au sens large, ¶ S̲h̲ahrazūr désignait à l’époque ottomane l’ eyālet (province) de Kirkūk, ce qui a constitué une source de confusion dans la terminologie géographique. Le district est étroitement associé aux Ahl-i Ḥaḳḳ [ q.v], et les initiés de la sec…

Nak̲h̲s̲h̲ab

(510 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ville de la circonscription de Buk̲h̲ārā que les géographes arabes appellent également Nasaf (cf. l’évolution analogue de Nak̲h̲čiwān à Nasāwā). La ville était située dans la vallée du Kas̲h̲ka-Daryā, voir Ibn Ḥawḳal, 2460, trad. Kramers-Wiet, 444: Kas̲h̲k-rūd̲h̲, qui coule au Sud, parallèlement au Zarafs̲h̲ān (rivière de Samarkand), et se dirige vers l’Amū-Daryā [ q. v.], mais, avant de le rejoindre, se perd dans les sables. Nak̲h̲g̲h̲ab était situé sur la route reliant Buk̲h̲ārā à Balk̲h̲ (à 4 jours de distance de la première ville et à 8 jours …

S̲h̲akkī

(2,625 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
, localité de Transcaucasie orientale. En arménien elle s’appelle S̲h̲akʿē, en géorgien S̲h̲akʿa (et S̲h̲akik̲h̲ ?); les Arabes écrivent S̲h̲akkay = S̲h̲akʿē (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 123, Iṣṭak̲h̲rī, 183, Balād̲h̲urī, 206), S̲h̲akkī (Yāḳūt, III, 311), S̲h̲akkan (Ibn al-Faḳīh, 293, Balād̲h̲urī, Futūḥ, 194), S̲h̲akīn (Masʿūdī, Murūd̲j̲, II, 68). Les limites habituelles de S̲h̲akkī ont été : à l’est Gök-čay qui le sépare du S̲h̲īrwān proprement dit ¶ [ q.v.]; à l’Ouest Alazan (en turc : Ḳani̊ḳ ?) et son affluent gauche Ḳas̲h̲ḳa-čay, qui séparent S̲h̲akkī de la Géo…

Luristān

(3,493 words)

Author(s): Minorsky, V.
, «pays des Lur», région du Sudouest de la Perse. A l’époque mongole, les termes «Grand-Lur» et «Petit-Lur» embrassaient à peu de chose près la totalité des territoires habités par les tribus lures. Depuis l’époque safawide, les territoires du Grand-Lur sont distinctement désignés par les noms de Kūh-Gīlū et Bak̲h̲tiyārī. Au commencement du XVIIIe siècle, la fédération mamasanie occupa l’ancien S̲h̲ūlistān [ q.v.] et créa ainsi entre le Kūh-Gīlū et S̲h̲īrāz un troisième territoire lur. Toujours est-il que depuis le XVIe siècle seulement le Lur-i Kūčik est connu sous le nom …

Tabrīz

(10,178 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E. | Blair, Sheila S.
, capitale traditionnelle de la province persane d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān [ q.v.], actuellement centre administratif de l’ ustān d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān oriental (lat. 38° 05′ N„ long. 46° 18′ E., altitude 1 340 m. 1.La géographie et l’histoire. Position géographique. La ville est située dans l’angle oriental de la plaine alluviale inclinée légèrement vers la rive Nord-est du lac d’Urmia. La plaine est arrosée par plusieurs cours d’eau dont le principal est l’Ad̲j̲i̊-čay («la rivière amère»), lequel venant de la face Sud-ouest du mont Sawalā…

Musāfirides

(2,280 words)

Author(s): Minorsky, V.
(Kangarides ou Sallārides), dynastie d’origine daylamite issue du Tārum [ q.v.], qui régna aux IVe-Ve/Xe-XIe siècles en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān, en Arrān et en Arménie. Son avènement est une des manifestations du grand mouvement d’émancipation iranienne qui forme un intermède entre la fin de la domination arabe et les premières invasions turques. Tandis qu’au Ḵh̲urāsān et en Transoxiane ce mouvement aboutit au règne des Sāmānides [ q.v.], dans la Perse occidentale et en Mésopotamie ses porte-étendards sont les Daylamites et, dans une moindre mesure, les Kurdes (voir V. Minorsky, La domin…

Mārdīn

(3,718 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
(écrit en arabe Māridīn, en grec ΜάρδηΣ, ΜάργδιΣ, en syriaque Mārdē et en turc moderne Mardin) ville située à l’intérieur de ce qui était, au moyen âge islamique, la Haute-Mésopotamie ou al-Ḏj̲azīra, dans la région des Diyār Rabīʿa [ q.v.], sur une pente s’élevant à une altitude de 1152 m (lat. 37° 18′ N., long. 40° 44′ E.). La ville actuelle, dans le Sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne, est le chef-lieu de l’ il (autrefois vilayet) du même nom. Situation. Dans la Haute-Mésopotamie, la ligne de partage des eaux entre le Tigre et l’Euphrate est formée par les ha…

Abīward

(724 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ou Bāward, ville et district sur le versant N. des montagnes du Ḵh̲urāsān. dans un territoire appartenant actuellement à la république turcomane autonome qui fait partie de l’U.R.S.S. Toute la région d’oasis comprenant Nasā [ q.v.], Bāward etc. (connue sous le nom turc d’Ätäk, «contreforts») joua un grand rôle dans l’Antiquité comme première ligne de défense du Ḵh̲urāsān contre les nomades. Pendant la période arsacide, cette région faisait partie du berceau de la dynastie. Isidore de Charax, par. 13 (au début de l’ère chrétienne) mentionne entre IIαρθυην…

Maṣmug̲h̲ān

(1,792 words)

Author(s): Minorsky, V.
(«un grand des Mages») membre d’une dynastie zoroastrienne que les Arabes trouvèrent dans la région de Dunbāwand (Damāwand [ q.v.]) au Nord de Rayy. Origines des Maṣmug̲h̲āns. Leur lignée paraît être ancienne sans être très illustre, comme le montrent les légendes rapportées par Ibn al-Faḳīh (275-7) et par al-Bīrūnī, ( At̲h̲ār, 227). Le titre de maṣmug̲h̲ān aurait été conféré par Farīdūn à Armāʾīl, ancien cuisinier de Bēwarāsp (Zohāk), qui avait réussi à sauver la moitié des jeunes gens destinés à être immolés pour la nourriture des serpents du tyra…

Sipihr

(398 words)

Author(s): Minorsky, V.
, «sphère céleste», pseudonyme de l’historien et littérateur persan Mīrzā Muḥammad Taḳī de Kās̲h̲ān (m. rabīʿ II 1297 /mars 1880). Après une jeunesse studieuse passée dans sa ville natale, il s’établit définitivement à Téhéran où il trouva un appui auprès du poeta laureatus (malik al-s̲h̲uʿarāʾ) Fatḥ ʿAlī S̲h̲āh. Muḥammad S̲h̲āh après son avènement au trône (1250/1834) le nomma son panégyriste particulier ( maddāḥ-i k̲h̲āṣṣa) en même temps que secrétaire et comptable de l’administration financière ( muns̲h̲ī wamustawfī-i dīwān). Le même souverain le chargea de la composi…
▲   Back to top   ▲