Search

Your search for 'dc_creator:( "Barthold, W." ) OR dc_contributor:( "Barthold, W." )' returned 91 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Čelebī

(721 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(turc), «scribe, poète, lecteur, savant, homme à l’intelligence subtile» (par exemple Muḥammad Ḵh̲ōʾī. dans k̲h̲ulāṣa-i ʿAbbāsī, dans P. Melioranskiy, Zapiski Vostočnago Otděleniya, XV (1904), 42; de même Aḥmed Wefīḳ Pas̲h̲a, dans Lehd̲j̲e-i ʿUt̲h̲mānī, I, 1876, 482), terme utilisé en Turquie entre la fin du XIIIe siècle et le début du XVIIIe pour désigner des membres des classes supérieures. Ce sont surtout des poètes, des savants, mais également des princes (par exemple, tous les fils de Bāyazīd Ier, m. 805/1403) qui reçurent ce titre. ¶ Un poète ād̲h̲arbayd̲j̲ānais du XVe siècle…

Fārāb

(465 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, petit district sur les deux côtés du Yaxartes moyen, à l’embouchure de son affluent de droite, l’Aris, qui vient ḍ’Isfīd̲j̲āb. C’est aussi le nom du chef-lieu de ce district. Dans les Ḥudūd al- ʿālam (72, 118 sq., 122), apparaît la forme persane plus ancienne Pārāb; dans al-Iṣṭak̲h̲rī (346) et al-Muḳaddasī (273), ainsi que dans des sources persanes postérieures, figure la forme Bārāb (pourtant al-Muḳaddasī connaît aussi Fārāb). Le district s’étendait en longueur et en largeur sur moins d’un jour de marche (Ibn Ḥawḳal, 390 sqq.). D’après al-Masʿūdī ( Tanbīh, 366), la région était i…

Čag̲h̲atay K̲h̲ān

(866 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
fondateur du k̲h̲ānat de Čag̲h̲atay [voir l’art, suivant], deuxième fils de Čingiz-k̲h̲ān et de sa principale épouse Börte Fud̲j̲in. Du vivant de son père, il était déjà considéré comme la plus grande autorité en matière de Yasa (loi tribale des Mongols codifiée par Čingiz-k̲h̲ān). Comme ses frères, il prit part aux campagnes de son père contre la Chine (1211-16) et le royaume du k̲h̲wārizm-S̲h̲āh (1219-24). Urgānd̲j̲, la capitale de ce dernier, fut assiégée par les trois princes Ḏj̲oči, Čag̲h̲atay et Ögedey, et prise en ṣafar 618/27 mars-24 avril 1221. La …

Sārt

(1,480 words)

Author(s): Barthold, W. | Subtelny, M.E.
, terme que l’on trouve dans l’histoire et l’ethnographie des mondes iranien et d’Asie Centrale. Vieux mot d’origine turque signifiant «marchand»; on le trouve avec ce sens dans des sources du XIe siècle, comme dans le dictionnaire encyclopédique de Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, Dīwān Lug̲h̲āt al-Turk (Compendium of the Turkic dialects, éd. R. Dankoff et J. Kelly, 3 vol., Cambridge, Mass. 1982-5, I, 269), et le livre de conseil karak̲h̲ānide, Ḳutadgu bilig de Yūsuf Ḵh̲āṣṣ Ḥād̲j̲ib (éd. R. R. Arat, Istanbul 1947, I, 571). Concernant les références de ces deux ouvrages dan…

Bātū

(1,563 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, prince mongol, conquérant de la Russie et fondateur de la Horde d’Or (624-53/ 1227-55), né dans les premières années du VIIe/ XIIIe siècle, second fils de Ḏj̲oči [ q.v.]. Du vivant de Čingiz-Ḵh̲ān, Dioči. en tant que fils ainé, avait reçu en yurt ou apanage le territoire s’étendant des régions de Ḳayali̊ḳ et Ḵh̲wārizm à Saksi̊n et Bulg̲h̲ar sur la Volga «et jusqu’où le sabot du cheval tartare était entré». La partie orientale de cette vaste ¶ région, c’est-à-dire la Sibérie occidentale, l’actuel Kazak̲h̲stan et le bassin inférieur du Si̊r-Daryā, passèrent à la mort de …

Čag̲h̲atay

(1,511 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
(K̲h̲ānat de—). Le Ḵh̲ānat d’Asie centrale auquel Čag̲h̲atay donna son nom ne fut en réalité fondé que quelques décennies après la mort du prince mongol. Čag̲h̲atay eut pour successeur son petit-fils Ḳara-Hülegü, fils de Möʾetuken qui tomba à Bāmiyān. Ḳara-Hülegü avait été désigné comme l’héritier de Čag̲h̲atay, à la fois par Čingiz-k̲h̲ān lui-même et par Ögedey; il fut cependant déposé par le grand-Ḵh̲ān Güyük (1241-48) en faveur du cinquième fils de Čag̲h̲atay, Yesü-Möngke, que Güyük avait en a…

Mā Warāʾ al-Nahr

(8,579 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
(a.) «[le pays situé] au delà du fleuve», l’Oxus ou Amū Daryā ā q.v.], c’està-dire la Transoxiane classique, ainsi nommée par les conquérants arabes du Ier/VIIe siècle et des époques suivantes, par opposition au Mā dūn al-Nahr, les territoires du Ḵh̲urāsān [ q.v.] «en deçà de l’Oxus», bien que le mot Ḵh̲urāsān soit assez souvent employé vaguement pour désigner tous les pays islamiques situés au delà de la Perse occidentale. 1. — Le nom. Les frontières du Mā warāʾ al-Nahr au Nord et à l’Est dépendaient de la situation politique et se trouvaient là où cessait le pouvoir…

Burāḳ (ou, plus correctement, Baraḳ) Ḥād̲j̲ib

(569 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, le premier des ḳutlug̲h̲-k̲h̲āns du Kirmān. D’origine ḳara-k̲h̲itay, il fut, selon Ḏj̲uwaynī, amené au sultan Muḥammad Ḵhwārizm-S̲h̲āh après la défaite des Ḳara-Ḵh̲itay sur le Talas en 606/1210 et, entré à son service, il accéda au rang de ḥād̲j̲ib ou chambellan. Selon Nasawī, il avait eu la même charge à la cour du Gür-Ḵh̲ān ou souverain des Ḳara-Ḵh̲itay. Envoyé en ambassade au sultan, il fut détenu de force par ce dernier jusqu’à l’effondrement final des Ḳara-Ḵh̲itay, et ce ne fut qu’à cette date qu’il fut admis à son service. Q…

Bāysong̲h̲or

(187 words)

Author(s): Barthold, W.
, deuxième fils du sultan de Samarḳand, petit-fils du sultan Abū Saʿīd [ q.v.], né en 882/1477-78, tué le 10 muḥarram 905/17 août 1499. Il fut prince de Buk̲h̲ārā du temps de son père; à la mort de celui-ci, survenue en rabīʿ II 900/30 déc. 1494-27 janv. 1495, il fut appelé à Samarḳand. En 901/1495-96, il fut, pendant une courte période, dépossédé par son frère le sultan ʿAlī, puis à la fin de rabīʿ I 903/novembre 1497, et définitivement, par son cousin Bābur. Bāysong̲h̲or se rendit à Ḥiṣār où il réussit, av…

Ḳāzān

(1,741 words)

Author(s): Barthold, W. | Bennigsen, A.
ou Ḳazān, ville de la Moyenne Volga, capitale de la République Autonome de Tatarstan, capitale du k̲h̲ānat du même nom aux XVe-XVIe siècles. Selon des récits légendaires, la ville a été fondée par Batu dans une région turque et musulmane qui, avant l’invasion mongole, faisait partie de l’ancien royaume de Bulg̲h̲ar [ q.v.]. Le k̲h̲ānat de Ḳāzān fut fondé dans la première moitié du XVe siècle par un cadet čingizide Ulu Muḥammad, fils de Ḏj̲alāl al-dīn et petit-fils de Toḳtami̊s̲h̲, au moment où se disloquait la Horde d’Or. Dès le début, le k̲h̲ānat prit une p…

Si̊r Daryā

(2,136 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E. | Poujol, Catherine
, forme courante Syr Darya, le plus grand fleuve d’Asie Centrale. L’élément turc sir est pratiquement inconnu jusqu’au Xe/XVIe siècle. Au siècle suivant, le prince et historien de Ḵh̲īwa Abū l-G̲h̲āzī Bahādur Ḵh̲ān [ q.v.] appelle la mer d’Aral [ q.v.] «mer de Sir» (Si̊r Teñizi). 1. Aux époques ancienne et médiévale. Le Si̊r Daryā, entre ses origines sur les versants Nord-ouest des monts Tien Chan et son débouché dans la mer d’Aral, traverse les actuelles républiques de Kirghizie, d’Uzbekistan, du Tadjikistan et du Kazakhstan. Il est formé par la réunion dans sa partie orientale ¶ de la v…

Gardīzī

(336 words)

Author(s): Barthold, W.
, Abu Saʿīd ‘Abd al-Ḥayy b. al-ḍaḥḥāk b. Maḥmūd, historien persan qui vivait au milieu du Ve/XIe s. On ne sait rien de sa vie, mais sa nisba indique qu’il était originaire de Gardi̊z [ q.v.]; comme il déclare avoir reçu d’al-Bīrūnī [ q.v.] des renseignements sur des fêtes indiennes, il est possible qu’il ait été son élève. Son ouvrage, intitulé Zayn al-ak̲h̲bār, fut écrit sous le règne du sultan g̲h̲aznawide ʿAbd al-Ras̲h̲īd (440-3/1049-52); il contient une histoire des rois préislamiques de Perse, de Muḥammad et des califes jusqu’en 423/1032, ainsi qu’une…

Dūg̲h̲lāt

(1,044 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, parfois Dūḳlāt, tribu mongole dont Abū l-G̲h̲āzī (éd. Desmaisons, St Pétersbourg 1871, I, 65) fait dériver le nom du pluriel du terme mongol dog̲h̲olong (- lang) «boîteux». La tribu semble n’avoir joué aucun rôle pendant la première période de l’empire mongol, bien qu’on puisse supposer qu’elle a constamment soutenu Čingiz Ḵh̲ān (Ras̲h̲īd al-dīn, éd. Berezin dans Trudi̊ vost. otd. Imp. Russk. Ark̲h̲eol. obs̲h̲čestva, VII 275, XlII/texte 47, 52; trad. L. A. Ḵh̲etaguro v, Moscou-Leningrad 1952, I/1, 193). Il semble qu’à cette époque la tribu presque tout en…

Balāsāg̲h̲ūn

(650 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
ou Balāsakūn, ville située dans la vallée du Ču, dans ce qui est actuellement la Kirghizie. Les géographes médiévaux ne donnent que de vagues indications sur sa position; Barthold, Otčet o poyezdke v Sradniya Aziyu, St Pétersbourg 1897. 39, suggère son identité avec Aḳ-Pes̲h̲in dans la région de Frunze; A. N. Bernchtam, Čuyskaya dolina, dans Materialϊ i issledovaniya arkheologii S.S.S.R., n° 14 (1950), 47-55, s’accorde avec Barthold et donne une description du site. La ville était une fondation soghdienne, et à l’époque de Kās̲h̲g̲h̲arī, c’est-à-dire dans la seconde moitié du Ve/XIe …

Bāmiyān

(1,293 words)

Author(s): Barthold, W. | Allchin, F.R.
(souvent sous la forme al-Bāmiyān dans les sources arabes), ville de l’Hindū-Kus̲h̲, au Nord de la chaîne principale, dans une vallée de montagne située à 2584 m. au-dessus du niveau de la mer, et à travers laquelle passe l’une des plus importantes routes reliant les bassins de l’Oxus et de l’Indus; la ville a donc de l’importance comme centre commercial; au moyen âge, s’y ajoutait son rôle de forteresse. Bien que la vallée, où coule la rivière Kunduz, appartienne en réalité au bassin de l’Oxus, et …

Ḳurama

(790 words)

Author(s): Barthold, W.
, d’après Radloff ( Versuch eines Wörterbuches der Tüirk-Dialecte, II, St. Pétersbourg 1899, 924) «race de Turcs du Turkestan»; dans son ouvrage, le mot kirghiz (c’est-à-dire ḳazaḳ) ḳurama (de ḳura = coudre ensemble des morceaux d’étoffe) est aussi cité avec le sens de «couverture faite de morceaux d’étoffe cousus ensemble». Dans un autre ouvrage ( Aus Sibirien 2, Leipzig 1893,1, 225), Radloff lui-même dit que les Ḳurama sont un peuple formé par «un mélange d’Özbeks et de Kirghiz» et que leur nom vientt d’après ce que disent les Kirghiz eux-mêmes, du fai) qu’ils sont formés ( kura = coudre…

Ḳarapapak̲h̲

(319 words)

Author(s): Barthold, W. | Wixman, R.
(du turc «chapeau noir») peuple turc dont la langue appartient à la catégorie de l’og̲h̲uz occidental et ne diffère guère de l’azéri et du turc. En URSS, elle est souvent considérée comme étant de l’azéri et, en Turquie même, elle n’est plus parlée, ayant été remplacée par le turc. En 1828, les Ḳarapapak̲h̲ émigrèrent de la région qui longe le Debeda ou Borcala en Arménie septentrionale (près de la frontière de la Géorgie) pour se rendre les uns dans la région de Kars, les autres dans celle de Sulduz, en Perse, au Sud du lac Rezayeh. Dans le d…

K̲h̲ānbali̇ḳ

(471 words)

Author(s): Barthold, W.
(écrit ordinairement Ḵh̲ān Bālīḳ) «ville du k̲h̲ān», mot turc oriental adopté plus tard par le reste du monde musulman et même par l’Europe occidentale ( Cambaluc et var., dans Hallberg, l’Extrême Orient dans la littérature et la cartographie de l’Occident, Göteborg 1906, 105-6), pour désigner Pékin, résidence de l’empereur mongol depuis 1264. Selon Ras̲h̲īd al-din (éd. Berezin, Trudi̊ Vost. Otd. Ark̲h̲. Obs̲h̲č.. XV, texte persan, 34), Pékin (chin. d’alors Čūngdū, c’est-à-dire «capitale du milieu» était nommé auparavant Ḵh̲ānbali̊ḳ par les Mongols et con…

Turkistān

(3,060 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E. | Poujol, Catherine
, Turkestan, mot persan signifiant «territoire des Turcs». 1. Pour désigner les terres d’Asie Centrale situées au nord de la Perse moderne et de l’Afg̲h̲ānistān. Cela correspond plus ou moins à l’ancienne Transoxiane ou Mā warāʾ al-Nahr [ q.v.] et aux territoires steppiques s’étendant vers le Nord, bien qu’à partir de l’époque mongole (depuis le XIIIe siècle), ceux-ci furent souvent désignés comme Mog̲h̲olistān [ q.v.]. Pour les Persans, naturellement, seule comptait la frontière sud du territoire des Turcs, la frontière face à l’Īrān, et son tracé variait s…

Ḳubilay

(362 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
, grand - k̲h̲ān mongol de 1260 à 1294, qui était le frère de Möngke [ q.v.] à qui il succéda. Né en 1215, il fut chargé par son frère, en 1251, de l’administration de la Chine septentrionale et prit part à la guerre engagée par Möngke contre les Sung qui régnaient dans le Sud. La conquête de leur royaume ne fut achevée que sous son propre règne (en 1279), et toute la Chine fut alors placée sous l’autorité d’un seul souverain, pour la première fois depuis le Xe siècle. Dès 1260, il avait transféré la capitale de l’empire de Ḳaraḳorum [ q.v.] à Pékin (en mongol: Ḵh̲ān-Balig̲h̲ [ q.v.] = la ville du ḳhān) et,…
▲   Back to top   ▲