Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Maḥmūd Yalawač

(449 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ministre des k̲h̲āns mongols en Asie Centrale et en Chine au XIIIe siècle de J.-C. Barthold suppose ( Turkestan 3, 396, n. 3) que Maḥmud Yalawač n’est autre que le Ḵh̲wārazmien du nom de Maḥmūd que Nasawī cite comme l’un des chefs de l’ambassade envoyée par Čingiz, en 1218, au Ḵh̲wārazm-s̲h̲āh ʿAlāʾ al-dīn Muḥammad [voir Ḵh̲warāzm-s̲h̲āhs]. En fait, l’ Histoire secrète des Mongols (trad. E. Haenisch, Die geheime Geschichte der Mongolen 2, Leipzig 1948, 132) fait de Maḥmūd Yalawač et de son fils Masʿūd Beg [ q.v.] des Ḵh̲wārazmiens (Ḳurums̲h̲i) et dit que yalawač/ yalawar signifie en tur…

al-Zāb

(879 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de deux affluents de la rive gauche du Tigre [voir Did̲j̲la], dans le Nord du ʿIrāḳ, tous deux prenant leur source dans la chaîne de montagne du Zagros au Kurdistān. 1. Le Grand Zāb ou Zāb Supérieur ( al-Zāb al-akbar ou al-aʿlā) était déjà connu des Assyriens, sous le nom de Zabu ēlū «Zāb supérieur», et on le trouve en grec classique, ΛύκοΣ (voir PW, XIII, cols. 2391-92), en grec byzantin ό μέγάΣ ΖάβαΣ, en syriaque Zāb̲ā et en araméen tardif Zav. En kurde, aujourd’hui, on l’appelle Zēʾ-i Bādinān et en turc Zap. J. Markwart examina plusieurs étymologies possibles et proposa un ¶ lien avec l’a…

Tihrān

(15,364 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Minorsky, V. | Calmard J. | Hourcade, B. | C. E. Bosworth
, le nom de deux villes en Perse. I. Tihrān, une cité de la Perse septentrionale 1. Situation géographique 2. Histoire jusqu’en 1926 3. La croissance de Tihrān (a) Le développement jusqu’aux environs de 1870. (b) Urbanisation, monuments, vie culturelle et socio-économique jusqu’aux Pahlavī. (c) La ville depuis l’avènement des Pahlavī. II.Ṭihrān ancien nom d’un village ou d’une petite ville de la province actuelle d’Iṣfahān. ¶ I. Tihrān, forme ancienne utilisée jusqu’au début du XXe siècle Ṭihrān (Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 51, donne les deux formes, Ṭihrān étant la …

ʿUmān

(4,469 words)

Author(s): Smith, G.R. | Bosworth, C.E | C. Holes
, dont le nom d’usage est Oman, sultanat situé dans l’angle sud-est de la Péninsule Arabique, avec une deuxième région, séparée de la première par certaines parties des Emirats Arabes Unis, à la pointe de la péninsule de Musandam. Le pays, dont la population est d’environ 2 000 000 d’habitants, couvre quelque 312 000 km2 au total, avec 1 700 km de côtes, le long du golfe d’Oman et de l’Océan Indien. Le chef de l’État est Sulṭān Ḳābūs b. Saʿīd, quatorzième souverain de la dynastie Āl Bū Saʿīd [ q.v.]. Le pays est divisé d’un point de vue ethnique et culturel en deux parties: le Nord i…

Mohmand

(1,202 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, nom d’une tribu pathāne ou Afg̲h̲āne demeurant sur la Frontière Nord-ouest de ce qui était autrefois l’Inde britannique et constitue aujourd’hui la frontière entre le Pakistan et l’Afg̲h̲ānistān. En fait, les Mohmand sont à cheval sur la frontière, et leurs membres, estimés à 400 000 environ, sont répartis entre les deux pays. Leurs territoires partent du Nord-ouest du district de Pes̲h̲āwar, couvrent à l’Est ceux des Mālākand et des Yūsufzay et s’étendent à l’Ouest jusqu’à la frontière afg̲h̲āne et au delà, puis, au Nord, vers l’État princier de Dīr [ q.v.]. L’Agency des Mohmand, c…

Ṭabas

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de deux lieux de Perse orientale désignés dans les sources islamiques anciennes par le duel al-Ṭabasāni (p. ex. al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, IX, 45 et Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 20), et distingués sous les noms de Ṭabas al-Tamr «Ṭabas des palmiers» et Ṭabas al-ʿUnnāb «Ṭabas des jujubiers», en persan plus tardif respectivement Ṭabas Gīlakī et Ṭabas Masīnān. Ṭabas al-Tamr se trouvait au Ḳūhistān [ q.v.] occidental, dans le Grand Désert Central, à un carrefour routier entre le Das̲h̲t-i Lūṭ au Sud et le Das̲h̲t-i Kawīr au Nord et à l’Ouest. Ṭabas…

Sipāhī

(2,024 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Temimi, Abdeljelil | Haig, T. W.
(p.), du persan sipah, sipāh «armée, et de là au départ, soldat». Le mot a donné des vocables européens comme l’anglais sepoy (voir plus bas, 2.) et le français cipaye, et spahi (voir plus bas, 3.). 1. Dans l’empire ottoman. Sipāhī avait ici le sens plus précis de «cavalier» dans les forces féodales de l’empire, par opposition avec les fantassins du corps professionnel des Janissaires [voir Yeñi Čeri]. Ces cavaliers féodaux étaient entretenus grāce à des attributions foncières ( dirlik, «moyens d’existence») assorties de revenus à divers niveaux. Au-dessous du k̲h̲āṣṣ [ q.v.], ou terre…

Sayyid

(866 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Sāʾid (a., pl. asyād, sāda, sādāt, noms d’action siyāda, suʾdad, etc.), à l’origine, chef, p. ex. d’une tribu arabe, puis, a l’époque islamique, titre honorifique des descendants du Prophète Muḥammad, et dans cette acception synonyme à bien des égards du mot s̲h̲arīf [ q.v.]. Sayyid s’employait en sud-arabique ancien, sous la forme sʾwd(chef) (A. F. L. Beeston, etc., Sabaic dictionary, Louvain-Beyrouth 1982, 129), mais la racine semble être absente du sémitique du Nord-ouest, attestée seulement sous une forme douteuse en araméen d’Eléphantine Q. Hoftijzer et K. Jongeling, Diction…

Rag̲h̲ūsa

(2,921 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C. E.
, forme arabe médiévale du nom de la ville dalmate de Raguse, qui, jusqu’à l’avènement de Napoléon, était un Etat libre; elle a repris aujourd’hui son nom slave de Dubrovnik et fait partie de la Croatie (42° 40´n., 18° 07´ E.). 1. Histoire jusqu’au début du XIXe siècle. Raguse, le Ragusium romain (voir Pauly-Wissova, 2. Reihe, l.A.l, col. 130) est pittoresquement situé sur le côté Sud d’une presqu’île qui s’avance dans l’Adriatique au pied et sur les contreforts du Mont Sergius (15 m.), dut sa naissance au VIIe siècle à des fugitifs romans venus de la ville d’Epidaure détruite par…

Muḥammad b. Hindū-s̲h̲āh

(213 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
Nak̲h̲čciwānī, S̲h̲ams al-dīn, fonctionnaire et littérateur persan du VIIIe/XIVe siècle qui était, semble-t-il, le fils de Hindū-S̲h̲āh b. Sand̲j̲ar Gīrānī ou al-Ḏj̲īrānī, auteur d’un ouvrage d’ adab en arabe (Brockelmann, II2, 245, S II, 256) et d’une version persane du Fak̲h̲rī d’Ibn al-Ṭiḳṭaḳā, les Tad̲j̲ārib al-salaf (voir Storey, I, 81, 1233; Storey-Bregel, I, 326-7). Muḥammad était secrétaire de chancellerie sous les Īl-k̲h̲ānides. Il écrivit un glossaire persan-persan, le Ṣiḥāḥ al-Furs, dédié à son supérieur, G̲h̲iyāth al-dīn, fils du grand vizir des Mongo…

Wak̲h̲s̲h̲

(207 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, district en Asie Centrale et nom d’une rivière qui y coule. Le Wak̲h̲s̲h̲ Āb est un affluent de rive droite de l’Oxus, coulant de la chaîne de montagne de l’Alai au Sud du Farg̲h̲āna. Geiger et Markwart crurent que le nom grec ‘‘ΟξοΣ, Oxos, venait de Wak̲h̲s̲h̲, l’affluent donnant dans ce cas son nom au fleuve principal (voir Marwart, Wehrot und Arang, 3 et suiv., 89; Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion, 65; et Āmū Daryā). Au début des temps médiévaux, le district de Wak̲h̲s̲h̲ devait comprendre dans sa population des descendants des Hephtalites, comme les Kumīd̲j̲īs [ q.v.] ains…

Sarandīb

(541 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom donné dans les sources géographiques et historiques islamiques médiévales à l’île de Ceylan (le Sri Lanka actuel). La forme arabe rend bien le skr. Simhala «Ceylan» + dvīpa «île»; on trouve une forme intermédiaire dans al-Bīrūnī, India, trad. E. Sachau, Londres 1910, I, 233, celle de Sangadilīp. Dès l’époque de Yāḳūt (au début du VIIe/XIIIe siècle), on trouve la forme ṣīlān (Buldān, éd. Beyrouth, I, 346, art. Baḥr al-Hind). La plupart des géographes islamiques médiévaux, à ¶ partir d’Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, reproduisent quelques récits concernant Sarandīb, la situant …

Sārangpur

(195 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville d’Inde centrale, située avant la partition dans l’Etat Indigène de Dewās, actuellement dans le district de Shajapur de l’Etat de Madhya Pradesh, dans l’Union Indienne (lat. 23° 34ʹ N., long. 76° 24ʹ E.). C’est une ville essentiellement musulmane, fondée par les sultans de Mālwā [ q.v.] sur un site ancien. Elle aurait été le siège d’une batailīe en 840/1437, lorsque Maḥmūd Ḵh̲ald̲j̲ī de Mālwā fut défait par les forces de Mēwār [ q.v.]; plus certainement, elle fut prise en 932/1526 à Maḥmūd II de Mālwā par Rāriā Sāṇgā [ q.v.] de Čitawr. En 968/1561, elle fut enlevée par Ak…

Ḳarā K̲h̲iṭāy

(3,674 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
nom que les sources islamiques des VIe et VIIe/XIIe et XIIIe siècles donnent généralement au peuple kitai que les sources chinoises citent, à partir du IVe siècle de J.-C, comme habitant les confins septentrionaux de l’empire de Chine. Au cours du VIe/XIIe siècle, un groupe s’en détacha pour s’installer dans les territoires islamiques de l’Asie centrale et y établir sa domination pendant près de 80 ans. Les inscriptions d’Ork̲h̲on de la Mongolie extérieure, qui constituent les annales royales des T’u-chiieh ou Turcs (vers 732 de J.-C), indiquent que les Kitai …

K̲h̲āṣṣ Oda

(306 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, la «Chambre Privée» dans l’organisation du Palais ottoman et le plus important des quatre départements de l’enderūn ou service intérieur (les autres étant, par ordre décroissant, le Trésor ou Ḵh̲azīne [ q.v.], le Garde-Manger privé ou Ki̊lār-i̊ Ḵh̲āṣṣ et la Grande et la Petite Chambres ou Büyük ve Küčük Odalar). La k̲h̲āṣṣ oda, tel que nous la connaissons, fut créée par Meḥemmed le Conquérant qui, dans son ḳānūnnāme, mentionne par leur titre ses quatre officiers principaux et son équipe de 32 pages ou ič og̲h̲lans [ q.v.] appelés k̲h̲āṣṣ oda g̲h̲ilmāni̊ ou k̲h̲āṣṣ odali̊lar. Selīm Ier en…

Sabīl

(3,033 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Behrens-Abouseif, Doris
(a.), pl. subul, littéralement «voie, route, chemin», terme d’occurrence fréquente dans le Ḳurʾān et dans l’usage religieux musulman. 1. Comme concept religieux. Des formes apparentées au mot arabe existent dans des langues sémitiques comme l’hébreu et l’araméen, ainsi qu’en sud-arabique épigraphique sous la forme slbl (voir Joan C. Biella, Dictionary of Old South Arabic, Sabaean dialect, Cambridge, Mass. 1982, 126). A. Jeffery, à la suite de F. Schwally, dans ZDMG, LIII (1899), 197, suggérait que sabīl était, dans son usage ḳurʾānique, très vraisemblablement emprunté …

Madyan S̲h̲uʿayb

(1,147 words)

Author(s): Buhl, F. | Bosworth, C.E.
, ville du Nord-ouest de l’Arabie, en retrait par rapport à la côte orientale du golfe de ʿAḳaba. Les géographes musulmans du moyen âge la citent sur la route du pèlerinage de Syrie au Ḥid̲j̲āz qui, à cet endroit, passait à l’intérieur des terres pour éviter le littoral montagneux du golfe. Le nom de cette localité est en rapport avec celui de la tribu des Madianites connue d’après l’Ancien Testament (LXX: Mαδιαμ, Mαδιαυ; chez Josèphe: Mαδιηνίται, ἡ Mαδιηυἢ χωρα), mais il ne peut guère servir directement à identifier le territoire d’origine de c…

al-Muṭīʿ Li-llāh

(517 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Bosworth, C.E.
, Abū l-Ḳāsim al-Faḍl, calife ʿabbāside qui régna de 334 à 363/946-74. Il était le fils d’al-Muḳtadir et d’une concubine ṣaḳlabie esclave nommée Mas̲h̲ʿala, et le frère d’al-Rāḍī et d’al-Muttaḳī [ q.v.]. Al-Muṭīʿ était un ennemi acharné d’al-Mustakfī [ q.v.], aussi se cacha-t-il dès l’avènement de ce dernier, et l’on raconte que lorsque Muʿizz al-dawla [ q.v.] fut devenu le véritable souverain, al-Muṭīʿ se réfugia auprès de lui et le monta contre al-Mustakfī. Après la déposition d’al-Mustakfī en d̲j̲umādā II ou s̲h̲aʿbān 334/janvier ou mars 946, al-M…

Māhūr

(426 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Burton-Page, J.
, petite ville de l’Inde médiévale, dans l’extrême Nord de l’ancien État de Hyderabad de l’Inde britannique. Située à 19° 49′ de lat. N., et 77° 58′ de long. E., juste au Sud de la rivière Pengangā, un affluent gauche du Godavari, cette ville constitue la frontière entre les anciennes régions du Hyderabad du Nord [voir Haydrābād] et du Berār [ q.v.] dans l’Inde centrale. Dans l’époque préislamique, Māhūr avait un sanctuaire de Srī-Dattātreya. Au milieu du VIIIe/XIVe siècle, la région jusqu’à Māhūr fut conquise par les Bahmanides [ q.v.] du Deccan. En 857/1453 Maḥmūd Ier Ḵh̲īld̲j̲ī [ q. v. ] d…

S̲h̲ūl

(367 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
1. Nom d’une contrée et d’une ville de Chine cité par le géographe arabe médiéval Ḳudāma b. Ḏj̲aʿfar [ q.v.], 264, qui emprunte ici à la partie perdue de l’œuvre de son prédécesseur Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih [ q.v.]. Selon Ḳudāma, Alexandre le Grand, en compagnie de l’empereur de Chine, partant de Chine en direction du Nord, conquit le pays de S̲h̲ūl et y fonda deux cités, Ḵh̲.mdān et S̲h̲ūl, et ordonna au souverain chinois d’installer une garnison ( rābiṭa) en ce dernier endroit. Ḵh̲umdān est attestée dans d’autres sources islamiques (p. ex. Gardīzī, Marwazī, trad. Minorsky, 25-6…

Nūr al-Dīn Arslān S̲h̲āh

(399 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Ḥārit̲h̲ b. Masʿūd b. Mawdūd b. Zangī, appelé al-Malik al-ʿĀdil, sixième souverain de la dynastie des Atabegs zangides de Mawṣil, régna 589-607/1193-1211. A la mort de son père ʿIzz al-dīn Masʿūd [ q. v.] Nūr al-dīn lui succéda, mais resta pendant des années sous la tutelle du gouverneur de la citadelle de Mawṣil, l’eunuque Mud̲j̲āhid al-dīn Ḳaymaz al-Zaynī, jusqu’à la mort de ce dernier en 595/1198-9. La politique extérieure de Nūr aldīn consista d’abord à s’assurer le contrôle de Nīṣībīn [ q.v.] contre son parent, le seigneur zangide de Sind̲j̲ār ʿImād al-dīn Zangī, …

al-Malik al-ʿAzīz

(203 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Manṣūr Ḵh̲usraw-Fīrūz, prince būyide (407-41/1016 ou 17-49), fils aîné de Ḏj̲alāl al-dawla S̲h̲īrzīl [ q.v.]; du vivant de son père, qui régnait à Bag̲h̲dād, il fut gouverneur de Baṣra et Wāsiṭ et, dans les derniers temps, héritier du trône, mais il se trouvait à Wāsiṭ lorsque Ḏj̲alāl al-dawla mourut en s̲h̲aʿbān 435/mars 1044, et des ressources financières supérieures permirent à son cousin ʿImād al-dīn Abū Kālīd̲j̲ār Marzubān [ q.v.], qui était plus puissant, de s’assurer le loyalisme des troupes būyides de Bag̲h̲dād et de s’établir fermement au ʿIrāḳ. Ḵh̲…

Kerč

(926 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, port de mer situé à l’extrémité orientale de la presqu’île du même nom, dans la partie orientale de la Crimée [voir Ḳi̊ri̊m,] constituant aujourd’hui l’ oblast’ de Crimée de la RSS d’Ukraine. Il est évident que la région était bien peuplée aux époques préhistorique, cimmérienne et scythe, car elle possède un grand nombre de kurgans ou tumuli ¶ funéraires dont beaucoup ont été fouillés depuis le siècle dernier. A l’époque classique, le site fut occupé, à partir du VIe siècle avant J.-C, par la florissante colonie grecque ionienne de Pantikapaion qui fut par la suite appel…

Tukarōʾi

(104 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Mug̲h̲almārī, lieu situé près de Midnapūr, au Sud du Bengale occidental, où se déroula, en 982/1574, la bataille entre Rād̲j̲ā T́ōd́ar Mal [ q.v.], ministre des finances et général au service d’Akbar et le jeune prince du Bengale, Dāwūd Ḵh̲ān Kararānī [ q.v.], qui avait rejeté la suzeraineté mog̲h̲ole. Dāwūd fut vaincu grâce à une ruse [voir Ḥarb, VI, vol III, 206a] et contraint à la fuite, permettant à Akbar d’annexer officiellement le Bihar, le Bengale et l’Orissa. (C.E. Bosworth) Bibliography Voir Dāwūd Ḵh̲ān Karabānī et J. F. Richards, The Mughal empire, dans The New Cambridge His…

Masʿūd Beg

(343 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ministre, en Asie Centrale, des k̲h̲āns mongols au XIIIe siècle de J-C. Peu après 1238, sous le règne du Grand Ḵh̲ān Ögedey (1227-41), une partie de la Transoxiane et du Mog̲h̲olistān [ q.v.] ( = région des steppes au Nord de la Transoxiane) fut cédée à Čag̲h̲atay en ind̲j̲ü ou apanage [voir Čag̲h̲atay Ḵh̲ān et Māwarāʾ al-Nahr, II. Histoire]. Quand le père de Masʿūd Beg Maḥmūd Yalawač [ q.v.] fut muté en Chine et quitta son poste de gouverneur de la population sédentaire de Transoxiane et du Mog̲h̲olistān, il fut nommé lui-même à sa succession. En effet, d’aprè…

Sāwd̲j̲-bulāḳ

(804 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
altération persane de sog̲h̲uḳ bulaḳ «printemps froid», en kurde Sā-blāg̲h̲, nom d’un district en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān du Sud-ouest, au Sud du lac Urmiya, et ancien nom de son chef-lieu, actuellement Mahābād [ q.v.]... Le district comprend essentiellement le Kurdistān mukrī, habité par les tribus mukrī et debok̲h̲ī sédentaires, parlant la forme kurmānd̲j̲ī de la langue kurde (décrite classiquement par O. Mann, Die Mundart der Mukri-Kurden. Kurdischpersische Forschungen, 4e série, vol. III/1-2, Berlin 1906-9. Voir la Bibl. de Minorsky sur le kurde dans EI 1, art. Kurdes). Confession…

K̲h̲ārān

(450 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien État indigène du Balūčistān occidental aujourd’hui partie intégrante du Pakistan. Géographiquement, il comprend un vaste bassin, celui du Mas̲h̲kel à l’Ouest et du Baddo à l’Est, entre de hautes chaînes de montagnes (le Ra’s Kūh s’élève à plus de 3000 m.). Dans la vallée, s’étend un vaste rēgistān ou désert de sable. La population est en majorité balūče, avec quelques Brahūīs dans la partie orientale. L’histoire ancienne du Ḵh̲ārān est très obscure. La ¶ tradition locale dit que les chefs Naws̲h̲īrwānis y entrèrent au VIIIe/XIVe siècle; au cours des siècles suivants, ces…

Naṣīḥat al-Mulūk

(4,715 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «fait de conseiller les rois» expression qui peut commodément servir à caractériser le genre de littérature islamique pré-moderne consistant en conseils aux souverains et à leurs fonctionnaires à propos de la politique et du gouvernement ( siyāsa [ q.v. ] ou tadbīr al-mulūk), le comportement du chef de l’État à l’égard de Dieu et à l’égard des sujets ( raʿiyya [ q. v. ]) que Dieu a confiés à sa charge, la conduite de la guerre, la diplomatie et l’espionnage, etc. Tous ces sujets correspondent au genre de la littérature européenne médiévale des «miroirs des princes» ou Fürs…

Fayd

(901 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, localité du Nad̲j̲d qui était importante au moyen âge, mais n’est plus qu’un village (27° 8’ N., 42° 28’ E.). Situé dans une plaine aux confins des deux régions du d̲j̲abal S̲h̲ammar au Nord-ouest et d’al-Ḳaṣīm [ q.vv.] au Sud-est, à 130 km environ au Sud-est de Ḥ āʾil [ q.v.], Fayd est placé par les anciens géographes musulmans sur le territoire où se rencontraient les terrains de parcours des Ṭayyiʾ et des Asad, près de « deux montagnes des Ṭayyiʾ » souvent citées, Salmā et ‘Ad̲j̲ā’. Al-Bakrī, suivi par al-Samhūdī, dit que c’était un célèbre ḥimā avant l’Islam, et tous deux, ainsi qu’al…

al-Nad̲j̲af

(1,418 words)

Author(s): Honigmann, E. | Bosworth, C.E.
ou Mas̲h̲had ʿAlī, ville et lieu de pèlerinage du ʿIrāḳ, à 10 km à l’Ouest de Kūfa. Cette ville se trouve en bordure du désert sur une hauteur aride, en forme de plateau, ce qui lui a fait donner le nom d’al-Nad̲j̲af (A. Musil, The Middle Euphrates, 35); elle est située à 31° 59’ de latitude N. et 44° 20’ de longitude E., à une altitude de 37 m. D’après la tradition courante, ʿAlī b. Abī Ṭālib [ q.v.] a été enterré près de Kūfa, non loin de la digue qui protégeait cette ville contre les crues de l’Euphrate, à l’endroit où se développa plus tard la ville d’al-Nad̲j̲af (Yāḳ…

Gurčànī

(424 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, tribu balučie du Pakistan demeurant en partie dans les plaines de la vallée de l’Indus qui constituent le district de Dēra G̲h̲āzī Ḵh̲ān au Pand̲j̲āb [voir Dērad̲j̲ât] et de partie dans les ¶ monts Mārī et Drāgal de la chaîne du Sulaymān et sur les plateaux de S̲h̲ām et de Paylawag̲h̲, et s’étendant à l’Ouest jusqu’au district actuel de Loralai, dans le Nord-est du Balūčistān. La tribu est mêlée, car certaines fractions sont des Dōdāis provenant d’un mélange de Balūč et de Rād̲j̲pūts du Sindh, tandis que d’autres sont des Bal…

Sahāranpūr

(513 words)

Author(s): Haig, T.W. | Bosworth, C.E.
, ville de l’Inde septentrionale, dans la partie extrême du Gange-Ḏj̲amnā Dōʾāb (lat. 29° 57´ N., long. 77° 33´ E.), actuellement à l’extrémité Nord de l’Etat d’Uttar Pradesh, dans l’Union Indienne. Elle fut fondée vers 740/1340, sous le règne de Muhammed b. Tug̲h̲luḳ et prit son nom de celui d’un saint musulman local, S̲h̲āh Haran Čis̲h̲tī. La cité et le district souffrirent beaucoup durant l’invasion de Tīmūr; et en 932/1526,. Bābur les traversa en faisant ¶ route vers Pānīpat, et quelques colonies mug̲h̲ales locales font remonter leur origine aux gens qui l’accompag…

Pis̲h̲pek

(219 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, localité qui, à l’époque islamique ancienne et médiévale, s’élevait dans la vallée du Ču [ q.v.] du Semirečye, au Turkestan, et constituait pendant la période soviétique la ville de Frunze (42°54’ N., 74°36’ E.). La région de Pis̲h̲pek et de Toḳmaḳ voisine est connue pour avoir été au Moyen Âge un centre de Christianisme nestorien, et des pierres tombales portant des inscriptions, dont la plus ancienne date de l’époque des Ḳara Ḵh̲iṭay (VIe/XIIe siècle [ q.v.]) y ont été dé couvertes (voir W. Barthold, Zur Geschichte des Christentums in Mittel-Asien bis zur mongolischen Eroberung, Tūbi…

Kāwūs

(585 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, dynastie iranienne qui régna, au cours de la seconde moitié du IXe/XVe siècle et au Xe/XVIe siècle, dans les régions de Rūyān et de Rustamdār, qui sont respectivement la plaine côtière et l’arrière-pays montagneux de la zone occidentale de la province Caspienne du Māzandarān [ q.v.]. Cette dynastie formait une des deux branches issues de l’ancienne lignée des Bādūspānides [ q.v.] remontant à l’époque sāsānide et qui se séparèrent vers le milieu du IXe/XVe siècle. Les Bādūspānides avaient été relégués dans la forteresse de Nūr du fait des campagnes menées dans la …

Ṣu Bas̲h̲i̊

(747 words)

Author(s): Kramers, J. H. | Bosworth, C. E.
(t.), dans l’organisation tribale turque, ancien titre désignant le «commandant de l’armée, des troupes». Le premier terme avait d’abord la forme , avec voyelle d’avant. Rien ne confirme que le mot ait été primitivement un emprunt au chinois (voir Sir Gérard Clauson, An etymological dict. of the pre-thirteenth century Turkish, Oxford 1972, 781). apparaît fréquemment dans les inscriptions de l’Ork̲h̲on [ q.v.], et probablement aussi dans celles du Ienisseï. Dans les premières, on trouve l’expression sü sülemek «faire une expédition militaire», et le titre de sü bas̲h̲i̊ existe…

S̲h̲āh Malik

(263 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAlī Yabg̲h̲u, prince turc og̲h̲uz [voir G̲h̲uzz] de la ville de Ḏj̲and [ q.v. au Suppl.], sur le bas Syr Darya en Transoxiane pendant le second quart du Ve/XIe siècle. S̲h̲āh Malik, auquel Ibn Funduḳ attribue la kunya d’Abū l-Fawāris et les laḳabs de Ḥusām al-dawla et de Niẓām al-milla, était le fils et successeur de l’Og̲h̲uz Yabg̲h̲u, chef d’une fraction de cette tribu turque opposée à celle qui avait pour chefs la famille sald̲j̲ūḳide [voir Saldjūḳides. II]. Cette rivalité est à la base de l’alliance entre S̲h̲āh Malik et le G̲h̲aznawide Masʿūd b. Maḥmūd [ q.v.] contre ses congénères…

Turkistān

(3,060 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E. | Poujol, Catherine
, Turkestan, mot persan signifiant «territoire des Turcs». 1. Pour désigner les terres d’Asie Centrale situées au nord de la Perse moderne et de l’Afg̲h̲ānistān. Cela correspond plus ou moins à l’ancienne Transoxiane ou Mā warāʾ al-Nahr [ q.v.] et aux territoires steppiques s’étendant vers le Nord, bien qu’à partir de l’époque mongole (depuis le XIIIe siècle), ceux-ci furent souvent désignés comme Mog̲h̲olistān [ q.v.]. Pour les Persans, naturellement, seule comptait la frontière sud du territoire des Turcs, la frontière face à l’Īrān, et son tracé variait s…

Ṣamṣām al-Dawla

(535 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Kālīd̲j̲ār Marzubān, S̲h̲ams al-milla (353-88/964-98), amīr Buyide et fils aîné de ʿAḍud al-dawla [ q.v.]. A la mort de son père en s̲h̲awwāl 372/mars 983, Ṣamṣām al-dawla accéda au pouvoir en qualité d’ amīr al-umarāʾ, mais sa position fut immédiatement contestée par un autre frère, S̲h̲araf al-dawla S̲h̲īrzīl, qui s’empara du Fārs et du Ḵh̲ūzistān. Depuis ses bases en ʿIrāḳ, Ṣamṣām al-dawla dut aussi combattre le chef kurde Bād̲h̲. ancêtre de la dynastie marwānide [voir Marwānides] du Diyār Bakr, qui s’était rendu maître de diverses villes d’al-Ḏj̲azīra. et occup…

Ḳarā-köl

(445 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(en turc «lac noir»), Ḳarākul, nom de plusieurs lacs d’Asie centrale et d’une ville moderne dans la RSS d’Uzbekistan. Le lac le plus connu est celui qui est situé à l’extrémité occidentale de la rivière Zarafs̲h̲ān en Sog̲h̲diane (Uzbekistan moderne), à mi-distance entre Buk̲h̲ārā et Čārd̲j̲ūy (médiéval Āmul-i S̲h̲aṭṭ [voir Āmul, 2]). Le bassin dans lequel il se trouve était connu sous le nom de bassin du Sāmd̲j̲an (voir al-Iṣṭak̲h̲rī, 315 et Ibn Ḥawḳal, éd. Kramers, 485, tr. Kramers et Wiet, 466). Dans le Taʾrīk̲h̲-i Buk̲h̲ārā de Nars̲h̲ak̲h̲ī (éd. Schefer, 17, tr. Frye, 19), l…

Samrū ouSumrū, Bēgam

(534 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Digby, S.
, épouse d’origine indienne musulmane de l’aventurier européen Walter Reinhardt Sombre ou Samrū, qui gouverna le pargana [ q.v.] de Sardhana [ q.v.] dans le Nord-ouest de l’Inde sous l’empereur mughal S̲h̲ah ʿAlam II [ q.v.]. A la mort de Reinhardt en 1778, Samrū Bēgam conserva ce qui était pratiquement une petite principauté du Sardhanā, avec une armée composée de 300 mercenaires européens et métis; en 1792, elle épousa un soldat de fortune français du nom de Levassault. Spoliée du contrôle de Sardhanā en 1793 par un fils de Rei…

Marand

(1,679 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
, ville de la province persane de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān. ¶ Situation. Elle est située à 60 km environ au Nord de Tabrīz, à mi-chemin entre cette dernière et l’Araxe (la distance Marand—Ḏj̲ulfā est d’un peu moins de 70 km.) à 38° 25´ 30´´ N. et 45° 46´ E., et à une altitude de 1360 m environ. La route allant de Tabrīz à Ḵh̲oy bifurque également à Marand. Une route plus courte de Tabrīz à Ḵh̲oy suit la rive septentrionale du lac d’Urmiya et franchit la chaîne du Mis̲h̲ow-dag̲h̲ par le col situé entre Tasūd̲j̲ [ q.v.] et Ḍiyā al-dīn. Marand, entouré de nombreux jardins, occupe le coin oriental…

Ḳul

(263 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, vieux mot turc qui, sous l’Islam, finit par signifier «jeune esclave, esclave mâle» et que Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī [ Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, éd. Kilisli Rifʿat Bilge, I, 282, trad. Atalay, I, 336-7) rend par ʿabd. Cependant, le sens primitif de ḳul, dans le turc d’Orkhon, était plutôt «serviteur, vassal, dépendant» (masc. de kün «servante», etc.; les deux mots sont mis en rapport dans l’inscription de Kültegin; références dans Talât Tekin, A grammar of Orkhon Turkish, Bloomington, Ind. 1968, 347), car l’esclavage, dans le sens du droit musulman, n’existait pas chez les anciens Turcs. Le …

G̲h̲ūrides

(4,593 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’une dynastie iranienne orientale qui jouit d’un pouvoir indépendant au VIe/XIIe s. et dans les premières années du VIIe/ XIIIe, dans la région du G̲h̲ūr [ q.v.] qui constitue maintenant l’Afg̲h̲ānistān central, et avait pour capitale Fīrūzkūh [ q.v.]. I. — Origines et histoire ancienne. Le nom de famille des sultans g̲h̲ūrides était S̲h̲anasb/ S̲h̲ansab (< m. pers. Gus̲h̲nasp; cf. Justi, Iranisches Namenbuch, 282; Marquart, Das Reich Zābul, dans Festschrift E. Sachau, 289, n. 3) et, au moment de leur gloire, des tentatives furent faites en vue de rattacher le…

Nūba

(4,990 words)

Author(s): Hillelson, S. | Christides, V. | Bosworth, C.E. | Kaye, A.S. | Shahi, Ahmed al-
, forme islamique médiévale du nom de la Nubie et de ses peuples. I. — Définition. Nubie, Nubien, Nūba sont couramment employés sans précision scientifique, et ce n’est qu’au sens linguistique qu’ils présentent une signification exempte d’ambiguïté. La frontière séparant la Nubie de l’Égypte proprement dite est bien définie: c’est la première cataracte du Nil, près d’Aswān; et la zone dans laquelle le nubien est parlé à l’heure actuelle se termine au voisinage du 18e parallèle; la limite méridionale de la Nubie est cependant placée quelquefois plus au Sud, au confluen…

Muʿāwiya II

(1,056 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b., Yazīd b. Muʿāwiya Ier, dernier calife de la branche sufyānide des Umayyades, qui régna peu de temps en 64/683-4. Lorsque Yazīd Ier b. Muʿāwiya [ q.v.] mourut à Ḥuwwārīn, dans le désert de Syrie, en rabīʿ I 64/novembre 683, il laissait trois jeunes fils de mères libres; Muʿāwiya et son frère Ḵh̲ālid b. Yazīd [ q.v.] ne peuvent guère avoir eu plus de vingt ans, l’âge du premier variant dans les sources entre 17 et 23 ans. La plupart des Sufyānides survivants étaient en fait jeunes et inexpérimentés, et leurs qualités d’hommes d’État restaient à prouver. Yazīd avait fait faire la bayʿa [ q.v.], a…

Sībī

(499 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(également orthographié Sīwī dans les sources islamiques médiévales, par exemple dans les Ḥudūd al-ʿālam), est une ville et un district du Nord-est du Balūčistān, sur la plaine située en dessous de l’entrée du col de Bolān et de la route de Quetta [voir Kwat́t́a] qui est à quelques 140 km au-delà de la ville de Sībī. La ville est située à 29° 31′ N. de latitude et à 67° 54′ E. de longitude. En raison de sa situation stratégique entre les gorges du Bolān et les cols de Harnāi, et sur la route Sud de la vallée de l’Indus, elle a toujours joué un rôle historique. Dans les premiers temps de l’Islam, Sīb…

Tād̲j̲ al-Dīn Yildiz

(172 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
Muʿizzī, chef militaire turc de condition servile du sultan g̲h̲ūride Muʿizz al-dīn, ou S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad, qui après la mort de ce souverain en 602/1206 se rendit indépendant avec le soutien d’un groupe de militaires turcs à G̲h̲azna, en Afg̲h̲ānistān oriental. Le successeur de Muʿizz al-dīn à Ftrūzkūh [ q.v.], Maḥmūd b. G̲h̲iyāt̲h̲ ¶ al-dīn Muḥammad, fut contraint d’affranchir Yildiz et de le reconnaître comme gouverneur de G̲h̲azna. Pendant les neuf années de son autorité sur cette ville, Yildiz traita comme son subordonné un autre chef m…

Ustān

(330 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), terme de géographie administrative datant des Sāsānides et utilisé dans l’Orient musulman jusqu’au Moyen-Âge. À la fin de l’époque sāsānide, ustān s’appliquait à ¶ un domaine d’État administré par un ustāndār [ q.v.]; l’usage en fut repris par les Arabes quand ils conquirent le ʿIrāḳ, ainsi le terme ṣawafi al-ustān désigna les domaines attribués par le calife ʿUmar à l’État musulman (voir Morony, 68-9). Sous les Sāsānides, le mot avait aussi un sens plus large, celui d’une «province» avec ses subdivisions, s̲h̲āhrs [ q.v.], ou en ʿIrāḳ, kūras, [ q.v.], sens repris également dan…

Ismāʿīl b. Aḥmad

(616 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Ibrāhīm, appelé al-Amīr al-Māḍī ou al-Amīr al-ʿĀdil, premier membre de la famille sāmānide qui gouverna réellement toute la Transoxiane et le Farg̲h̲āna en souverain indépendant. Né en 234/849, il fut pendant vingt ans gouverneur de Buk̲h̲ārā pour le compte de son frère Naṣr, qui résidait à Samarḳand (260-79/874-92). La situation précaire du Ḵh̲urāsān durant les années qui s’écoulèrent entre la chute des Ṭāhirides et l’établissement de ʿAmr b. al-Layt̲h̲ [ q.v.] se répercutait également en Transoxiane. Ismāʿīl eut à repousser de Buk̲h̲ārā une armée d’envahisseurs venue du Ḵh̲w…

ʿOt̲h̲mānli̊

(48,745 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Kramers, J.H. | Faroqhi, Suraiya | Alpay Tekin, Gönül | Köprülü, M. Fuad | Et al.
, nom d’une dynastie turque, d’origine og̲h̲uze [voir G̲h̲uzz], qui figure dans les sources européennes sous les formes Ottomans (angl. et fr.), Osmanlis (fr.), Osmanen (all.), etc. ¶ I. L’histoire politique et dynastique. II. L’histoire sociale et économique. III. La littérature. IV. La vie religieuse. V. L’architecture. VI. Les tapis et étoffes. VII. La céramique, le travail des métaux et les arts mineurs. VIII. La peinture. IX. La numismatique. I. L’histoire politique et dynastique, —1. Vue générale et chronologie de la dynastie. L’empire ottoman a été l’État islamique le …
▲   Back to top   ▲