Search

Your search for 'dc_creator:( "Freeman-Greenville, G. S. P." ) OR dc_contributor:( "Freeman-Greenville, G. S. P." )' returned 36 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Mozambique

(2,118 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, qui désignait à l’origine une ville, est le nom officiel de la République Populaire de Moçambique, située dans le Sud-est de l’Afrique, au Sud de la Tanzanie, et limitrophe du Malawi, du Zimbabwe, de la République Sud Africaine et du Swaziland. L’État, devenu indépendant du Portugal en 1975, est officiellement marxiste et athée, mais la Constitution «garantit aux citoyens la liberté de pratiquer ou non une religion». En 1980, la population comptait environ 12 500 000 âmes, dont 13,5% de Musulm…

Mafia

(894 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, nom d’un groupe d’îles situées au large de la côte de Tanzanie (environ 8° S. et 40° E.) et comprenant une île principale communément appelée Mafia, mais dont les habitants sont nommés Choie Shamba (en swahili «Plantation Choie»), un îlot, Choie ou Choie Mjini (en swahili «ville Choie»), et les îles de Juani, Bwejuu et Jibondo. Les seules références en arabe figurent dans les journaux de bord d’Ibn Mād̲j̲id, sous la forme Manafiyya, et dans l’ Histoire de Kilwa anonyme où ce nom apparaît sous les formes Manfasiyya (une fois), Manfiyya (4 fois) et Manfasa (3 fois). En por…

Lamu

(1,587 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, ville, île et archipel (lat. 2° S) au large de la côte du Kenya; avec les îles de Pâte, Manda [ q.vv.] et quelques autres îlots, il s’agit probablement des îles Pyrales que le Périple de la mer Erythrée (vers 106 de J.-C.) donne comme étant un centre de commerce maritime aux mains de marchands arabes et égyptiens. Néanmoins, les premiers vestiges archéologiques retrouvés ne remontent pas au delà du VIIIe ou du IXe siècle de J.-C. à Manda, et du XIIIe siècle à Lamu; quant au premier témoignage littéraire digne de foi à ce sujet, l’on ne possède que celui d’Ibn Tag̲h̲rībirdī (fin du IXe/XVe siècle),…

Nabhān

(581 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, nom d’une des tribus du ʿUmān, qui sont divisées en fak̲h̲ūd̲h̲ (sing. fak̲h̲d̲h̲) administrés par des chefs généralement appelés s̲h̲ayk̲h̲s, qui se considèrent comme indépendants les uns des autres et ne reconnaissent aucun supérieur. S. B. Miles rapporte en 1881 que 400 «Béni Nebhán», une tribu ḳaḥṭānite (g̲h̲afīrite), demeuraient à ¶ Samáil ( sic, pour Samāʿīl), sur la côte (18° 23ʹ N., 58° 58ʹ E.); ils paraissent n’avoir eu qu’une importance mineure. J. R. L. Carter donne, exclusivement d’après des sources orales traditionnelles, une généalogie de s̲h̲ayk̲h̲s Nabāhina des B…

Pate

(644 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, petite ville de l’île du même nom, dans l’Afrique Orientale (2°05′ S. et 41°05′ E.(, au large du Kenya, dans l’archipel de Lamu [ q.v. ]. L’usage, par des marins arabes, du Mkanda, le détroit qui la sépare de Lamu, est mentionné dans le Périple de la mer Erythrée, écrit vers 50 de J.-C. Ibn Mād̲j̲id l’appelle Batā, et plusieurs épitaphes portent l’ad̲j̲ectif Batāwī. H. N. Chittick a fait des fouilles à la périphérie du site dans les années 1960 et il prétend qu’il n’a pas été occupé avant le XIVe siècle. Une fouille menée par Athman Lali, conservateur du Musée de Lamu, et T. R. Wils…

Mazrūʿī

(3,703 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
(ar., pl. Mazārīʿ; swahili: Wamazrui), tribu arabe représentée dans les États du Golfe et en Afrique Orientale, où, durant deux siècles, elle a conclu des mariages mixtes avec la population locale. Dans les États du Golfe, on trouve des Mazārīʿ à Abu Dhabi, où ils sont considérés comme une fraction des Banū Yās (mais ailleurs cette identification n’est pas sûre). Quelques-uns vivent à Dubai, à Shardjah et dans divers villages et districts du ʿUmān, où leur centre est la ville forte d’al-Alāya, résidence du s̲h̲ayk̲h̲ reconnu comme le chef de la famille. En Afrique Orientale, au Kenya e…

Maḳdis̲h̲ū

(1,583 words)

Author(s): Cerulli, E. | Freeman-Greenville, G. S. P.
, Mogadiscio, capitale de la République de Somalie, indépendante depuis 1960, qui comprend la Somalia italienne et le Somaliland britannique de naguère; elle est située à 2° de lat. N., sur l’océan Indien, dans l’Afrique orientale. Bien que cette ville ne soit pas spécifiquement citée dans le Périple de la mer Erythrée (vers 106 de J.-C), cette relation alexandrine atteste la présence de commerçants arabes et égyptiens sur la côte. Les principaux produits d’exportation étaient le cinnamome, l’encens, les carapaces de tortue et les «esclaves de l…

Merka

(321 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, orthographe officielle de Markah (comme chez al-Idrīsī et d’autres), localité située au Sud de Maḳdis̲h̲u [ q.v], dans la République de Somalie (1° N., 44° E.). Elle est citée vers 332/943 par al-Masʿūdī parmi les lieux habités par les descendants de Kūs̲h̲ [ q.v.], mais la lecture doit être considé-rée comme douteuse parce que les autres toponymes énumérés correspondent à des localités de l’Afrique occidentale (voir Murūd̲j̲, éd. Pellat, index, s.v. Maranda). Al-Idrīsi (Ier climat, section 6) l’associe aux Hawiyya qui sont l’un des groupes de Somalis;’ Ibn Saʿīd ( apud Abū l-Fidā) …

Minbar

(8,950 words)

Author(s): Pedersen, J. | Golmohammadi, J. | Burton-Page, J. | Freeman-Greenville, G.S.P.
(a.), plancher surélevé ou chaire d’où se faisaient les annonces solennelles à la communauté musulmane et d’où les sermons sont prononcés. I. — Évolution dans les premiers temps de l’Islam et place dans le culte islamique. Contrairement au miḥrāb [ q.v.], le minbar a été introduit dès l’époque du Prophète. Le mot, prononcé souvent mimbar (cf. Brockelmann, Grundriss, 1, 161), est rattaché à la racine n.b.r. «être haut»; on pourrait donc le faire dériver de l’arabe avec le sens d’«élévation», «piédestal», mais c’est bien plutôt un terme emprunté à l’éthiopien (Schwally, dans ZDGM, LII (1…

Manāra, Manār

(11,108 words)

Author(s): Hillenbrand, R. | Burton-Page, J. | Freeman-Greenville, G. S. P.
(a.), minaret. I. — Pays musulmans, du Mag̲h̲rib à l’Afg̲h̲anistān. A la différence des autres types d’architecture religieuse de l’Islam, comme la mosquée et la madrasa, le minaret est immédiatement reconnaissable sans aucune ambiguïté, pour des raisons qui méritent d’être examinées. Il paraît dans l’ensemble sans rapport avec le rôle qu’il joue dans l’appel à la prière ( ad̲h̲ān [ q.v.]), puisque ce dernier peut être lancé du toit de la mosquée ou même du haut d’une maison. Du vivant du Prophète, c’est ainsi que procédait Bilāl [ q.v.], et cette pratique se poursuivit pendant une…

Dar-es-salaam

(686 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, capitale du territoire du Tanganyika sous mandat britannique, autrefois Afrique orientale allemande (6° 49´ S. et 39° 16´ E.). C’est au XVIIe siècle que la première agglomération de Mzizima (en swahili : la ville saine) fut fondée par Wabarawa, métis d’Arabe et de Swahili, originaire de Barawa, au Sud de Mogadiscio. Le nom actuel, qui est une contraction de Bandar al-Salām («refuge du bien-être»), date au moins de 1862, époque à laquelle Sayyid Mad̲j̲īd, sultan de Zanzibar, y fit construire un palais et d’autres éd…

Kilifi

(296 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, chef-lieu du district du même nom de la province côtière du Kenya (lat. 4° S.), est un petit port qui fut un sultanat indépendant jusqu’en 1592; il englobait les localités actuelles de Kioni, Kitoba et Mnarani. La vaste grande-mosquée, le riche décor des tombes voisines, les murs et le corps de garde montrent que Mnarani était la principale de ces agglomérations à l’époque médiévale. Le cimetière est remarquable par les onze inscriptions en nask̲h̲ī du XVe siècle qu’il recèle. Des fouilles effectuées en 1954 par J. S. Kirleman ont révélé que le site fut occupé de la fin du XIVe siècle à l’ép…

Malindi

(842 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, ville de la côte du Kenya (4° N.) citée pour la première fois par al-Idrīsī (vers 544/1150); le Ma-in mentionné par Ou-yang Hsiu, Hsin T’ang-chu (vers 1060) était plus vraisemblablement situé en Somalie. Selon al-Idrīsī, Malindi était une ville de chasseurs et de pêcheurs dont les habitants possédaient et exploitaient des mines de fer, lequel était leur principale source de profits; mais, comme l’a montré A. O. Thompson, le fer n’était pas extrait d’une mine, mais tiré de dépôts qui existaient sur le littoral. Al-Idrī…

Kizimkazi

(415 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, plus complètement Kizimkazi-dimbani, petit village situé au Sud-ouest de Zanzibar (6° 26′ S.) qui possède la plus ancienne mosquée datable de l’Afrique Orientale. Le miḥrāb porte une inscription dédicatoire en coufique qui en rappelle la fondation par le S̲h̲ayk̲h̲ Abū ʿImrān Mūsā al-Ḥasan Muḥammad en 500/1106-7, ainsi que des versets du Ḳurʾān et deux inscriptions dans des médaillons, le tout d’une grande élégance. Comme c’est avec une pierre tombale découverte à Sīrāf que cet ensemble présente la plus étroite analog…

Masd̲j̲id

(78,035 words)

Author(s): Pedersen, J. | Hillenbrand, R. | Burton-Page, J. | Andrews, P.A. | Pijper, G.F. | Et al.
(a.), mosquée, nom de lieu de sad̲j̲ada «se prosterner», d’où «lieu où l’on se prosterne [dans l’exercice du culte]». Les termes employés dans l’Europe occidentale (français mosquée, anglais masque, all. Moschee, ital. moschea) viennent de l’arabe par l’intermédiaire de l’espagnol mezquita. I. — La mosquée dans les pays du centre du monde islamique. A. — Origines de la mosquée jusqu’à la mort du Prophète. B. — Fondation de mosquées après l’époque du Prophète. C. — La mosquée, centre du culte. D. — Eléments constitutifs et mobilier de la mosquée. E. — La mosquée, institution d’État. F. — A…

Mtambwe Mkuu

(662 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, îlot situé au large de Weti (île de Pemba, en Tanzanie) qui est, selon toute probabilité, cité deux fois par al-Ḏj̲āhiẓ et représente l’une des deux cités indépendantes mentionnées par Yāḳūt dans l’île, s.v. al-Ḏj̲azīra al-Ḵh̲aḍrāʾ. nom habituel de Pemba en arabe. Il enregistre le nom de l’une des deux villes sous la forme (M.T.N.BY), celui de l’autre étant transcrit . (M.K.N.B.L.U), c’est-à-dire le Ḳanbalū cité par al-Ḏj̲āḥiẓ, al-Masʿūdī et beaucoup d’autres auteurs. Yāḳūt dit que le sultan était un Arabe de Kūfa qui avait émigré pour venir se fixer là…

Riyāl

(839 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, dénomination d’une monnaie dans nombre de pays islamiques; elle dérive du réal d’argent (de plata) frappé pour la première fois par Pierre le Cruel de Castille (1350-9), puis par Ferdinand de Portugal (1367-83). Elle s’est maintenue en Espagne jusqu’en 1870, et au Portugal jusqu’en 1910. Les rapports des monnaies espagnoles et portugaises avec celles du Proche Orient appartiennent à l’histoire monétaire de l’empire ottoman et de la Perse. A partir du début du XVIe siècle, les monnaies orientales d’or et d’argent ont subi de fréquentes dévaluations et dépréciations. …

Nawrūz

(1,375 words)

Author(s): Levy, R. | Bosworth, C.E. | Freeman-Greenville, G.S.P.
(p.), jour de l’an. — I. Dans les pays islamiques du centre. Ce terme se présente fréquemment dans les ouvrages arabes sous la forme Nayrūz, qui apparaît déjà chez al-Ak̲h̲ṭal [ q.v.] (voir al-Ḏj̲awālīḳī, Muʿarrab, éd. A. M. S̲h̲ākir, Téhéran 1966; al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ al-aʿs̲h̲ā, II, 408). C’est le premier jour de l’année solaire persane, et il n’a pas d’équivalent dans l’année lunaire islamique (al-Masʿūdī, Murūd̲j̲., III, 416-17 = §§ 1301-2). A l’époque achéménide, l’année officielle commençait au Nawrūz, quand le soleil entre dans le signe du Bélier (é…

Kota Kota

(286 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G. S. P.
, corruption arabe du toponyme tchihiyao Ngotangota, ville de l’Afrique orientale (lat. 14° S.) située sur la rive occidentale du lac Malawi. Elle fut le siège de quatre jumbes ou wālīs, vassaux de Zanzibar entre 1845 environ et 1895. Le premier jumbe, Salīm b. ʿAbd Allāh, arriva au lac Malawi en passant par la localité arabe de Tabora dans l’actuelle Tanzanie, y établit un État qui pratiquait le commerce de l’ivoire et des esclaves et fit en même temps de Kota Kota un centre efficace de diffusion de l’Islam. Il eut pour successeur un …

Mbweni

(198 words)

Author(s): Freeman-Greenville, G.S.P.
, localité de la côte de l’Afrique Orientale, plus précisément de la Tanzanie, au Nord de Dar es Salaam, qui possède une grandemosquée en ruine datant du VIIIe ou du IXe/XIVe ou XVe siècle et divisée en deux travées par trois piliers centraux. Il y a un vaste cimetière contenant un certain nombre de tombes très décorées de sculptures compliquées qui remontent aux cinq derniers siècles. On y voit aussi une tombe à pilier [voir Manāra, Afrique Orientale] décorée de plaques vert pâle et antérieure à 750/1350. Une petite tombe porte une inscription commémorant Masʿūd b. Su…
▲   Back to top   ▲