Search

Your search for 'dc_creator:( "Cahen, Cl." ) OR dc_contributor:( "Cahen, Cl." )' returned 110 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Buḳa

(90 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, l’un des chefs du groupe des Og̲h̲uz du Ḵh̲urāsān qui, après la capture et la mort de son chef Arslan b. Sald̲j̲ūḳ (427/1036?), se fit, pour ses pillages, chasser de la province par les troupes g̲h̲aznawides, et porta ses déprédations à travers l’Iran central et occidental jusqu’aux confins arméniens et à la Haute-Mésopotamie, et, là, fut anéanti par les Bédouins et les Kurdes en 435/1044. Voir ¶ EI 1, s.v., l’art. Sald̲j̲ūḳides, et Cl. Cahen, Le Maliknameh et l’histoire des origines seldjukides, dans Oriens, 1949, 57. (Cl. Cahen)

Bābāʾī

(638 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom d’un mouvement religieux-social qui agita les milieux turcomans de l’Asie-Mineure centrale quelques années avant l’invasion mongole, et paraît avoir une grande importance dans l’histoire générale du développement social et culturel du peuple turc. On ne peut le comprendre que par référence à certaines conditions d’ensemble du développement de l’État sald̲j̲ūḳide de Rūm. Au VIIe/XIIIe siècle, celui-ci était devenu un État à forte armature administrative et culturelle d’influence iranienne, appuyée sur la population musulmane et surtout sunnite …

Luʾluʾ

(399 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, Badr al-dīn Abū l-Faḍāʾil al-Malik al-Raḥīm, affranchi, peut-être noir, des derniers Zengides d’al-Mawṣil, dont il prolongea le régime. Nommé par Arslān S̲h̲āh Ier à sa mort, en 607/1210-11, gérant de la principauté pour son jeune fils al-Ḳāhir puis, par ce dernier (m. 615/1218), pour son fils mineur Arslān S̲h̲āh II, il fut officiellement désigné, avec diplôme califal, comme seigneur de droit en 629/1232. Les chroniques le mentionnent surtout pour ses petites luttes interminables contre les petits Zengides subsista…

Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan II

(568 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, fils et successeur de Masʿūd Ier, et l’un des plus importants sultans de Rūm (550-88/1155-92). Masʿūd avait, en ménageant les Grecs, réussi à redresser la position des Sald̲j̲ūḳides en face des Dānis̲h̲mendites divisés par des querelles de succession. Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan continua d’abord cette politique, et la poussa en 557/1162 jusqu’à aller rendre à Constantinople, au Basileus Manuel Comnène, une espèce d’hommage qui concrètement d’ailleurs ne lui coûtait rien. Il put alors se rendre maître d’une partie des p…

G̲h̲uzz

(4,608 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Deverdun, G. | Holt, P.M.
, forme que revêt en général, chez les auteurs arabes, le nom du peuple turc og̲h̲uz. L’origine des Og̲h̲uz, restée longtemps obscure en raison de la diversité des transcriptions des noms de peuples dans les sources chinoises, arabes, byzantines, etc., paraît avoir été tirée au clair par J. Hamilton, Toquz oghuz et On-Uyghur, dans JA, CCL/1 (1962), 23-64. Au début du VIIe siècle, se serait formée, parmi les tribus turques orientales T’ie-lo, une confédération de Neuf Clans = Toḳuz Og̲h̲uz — forme connue des auteurs arabes — qui se serait révoltée contre l…

Ḏj̲ays̲h̲

(12,125 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Cour, A. | Kedourie, E.
, l’un des termes arabes usuels (avec d̲j̲und et ʿaskar) pour désigner l’armée. I. L’Arabie préislamique, tout en ayant vécu dans des conditions de petite guerre permanente, n’a connu d’armée spécifique qu’en cas d’occupation étrangère ou peut-être au Yémen. Les luttes entre tribus y mettaient en action virtuellement tous les hommes valides, mais sans organisation militaire, et les combats le plus souvent s’y résolvaient en exploits singuliers. Un embryon d’armée apparaît, si l’on veut, avec l’Islam, dans les expéditions conduites ou préparées par le Prophète, bien que le d̲j̲ihād

Arslan-arg̲h̲ūn

(283 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, frère de Maliks̲h̲āh qui, à la mort de celui-ci, mit la main sur le Ḵh̲urāsān et la province de Balk̲h̲, défit et mit à mort un autre frère, Buribars, envoyé contre lui (488/1095), mais se fit mal voir en raison des mesures de terreur prises contre les complices du vaincu et des destructions préventives des remparts de Merv, Nis̲h̲āpūr, Sarak̲h̲s, Sabzawār, etc. ordonnées par lui, et finit tué par un de ses esclaves en 490; son jeune fils de sept ans fut sans peine alors écarté par Sand̲j̲ar, …

Ḏj̲arād

(1,359 words)

Author(s): Kopf, L. | Cahen, Cl.
«sauterelles»: le mot est un collectif dont le nom d’unité, d̲j̲arāda, s’applique aussi bien au mâle qu’à la femelle. Aucun synonyme apparenté ne semble exister dans les autres langues sémitiques. Pour les différentes phases du développement de la sauterelle, l’arabe possède des noms spéciaux (par ex. sirwa, dabā, g̲h̲awg̲h̲āʾ, k̲h̲ayfān, etc.) qui sont cependant définis de façon différente par diverses autorités. Comme elles sont abondantes dans le pays des Arabes, les sauterelles sont souvent mentionnées et décrites dans la poésie et les proverbes de l’…

Māʾ

(32,728 words)

Author(s): Fahd, F. | Young, M. J. L. | Hill, D. R. | Rabie, Hassanein | Cahen, Cl. | Et al.
(a.) «eau». Le présent article traitera des aspects magico-religieux et juridique de l’eau, ainsi que des techniques d’irrigation: I. Hydromancie. II. L’eau dans le droit islamique classique. III. Machines hydrauliques. IV. L’irrigation en Egypte avant le XXe siècle. V. L’irrigation en Mésopotamie. VI. L’irrigation en Perse. VII. L’irrigation en Afrique du Nord et en Espagne. VIII. L’irrigation dans l’empire ottoman. IX. L’irrigation dans l’Inde musulmane avant le XXe siècle. X. Aspects économiques de l’irrigation moderne. XI. Emplois décoratifs de l’eau dans l’Inde mu…

Bayt al-Māl

(7,944 words)

Author(s): Coulson, N.J. | Cahen, Cl. | Lewis, B. | [R. Le Tourneau]
, litt. «la Maison du Trésor», de là, le fisc de l’État musulman. I. — Aspect juridique. Doctrine juridique. Bilāl et ses compagnons demandèrent à ʿUmar b. al-Ḵh̲aṭṭāb de partager le butin conquis en ʿIrāḳ et en Syrie. «Partage les terres entre ceux qui les ont conquises, dirent-ils, comme on le fait pour les dépouilles de l’armée». Mais ʿUmar refusa de faire droit à leur requête, disant: «Allāh a donné un droit sur ces terres à ceux qui viendront après vous!» ( Kitāb al-Ḵh̲arād̲j̲. 24, Le livre de lImpôt foncier, 37). Dans cette prétendue décision de ʿUmar, se trouve en germe la n…

Arslan b. Sald̲j̲ūḳ

(639 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, fils, probablement aîné, de l’aïeul et éponyme des dynasties sald̲j̲ūḳides, Sald̲j̲ūḳ. Son histoire se confond avec celle des premiers contacts entre les Og̲h̲uz conduits par sa famille et les États musulmans d’Asie Centrale. Il s’appelait proprement Isrāʾīl (cf. ses frères Mīk̲h̲āʾīl et Mūsā, prénoms sous lesquels on peut voir une influence k̲h̲azare israélite ou centre-asiatique nestorienne), avec Arslan comme nom totémique (cf. ses illustres neveux Ṭug̲h̲ril Muḥammad et Čag̲h̲rī Dāʾūd). Les…

Armīniya

(16,479 words)

Author(s): Canard, M. | Cahen, Cl. | Deny, J.
, Arménie, pays de l’Asie antérieure. I. — Esquisse géographique. L’Arménie est la partie centrale et la plus élevée de l’Asie antérieure. Enserrée entre deux chaînes, la chaîne pontique au Nord et la chaîne taurique au Sud, elle est comprise entre l’Asie Mineure à l’Ouest de l’Euphrate, l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et la région Sudouest de la Caspienne (au niveau du confluent du Kurr [Kura] et de l’Araxe) à l’Est, les régions pontiques au Nord-ouest, et le Caucase (dont le sépare la ligne du Rion et du Kurr) au No…

Besni

(442 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, au moyen âge Behesnī, du syriaque Bet Hesnā, localité occupant un important carrefour, situé à près de 900 mètres, en particulier des routes Malatya-Alep et (Cilicie)-Marʿas̲h̲-Diyār Bakr; Besni tenait la charnière de la série des places-fortes qui, au Nord de la grande boucle de l’Euphrate, gardaient les vallées supérieures de ses affluents de rive droite au contact entre plateaux et hautes chaînes du Taurus oriental, et de celles qui, vers le Sud, surveillaient les petits bassins au Nord de …

Croisades

(3,373 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, expéditions militaires et religieuses formées en Europe occidentale et destinées à reprendre à l’Islam et à défendre contre lui les Lieux Saints de Palestine et la Syrie proche; plus tard, le terme s’est étendu à toutes guerres ¶ menées contre des «infidèles», voire à toutes entreprises conduites au nom d’une cause sincère ou prétendue telle; ces extensions ne nous concernent naturellement pas ici. La première Croisade (1096-99), qu’avaient précédée des expéditions contre les Musulmans d’Occident, a abouti à la constitution autour de Jérusalem, Tripoli, An…

Ḥiṭṭīn (ou Ḥaṭṭīn

(305 words)

Author(s): Buhl, Fr. | Cahen, Cl.
), dans le Talmud: Kefar Ḥaṭṭiya, village situé à l’Ouest et en amont de Tibériade dans une plaine fertile dont le bord méridional est constitué par une arête de pierre calcaire s’élevant à pic. A l’Ouest et à l’Est, cette arête se termine par une haute cime, appelée Ḳurūn Ḥiṭṭīn. Une tradition dont l’origine est obscure, mais qui est attestée au VIe/XIIe siècle, transporte ici le tombeau du prophète S̲h̲uʿayb (Jéthro); la petite chapelle, reconstruite aux temps modernes et encore visitée tous les ans par les Druzes, est située sur une colline dans une va…

Diyār Bakr

(3,908 words)

Author(s): Canard, M. | Cahen, Cl. | Yinanç, Mükrimin H. | Sourdel-Thomine, J.
, proprement «demeures de (la tribu de) Bakr». C’est la désignation de la province septentrionale de la Ḏj̲azīra. Elle s’étend dans la ¶ région où coule le Tigre aussi bien sur sa rive gauche que sur sa rive droite, de sa source jusqu’à l’endroit où, abandonnant la direction Ouest-Est, il prend celle du Sud-est. C’est donc le bassin supérieur du Tigre, de la région de Siʿirt et Tell Fāfān jusqu’à celle d’Arḳanīn au Nord-ouest d’Āmid et Ḥiṣn al-Ḥamma (Čermük) à l’Ouest d’Āmid. Yāḳūt fait remarquer que le Diyār Bakr ne dépasse pas la plaine. Le Diyār Bakr est appelé ainsi parce qu’il est d…

Bursuḳ

(962 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(turc or. : blaireau), un des principaux officiers des grands Sald̲j̲ūḳides, dont les descen dants jouèrent également un rôle notable au débu du VIe/XIIe siècle. Bursuḳ entre dans l’histoire comme, bien que jeune, l’un des principaux amīrs au service de Ṭug̲h̲ril-Beg qui, après la reprise en main de Bag̲h̲dād consécutive aux tragédies des années 450-451/1058-1059, fait de lui son premier s̲h̲iḥna (commandant militaire) de Bag̲h̲dād, Toutefois, dans l’organisation sald̲j̲ūḳide pacifiée, le pouvoir essentiel appartient au ʿamīd, administrateur civil, et il n’est pas sûr …

al-ʿAẓīmī

(195 words)

Author(s): Cahen, Cl.
Muḥ. b. ʿAlī b. Muḥ., Abū ʿAbd Allāh al-Tanūk̲h̲ī, dit al-ʿAhẓīmī (483/1090-après 556/1161), chroniqueur alépin dont nous est parvenue une dense mais sèche Chronique universelle — surtout syrienne — atteignant 538/1143-44 (publiée par nous à partir de 455/1063 dans JA, 1938, 353-448), mais qui avait composé en outre surtout une grosse Histoire d’Alep largement utilisée en particulier par Kamāl al-dīn Ibn al-ʿAdīm et Ibn Abī Ṭayyī (celui-ci jusqu’en 556/1161). L’intérêt des parties conservées de l’œuvre d’al-ʿAẓīmī ne réside pas dans leur valeur i…

Menclegüček

(320 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(Mangūd̲j̲ak), chef turcoman éponyme d’une petite dynastie qui apparaît dans l’histoire, avec son fils Isḥāḳ, en 512/1118 en Anatolie orientale autour de la ville d’Erzind̲j̲ān [ q.v.], englobant aussi Diwrigi, Kog̲h̲onia/Colonia-Ḳara Ḥisār S̲h̲arḳī. Son territoire s’interpose entre ceux des Danis̲h̲mendides [ q.v.] à l’Ouest, des Saltuḳides [ q. v] d’Erzerum à l’Est, de la province byzantine de Trébizonde au Nord et des principautés artuḳides [voir Artuḳides] au Sud; il commande la route traditionnelle des invasions de l’Iran en Anatolie. On ne sait presque …

Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan Ier

(509 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, connu des Croisés, comme son père, aussi sous le nom de Sulaymān/Soliman, fils de Sulaymān b. Kutlumus̲h̲ [ q.v.], second prince sald̲j̲ūḳide d’Asie Mineure. Jeune encore, il se trouvait à Antioche lorsque son père fut tué dans une bataille contre Tutus̲h̲ [ q.v.], et fut livré en otage à Maliks̲h̲āh [ q.v.] qui venait occuper la Syrie (479/1086). A la mort de celui-ci (485/1092) il put s’échapper et vint à Nicée, ancienne résidence de son père, où il paraît s’être sans trop de peine fait reconnaître comme leur suzerain par les chefs turcomans …
▲   Back to top   ▲