Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ibn al-Balk̲h̲ī

(328 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, auteur persan de l’époque sald̲j̲ūḳide qui écrivit une histoire locale et un exposé topographique de sa province du Fars, le Fārs-nāma. En dehors de ce que l’on peut glaner dans son ouvrage, l’on ne sait rien de lui, et l’on ne connaît même pas la forme exacte de son nom, sauf que ses ancêtres étaient originaires de Balk̲h̲. Son grand-père était mustawfī ou comptable du Fārs, à l’époque où le gouverneur de la région nommé par Berk-yaruḳ b. Malik S̲h̲āh était l’ atabeg Rukn al-dawla ou Nad̲j̲m al-dawla Ḵh̲umārtigin, et Ibn al-Balk̲h̲ī acquit sa connaissance étendue de la régi…

Ilyāsides

(511 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie mineure qui régna au Kirmān (Sud-est de la Perse) au cours des décennies du milieu du IVe/Xe siècle; son installation y marque la fin de l’appartenance directe du Kirmān au pouvoir califal, qui avait été rétablie au début du même siècle après la chute de l’empire ṣaffāride. Le fondateur de la dynastie, Abū ʿAlī Muḥammad b. Ilyās, qui exerçait un commandement dans l’armée ṣāmānide, était d’origine sogdienne; il fut impliqué dans la révolte que les frères de l’ amīr sāmānide Naṣr b. Aḥmad fomentèrent contre lui en 317/929 et, lorsque cette rébellion prit fin en 320…

Ordūbād

(229 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de la Transcaucasie orientale sur la rive gauche du cours moyen de l’Araxe, à 38° 54′ N. et 46° 01′ E., et à une altitude de 948 m. Son nom turco-persan «ville-armée» fait penser à une fondation probable au cours de la période des invasions mongoles ou des Īl-Ḵh̲ānides qui suivirent, d’autant que ces derniers firent de l’Afg̲h̲ānistān le centre de leur pouvoir. Ḥamd Allāh Mustawfī (mi-VIIIe/XIVe siècle) la qualifie de ville provinciale, l’une des cinq constituant le tūmān de Nak̲h̲čiwān [ q.v.], et dit qu’elle est arrosée par un cours d’eau venant du Mont Ḳubān (aujourd…

Tug̲h̲ra

(5,230 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Deny, J. | Siddiq, Muhammad Yusuf
(t.), selon l’orthographe de l’arabe médiéval et du turc ottoman, ṭug̲h̲rā, emblème calligraphique des souverains turcs, depuis l’époque des chefs des Og̲h̲uzes jusqu’aux Sald̲j̲ūḳs, et à leurs successeurs qui gouvernèrent en Perse, les Mamlūks et les sultans ottomans. Sous ces derniers, en particulier, il devint une représentation artistique extrêmement stylisée du nom et des titres du souverain et des princes de la famille royale. Certes, l’usage chez les Ottomans voulut qu’il devînt effectivement l’emb…

S̲h̲addādides

(1,444 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ou Banū S̲h̲addād, petite dynastie d’Arrān et de l’Est de l’Arménie qui a prospéré du IVe/Xe jusqu’au VIe/XIIe siècle (vers 340-570/vers 950-1170), avec une lignée principale à Gand̲j̲a et à Dwīn [ q.vv.] et une autre, plus jeune, à Ānī [ q.v.], qui a persisté longtemps après la disparition de la branche principale sous la suzeraineté des Sald̲j̲ūḳs, puis des Ildeñizides. Il semble qu’il n’y ait pas de raison de douter de l’information de l’historien ottoman Müned̲j̲d̲j̲im Bas̲h̲i̊ selon laquelle les S̲h̲addādides sont originellement des Kurdes. Leur ide…

Bānīd̲j̲ūrides

(673 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
ou Abū Dāwūdides, petite dynastie, d’origine probablement iranienne, mais peut-être turque, qui régna sur le Ṭuk̲h̲āristān et le Badak̲h̲s̲h̲ān, c’est-à-dire sur les territoires qui constituent maintenant le Turkestan afg̲h̲ān, avec peut-être une branche parallèle au Ḵh̲uttal (la RSS tād̲j̲īke actuelle), à la fin du IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe. ¶ La généalogie et l’histoire des Bānīd̲j̲urides sont très imparfaitement connues, malgré les tentatives de J. Marquart ( Ērānšahr, 300-2) et de R. Vasmer ( Beiträge zur muḥammedanischen Münzkunde. 1. Die Münzen der Abu…

Irtis̲h̲

(642 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, plus couramment Irtysh, rivière de Sibérie, affluent principal sur la rive gauche de l’Ob [ q.v.]. Elle prend sa source dans les glaciers de la pente sud de l’Altaï, à proximité de la frontière actuelle entre la république de Mongolie et le Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.], puis, traversant le lac Zaysan, elle gagne la république du Kazakhstan et en ressort dans l’ oblast d’Omsk, en fédération de Russie, pour rejoindre l’Ob à Khanty Mansiysk; la majeure part de son cours de 3 720 kms est navigable. Les inscriptions d’Ork̲h̲on (Kültégin E37; Bilgä Kagan E27) le mentionnent sou…

Kot́wāl

(1,222 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(orth. persane: k.w.twāl) «commandant de forteresse, de ville, etc.», terme employé à l’époque médiévale dans le monde iranien, en Asie Centrale et dans l’Inde musulmane. Comme on le rencontre, à partir de l’époque mongole, en turc (y compris le čag̲h̲atay) sous des formes telles que ketaul, kütäül, etc., de nombreuses autorités du cru (suivies par des linguistes et lexicographes occidentaux comme A. Vámbery, Pavet de Courteille et W. Radloff) ont supposé qu’il s’agissait d’un mot turc ou même mongol, mais G. Doerfer a sans nul doute raison de le faire remonter à une origine indienne: kōt…

Sikhs

(6,925 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Iqbal, Muhammad
(< skr. s̲h̲is̲h̲ya, «disciple, adepte», groupe religieux de l’Inde du Nord dont les croyances et pratiques associent des éléments hindouistes et islamiques. Il fut fondé à la fin du XVe siècle par Nānak, leur premier Guru, ou maītre. 1. Généralités. Le rahit-nāma, manuel de Sikhisme faisant autorité depuis 1950, dit Sikh Rahit Maryada, définit un Sikh comme une personne ayant foi en Akāl Purakh («l’Eternel»), en les dix Gurus («précepteurs», identifiés à la voix intérieure de Dieu) et en leur enseignement, en l’ Ādi Granth («l’Ancien Livre», principal texte scripturaire des Si…

S̲h̲īrwān

(1,313 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲irwān ou S̲h̲arwān, région du Caucase oriental connue sous ce nom à toutes les époques. Le S̲h̲īrwān proprement dit comprend les premiers contreforts orientaux de la chaîne du Caucase, ainsi que les territoires qui descendent de cette chaîne jusqu’aux rives du fleuve Kur [ q.v.]. Mais les maîtres de cette région ont toujours cherché à contrôler aussi les rivages occidentaux de la Caspienne depuis Ḳuba (actuellement Kouba) dans le district de Maskat (< Maskut, Mas̲h̲kut, à rattacher à l’antique peuple des steppes eurasiennes, les Massagètes) au Nord, jusqu’à Bākū [ q.v.] (actuell…

Tadmur

(1,190 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tadmor, ancien nom et nom d’usage en arabe moderne pour désigner la ville de Palmyre. Elle s’étend dans le désert syrien à quelques 145 km à l’Est de Ḥimṣ et 200 km à l’Ouest du moyen Euphrate (lat. 34° 36′ N. long. 38° 15′ E. altitude 407 m). Dès les temps anciens, Tadmur devait être une étape sur la route des caravanes reliant la Mésopotamie à la Syrie, étant donné que la route sur laquelle elle se trouvait permettait de franchir une brèche au Sudouest d’une chaîne de montagnes orientée Nord-est: au Sud-ouest de Tadmur, le Ḏj̲abal d’al-Ḵh̲…

al-G̲h̲iṭrīf b. ʿAṭāʾ

(734 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
al-Ḏj̲uras̲h̲ī. gouverneur ʿabbāside. Il était le frère de la célèbre Ḵh̲ayzurān [ q.v.], la Yéménite d’origine servile qui fut l’épouse d’al-Mahdī et la mère des deux califes successifs al-Hādī et al-Ras̲h̲īd. Al-G̲h̲iṭrīf porte aussi la nisba d’« al-Kindī » dans la biographie que lui consacrent Gardīzī (probablement d’après le Taʾrīk̲h̲ wulāt Ḵh̲urāsān d’al-Sallāmī qui est perdu) et al-Samʿānī; il est par conséquent possible qu’il ait été un mawla de la grande tribu sud-arabique des Kinda [ q.v.] ( Ẓayn al-ak̲h̲bār, éd. ʿAbd al-Ḥayy Ḥabībī, Téhéran 1347 p./1968, 96, 129-…

Sūrat

(827 words)

Author(s): Haig, T.W. | Bosworth, C.E.
, ville portuaire de l’Inde occidentale, sur la rive Sud du Tāptī, à environ 16 km en amont du débouché du fleuve sur le golfe de Cambay (lat. 21° 10ʹ N., long. 72° 54ʹ E.). Le géographe Ptolémée (150 de notre ère) parle du commerce à Pulipula, peut-être Phulpāda, le quartier sacré de la ville de Sūrat. Les références anciennes à Sūrat chez les historiens arabes doivent être examinées de près, en raison de la confusion possible avec Sorath (Saurās̲h̲tra), mais en 774/1373 Fīrūz S̲h̲āh Tug̲h̲luḳ III édifia un fort destiné à protég…

Siwri Ḥiṣār

(556 words)

Author(s): Kramers, J. H. | Bosworth, C. E.
, écrit aussi Sifri Ḥiṣār, c.-à-d. château fort (voir Aḥmed Wefīḳ, Lehče-i ʿOt̲h̲mānī, p. 459), nom turc ottoman de deux localités en Asie Mineure. 1. La plus importante est la moderne Sivrihisar de Turquie, dans l’ il (province) d’Eskişehir. Elle se trouve sur la route Eskişehir-Ankara, à peu près à mi-distance de chacune, au Sud de la rivière Porsuk et au Nord du cours supérieur du Saḳarya [ q.v.] (lat. 39° 29′ N., long. 31° 32′ E., ait. 1 050 m. Siwri Ḥiṣār se trouve du côté Nord de la chaîne du Günes̲h̲ Dag̲h̲, c’est sur cette montagne que la citadelle de la…

Kis̲h̲

(1,836 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Kis̲h̲s̲h̲ (par la suite S̲h̲ahr-i Sabz), ville de la Transoxiane médiévale, aujourd’hui de la R.S.S. d’Uzbekistan sous le simple nom de S̲h̲ahr. mais appartenant autrefois à la Sogdiane (ar. Ṣug̲h̲d [ q.v.]). Elle est située sur le cours supérieur du Ḵh̲as̲h̲ka Daryā qui est bloqué par les terres, dans une région où plusieurs cours d’eau descendent des montagnes de Sayām et de Buttamān à l’Est et arrosent une vallée extrêmement fertile coupée de canaux d’irrigation. La ville se trouve sur la grand-route Samarḳand-Tirmid̲h̲.…

Narmās̲h̲īr

(220 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Narmāsīr, au Moyen Âge, ville et district du Kirmān oriental [ q.v.], dans la Perse islamique au Sud-est de Bam [ q.v.], près de l’extrémité méridionale du Das̲h̲t-i Lūṭ, et sur la route reliant le Kirmān au Sīstān. Les géographes musulmans classiques rangent le district au nombre des cinq kūras du Kirmān, décrivent la ville comme prospère et populeuse, et en font le rendez-vous des marchands qui voyageaient du Ḵh̲urāsān au ʿUmān, et un marché pour les denrées en provenance de l’Inde. Elle possédait un mur de défense avec quatre portes, une c…

Malik-s̲h̲āh

(3,056 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de plusieurs sultans sald̲j̲ūḳides. I. Malik-S̲h̲āh Ier b. Alp Arslan, Ḏj̲alāl al-dawla Muʿizz al-dīn Abū l-Fatḥ, sultan grandsald̲j̲ūḳide qui, né en 447/1055, régna de 465 à 485/1072-92. Sous son règne, l’empire grand-sald̲j̲ūḳide atteignit le summum de son extension territoriale — de la Syrie à l’Ouest, au Ḵh̲urāsān à l’Est — et de sa puissance militaire. Alp Arslan [ q.v.] avait fait de Malik-S̲h̲āh son walī al-ʿahd ou héritier présomptif en 458/1066, au moment où divers gouvernorats des confins orientaux de l’empire étaient distribués à plusieurs memb…

Lālā

(494 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Lala (p.), terme que l’on trouve dans les dynasties turkmènes de Perse et, en particulier, chez les Ṣafawides, avec la signification de précepteur, spécifiquement précepteur des enfants royaux, et qui passa ensuite chez les Turcs Ottomans. Sous les Aḳ Ḳoyunlu [ q.v.], on trouve à la fois atabeg [voir Atabak] et lālā, mais après l’avènement des Ṣafawides (à savoir après 907/1501), ce dernier terme devint plus courant, et on trouve également le terme arabe de muʿallim «professeur». Ces maîtres étaient déjà des personnages respectés de l’État. Le lālā du second fils, Sām Mīrzā, de S…

Makrān

(1,446 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région côtière du Balāčistān méridional qui s’étend en gros de la baie de Somniani à l’Est aux confins orientaux de la Bas̲h̲kardie [voir Bas̲h̲kard au Suppl.] à l’Ouest; la frontière politique actuelle entre le Pakistan et l’Iran coupe donc en deux le Makrān médiéval. La chaîne de montagnes du nom de Siyāhān qui s’étend d’Est en Ouest juste au Nord des vallées du Mas̲h̲kēl et du Rak̲h̲s̲h̲ān peut être considérée comme la limite septentrionale du Makrān; à l’époque de l’Inde britannique, cette chaîne constituait la frontière entre la partie Sud-ouest ¶ de l’État indigène de Kalāt [voir Kil…

Nābulus

(1,327 words)

Author(s): Buhl, F. | Bosworth, C.E.
, ville de la Palestine centrale, qui tire son nom de la Flavia Neapolis bâtie en l’honneur de Vespasien. L’Ancien Testament mentionne à peu près au même endroit la ville de Sichem, un peu plus à l’Est seulement, là où se trouve aujourd’hui le village de Balāṭa (dont S. Klein dans ZDPV, XXXV, 38-9, cf. R. Hartmann, ibid., XXXIII, 175-6, explique ¶ le nom comme venant de platanus, en s’appuyant sur le récit du pèlerin de Bordeaux et le Midras̲h̲ Gen. rb., c. 81, § 3). D’après Eusèbe, on montrait, dans un faubourg de Neapolis, le lieu où s’élevait la ville ancienne. L’exactitu…

Udgīr

(193 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du Sud de l’Inde (18° 26’ de lat. N. et 77° 11′ de long. E.), qui, du temps de l’Inde britannique, fut le chef-lieu d’un taluk dans le District de Bīdar de l’État de Ḥaydarābād [ q.v.], mais qui se trouve actuellement dans l’État du Maharashtra de l’Union Indienne. Elle comporte une forteresse qui remonte à la fin du IXe/XVe siècle. Elle fit partie des terres des Barīd S̲h̲āhs de Bīdar [ q.vv.], et ensuite de leurs successeurs, les ʿĀdil S̲h̲ahs de Bīd̲j̲apur [ q.vv.], jusqu’à ce qu’elle soit assiégée par l’armée de S̲h̲ah Ḏj̲ahān en 1044/1635 et incorporée par la s…

Sarkār

(472 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «[à la] tête [des] affaires», terme employé dans l’administration mogole de l’Inde et aussi pendant la domination britannique du subcontinent des Indes qui lui succéda. 1. Dans la structure du gouvernement provincial sous les Mogols, comme elle fut élaborée sous l’empereur Akbar [ q.v.] en 989/1580, il y avait une hiérarchie de ṣūbas [ q.v.] ou provinces sous un ṣūbadār [ q.v.], (appelé aussi sipāhsālār, nāẓim et ṣāḥib-i ṣūba); le sarkār, ou district gouverné par un fawd̲j̲ar [ q.v.] qui combinait les fonctions administratives et militaires correspondant…

Sardhanā

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et chef lieu de taḥṣīl du district de Meerut [voir Mīrat́h] en Inde du Nord-ouest, actuellement dans l’Etat d’Uttar Pradesh de l’Union Indienne. La ville est située en lat. 29° 09ʹ N., long. 77° 36ʹ E., et à environ 19 km au Nord-ouest de la ville de Meerut. Elle devient célèbre à la fin du XVIIIe siècle, lorsque ¶ Walter Reinhardt, appelé Sombre ou Samrū, d’origine luxembourgeoise, après avoir servi la France et l’Angleterre comme mercenaire, reçut de Mīrzā Nad̲j̲af Ḵh̲ān, général de l’empereur mug̲h̲al S̲h̲āh ʿĀlam II [ q.v.] le pargana [ q.v.] de Sardhanā. Cette ville devint ap…

Muḥammad b. Malik-s̲h̲āh

(727 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū s̲h̲ud̲j̲āʿ G̲h̲iyāt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, qui portait aussi le nom turc de Tapar «celui qui obtient, qui trouve» (voir P. Pelliot, Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, Paris 1950, 182-3), sultan grand-sald̲j̲ūḳide du ʿIrāḳ et de la Perse occidentale (498-511/1105-18). Né en s̲h̲aʿbān 474/janvier 1082, il était le demifrère de Berk-Yaruḳ [ q.v.], fils aîné de Malik-S̲h̲āh, et frère germain de Sand̲j̲ar [ q.v.]. Lorsque Berk-Yaruḳ succéda à son père en 485/1092, il dut laisser dans l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et l’Arrān Muḥammad, qui jouissait du soutien de San…

Saḳḳiz

(138 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du Kurdistān persan, actuellement chef-lieu d’un s̲h̲ahrastān, ou département de la province du Kurdistān (lat. 36°14´ N., long. 46°15´ E.). Elle se situe du côté occidental de la haute vallée du Ḏj̲ag̲h̲atū Čay à quelque 77 km au Sud-est de Mahābād [ q.v.] et sur la route qui conduit à Sanandad̲j̲ et Kirmāns̲h̲āh [ q.vv.]. La population kurde appartient à la tribu Mukrī; ce sont des Sunnites s̲h̲āfīʿites, influencés de l’intérieur par le Ṣūfisme naḳs̲h̲bandī. Au début du XXe siècle, le k̲h̲ān local était apparenté aux wālis d’Ardalān et de Sanandad̲j̲. Vers 1950, la …

Sūyāb

(238 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, établissement dans la région de la Semirecye en Asie Centrale [voir Yeti Su], illustré dans l’histoire ancienne des Turcs et de leurs relations avec les pays islamiques voisins. Il devait se situer légèrement au Nord de la vallée du fleuve Ču, c’est-à-dire juste au Nord de l’actuelle frontière entre Kirghizie et Kazakhstan. Minorsky suggère que ce nom signifie «le canal ( āb) sur le Ču». Au moment des incursions arabes en Asie Centrale, le principal ordu ou campement du souverain türgesh Su-lu était situé à Sūyāb. Il fut ravagé par une force chinoise d’invasion en 748…

Milla

(416 words)

Author(s): Buhl, F. | | Bosworth, C.E.
(a.), religion, secte. Bien que les philologues arabes prétendent que ce terme est purement arabe (cf. Nôldeke, dans ZDMG, LVII (1903), 413), leurs explications sont tellement tirées par les cheveux qu’elles donnent quasiment la certitude qu’il vient de l’hébreu et de l’araméen judéo-chrétien mella, syriaque melltâlmilltà «expression, mot», traduisant le grec logos. Il ne paraît pas y en avoir des attestations préislamiques, de sorte qu’il peut avoir été emprunté par Muḥammad lui-même. Dans le Ḳurʾān, où il signifie toujours «religion», il figur…

Raws̲h̲aniyya

(1,395 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Bosworth, C.E.
, secte islamique mystique et gnostique fondée en milieu afg̲h̲an dans la région de la Frontière du Nord-ouest, avec des points d’appui entre autres à Kāńīgurām et à Tīrāh dans le Wazīristān, par Bāyazīd b. ʿAbd Allāh Anṣārī de Kāńīgurām (vers 931-80/vers 1525-73). Il se proclamait sinon à proprement parler mahdī, du moins hādī, ou guide pour ses adeptes vers le tawḥīd, l’unité divine. Il se dénommait pīr-i raws̲h̲an «le pīr [ q.v.] bénéficiant de l’illumination divine», même si ses ennemis l’appelaient pīr-i tārīkī«le pīr des ténèbres», et qualifiaient ses partisans de Tārīkiyān «ador…

Dabīr

(313 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(P), scribe, secrétaire, est le terme équivalent à l’arabe kātib et au turc yazi̊d̲j̲i̊ que l’on emploie généralement dans le monde de culture persane, y compris l’indo-musulmau (où il tendit cependant, au cours des derniers siècles, à être supplanté par muns̲h̲ī; Yule et Burnell, Hobson-Jobson, Londres 1886, 328, signalent que, de leur temps, « dubeer » est tout à fait obsolète dans l’usage indien). Ce terme apparaît sous la forme dipīr/dibīr (orth. pchlévie dpy̲ (w)r; voir D. N. MacKenzie, A concise Pahlavi dictionary, Londres 1971, 26) dans la Perse sāsānide pour désigner …

Marg̲h̲īnān

(563 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(devenu Marg̲h̲elān). ville du Farg̲h̲āna [ q.v.], en Asie Centrale, au Sud du Si̊r Daryā [ q.v.] ou Iaxarte, sur une petite rivière nommée aujourd’hui Margelan Say. C’était, dans les premiers siècles de l’Islam, une localité d’importance modeste représentant avec, notamment, Andid̲j̲ān [ q.v.], l’une des principales agglomérations du canton du Farg̲h̲āna appelé Nasyā inférieur; d’après al-Muḳaddasī (272; voir aussi Le Strange, 479; Ibn Ḥawḳal2, 513-14, trad. 491; al-Samʿānī, Ansāb, éd. en facs., fol. 522a), elle possédait une grande-mosquée et des marchés. Des m…

Kang̲h̲li̊

(808 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḳanḳli̊, nom d’une peuplade turque qui vivait au moyen âge dans les steppes du Turkestan et de la Sibérie du Sud-ouest. On ne trouve pas mention des Kang̲h̲lī chez les plus anciens géographes et voyageurs arabes et persans des IIIe-IVe/ IXe-Xe siècles, comme c’est le cas pour d’autres tribus turques. Pour Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, ḳanklī n’était pas un ethnique, mais désignait, comme nom propre, «un grand homme des Ḳi̊pčaḳ» et, comme nom commun, «un chariot lourdement chargé» ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, trad. Atalay, III, 379). Dans des sources turques anciennes sur les origine…

Payās

(342 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme, en turc ottoman, du nom actuel de ¶ la petite ville de Payas, située au fond du golfe d’Alexandrette, à 18 km au Nord d’Iskandarūn [ q.v.], à 36° 46′ N. et 36° 10′ E. Située comme elle l’est, dans le très étroit corridor qui sépare la mer de l’Amanus ou Ḏj̲abal al-Lukkām [ q.v.], les Gavur Dağlan d’aujourd’hui en turc, Payās a toujours été un point stratégique important sur la route de Cilicie à Antioche; son nom lui-même remonte à celui de la ville grecque classique de Baiae (voir Pauly-Wissowa, II/2, col. 2775 [art. de Ruge ]). Au début de la période islamique, Payās était sur la ro…

Sikandarb. Ḳuṭb al-Dīn Hindāl, appeléButs̲h̲ikan

(229 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan du Kas̲h̲mīr (r. 791-813/1389-1410), dont le nom de «briseur d’idoles» est dū à sa politique islamique rigoriste et à ses mesures draconiennes contre les Hindouistes locaux. Encore mineur, il eut sa mère pour régente jusqu’en 795/1393, date à laquelle, avec le soutien des Sayyids bayhaḳīs [ q.v. au Suppl.] réfugiés ayant fui devant Tīmūr [ q.v.], il rejeta sa tutelle et devint le souverain de fait, faisant dire la k̲h̲uṭba en son nom propre et battant monnaie. Les campagnes de Tīmūr poussèrent en Inde un grand nombre d’immigrants, dont le plus éminent à re…

Muḥammad Ḥākim Mīrzā

(258 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol et demi-frère de l’empereur Akbar [ q.v.], né en 960/1553, mort en 993/1585. En 973/1566, il était gouverneur de Kābul et de l’Afg̲h̲ānistān oriental au nom d’Akbar, mais lorsqu’il fut forcé par les Tīmūrides du Badak̲h̲s̲h̲ān de quitter temporairement sa capitale, il se retira vers l’Inde, où un groupe dissident de nobles Ozbegs le proclamèrent empereur à Ḏj̲awnpūr et l’incitèrent à envahir l’Inde. Il assiégea Lahore avec ses forces, mais dut se réfugier à Kābul. Pendant plus d’une décennie, …

Tonk

(178 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien État indigène des Indes Britanniques, dont trois des districts qui le composaient devinrent partie intégrante du Rād̲j̲pūtānā et trois autres furent incorporés à l’Inde Centrale, autour de la ville du même nom (26° 10΄ de lat. N., et 75° 50΄ de long. E.). L’ancien État du Tonk est désormais un district du Rād̲j̲āsthān dans l’Union Indienne. Le Tonk fut fondé par Amīr Ḵh̲ān (m. 1834 [ q.v.]), Pathan originaire de Bunēr qui s’éleva, d’abord au service des Rohillas [ q.v.] et puis dans l’armée de Ḏj̲aswant Singh Holkar (1798). Il se soumit aux Britanniques en 1817. Pen…

Sulṭān

(5,973 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E. | Schumann, O. | Kane, Ousmane
(a.), à l’origine, nom abstrait désignant «le pouvoir, l’autorité», mais prenant souvent au IVe/Xe siècle le sens de «détenteur du pouvoir, de l’autorité». Il a donc pu désigner des chefs provinciaux, parfois de faible envergure, qui détenaient le pouvoir en marge du calife. Au Ve/XIe siècle, il s’est appliqué à la puissance dominante dans les régions centrales du califat, les Grands Sald̲j̲ūḳs [voir Sald̲j̲ūḳides], qui dès le début ont porté ombrage aux ʿAbbāsides de Bāg̲h̲dād. Dans le monde turco-persan et indo-islamique, la forme féminine sulṭāna finit par désigner une femme…

Sāsān

(548 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, appellation générale dans la littérature¶ islamique médiévale des personnes adonnées à 1 a mendicité, à la filouterie, à l’escroquerie, à l’exposition d’infirmités défigurantes, de membres mutilés, etc., si bien que sāsānī est souvent devenu en arabe comme en persan synonyme de «mendiant, escroc». Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa emploie sāsānī au sens de «magicien, prestidigitateur»; ʿilm al-ḥiyal al-sāsāniyya désigne la «science des artifices et de la tromperie». Dans son traité destiné à mettre le public en garde contre la tromperie sous toutes ses formes al-Muk̲h̲tār min kas̲h…

K̲h̲ud̲j̲and, K̲h̲ud̲j̲anda

(1,232 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville (40°17‴ N., 69° 37‴ E.) et district (auj. oblast’) d’Asie Centrale, qui portent maintenant le nom de Léninabad et appartiennent à la RSS du Tadjikistan. Au moyen âge, la ville s’étendait le long de la rive gauche du cours moyen du Si̊r Daryā, sur le méandre le plus méridional du fleuve, à l’entrée de la vallée de Farg̲h̲āna; elle était située sur les confins mal définis des districts d’Īlāḳ [ q.v., au Suppl.] et d’Us̲h̲rūsana [ q.v.], en Transoxiane, et l’on considère qu’elle était administrativement rattachée à l’une ou l’autre de ces deux circonscriptions au déb…

Pānīpat

(669 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, ville du Nord de l’Inde (lat. 29° 24´ N, long. 76° 58´ E.), à 86 km au Nord de Dihli. C’est aussi le nom du taḥṣīl le plus méridional du district de Karnāl, que constituait dans l’Inde britannique la province du Pand̲j̲āb [ q.v], mais est, depuis 1947, dans la partie orientale ou indienne de cette ancienne province, dans celle de Haryana de l’Union Indienne actuelle. A trois reprises, le sort de l’Hindustān s’est joué dans la plaine de Pānīpat: en 1526, quand Bābur [ q.v.], le Turc Barlās, battit Ibrāhīm Lodī [ q. v. ]; en 1556, quand Akbar [ q. v. ] écrasa les forces de Hēmū; enfin, en 1761, q…

Muḥallil

(334 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «quelqu’un qui rend légal un acte, le légalise, le rend légitime», c.à.d. le personnage qui, dans la loi musulmane classique, agit comme une sorte de prête-nom ou «homme de paille» pour établir l’authenticité d’un procès légal, ou le rendre acceptable là où, autrement, il serait de légalité douteuse ou même interdit. Cette méthode fait partie des mécanismes et procédures compris dans les ḥiyal, c.à.d. les astuces légales employées pour échapper à l’esprit de la loi tout en respectant techniquement sa lettre [voir Ḥīla]. Ainsi le muḥallil joue un rôle dans des j…

Eličpur

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Iličpur (auj. Ačalpur), ville de la province islamique médiévale du Berār [ q.v.], dans le Sud de l’Inde Centrale, près des sources du Purnā, affluent du Tāptī (21° 16’ N., 77° 33’ E.). Jusqu’en 1853, Eličpur était généralement considérée comme la capitale du Berār, après quoi Amraotī en devint le centre administratif. L’histoire préislamique d’Eličpur est semi-légendaire, et la fondation en est attribuée à un rād̲j̲ā djaϊn nommé II, au Xe siècle. A l’époque de Baranī (fin du VIIe/XIIe siècle, elle pouvait être regardée comme l’une des villes les plus célèbres du Nord du…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

Mūs̲h̲

(1,026 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
(turc moderne, Muş), ville et province de l’Anatolie orientale, à l’Est du lac de Van et d’Ak̲h̲lāt [ q.v.] ou Ḵh̲ilāṭ (moderne Ahlat). La ville est située à 38° 44´ N. et 41° 30´ E. à une altitude de 1290 m/4 200 pieds, sur les contreforts de la vallée du Murad Su, plaine fertile dans laquelle sont cultivés depuis longtemps le blé, le tabac et les vignes et où passe aussi depuis quelques années la branche du chemin de fer menant d’Élâzig [voir Maʿmūrat al-ʿAzīz] vers l’Est, à Tatvan sur le littoral du lac de Van. À l’époque préislamique, c’était la ville principale du district arménien de…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

Muḥammad Zamān Mīrzā

(144 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol en rébellion permanente et beau-frère de l’empereur Humāyūn [ q.v.] A l’avènement de Humāyūn en 937/1530, Muḥammad Zamān s’allia à Bahādur S̲h̲āh du Gud̲j̲arāt, provoquant ainsi une invasion de Humāyūn au Gud̲j̲arāt en passant par Mālwâ. Muḥammad Zamān fut pardonné, mais en 941/1534, il se rebella de nouveau, cette fois au Bihār, mais il dut se réfugier encore une fois au Gud̲j̲arāt, ce qui provoqua une invasion totale, et le Gud̲j̲arāt fut occupé par l’empereur mog̲h̲ol (941-2/1535-6); Muḥ…

Rāfiʿ b. Hart̲h̲ama

(153 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, soldat de fortune qui disputa à d’autres aventuriers et à l’ amīr ṣaffāride ʿAmr b. al-Layth [ q.v.] la possession du Ḵh̲urāsān à la fin du IIIe/IXe siècle (m. 283/896). Rāfiʿ avait été au service des Tahirides [ q.v.] et, après la mort, à Nīs̲h̲āpūr, en 268/882, du prétendant précédent au pouvoir au Ḵh̲urāsān. Aḥmad al-Ḵh̲ud̲j̲istānī, il s’installa comme maître de facto du pays, et obtint ensuite des califes ʿabbāsides sa légitimation¶ lorsque al-Muwaffaḳ rompit avec les Ṣaffārides. En 283/896, ʿAmr réussit cependant à battre Rāfīʿ et à le chasser du Ḵh̲urāsān; il se rendit au Ḵh̲wārazm,…

al-Mūriyānī

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ayyūb Sulaymān b. Mak̲h̲lad (la nisba vient de Mūriyān, dans l’Ahwāz; voir Yāḳūt, s.v.), secrétaire du deuxième calife ʿabbāside, al-Manṣūr [ q.v.]. Les sources donnent diverses versions de la façon dont il gagna la confiance du calife: — sous le dernier calife umayyade, Marwān b. Muḥammad, il avait sauvé le futur al-Manṣūr de la flagellation qu’il devait subir pour avoir détourné des fonds publics (al-Yaʿḳūbī, al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī): — c’était un esclave affranchi d’al-Saffāḥ passé au service de son successeur (Ibn …

ʿUbayd Allāh b. al-ʿAbbās

(283 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib, Abū Muḥammad, Compagnon et cousin du Prophète Muḥammad du côté paternel, et frère cadet du célèbre érudit et récitant de traditions ʿAbd Allāh b. al-ʿAbbās [ q.v.], né l’année de la Hid̲j̲ra, mort sous le règne de Yazīd b. Muʿāwiya, soit en 85/704 soit en 87/706. Il fut en outre lié au Prophète par le fait que sa mère Umm al-Faḍl bt. al-Ḥārit̲h̲ al-Hilāliyya était la sœur de Maymūna, femme de Muḥammad (Ibn Ḳutayba, Maʿārif, éd. ʿUkās̲h̲a, 121, 367; al-Balād̲h̲ūrī, Ansāb al-as̲h̲rāf, III, éd. al-Dūrī, 447). A la différence de son frères, il a transmis peu de…

Munādī

(393 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), participe actif de la IIIe forme du verbe nādā «appeler», delà, crieur, héraut. Dans le Ḳurʾān (L, 40/41), munādī désigne quelqu’un qui annoncera le Jour du Jugement et qui, dans la croyance populaire, est d’ordinaire identifié à Isrāfīl [ q.v.]; dans un autre contexte où l’on pourrait attendre ce terme, l’histoire de Joseph, c’est muʾad̲h̲d̲h̲in qui désigne le héraut de ce dernier (XII, 70). Dans les villes du monde islamique pré-moderne, le munādī ou crieur public exerçait une fonction vitale de communication à une époque où les journaux n’existaient pas, ou,…

Sālār

(629 words)

Author(s): Büchner, V.F. | Bosworth, C.E.
(p.), chef militaire. A partir du pahlavī ancien sardār, il apparut dès l’époque sāsānide la forme sālār, avec le passage bien connu de rd à 1, et l’allongement compensatoire du ā(cf. Grundr. d. Iran. Phil., I, a, 267, 274). Le synonyme en persan moderne sardār n’est pas hérité de l’ancien sardār, mais est une formation moderne; les éléments composant l’ancien mot existent encore dans la forme moderne. L’arménien ancien a repris le pahlavī sālār sous la forme salar; la forme sardār, qui donnerait ‘sardār en arménien n’existe pas dans la langue moderne. Un mot d’emprunt récent …

Maʾṣir

(287 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme technique de la pratique fiscale en vigueur dans la civilisation hydraulique du ʿIrāḳ au début de l’Islam, mais remontant sans aucun doute à une époque plus ancienne. Il est défini par al-Ḵh̲wārazmī ( Mafātīḥ al-ʿulūm, 70) comme désignant «une chaîne ou un câble tendu en travers d’une rivière pour empêcher les bateaux de passer» et, plus précisément par Ibn Rusta (85, trad. Wiet, 213) comme un barrage disposé en travers du Tigre à Ḥawānīt près de Dayr al-ʿĀḳūl [ q.v.] et consistant en un câble tendu entre deux bateaux amarrés à chaque rive du fleuve, de façon à inter…

Pamir

(680 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom (d’étymologie inconnue) d’un massif montagneux de l’Asie Intérieure. Son centre se trouve dans l’ oblast’ autonome actuel du Gorno-Badak̲h̲s̲h̲ān de l’ex-URSS, mais il s’étend jusqu’à la Kirg̲h̲īzie et le Tād̲j̲īkistān au Nord et à l’Ouest, à la région autonome du Sinkiang Uig̲h̲ur de la Chine à l’Est, à l’Afghanistan (y compris le corridor de Wak̲h̲ān) et au Kas̲h̲mīr pakistanais (ʿĀzād Kas̲h̲mīr) au Sud. Formant des chaînes orientées principalement Est-Ouest, et comprenant de nombreuses vallées où coule…

Ildeñizides ou Eldigüzides

(2,096 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, lignée d’atabegs ou de chefs esclaves turcs qui gouvernèrent la plus grande partie du Nord-ouest de la Perse, y compris l’Arrān, la majeure partie de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et le Ḏj̲ibāl, durant la seconde moitié du VIe/XIIe siècle et les premières décennies du VIIe/XIIIe. Jusqu’à la mort au combat, en 590/1194, de Ṭog̲h̲ri̊l b. Arslan, dernier des Grands Sald̲j̲ūḳides du ʿIrāḳ et de Perse, les Ildeñizides gouvernèrent en qualité de subordonnés théoriques des sultans dont ils reconnurent la suzeraineté sur leurs monnaies presque jusqu’à l…

al-T̲h̲ug̲h̲ūr

(3,377 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Latham, J.D.
(a.) pl. de t̲h̲ag̲h̲r, dont l’un des premiers sens est «trou, brèche, ouverture», terme employé pour les points d’accès entre le Dār al-Islām et le Dār al-Ḥarb [ q.vv.] qui s’étend au-delà. On l’emploie plus spécifiquement au pluriel pour signifier les lignes de fortifications protégeant les ouvertures dans des frontières, comme celles de l’Anatolie du Sud-est, entre Arabes et Byzantins (voir 1, ci-dessous) et pour les terres des marches d’al-Andalus entre les royaumes des Arabes et ceux des Chrétiens au Nord (voir 2, ci-dess…

Las Bēla

(1,200 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ancien État indigène des Indes britanniques devenu aujourd’hui un district du Pakistan. Situé au Sud-est du Balučistān, le long de la côte qui s’étend à l’Ouest de Karachi (24° 54′ — 26° 29′ N et 64° 7′ — 67° 29′E.), il est limité à l’Ouest par le Makrān [ q.v.] dont fait partie sa région occidentale, au Nord par le district de Jhalawan de ¶ l’ancien État de Kalāt [voir Kilāt], et à l’Est par l’ancienne province du Sind; sa superficie, qui est toujours la même, est de 6 441 milles carrés (16 882 km2). I. — Géographie. La partie centrale de l’État est une plaine ( las = plaine) aride et plate, mais, …

Nawrūz

(1,375 words)

Author(s): Levy, R. | Bosworth, C.E. | Freeman-Greenville, G.S.P.
(p.), jour de l’an. — I. Dans les pays islamiques du centre. Ce terme se présente fréquemment dans les ouvrages arabes sous la forme Nayrūz, qui apparaît déjà chez al-Ak̲h̲ṭal [ q.v.] (voir al-Ḏj̲awālīḳī, Muʿarrab, éd. A. M. S̲h̲ākir, Téhéran 1966; al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ al-aʿs̲h̲ā, II, 408). C’est le premier jour de l’année solaire persane, et il n’a pas d’équivalent dans l’année lunaire islamique (al-Masʿūdī, Murūd̲j̲., III, 416-17 = §§ 1301-2). A l’époque achéménide, l’année officielle commençait au Nawrūz, quand le soleil entre dans le signe du Bélier (é…

Ṭahmūrāt̲h̲

(638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, généralement considéré comme le second roi de la dynastie pīs̲h̲dādide [ q.v.] au sein de l’histoire épique iranienne légendaire, venant après le premier roi du monde Kayūmart̲h̲ ou Gayōmard et après Hūs̲h̲ang [ q.v.] fondateur de la dynastie des Pīs̲h̲dādides. Certaines sources islamiques font de lui le premier roi de sa lignée, et la durée du règne qui lui est attribuée — des chiffres à hauteur d’un millénaire ou encore de 600 ans sont donnés — montre l’importance qui lui était accordée. Son nom apparaît dans l’Avesta en tant que Tak̲h̲mō urupa azinavia, la première partie tak̲h̲ma- sig…

Sandābil

(327 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville réputée avoir été la capitale du roi de Chine dans le récit du voyageur et écrivain arabe Abū Dulaf Misʿar b. Muhalhil [ q.v.], prétendant décrire sa participation à une ambassade du souverain chinois Ḳālīn b. S̲h̲ak̲h̲īr à son retour de la cour de l’ amīr sāmānide Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43 [ q.v.] à Buk̲h̲ārā. Abū Dulaf voit cette ville comme une immense cité que l’on traversait en une journée, avec des murailles de 90 coudées de hauteur et un temple aux idoles plus grand que la mosquée sainte de Jérusalem ( Risāla, trad. fr. G. Ferrand, dans Relations de voyages ... relatifs à l’E…

Siʿird

(1,963 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Faroqhi, Suraiya | Jastrow, O.
, Siʿirt, Isʿird, forme arabe médiévale du nom d’une ville d’Anatolie sud-orientale, à 150 km à l’Est de la moderne Diyārbekir et à 65 km au Sud-ouest du lac de Van (lat. 37° 56′ N., long. 41° 56′ E.). Elle se trouve sur la rivière Bohtan, affluent du haut Tigre, sur les contreforts de l’extrémité orientale des monts du Taurus. C’est la ville turque moderne de Siirt, actuellement chef-lieu d’un il, ou province du même nom. 1. L’histoire. (a) La période pré-ottomane. Siʿird apparaīt très peu dans les sources islamiques. L’absence de fortifications lui enlevait visiblement tout…

Ṭīn

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), boue, argile. 1. Dans le Ḳurʾān, il est dit que Dieu créa l’homme à partir de l’argile (à la différence du feu supérieur à partir duquel Iblīs se vante d’avoir été créé), et ṭīn y est le mot le plus couramment usité pour «argile» (à côté de turāb, ḥamāʾ). Voir par ex. sūrate VI, 2, VII, 11/12, XVII, 63/61, XXIII, 12, XXXII, 6/7). Ṭīn est employé plus loin comme substance à partir de laquelle Jésus va créer un oiseau vivant (III, 43/49, V, 110) Au sujet de la création en général, à partir de ces éléments, voir Ḵh̲alḳ. IV, 981b. 2. En tant que matériau du potier. Voir à ce sujet Ḵh̲azaf. On peut auss…

Wahb

(1,174 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, famille de fonctionnaires au service des califes, qui se distinguèrent particulièrement comme secrétaires et vizirs des ʿAbbāsides au IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe siècle. La majorité des sources indique que la famille venait de Wāsiṭ et qu’elle était d’origine chrétienne nestorienne avant de se convertir à l’Islam, se réclamant, toutefois, d’une pure origine arabe remontant à la tribu yéménite des Balḥārit̲h̲ de Nad̲j̲rān. Les Wahbī appartenaient donc à la tradition de ces serviteurs des califes venant d’u…

Nūḥ

(328 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(Ier) b. Naṣr b. Aḥmad, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (331-43/943-54), qui reçut après sa mort le surnom honorifique d’ al-Amīr al-S̲h̲ahīd («Celui qui est digne d’éloges»). Dans le sillage de la réaction anti Sh̲īʿite qui marqua la fin du règne de Naṣr [ q.v.], père de Nūḥ, les premières années du nouveau règne furent marquées par le vizirat du pieux faḳīh sunnite Abū l-Faḍl Muḥammad Sulamī, mais bientôt de fâcheux signes de déclin apparurent. Des révoltes éclatèrent dans le royaume tributaire du Ḵh̲wārazm [ q.v.], ainsi qu’au Ḵh̲urāsān sous le gouverneur Abū ʿAli …

Ẓahīr al-Dīn Marʿas̲h̲ī

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn, sayyid, général et diplomate persan, historien de la région Caspienne, n. vers 815/1412, m. après 894/1489. C’était un rejeton de la prestigieuse famille des sayyids Marʿas̲h̲ī qui dominèrent le Māzandarān de la fin du VIIIe/XIVe s. jusqu’à l’incorporation de la province dans l’Empire ṣafavide par le S̲h̲āh ʿAbbās Ier en 1005/1596 [voir Marʿas̲h̲ī], Ẓahīr al-dīn descendait de la branche principale de la famille, celle de Kamāl al-dīn b. Ḳiwām al-dīn (m. 801/1379). Il possédait des biens fonciers à Bāzargāh dans le Gīlān, province dan…

Zaynab bt. Ḏj̲aḥs̲h̲

(477 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Riʾāb al-Asadiyya, une des femmes du prophète qui l’épousa après qu’elle avait divorcé de Zayd b. Ḥārit̲h̲a [ q.v.], l’affranchi et le fils adoptif de Muḥammad. La mère de Zaynab, ʿUmayma bt. ʿAbd al-Muṭṭalib, était une tante maternelle du prophète, et son père, issu de la tribu Asad, était un client du clan ʿAbd S̲h̲ams. Zaynab fut une des premières émigrantes pour Médine et elle était vierge (selon certaines traditions, veuve) quand Muḥammad la donna comme épouse à Zayd. En 4/626, Muḥammad, ayant vu Zaynab seule dans…

Karrāmiyya

(2,845 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secte florissante dans les contrées centrales et orientales du monde musulman, et notamment dans les régions iraniennes, du IIIe/IXe siècle aux invasions mongoles. 1. — Origines. Le fondateur de cette secte, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Karrām (ainsi vocalisé par al-Samʿānī parce que son père aurait été vigneron, karrām, mais on peut également lire Karām ou Kirām), nous est connu par les biographies que l’on trouve notamment dans al-Samʿānī ( Ansāb, 476b477a), al-Ḏh̲ahabī ( Mīzān al-iʿtidāl, Caire 1325/1907, III, 127, et Taʾrīk̲h̲ al-Islām, s.a. 255/869, version abrégée dans le…

al-Bad̲h̲d̲h̲

(299 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et surtout forteresse du Nord de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui doit sa célébrité au fait qu’elle fut la base du rebelle k̲h̲urramite Bābak [ q.v.] dans les premières décennies du IIIe/VIXe siècle. L’emplacement de la forteresse n’est pas connu avec certitude, mais elle doit avoir été située dans la montagne appelée aujourd’hui Ḳarad̲j̲a-Dag̲h̲ (anc. Maymad), l’ancienne région arménienne de Pʿaytakaran, au Nord d’Ahar et au Sud de l’Araxe, près de la montagne du nom de Has̲h̲tād-Sar, en un lieu situé entre les districts actuels de Hārand, Kalaybar et Garmādūz (V. Minorsky, Studies …

Pes̲h̲āwar

(1,534 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, ville de l’Inde musulmane, dans le Nord-ouest du sous-continent, aujourd’hui au Pākistān (lat. 34°01’ N., long. 71°40’ E., altitude 320 m). Dans le Pākistān actuel, Pes̲h̲āwar est aussi le nom de diverses unités administratives centrées sur la ville (voir infra). Le district est limité à l’Est par l’Indus, qui le sépare du Pand̲j̲āb et des Hazāra, et au Sud-est par la chaîne de Nīlāb G̲h̲as̲h̲a qui forme une barrière entre lui et le district de Kōhāt. Dans les autres directions, il est borné par des territoires de tribus. Au Sud, se…

Vid̲j̲ayanagara

(1,326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’une puissance hindoue médiévale qui s’étendait sur une grande partie du Deccan du milieu du XIVe siècle à la fin du XVIIe siècle et qui présente un intérêt particulier pour la présente encyclopédie en raison de l’état de guerre continu entre ses Rād̲j̲ās (dont une soixantaine, de différentes dynasties, promulguèrent par des inscriptions royales leur souveraineté sur l’Inde située au Sud du fleuve Krishna) et les sultanats musulmans du Deccan. Dans les sources indo-musulmanes, on la trouve sous le nom de Bid̲j̲anagar. Le nom de Vid̲j̲ayanagara, signifiant “Ville de la Vi…

Ork̲h̲on

(198 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rivière au Nord de ce qui est actuellement la République Populaire de Mongolie; elle coule vers le Nord et rejoint la Selenga pour se jeter dans le Lac Baïkal. Pour les turcologues, les bords de cette rivière sont d’une extrême importance en ce qu’elles recèlent des inscriptions en turc ancien, gravées vers le milieu du VIIIe siècle dans une écriture dite «runique», mais en fait lointainement dérivée de l’écriture araméenne [voir Turcs. Langues]. Ces inscriptions renferment les annales royales de l’empire köktürk, basé sur cette région jusqu’à sa chute, en 744, et…

al-Ḥusaynī

(339 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ṣadr al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Nāṣir b. ʿAlī, auteur de la fin de l’époque sald̲j̲ūḳide et des premières décennies du VIIe/ XIIIe siècle, dont l’œuvre nous est connue parce qu’elle a été incorporée à une histoire anonyme des Sald̲j̲ūḳides et des Atabegs d’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui leur ont succédé, les Ak̲h̲bār al-dawla al-sald̲j̲ūḳiyya (éd. Muh. Iqbal, Lahore 1933; trad. turque Necati Lugal, Ankara 1943; cf. Brockelmann, I2, 392, S I, 554-5). Al-Ḥusaynī paraît avoir écrit la Zubdat al-tawārīk̲h̲, ak̲h̲bār al-umarāʾ wa-l-mulūk al-sald̲j̲ūḳiyya, qui constitue la première partie…

Ṣawlad̲j̲ān

(109 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), passe pour être une forme arabisée du persan čawgān «crosse de polo» [voir Čawgān]. Le l intrusif présente une difficulté d’interprétation, mais D. N. Mackenzie, A concise dictionary of Pahlavi, Londres 1971, 22, donne * caw(l)agān («de transcription douteuse»). Quoiqu’il en soit, la courbe d’une canne de polo fournit une expression figurée convenable, tant pour une comparaison [voir Tas̲h̲bīh], que pour une métaphore [voir Istiʾāra], en arabe classique, en persan et en turc, pour la courbe des sourcils ou les tresses de cheveux d’une belle fille, voir Annemarie Schimmel, The …

Miskīn

(739 words)

Author(s): Buhl, F. | Bosworth, C.E.
(a.), pl. masākīn, miskīnun «pauvre, indigent». Ce terme appartient au sémitique ancien. En accadien, muškēnu/ maškēnu paraît avoir désigné au premier chef une classe sociale qui se situait entre les citoyens à part entière et les esclaves, et c’est de là qu’il acquit le sens de «pauvre, indigent» (voir E. A. Speiser, The muškēnum, dans Orientalia, n.s. XXVII (1958), 19-28; Chicago Akkadian dictionary, Letter M, 2e partie, 272-6; Von Soden, Akkadisches Wörterbuch, II, 684a; le même, Muškenum und die Mawālī desfrühen Islam, dans ZA, n.s. XXII (1964), 133-41). Dans ce dernier se…

Mahisur, Maysūr

(3,257 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Andrews, P. A.
(orth. conventionnelle Mysore), nom d’une ville et d’un État princier de l’Inde britannique dont elle était la capitale. Cet ancien État constitue aujourd’hui le noyau de celui de l’Union Indienne nommé Karnataka (capitale Bangalore). L’État indigène occupait, dans le Sud de l’Inde, ¶ un territoire de 76 230 km2 sans accès à la mer (11° 36ʹ-15° 2ʹ N. et 74° 38ʹ-78° 36ʹ E.). Il comptait, en 1941, 7329140 habitants dont plus de 90% d’Hindous; la minorité musulmane était presque totalement sunnite. L’ancienne capitale, siège des maharad̲j̲as de Mysore, est située à une altitude de …

Sulṭān al-Dawla

(196 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Bahāʾ al-dawla Fīrūz, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ, souverain būyide du Fārs, et tout d’abord du ʿIrāḳ, 403-15/1012-24, ayant succédé à son père [voir Bahā ʾ al-dawla au Suppl.] à S̲h̲īrāz. La plus grande partie de son règne se passa en conflits avec ses frères, notamment Abū l-Fawāris Ķawām al-dawla, qui finit par devenir souverain du Kirmān sous la suzeraineté de Sulṭān al-dawla, et Abū ʿAlī Ḥasan, auquel il disputa le contrôle du ʿIrāḳ. En 412/1021, le second sut se faire reconnaître comme maître du ʿIrāḳ, avec le titre de Mus̲h̲arrif al-dawla (il s’était déjà autoproclamé s̲h̲āhans̲h̲āh «roi d…

Taʿarrub

(155 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), nom d’action d’un verbe dénominatif formé sur ʿarab, pl. aʿrāb, au sens de «nomades, bédouins» (tel est le sens ḳurʾānique du dernier terme, p. ex. IX, 98/97, XLIX, 14; taʿarrub lui-même n’apparaît pas dans le Ḳurʾān). Dans l’Islam ancien, taʿarraba et son synonyme plus rare tabaddā désignent le retour au désert arabique après la hid̲j̲ra [ q.v.] vers ¶ les villes de garnison ( amṣār [voir Miṣr. B]) et la participation aux campagnes militaires destinées à étendre l’empire arabe et le territoire de l’Islam. Une partie de ce mouvement de retour au désert ét…

Muʾayyid al-Dawla

(238 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Manṣūr Būya b. Rukn al-dawla Ḥasan, amīr būyide, maître d’Iṣfahān, de Rayy et de la majeure partie du Ḏj̲ibāl de 366 à 373/976-84. Son père, Rukn al-dawla, avait partagé ses territoires, avant sa mort, entre Muʾayyid al-dawla (Iṣfahān, Rayy et leurs dépendances) et un autre fils, Fak̲h̲r al-dawla ʿAlī [ q.v.] (Hamadān et le Ḏj̲ibāl kurde). Muʾayyid al-dawla reconnut la suzeraineté de leur autre frère, ʿAḍud al-dawla [ q.v.] du Fārs et, avec l’appui de ce dernier, empêcha Fak̲h̲r al-dawla d’étendre son autorité sur la majeure partie des territoires qui lui av…

Maḥmūd b. Muḥammad b. Malik-s̲h̲āh

(1,242 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Mug̲h̲īt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, Abū l-Ḳāsim, sultan grand-sald̲j̲ūḳide en Perse occidentale et au ʿIrāḳ de 511 à 525/1118-31. L’affaiblissement du pouvoir central des Grands-Sald̲j̲ūḳides dans l’Ouest de l’empire, commencé après la mort de Malik-S̲h̲āh dans la période des luttes de succession entre Berk-yaruḳ et Muḥammad [ q.vv.], mais ralenti dès que Muḥammad eut établi son autorité d’une manière incontestée, reprit rapidement pendant les quatorze ans du règne de Maḥmūd. Cette évolution est due en partie à la jeunesse de ce dernier (qui, …

al-Sallāmī

(249 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAlī al-Ḥusayn b. Aḥmad al-Bayhaḳī, historien de la période sāmānide, vivant au milieu du IVe/Xe siècle, mais dont les dates exactes sont inconnues. Selon l’historien local de Bayhaḳ, Ibn Funduk [voir al-Bayhaḳī, Ẓahīr al-dīn b. Funduḳ], il était le pupille du nadīm et adīb assez mal connu Ibrāhīm b. Muḥammad al-Bayhaḳī [ q.v.], auteur du K. al-Maḥāsin wa-l-masāwī, et selon al-T̲h̲aʿālibī, était au service des amīrs muḥtād̲j̲ides de Čag̲h̲āniyān [voir Muḥtād̲j̲ides], Abū Bakr Muḥammad et Abū ʿAlī Čag̲h̲ānī, à la fortune desquels sa propre carrière chez les Sām…

Rāwalpindi

(356 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, ville, district et division dans le Nord du Pand̲j̲āb, au Pakistan. La ville est située à 33°40ʹ delat. N.et 73°08ʹ de long. E., aune altitude de 530 m. A l’époque britannique, c’était une des stations militaires les plus importantes du Nord de l’Inde, et c’est aujourd’hui le quartier-général de l’Armée pakistanaise, avec des casernements étendus, ainsi qu’un centre industriel et commercial important et le point de départ de la route menant au Kas̲h̲mīr. De 1959 à 1969, Rāwalpindi a été la cap…

Ḳurra b. S̲h̲arīk

(1,278 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Mart̲h̲ad b. Ḥāzim al-ʿAbsī al-G̲h̲aṭafānī, gouverneur d’Egypte de 90 à 96/709-14 pour le compte du calife umayyade al-Walīd b. ʿAbd al-Malik, appartenait au groupe de tribus de l’Arabie du Nord qui s’étaient établies en grand nombre dans le Nord de la Syrie et dans la Ḏj̲azīra et qui, le long de la chaîne du Taurus, étaient aux avant-postes contre les Byzantins. Il venait lui-même de la région de Ḳinnasrīn [ q.v.], au Sud d’Alep, et faisait donc partie de ce cadre d’Arabes de Syrie expérimentés et compétents auxquels les Umayyades confiaient volontiers de haute…

S̲h̲araf al-Dīn ʿAlī Yazdī

(310 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, historien et poète persan d’époque tīmūride, né à Yazd, mort en 858/1454. Il était le favori du souverain timuride S̲h̲āh Ruk̲h̲ [ q.v.] et de son fils Mīrzā Abū l-Faṭh Ibrāhīm Sulṭān, gouverneur du Fārs, et devint en 832/1429 tuteur du jeune captif čingizide Yūnus Ḵh̲ān, à qui il dédia plusieurs poèmes. Il fut ensuite au service du prince tīmūride Mīrzā Sulṭān Muḥammad en ʿIrāḳ ʿAd̲j̲amī (Perse occidentale), et échappa de peu à la mort lorsque ce prince se révolta en 850/1447. Après la mort de S̲h̲āh Ruk̲h̲, il se …

Rawwādides, ou Banū Rawwād

(485 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie mineure de la Perse du Nord-ouest qui prospéra au cours de la période qualifiée par Minorsky d’«intermède iranien», entre le déclin de la domination arabe dans cette région, et l’arrivée de peuples turcs comme les Sald̲j̲ūḳs, essentiellement pendant le IVe/Xe et le Ve/XIe siècles. Bien que les Daylamites [voir Daylam] aient été à l’avant garde de ce sursaut des populations persanes montagnardes du Nord, la part prise par d’autres races, comme les Kurdes, ne fut pas négligeable. Les Rawwàdides (la forme «Rawād» s’imposa plus tard dans …

Ordu

(686 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Morgan, D.O.
(t.), de là, en mongol, orda, «la tente résidentielle royale, le campement royal», terme qui se répandit largement dans le monde turcomongol médiéval, puis dans le monde persan et, à partir de son second sens, acquit celui de «camp militaire». — 1. Dans l’usage primitif turc, puis islamique. Le mot ordu apparaît dans certains des plus anciens textes turcs connus, à savoir les inscriptions de Kültigin (Talât Tekin, A grammar of Orkhon Turkish, Bloomington 1968, 237), et pourrait être passé par le canal d’un peuple d’Asie intérieure comme les Hsiung-nu en chinois sous la forme wo-lu-to (olu…

Ḳisma

(473 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(A.), Ḳismet (T.), terme usité avec le sens de «sort, destinée»; en arabe, il signifie littéralement «partage, distribution, attribution» et, comme terme technique de mathématiques, désigne la division. Il en arriva au sens de «portion, lot» et à l’acception particulière de «part, bonne ou mauvaise, attribuée à chaque homme par le destin». C’est avec cette acception finale, et spécialement par l’intermédiaire du turc, que ḳismet est devenu familier en Occident pour désigner le fatalisme que le peuple attribue à l’Oriental (la première attestation en anglais date de 1849, d’après l ’O…

Mustak̲h̲rid̲j̲

(199 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), participe actif du verbe islak̲h̲rad̲j̲a dans le sens d’«extraire», utilisé dans la terminologie islamique médiévale pour désigner la personne responsable de la collecte des impôts tels que la ṣadaḳa, aumône légale (al-Ṭabarī, I, 2746) ou le k̲h̲arād̲j̲, impôt foncier; ainsi, à l’époque ʿabbāside, c’était un fonctionnaire du dīwān al-k̲h̲arād̲j̲ chargé de cette dernière mission ( ibid., III, 1856, année 257/871, califat d’al-Muʿtamid). Dans l’Espagne musulmane, le mot paraît être à l’origine du terme latin exceptor, désignant le fonctionnaire qui collectait pour …

Yog̲h̲urt

(315 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), du vieux turk yug̲h̲ur-, en ottoman yog̲h̲urmaḳ/yoğurmak «pétrir [une pâte, etc.]», yoghourt ou yaourt, une préparation à base de lait fermenté, produite par les pasteurs des plateaux les plus tempérés au Nord du Moyen Orient et en Asie centrale, ainsi qu’aux Balkans. Il apparaît sous le vocable yog̲h̲urt/yog̲h̲rut chez Maḥmūd al-Kās̲h̲g̲h̲arī ( Dīwān lug̲h̲at al-Turk, tr. Atalay, I, 182, H, 189, III, 164, 170, 190; Brockelmann, Mitteltürkischer Wortschatz, 92. Voir aussi Radloff, Versuch eines Worterbuch der Türk-Dialecte, 111/1, 412-3; Doerfer, Türkische und mongolis…

Ibn Nāẓir al-Djaysh

(222 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Taḳī al-dīn ʿAbd al-Raḥmān, ḳāḍī, fonctionnaire et écrivain de l’époque mamlūke en Égypte. Les dates précises de sa naissance et de sa mort sont inconnues, mais il était, semble-t-il, le fils d’un autre ḳāḍī qui avait été contrôleur de l’armée sous le sultanat d’al-Nāṣir, Nāṣir al-dīn Muḥammad b. Ḳalāwūn, et il fut luimême en service au dīwān al-ins̲h̲āʾ sous les sultans al-Mansūr Ṣalāḥ al-dīn Muḥammad (762-4/13613) et son successeur al-As̲h̲raf Nāṣir al-din S̲h̲aʿbān (764-78/1363-76). Sa correspondance doit avoir été réunie en un mad̲j̲mūʿ, car al-Ḳalḳas̲h̲andī [ q.v.] cite, da…

Turbat-i [s̲h̲ayk̲h̲-i] Ḏj̲ām

(340 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petite ville au Nord-est de l’Iran, située dans l’actuelle province du Ḵh̲urāsān. Elle se trouve sur l’axe routier Mas̲h̲had-Harāt, à 150 km de Mas̲h̲had et à 75 km de la frontière afg̲h̲āne (par 35° 16’ de lat. N. et 60° 36’ de long. E.). Le nom islamique le plus ancien de Turbat-i Ḏj̲ām était Būzad̲j̲ān ou Pūčkān (tous deux dans Mustawfī, Nuzha, 177, trad. 171, cf. aussi 143-4, trad. 151-2, où il l’appelle Ḏj̲ām); c’est là qu’est né le grand mathématicien Abū l-Wafāʾ al-Būzad̲j̲ānī (m. 368/998 [ q.v.]) Les géographes la décrivent comme étant à quatre étapes de Nīs̲h̲āpūr, dans …

Muḥammad b. Maḥmūd b. Sebüktigin

(529 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Aḥmad Ḏj̲alāl al-dawla wa-Ḏj̲amāl al-milla, sultan de G̲h̲azna et du Nord-ouest de l’Inde à deux reprises: 421/1030 et 432/1040-1. Né vers 387/997, Muḥammad épousa des filles du Ḳara Ḵh̲ānide Ḳādi̊r Ḵh̲ān Yūsuf de Ḵh̲otan et Kās̲h̲g̲h̲ar et du dernier prince farīg̲h̲ūnide de Gūzgān [ q.v.], Abū Naṣr Muḥammad; aussi, à la mort de ce dernier, en 401/1010-11, fut-il nommé gouverneur de cette région par son père, Maḥmūd de G̲h̲azna [ q.v.]. Vers la fin de sa vie, celui-ci, qui s’était déjà fait remplacer par Muḥammad à G̲h̲azna pendant qu’il faisait campagne à Ḳanawd̲j̲ [ q.v.], dans l’I…

Sind

(6,257 words)

Author(s): Haig, T. W. | Bosworth, C. E. | Ansari, Sarah | Shackle, C. | Crowe, Yolande
, anciennement Sindhu, nom donné à la région entourant le cours inférieur du fleuve Indus (qui donna son nom à la région, voir Mihrān), à savoir la partie de la vallée de l’Indus située au Sud du parallèle 28° 30´ N. environ, et la région du delta, toutes deux faisant aujourd’hui partie de l’Etat moderne du Pākistān. On trouve des terres alluviales dans le delta et le long du fleuve: elles sont soumises aux inondations lors de la crue du fleuve au printemps, due à la fonte des neiges des montagnes du Nord de l’Inde. Elles deviennent fertiles grāce à u…

S̲h̲us̲h̲tar

(1,599 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲ūs̲h̲tar, forme arabe Tustar, ville de la Perse du Sud-ouest, dans la province islamique médiévale d’Ahwāz [ q.v.], et actuellement dans l’ ustān du Ḵh̲ūzistān (lat. 32° 03' N., long. 48° 51' E.). Elle se dresse sur une falaise, à l’Ouest de laquelle passe le fleuve Kārūn [ q.v.], qui commence son cours moyen à quelques kilomètres au Nord de la ville. Cette situation donne à la ville une grande importance commerciale et stratégique et a rendu possibles les constructions hydrauliques, à cause desquelles la ville à joui de tout temps d’une…

K̲h̲alk̲h̲āl

(536 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, qui était au moyen âge une région et une ville, n’est plus de nos jours qu’un district de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān du Nord-ouest de la Perse; situé au Sud d’Ardabīl, il est limité à l’Est par la partie de la chaîne de l’Elburz qui sépare le Gīlān et le Tālis̲h̲, sur le littoral caspien, des hauteurs intérieures de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān; les montagnes y atteignent une hauteur de plus de 3 000 mètres. La majeure partie de la région est arrosée par les affluents gauches du Ḳi̊zi̊l Uzun, qui se jette dans …

Sikka

(10,780 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Darley-Doran, R. E. | Freeman-Greenville, G. S. P.
(a.), littéralement soc de charrue, puis matrice ou coin métallique destiné à la frappe des pièces (voir Lane, Lexicon, 1397). A partir de ce dernier sens, le mot a fini par désigner le résultat de la frappe, à savoir les légendes portées sur la pièce, puis l’ensemble de l’opération de monnayage des pièces. 1. Aspects juridiques et constitutionnels. Comme dans les empires byzantin et sāsānide dont le califat arabe était l’héritier, le droit de battre monnaie d’or et d’argent était une prérogative royale. C’est ainsi que sous le califat, l’usage de la sikka, droit du souverain d’imprime…

Ḏj̲aʿda

(515 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(ʿĀmir), tribu sud-arabique. Au début de l’Islam, les Ḏj̲aʿda possédaient des terres dans l’extrémité méridionale des hautes terres du Yémen, le Sarw Ḥimyar, entre les villes actuelles d’al-Dāliʿ et de Ḳaʿṭaba au Nord et le wādī Abyan au Sud. La route d’Aden à Ṣanʿaʾ traversait leur territoire; ils avaient pour voisins les B. Mad̲h̲ḥid̲j̲ et les B. Yāfiʿ. Al-Hamdānī affirme que ces Ḏj̲aʿda sud-arabiques sont un clan des ʿAyn al-Kabr et qu’il faut les distinguer de la tribu septentrionale des Ḏj̲…
▲   Back to top   ▲