Search

Your search for 'dc_creator:( "Faroqhi, Suraiya" ) OR dc_contributor:( "Faroqhi, Suraiya" )' returned 72 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Religious Practices: Zakāt (Almsgiving) and Other Charitable Practices: Ottoman Empire

(2,623 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
Providing charity: the early Ottoman period and the legacies of pre-Ottoman times Ottoman records on charity only rarely concern almsgiving not connected to vakıfs; and where such records exist, they do not refer to charities instituted by women. Most of the discussion in this entry therefore deals with pious foundations or vakıfs. Among the oldest surviving Ottoman docu- ments (1323), produced even before the death of the eponymous Sultan Osman, there is a text establishing the foundation of Aspurca Hatun, one of the wives of Sultan Orhan (r. 13…

Women in the Ottoman World: Mid-18th to Early 20th Century

(8,487 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
This entry concentrates on the – as yet – quite limited categories of women who have formed the focus of historical research. Partly because sources survive in greater or lesser numbers, but for the most part because of the vagaries of topic selection on the part of present-day scholars, we can point to certain “islands” about which something is known, but that are tiny compared to the wide uncharted seas of our ignorance. This has to do with the fact that Ottoman historians have largely approac…

Raʿiyya

(3,117 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Faroqhi, Suraiya
(a.), pl. raʿāyā, littéralement, «troupeau de bétail, de moutons, etc. au pâturage», finit par désigner l’ensemble des sujets, le peuple payant l’impôt, par opposition aux classes militaires et érudites dirigeantes. 1. Dans le monde islamique médiéval. ¶ L’emploi ḳurʾānique du verbe raʿā et de ses dérivés couvre les deux champs sémantiques «paître les troupeaux» (p. ex, XX, 56/54; XXVIII, 23) et «être attentif aux intérêts de quelqu’un» (p. ex. XXIII, 8; LVII, 27; LXX, 32). Dès lors que d’autres religions ou cultures proche orientales …

Sīwās

(2,346 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, forme trouvée dans les sources islamiques à partir du VIe/XIIe siècle pour la ville turque de Sivas, au Nord-est de l’Anatolie centrale, dans la large vallée du Kîzîl Irmak [ q.v.], à une altitude de 1 275 m (lat. 39° 44′ N., long. 37° 01′ E.). C’est actuellement le chef-lieu de la province ( il) du même nom de la République Turque. Il a peut-être existé un établissement hittite à cet endroit, mais la ville n’apparaît dans l’histoire que comme la cité romaine de Sebasteia, capitale de l’Armenia Minor sous Dioclétien. Elle fut riche et prospère à l’époque …

Mag̲h̲nisa

(1,504 words)

Author(s): Minorsky, V. | Faroqhi, Suraiya
(turc moderne Manisa, class. Magnesia), Magnésie, ville de l’Anatolie occidentale (38° 36’ N., 27° 27’ E.), dans l’ancienne province de Lydie, au Sud du cours du Gediz sur les pentes Nord-est du Manisa Daği qui la sépare d’Izmir (Smyrne). A l’époque grecque puis romaine, Magnesia ad Sipylum était une ville florissante, célèbre notamment par la victoire que les deux Scipions avaient remportée dans les parages sur Antiochus le Grand de Syrie en 190 av. J.-C.; elle ne cessa d’être prospère sous les Byzantins (voir Pauly-Wissowa, XXVII, …

Sīnūb

(3,066 words)

Author(s): Kramers, J. H. | Faroqhi, Suraiya
, Sinope, en Turc moderne Sinop, ville et port de mer sur la côte septentrionale de l’Asie Mineure, dans la Paphlagonie classique, entre les embouchures du Saḳariya [ q.v.] et du Ḳi̊zi̊l İrmaḳ, et environ à distance égale des ports de Ṣamsūn et d’Ineboli, à 124 km au Nord-est de Ḳasṭamūnī [ q.v.]. C’est la célèbre ville de Σινώπη de l’antiquité, dont elle a gardé le nom; les auteurs musulmans la connaissent sous le nom de Sanūb (Abū l-Fidāʾ, 392 et Ibn Faḍl Allāh al-ʿUmarī, Masālik al-abṣār, éd. Quatre-mère, dans NE, XIII, 361), Ṣanūb (Ibn Baṭṭūṭa, II, 348), Sināb (Anon. Giese, 34; U…

Yas̲h̲

(1,501 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, forme turque ottomane du nom de la ville roumaine de Iaşi, nom usuel Iasi. Elle est située au Nord-est de la plaine de Moldavie, près du confluent de la Bahlui avec la Pr(o)ut (47° 10’ N.; 27° 35’. E.). A l’époque ottomane, ce fut la capitale de la principauté de Bog̲h̲dān [ q.v.] ou Moldavie. Dimitri Cantemir qui, de 1121-2/1710 à 1122-3/1711, résida dans cette ville en tant que prince de Moldavie, indiquait que le siège du gouvernement avait été transféré à Yas̲h̲ par Étienne le-Grand (838 ou 9-909 ou 10/1435-1504; en réalité, ce fut Alexandre…

Izmīd

(1,581 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, forme moderne İzmi̇t, port du Nordouest de la Turquie, (40° 47′ N; 29° 55′ E) située sur la rive Nord du Golfe d’Izmit (Izmit Körfezi). C’est la Nicomédie classique, dont le nom dérive de Nicomède Ier de Bithynie, qui en 264 av. J.-C. fonda la ville pour en faire sa nouvelle capitale. L’empereur romain Dioclétien la choisit pour capitale de l’Est au IIIe s. ap. J.-C.; il y abdiqua en 305 (voir W. Ruge, art. Nikomedeia, dans PW, XVII/1, cols. 468-92). L’orthographe Nikumīdiyya apparaît chez des géographes arabes tels Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih et al-Idrīsī, et, par la suite, o…

ʿOt̲h̲mānli̊

(48,745 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Kramers, J.H. | Faroqhi, Suraiya | Alpay Tekin, Gönül | Köprülü, M. Fuad | Et al.
, nom d’une dynastie turque, d’origine og̲h̲uze [voir G̲h̲uzz], qui figure dans les sources européennes sous les formes Ottomans (angl. et fr.), Osmanlis (fr.), Osmanen (all.), etc. ¶ I. L’histoire politique et dynastique. II. L’histoire sociale et économique. III. La littérature. IV. La vie religieuse. V. L’architecture. VI. Les tapis et étoffes. VII. La céramique, le travail des métaux et les arts mineurs. VIII. La peinture. IX. La numismatique. I. L’histoire politique et dynastique, —1. Vue générale et chronologie de la dynastie. L’empire ottoman a été l’État islamique le …

Semendire

(2,304 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, forme turque ottomane de la ville serbe de Smederovo, anciennement Semendria. Située le long du Danube, en aval de Belgrade [ q.v] (44° 40’ N., 20° 56’ E.), c’était avant l’époque moderne une ville fortifiée et, sous les Ottomans, le chef-lieu d’un sand̲j̲aḳ du même nom. Depuis la partition de la Yougoslavie, elle fait partie de la République de Serbie. Une première conquête sous Murād II (842/1438) n’entraîna pas son annexion définitive à l’empire ottoman, puisqu’en raison de la crise de 847-8/1444, le sultan pensa qu’il était nécessaire de conserver l…

Selānīk

(4,330 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, nom turc-ottoman de la Thessalonique classique et byzantine, en grec moderne Thessaloniki, la forme conventionnelle étant Salonique, la plus grande ville de la Macédoine, située sur le golfe du même nom à l’Est de l’embouchure du fleuve Vardar. La ville, qui se trouvait sur la Via Egnatia reliant Durazzo (Dürres) à Byzance, a toujours eu un port important et sûr. Au XIe siècle, elle était appelée d’abord Salonikion, d’où sont dérivés tous les autres noms : Ṣalūnīk ou Ṣalūnīḳ en arabe, Solun en Bulgare, Selānīk en turc et Salonique en français. Au Xe siècle, la ville étant un centre im…

Mühimme Defterleri

(1,817 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
(t.), terme technique de l’administration ottomane désignant des «registres des affaires importantes» conservés pour la plupart à Istanbul, Başbakanlik Arşivi — Osmanli Arşivi. Deux cent soixante-trois registres sont catalogués sous la rubrique Mühimme Defterleri (MD), mais on trouve en outre, dans d’autres séries, des registres complets ou fragmentaires qui permettent de combler des lacunes de celle des MD. D’autre part, treize registres catalogués comme MD concernent en réalité des nominations ( ruûs defterleri). Deux de la section Kâmil Kepeci sont réellement des…

Malaṭya

(2,739 words)

Author(s): Honigmann, E. | Faroqhi, Suraiya
, ancienne ville située non loin du cours supérieur de l’Euphrate. Elle se trouve à un croisement de routes importantes (dans l’antiquité, la route royale de Perse et la route de l’Euphrate; de nos jours, celle de Samsān-Sīwās-Malaṭya-Diyārbekr et celle de Ḳaysariyya-Albistān-Malaṭya-Ḵh̲arpūt), dans une plaine dont la fertilité et la richesse en arbres fruitiers et en fruits de toutes sortes ont été vantées aussi bien par les géographes arabes que par des auteurs de notre époque, comme Moltke pa…

Rize

(1,370 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, ville sur la côte anatolienne de la mer Noire, dans la partie orientale de l’antique Pont Euxin, et dans le Lazistān islamique médiéval [voir Laz], actuellement en République Turque (lat. 41° 03′ N., long. 40° 11′ E.). A l’époque byzantine, Rhizos/Rhizaion était une place d’une certaine importance, solidement fortifiée. Après l’annexion par les Ottomans de l’empire des Comnène de Trébizonde en 865/1462 [voir Ṭarabzun], elle fit partie de l’empire ottoman. Une liste des sièges de métropolites orthodoxes subsistant à la fin du IXe/XVe siècle mentionne cette ville, qui faisait …

Malāzgird

(2,419 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya | Hillenbrand, Carole
, ville de Turquie. I. — La ville. Malazgirt (en turc moderne) constitue un chef-lieu de district ( ilçe) dans la province ( il) de Muç, en Anatolie orientale. Les alentours de la ville sont riches en inscriptions cunéiformes, et il est possible que la bataille entre Téglathphalazar Ier et les rois Naïris se soit déroulée dans la région. En arménien ancien, le nom de la ville elle-même, qui ne remonte probablement pas plus haut que la période parthe, se présente sous les formes Manavazakert, Manavazkert et Manazkert, tandis que la forme arabe…

Sūḳ

(17,369 words)

Author(s): Bianquis, Th. | Guichard, P. | Raymond, A. | Atassi, Sarab | Pascual, J.-P. | Et al.
(a.), le marché. 1. Dans le monde arabe traditionnel. 2. L’Occident musulman. 3. Les marchés du Caire sous les Mamlūks et les Ottomans. 4. En Syrie. a) Damas à l’époque ottomane. b) Alep. 5. En ʿIrāḳ. [Voir Suppl.]. 6. En Perse. 7. A l’époque ottomane (Anatolie et Balkans). 8. En Inde musulmane. 1, Les sūḳs dans le monde arabe traditionnel. Sūḳ/aswāḳ marché, sans doute à l’origine le lieu où l’on conduisait, sāḳa, yasūḳu, les animaux que l’on désirait vendre. Comme le terme français «marché» et le terme anglais «market», le mot arabe sūḳ a acquis une double signification, il désigne à …

News̲h̲ehir

(862 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, turc moderne Nevşehir, ville de l’Anatolie centrale, dans la Cappadoce de l’Antiquité classique, à 60 km à l’Ouest de Kayseri [voir Ḳayṣariyya] et à 13 au Sud du Kizil Irmak [ q.v.], à une altitude de 1180 m environ (38°38′ N., 34°43′ E.). Elle est aujourd’hui le chef-lieu d’un il ou province du même nom; en 1970, population de la ville: 57 556 habitants, de l’ il: 231 873. La région de News̲h̲ehir était connue, entre le VIe et le IXe siècles de J.-C, pour ses cavernes monastiques; elle devint une zone frontière pendant les invasions arabes. Les habitants se protégeaient e…

Yozgat

(473 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, ville du nord de l’Anatolie centrale, à 160 km à l’Est d’Ankara, construite sur les deux rives d’un affluent du Délice Irmak (39° 50’ N/34° 48’ E, altitude 1320 m.). Son nom proviendrait de yoz signifiant ‘troupeau’, ‘pâturage’ et de gat, en dialectal ‘ville’. Des membres de la famille Ḏj̲ebbārzāde Čapanog̲h̲lu l’auraient fondée; cette dynastie, dont l’existence est consignée depuis 1116/1704, pourrait être d’origine Mamalu-Turkmène. Elle constituait une des plus puissantes lignées d’ aʿyān en Anatolie centrale, contrôlant un territoire s’étendant bien au-delà de so…

Siʿird

(1,963 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Faroqhi, Suraiya | Jastrow, O.
, Siʿirt, Isʿird, forme arabe médiévale du nom d’une ville d’Anatolie sud-orientale, à 150 km à l’Est de la moderne Diyārbekir et à 65 km au Sud-ouest du lac de Van (lat. 37° 56′ N., long. 41° 56′ E.). Elle se trouve sur la rivière Bohtan, affluent du haut Tigre, sur les contreforts de l’extrémité orientale des monts du Taurus. C’est la ville turque moderne de Siirt, actuellement chef-lieu d’un il, ou province du même nom. 1. L’histoire. (a) La période pré-ottomane. Siʿird apparaīt très peu dans les sources islamiques. L’absence de fortifications lui enlevait visiblement tout…

Rewān

(2,354 words)

Author(s): Faroqhi, Suraiya
, Eriwan, capitale de l’Arménie, peutêtre identique à l’Arran des géographes arabes Ibn Rusta et Ibn al-Faḳīh; elle est appelée Hrastan en arménien, et Rewān dans les sources ottomanes. A l’époque islamique, la ville semble avoir pris de l’importance à partir du milieu du Xe/XVIe siècle. Elle se situe tout près d’Echmiadzin, siège du patriarcat arménien, souvent dénommé Üčkilise «Trois Eglises» dans les sources européennes et ottomanes, encore qu’elle englobe aujourd’hui quatre églises. Au Xe/XVIe siècle, la ville faisait partie de la Perse ṣafawide, mais fut attaquée…
▲   Back to top   ▲