Search

Your search for 'dc_creator:( "Raymond, A." ) OR dc_contributor:( "Raymond, A." )' returned 5 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ṣinf

(3,261 words)

Author(s): Raymond, A. | Floor, W. | Nutku, Özdemir
(a., pl. aṣnāf, ṣunūf), litt. «genre, type, catégorie». Ce terme signifie «métier», et a pour synonymes ḥirfa (pl. ḥiraf), kār (pl. kārāt), et non «corporation». 1. Dans le monde arabe. Au Caire, à l’époque ottomane, il n’est pas utilisé dans ce sens, sauf par Evliya Çelebi, le voyageur turc, dans sa célèbre description des corporations de métiers ( Seyāḥet-nāme, X, 358-86). Il n’existe pas, en arabe, de mot pour désigner, d’une manière spécifique, la corporation de métier: nos textes utilisent fréquemment le mot ṭāʾifa (pl. ṭawāʾif), qui a l’acception, beaucoup plus générale, d…

S̲h̲āh Bandar

(1,402 words)

Author(s): Raymond, A. | Hooker, M.B.
(p.). Avant l’époque ottomane, le terme persan de s̲h̲āh bandar («maître du port») était employé pour désigner le chef des marchands, et parfois le représentant de communautés étrangères marchandes dans des ports de l’Inde et de l’Océan Indien : on trouvera Xabandar dans les chroniques portugaises. Le vocable apparaît dans Ibn Baṭṭūṭa à propos du chef musulman des marchands ( amīr al-tud̲j̲d̲j̲ār) de Calicut, «Ibrāhīm Chāh Bender (le roi ou chef du port), originaire de Bahrein» (IV, 89-90). 1. Dans le monde arabe. Dans le monde arabe il était inconnu à l’époque mamlūke, où on parlait de raʾ…

Sūḳ

(17,369 words)

Author(s): Bianquis, Th. | Guichard, P. | Raymond, A. | Atassi, Sarab | Pascual, J.-P. | Et al.
(a.), le marché. 1. Dans le monde arabe traditionnel. 2. L’Occident musulman. 3. Les marchés du Caire sous les Mamlūks et les Ottomans. 4. En Syrie. a) Damas à l’époque ottomane. b) Alep. 5. En ʿIrāḳ. [Voir Suppl.]. 6. En Perse. 7. A l’époque ottomane (Anatolie et Balkans). 8. En Inde musulmane. 1, Les sūḳs dans le monde arabe traditionnel. Sūḳ/aswāḳ marché, sans doute à l’origine le lieu où l’on conduisait, sāḳa, yasūḳu, les animaux que l’on désirait vendre. Comme le terme français «marché» et le terme anglais «market», le mot arabe sūḳ a acquis une double signification, il désigne à …

Madīna

(3,411 words)

Author(s): Raymond, A.
, urbanisme, la ville arabe dont la structure va être évoquée est une réalité historique qu’une immense littérature (chroniques et documents d’archivé) permet de reconstruire; elle est éclairée et comme commentée par les restes des grandes villes que nous avons sous les yeux. La ville «musulmane» est un concept élaboré, dans les années 1920 à 1950, par des orientalistes surtout français (voir sur ce point R. S. Humphreys, Islamic History, Princeton 1991, 228), en particulier G. et W. Marçais, J. Sauvaget et J. Weulersse, mais dont l’expression la plus achevée est due à G. Von Grunebaum ( Th…

S̲h̲add

(2,739 words)

Author(s): Algar, Hamid | Raymond, A.
(a.), l’acte de ceindre une ceinture ou un baudrier initiatique pratiqué dans les fraternités de chevalerie (représentant la futuwwa), les guildes commerciales ( asnāf [ q.v.]) [voir plus bas, 2., et Ṣinf], et certaines confréries sùfies, ou encore la ceinture ou le baudrier eux-mêmes. A l’arabe s̲h̲add au sens verbal correspond l’expression turque şedd kuşatmak, kuşak kuşatmak et bel bağlamak, ainsi que le persan kamar bastan. L’origine de cette coutume a été rattachée au kustī, la ceinture sacrée des Zoroastriens, pour lesquels toutefois la prise du kustī était un rite de passa…