Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ordūbād

(229 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de la Transcaucasie orientale sur la rive gauche du cours moyen de l’Araxe, à 38° 54′ N. et 46° 01′ E., et à une altitude de 948 m. Son nom turco-persan «ville-armée» fait penser à une fondation probable au cours de la période des invasions mongoles ou des Īl-Ḵh̲ānides qui suivirent, d’autant que ces derniers firent de l’Afg̲h̲ānistān le centre de leur pouvoir. Ḥamd Allāh Mustawfī (mi-VIIIe/XIVe siècle) la qualifie de ville provinciale, l’une des cinq constituant le tūmān de Nak̲h̲čiwān [ q.v.], et dit qu’elle est arrosée par un cours d’eau venant du Mont Ḳubān (aujourd…

S̲h̲addādides

(1,444 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ou Banū S̲h̲addād, petite dynastie d’Arrān et de l’Est de l’Arménie qui a prospéré du IVe/Xe jusqu’au VIe/XIIe siècle (vers 340-570/vers 950-1170), avec une lignée principale à Gand̲j̲a et à Dwīn [ q.vv.] et une autre, plus jeune, à Ānī [ q.v.], qui a persisté longtemps après la disparition de la branche principale sous la suzeraineté des Sald̲j̲ūḳs, puis des Ildeñizides. Il semble qu’il n’y ait pas de raison de douter de l’information de l’historien ottoman Müned̲j̲d̲j̲im Bas̲h̲i̊ selon laquelle les S̲h̲addādides sont originellement des Kurdes. Leur ide…

Bānīd̲j̲ūrides

(673 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
ou Abū Dāwūdides, petite dynastie, d’origine probablement iranienne, mais peut-être turque, qui régna sur le Ṭuk̲h̲āristān et le Badak̲h̲s̲h̲ān, c’est-à-dire sur les territoires qui constituent maintenant le Turkestan afg̲h̲ān, avec peut-être une branche parallèle au Ḵh̲uttal (la RSS tād̲j̲īke actuelle), à la fin du IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe. ¶ La généalogie et l’histoire des Bānīd̲j̲urides sont très imparfaitement connues, malgré les tentatives de J. Marquart ( Ērānšahr, 300-2) et de R. Vasmer ( Beiträge zur muḥammedanischen Münzkunde. 1. Die Münzen der Abu…

Irtis̲h̲

(642 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, plus couramment Irtysh, rivière de Sibérie, affluent principal sur la rive gauche de l’Ob [ q.v.]. Elle prend sa source dans les glaciers de la pente sud de l’Altaï, à proximité de la frontière actuelle entre la république de Mongolie et le Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.], puis, traversant le lac Zaysan, elle gagne la république du Kazakhstan et en ressort dans l’ oblast d’Omsk, en fédération de Russie, pour rejoindre l’Ob à Khanty Mansiysk; la majeure part de son cours de 3 720 kms est navigable. Les inscriptions d’Ork̲h̲on (Kültégin E37; Bilgä Kagan E27) le mentionnent sou…

Kot́wāl

(1,222 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(orth. persane: k.w.twāl) «commandant de forteresse, de ville, etc.», terme employé à l’époque médiévale dans le monde iranien, en Asie Centrale et dans l’Inde musulmane. Comme on le rencontre, à partir de l’époque mongole, en turc (y compris le čag̲h̲atay) sous des formes telles que ketaul, kütäül, etc., de nombreuses autorités du cru (suivies par des linguistes et lexicographes occidentaux comme A. Vámbery, Pavet de Courteille et W. Radloff) ont supposé qu’il s’agissait d’un mot turc ou même mongol, mais G. Doerfer a sans nul doute raison de le faire remonter à une origine indienne: kōt…

Tadmur

(1,190 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tadmor, ancien nom et nom d’usage en arabe moderne pour désigner la ville de Palmyre. Elle s’étend dans le désert syrien à quelques 145 km à l’Est de Ḥimṣ et 200 km à l’Ouest du moyen Euphrate (lat. 34° 36′ N. long. 38° 15′ E. altitude 407 m). Dès les temps anciens, Tadmur devait être une étape sur la route des caravanes reliant la Mésopotamie à la Syrie, étant donné que la route sur laquelle elle se trouvait permettait de franchir une brèche au Sudouest d’une chaîne de montagnes orientée Nord-est: au Sud-ouest de Tadmur, le Ḏj̲abal d’al-Ḵh̲…

al-G̲h̲iṭrīf b. ʿAṭāʾ

(734 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
al-Ḏj̲uras̲h̲ī. gouverneur ʿabbāside. Il était le frère de la célèbre Ḵh̲ayzurān [ q.v.], la Yéménite d’origine servile qui fut l’épouse d’al-Mahdī et la mère des deux califes successifs al-Hādī et al-Ras̲h̲īd. Al-G̲h̲iṭrīf porte aussi la nisba d’« al-Kindī » dans la biographie que lui consacrent Gardīzī (probablement d’après le Taʾrīk̲h̲ wulāt Ḵh̲urāsān d’al-Sallāmī qui est perdu) et al-Samʿānī; il est par conséquent possible qu’il ait été un mawla de la grande tribu sud-arabique des Kinda [ q.v.] ( Ẓayn al-ak̲h̲bār, éd. ʿAbd al-Ḥayy Ḥabībī, Téhéran 1347 p./1968, 96, 129-…

Kis̲h̲

(1,836 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Kis̲h̲s̲h̲ (par la suite S̲h̲ahr-i Sabz), ville de la Transoxiane médiévale, aujourd’hui de la R.S.S. d’Uzbekistan sous le simple nom de S̲h̲ahr. mais appartenant autrefois à la Sogdiane (ar. Ṣug̲h̲d [ q.v.]). Elle est située sur le cours supérieur du Ḵh̲as̲h̲ka Daryā qui est bloqué par les terres, dans une région où plusieurs cours d’eau descendent des montagnes de Sayām et de Buttamān à l’Est et arrosent une vallée extrêmement fertile coupée de canaux d’irrigation. La ville se trouve sur la grand-route Samarḳand-Tirmid̲h̲.…

Narmās̲h̲īr

(220 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Narmāsīr, au Moyen Âge, ville et district du Kirmān oriental [ q.v.], dans la Perse islamique au Sud-est de Bam [ q.v.], près de l’extrémité méridionale du Das̲h̲t-i Lūṭ, et sur la route reliant le Kirmān au Sīstān. Les géographes musulmans classiques rangent le district au nombre des cinq kūras du Kirmān, décrivent la ville comme prospère et populeuse, et en font le rendez-vous des marchands qui voyageaient du Ḵh̲urāsān au ʿUmān, et un marché pour les denrées en provenance de l’Inde. Elle possédait un mur de défense avec quatre portes, une c…

Malik-s̲h̲āh

(3,056 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de plusieurs sultans sald̲j̲ūḳides. I. Malik-S̲h̲āh Ier b. Alp Arslan, Ḏj̲alāl al-dawla Muʿizz al-dīn Abū l-Fatḥ, sultan grandsald̲j̲ūḳide qui, né en 447/1055, régna de 465 à 485/1072-92. Sous son règne, l’empire grand-sald̲j̲ūḳide atteignit le summum de son extension territoriale — de la Syrie à l’Ouest, au Ḵh̲urāsān à l’Est — et de sa puissance militaire. Alp Arslan [ q.v.] avait fait de Malik-S̲h̲āh son walī al-ʿahd ou héritier présomptif en 458/1066, au moment où divers gouvernorats des confins orientaux de l’empire étaient distribués à plusieurs memb…

Lālā

(494 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Lala (p.), terme que l’on trouve dans les dynasties turkmènes de Perse et, en particulier, chez les Ṣafawides, avec la signification de précepteur, spécifiquement précepteur des enfants royaux, et qui passa ensuite chez les Turcs Ottomans. Sous les Aḳ Ḳoyunlu [ q.v.], on trouve à la fois atabeg [voir Atabak] et lālā, mais après l’avènement des Ṣafawides (à savoir après 907/1501), ce dernier terme devint plus courant, et on trouve également le terme arabe de muʿallim «professeur». Ces maîtres étaient déjà des personnages respectés de l’État. Le lālā du second fils, Sām Mīrzā, de S…

Makrān

(1,446 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région côtière du Balāčistān méridional qui s’étend en gros de la baie de Somniani à l’Est aux confins orientaux de la Bas̲h̲kardie [voir Bas̲h̲kard au Suppl.] à l’Ouest; la frontière politique actuelle entre le Pakistan et l’Iran coupe donc en deux le Makrān médiéval. La chaîne de montagnes du nom de Siyāhān qui s’étend d’Est en Ouest juste au Nord des vallées du Mas̲h̲kēl et du Rak̲h̲s̲h̲ān peut être considérée comme la limite septentrionale du Makrān; à l’époque de l’Inde britannique, cette chaîne constituait la frontière entre la partie Sud-ouest ¶ de l’État indigène de Kalāt [voir Kil…

Udgīr

(193 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du Sud de l’Inde (18° 26’ de lat. N. et 77° 11′ de long. E.), qui, du temps de l’Inde britannique, fut le chef-lieu d’un taluk dans le District de Bīdar de l’État de Ḥaydarābād [ q.v.], mais qui se trouve actuellement dans l’État du Maharashtra de l’Union Indienne. Elle comporte une forteresse qui remonte à la fin du IXe/XVe siècle. Elle fit partie des terres des Barīd S̲h̲āhs de Bīdar [ q.vv.], et ensuite de leurs successeurs, les ʿĀdil S̲h̲ahs de Bīd̲j̲apur [ q.vv.], jusqu’à ce qu’elle soit assiégée par l’armée de S̲h̲ah Ḏj̲ahān en 1044/1635 et incorporée par la s…

Sarkār

(472 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «[à la] tête [des] affaires», terme employé dans l’administration mogole de l’Inde et aussi pendant la domination britannique du subcontinent des Indes qui lui succéda. 1. Dans la structure du gouvernement provincial sous les Mogols, comme elle fut élaborée sous l’empereur Akbar [ q.v.] en 989/1580, il y avait une hiérarchie de ṣūbas [ q.v.] ou provinces sous un ṣūbadār [ q.v.], (appelé aussi sipāhsālār, nāẓim et ṣāḥib-i ṣūba); le sarkār, ou district gouverné par un fawd̲j̲ar [ q.v.] qui combinait les fonctions administratives et militaires correspondant…

Sardhanā

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et chef lieu de taḥṣīl du district de Meerut [voir Mīrat́h] en Inde du Nord-ouest, actuellement dans l’Etat d’Uttar Pradesh de l’Union Indienne. La ville est située en lat. 29° 09ʹ N., long. 77° 36ʹ E., et à environ 19 km au Nord-ouest de la ville de Meerut. Elle devient célèbre à la fin du XVIIIe siècle, lorsque ¶ Walter Reinhardt, appelé Sombre ou Samrū, d’origine luxembourgeoise, après avoir servi la France et l’Angleterre comme mercenaire, reçut de Mīrzā Nad̲j̲af Ḵh̲ān, général de l’empereur mug̲h̲al S̲h̲āh ʿĀlam II [ q.v.] le pargana [ q.v.] de Sardhanā. Cette ville devint ap…

Muḥammad b. Malik-s̲h̲āh

(727 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū s̲h̲ud̲j̲āʿ G̲h̲iyāt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, qui portait aussi le nom turc de Tapar «celui qui obtient, qui trouve» (voir P. Pelliot, Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, Paris 1950, 182-3), sultan grand-sald̲j̲ūḳide du ʿIrāḳ et de la Perse occidentale (498-511/1105-18). Né en s̲h̲aʿbān 474/janvier 1082, il était le demifrère de Berk-Yaruḳ [ q.v.], fils aîné de Malik-S̲h̲āh, et frère germain de Sand̲j̲ar [ q.v.]. Lorsque Berk-Yaruḳ succéda à son père en 485/1092, il dut laisser dans l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et l’Arrān Muḥammad, qui jouissait du soutien de San…

Saḳḳiz

(138 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du Kurdistān persan, actuellement chef-lieu d’un s̲h̲ahrastān, ou département de la province du Kurdistān (lat. 36°14´ N., long. 46°15´ E.). Elle se situe du côté occidental de la haute vallée du Ḏj̲ag̲h̲atū Čay à quelque 77 km au Sud-est de Mahābād [ q.v.] et sur la route qui conduit à Sanandad̲j̲ et Kirmāns̲h̲āh [ q.vv.]. La population kurde appartient à la tribu Mukrī; ce sont des Sunnites s̲h̲āfīʿites, influencés de l’intérieur par le Ṣūfisme naḳs̲h̲bandī. Au début du XXe siècle, le k̲h̲ān local était apparenté aux wālis d’Ardalān et de Sanandad̲j̲. Vers 1950, la …

Sūyāb

(238 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, établissement dans la région de la Semirecye en Asie Centrale [voir Yeti Su], illustré dans l’histoire ancienne des Turcs et de leurs relations avec les pays islamiques voisins. Il devait se situer légèrement au Nord de la vallée du fleuve Ču, c’est-à-dire juste au Nord de l’actuelle frontière entre Kirghizie et Kazakhstan. Minorsky suggère que ce nom signifie «le canal ( āb) sur le Ču». Au moment des incursions arabes en Asie Centrale, le principal ordu ou campement du souverain türgesh Su-lu était situé à Sūyāb. Il fut ravagé par une force chinoise d’invasion en 748…

Dabīr

(313 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(P), scribe, secrétaire, est le terme équivalent à l’arabe kātib et au turc yazi̊d̲j̲i̊ que l’on emploie généralement dans le monde de culture persane, y compris l’indo-musulmau (où il tendit cependant, au cours des derniers siècles, à être supplanté par muns̲h̲ī; Yule et Burnell, Hobson-Jobson, Londres 1886, 328, signalent que, de leur temps, « dubeer » est tout à fait obsolète dans l’usage indien). Ce terme apparaît sous la forme dipīr/dibīr (orth. pchlévie dpy̲ (w)r; voir D. N. MacKenzie, A concise Pahlavi dictionary, Londres 1971, 26) dans la Perse sāsānide pour désigner …

Marg̲h̲īnān

(563 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(devenu Marg̲h̲elān). ville du Farg̲h̲āna [ q.v.], en Asie Centrale, au Sud du Si̊r Daryā [ q.v.] ou Iaxarte, sur une petite rivière nommée aujourd’hui Margelan Say. C’était, dans les premiers siècles de l’Islam, une localité d’importance modeste représentant avec, notamment, Andid̲j̲ān [ q.v.], l’une des principales agglomérations du canton du Farg̲h̲āna appelé Nasyā inférieur; d’après al-Muḳaddasī (272; voir aussi Le Strange, 479; Ibn Ḥawḳal2, 513-14, trad. 491; al-Samʿānī, Ansāb, éd. en facs., fol. 522a), elle possédait une grande-mosquée et des marchés. Des m…

Kang̲h̲li̊

(808 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḳanḳli̊, nom d’une peuplade turque qui vivait au moyen âge dans les steppes du Turkestan et de la Sibérie du Sud-ouest. On ne trouve pas mention des Kang̲h̲lī chez les plus anciens géographes et voyageurs arabes et persans des IIIe-IVe/ IXe-Xe siècles, comme c’est le cas pour d’autres tribus turques. Pour Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, ḳanklī n’était pas un ethnique, mais désignait, comme nom propre, «un grand homme des Ḳi̊pčaḳ» et, comme nom commun, «un chariot lourdement chargé» ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, trad. Atalay, III, 379). Dans des sources turques anciennes sur les origine…

Payās

(342 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme, en turc ottoman, du nom actuel de ¶ la petite ville de Payas, située au fond du golfe d’Alexandrette, à 18 km au Nord d’Iskandarūn [ q.v.], à 36° 46′ N. et 36° 10′ E. Située comme elle l’est, dans le très étroit corridor qui sépare la mer de l’Amanus ou Ḏj̲abal al-Lukkām [ q.v.], les Gavur Dağlan d’aujourd’hui en turc, Payās a toujours été un point stratégique important sur la route de Cilicie à Antioche; son nom lui-même remonte à celui de la ville grecque classique de Baiae (voir Pauly-Wissowa, II/2, col. 2775 [art. de Ruge ]). Au début de la période islamique, Payās était sur la ro…

Sikandarb. Ḳuṭb al-Dīn Hindāl, appeléButs̲h̲ikan

(229 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan du Kas̲h̲mīr (r. 791-813/1389-1410), dont le nom de «briseur d’idoles» est dū à sa politique islamique rigoriste et à ses mesures draconiennes contre les Hindouistes locaux. Encore mineur, il eut sa mère pour régente jusqu’en 795/1393, date à laquelle, avec le soutien des Sayyids bayhaḳīs [ q.v. au Suppl.] réfugiés ayant fui devant Tīmūr [ q.v.], il rejeta sa tutelle et devint le souverain de fait, faisant dire la k̲h̲uṭba en son nom propre et battant monnaie. Les campagnes de Tīmūr poussèrent en Inde un grand nombre d’immigrants, dont le plus éminent à re…

Muḥammad Ḥākim Mīrzā

(258 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol et demi-frère de l’empereur Akbar [ q.v.], né en 960/1553, mort en 993/1585. En 973/1566, il était gouverneur de Kābul et de l’Afg̲h̲ānistān oriental au nom d’Akbar, mais lorsqu’il fut forcé par les Tīmūrides du Badak̲h̲s̲h̲ān de quitter temporairement sa capitale, il se retira vers l’Inde, où un groupe dissident de nobles Ozbegs le proclamèrent empereur à Ḏj̲awnpūr et l’incitèrent à envahir l’Inde. Il assiégea Lahore avec ses forces, mais dut se réfugier à Kābul. Pendant plus d’une décennie, …

Tonk

(178 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien État indigène des Indes Britanniques, dont trois des districts qui le composaient devinrent partie intégrante du Rād̲j̲pūtānā et trois autres furent incorporés à l’Inde Centrale, autour de la ville du même nom (26° 10΄ de lat. N., et 75° 50΄ de long. E.). L’ancien État du Tonk est désormais un district du Rād̲j̲āsthān dans l’Union Indienne. Le Tonk fut fondé par Amīr Ḵh̲ān (m. 1834 [ q.v.]), Pathan originaire de Bunēr qui s’éleva, d’abord au service des Rohillas [ q.v.] et puis dans l’armée de Ḏj̲aswant Singh Holkar (1798). Il se soumit aux Britanniques en 1817. Pen…

Sāsān

(548 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, appellation générale dans la littérature¶ islamique médiévale des personnes adonnées à 1 a mendicité, à la filouterie, à l’escroquerie, à l’exposition d’infirmités défigurantes, de membres mutilés, etc., si bien que sāsānī est souvent devenu en arabe comme en persan synonyme de «mendiant, escroc». Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa emploie sāsānī au sens de «magicien, prestidigitateur»; ʿilm al-ḥiyal al-sāsāniyya désigne la «science des artifices et de la tromperie». Dans son traité destiné à mettre le public en garde contre la tromperie sous toutes ses formes al-Muk̲h̲tār min kas̲h…

K̲h̲ud̲j̲and, K̲h̲ud̲j̲anda

(1,232 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville (40°17‴ N., 69° 37‴ E.) et district (auj. oblast’) d’Asie Centrale, qui portent maintenant le nom de Léninabad et appartiennent à la RSS du Tadjikistan. Au moyen âge, la ville s’étendait le long de la rive gauche du cours moyen du Si̊r Daryā, sur le méandre le plus méridional du fleuve, à l’entrée de la vallée de Farg̲h̲āna; elle était située sur les confins mal définis des districts d’Īlāḳ [ q.v., au Suppl.] et d’Us̲h̲rūsana [ q.v.], en Transoxiane, et l’on considère qu’elle était administrativement rattachée à l’une ou l’autre de ces deux circonscriptions au déb…

Muḥallil

(334 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «quelqu’un qui rend légal un acte, le légalise, le rend légitime», c.à.d. le personnage qui, dans la loi musulmane classique, agit comme une sorte de prête-nom ou «homme de paille» pour établir l’authenticité d’un procès légal, ou le rendre acceptable là où, autrement, il serait de légalité douteuse ou même interdit. Cette méthode fait partie des mécanismes et procédures compris dans les ḥiyal, c.à.d. les astuces légales employées pour échapper à l’esprit de la loi tout en respectant techniquement sa lettre [voir Ḥīla]. Ainsi le muḥallil joue un rôle dans des j…

Eličpur

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Iličpur (auj. Ačalpur), ville de la province islamique médiévale du Berār [ q.v.], dans le Sud de l’Inde Centrale, près des sources du Purnā, affluent du Tāptī (21° 16’ N., 77° 33’ E.). Jusqu’en 1853, Eličpur était généralement considérée comme la capitale du Berār, après quoi Amraotī en devint le centre administratif. L’histoire préislamique d’Eličpur est semi-légendaire, et la fondation en est attribuée à un rād̲j̲ā djaϊn nommé II, au Xe siècle. A l’époque de Baranī (fin du VIIe/XIIe siècle, elle pouvait être regardée comme l’une des villes les plus célèbres du Nord du…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

Sikandar b. Ḳuṭb al-Dīn Hindāl, called Buts̲h̲ikan

(220 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, sultan of Kas̲h̲mīr ( r. 791-813/1389-1410), who derived his name of “idol breaker” from his rigorist Muslim policies and draconian measures against the local Hindus. As a minor, he had his mother as regent until 795/1393 when, with the support of the Bayhaḳī Sayyids [ q.v. in Suppl.], refugees who had fled before Tīmūr [ q.v.], he threw off this tutelage and became the effective ruler, now having the k̲h̲uṭba read in his own name and minting coins. The campaigns of Tīmūr brought a considerable number of immigrants into India, and the most …

Māʾ

(1,772 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
10. Irrigation in Transoxania. The rivers of Inner Asia, extending from Ḵh̲wārazm in the west through Transoxania to eastern Turkistān (the later Sinkiang) and northwards to the Semirečye, have all been extensively used for irrigation purposes in the lands along those rivers and in oasis centres, providing a possibility for agriculture in favoured spots which were not too open to attack from the steppe nomads or more northerly forest peoples. Hence, as elsewhere in the Old World, the maintenance of irrigation works, surface canals and kārīz s or subterranean ¶ channels (these last t…

Faḳīr of Ipi

(238 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, the name given in popular parlance to Ḥād̲j̲d̲j̲ī Mīrzā ʿAlī K̲h̲ān, Pathan mullah and agitator along the Northwestern Frontier of the Indo-Pakistan subcontinent in both the later British Indian and the early Pakistani periods, d. 1960. A member of the Torī K̲h̲ēl group of the ʿUt̲h̲mānzay Wazīrs of North Wazīrīstān, probably one of the most unreconciled of the Pathan tribes of the Frontier in British times, he came to especial prominence in 1936-7, inflaming the Tōrī Ḵh̲ēls and the Mahsūds of the Tochi valley against the British…

Inʿām

(1,884 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), “favour, beneficence”, more specifically donatives, largesse, given to troops, etc. The problem of keeping armies in the field, once mustered and brought forward for action, was a perennial one for Islamic rulers and commanders. Unless inducements such as extra pay awards, ¶ promises of unusually attractive plunder, etc. could be dangled in front of the troops, there was danger that an army might disband itself and melt away once the immediate battle or object of a campaign had been achieved; not infrequently, it was difficult to …

Sebüktigin

(352 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(Tkish. sevük tégin “beloved prince”), Abū Manṣūr, Turkish slave commander of the Sāmānids [ q.v.] and founder of the G̲h̲aznawid dynasty [ q.v.] in eastern Afg̲h̲ānistān. What little is known of his early life stems mainly from his alleged Pand-nāma or testament of advice to his successor (preserved in a later Persian historian; see s̲h̲abānkāraʾī ) and from D̲j̲ūzd̲j̲ānī’s quotations from a lost part of the Mud̲j̲alladāt of Abu ’l-Faḍl Bayhaḳī [ q.v.] which dealt with Sebüktigin’s governorship. He came from the Barsk̲h̲ān district of the Semirečye [see yeti su …

Philby

(733 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Harry St. John Bridger (1885-1960), Arabian explorer and traveller, adviser to King ʿAbd al-ʿAzīz b. Suʿūd (Ibn Suʿūd) [see suʿūd , āl ] and British convert to Islam. Born of parents connected with planting and with ¶ official service in the Indian subcontinent, he had a conventional public school and Cambridge University education, and himself entered the Indian Civil Service in 1908. Already he showed a flare for learning Indian languages and for immersing himself in the cultures of India, until the First World War found him in…

Sulṭān al-Dawla

(197 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Bahāʾ al-Dawla Fīrūz, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ, Būyid ruler in Fars, and at first in ʿIrāḳ also, 403-15/1012-24, succeeding his father [see bahāʾ al-dawla, in Suppl.] at S̲h̲īrāz. Much of his reign was spent in conflict with his brothers, including Abu ’l-Fawāris Ḳawām al-Dawla, who eventually became ruler in Kirmān as Sultan al-Dawla’s subordinate, and Abū ʿAlī Ḥasan, with whom he disputed control of ʿIrāḳ. By 412/1021 the latter was able to secure recognition as ruler in ʿIrāḳ with the honorific of Mus̲h̲arrif al-Dawla (he had already declared himself S̲h̲āhāns̲h̲āh “king of kings”), a…

al-Samāwa

(408 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a., "the elevated land"). 1. Al-Samāwa was the name given, in the definition of al-Bakrī ( Muʿd̲j̲am mā staʿd̲j̲am , Cairo 1364-71/1945-51, iii, 754, copied by Yāḳūt, Buldān , ed. Beirut, iii, 245), during mediaeval Islamic times to the desert and steppeland lying between al-Kūfa and Syria. Earlier geographers were more specific. Thus Ibn Ḥawḳal (ed. Kramers, 22, 34-5, tr. Kramers-Wiet, 21, 34, see also his map of the Arabian peninsula) defines it as the plain stretching from Dūmat al-Ḏj̲andal [ q.v.] in northwestern Arabia to ʿAyn al-Tamr [ q.v.] in the desert on the fringes of th…

Ibn Dārust

(615 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tād̲j̲ al-Mulk Abu ’l-G̲h̲anāʾim Marzubān b. Ḵh̲usraw-Fīrūz S̲h̲īrāzī (438-86/1046-93), high official in the Great Sald̲j̲ūḳ administration under Sultan Malik S̲h̲āh [ q.v.], tand hat ruler’s last vizier. Born of a secretarial family in Fārs, he began his official career in the service of the slave commander Sāwtigin, who eventually recommended him to the sultan as a person of promise. Malik S̲h̲āh made him superintendent of the education and possessions of various of his sons, then overseer of the royal palace and its ancillaries, and finally head of the Sald̲j̲ūḳ chancery, the Dīwā…

Bānīd̲j̲ūrids

(699 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
or Abū Dāwūdids , a minor dynasty, probably of Iranian but conceivably of Turkish origin, which ruled in Ṭuk̲h̲āristān and Badak̲h̲s̲h̲ān, sc. in what is now Afghan Turkestan, with a possible parallel branch in Ḵh̲uttal, sc. in what is now the Tadzhik SSR, during the later 3rd/9th and early 4th/10th centuries. The genealogy and history of the Bānīd̲j̲ūrids are very imperfectly known, despite the attempts of J. Marquart, in his Ērānšahr , 300-2, and R. Vasmer, in his Beiträge zur muhammedanischen Münzkunde . I. Die Münzen der Abū Dāʾudiden , in Numismatische Zeitschr

Ḳungrāt

(520 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, the name of first a Mongol and then a Türkmen tribe of Central Asia, and deriving its name from these last, a settlement on the lower Āmū Daryā or Oxus, modern Kungrad. The Mongol tribe of Ḳonḳi̊rat/Ḳonḳurat or Onggirat (spelt Ḳ.n.ḳūrāt in D̲j̲uwaynī, Ungrat in Marco Polo) seems to have lived in the extreme east of Mongolia, towards the Khinggan Mts. in a district called Ābd̲j̲iya-Küteger. The tribe gave its allegiance to Čingiz in his struggle against Ong K̲h̲ān [see čingiz k̲h̲ān ], and had the privilege of supplying the K̲h̲āns with wives; thus Čingiz’s wife Börte Fud̲j̲i…

Si̊g̲h̲nāḳ

(366 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Sug̲h̲nāḳ ( Ḥudūd al-ʿālam , tr. 119, Sūnāk̲h̲), a mediaeval Islamic town on the middle Si̊r Daryā, in the district known as Fārāb, between Isfīd̲j̲āb and D̲j̲and [ q.vv. in Suppl.]. It seems to have been, together with the “new settlement” Yengikent, Sawrān and others, one of the settlements there of the Turks, explicitly defined by Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī as “a town of the Og̲h̲uz” (Tkish. tr. Atalay, i, 471; Eng. tr. Dankoff and Kelly, i, 352). Al-Muḳaddasī, 323 n. k, links it with Utrār [ q.v.], 24 farsak̲h̲ s further up the Si̊r Daryā. In Turkish, si̊g̲h̲naḳ means …

Sarandīb

(540 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, the name given in mediaeval Islamic geographical and historical sources to the island of Ceylon (modern Sri Lanka). The Arabic form renders well the Skr. Siṃhala “Ceylon” + dvīpa “island”; an intermediate form is found in al-Bīrūnī, India, tr. E. Sachau, London 1910, i, 233, as Sangaladīp . By the time of Yāḳūt (early 7th/13th century), the form Sīlān is found ( Buldān , ed. Beirut, i, 346, art. Baḥr al-Hind ). Most of the mediaeval Islamic geographers, from Ibn K̲h̲urradād̲h̲bih onwards, give some account of Sarandīb, placing it in the Sea of Harkand (= the Bay of…

Umm al-Ḳurā

(316 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), lit. "the mother of settlements/ villages/towns", a Ḳurʾānic expression. It occurs as such in VI, 92 and XLII, 5/7, in which the Prophet Muḥammad is commanded to warn the people of the umm al-ḳurā [of God’s punishment for disobedience], whilst in XXVIII, 59, it is said that God did not destroy the ḳurā until He had sent to them a messenger ( rasūl ) reciting God’s miraculous signs. Although taken by the commentators to mean the town of Mecca, an interpretation followed in the art. Ḳarya (and used as such at the present day, Umm al-Ḳurā being the title of an offi…

Rād̲j̲ā Ganes̲h̲

(216 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(the latter part of the name being the Hindu name Gaṇésa, appearing in Arabic script as G.n.s or G.n.sī), a local Hindu landowner of northern Bengal, who successfully usurped authority in Bengal during the latter years of the first period of power of the Ilyās S̲h̲āhī line, probably in the first decade or so of the 9th/15th century. The sources are unclear, but it seems that Rād̲j̲ā Ganes̲h̲ wielded the real power in the state under the nominal rule of the Ilyāsids, and then in 817/1414 placed on the throne his young son D̲j̲adu, who became a Muslim an…

Naṣr b. S̲h̲abat̲h̲

(259 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
al-ʿUḳaylī , the leader of a rebellion of the North Arab or Ḳaysī tribesmen in al-D̲j̲azīra against the central authority of the ʿAbbāsids during the caliphates of al-Amīn and al-Maʾmūn. We find him mentioned in 196/811-12 as the head of zawāḳīl , lawless bands of Arabs, mainly Ḳaysīs, who had taken advantage of the breakdown of rule during the civil war (see on the term zawāḳīl, D. Ayalon, The military reforms of caliph al-Muʿtaṣim , their background and consequences, unpubl. paper presented to the Internat. Congress of Orientalists, New Delhi 1964, xerox Jerusalem 1963,…

Ḳadamgāh

(386 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. and p.), literally “place of the [imprint of the] foot”, a village in K̲h̲urāsān, on the highway to Mas̲h̲had and some 20 km/12 miles ¶ east of Nīs̲h̲āpūr at the southern edge of the Kūh-i Bīnālūd (lat. 36° 07′ N., long. 59° 00′ E.). It is locally famed as a ziyāratgāh or place of pilgrimage, since the Eighth Imām of the S̲h̲īʿa, ʿAlī al-Riḍā [ q.v.], is said to have halted there and left the imprint of his foot on a stone, henceforth to be regarded with reverence; see Bess A. Donaldson, The wild rue. A study of Muhammadan magic and folklore in Iran , London 1938, 59, 148-9). The concept of sacred i…

Mābeyn

(328 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(A. mā bayn “what is between”), in the organisation of the Ottoman palace, the intermediate appartments lying between the inner courts of the Sarāy and the Ḥarem, a place where only the sultan, the eunuchs and the womenfolk could penetrate and where the corps of select pages known as mābeynd̲j̲is , an elite group from amongst the forty k̲h̲āṣṣ odali̊s , waited on the monarch for such intimate services as dressing and shaving him [see k̲h̲āṣṣ oda ]. Till the end of the 11th/17th century, the Mābeynd̲j̲is were headed by the Silaḥdār Ag̲h̲a or Swordbearer, as chief p…

Taʿarrub

(159 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), the verbal noun of a denominative verb formed from ʿArab , pl. Aʿrāb , in the sense of “nomads, Bedouins” (the Ḳurʾānic sense of this latter term, cf. e.g. IX, 98/97, XLIX, 14; taʿarrub itself does not occur in the Ḳurʾān). In earliest Islam, taʿarraba and its synonym tabaddā denote the return to the Arabian desert after hid̲j̲ra [ q.v.] to the garrison towns ( amṣār [see miṣr . B]) and participation in the warfare to expand the Arab empire and the Abode of Islam. Some of this movement back to the desert was doubtless legitimate, but on occasion it was deno…

Mānī

(304 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Fāttik or Fātik , the form found in mediaeval Islamic sources (e.g. al-Masʿūdī, Murūd̲j̲ , ii 164, 167-8, vii, 12-16, viii, 293, = §§ 589, 594, 2705-7, 3447) for the founder of the dualist religion of Manichaeism, Mani son of Pātik, born in southern Mesopotamia in 216 A.D. and martyred under the Sāsānid Bahrām I in 274, 276 or 277, and whose faith spread from the Persian empire in the 7th century as far as Central Asia, eastern Turkestan (where after 762 it was the chief religion of the ¶ Uyg̲h̲ur Turks [ q.v.]) and northern China. In Islamic sources, the adherents of Manichaeism appe…

Ekinči

(273 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Kočḳar , Turkish slave commander of the Sald̲j̲ūḳs and governor for them in Ḵh̲wārazm with the traditional title of Ḵh̲wārazm-S̲h̲ah [ q.v.] in 490/1097. He was the successor in this office of Anūs̲h̲tigin G̲h̲arčaʾī, the founder of the subsequent line of Ḵh̲wārazm-S̲h̲āhs who made their province the centre of a great military empire in the period preceeding the Mongol invasions. According to Ibn al-At̲h̲īr, x, 181-2, Ekenči was one of Sultan Berk-Yaruḳ’s slaves (but according to Ḏj̲uwaynī, ii, 3, tr. Boyle, i, 278, one of Sand̲j̲ar’s slaves), and was appointed to Ḵh̲wārazm by Berk-…

Muḥtād̲j̲ids

(518 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, a local dynasty of mediaeval Central Asia which ruled in the upper Oxus principality of Čag̲h̲āniyān [ q.v.] in the 4th/10th and early 5th/11th centuries. At the time of the Arab invasions of the early 2nd/8th century, Čag̲h̲āniyān had been ruled by a dynasty of Čag̲h̲ān-K̲h̲udās. probably of Iranian stock like the princes of Soghdia and K̲h̲wārazm, who, pace other local rulers, seems to have co-operated with the incoming Arabs (see H.A.R. Gibb, The Arab conquests in Central Asia, London 1923, 9, 32). The eponymous ancestor Muḥtād̲j̲ may have been a descendant of these p…

Bād̲h̲ām, Bād̲h̲ān

(531 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Persian governor in the Yemen towards the end of the Prophet Muḥammad’s lifetime. A Persian presence had been established in the Yemen ca. 570 A.D. when there had taken place a Yemenī national reaction under the Ḥimyarī prince Abū Murra Sayf b. D̲h̲ī Yazan [see sayf b. d̲h̲ī yazan ] against the Ethiopian-backed governor Masrūḳ b. Abraha. The Persian Emperor Ḵh̲usraw Anūs̲h̲irwān had sent troops to support Sayf b. D̲h̲ī Yazan, and eventually, a Persian garrison, with a military governor at its head, was set up in Ṣanʿāʾ. It was the progeny of …

S̲h̲uraḥbīl b. Ḥasana

(297 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAbd Allāh, early Meccan convert to Islam, prominent Companion of the Prophet and leading commander in the Arab invasions of Syria, d. 18/639. Apparently of Kindī origin, he was known by his mother’s name Ḥasana, but his patrilineal nasab was ... b. ʿAbd Allāh b. al-Muṭāḥ b. ʿAmr. He is described as a ḥalīf or confederate [see ḥilf ] of the Meccan clan of Zuhra but as also being connected, through another marriage of his mother, with D̲j̲umaḥ. As an early convert, he took part in the second hid̲j̲ra or migration to Ethiopia (see Ibn Sa’d, iv/1, 94, vii, 118; Ibn al-At̲h̲īr, Usd al-g̲h̲āba

Muḥammad b. Waṣīf

(396 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secretary in the service of the Ṣaffārids of Sīstān and one of the first known poets to write verse in New Persian according to the rules of Arabic quantitative metre, sc. ʿarūḍ [ q.v.]. The local history of Sīstān, the Taʾrīk̲h̲-i Sīstān , cites fragments from four poems, apparently ḳaṣīdas , by Muḥammad b. Waṣīf (see G. Lazard, Les premiers počtes persans ( IX e -X e sičcles ), Tehran-Paris 1342/1964, i, 18, 54-6, ii, 13-15). The first of these was composed, the anonymous historian states, around the time of Yaʿḳūb b. Layt̲h̲’s conquest …

Arg̲h̲iyān

(275 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, the name found in mediaeval times for a district of northern K̲h̲urāsān. It lay to the south of Kūčān/K̲h̲abūs̲h̲ān [ q.v.], straddling the hilly region of the modern Kūh-i S̲h̲āh D̲j̲ahān and the Kūh-i Binālūd, around the sources of the Kas̲h̲af-Rūd. It is not to be identified with the district of D̲j̲ād̲j̲arm [ q.v. in Suppl.] lying further to the west, as was done by Le Strange, The lands of the Eastern Caliphate , 392, an error perpetuated by B. Spooner in his Arghiyān . The area of Jājarm in western Khurāsān , in Iran , Jnal . of the British Institute of Persian Studies

T́́hānesar

(437 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, T́hāneswar (meaning “place of the god”), a town of northern India, especially notable in accounts of the raids of the G̲h̲aznawids and G̲h̲ūrids [ q.vv.]. It is situated in the eastern Pand̲j̲āb on the banks of the Saraswati River, some 32 km/20 miles north of Karnāl, in the direction of Ambāla (lat. 29° 59′ N., long. 76° 50′ E.). In the mediaeval Islamic sources (e.g. al-ʿUtbī, Gardīzī), the name usually appears as Tānīsar or Tānīs̲h̲ar. Mentioned by the Chinese Buddhist pilgrim Hiuen-Tsang, it was famed for its Hindu shrine, with a bronze idol Čakraswāmi “lord of th…

Salg̲h̲urids

(860 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, a line of Atabegs which ruled in Fārs during the second half of the 6th/12th century and for much of the 7th/13th one (543-681/1148-1282). They were of Türkmen origin, and Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī considered them as a clan of the Og̲h̲uz tribe [see g̲h̲uzz ], giving their particular tamg̲h̲a ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk , Tkish. tr. Atalay, i, 56, iii, 141, 414); later sources such as Ras̲h̲īd al-Dīn, Ḥamd Allāh Mustawfī’s Taʾrīk̲h̲-i Guzīda and Abu ’l-G̲h̲āzī’s S̲h̲ad̲j̲ara-yi Tarākima were uncertain whether Salg̲h̲ur was a clan or the name of an eponymo…

Mus̲h̲īr al-Dawla

(470 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. “counsellor of the state”), a title bestowed on six separate men of affairs in Ḳād̲j̲ār Persia during the 19th and early 20th centuries, the last of these being Mus̲h̲īr al-Dawla Ḥasan Pirniyā (d. 1935), prime minister in 1920 towards the end of Ḳād̲j̲ār rule. All six of them served as diplomatic envoys or ambassadors, and all except the first one became minister for foreign affairs in Tehran. It is the first Mus̲h̲īr al-Dawla, Mīrzā Sayyid D̲j̲aʿfar K̲h̲ān Tabrīzī, Muhandis Bas̲h̲ī ( ca. 1790-1862), who will concern us here. He had been one of the group of five Persians …

Bādgīr

(701 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), literally “wind-catcher”, the term used in Persia for the towers containing ventilation shafts and projecting high above the roofs of domestic houses. They are also erected over water-storage cisterns and over the mouths of mineshafts in order to create ventilation through the tunnels below. In domestic houses, cooler air is forced down either to rooms at ground level or to cellars (the zīr-i zamīn ), and it provides an early form of air conditioning. The towers are usually substantial, square-sectioned structures with rows of aper…

Mardāwīd̲j̲

(590 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Ziyār b. Wardāns̲h̲āh , Abu ’l-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ , founder of the Ziyārid dynasty [ q.v.] in the Caspian regions of Persia. Mardāwid̲j̲’s rise as a soldier of fortune in northern Persia is bound up with the decline of direct caliphal control there, seen already in the independent role of the Sād̲j̲id governors [ q.v.] in Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān towards the end of the 3rd/9th century and in the general upsurge of hitherto submerged indigenous Iranian elements, Daylamī, D̲j̲īlī and Kurdish, forming what has been called the “Daylamī interlude” of Persian history [see ḍaylam , and also buwayhids , k…

Yag̲h̲ma

(569 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, in Arabic orthography Yag̲h̲mā, a Turkish tribe of Central Asia mentioned in accounts of the early Turks and their component tribal groups. P. Pelliot thought that the Chinese ϒang-mo presupposed a nasalised form * ϒangma ( Notes sur le “Turkestan” de M.W . Barthold, in T’oung-Pao , xxvii [1930], 17). There are sections on the Yag̲h̲ma in Ḥudūd al-ʿālam , tr. 95-6 § 13, cf. comm. 277-81, and Gardīzi, Zayn al-ak̲h̲bār , ed. Ḥabībī, Tehran 1347/1968, 260. Abū Dulaf does not mention them by name in his First Risāla , but Marquart thought that his Bug̲h̲rād̲j̲ tri…

Yūsuf al-Barm

(210 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, sc. Yūsuf b. Ibrāhīm, a mawlā of T̲h̲aḳīf, rebel against ʿAbbāsid rule in eastern K̲h̲urāsān during the caliphate of al-Mahdī, d. 160/777 or shortly afterwards. Yūsuf’s rising was only one of a series of revolts by both Arabs and local Iranians in Transoxania and eastern Khurāsān during the early ʿAbbāsid period. Whilst the sources impute certain religious motives to Yūsuf, including use of the traditional slogan summoning to al-amr bi ’l-maʿrūf wa ’l-nahy ʿan al-munkar , it seems that the revolt was basically political and directed against the a…

Sayābid̲j̲a

(816 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, for Sayābiga, the name given in early Islamic historical sources to a group of non-Arab emigrants, proximately from Sind in India but, most probably, ultimately from South-East Asia and established on the Arab shores of the Persian Gulf and at Baṣra in the first two centuries or so of Islam. ¶ Arabic authors often link them with the Zuṭṭ [ q.v.] or Jhāts [see d̲j̲āt́ ] from northwestern India (see e.g. al-Ṭabarī, i, 1961, 3125, 3134, 3181), although two distinct ethnic groups are in fact involved here. De Goeje was the first to discuss the Sayabid̲j̲a at length, in his Mémoire sur les migrati…

Bas̲h̲kard, Bas̲h̲ākard

(530 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Europeanised form Bas̲h̲kardia , a region of south-eastern Iran, falling administratively today within the 8th ustān or province of Kirmān and in the s̲h̲ahrastān or district of D̲j̲īruft, of which it comprises one of the nine constituent rural areas ( dihistānhā ), see Farhang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi Īrān , viii, Tehran 1332/1953, 49. It is the mountainous hinterland of western Makrān, lying to the east of Mīnāb near the Straits of Hormuz and bounded on the north by the southern fringes of the D̲j̲āz-Muryān depression; …

T́́hat́́t́ā

(512 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, in Persian orthography T.t.h , conventionally Thatta or Tatta, a town of lower Sind, situated by the Indus some 100 km/60 miles from its debouchment into the Indian Ocean and about the same distance to the east of Karachi (lat. 24° 44′ N., long. 67° 58′ E.). In mediaeval Islamic times, it was a city of considerable political and commercial significance, but is now a small town, the cheflieu of a district of that name in the Haydarābād Division of Sind in Pākistān. 1. History. The actual name seems to have the general connotation of a settlement on the bank of a river. T́hat́t́ā…

Ismāʿīl b. Sebüktigin

(206 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, G̲h̲aznavid amīr, third son of the founder of the G̲h̲aznavid empire and last of the family to recognize the suzerainty of the Sāmānids. When Sebüktigin died in S̲h̲aʿbān 387/August 997, he left the provinces of G̲h̲azna and Balk̲h̲ to Ismāʿīl, and command of the army in Ḵh̲urāsān to his eldest son Maḥmūd; this allocation of G̲h̲azna to Ismāʿīl was probably influenced by the fact that he was Sebüktigin’s son by a daughter of Alptigin [see Alp-Takīn ], the original commander of the Turks in G̲h̲azna. Maḥmūd refused to accept these arrangements, and demanded recognition …

Ustān

(348 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), a term of administrative geography in the eastern Islamic world dating from Sāsānid times and surviving into mediaeval Islamic usage. In later Sāsānid times, ustān could denote the state domains, administered by an ustāndār [ q.v.], and this usage was taken over by the Arabs when they conquered ʿIrāḳ, so that we find the term ṣawāft al-ustān ¶ for the estates taken over by the caliph ʿUmar for the Islamic state (see Morony, 68-9). It also had a wider sense in Sāsānid times, as “province”, with its subdivisions being s̲h̲ahrs [ q.v.] or, in ʿIrāḳ, kūras [ q.v.], and this again was taken…

D̲j̲alālābād

(1,255 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, a town of eastern Afghānistān, situated in lat. 34° 26′ N. and long. 70° 27′ E. at an altitude of 620 m./1, 950 ft. It lies in the valley of the Kābul River some 79 miles from Pes̲h̲āwar to the east and 101 miles from Kābul city to the west, and is on the right bank of the river. As well as being roughly midway along the historic route connecting Kābul with the beginning of the plains of northern India, D̲j̲alābād is also strategically situated to command routes into Kāfiristān [ q.v.] (modern Nūristān) and today, routes run northwards from it up to the Kānur and Alingār River valleys. The area around…

al-Muṣʿabī

(233 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abu ’l-Ṭayyib Muḥammad b. Ḥātim , official and poet in both Arabic and Persian in Buk̲h̲ārā under the Sāmānids, flor . early 4th/10th century. Better-known in his time as a statesman than as a poet, he was a boon-companion, then chief-secretary ( ʿamīd-i dīwān-i risālat ) and finally vizier in the reign of Amīr Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43); but he fell from power, and opposing the appointment of the new vizier Abū ʿAlī al-D̲j̲ayhānī [see al-d̲j̲ayhānī in Suppl.] in ca. 326/938, was executed (Bayhaḳī, Taʾrīk̲h̲-i Bayhaḳī , ed. G̲h̲anī and Fayyāḍ, 107; Gardīzī, Zayn al-ak̲h̲bār

Firrīm

(676 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Pirrīm , a stronghold in the Elburz Mountains mentioned in mediaeval Islamic times as held by the Iranian native princes of the Caspian region, firstly the Ḳārinids and then the Bāwandids [ q.vv.]. Its exact position is unfortunately not fixed in the itineraries of the geographers, and an authority like Ibn Ḥawḳal, ed. Kramers, 377, tr. Kramers-Wiet, 367, following Iṣṭak̲h̲rī, merely mentions it as the capital of the Kārinids since pre-Islamic times, where their treasuries and materials of war were stored; Yāḳūt adds to this …

Muḥammad Zamān Mīrzā

(144 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol en rébellion permanente et beau-frère de l’empereur Humāyūn [ q.v.] A l’avènement de Humāyūn en 937/1530, Muḥammad Zamān s’allia à Bahādur S̲h̲āh du Gud̲j̲arāt, provoquant ainsi une invasion de Humāyūn au Gud̲j̲arāt en passant par Mālwâ. Muḥammad Zamān fut pardonné, mais en 941/1534, il se rebella de nouveau, cette fois au Bihār, mais il dut se réfugier encore une fois au Gud̲j̲arāt, ce qui provoqua une invasion totale, et le Gud̲j̲arāt fut occupé par l’empereur mog̲h̲ol (941-2/1535-6); Muḥ…

Rāfiʿ b. Hart̲h̲ama

(153 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, soldat de fortune qui disputa à d’autres aventuriers et à l’ amīr ṣaffāride ʿAmr b. al-Layth [ q.v.] la possession du Ḵh̲urāsān à la fin du IIIe/IXe siècle (m. 283/896). Rāfiʿ avait été au service des Tahirides [ q.v.] et, après la mort, à Nīs̲h̲āpūr, en 268/882, du prétendant précédent au pouvoir au Ḵh̲urāsān. Aḥmad al-Ḵh̲ud̲j̲istānī, il s’installa comme maître de facto du pays, et obtint ensuite des califes ʿabbāsides sa légitimation¶ lorsque al-Muwaffaḳ rompit avec les Ṣaffārides. En 283/896, ʿAmr réussit cependant à battre Rāfīʿ et à le chasser du Ḵh̲urāsān; il se rendit au Ḵh̲wārazm,…

al-Mūriyānī

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ayyūb Sulaymān b. Mak̲h̲lad (la nisba vient de Mūriyān, dans l’Ahwāz; voir Yāḳūt, s.v.), secrétaire du deuxième calife ʿabbāside, al-Manṣūr [ q.v.]. Les sources donnent diverses versions de la façon dont il gagna la confiance du calife: — sous le dernier calife umayyade, Marwān b. Muḥammad, il avait sauvé le futur al-Manṣūr de la flagellation qu’il devait subir pour avoir détourné des fonds publics (al-Yaʿḳūbī, al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī): — c’était un esclave affranchi d’al-Saffāḥ passé au service de son successeur (Ibn …

ʿUbayd Allāh b. al-ʿAbbās

(283 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib, Abū Muḥammad, Compagnon et cousin du Prophète Muḥammad du côté paternel, et frère cadet du célèbre érudit et récitant de traditions ʿAbd Allāh b. al-ʿAbbās [ q.v.], né l’année de la Hid̲j̲ra, mort sous le règne de Yazīd b. Muʿāwiya, soit en 85/704 soit en 87/706. Il fut en outre lié au Prophète par le fait que sa mère Umm al-Faḍl bt. al-Ḥārit̲h̲ al-Hilāliyya était la sœur de Maymūna, femme de Muḥammad (Ibn Ḳutayba, Maʿārif, éd. ʿUkās̲h̲a, 121, 367; al-Balād̲h̲ūrī, Ansāb al-as̲h̲rāf, III, éd. al-Dūrī, 447). A la différence de son frères, il a transmis peu de…

Munādī

(393 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), participe actif de la IIIe forme du verbe nādā «appeler», delà, crieur, héraut. Dans le Ḳurʾān (L, 40/41), munādī désigne quelqu’un qui annoncera le Jour du Jugement et qui, dans la croyance populaire, est d’ordinaire identifié à Isrāfīl [ q.v.]; dans un autre contexte où l’on pourrait attendre ce terme, l’histoire de Joseph, c’est muʾad̲h̲d̲h̲in qui désigne le héraut de ce dernier (XII, 70). Dans les villes du monde islamique pré-moderne, le munādī ou crieur public exerçait une fonction vitale de communication à une époque où les journaux n’existaient pas, ou,…

Maʾṣir

(287 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme technique de la pratique fiscale en vigueur dans la civilisation hydraulique du ʿIrāḳ au début de l’Islam, mais remontant sans aucun doute à une époque plus ancienne. Il est défini par al-Ḵh̲wārazmī ( Mafātīḥ al-ʿulūm, 70) comme désignant «une chaîne ou un câble tendu en travers d’une rivière pour empêcher les bateaux de passer» et, plus précisément par Ibn Rusta (85, trad. Wiet, 213) comme un barrage disposé en travers du Tigre à Ḥawānīt près de Dayr al-ʿĀḳūl [ q.v.] et consistant en un câble tendu entre deux bateaux amarrés à chaque rive du fleuve, de façon à inter…

Pamir

(680 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom (d’étymologie inconnue) d’un massif montagneux de l’Asie Intérieure. Son centre se trouve dans l’ oblast’ autonome actuel du Gorno-Badak̲h̲s̲h̲ān de l’ex-URSS, mais il s’étend jusqu’à la Kirg̲h̲īzie et le Tād̲j̲īkistān au Nord et à l’Ouest, à la région autonome du Sinkiang Uig̲h̲ur de la Chine à l’Est, à l’Afghanistan (y compris le corridor de Wak̲h̲ān) et au Kas̲h̲mīr pakistanais (ʿĀzād Kas̲h̲mīr) au Sud. Formant des chaînes orientées principalement Est-Ouest, et comprenant de nombreuses vallées où coule…

Ildeñizides ou Eldigüzides

(2,096 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, lignée d’atabegs ou de chefs esclaves turcs qui gouvernèrent la plus grande partie du Nord-ouest de la Perse, y compris l’Arrān, la majeure partie de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et le Ḏj̲ibāl, durant la seconde moitié du VIe/XIIe siècle et les premières décennies du VIIe/XIIIe. Jusqu’à la mort au combat, en 590/1194, de Ṭog̲h̲ri̊l b. Arslan, dernier des Grands Sald̲j̲ūḳides du ʿIrāḳ et de Perse, les Ildeñizides gouvernèrent en qualité de subordonnés théoriques des sultans dont ils reconnurent la suzeraineté sur leurs monnaies presque jusqu’à l…

Las Bēla

(1,200 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ancien État indigène des Indes britanniques devenu aujourd’hui un district du Pakistan. Situé au Sud-est du Balučistān, le long de la côte qui s’étend à l’Ouest de Karachi (24° 54′ — 26° 29′ N et 64° 7′ — 67° 29′E.), il est limité à l’Ouest par le Makrān [ q.v.] dont fait partie sa région occidentale, au Nord par le district de Jhalawan de ¶ l’ancien État de Kalāt [voir Kilāt], et à l’Est par l’ancienne province du Sind; sa superficie, qui est toujours la même, est de 6 441 milles carrés (16 882 km2). I. — Géographie. La partie centrale de l’État est une plaine ( las = plaine) aride et plate, mais, …

Ṭahmūrāt̲h̲

(638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, généralement considéré comme le second roi de la dynastie pīs̲h̲dādide [ q.v.] au sein de l’histoire épique iranienne légendaire, venant après le premier roi du monde Kayūmart̲h̲ ou Gayōmard et après Hūs̲h̲ang [ q.v.] fondateur de la dynastie des Pīs̲h̲dādides. Certaines sources islamiques font de lui le premier roi de sa lignée, et la durée du règne qui lui est attribuée — des chiffres à hauteur d’un millénaire ou encore de 600 ans sont donnés — montre l’importance qui lui était accordée. Son nom apparaît dans l’Avesta en tant que Tak̲h̲mō urupa azinavia, la première partie tak̲h̲ma- sig…

Sandābil

(327 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville réputée avoir été la capitale du roi de Chine dans le récit du voyageur et écrivain arabe Abū Dulaf Misʿar b. Muhalhil [ q.v.], prétendant décrire sa participation à une ambassade du souverain chinois Ḳālīn b. S̲h̲ak̲h̲īr à son retour de la cour de l’ amīr sāmānide Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43 [ q.v.] à Buk̲h̲ārā. Abū Dulaf voit cette ville comme une immense cité que l’on traversait en une journée, avec des murailles de 90 coudées de hauteur et un temple aux idoles plus grand que la mosquée sainte de Jérusalem ( Risāla, trad. fr. G. Ferrand, dans Relations de voyages ... relatifs à l’E…

Ṭīn

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), boue, argile. 1. Dans le Ḳurʾān, il est dit que Dieu créa l’homme à partir de l’argile (à la différence du feu supérieur à partir duquel Iblīs se vante d’avoir été créé), et ṭīn y est le mot le plus couramment usité pour «argile» (à côté de turāb, ḥamāʾ). Voir par ex. sūrate VI, 2, VII, 11/12, XVII, 63/61, XXIII, 12, XXXII, 6/7). Ṭīn est employé plus loin comme substance à partir de laquelle Jésus va créer un oiseau vivant (III, 43/49, V, 110) Au sujet de la création en général, à partir de ces éléments, voir Ḵh̲alḳ. IV, 981b. 2. En tant que matériau du potier. Voir à ce sujet Ḵh̲azaf. On peut auss…

Wahb

(1,174 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, famille de fonctionnaires au service des califes, qui se distinguèrent particulièrement comme secrétaires et vizirs des ʿAbbāsides au IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe siècle. La majorité des sources indique que la famille venait de Wāsiṭ et qu’elle était d’origine chrétienne nestorienne avant de se convertir à l’Islam, se réclamant, toutefois, d’une pure origine arabe remontant à la tribu yéménite des Balḥārit̲h̲ de Nad̲j̲rān. Les Wahbī appartenaient donc à la tradition de ces serviteurs des califes venant d’u…

Nūḥ

(328 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(Ier) b. Naṣr b. Aḥmad, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (331-43/943-54), qui reçut après sa mort le surnom honorifique d’ al-Amīr al-S̲h̲ahīd («Celui qui est digne d’éloges»). Dans le sillage de la réaction anti Sh̲īʿite qui marqua la fin du règne de Naṣr [ q.v.], père de Nūḥ, les premières années du nouveau règne furent marquées par le vizirat du pieux faḳīh sunnite Abū l-Faḍl Muḥammad Sulamī, mais bientôt de fâcheux signes de déclin apparurent. Des révoltes éclatèrent dans le royaume tributaire du Ḵh̲wārazm [ q.v.], ainsi qu’au Ḵh̲urāsān sous le gouverneur Abū ʿAli …

Ẓahīr al-Dīn Marʿas̲h̲ī

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn, sayyid, général et diplomate persan, historien de la région Caspienne, n. vers 815/1412, m. après 894/1489. C’était un rejeton de la prestigieuse famille des sayyids Marʿas̲h̲ī qui dominèrent le Māzandarān de la fin du VIIIe/XIVe s. jusqu’à l’incorporation de la province dans l’Empire ṣafavide par le S̲h̲āh ʿAbbās Ier en 1005/1596 [voir Marʿas̲h̲ī], Ẓahīr al-dīn descendait de la branche principale de la famille, celle de Kamāl al-dīn b. Ḳiwām al-dīn (m. 801/1379). Il possédait des biens fonciers à Bāzargāh dans le Gīlān, province dan…

Zaynab bt. Ḏj̲aḥs̲h̲

(477 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Riʾāb al-Asadiyya, une des femmes du prophète qui l’épousa après qu’elle avait divorcé de Zayd b. Ḥārit̲h̲a [ q.v.], l’affranchi et le fils adoptif de Muḥammad. La mère de Zaynab, ʿUmayma bt. ʿAbd al-Muṭṭalib, était une tante maternelle du prophète, et son père, issu de la tribu Asad, était un client du clan ʿAbd S̲h̲ams. Zaynab fut une des premières émigrantes pour Médine et elle était vierge (selon certaines traditions, veuve) quand Muḥammad la donna comme épouse à Zayd. En 4/626, Muḥammad, ayant vu Zaynab seule dans…

Karrāmiyya

(2,845 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secte florissante dans les contrées centrales et orientales du monde musulman, et notamment dans les régions iraniennes, du IIIe/IXe siècle aux invasions mongoles. 1. — Origines. Le fondateur de cette secte, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Karrām (ainsi vocalisé par al-Samʿānī parce que son père aurait été vigneron, karrām, mais on peut également lire Karām ou Kirām), nous est connu par les biographies que l’on trouve notamment dans al-Samʿānī ( Ansāb, 476b477a), al-Ḏh̲ahabī ( Mīzān al-iʿtidāl, Caire 1325/1907, III, 127, et Taʾrīk̲h̲ al-Islām, s.a. 255/869, version abrégée dans le…

al-Bad̲h̲d̲h̲

(299 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et surtout forteresse du Nord de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui doit sa célébrité au fait qu’elle fut la base du rebelle k̲h̲urramite Bābak [ q.v.] dans les premières décennies du IIIe/VIXe siècle. L’emplacement de la forteresse n’est pas connu avec certitude, mais elle doit avoir été située dans la montagne appelée aujourd’hui Ḳarad̲j̲a-Dag̲h̲ (anc. Maymad), l’ancienne région arménienne de Pʿaytakaran, au Nord d’Ahar et au Sud de l’Araxe, près de la montagne du nom de Has̲h̲tād-Sar, en un lieu situé entre les districts actuels de Hārand, Kalaybar et Garmādūz (V. Minorsky, Studies …

Vid̲j̲ayanagara

(1,326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’une puissance hindoue médiévale qui s’étendait sur une grande partie du Deccan du milieu du XIVe siècle à la fin du XVIIe siècle et qui présente un intérêt particulier pour la présente encyclopédie en raison de l’état de guerre continu entre ses Rād̲j̲ās (dont une soixantaine, de différentes dynasties, promulguèrent par des inscriptions royales leur souveraineté sur l’Inde située au Sud du fleuve Krishna) et les sultanats musulmans du Deccan. Dans les sources indo-musulmanes, on la trouve sous le nom de Bid̲j̲anagar. Le nom de Vid̲j̲ayanagara, signifiant “Ville de la Vi…

Ork̲h̲on

(198 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rivière au Nord de ce qui est actuellement la République Populaire de Mongolie; elle coule vers le Nord et rejoint la Selenga pour se jeter dans le Lac Baïkal. Pour les turcologues, les bords de cette rivière sont d’une extrême importance en ce qu’elles recèlent des inscriptions en turc ancien, gravées vers le milieu du VIIIe siècle dans une écriture dite «runique», mais en fait lointainement dérivée de l’écriture araméenne [voir Turcs. Langues]. Ces inscriptions renferment les annales royales de l’empire köktürk, basé sur cette région jusqu’à sa chute, en 744, et…

al-Ḥusaynī

(339 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ṣadr al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Nāṣir b. ʿAlī, auteur de la fin de l’époque sald̲j̲ūḳide et des premières décennies du VIIe/ XIIIe siècle, dont l’œuvre nous est connue parce qu’elle a été incorporée à une histoire anonyme des Sald̲j̲ūḳides et des Atabegs d’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui leur ont succédé, les Ak̲h̲bār al-dawla al-sald̲j̲ūḳiyya (éd. Muh. Iqbal, Lahore 1933; trad. turque Necati Lugal, Ankara 1943; cf. Brockelmann, I2, 392, S I, 554-5). Al-Ḥusaynī paraît avoir écrit la Zubdat al-tawārīk̲h̲, ak̲h̲bār al-umarāʾ wa-l-mulūk al-sald̲j̲ūḳiyya, qui constitue la première partie…

Ṣawlad̲j̲ān

(109 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), passe pour être une forme arabisée du persan čawgān «crosse de polo» [voir Čawgān]. Le l intrusif présente une difficulté d’interprétation, mais D. N. Mackenzie, A concise dictionary of Pahlavi, Londres 1971, 22, donne * caw(l)agān («de transcription douteuse»). Quoiqu’il en soit, la courbe d’une canne de polo fournit une expression figurée convenable, tant pour une comparaison [voir Tas̲h̲bīh], que pour une métaphore [voir Istiʾāra], en arabe classique, en persan et en turc, pour la courbe des sourcils ou les tresses de cheveux d’une belle fille, voir Annemarie Schimmel, The …

Sulṭān al-Dawla

(196 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Bahāʾ al-dawla Fīrūz, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ, souverain būyide du Fārs, et tout d’abord du ʿIrāḳ, 403-15/1012-24, ayant succédé à son père [voir Bahā ʾ al-dawla au Suppl.] à S̲h̲īrāz. La plus grande partie de son règne se passa en conflits avec ses frères, notamment Abū l-Fawāris Ķawām al-dawla, qui finit par devenir souverain du Kirmān sous la suzeraineté de Sulṭān al-dawla, et Abū ʿAlī Ḥasan, auquel il disputa le contrôle du ʿIrāḳ. En 412/1021, le second sut se faire reconnaître comme maître du ʿIrāḳ, avec le titre de Mus̲h̲arrif al-dawla (il s’était déjà autoproclamé s̲h̲āhans̲h̲āh «roi d…
▲   Back to top   ▲