Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 496 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ibn Sanāʾ al-Mulk

(365 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḳāsim Hibat Allāh b. Abī l-Faḍl Ḏj̲aʿfar b. al-Muʿtamid, surnommé al-Ḳāḍī al-Saʿīd, poète arabe de l’époque ayyūbide surtout célèbre par le traité, Dār al-ṭirāz, qu’il consacra au genre du muwas̲h̲s̲h̲aḥ [ q.v.]. Né au Caire vers 550/1155, mort dans la même ville en 608/1211, il se forma sous la direction de maîtres égyptiens et, comme son père al-Ḳāḍī al-Ras̲h̲īd, entra dans la magistrature et fut placé sous les ordres d’al-Ḳāḍī al-Fāḍil qu’il rejoignit à Damas et à qui il consacra quelques pièces de poésie, de même qu’il adressa ses louanges à Ṣalāḥ al-dīn (Saladin). Ibn Sanāʾ al…

Ṭop

(124 words)

Author(s): Réd.
(t.), mot utilisé dans la terminologie militaire turque ottomane pour canon, qui donne ṭopd̲j̲u pour le nom d’un membre du corps des artilleurs et Ṭopk̲h̲āne pour le nom de l’arsenal central d’Istanbul. La Porte Ṭopk̲h̲āne qui se trouve à proximité donna son nom dans la langue populaire au palais impérial adjacent; voir Ṭopḳapi̊ Sarāyi̊. Le mot tob/top, à l’origine signifiait balle, en turc, d’où boulet de canon; on le trouve dans presque toutes les langues turques et il est passé dans l’usage dans les langues de Perse, du Caucase, et des Balkans etc. Voir Doerfer, Türkische Elemente im N…

Muḥammara

(145 words)

Author(s): Réd.
, ancien nom (jusqu’en 1937) de la ville et du port iraniens situés sur le canal Ḥaffār ad̲j̲acent au Kārūn [ q.v.] inférieur et appelés aujourd’hui Ḵh̲urrams̲h̲ahr. Sur l’histoire de Muḥammara, voir Ḵh̲urrams̲h̲āhr et Ḵh̲azʿal Ḵh̲ān, Aux références données dans ces articles, il convient d’ajouter: H.G. Rawlinson, Notes on Mohamrah and the Chaʿab Arabs, dans Proc. Royal Geog. Soc., I, 351 sqq.; Naval Intelligence Division, Geographical Handbooks, Persia, Londres 1945, index, s.v. Khurramshahr, M.ʿA. al-Nad̲j̲d̲j̲ār, al-Taʾrīk̲h̲ al-siyāsī li-imārat ʿArabistān al-ʿarabi…

Iṣbaʿ

(691 words)

Author(s): Réd. | G. R. Tibbetts
(a.), également Aṣbaʿ, «doigt», désigne comme mesure de longueur la largeur de la ¶ phalange médiane du majeur, conventionnellement un vingt-quatrième de la coudée, d̲h̲irāʿ. Voir Dhirāʿ, avant-dernier paragraphe et bibliographie. (Réd.) Dans les textes nautiques arabes, l’ iṣbaʿ est une unité de mesure de la hauteur des étoiles ( ʿilm al-ḳiyās). La latitude, dans l’Océan, était indiquée par la hauteur au-dessus de l’horizon, à des moments déterminés, de certaines étoiles, habituellement de l’Étoile polaire ou de l’une des deux Ourses. Les texte…

Maḥlūl

(69 words)

Author(s): Réd.
, terme employé dans le jargon administratif ottoman dans le sens de «vacant». Il figure dans les registres à propos d’une concession ( tīmār [ q.v.]) ou d’un poste libéré par le précédent titulaire pour cause de décès, de révocation ou de mutation et pas encore pourvu à nouveau. Ce terme est également employé plus généralement pour une terre et d’autres biens tombés en déshérence [voir aussi Muk̲h̲allāft] (Réd.)

al-Mug̲h̲ammas

(147 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une vallée proche de La Mekke, à peu de distance de la route d’al-Ṭāʾif, qui est citée, en particulier dans des vers anciens, parce que la tradition y situait la tombe d’Abū Rig̲h̲āl [ q.v.]. La lecture de ce toponyme n’est d’ailleurs pas sûre, puisque l’on hésite entre al-Mag̲h̲ammas, al-Mug̲h̲ammis et al-Mug̲h̲ammas. ¶ Cette dernière forme paraît la plus plausible, car elle désigne un endroit couvert de broussailles ou d’arbustes où l’on peut se dissimuler, et, d’après une tradition, c’est là que le Prophète se rendait pour faire ses beso…

Mufaṣṣal

(116 words)

Author(s): Réd.
(a., littéralement «séparé, écarté») en prononciation indo-musulmane mufaṣṣil, d’où la forme anglo-indienne conventionnelle Mofussil, terme informel d’usage administratif anglo-indien, dont l’emploi par les Britanniques est attesté à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais qui remonte probablement au temps des Moghols. Le terme indiquait provinces, districts et stations rurales par opposition aux quartiers généraux administratifs d’une Présidence, d’un district ou d’une région, le ṣadr (dans l’usage anglo-indien de la Présidence de Bengale, le Sudder). Ains…

Ibn ʿĀmir

(216 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿUmar ʿAbd Allāh b. ʿĀmīr al-Yaḥṣubī, «lecteur» du Ḳurʾān dont la ḳirāʾa [ q.v.] est comptée au nombre des sept «lectures» canoniques. D’origine sud-arabique, il appartient à la première classe des Tābiʿūn [ q.v.] et a pour garants ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān, Abū l-Dardāʾ [ q.v.] et d’autres Compagnons moins célèbres. Établi à Damas, il fut chargé des fonctions de ḳāḍī par al-Walīd b. ʿAbd al-Malik et de chef de la police par Yazīd b. al-Walīd et Ibrāhīm b. al-Walīd; sa «lecture» fut adoptée par les Damascains. Il mourut en 118/736, après avoir eu pour dis…

Ṣadaḳa

(45 words)

Author(s): Réd.
, Banū, nom parfois donné dans les sources arabes médiévales aux princes mazyadides, ou Banū Mazyad [ q.v.] du ʿIrāḳ central. Ce nom dérive du plus célèbre des membres de la lignée, Ṣadaḳa (I) b. Manṣūr (479-501/1086-1108 [ q.v.]). (Réd.) Bibliography Voir celle de Mazyad, Banū.

Ibn

(873 words)

Author(s): Réd.
(a.), fils. Les grammairiens et lexicographes arabes, qui tendent à ramener tous les vocables à trois éléments radicaux, rattachent généralement ibn à un radical * b.n.w. et estiment qu’il provient d’un hypothétique * banawun par chute de la 3e radicale sonante, mais d’autres affirment que le radical est b.n.y. et que le mot ibn vient du verbe banā / yabnī ʿalā «dresser [une tente] sur» et, par extension, «épouser». Il s’agit en réalité d’un vieux bilitère sémitique qui est cependant trilitéralisé dans l’adj. relatif banawī et dans l’abstrait bunuwwa. Le fém. bint, pourvu de l’indice - t d…

Hakkārī

(349 words)

Author(s): Réd.
. nom d’une tribu kurde qui, depuis les temps anciens, a habité les districts montagneux pratiquement inaccessibles au Sud et à l’Est du lac de Van, région appelée par les géographes et historiens arabes Hakkāriyya, du nom de la tribu [voir Kurd] et, de là, nom d’un vilâyet de l’extrême Sud-est de la République Turque moderne (nom actuel: Hakkâri): population (en 1960), 67 766 âmes (région de Turquie dont la population est la plus clairsemée avec une densité de sept habitants seulement au km2); la ville principale est Čölemerik [ q.v.]. Cité par Yāḳūt [s.v.] comme désignant une ville…

ʿAlī-ilāhī

(54 words)

Author(s): Réd.
(«déificateurs de ʿAlī»), appellation vague et populaire de sectes en rapport avec les S̲h̲īʿites extrémistes ( g̲h̲ulāt. [ q.v.]), et en dérivant. En Perse et au Kurdistān, elle s’applique surtout aux Ahl-i Ḥaḳḳ [ q.v.] et aux Ḳi̊zi̊l-bas̲h̲ [ q.v.], mais peut à l’occasion désigner des communautés de moindre importance comme Sarli, S̲h̲abbak [ q.vv.] etc. (Réd.)

al-K̲h̲arāʾiṭī

(165 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Muḥammad b. Sahl al-Sāmarrī, traditionniste et homme de lettres originaire de Surra man raʾā (Sāmarrā; Ziriklī, Aʿlām, VI, 297, le déclare natif de Samarie/Sāmira), qui fut notamment l’élève de ʿUmar b. S̲h̲abba [ q.v.]; en 325/937, il se rendit à Damas où il enseigna le ḥadīt̲h̲ et mourut en 327/939 à ʿAsḳalān (à Jaffa d’après Ziriklī), âgé de près de 90 ans. Il a laissé plusieurs ouvrages d’éthique et de belles-lettres dont l’un a été imprimé au Caire en 1350, le Kitāb Makārim al-akhlāḳ wa-maʿālīhā; d’autres sont conservés en ms. (voir Brockelmann,…

al-Muḥillūn

(139 words)

Author(s): Réd.
(a., de la IVe forme aḥalla), littéralement «ceux qui rendent licite [ce qui est illicite]», expression figurant dans les textes historiques anciens pour désigner les gens qui avaient versé le sang d’al-Ḥusayn b. ʿAlī [ q.v.]; elle fut donc spécialement employée par les hommes qui cherchaient à tirer ¶ vengeance, contre les Umayyades, de l’affaire de Karbalāʾ [ q. v.) et par les partisans des Ahl al-Bayt, les proto-S̲h̲īʿites. Et surtout, elle fut employée par al-Muk̲h̲tār b. Abī ʿUbayd [ q.v.] lors de sa révolte à Kūfa (66-7/685-7) et particulièrement quand il arracha à se…

al-Lamaṭī

(323 words)

Author(s): Réd.
, ethnique issu de Lamaṭa, quartier de la ville marocaine de Sid̲j̲ilmāssa et porté notamment par deux mystiques: I. Aḥmad al-Ḥabīb b. Muḥammad al-G̲h̲umārī b. Sāliḥ al-Siddīkī (car il fait remonter sa généalogie à ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr) al-Sid̲j̲ilmāssī, qui appartenait à la confrérie des S̲h̲ād̲h̲iliyya [ q.v.]; il eut de nombreux élèves parmi lesquels figurent Abū l-ʿAbbās al-Hilālī [voir al-Hilālī, au Suppl.] et son cousin par les femmes, Aḥmad b. al-Mubārak [voir infra]. Il mourut en odeur de sainteté à Sid̲j̲ilmāssa le 4 muḥarram 1165/23 novembre 1751. Bibliography Ḳādirī,…

al-Mug̲h̲ayyabāt al-K̲h̲ams

(151 words)

Author(s): Réd.
(a.) «les cinq mystères, ou choses cachées dans l’invisible», terme technique de la théologie islamique. Ces mystères sont considérés comme connus de Dieu seul, en tant que ressortissant à Sa prescience, et à Sa connaissance préexistante de tous les aspects de la nature et de l’activité humaine (cf. H. Ringgren, Studies in Arabian fatalism, Uppsala 1955, 86 sqq.; voir aussi al-Ḳaḍāʾ wa-l-ḳadar). Ils sont habituellement identifiés aux cinq choses connues de Dieu selon les termes du Ḳurʾān, XXXI, 34: l’heure du Jugement [voir al-Saʿa]; quand tombera l’ondée; ce qui est dans les …

ʿAttābb.Asīd

(127 words)

Author(s): Réd.
b. Abī l-ʿIṣ b. Umayya al-Umawī, Compagnon du Prophète qui se convertit le jour de la prise de la Mekke; peu après, il fut chargé par Muḥammad, pendant la bataille de Ḥunayn (8/629), de gouverner la Mekke, dont il conserva ensuite le gouvernement sous Abū Bakr. Il avait accepté d’épouser Ḏj̲uwayriya bint Abī Ḏj̲ahl pour empêcher ʿAlī b. Abī Ṭālib de donner une coépouse à Fāṭima. La date de sa mort varie entre 13 et 23/634-44. (Réd.) Bibliography Ibn Ḥad̲j̲ar al-ʿAsḳalānī, Iṣāba, n° 5391 Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, index Muḥammad b. Ḥabīb, Muḥabbar, index Ṭabarī, index Ibn al-At̲h̲ī…

Idāra

(165 words)

Author(s): Réd.
, terme désignant communément de nos jours en arabe, persan, turc, etc., l’administra-tion. Ce terme semble avoir acquis son sens technique durant la période d’influence européenne. La question de l’administration musulmane est traitée dans les articles sur les départements et les services administratifs (Bāb-i ʿĀlī, Bayt al-Māl, Barīd, Dīwān, Dīwān-i Humāyūn, Ḳalam, Ḳānūn, Rawk, Taḥrīr, etc.); sur les officiers et les fonctionnaires (ʿĀmil, ʿAmīd, Daftardār, Ḥād̲j̲ib, Kâhya, Ḵh̲āzin, Mus̲h̲īr, Mus̲h̲rif, Mustawfī, Nāʾib, Nāhẓir, Raʾīs al-kuttāb, S̲h̲ādd, …

Ḥumayd b. ʿAbd al-Ḥamīd

(152 words)

Author(s): Réd.
al-Ṭūsī, ¶ général ʿabbāside qui fut le principal artisan de la victoire d’al-Maʾmūn sur Ibrāhīm b. al-Mahdī; il mourut empoisonné en 210/825. Sa générosité et son faste ont été chantés par plusieurs poètes, notamment ʿAlī b. Ḏj̲abala [voir al-ʿAkawwak], Ses fils, euxmêmes poètes, mais peu féconds (voir Fihrist, éd. Caire 235), ont été à leur tour des mécènes célébrés en particulier par Abū Tammām et al-Buḥturī. Muḥammad b. Ḥumayd, envoyé contre Bābak [ q.v.] et tué en 214/829, fut pleuré par Abū Tammām, sur le tombeau de qui son frère Abū Nahs̲h̲al fit élever une co…

Rābiṭa

(319 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme employé dans al-Andalus pour désigner une enceinte fortifiée, un bastion construit sur le littoral pour dissuader l’ennemi d’attaquer par mer. Ce vocable se substituait, en l’occurrence, à ribāṭ [ q.v.], qui ne s’étendait plus au monastère occupé par des combattants de la guerre sainte, mais était à peu près réduit au sens de d̲j̲ihād [ q.v.] ou remplaçait même g̲h̲āra «coup de main». Dans une rābiṭa, «des volontaires, qui se relayaient périodiquement, assuraient une garde vigilante, tout en pratiquant des exercices spirituels et en s’astreignant à …

G̲h̲anīmat Kund̲j̲āhī

(301 words)

Author(s): Réd.
, Muḥammad Akram, poète de l’Inde mug̲h̲ale qui fut le promoteur du « style indien » ( sabk-i hindī [ q.v.]) dans la poésie persane du sous-continent. Né à une date inconnue (première moitié du Xle/XVIIe siècle) à Kund̲j̲āh, petit village du district de Gud̲j̲rāt, dans le Nord du Pand̲j̲āb (auj. au Pakistan), il fit bien quelques séjours au Kas̲h̲mīr, à Dilhī et à Lahore, mais ne s’éloigna guère, dans l’ensemble, de ¶ son village natal où il mourt vers 1106/1695. Il appartenait à la confrérie ṣūfie des Ḳādiriyya [ q.v.]. Ses œuvres comprennent un Dīwān, fait principalement de g̲h̲azals, et un ma…

Abū l-Asad al-Ḥimmānī

(347 words)

Author(s): Réd.
, de son nom Nubāta b. ʿAbd Allāh, poète mineur de l’époque ʿabbāside qui était originaire de Dīnawar. De talent plutôt moyen, il doit à ʿAllawayh/ʿAllūyah [ q.v. au Suppl.] de ne pas être tombé dans l’oubli, car ce chanteur, qui était son ami, l’introduisit auprès des grands personnages de l’époque et, surtout, mit en musique quelques-unes de ses compositions, qui obtinrent un large succès. Sa carrière paraît avoir été assez longue. On le voit d’abord, en effet, satiriser dès 153/770 deux mawālī d’al-Manṣūr, Ṣāʿid et Maṭar (al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī, Wuzarāʾ, 124), puis fréquenter Abū Dul…

Unayf

(84 words)

Author(s): Réd,
b. Dald̲j̲a b. Ḳunāfa al-Kalbī (généalogie complète dans al-Ṭabarī, II, 204, voir également Ibn al-Kalbī-Caskel, I,’tableau 286, II, 572), chef tribal de Kalb en Syrie [voir Kalb b. Wabara], vécut au début du VIIe s. Son fils, Baḥdal, fut le père de Maysūn [ q.v.], l’épouse du calife umayyade Muʿāwiya I et la mère de Yazīd Ier. Elle soutint avec vigueur la cause sufyānide. (Réd.) Bibliography Voir également H. Lammens, Études sur le règne du calife Moʿâwiya Ier , dans MFOB, III (1908), 150.

Fraxinetum

(335 words)

Author(s): Réd.
désignait au moyen âge le village qui s’appelle aujourd’hui La-Garde-Freinet, dans une brèche de la montagne des Maures (département du Var, France). Cette localité n’a sa place dans l’ Encyclopédie de l’Islam que parce qu’elle fut occupée pendant 80 ans par des pirates musulmans venus d’Espagne entre 278 et 281/891-4. Prenant pied dans le golfe de Saint-Tropez, ils occupent une forteresse naturelle (Fraxinet, Freinet) à proximité du village actuel de La-Garde-Freinet; «bientôt renforcés par de nouveaux groupes venus de la pé…

Argān

(112 words)

Author(s): RÉd.
(berb.), arganier ( argania spinosa ou argania sideroxylon), arbre de la famille des sapotacées qui croît sur la côte méridionale du Maroc. Arbuste au bois dur et résistant, il produit un drupe dont l’amande, moulue, fournit une huile assez appréciée; les tourteaux sont donnés au bétail. Le mot est également connu d’une partie des arabophones du Maroc, qui le traitent cependant comme un emprunt. (Réd.) Bibliography Ibn al-Bayṭār, n° 1248 L. Brunot, Textes arabes de Rabat, II, Glossaire, Paris 1952, 6-7 V. Monteil, Contribution à létude de la flore du Sahara occidental, II, Paris 1953…

Raʾs al-ʿĀm

(111 words)

Author(s): Réd.
(a.) désigne le Jour de l’An, litt. «début de l’année», c’est-à-dire le 1er muḥarram. Sur la différence avec Raʾs al-sana, voir Lane, Lexicon, s.v. ʿām. La loi islamique sunnite ne prescrit aucune célébration pour le premier mois de l’année, si ce n’est qu’une journée déjeune volontaire est recommandée le dix [voir ʿĀs̲h̲ūrāʾ]. Cependant, les dix premiers jours du mois sont considérés comme spécialement bénis (Lane, Manners and customs, chap. IX, XXIV). Les S̲h̲ī ʿites connaissent plusieurs festivités au cours de ce mois [voir Muḥarram; Taʿziya]. Dans beaucoup de pays islamique…

ʿAmal

(1,968 words)

Author(s): Boer, Tj. de | Gardet, L. | Berque, J. | Réd.
(a.). 1. ʿ Amal, exécution, action, est employé par les théologiens spéculatifs et les philosophes la plupart du temps en relation seulement avec la foi [v. ʿIlm, Imān] ou avec ʿ ilm et naẓar. On connaissait par la tradition hellénistique la définition de la philosophie d’après laquelle elle est la «science de l’existence des choses et l’accomplissement du bien» (cf. Mafātīḥ, éd. v. Vloten, 131 sqq.). Beaucoup de penseurs islamiques ont insisté sur ce qu’il y a de nécessaire, ou en tout cas de désirable dans cette combinaison (v. à ce sujet Goldziher, Kitāb Maʿānī al-nafs, 54*-60*). Mais …

Alad̲j̲a Dag̲h̲

(61 words)

Author(s): Réd.
«montagne de plusieurs cou- leurs», nom souvent employé pour désigner des montagnes dans les pays de langue turque; c’est par exemple le nom 1) d’une montagne au Sud-ouest de Konya; 2) d’une montagne constituant un éperon du Ḳara Dag̲h̲, dans la partie Sud-est de Kars, près de laquelle les Russes battirent les Turcs le 16 octobre 1877. (Réd.)

Parda-dār

(52 words)

Author(s): Réd.
(p.), littéralement «la personne qui tire le rideau», terme employé au sein des dynasties du monde islamique oriental à partir de l’époque sald̲j̲ūkide comme équivalent de ḥād̲j̲ib ou chambellan, lequel contrôlait l’accès auprès du souverain, ce dernier étant normalement caché aux regards du peuple. Sur cette fonction, voir Ḥād̲j̲ib. (Réd.)

al-K̲h̲āzir

(197 words)

Author(s): Réd.
, affluent de droite du Grand-Zāb [voir Zāb] qui arrose la kūra de Nak̲h̲lā, à l’Est de Mossoul; il était localement appelé Banīs̲h̲ū. C’est sur les rives de ce cours d’eau qu’eut lieu, le 10 muḥarram 67/6 août 686, une bataille décisive entre Ibrāhīm b. Mālik al-As̲h̲tar [ q.v.] et ʿUbayd Allāh b. Ziyād [ q.v.]. Après la défaite subie à ʿAyn Warda [ q.v.], ʿUbayd Allah se dirigea avec son armée vers le ʿIrāḳ, mais il fut intercepté par les troupes d’Ibn al-As̲h̲tar, qui combattait au nom d’al-Muk̲h̲tār [ q.v.]. Selon la tradition, ʿUmayr b. al-Ḥubāb al-Sulamī, qui commandait l’aile …

Wat̲h̲īḳa

(108 words)

Author(s): Réd.
(a.), pl. wat̲h̲āʾiḳ, du verbe wat̲h̲uḳa, «être ferme, assuré», désigne un document qui certifie l’établissement d’une promesse ou d’un acte légal, comme une convention ou un contrat, etc., ou la nomination d’une personne à un poste officiel. Cela devient donc un terme général pour qualifier un document officiel ou légal, ou un formulaire; voir Diplomatique. I, et pour l’usage général du terme, Dozy Supplément, II, 780. En arabe courant, wat̲h̲āʾiḳ est souvent utilisé pour désigner les actes officiels, les archives, conservés dans un dépôt, dār al-wat̲h̲āʾiḳ; les historiens cont…

Ḥād̲j̲ib

(4,449 words)

Author(s): Sourdel, D. | Bosworth, C. E. | Lambton, A. K. S. | Réd.
, terme qui peut être traduit approximativement par chambellan (angl. Chamberlain) et qui désigne dans les pays musulmans le personnage chargé de garder la porte du souverain en ne laissant accéder auprès de lui que les visiteurs agréés. Ce terme devint rapidement un titre correspondant à une dignité de cour et à une fonction dont la nature exacte a pu varier sensiblement selon les régions et les époques. Essentiellement maître des cérémonies, le ḥād̲j̲ib apparaît en effet souvent comme un surin…

Saʿid Efendi, puis Pas̲h̲a

(193 words)

Author(s): Réd.
, Meḥmed Čelebizāde, fonctionnaire turc ottoman et Grand Vizir, né à Istanbul à une date inconnue, m. 1174/1761. Il était le fils de l’homme d’Etat et diplomate Meḥmed Yirmisekiz Čelebi Efendi [ q.v.], et accompagna son père dans sa mission diplomatique en France en 1132/1720-1. Après une carrière de secrétaire au Dīwān-i Humāyūn, il fut lui-même envoyé en ambassade en Suède et en France (1154-5/1741-2), et en 1169-1756 devint le Grand Vizir de ʿOt̲h̲mān III [ q.v.] pendant cinq mois et demi. Il termina sa carrière comme gouverneur d’Egypte, puis d’Adana et de Marʿas̲h̲. oü il mourut. Il es…

S̲h̲ehir Ketk̲h̲üdāsi̊

(109 words)

Author(s): RÉD.
(t.), fonctionnaire de l’empire ottoman pré-moderne chargé de fonctions financières et administratives. Son rôle essentiel était de collecter les taxes spécifiques d’une ville ou de ses quartiers (correspondant donc à celui du s̲h̲ayk̲h̲ al-balad en Egypte), tandis que les aʿyān disposaient du fermage dans les zones rurales. Comme pour les aʿyān, l’office de s̲h̲ehir ketk̲h̲üdāsi̊ tendit à devenir héréditaire. Il ouvrait naturellement des perspectives pour pressurer les contribuables. Après s’être maintenu à dater de l’époque de Süleymān le Magnifi…

ʿUt̲h̲mān Diḳna

(53 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Bakr al-Sawākinī, orthographié ordinairement Osman Digna, un chef du mouvement de la Mahdiyya soudanaise [ q.v.] dans les années 1880 et 1890. Pour sa carrière voir Bed̲j̲a, I, 1193a et Kasala, IV, 715a, ajouter en biblio. R. Hill, A biographical dictionary of the Sudan, 2Londres 1967, 367-8, 408. (Réd.)

Kayānides

(990 words)

Author(s): Réd.
, dynastie iranienne en majeure partie mythique qui doit son nom au titre de kavi (voir Gr. I. Ph., II, index, s.v.) > pehlévi kay (pl. kayān ou akyān en arabe) porté par des personnages cités, avec quelques variantes, dans la tradition religieuse comme dans la tradition nationale. Cette dynastie a fait l’objet d’une monographie d’A. Christensen, Les Kayānides, Copenhague 1931, à laquelle on renverra le lecteur pour tous les problèmes qu’elle pose aux spécialistes de l’Iran antique. La source principale des historiens et des écrivains musulmans qui en font état est le Kitāb Siyar mulūk …

al-Niẓāmiyya, al-Madrasa

(33 words)

Author(s): Réd.
, appellation des établissements d’enseignement sunnite fondés au ʿIrāḳ, en Ḏj̲azīra et en Perse par le grand vizir sald̲j̲ūḳide Niẓām al-mulk [ q.v.]. Voir Madrasa, I. 4 et Nihẓām al-mulk. (Réd.)

Ibn Sūda

(747 words)

Author(s): Réd.
(Sawda), appellatif d’un certain nombre de savants et ḳāḍīs mālikites de Fās appartenant à une famille andalouse émigrée à Tāwda (auj. Fās al-Bālī), à environ 80 krn. au Nord- Nord-ouest de Fās, et portant par conséquent l’ethnique Tāwdī. I Abū l-Ḳāsim ibn Abī Muḥammad Ḳāsim Ibn Sūda al-Murrī al-G̲h̲arnāṭī, m. à Fās le 25 s̲h̲awwāl 1004/22 juin 1596, fut ḳādī de Taza, de Marrākus̲h̲ et de Fās (voir al-Ifrānī, Ṣafwat man intas̲h̲ar, 100; al-Ḳādirī, Nas̲h̲r al-mat̲h̲ānī, I, 34; al-Kattānī, Salwat al-anfās, 19, 61; Lévi-Provençal, Chorfa, index). II. Muḥammad b. Muḥammad Ibn Sūda (m. 107…

Ibrāhīm b. al-As̲h̲tar

(377 words)

Author(s): Réd.
, fils du célèbre Mālik b. al-Ḥārit̲h̲ al-Nak̲h̲aʿī [voir al-As̲h̲tar] et lui-même homme de guerre attaché au parti ʿalide. Il aurait déjà participé à Ṣiffīn [ q.v.] dans les rangs de ʿAlī, mais c’est aux côtés d’al-Muk̲h̲tār b. Abī ʿUbayd [ q.v.] qu’il entre dans l’histoire. En fait, il semble bien avoir hésité à se joindre à cet agitateur, et il fallut que ce dernier forgeât, de l’avis des chroniqueurs eux-mêmes, une lettre prétendûment adressée par Muḥammad ibn al-Ḥanafiyya à Ibrāhīm pour que celui-ci acceptât de reconnaître al-Muk̲…

Ḳardā et Bāzabdā

(152 words)

Author(s): Réd.
, anciens districts de Haute-Mésopotamie souvent cités ensemble. Le premier tire son nom de Bēth Ḳardū, le pays des Carduques, devenu Bāḳardā; selon Yāḳūt, s.v., cette forme se trouve «dans les livres», mais les habitants de la région disent Ḳardā. Le district comptait environ 200 bourgs, notamment al-Ḏj̲ūdī et T̲h̲amānīn. et le canton de Faysābūr; il produisait surtout du blé et de l’orge. L’ancien chef-lieu, Ḳardā, ayant perdu de l’importance, fut remplacé par Bāsūrīn. Bāzabdā, de son côté, est le nom d’un district de la région de Ḏj̲azīrat Ibn ʿUmar [voir ibn ʿumar] à l’Ouest du Tig…

Muk̲h̲ārad̲j̲a

(237 words)

Author(s): Réd.
(a.), ainsi que ses synonymes muḳāraʿa, munāhada, musāhama, implique une idée de partage de différents objets effectué de diverses manières entre deux ou plusieurs personnes; mais muk̲h̲ārad̲j̲a employé seul et les autres termes suivis de l’expression bi-l-aṣābiʿ «avec les doigts» désignent tous le jeu de la mourre ou mication (latin micatio, ital. mora). Ce jeu, qui est pratiqué sur le pourtour de la Méditerranée, ainsi qu’en Arabie et en Irak, consiste, pour deux joueurs, à se placer l’un en face de l’autre et, à un signal donné par l’un d’eux,…

al-Wazīr al-Ṣag̲h̲īr

(113 words)

Author(s): Réd,
(a.), terme utilisé dans l’administration fāṭimide pour désigner celui que l’on nommait également le Ṣāḥib al-Bāb, ou Grand Chambellan. Il avait un statut équivalent à celui de l’ Isfahsālār ou Muḳaddam al-ʿAskar, commandant en chef de l’armée, et tous deux traitaient de tous les matières relevant de l’organisation militaire. D’après al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ, III, 483, IV, 7-8, il occupait, juste après le wazīr, le second rang dans la hiérarchie civile et pouvait siéger au tribunal des maẓālim [ q.v.] quand le wazīr était occupé ailleurs. (Réd.) Bibliography Voir également W. Björk…

Wayhind

(118 words)

Author(s): Réd,
, la forme que l’on trouve dans les sources médiévales indo-musulmanes pour désigner une ville au Nord-ouest de l’Inde, qui est dans la géographie du Kas̲h̲mīr écrite au XIIe s. par Kalḥana est nommée Udabhānda, où se trouve actuellement l’agglomération de Hund à 9 km. au Nord-est d’Attock [voir At́ak] au Pakistan. Cette cité était la capitale de la puissante dynastie Hindū-S̲h̲āhī(e), des princes indiens qui s’opposèrent à Sebüktigin et à son fils, Maḥmūd de G̲h̲azna à la fin du IVe/Xe s. et au début du Ve/XIe jusqu’à ce que Maḥmūd soit définitivement vainqueur de Rād̲j̲ā Ḏj̲aypāl [voir Hin…

Ḳarā

(236 words)

Author(s): Kramers, J.H. | RÈD
, mot turc signifiant «noir» et, d’une façon générale, «de couleur foncée». Il a d’ordinaire ce sens lorsqu’il constitue le premier élément d’un toponyme: par exemple Ḳarā Āmid (à cause des basaltes noirs sur lesquels est construite la forteresse), Ḳarā Dāg̲h̲ (Montagne Noire, à cause des épaisses forêts qui la couvrent). A côté de ḳarā, on trouve aussi le diminutif ḳarad̲j̲a. Dans les noms de personnes, ḳarā peut indiquer la couleur noire ou foncée des cheveux ou la teinte sombre de la peau; mais on emploie aussi ce terme pour marquer la puissance, et c’est d…

al-ʿUdayd

(78 words)

Author(s): Réd,
, petit village dans le Ḵh̲awr al-ʿUdayd, crique de la côte Sud-est de la péninsule du Ḳaṭar [ q.v.], sur les rives méridionales du Golfe (24° 33′ de lat. N. et 51° 30′ de long. E.). Il est situé dans la région frontalière non définie entre le Ḳaṭar et Abū Ẓaby [ q.v.], qui forme l’une des principautés constituant les Émirats Arabes Unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.] (Réd.) Bibliography Voir celles de Abū Ẓaby et de Ḳaṭar

al-Muṭahhar b. Ṭāhir (ou al-Muṭahhar)al-Maḳdisī

(461 words)

Author(s): Réd.
, Abū Naṣr, auteur, par ailleurs inconnu, d’une encyclopédie «historique» intitulée Kitāb al-Badʾ wa-l-taʾrīk̲h̲ et composée à Bust [ q.v.], vers 355/966, à l’instigation d’un ministre sāmānide anonyme. C’est à Cl. Huart que revient le mérite d’avoir tiré de l’oubli un éloquent témoignage de l’intérêt porté à l’histoire, moins événementielle sans doute que culturelle, de l’humanité, par des Musulmans du Moyen Âge; en effet, il en a publié, d’après un ms. d’Istanbul, le texte arabe et une traduction française (Pari…

Kāmrūp

(91 words)

Author(s): RÉd.
, région de l’Assam [ q.v.] occidental qui marque la limite de la pénétration des armées musulmanes au Nord-est de l’Inde; la conquête ne fut pas suivie d’une implantation importante de Musulmans et, en fait, la région ne fut occupée que durant des périodes limitées. Les rares Musulmans qui y habitent actuellement sont surtout des marchands qui résident dans les villes. Pour l’histoire de la province dans ses rapports avec l’Islam, voir Assam; chez les géographes musulmans (Marwazī, Ḥudūd al-ʿālam), elle est souvent désignée sous le nom de Ḳʾmrwn. (RÉd.)

Maslama b. Muk̲h̲allad

(390 words)

Author(s): Réd.
b. al-Ṣāmit al-Anṣārī, Abū Maʿn (ou Saʿīd ou ʿUmar), Compagnon du Prophète qui prit part à la conquête de l’Égypte et demeura dans le pays avec les troupes musulmanes d’occupation. Très attaché par la suite à la mémoire de ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān et hostile à ʿAlī b. Abī Ṭālib, dont il n’avait pas reconnu l’accession au califat (voir al-Ṭabarī, I, 3070), il s’opposa, avec Muʿāwiya b. Ḥudayd̲j̲ [ q.v.], à la venue de Muḥammad b. Abī Bakr [ q.v.], qui, après avoir trempé dans le meurtre du troisième calife, avait été nommé gouverneur d’Égypte, et il est probable qu’il participa…

K̲h̲ābūr

(636 words)

Author(s): RÈD | Réd.
nom de deux rivières: I. Le Grand Ḵh̲ābūr est l’un des principaux affluents de l’Euphrate, dans lequel il se jette à Ḳarḳīsiyā [ q.v.]. Il prend sa source dans les montagnes du Nord de la Mésopotamie, coule dans la plaine mésopotamienne, passe entre le d̲j̲abal ʿAbd al-ʿAzīz et les monts de Sind̲j̲ār, où il prend la direction du Sud qu’il abandonne pour le Sud-ouest dans la dernière partie de son cours. Ses sources, comme celles de ses nombreux affluents, sont principalement en relation avec trois villes importantes: Raʾs al-ʿAyn (Res̲h̲ʿayna des Syriens) au Nord-o…

Ibn ʿAbdūn

(553 words)

Author(s): Réd.
, Abū Muḥammad ʿAbd al-Mad̲j̲īd Ibn ʿAbdūn al-Fihrī, kātib et poète andalou né à Evora. Il attira de bonne heure l’attention du gouverneur de sa ville natale, ʿUmar Ibn al-Afṭas, dont il devint le secrétaire-rédacteur quand ce dernier fut monté sur le trône de Badajoz [voir Baṭalyaws] avec le laḳab d’al-Mutawakkil, en 471/1078 [voir Afṭasides]. Après la chute de la dynastie et la prise de Badajoz en 487/1094 par le général almoravide Sīr b. Abī Bakr, Ibn ʿAbdūn entra au service des Almoravides et fut le kātib de Yūsuf b. Tās̲h̲fīn et de son fils ʿAlī. Il mourut à Evora en 529/1134. Ibn ʿAbdūn, q…
▲   Back to top   ▲