Search

Your search for 'dc_creator:( "Pellat, Ch." ) OR dc_contributor:( "Pellat, Ch." )' returned 327 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Muhallabī

(357 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥusayn al-Ḥasan b. Aḥmad, géographe arabe dont on sait seulement qu’il mourut en 380/990, après avoir dédié au calife fāṭimede al-ʿAzīz bi-llāh (365-86/975-96 [ q.v.]) un ouvrage entrant dans la catégorie désignée sous le nom d’ al-Masālik wa-l-mamālik [ q.v.] et portant effectivement ce titre, mais généralement cité sous celui d’ al-ʿAzīzī. Bien que cet ouvrage n’ait pas été retrouvé jusqu’ici, il était déjà possible de prendre une idé de son contenu grâce à plusieurs auteurs postérieurs qui l’ont exploité et en ont tiré des renseignements…

al-Nāṭiḳ bi-l-Ḥaḳḳ

(252 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, surnom donné par le calife ʿabbāside al-Amīn [ q.v.], à son fils Mūsā, en 194/809, lorsqu’il le désigna comme héritier présomptif àla place d’al-Maʾmūn [ q.v.], alors que leur père, Hārūn al-Ras̲h̲īd, avait spécifié que l’héritage du califat reviendrait à ce dernier et pris la précaution d’envoyer à ce sujet une circulaire dans toutes les provinces; il avait en outre fait suspendre au kisāʾ de la Kaʿba un exemplaire de sa lettre, qu’al-Faḍl al-Rabīʿ [ q.v.] chargea un ḥād̲j̲ib d’aller dérober. C’est en effet ce vizir d’al-Amīn qui poussa le calife à prendre la mesure qui…

Hart̲h̲ama b. Aʿyan

(449 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, général et gouverneur de l’époque ʿabbāside, originaire du Ḵh̲urāsān. Partisan, à l’époque d’al-Manṣūr, de ʿĪsā b. Mūsā [ q.v.], il fut emmené enchaîné à Bag̲h̲dād et resta dans l’obscurité sous le règne d’al-Mahdī. Il devient ensuite l’homme de confiance d’al-Hādī qui l’aurait même chargé de tuer Hārūn et n’en fut empêché que par l’intervention d’al-Ḵh̲ayzurān. Ce fut cependant lui qui, à la mort d’al-Hādī, tira Hārūn de sa prison et participa à son intronisation. Le nouveau calife lui confia alors d’importante…

al-Faḍl b. al-Ḥubāb

(433 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. Muḥammad b. S̲h̲uʿayb b. Ṣak̲h̲r al-Ḏj̲umaḥī, Abū Ḵh̲alīfa m. 305/917-8), homme de lettres, poète, traditionniste et ḳāḍī de Baṣra. Mawlā des Ḏj̲umaḥ (Ḳurays̲h̲) et neveu, par sa mère, d’Ibn Sallām [ q.v.], il naquit et vécut à Baṣra où il se fit le transmetteur d’un nombre assez considérable de traditions religieuses, historiques, littéraires et généalogiques; il avait par ailleurs reçu une formation juridique suffisante pour être délégué dans les fonctions de ḳāḍī de Baṣra, vers 294/907, par le ḳāḍī mālikite Abū Muḥammad Yūsuf b. Yaʿḳūb b. Ismāʿīl al-Azdī qui, tout en…

Ibn ʿAmmār

(1,089 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Bakr Muḥammad b. ʿAmmār b. Ḥusayn b. ʿAmmār, poète et wazīr andalou. Né en 422/1031 dans un village voisin de Silves, il appartenait à une famille obscure et pauvre, et ses prétentions à une origine yéménite sont sujettes à caution. Après avoir fait ses premières études à Silves, il reçut à Cordoue une formation littéraire poussée et s’efforça dès lors de monnayer ¶ son talent poétique, parcourant l’Espagne en quête de mécènes. Rien ne paraît avoir subsisté de ses premiers panégyriques adressés, sans grand succès semble-t-il, à divers roitelets andalou…

al-Ḥarīrī

(1,340 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Pellat, Ch.
(parfois Ibn al-Ḥarīrī chez Yāḳūt), Abū Muḥammad al-Ḳāsim b. ʿAlī b. Muḥammad b. ʿUt̲h̲mān b. al-Ḥarīrī al-Baṣrī, poète et philologue arabe surtout connu par ses Maḳāmāt. Né en 446/1054, sans doute dans une famille de propriétaires fonciers qui demeurait à al-Mas̲h̲ān, près de Baṣra, où il passa son enfance, il fit ses études à Baṣra; ses biographes s’accordent à lui donner pour maître al-Faḍl b. Muḥammad al-Ḳaṣabānī, mais celui-ci serait mort en 444/1052 (voir Yāḳūt, Udahāʾ, XVI, 218; al-Suyûti, Bug̲h̲ya, 373; al-Ṣafadī, Nakt, 227), de sorte qu’il y a là un problème à résoud…

Mawlāy Maḥammad al-S̲h̲ayk̲h̲

(2,325 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif de trois sultans marocains appartenant àla dynastie des Saʿdides [ q.v.]. I. Le premier, Abū ʿAbd Allāh, qui portait en outre le titre d’al-Mahdī et se trouve parfois appelé al-Imām, est généralement affecté du n° 2 ou 3 dans la liste des membres de la dynastie, mais il peut en être considéré, dans une certaine mesure, comme le fondateur réel, car c’est lui qui a mis fin à celle des Marīnides [ q.v.]. Né probablement à Tagmaddart (district ¶ du Darʿa) en 896/1490-1, il était le fils cadet de Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān al-Ḳāʾim bi-amr Allāh, qui fut proclamé en …

Kus̲h̲ād̲j̲im

(372 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Maḥmūd b. al-Ḥusayn b. al-Sindī b. S̲h̲āhak, Abū l-Fatḥ, poète du IVe/Xe siècle dont la date de la mort varie dans les sources entre 330 et 360/941-71 (mais elle doit se placer vers 350/961). D’une famille originaire du Sind [voir Ibrāhīm b. al-Sindī], il naquit à al-Ramla et vécut à al-Mawṣil auprès d’Abū l-Hayd̲j̲āʾ ʿAbd Allāh b. Ḥamdān [voir Ḥamdānides], puis à Alep, dans l’entourage de Sayf al-dawla [ q.v.]; il fit aussi plusieurs voyages en Egypte, à Bag̲h̲dād, à Damas et à Jérusalem. Ses vers, «d’un gongorisme insensé, connurent à l’époque une vogue» (R. Blachère, Motanabbi, 134) do…

al-Aʿmas̲h̲

(142 words)

Author(s): Brockelmann, C. | Pellat, Ch.
, Sulaymān b. Mihrān, Abū Muḥammad, traditionniste et «lecteur» du Coran. Né en 60/679-680 ou le 10 muḥarram 61/10 octobre 681, d’un père iranien, il vécut à al-Kūfa et mourut probablement en rabīʿ I 148/mai 765. Il recueillit des traditions auprès d’al-Zuhrī et d’Anas b. Mālik, eut pour maîtres en ḳirāʾa: Mud̲j̲āhid, al-Nak̲h̲aʿī, Yaḥyā b. Wat̲h̲t̲h̲āb, ʿĀṣim, et pour disciple, Ḥamza. Sa «lecture», qui suit la tradition d’Ibn Masʿūd et d’Ubayy, figure dans la liste des «quatorze». Grand admirateur de ʿAlī, il passe pour avoir fourni au poète al-Sayyid al-Ḥimyarī [ q.v.] la matière de…

al-Mirbad

(1,332 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom d’une célèbre place publique d’al-Baṣra [ q.v.] qui, bien que située à l’extérieur de la métropole du Sud du ʿIrāḳ, joua un rôle marquant dans la vie économique de cette cité, ainsi que dans la formation de la culture spécifiquement arabe. Étymologiquement, ce terme pourrait être un nom de lieu anormalement dérivé du radical RBD qui implique notamment l’idée de «faire halte», et désigner par conséquent un emplacement où campent les nomades, puis, par extension, où sont parqués des chameaux et des moutons; les diverses acceptions de ce vocable f…

Ḏj̲abr

(1,082 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), contrainte matrimoniale exercée sur l’un ou l’autre des futurs époux, dans des conditions variables selon les écoles juridiques. Le droit de d̲j̲abr n’est prévu ni par le Ḳurʾān ni par la Sunna, et un ḥadīt̲h̲ (al-Buk̲h̲ārī, Nikāḥ, bāb 42) précise même que ni le père ni une autre personne ne peut marier sans son consentement une fille vierge ou une femme qui a déjà été en puissance de mari; le Prophète luimême consulta sa fille Fāṭima avant de la donner en mariage à ʿAlī, mais il semble bien que la majorité des premiers jurist…

Ibn Baṣṣām

(582 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Bassām al-S̲h̲antarīnī, poète et anthologue andalou, natif de Santarem. Chassé de sa patrie par la conquête d’Alphonse V de Castille (485/1092-3), il se rendit pour la première fois à Cordoue en 493/1100 et, dans les années suivantes, entreprit à Séville la rédaction de sa Ḏh̲ak̲h̲īra et la collecte des dīwāns de quelques grands poètes du Ve/XIe siècle: al-Muʿtamid, Ibn Wahbūn, Ibn ʿAmmār; il rassembla également les correspondances du prince de Murcie, Ibn Ṭāhir, et réunit en un volume ses propres poèmes satiriques qu’il s’abstint c…

Ibn Ḏj̲ubayr

(918 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū L-Ḥusayn Muḥammad b. Aḥmad b. Ḏj̲ubayr al-Kinānī, voyageur et lettré andalou, né à Valence en 540/1145, dans une famille venue se fixer en Espagne en 123/740. Il fit ses études à Játiva, où son père était fonctionnaire, et reçut l’instruction traditionnelle des jeunes gens de sa classe, c’est-à-dire qu’il s’initia à la fois aux ¶ sciences religieuses et aux belles-lettres, non sans acquérir le moyen d’exercer ses talents poétiques. Ses aptitudes lui valurent un poste de secrétaire auprès du gouverneur de Grenade, Abū Saʿīd ʿUt̲h̲mān b. ʿAbd al-…

Ḏj̲uḥā

(2,364 words)

Author(s): Pellat, Ch.
( ou ), surnom d’un personnage dont l’imagination populaire a fait le héros de quelques centaines de facéties, d’anecdotes et de contes plaisants. La plus ancienne attestation littéraire de cet appellatif remonte à la première moitié du IIIe/IXe s., chez al-Ḏj̲āḥiẓ, qui mentionne Ḏj̲uḥā parmi d’autres individus renommés pour leur sottise ( Risāla fī l-Ḥakamayn, éd. Pellat, dans Machriq, 1958, 431) et lui attribue de la futilité dans ses propos et une étonnante propension à commettre des erreurs et des bévues; le même auteur cite également ( K. al-Big̲h̲āl, éd. Pellat, Caire 1955, 3…

Miḥrāt̲h̲

(2,352 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) et son plur. maḥārīt̲h̲ sont plus usités que le doublet miḥrāt̲h̲, plur. maḳārit̲h̲, pour désigner aujourd’hui une charrue, mais ces termes s’appliquent plus spécifiquement, dans la littérature médiévale, à l’araire, qui n’est pourvu ni de roues, ni de versoir, ni de coutre, mais est essentiellement constitué d’un soc, d’un sep, d’un mancheron et d’un timon (ou age). Bien qu’il remonte à la plus haute antiquité, cet instrument aratoire n’a cessé d’être employé, sans modification notable, dans l’ensemble du monde musulman. Toutefois miḥrāt̲h̲, inconnu du Ḳurʾān, ne figure…

al-Balaṭī

(460 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Fatḥ ʿUt̲h̲mān b. ʿIsā b. Manṣūr b. Muḥammad, Tād̲j̲ al-dīn, grammairien, poète et lettré originaire de la ville de Balad, sur le Tigre; cette dernière portait également le nom de Balaṭ (voir Yāḳūt, I, 721), d’où la nisba d’al-Balaṭī, parfois présentée sous la forme diminutive, al-Bulayṭī. Abū l-Fatḥ alla d’abord enseigner en Syrie, puis, lorsque Saladin prit le pouvoir en Égypte (567/1171), il émigra au Caire où le nouveau sultan lui alloua un traitement fixe et le chargea de l’enseignement de la grammaire et du Ḳurʾān dans …

Duldul

(165 words)

Author(s): Huart, Cl. | Pellat, Ch.
, nom de la mule grise du Prophète, qui lui avait été offerte par le Muḳawḳis [ q.v.], en même temps que l’âne nommé Yaʿfūr/ʿUfayr. Après lui avoir servi de monture dans ses campagnes, elle lui aurait survécu et serait morte à Yanbuʿ si vieille et édentée qu’il fallait, pour la nourrir, lui mettre l’orge dans la bouche. D’après la tradition s̲h̲īʿite, ʿAlī la montait à la bataille du Chameau [voir al-Ḏj̲amal] et à Ṣiffīn. Duldul désignant en arabe un porc-épic, il est possible qu’elle ait dû son nom à son allure, mais rien n’est moins sûr. Sur les noms des chevaux du P…

Aḥmad b. Ḥābiṭ

(345 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(plutôt que Ḥāʾiṭ, si l’on tient compte de la place alphabétique que lui donne al-ʿAsḳalānī), théologien rangé parmi les Muʿtazilites; il fut l’élève d’al-Naẓẓām [ q.v.] et le maître, notamment, d’al-Faḍl al-Ḥadat̲h̲ī. On ne sait rien de sa vie, et seules ses «innovations» nous sont partiellement connues. Sa doctrine, élaborée avant 232/846-7, paraît s’écarter de l’enseignement muʿtazilite sur les deux points fondamentaux suivants qui sont empruntés à des systèmes étrangers à l’Islam, mais qui, aux yeux d’Ibn Ḥābit, tro…

ʿAbd AllāH b. Abī Isḥāḳ

(184 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Ḥaḍramī, grammairien et lecteur du Coran de Baṣra. m. en 117/735-6. Sa lecture «exceptionnelle» ( s̲h̲ād̲h̲d̲h̲a), perpétue la tradition d’Ibn ʿAbbās et influence, pour une part, celles de ‘Īsā b. ʿUmar al-T̲h̲aḳafī et Abū ʿAmr b. al-ʿAlāʾ. Il semble maintenant établi qu’il est le plus ancien des véritables grammairiens arabes (v. Ibrahim Mustafa, Actes du XXIe Congrès des Orient., 278-9); c’est lui qui aurait étendu l’usage du raisonnement inductif ( ḳiyās), et l’on précise qu’en cas d’hésitation, il optait pour le cas direct ( naṣb). On ne sait rien d’autre de lui, sinon qu…

Abū Dahbal al-Ḏj̲umaḥī

(235 words)

Author(s): Pellat, Ch.
Wahb b. Zamʿa, poète ḳurays̲h̲ite de la Mekke, qui commença à composer avant 40/660 et mourut après 96/715. Il se rattache aux érotiques ḥid̲j̲āziens par ses poèmes consacrés à trois femmes: ʿAmra, une noble Mekkoise, puis une Syrienne qui avait réussi à le détourner de sa famille, et surtout ʿĀtika, fille de Muʿāwiya, qu’il avait aperçue à l’occasion d’un pèlerinage. Ses vers, vite célèbres, attirèrent l’attention de la princesse qu’il suivit à Damas, mais le calife, tout en reconnaissant le cara…

Ḥamāsa

(10,149 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Massé, H. | Mélikoff, I. | Hatto, A.T. | Ahmad, Aziz
(a.), «bravoure», «vaillance» (employé de nos jours, en concurrence avec ḥamās pour traduire «enthousiasme»), est le titre d’un certain nombre d’anthologies poétiques qui renferment généralement de brefs extraits choisis pour leur valeur littéraire aux yeux des anthologues et classés selon le genre auquel ils se rattachent ou l’idée qu’ils expriment; ces ouvrages s’apparentent à une catégorie plus générale, celle des «thèmes poétiques», maʿānī l-s̲h̲iʿr [ q.v.], mais en diffèrent par l’effacement apparent de l’auteur qui s’abstient de toute comparaison et de …

Ibn al-Ad̲j̲dābī

(491 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Isḥāḳ Ibrāhīm b. Ismāʿīl al-Ṭarābulusī, philologue arabe dont la famille était originaire d’Ad̲j̲dābiya (Libye): lui-même vécut à Tripoli, où il mourut à une date imprécise, probablement dans la première moitié du VIIe/XIIIe siècle. On ne possède d’ailleurs guère de renseignements sur sa vie, et les biographes se bornent à souligner l’étendue de son savoir et de sa contribution à la littérature technique des lettrés de son temps. Ils lui attribuent en effet une huitaine d’ouvrages dont les titres révèlent son intérêt pour la lexicographie, la métrique, les anwāʾ [ q.v.] et les ¶ gé…

Ḳuss b. Sāʿida

(936 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Iyādī, personnage semi- légendaire de l’antiquité arabe présenté comme le plus grand orateur de toutes les tribus (al-Ḏj̲āḥiẓ, Bayān, I, 52) et dont l’éloquence est devenue proverbiale ( ablag̲h̲ min Ḳuss; al-Maydānī, Mad̲j̲maʿ, I, 117-8; ʿImād al-dīn al-Iṣfahānī [ q.v.] a même formé un adjectif rimant avec ḳudsī dans le titre de son histoire de la prise de Jérusalem par Saladin, al-Fatḥ al-ḳussī «l’inspiration ḳussienne»). Il fait également figure de héros, et on le qualifie en outre de poète, de sage, d’arbitre, etc. par excellence des Arabes de son t…

al-Furs

(1,225 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, l’un des deux termes employés par les Arabes pour désigner les Persans, l’autre étant al-ʿAd̲j̲am [ q.v.]. Dans les lignes suivantes, on essaiera de définir la façon dont les Arabes ont connu les Persans et leur civilisation; pour le reste, voir Īrān. Dès la plus haute antiquité, la péninsule arabique avait entretenu des rapports avec la Perse; peu avant l’Islam, ces relations s’établissaient, au Nord-est, grâce aux Lak̲h̲mides [ q.v.] d’al-Ḥīra, au Sud, par l’intermédiaire du Yémen, vassal de la Perse, et des Abnāʾ [ q.v.] établis dans le pays. Le mot Furs n’apparaît pas dans le Ḳurʾ…

Ibn al-Ḳaṭṭāʿ

(318 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ʿĪsā b. Saʿīd al-Yaḥṣubī, vizir andalou d’humble extraction, mais d’origine arabe. Bien qu’il fût le fils d’un simple maître d’école, il réussit à s’élever dans la hiérarchie sociale grâce à al-Manṣūr [ q.v.] qui lui attribua des postes importants et lui confia même le commandement d’une armée envoyée au Maroc,, en 386/997, pour mettre à la raison Zīrī b. ʿAṭiyya (cf. H. R. Idris, Zīrīdes, 81). Le successeur d’al-Manṣūr, son fils ʿAbd al-Malik al-Muẓaffar [ q.v.], lui confirma son rang de vizir et lui laissa l’administration de l’État; il accorda même au fils de ʿĪsā …

Ibn Lankak

(198 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(le fils du petit boiteux), Abū L-Ḥasan Muḥammad b. Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar al-Baṣrī, poète mineur de Baṣra qui mourut vers 360/970. Sa biographie est très mal connue, mais on sait qu’il se rendit à Bag̲h̲dād, où il se fit le transmetteur d’un poème de Diʿbil [ q.v.] et vécut quelque temps dans l’entourage d’al-Muhallabī [ q.v.]; c’est probablement à l’instigation du wazīr qu’il adressa quelques épigrammes à al-Mutanabbi lors de la visite de ce dernier en 351/962. Ses poèmes furent recueillis en Dīwān, et al-Ṣāḥib Ibn ʿAbbād put les apprécier, mais il n’en subsiste que quelques …

Ibn (al-) Aḥmar

(257 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif de plusieurs poètes dont un Iyādī (voir al-Āmidī, Muʾtalif, 38), un Kinānī ( ibid.), un Bad̲j̲alī( op. cit., 37; al-Ḏj̲āḥiẓ, Ḥayawān, II, 214) et un Bāhilī, qui est le plus connu. La généalogie de ce poète présente, dans les sources, des divergences considérables, mais il paraît bien ¶ s’appeler Abū l-Ḵh̲aṭṭāb ʿAmr b. (al-)Aḥmar b. al-ʿAmarrad b. Tamīm b. Rabīʿa b. Ḥirām b. Farrāṣ b. Maʿn b. Aʿṣur al-Bāhilī. Compté au nombre des muk̲h̲aḍramūn [ q.v.], il se convertit à l’Islam, prit part aux conquêtes en Asie antérieure (au cours desquelles il perdit un œil)…

Laḥn al-ʿĀmma

(5,062 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, «fautes de langage commises par le commun», est une expression qui caractérise une branche de la lexicographie destinée à corriger les déviations par rapport à la norme linguistique que des puristes constatent chez leurs contemporains. Les traités qui peuvent être classés dans cette catégorie correspondent en gros à nos «ne dites pas . . ., mais dites ... », la forme incorrecte étant généralement introduite par «tu dis» ou «ils disent = on dit » ( taḳūl, yaḳūlūn), et la forme correcte, par wa-l-ṣawāb ... «alors que la norme est . . .»; ils sont le plus souvent intitulés Kitāb Laḥn al-ʿāmma ou Ki…

Ḥūr

(1,320 words)

Author(s): Wensinck, A. J. | Pellat, Ch.
(a.), pi. de ḥawrāʾ et de son masc aḥwar, adjectif formé sur le radical ḥ.w.r. qui implique une idée de blancheur (la racine ḥ.y.r. connotant la perplexité ou l’étonnement, parfois proposée, doit être rejetée); ḥawrāʾ s’applique plus particulièrement à l’œil, très grand, de la gazelle ou de l’oryx où la nette blancheur de la cornée fait ressortir le noir de la pupille et de l’iris; par extension, ḥawrāʾ désigne une femme dont les grands yeux noirs forment un contraste avec le blanc qui les entoure ainsi qu’avec la blancheur de la peau. Le pl. ḥūr est, dans le Ḳurʾān, un adjectif substant…

G̲h̲aylān b. Muslim

(355 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Marwān al-Dimas̲h̲ḳī al-Ḳibṭī, est surtout connu comme l’un des premiers partisans du libre arbitre [voir Ḳadariyya] en même temps que Maʿbad al-Ḏj̲uhanī [ q.v.]. Fils d’un affranchi de ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān, il aurait été, comme Maʿbad, le disciple d’un Chrétien du ʿIrāḳ, mais il vécut à Damas où il occupa des fonctions de secrétaire de chancellerie. Al-Ḏj̲āḥiẓ ( Bayān, III, 29) le cite au même titre qu’Ibn al-Muḳaffaʿ, Sahl b. Hārūn et ʿAbd al-Ḥamīd, et un orthodoxe aussi strict qu’al-ʿAsḳalānī reconnaît sa valeur professionnelle ( Lisān al-Mīzān, IV, 424), tandis qu’Ibn al-N…

ʿAdī b. al-Riḳāʿ

(162 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, (Abū Duʾād ʿAdī b. Zayd b. Mālik b. ʿAdī b. al-Riḳāʿ), al-ʿĀmilī, poète arabe citadin de Syrie qui fut, à Damas, le panégyriste des Umayyades, notamment d’al-Walīd b. ʿAbd al-Malik (86-96/705-715) devant qui il soutint une joute poétique avec Ḏj̲arīr; il fut également en butte aux attaques d’al-Rāʿī. Il se distingue par la grâce de son nasīb (v. notamment Mubarrad, Kāmil, 85, à propos d’Umm al-Ḳāsim), et par le soin qu’il mettait à composer ses poèmes; ceux-ci furent connus de bonne heure en Espagne (v. BAH, IX, 397). Il vécut au moins jusqu’au califat de Sulaymān b. ʿAbd al-Ma…

G̲h̲ūl

(1,192 words)

Author(s): MacDonald, D.B. | Pellat, Ch.
(A., pl. g̲h̲ilān ou ag̲h̲wāl), être fabuleux dont les anciens Arabes peuplaient les solitudes et qui, en se métamorphosant, égarait les voyageurs (parfois en allumant, comme les Bédouins, des feux sur les hauteurs pour les attirer plus facilement), les attaquait insidieusement et les dévorait; certaines sources isolées (cf. al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, III, 315) affirment cependant qu’il prenait la fuite dès qu’il était interpellé; d’après al-Ḏj̲āḥiẓ ( Ḥayawān, I, 309), il avait pour montures des lièvres, des chiens et des autruches; enfin les hommes pouvaient le t…

Fallāḳ

(438 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, mot arabe particulièrement employé sous la forme dialectale bédouine fəllāg, pl. fəllāga (dans la presse occidentale surtout au pl., avec l’orthographe: fellaga, fellagah, fellagha) et désignant d’abord des brigands, puis les rebelles qui se sont manifestés en Tunisie et en Algérie. Un rapprochement avec falaḳa [ q.v.] «instrument de torture», dont l’étymologie est au demeurant obscure (voir Arabica, 1954/3, 325-36), est certainement à écarter. En revanche, la racine arabe flḳ (comp. fld̲j̲, flḥ, etc.) semble digne d’être retenue; des parlers de ruraux et de nomade…

al-Masḥ ʿalā l-K̲h̲uffayn

(1,005 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), textuellement: «fait de passer la main sur les bottines», désigne la faculté qu’ont les Musulmans sunnites de se borner, dans certaines circonstances, à passer la main sur leurs chaussures au lieu de se laveries pieds pour se trouver en état d’accomplir la prière rituelle. Al Ḏj̲urd̲j̲ānī ( Taʿrifāt, éd. Tunis 1971, 112) propose une définition du masḥ: «passer la main mouillée sans faire couler [d’eau]» ( imrār al-yad al-mubtalla bi-lā tasyīl) qui justifie la traduction par «madéfaction des chaussures» qu’ont adoptée L. Bercher et G. H. Bousquet (voir ci-dess…

ʿĀr

(1,869 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) « honte, opprobre, déshonneur» a subi en Afrique du Nord une évolution sémantique analogue à celle de la racine d̲h̲.m.m. de l’arabe classique, pour parvenir à une notion voisine de celle de d̲h̲imma [ q.v.], c’est-à-dire de protection, avec des nuances dont il convient cependant de tenir compte.Une formule telle que ʿarī ʿalayk/ ʿalīk «ma honte sur toi» contient visiblement une menace à l’égard de la personne à qui elle est adressée et signifie en fait: «que la honte rejaillisse sur toi si tu n’accèdes pas à ma demande» (cf. W. Marçais, Textes arabes de Takroûna, Paris 1925, 200, 215…

Ibn al-ʿAllāf

(243 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Bakr al-Ḥasan b. ʿAlī b. Aḥmad b. Bas̲h̲s̲h̲ār b. Ziyād, Ibn al-ʿAllāf (parce que son père vendait du ḳatt) al-Nahrawānī, poète et traditionniste qui devint centenaire (218-318/833-930), après avoir perdu la vue. Il fréquenta la cour de Bag̲h̲dād et fut notamment un familier d’al-Muʿtaḍid et d’Ibn al-Muʿtazz. Il connaissait beaucoup de vers et en composa lui-même un grand nombre. si bien que ses œuvres, réunies par un membre de sa famille et accompagnées de récits sur ses relations 1 avec les personnages dont il avait fait le panégyrique, ¶ occupaient quatre cents waraḳas, si du mo…

Masd̲j̲idī

(356 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, pl. masd̲j̲idiyyūn, adjectif formé sur masd̲j̲id, mais concernant spécialement la grandemosquée de Baṣra et désignant des groupes (voir al-Ḏj̲āḥiẓ. Ḥayawān, III, 360) d’adultes ou de jeunes gens qui avaient l’habitude de se réunir dans cet édifice, près de la porte des Banū Sulaym, ainsi que des poètes, des sermonnaires populaires ( ḳuṣṣāṣ [voir Ḳāṣṣ]), des transmetteurs de traditions religieuses, historiques ou littéraires, en particulier de vers. Les renseignements que l’on possède sur les masd̲j̲idiyyūn en général sont dus à al-Ḏj̲āḥiẓ, qui paraît bien avoir acqu…

al-Ḏj̲āḥiẓ

(3,199 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿUt̲h̲mān ʿAmr b. Baḥr al-Kinānī al-Fuḳaymī al-Baṣrī, célèbre prosateur ¶ arabe, auteur d’ouvrages d’ adab, de théologie muʿtazilite et de polémique politico-religieuse. Né à Baṣra vers 160/776, dans une obscure famille de mawālī des Banū Kināna qui était probablement d’origine abyssine, il doit son surnom à une malformation de ses yeux ( d̲j̲āḥiẓ = qui a la cornée saillante). Son enfance, passée à Baṣra, est mal connue, mais l’on sait qu’il fut poussé de bonne heure, par un invincible penchant pour l’étude et une curiosité singulièrement éve…

Ḏj̲aḥẓa

(215 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥasan Aḥmad b. Ḏj̲aʿfar b. Mūsā b. Yaḥyā al-Barmakī al-Nadīm (et aussi al-Ṭunbūrī, parce qu’il jouait du ṭunbūr «pandore»), philologue et transmetteur de traditions, chanteur et musicien, poète et bel esprit descendant des Barmakides. Né, dit-on, en 224/839, il mourut centenaire à Wāsiṭ en s̲h̲aʿbān 324/juin-juil. 936. De culture très variée, mais de peu de religion, de moralité douteuse et d’aspect repoussant (il était malpropre et laid, et devait son surnom à une malformation de ses yeux exorbités), il e…

K̲h̲ubz

(2,350 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), terme générique (nom d’unité : k̲h̲ubza) désignant le pain, quels que soient la céréale employée (blé [voir Ḳamḥ], orge [voir S̲h̲aʿīr], riz [voir Ruzz], etc.) et le degré de finesse, la forme ou le mode de préparation. Il existe cependant, en arabe littéral et, à plus forte raison, dans les différents dialectes, un certain nombre de métaphores et de termes spécifiques qu’on ne pourra tous citer dans ce bref article, et l’ellipse du mot k̲h̲ubz, dans des expressions marquant une particularité, fait que le champ sémantique de la notion fondamentale s’élargit sensiblement: ainsi k̲h̲…

sayyidī/sīdī Muḥammad iv b. ʿAbd al-Raḥmān

(1,976 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, souverain ʿalawide qui régna sur le Maroc de 1276 à 1290/1859-73. Né probablement vers 1230/1825, il fut nommé par son père, Mawlāy ʿAbd al-Raḥmān b. His̲h̲ām [ q.v.], vice-roi ( k̲h̲alīfa) à Marrakech, où il devait d’ailleurs continuer à résider après son accession au trône et laisser un certain nombre de constructions (mais moins que Sīdī Muḥammad b. ʿAbd Allāh [ q.v.]); parmi elles, on retiendra le mausolée édifié au cimetière ( rawḍa) de Bāb al-Rubb, la transformation de la ʿArṣat al-Maʿāsh en quartier militaire, la rénovation des grands jardins de l’Agdal, la …

Midrār

(4,319 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(Banū —) ou Midrārides, petite dynastie berbère qui s’établit à Sid̲j̲ilmās(s)a [ q.v.] et jouit d’une relative indépendance jusqu’à sa chute définitive survenue en 366/976-7. L’histoire de cette dynastie peut être retracée sommairement grâce à al-Bakrī [ q.v.], qui vivait au Ve/XIe siècle et possédait donc des informations assez fraîches pour rédiger le chapitre qu’il lui consacre ( Mug̲h̲rib, ar. 148 sqq./trad. 282 sqq.), avant qu’Ibn ʿIdhārī (Vir=-VIIIe/XIIIe-XIV siècle [ q.v.]), Ibn Ḵh̲aldūn (VIIIe/XIVe siècle [ q.v.]) et quelques historiens du Mag̲h̲rib et du Mas̲h…

Ḳāṣṣ

(2,353 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(A.), pl. ḳuṣṣāṣ, «sermonnaire populaire» dont l’activité a considérablement varié au cours des siècles, allant de la prédication dans les mosquées et d’une forme d’exégèse ḳurʾānique à un véritable charlatanisme. Ce terme n’apparaît pas dans le Ḳurʾān, où le verbe ḳaṣṣa est cependant assez souvent employé (voir Flügel, Concordantiae), toujours (sauf en VI, 57) avec le sens de «raconter, narrer, rapporter» un récit généralement édifiant [voir Ḳiṣṣa] et fréquemment à la première personne, le «narrateur» étant donc Dieu lui-même. Le LA (rad. ḳṣṣ) reproduit des ḥadīt̲h̲s dans lesqu…

Ḳunūt

(1,065 words)

Author(s): Wensinck, A.J. | Pellat, Ch.
(a.), terme religieux employé en différents sens; les lexicographes ne sont pas d’accord sur sa signification fondamentale: «fait de s’abstenir de parler», «invocation pendant la ṣalāt», «humilité et reconnaissance du fait qu’on est la créature d’Allah», «fait de se tenir debout» — ce sont là les définitions ordinaires des lexiques, qu’on trouve aussi dans les commentaires des différents versets du Ḳurʾān où se trouvent le mot ḳunūt ou des dérivés de la racine ḳ-n-t. De tous ces passages, il n’en est presque pas un qui permette d’arriver, grâce au contexte, à une déf…

ʿIrāḳ

(20,765 words)

Author(s): Miquel, A. | Brice, W.C. | Sourdel, D. | Aubin, J. | Holt, P.M. | Et al.
, É t a t de religion musulmane et en majeure partie arabophone, situé à l’extrémité orientale du Croissant fertile. ¶ I. — Géographie. La structure du pays ʿiraḳien tire, paradoxalement, son originalité de son appartenance à un grand ensemble géographique. De la table désertique arabosyrienne, qu’il regarde sur son flanc Sud-ouest, il a le faciès et le climat. Tout au long de ses frontières sur le Nord-est, il participe au contraire de l’orientation et du relief des chaînes plissées de l’Asie occidentale, qui lui donn…

ʿAbd Allāh b. Muṭīʿ

(258 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Pellat, Ch.
b. al-Aswad al-ʿAdawī fut d’abord, avec ʿAbd Allāh b. Ḥanẓala [ q.v.], l’un des chefs de la révolte qui éclata à Médine contre le calife Yazīd Ier. Voyant qu’ après l’avènement de ce dernier, la domination des Umayyades se créait des ennemis toujours plus nombreux, Ibn Muṭīʿ songea à quitter Médine, mais ʿAbd Allāh b. ʿUmar [ q.v.] lui conseilla de rester, et il se rendit à ses raisons. Lorsque les habitants de Médine se révoltèrent contre le nouveau calife, il prit la tête des éléments ḳurays̲h̲ites de la ville et participa à la bataille de la Ḥarra [ q.v.] en d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a ¶ 63/août 683; …

Ḥabāba

(324 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom d’une esclave-chanteuse ( ḳayna [ q.v.]) de Médine qui avait appris la musique et le chant auprès des grands chanteurs du Ier/VIIe siècle: Ibn Surayd̲j̲, Mālik, Ibn Muḥriz, Maʿbad, Ḏj̲amīla, ʿAzza [ q.vv.]. Son talent, sa beauté et sa coquetterie conquirent Yazīd b. ʿAbd al-Malik qui en devint définitivement propriétaire dans des conditions que les sources présentent très diversement, mais à une date postérieure à son avènement (s̲h̲aʿbān 101/février 720); elle s’appelait primitivement al-ʿĀliya, et c’est lui qui lui aurai…

Ibn Kunāsa

(310 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Yaḥyā Muḥammad b. ʿAbd Allāh (= Kunāsa) b. ʿAbd al-Aʿlā al-Māzinī al-Asadī, poète, philologue et rāwī de l’époque ʿabbāside. Né à Kūfa en 123/741, il étudia dans sa ville natale la poésie, le ḥadīt̲h̲ et les autres sciences traditionnelles auprès des membres les plus distingués des Banū Asad et se fit le transmetteur de plusieurs poètes, parmi lesquels al-Kumayt [ q.v.] est le plus célèbre. Il transmit également un certain nombre de ḥadīt̲h̲s à des traditionnistes aussi importants qu’al-Aʿmas̲h̲ [ q.v.] et Sufyān al-T̲h̲awrī [ q.v.]. Bien qu’il ait résidé à Bag̲h̲dād, il ne …

al-Ḥakam b. ʿAbdal

(456 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. Ḏj̲bala al-Asadī, poète satirique arabe du Ier/VIIe s. Physiquement ¶ contrefait, puisqu’il était bossu et boiteux, il possédait une certaine dose de méchanceté qui apparaît dans ses diatribes, mais il avait l’esprit vif, la repartie prompte, l’humour et la finesse du clan G̲h̲āḍira auquel il appartenait [cf. al-G̲h̲āḍirī]. Né à Kūfa, il y demeura jusqu’au moment où ʿAbd Allāh b. al-Zubayr en chassa les autorités umayyades (64/684) qu’il suivit à Damas où il fut admis dans l’intimité de ʿAbd al-Malik b. Marwān. Il retourna ensuite à Kūfa e…

Ibn al-Zubayr

(374 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Ḏj̲aʿfar Aḥmad b. Ibrāhīm b. al-Zubayr b. Muḥammad al-T̲h̲aḳafī al-ʿĀṣimī, traditionniste, lecteur du Ḳurʾān homme de lettres et historien andalou, né à Jaén (Ḏj̲ayyān) en d̲h̲ū l-ḳaʿda 627/sept.-octobre 1230, mort à Grenade le 8 rabiʿ I 708/26 août 1308. Il paraît s’être particulièrement intéressé aux «lectures» ḳurʾāniques, mais ses biographes apprécient hautement ses connaissances en matière de langue arabe et le qualifient de «muḥaddit̲h̲ d’al-Andalus et du Mag̲h̲rib». Sa propension à redresser les torts lui valut quelques ennuis dans sa ville natal…

al-Mad̲j̲d̲h̲ūb

(256 words)

Author(s): Pellat, Ch.
surnom du santon marocain dont le nom complet est Abū Zayd ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAyyād al-Ṣanhād̲j̲ī al-Farad̲j̲ī al-Dukkālī. Originaire de Tīṭ, dans la région d’Azemmour, il vécut à Fās, où il eut notamment pour disciple Abū l-Maḥāsin Yūsuf al-Fāsī dont l’arrière-petit-fils, ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd al-Ḳādir [voir al-Fāsī, au Suppl.] a laissé un Ibtihād̲j̲ al-ḳulūb bi-k̲h̲abar al-s̲h̲ayk̲h̲ Abī l-Maḥāsin wa-s̲h̲ayk̲h̲i-h al-Mad̲j̲d̲h̲ūb (extraits dans ms. Rabat 522/6; voir Lévi-Provençal, Catalogue, 252). ʿAbd al-Raḥmān al-Mad̲j̲d̲h̲iūb mourut dans le G̲h̲arb en 976…

Ahaggar

(745 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, mot berbère désignant d’abord les membres (pi. ihaggarən) d’une des tribus nobles qui constituaient l’ancien groupement des Touareg du Nord, puis une de ces tribus (Kəl Ahaggar ou Ihaggarən) établie dans une région à laquelle elle a donné le nom d’Ahaggar (Hoggar). Dans son sens large, l’Ahaggar est l’ensemble des territoires soumis à la domination des Kel Ahaggar; il couvre une superficie d’environ 500.000 km2, entre le 21e et le 25e degré de lat. N., le 3e et le 6e de long. E. Limité par des massifs montagneux (l’Ahanəf à l’E., la Tassili des Ajjar au N.-E., l’Immidir a…

al-Ḏj̲ammāz

(328 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. ʿAmr b. Ḥammād b. ʿAṭāʾ b. Yāsir, humoriste et poète satirique de Baṣra, qui vivait aux IIe-IIIe/ VIIIe-IXe s. Neveu de Salin al-Ḵh̲āsir [ q.v.], élève d’Abū ʿUbayda et ami d’Abū Nuwās, dont il a laissé un portrait d’une rare précision (voir al-Ḥuṣrī, Zahr al-ādāb, 163; le même, Ḏj̲amʿ al-d̲j̲awāhir, 115), il ne semble pas avoir réussi, comme tant de ses contemporains, à se faire admettre à la cour de Bag̲h̲dād, malgré une tentative effectuée sous le califat d’al-Ras̲h̲īd; il demeura donc dans sa ville natale, où il dut …

Ibrāhīm b. al-Sindī

(503 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. S̲h̲āhak, mawlā des ʿAbbāsides qui paraît avoir défendu leur cause avec talent et persévérance, mais dont l’existence est entourée d’un halo d’imprécision. Son père, al-Sindī b. S̲h̲āhak, d’origine obscure, était sans doute un ancien esclave du Sind qui avait réussi à remplir d’importantes fonctions; il aurait été ḳādī (Ibn Ḳutayba, ʿUyūn, I, 70), et gouverneur ( wālī) en Syrie (al-Ḏj̲āḥiz, Ḥayawān, V, 393), mais il paraît surtout avoir joué un rôle d’officier de police particulièrement dévoué à Hārūn al-Ras̲h̲īd, qui le chargea notamment d’exécuter se…

Ibn His̲h̲ām al-Lak̲h̲mī

(744 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Sabtī, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. His̲h̲ām b. Ibrāhīm b. Ḵh̲alaf, lexicographe, grammairien, adīb et versificateur qui, peut-être né à Seville, mourut en tout cas dans cette ville en 577/1182, après avoir longuement séjourné à Ceuta. Sa vie est très mal connue, mais ses biographes énumèrent ses maîtres et ses élèves et indiquent les titres de ses ouvrages, parmi lesquels on relève plusieurs commentaires; on remarquera simplement que, dans le nombre, figurent un s̲h̲arḥ de la Maḳṣūra d’Ibn Durayd qu’al-Ṣafadī ( Wāfī, II, 1301) et al-Bag̲h̲dādī ( Ḵh̲izāna, éd. Būlāḳ, I, 49…

al-Aḥnaf b. Ḳays

(786 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif usuel d’un notable tamīmite de Baṣra nommé Abū Baḥr Ṣak̲h̲r (parfois al-Ḍaḥḥāk, mais à tort) b. Ḳays b. Muʿāwiya al-Tamīmī al-Saʿdī, de la famille de Murra b. ʿUbayd; par sa mère, il descendait des Bāhilites Awd b. Maʿn. Il naquit avant l’Islam et perdit, sans doute de bonne heure, son père Abū Mālik, tué par les Banū Māzin. Ses biographes précisent qu’il était estropié de naissance et qu’il dut subir une opération; son surnom provient du ¶ fait qu’il avait les pieds contournés (= al-aḥnaf), mais il présentait d’autres difformités encore (voir son portrait physique d…

al-Afwah al-Awdī

(185 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(Abū Rabīʿa Ṣalāʾat b. ʿAmr), poète arabe antéislamique, chef du clan Awd des Mad̲h̲ḥid̲j̲, qui vivait vers le milieu du VIe siècle de J.-C. Ses poèmes qui ont été conservés sont ¶ en majeure partie consacrés à vanter la valeur guerrière de sa tribu et de son chef, mais ses vers gnomiques l’ont fait classer parmi les sages de la Ḏj̲āhiliyya. Ḏj̲āḥiẓ, Ḥayawān 2, VI, 280, met cependant en doute l’authenticité des poèmes qui lui sont attribués, et les arguments qu’il présente ne manquent pas de pertinence. (Ch. Pellat) Bibliography Le dīwān d’al-Afwah al-Awdī a été publié dans al-Ṭarāʾif al-ada…

Ibn al-Abbār

(787 words)

Author(s): Ben Cheneb, M. | Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Abî Bakr b. ʿAbd Allāh b. ʿAbd al-Rahmān b. Ahmad b. Abi Bakr al-Ḳudāʿī, historien, traditionniste, littérateur et poète, appartenait à une famille originaire d’Onda, patrimoine des Ḳudāʿites en Espagne; il naquit en rabīʿ II 595/fév. 1199 à Valence, où il passa sa jeunesse, étudiant sous la direction de plusieurs maîtres qu’il cite dans son Muʿd̲j̲am. Pendant plus de vingt ans, il fut le disciple du plus savant traditionniste de l’Espagne, Abū l-Rabīʿ ibn Sālim qui l’engagea à compléter la Ṣila d’Ibn Bas̲h̲kuwāl, et fit plusieurs voyages d…

al-Ḥakam b. Muḥammad b. Ḳanbar

(289 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Māzinī, petit poète de Baṣra dont il ne reste que quelques vers de g̲h̲azal [ q.v.] fort décents et pour la plupart mis en musique, ainsi qu’un petit nombre d’invectives contre Muslim b. al-Walīd [ q.v.]. La date de sa naissance, qui doit se situer vers l’année 110/728-9, est inconnue, et les seuls repères que l’on possède sont deux anecdotes: la première montre des femmes esclaves de Sulaymān b. ʿAlī (m. 142/ 759 [ q.v.]) malmenant Ibn Ḳanbar jusqu’à le déshabiller dans la rue parce qu’elles étaient étonnées de voir un homme si laid capable de composer des vers d’…

al-Nawfalī

(860 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nisba d’une famille hās̲h̲imite d’ ak̲h̲bāris qui se sont transmis de père en fils des traditions de caractère historique. À la mort de Yazīd b. Muʿāwiya (64/683 [ q.v.]), ʿUbayd Allāh b. Ziyād [ q.v.] fut confirmé dans ses fonctions de gouverneur du ʿIrāḳ par les Baṣriens, qui ne tardèrent cependant pas à se rétracter en apprenant que les Kūfiens avaient lapidé ses émissaires. C’est alors que Baṣra désigna, pour la gouverner, ʿAbd Allāh b. al-Ḥārit̲h̲ b. Nawfal b. ʿAbd al-Muṭṭalib b. Hās̲h̲im, dont le grand-père et le père ava…

Abū l-ʿAnbas al-Ṣaymarī

(1,533 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Muḥammad b. Isḥāḳ b. Ibrāhīm b. Abī l-ʿAnbas b. al-Mug̲h̲īra b. Māhān (213-75/828-88), célèbre amuseur de la cour ʿabbāside qui, également faḳīh, astrologue, oniromancien, poète, homme de lettres, a écrit une quarantaine d’ouvrages sérieux ou plaisants, voire burlesques et obscènes. Originaire de Kūfa, il occupa d’abord des fonctions de ḳāḍī dans la localité d’où est tirée sa nisba, Ṣaymara, non loin de Baṣra, à l’embouchure du Nahr Maʿḳil, mais son vif penchant pour la grosse plaisanterie dut très tôt lui valoir une renommée de bouffon suffisante po…

Ḥammāl

(651 words)

Author(s): Huart, Cl. | Pellat, Ch.
(a.) «portefaix», «porteur». Dans les vieilles villes aux rues étroites et tortueuses, l’emploi de portefaix est indispensable pour le transport des colis, des caisses, des meubles, etc. qui s’effectue ailleurs au moyen de bêtes de somme, de charrettes ou, maintenant, de voitures automobiles. L’attirail le plus élémentaire du ḥammāl est une simple corde assez grosse dont il entoure l’objet à transporter et qu’il fait passer sur son front; la charge est ainsi maintenue sur le dos du portefaix qui en atténue les mouvements latéraux en la retena…

al-Burak al-Ṣarīmī

(302 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(Ṣuraymī chez Ibn al-Kalbī), (al-) Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ b. ʿAbd Allāh (m. 40/660), Ḵh̲ārid̲j̲ite qui aurait été le premier à proclamer que «la décision n’appartient qu’à Dieu» ( taḥkīm; cf. al-Mubarrad, Kāmil, éd. Caire, 917), mais l’histoire a retenu son nom parce qu’il est l’un des trois conjurés qui s’étaient engagés à assassiner simultanément ʿAlī b. Abī Ṭālib [voir Ibn Muld̲j̲am], ʿAmr b. al-Āṣ [ q.v.] et Muʿāwiya b. Abī Sufyān. Al-Burak se rendit donc à Damas et poignarda Muʿāwiya pendant qu’il priait, mais il ne fit que le blesser à la hanche. D’après la …

al-Munak̲h̲k̲h̲al al-Yas̲h̲kurī

(652 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom donné à un poète arabe antéislamique dont la personnalité est difficile à saisir, dans la mesure où son existence historique elle-même n’est pas mise en doute. Son père est nommé al-Ḥārit̲h̲, Masʿūd, ʿUbayd ou encore ʿAmr, et il ne figure pas dans la table généalogique (n° 141) de la Ḏj̲amhara d’Ibn al-Kalbī concernant les Yas̲h̲kur; deux hommes du nom d’al-Munak̲h̲k̲h̲al sont cités dans cet ouvrage (voir Register, II, 428), mais aucun d’eux ne paraît correspondre au poète qui fait l’objet de la présente notice. Au demeurant, on peut se demander si le souc…

Asmāʾ Bint ʿUmays

(347 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. Maʿd al-Ḵh̲at̲h̲ʿamiyya, contemporaine du Prophète (m. 39/659-60). Sa mère, Hind bint ʿAwf b. Zubayr, surnommée ¶ al-ʿAd̲j̲ūz al-Ḏj̲uras̲h̲iyya, était célèbre par l’illustration de ses gendres, parmi lesquels figurent le Prophète, al-ʿAbbās b. ʿAbd al-Muṭṭalib, Hamza b. ʿAbd al-Muṭṭalib (Ibn Ḥabīb, Muḥabbar, 91, 109) ainsi que les maris d’Asmāʾ. En effet, celle-ci épousa peut-être d’abord Rabīʿa b. Riyāḥ al-Hilālī à qui elle aurait donné trois garçons: Mālik, ʿAbd Allāh et Abū Hubayra; mais toutes les sources s’accordent à dire qu’e…

Ibn S̲h̲uhayd

(1,889 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿĀmir Aḥmad b. Abī Marwān ʿAbd al-Malik b. Abī ʿUmar Aḥmad b. ʿAbd al-Malik b. ʿUmar b. Muḥammad b. ʿĪsā b. S̲h̲uhayd al-As̲h̲d̲j̲aʿī, poète, homme de lettres et wazīr andalou, né à Cordoue, en 382/992, dans une famille arabe dont l’ancêtre S̲h̲uhayd s’était établi en Espagne avant 162/778 et qui comptait parmi ses membres de hauts fonctionnaires du gouvernement umayyade. ʿĪsā b. S̲h̲uhayd avait été ministre sous le règne de Muḥammad 1er (238-73/852-86); l’arrière-grand-père d’Abū ʿĀmir avait été nommé vizir en 317/929, sous le règne de ʿAbd al-Raḥmān III; son …

Nis̲h̲ān

(5,351 words)

Author(s): Landau, J.M. | Pellat, Ch.
(p.), insigne, bannière, sceau (de là: ¶ lettre d’un prince), ou ordre, décoration. Emprunté par le turc ottoman, ce terme signifiait fondamentalement «insigne, marque» et désignait aussi la signature de sultan, ou ṭug̲h̲ra [ q.v.] et, par extension, un document qui la portait (le scribe était alors un nis̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v], les étendards des Janissaires ou Yeni Čeri [ q.v.], les insignes portés sur les uniformes militaires et autres et, plus tard, les décorations décernées par le sultan. Aux XIXe et XXe siècles, l’arabe littéraire nis̲h̲ān (ou nīs̲h̲ān) avait essentiellement les …

Abū Yaʿḳūb Isḥāḳ b. Ḥassān b. Ḳūhī al-K̲̲h̲uraymī

(495 words)

Author(s): Pellat, Ch.
poète arabe mort probablement sous le califat d’al-Maʾmūn, vers 206/821. Issu d’une famille notable de Sogdiane dont il se glorifie à l’occasion (Yāḳūt, V, 363), al-Ḵh̲uraymī (et non al-Ḵh̲uzaymī, qu’il convient de corriger) tire sa nisba de sa qualité de mawlā, non point directement de Ḵh̲uraym al-Nāʿim comme le disent la plupart des biographes, mais de ses descendants Ḵh̲uraym b. ʿĀmir et son fils ʿUt̲h̲mān (v. Ibn ʿAsākir, Taʾrīk̲h̲, II, 434-7, V, 126-8). Il paraît avoir vécu en Mésopo tamie, ¶ en Syrie, à Baṣra où il fréquenta les poètes débauchés ḤammādʿAd̲j̲rad,Muṭīʿb…

al-Buḥturī

(1,633 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿUbāda al-Walīd b. ʿUbayd (Allāh), poète et anthologue arabe du IIIe/IXe s. (206-284/821-897), né à Manbid̲j̲ (certains le font naître dans un village voisin, Ḥurdufna), dans une famille qui appartenait aux Buḥtur, sous-fraction des Ṭayyiʾ; non seulement il n’abandonnera jamais totalement sa ville natale, où la fortune amassée au cours de sa longue carrière de poète de cour lui permettra d’acquérir des propriétés, mais encore il tirera parti de son origine ethnique pour se créer d’utiles relations. Après avoir consacré ses premiers essais poétiques (223-6/838-41) à c…

Fahrasa

(647 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, titre donné, en Espagne musulmane, à des sortes de catalogues dans lesquels des savants énumèrent, sous une forme ou sous une autre, leurs maîtres et les matières ou les ouvrages étudiés sous leur direction. Le mot fahrasa est une arabisation du persan fihrist au moyen d’un double vocalisme -a- et de la fermeture du tāʾ final, confusion assez fréquente. Dans al-Andalus, il est absolument synonyme de barnāmad̲j̲, également persan, tandis qu’il a pour correspondants, en Orient, t̲h̲abat, mas̲h̲īk̲h̲a (mas̲h̲yak̲h̲a) ou muʿd̲j̲am (ce dernier également employé en Occident). En…

Mud̲j̲ūn

(491 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) est un de ces termes dont la richesse décourage toute recherche de traduction précise. Dans son sens le plus faible, il se rapproche de hazl «plaisanterie», s’oppose donc à d̲j̲idd «sérieux» [voir al-Ḏj̲idd wa-l-Hazl] et correspond sensiblement à «frivolité». Mais son champ sémantique s’étend largement jusqu’à la débauche la plus éhontée, en passant par la vulgarité, la grossièreté, l’impudence, le libertinage, l’obscénité et tout ce qui peut provoquer le gros rire, comme la scatologie. Ce terme a embarrassé les lexicographes arabes, qui ne se sont pas fait faute …

al-Abīwardī

(245 words)

Author(s): Brockelmann, C. | Pellat, Ch.
, Abū l-Muẓaffar Muḥammad b. Aḥmad, poète et généalogiste arabe, descendant de ʿAnbasa b. Abī Sufyān (de la lignée umayyade de Muʿāwiya le jeune). Il naquit à Abīward (Ḵh̲urāsān) ou, plus précisément, dans le village de Kawfan (ou Kūfan, mais non Kūḳan) voisin d’Abīward ¶ (aussi est-il également appelé al-Kawfanī), et mourut empoisonné à Ispahan en 507/1113 (non en 557/1161-62). Ses ouvrages philologiques et historico-généalogiques — notamment une histoire d’Abīward et un livre sur les noms différents et identiques des tribus arabes — son…

Ibn Bassām

(322 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥaṣan ʿAlī b. Muḥ. b. Naṣr b. Manṣūr b. Bassām al-ʿAbartāʾī, poète et écrivain de Bag̲h̲dād. Son grand-père, Naṣr, avait occupé de hautes fonctions sous le califat d’al-Muʿtaṣim (voir D. Sourdel, Vizirat, 252), et lui-même fut un moment employé au service du barīd [ q.v.]; sans doute exerça-t-il d’autres fonctions administratives, car ses biographes lui attribuent un recueil de correspondances ( rasāʾil) qui n’avaient probablement pas un caractère privé. Sa renommée repose cependant sur ses épigrammes, très brèves car il manquait de souffle, mais pe…

Aḥmad b. Abī Duʾād

(523 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Pellat, Ch.
al-Iyādī, Abū ʿAbd Allāh, ḳāḍī muʿtazilite, né à Baṣra vers 160/776. Grâce à ses mérites et aussi, dit-on, à l’intervention de Yaḥyā b. Akt̲h̲am [ q.v.] qui l’introduisit à la cour de Bag̲h̲dād, il parvint à de grands honneurs auprès du calife al-Maʾmūn dont il devint bientôt l’un des amis les plus intimes. Peu avant sa mort, le calīfe conseilla à son frère et successeur al-Muʿtaṣim d’admettre Aḥmad, fervent adepte de la doctrine muʿtazilite, au nombre de ses conseillers, et c’est pourquoi, après son avènement (218/833)…

Ibn Ḏh̲akwān

(468 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appeliatif individuel des membres d’une famille de Cordoue, les Bānû Ḏh̲akwān. qui donna plusieurs ḳāḍīs. I. Le premier fut ʿAbd Allāh b. Harjhama b. Ḏh̲akwān b. ʿAbd Allāh b. ʿAbdūs b. Ḏh̲akwān al-Umawi qui, en 370/981, fut nommé ṣāḥib al-radd (c’est-à-dire chargé de prononcer des jugements sur les affaires qui paraissaient douteuses aux simples ḳāḍīs); voir Ibn al-Faraḍi, n° 722; E. Lévi-Provençal, Hist. Esp. Mus., III, 145. II. Le membre de la famille le plus célèbre est le fils du précédent, Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAbd Allāh qui, après avoir été ḳāḍī de Faḥṣ al-Ballûf, succéda à s…

Ḥikāya

(11,632 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Bausani, A. | Boratav, P.N. | Ahmad, Aziz | Winstedt, R.O.
(a.), nom verbal de ḥakā signifiant à l’origine «imiter», mais qui en est arrivé, par suite d’une évolution sémantique explicable, à acquérir le sens de «raconter, narrer»; parallèlement, le substantif ḥikāya, à partir du sens d’«imitation», a pris celui, plus particulier, de «mimique», pour finalement signifier «conte», «récit», «histoire», «légende». En arabe classique, l’intensif ḥākiya désignait un «mime», et l’arabe moderne a adopté le participe actif ḥākin pour traduire «phonographe». Le radical h.k.y./w. n’est pas représenté dans le Ḳurʾān, mais on le relève dans le ḥadīt…

ʿAmr b. Maʿdīkarib

(297 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, b. ʿAbd Allāh al-Zubaydī, Abū T̲h̲awr, célèbre guerrier arabe et poète muk̲h̲aḍram. Issu d’une famille noble du Yémen, il est représenté comme un guerrier d’une force physique peu commune qui participa, armé de sa légendaire épée nommée al-Ṣamṣāma, à de nombreux combats pendant la Ḏj̲āhiliyya. En 10/631, il se rendit à Médine où il se convertit à l’Islam, sans toutefois changer grand’chose à son genre de vie; à la mort du Prophète, il apostasia et prit part à la rebellion d’al-Aswad al-ʿAnsī [ q.v.]; fait prisonnier au cours de la répression de la ridda par Abū Bakr, il fut libéré par …

Ḥafṣa Bint al-Ḥād̲j̲d̲j̲

(339 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Rukūniyya (al-Rakūniyya), poétesse grenadine née après 530/ 1135, m. 586/1190-1. Ibn al-Ḵh̲aṭīb ( Iḥāṭa, I, 316) et d’autres auteurs louent la beauté, la distinction, la culture littéraire, l’esprit et le don poétique de cette femme dont la postérité a surtout retenu la liaison avec le poète de la famille des Banū Saʿīd [ q.v.], Abū Ḏj̲aʿfar Ibn Saʿīd, qui lui inspira la plupart des vers que nous possédons d’elle. Après l’arrivée à Grenade d’Abū Saʿīd ʿUt̲h̲mān, fils de l’Almohade ʿAbd al-Muʾmin, elle fréquenta sa cour, noua une intrigue amoure…

Fatra

(375 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), qui désigne d’une façon générale un relâchement, puis un intervalle de temps (par ex. ¶ moderne: fatrat al-intiḳāl «période de transition»), s’applique plus spécialement à la période qui sépare deux prophètes ou deux envoyés ( rasūl) consécutifs; al-Ḏj̲āḥiẓ ( Rasāʾil, éd. Sandūbī, Caire 1352/1933, 133-4), expliquant l’histoire prophétique, appelle fatra la fin de la période qui sépare deux prophètes en faisant bien remarquer que «relâchement» (dans l’observance des enseignements du prophète précédent) n’est pas «rupture» ( ḳaṭʿa). Al-Masʿūdī ( Murūd̲j̲, III, 85) emplo…

ʿArīb b. Saʿd

(359 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Kātib al-Ḳurṭubī, mawlā andalou qui occupa diverses charges officielles (il fut notamment ʿāmil du district d’Osuna en 331/943), vécut dans l’entourage d’al-Muṣḥafī [ q.v.] et d’Ibn Abī ʿĀmir (voir al-Manṣūr) et fut le secrétaire du calife umayyade al-Ḥakam II (350-66/961-76); on ignore la date de sa mort, que Pons Boigues place vers 370/980. D’une vaste culture, ʿArīb se distingua comme médecin et comme poète, mais il est surtout connu par son œuvre d’historien. Il est en effet l’auteur d’un résumé des Annales d’al-Ṭabarī, qu’il continua jusqu’à son époque; la partie rel…

Ibn al-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲

(880 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh al-Ḥusayn b. Aḥmad b. Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Muḥammad, poète arabe s̲h̲īʿite de l’époque des Būyides [ q.v.]. Né à Bag̲h̲dād vers l’année 330/941-2, dans une famille de fonctionnaires et de secrétaires, il fit des études traditionnelles et fut en partie formé par Abū Isḥāḳ Ibrāhīm al-Ṣābiʾ (313-84/ 925-94 [voir al-Ṣābiʾ]) qui lui fit embrasser la carrière administrative, mais il s’aperçut bien vite que ses talents poétiques pouvaient lui être plus profitables et il abandonna ses fonctions. Il fut d’abord en relation avec le vizir al-Muhallabī [ q.v.] dont il fit le p…

Damnāt

(733 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(Demnate, Demnat), petite ville berbère située en bordure du Grand Atlas Marocain, à 120 km. à l’Est de Marrakech et à une altitude de 960 m., sur un monticule dominant la fertile (orge, fèves) vallée de l’oued Tassawt, dont les versants sont couverts d’oliviers et de vignes; elle est entourée d’une enceinte rectangulaire et possède un məllāḥ (quartier juif); en effet, la population, qui est de l’ordre de 4 000 âmes, est constituée presque pour moitié de Juifs (dont le nombre, cependant, décroît régulièrement). Sur le marché, qui se tient le dimanche…

Ḳurṣān

(7,627 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Imber, C.H. | Kelly, J.B.
(a.), pl. ḳarāṣina et aussi ḳarāṣin/ ḳarāṣīn « corsaire, pirate », de l’italien corsale, qui a fourni également des formes plus proches de l’original, mais moins courantes: ḳurṣāl, pi. ḳarāṣil/ ḳarāṣīl et ḳursālī, pi. kursāliyya; à son tour, l’arabe a formé ḳarṣana «course, piraterie», encore en usage de nos jours, comme d’ailleurs ḳurṣān, parfois senti comme un pluriel; le dialectal connaît aussi le verbe ḳǝerṣǝn «pirater, faire la course» et donne à ḳurṣān le double sens de «corsaire» et de «navire». Ce dernier terme était andalou (cf. Pedro de Alcala, . . . de lingua arabica libri duo, G…

Layl et Nahār

(2,847 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), deux termes antithétiques qui désignent respectivement la nuit et le jour, mais n’ont pas exactement le même statut et ne sont point parallèles. Layl est traité comme un collectif sans duel (sauf dans des vers où un tel emploi, fautif, s’explique par les nécessités du mètre), ni pluriel; il possède, comme attendu, un nom d’unité, laylat un «une nuit», dont le pluriel, layāl in, et le diminutif, peu usité, luyayliyat un, embarrassent quelque peu les philologues, qui proposent de les considérer comme formés soit sur * layliyat un, foit sur * laylāt un. Nahār, de son côté, s’applique …

Ismāʿīl b. Yasār

(376 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Nisāʾī, poète médin ois qui mourut à un âge très avancé quelques années avant la fin de la dynastie umayyade (132/750). Descendant d’un captif ād̲h̲arbayd̲j̲ānais. il était mawlā des Taym b. Murra de Ḳurays̲h̲ et devait sa nisba, dit-on, au fait que son père préparait des repas — ou vendait des tapis — destinés aux noces, mais cette interprétation est sujette à caution. A Médine, où il vivait, il avait pris parti pour les Zubayrides, mais ses relations d’amitié avec ʿUrwa b. al-Zubayr [ q.v.], en compagnie de qui il se rendit auprès de ʿAbd al-Malik b. Marwān après la chute …

Mus̲h̲āʿ

(1,308 words)

Author(s): Gerber, C.H. | Pellat, Ch.
(a.), terme technique désignant la propriété indivise de toutes les terres agricoles d’un village dont jouit l’ensemble de la communauté villageoise. — 1. Au Proche-Orient. Dans les villages du Proche-Orient où le mus̲h̲āʿ prévalait, les paysans se réunissaient chaque année ou tous les deux ans pour répartir par tirage au sort les terres disponibles entre ¶ des bénéficiaires individuels. L’histoire de l’institution est extrêmement obscure. Dans le sens technique indiqué ci-dessus, le mot mus̲h̲āʿ ne figure pas dans les dictionnaires d’arabe classique, ce qui peut don…

al-K̲h̲ālidiyyāni

(365 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif courant de deux poètes de l’entourage de Sayf al-dawla [ q.v.], les frères inséparables Abū ʿUt̲h̲mān Saʿd/Saʿīd (m. 350/961) et Abū Bakr Muḥammad (m. 380/990), fils de Hās̲h̲im b. Saʿīd b. Waʿla. Originaires d’un village de la région d’al-Mawṣil du nom d’al-Ḵh̲ālidiyya (Yāḳūt, II, 390), ils ont peut-être vécu quelque temps à Baṣra (Yāḳūt, Udabāʾ, XI, 208 l’affirme et donne à Abū ʿUt̲h̲mān l’ethnique de Baṣrī), mais ils se sont surtout fait connaître comme bibliothécaires et panégyristes de Sayf al-dawla, à qui ils dédièrent des pièces d…

al-ʿAd̲j̲d̲j̲ād̲j̲

(342 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(Abū l-S̲h̲aʿthāʾ ʿAbd Allāh b. Ruʾba), poète arabe de la tribu de Tamīm, qui résida principalement à Baṣra; né probablement sous le califat de ʿUt̲h̲mān (23-35/644-656), il mourut en 97/115. Sa vie est mal connue et l’on sait seulement qu’il eut à soutenir des joutes avec son rival kūfien Abū l-Nad̲j̲m al-ʿId̲j̲lī [ q.v.]. Al-ʿAd̲j̲d̲j̲ād̲j̲ — comme son fils Ruʾba [ q.v.] — se caractérise essentiellement par l’emploi constant et exclusif du mètre rad̲j̲az dans des compositions poétiques d’une très grande richesse de vocabulaire et d’une facture rendue difficile par …

Ibn Lad̲j̲aʾ

(180 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ʿUmar b. Lad̲j̲aʾ b. Ḥudayr al-Taymī, des Taym b. ʿAbd Manāt, poète arabe du Ier/VIIe siècle. Al-Ḏj̲āḥiẓ insiste sur son. aptitude à composer des poèmes en rad̲j̲az et des ḳaṣīdas, et Ibn Sallām le range dans la quatrième «classe» des poètes islamiques, mais il doit surtout de ne pas être tombé dans l’oubli aux invectives qu’il échangea avec Ḏj̲arīr [ q.v.]; ces pièces de hid̲j̲āʾ sont en partie conservées dans les Naḳāʾiḍ et diverses anthologies qui ignorent généralement ses autres compositions; sa rivalité avec Ḏj̲arīr paraît avoir eu à l’origine un caractère li…

Abū l-Ḥasan al-Aḥmar

(347 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif courant d’un philologue de Bag̲h̲dad du nom de ʿAlī b. al-Ḥasan/al-Mubārak, qui recueillit l’enseignement d’al-Kisāʾī [ q.v.] dont il était le disciple empressé et fut après son maître le précepteur des futurs ¶ al-Amin et al-Maʾmūn. Les sources biographiques rapportent qu’al-Aḥmar faisait au début partie de la garde d’al-Rashīd, de sorte que, très attiré par la philologie, il ne pouvait assister aux cours d’al-Kisāʾī que lorsqu’il n’était pas de service au Palais. Quand le maître venait donner ses leçons aux jeunes…

K̲h̲alaf b. Ḥayyān al-Aḥmar

(505 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Muḥriz (vers 115-180/vers 733-796), rāwiya célèbre de Baṣra. Ses parents, originaires du Farg̲h̲āna et emmenés captifs au ʿIrāḳ, avaient été affranchis par Bilāl b. Abī Burda [voir al-As̲h̲ʿarī] dont Ḵh̲alaf demeura le mawlā. Doué d’une prodigieuse mémoire, ce rāwiya connaissait parfaitement la vie bédouine, la langue, les traditions, les légendes des Bédouins et recueillait toutes les œuvres en vers qui lui étaient proposées, pour les transmettre à ses successeurs. Il aurait été l’élève de ʿĪsā b. ʿUmar et d’Abū ʿAmr ibn al-ʿAlāʾ [ q.vv.], mais il ne se piquait pas de phi…

Ibn Abī ʿAtīḳ

(592 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif courant de l’arrière-petit-fils du calife Abū Bakr, ʿAbd Allāh b. Muḥammad (= Abū ʿAtīḳ) b. ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, dont on sait seulement qu’il épousa entre autres, après al-Ḥasan et al-Ḥusayn, la fille de Ṭalḥa b. ʿUbayd Allāh, Umm Isḥāḳ, et qu’il menait à Médine une existence oisive, partagée entre les réunions avec des poètes tels que ʿUmar b. Abī Rabīʿa [ q.v.] ou Kut̲h̲ayyir ʿAzza [ q.v.] et la fréquentation des ¶ amuseurs du genre d’As̲h̲ʿab [ q.v.] ou des musiciens et chanteurs comme Ibn ʿĀʾis̲h̲a [ q.v.]. Son appartenance à l’aristocratie ḳurays̲h̲ite lui per…

al-Ḳuṭāmī

(383 words)

Author(s): Bräu, H.H. | Pellat, Ch.
«le Faucon», surnom de plusieurs poètes (dont un des Ḍubayʿa b. Rabīʿa et un autre des Kalb; voir al-Āmidī, Muk̲h̲talif, 166), parmi lesquels le plus connu est ʿUmayr b. S̲h̲uyaym b. ʿAmr qui appartenait probablement aux Ḏj̲us̲h̲am b. Bakr, des Tag̲h̲lib (voir Ibn al-Kalbī-Caskel, Register, 474). A cause d’un de ses vers, il avait été surnommé également Ṣarīʿ al-G̲h̲awām «la victime des belles ». Comme son contribule et oncle maternel(?) al-Ak̲h̲ṭal [ q.v.], il fut impliqué dans les querelles qui opposèrent, au cours de la seconde moitié du Ier/VIIe siècle, les Tag̲h̲lib aux Ḳays ʿ…

Nuṣayb al-Akbar b. Rabāḥ

(874 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Miḥd̲j̲ān, poète noir de langue arabe qui aurait appartenu, à l’origine, à un Kinānite de Waddān, petite localité proche de Médine (voir al-Masʿūdī, Murūd̲j, index arabe, s.v.); on pourrait cependant supposer qu’il s’agit plutôt du principal centre de l’oasis de Ḏj̲ufra ¶ [ q.v.] qui porte le même nom, car des données concernant la biographie de Nuṣayb le feraient venir d’Afrique. De toute façon, il faut renoncer à préciser son origine, car elle a fait l’objet de trop de spéculations pour qu’il soit possible d’en tirer des certitudes…

G̲h̲urāb

(906 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) «corbeau». Les vocables arabes formés sur les trois consonnes g̲h̲, r et b sont, du fait de la diversité de leurs acceptions (voir LA, TA, Dozy, Suppl.), irréductibles à un radical unique, et il est probable qu’une convergence de termes d’origine différente s’est produite au cours de l’histoire de la langue; ainsi, g̲h̲urāb rappelle trop le latin corvus pour qu’on ne songe pas à autre chose qu’une simple coϊncidence; d’ailleurs, d’anciens philologues arabes considèrent g̲h̲urāb comme indépendant puisqu’ils en font dériver des mots tels que g̲h̲urba, ig̲h̲tirāb, etc. qui impli…

Abū Bakra

(368 words)

Author(s): Houtsma, M.Th. | Pellat, Ch.
(«l’homme à la poulie»), appellatif usuel d’un Compagnon du Prophète du nom de Nufayʿ b. Masrūḥ (?), un ancien esclave abyssin des T̲h̲aḳafites d’al-Ṭāʾif qui, lors du siège de la ville par Muḥammad (en 8/630) rejoignit les Musulmans en se faisant descendre par une poulie, et fut affranchi par le Prophète. Il séjourna ensuite au Yémen et participa à la fondation de Baṣra, où il s’établit et mourut en 51 ou 52/671-2. Après avoir été flagellé par ʿUmar pour avoir témoigné contre al-Mug̲h̲īra b. S̲h̲uʿba [ q.v.] accusé d’avoir commis un adultère, Abū Bakra ne joua aucun rôle politiq…

al-Baṣra

(2,913 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Longrigg, S. H.
(en Europe médiévale: Balsora; chez Tavernier: Balsara; orth. europ. moderne: Basra, Basrah, Bassora), ville de Basse-Mésopotamie, sur le S̲h̲aṭṭ al-ʿArab, à 420 km. au Sud-est de Bag̲h̲dād. Au cours des temps, l’emplacement de la ville a quelque peu varié, et l’on peut distinguer: Baṣra la Vieille, aujourd’hui marquée par le village de Zubayr, et Baṣra la Neuve, fondée au XIe/XVIIIe s. à proximité de l’ancienne al-Ubulla [ q.v.] et qui est à l’origine de la ville moderne de Baṣra, à laquelle la découverte de pétrole à l’Ouest de Zubayr imprime un rapide essor. I. — Baṣra jusqu’à la con…

Ibn ʿAbd al-Barr

(405 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Namarī (al-Numayrī), appellatif d’une famille de savants de Cordoue dont le principal représentant est Abū ʿUmar Yūsuf b. ʿAbd Allāh, né en 368/978. Il fit ses études dans sa ville natale sous la direction de maîtres réputés, entretint des correspondances avec des savants orientaux et parcourut l’Espagne «à la recherche de la science», mais ne se rendit pas en Orient. Considéré comme le meilleur traditionniste de son temps, il brillait également en fiḳh et dans la science des généalogies. D’abord de tendance ẓāhirite et proche à cet égard de son ami Ibn Ḥazm, il …

al-K̲h̲wārazmī

(545 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Bakr Muḥammad b. al-ʿAbbās, écrivain et poète de langue arabe (323-83/934-93); comme il prétendait que sa mère était la sœur de l’historien al-Ṭabarī, il s’était fabriqué la nisba d’al-Ṭabark̲h̲azī. Né au Ḵh̲wārazm, il y passa sa jeunesse, puis le quitta de bonne heure, mais il est difficile de le suivre dans ses pérégrinations; il semble avoir surtout cherché à se rapprocher des grands de ce monde pour vivre de leurs libéralités, et c’est ainsi qu’on le trouve à Alep, au service de Sayf al-dawla, à Buk̲h̲āra, auprès du v…

Ḏj̲ins

(2,653 words)

Author(s): Pellat, Ch.
est le mot arabe actuellement employé ¶ pour désigner le «sexe », l’adjectif d̲j̲insī correspondant à «sexuel» et l’abstrait d̲j̲insiyya à «sexualité» en même temps qu’à «nationalité». L’aspect juridique des rapports sexuels ayant été examiné à l’art. Bāh et devant encore faire l’objet des articles Nikāḥ et Zinā, on se bornera, dans la présente notice, à des considérations générales sur la vie sexuelle des Musulmans et sur la place qu’elle occupe dans la littérature. La poésie antéislamique, dans la mesure où elle est authentique, fournit la preuve qu’une certaine lib…
▲   Back to top   ▲