Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,360 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Lamaṭī

(323 words)

Author(s): Réd.
, ethnique issu de Lamaṭa, quartier de la ville marocaine de Sid̲j̲ilmāssa et porté notamment par deux mystiques: I. Aḥmad al-Ḥabīb b. Muḥammad al-G̲h̲umārī b. Sāliḥ al-Siddīkī (car il fait remonter sa généalogie à ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr) al-Sid̲j̲ilmāssī, qui appartenait à la confrérie des S̲h̲ād̲h̲iliyya [ q.v.]; il eut de nombreux élèves parmi lesquels figurent Abū l-ʿAbbās al-Hilālī [voir al-Hilālī, au Suppl.] et son cousin par les femmes, Aḥmad b. al-Mubārak [voir infra]. Il mourut en odeur de sainteté à Sid̲j̲ilmāssa le 4 muḥarram 1165/23 novembre 1751. Bibliography Ḳādirī,…

al-Mug̲h̲ayyabāt al-K̲h̲ams

(151 words)

Author(s): Réd.
(a.) «les cinq mystères, ou choses cachées dans l’invisible», terme technique de la théologie islamique. Ces mystères sont considérés comme connus de Dieu seul, en tant que ressortissant à Sa prescience, et à Sa connaissance préexistante de tous les aspects de la nature et de l’activité humaine (cf. H. Ringgren, Studies in Arabian fatalism, Uppsala 1955, 86 sqq.; voir aussi al-Ḳaḍāʾ wa-l-ḳadar). Ils sont habituellement identifiés aux cinq choses connues de Dieu selon les termes du Ḳurʾān, XXXI, 34: l’heure du Jugement [voir al-Saʿa]; quand tombera l’ondée; ce qui est dans les …

ʿAttābb.Asīd

(127 words)

Author(s): Réd.
b. Abī l-ʿIṣ b. Umayya al-Umawī, Compagnon du Prophète qui se convertit le jour de la prise de la Mekke; peu après, il fut chargé par Muḥammad, pendant la bataille de Ḥunayn (8/629), de gouverner la Mekke, dont il conserva ensuite le gouvernement sous Abū Bakr. Il avait accepté d’épouser Ḏj̲uwayriya bint Abī Ḏj̲ahl pour empêcher ʿAlī b. Abī Ṭālib de donner une coépouse à Fāṭima. La date de sa mort varie entre 13 et 23/634-44. (Réd.) Bibliography Ibn Ḥad̲j̲ar al-ʿAsḳalānī, Iṣāba, n° 5391 Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, index Muḥammad b. Ḥabīb, Muḥabbar, index Ṭabarī, index Ibn al-At̲h̲ī…

Idāra

(165 words)

Author(s): Réd.
, terme désignant communément de nos jours en arabe, persan, turc, etc., l’administra-tion. Ce terme semble avoir acquis son sens technique durant la période d’influence européenne. La question de l’administration musulmane est traitée dans les articles sur les départements et les services administratifs (Bāb-i ʿĀlī, Bayt al-Māl, Barīd, Dīwān, Dīwān-i Humāyūn, Ḳalam, Ḳānūn, Rawk, Taḥrīr, etc.); sur les officiers et les fonctionnaires (ʿĀmil, ʿAmīd, Daftardār, Ḥād̲j̲ib, Kâhya, Ḵh̲āzin, Mus̲h̲īr, Mus̲h̲rif, Mustawfī, Nāʾib, Nāhẓir, Raʾīs al-kuttāb, S̲h̲ādd, …

Ḥumayd b. ʿAbd al-Ḥamīd

(152 words)

Author(s): Réd.
al-Ṭūsī, ¶ général ʿabbāside qui fut le principal artisan de la victoire d’al-Maʾmūn sur Ibrāhīm b. al-Mahdī; il mourut empoisonné en 210/825. Sa générosité et son faste ont été chantés par plusieurs poètes, notamment ʿAlī b. Ḏj̲abala [voir al-ʿAkawwak], Ses fils, euxmêmes poètes, mais peu féconds (voir Fihrist, éd. Caire 235), ont été à leur tour des mécènes célébrés en particulier par Abū Tammām et al-Buḥturī. Muḥammad b. Ḥumayd, envoyé contre Bābak [ q.v.] et tué en 214/829, fut pleuré par Abū Tammām, sur le tombeau de qui son frère Abū Nahs̲h̲al fit élever une co…

Rābiṭa

(319 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme employé dans al-Andalus pour désigner une enceinte fortifiée, un bastion construit sur le littoral pour dissuader l’ennemi d’attaquer par mer. Ce vocable se substituait, en l’occurrence, à ribāṭ [ q.v.], qui ne s’étendait plus au monastère occupé par des combattants de la guerre sainte, mais était à peu près réduit au sens de d̲j̲ihād [ q.v.] ou remplaçait même g̲h̲āra «coup de main». Dans une rābiṭa, «des volontaires, qui se relayaient périodiquement, assuraient une garde vigilante, tout en pratiquant des exercices spirituels et en s’astreignant à …

G̲h̲anīmat Kund̲j̲āhī

(301 words)

Author(s): Réd.
, Muḥammad Akram, poète de l’Inde mug̲h̲ale qui fut le promoteur du « style indien » ( sabk-i hindī [ q.v.]) dans la poésie persane du sous-continent. Né à une date inconnue (première moitié du Xle/XVIIe siècle) à Kund̲j̲āh, petit village du district de Gud̲j̲rāt, dans le Nord du Pand̲j̲āb (auj. au Pakistan), il fit bien quelques séjours au Kas̲h̲mīr, à Dilhī et à Lahore, mais ne s’éloigna guère, dans l’ensemble, de ¶ son village natal où il mourt vers 1106/1695. Il appartenait à la confrérie ṣūfie des Ḳādiriyya [ q.v.]. Ses œuvres comprennent un Dīwān, fait principalement de g̲h̲azals, et un ma…

Abū l-Asad al-Ḥimmānī

(347 words)

Author(s): Réd.
, de son nom Nubāta b. ʿAbd Allāh, poète mineur de l’époque ʿabbāside qui était originaire de Dīnawar. De talent plutôt moyen, il doit à ʿAllawayh/ʿAllūyah [ q.v. au Suppl.] de ne pas être tombé dans l’oubli, car ce chanteur, qui était son ami, l’introduisit auprès des grands personnages de l’époque et, surtout, mit en musique quelques-unes de ses compositions, qui obtinrent un large succès. Sa carrière paraît avoir été assez longue. On le voit d’abord, en effet, satiriser dès 153/770 deux mawālī d’al-Manṣūr, Ṣāʿid et Maṭar (al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī, Wuzarāʾ, 124), puis fréquenter Abū Dul…

Unayf

(84 words)

Author(s): Réd,
b. Dald̲j̲a b. Ḳunāfa al-Kalbī (généalogie complète dans al-Ṭabarī, II, 204, voir également Ibn al-Kalbī-Caskel, I,’tableau 286, II, 572), chef tribal de Kalb en Syrie [voir Kalb b. Wabara], vécut au début du VIIe s. Son fils, Baḥdal, fut le père de Maysūn [ q.v.], l’épouse du calife umayyade Muʿāwiya I et la mère de Yazīd Ier. Elle soutint avec vigueur la cause sufyānide. (Réd.) Bibliography Voir également H. Lammens, Études sur le règne du calife Moʿâwiya Ier , dans MFOB, III (1908), 150.

Fraxinetum

(335 words)

Author(s): Réd.
désignait au moyen âge le village qui s’appelle aujourd’hui La-Garde-Freinet, dans une brèche de la montagne des Maures (département du Var, France). Cette localité n’a sa place dans l’ Encyclopédie de l’Islam que parce qu’elle fut occupée pendant 80 ans par des pirates musulmans venus d’Espagne entre 278 et 281/891-4. Prenant pied dans le golfe de Saint-Tropez, ils occupent une forteresse naturelle (Fraxinet, Freinet) à proximité du village actuel de La-Garde-Freinet; «bientôt renforcés par de nouveaux groupes venus de la pé…

Argān

(112 words)

Author(s): RÉd.
(berb.), arganier ( argania spinosa ou argania sideroxylon), arbre de la famille des sapotacées qui croît sur la côte méridionale du Maroc. Arbuste au bois dur et résistant, il produit un drupe dont l’amande, moulue, fournit une huile assez appréciée; les tourteaux sont donnés au bétail. Le mot est également connu d’une partie des arabophones du Maroc, qui le traitent cependant comme un emprunt. (Réd.) Bibliography Ibn al-Bayṭār, n° 1248 L. Brunot, Textes arabes de Rabat, II, Glossaire, Paris 1952, 6-7 V. Monteil, Contribution à létude de la flore du Sahara occidental, II, Paris 1953…

Raʾs al-ʿĀm

(111 words)

Author(s): Réd.
(a.) désigne le Jour de l’An, litt. «début de l’année», c’est-à-dire le 1er muḥarram. Sur la différence avec Raʾs al-sana, voir Lane, Lexicon, s.v. ʿām. La loi islamique sunnite ne prescrit aucune célébration pour le premier mois de l’année, si ce n’est qu’une journée déjeune volontaire est recommandée le dix [voir ʿĀs̲h̲ūrāʾ]. Cependant, les dix premiers jours du mois sont considérés comme spécialement bénis (Lane, Manners and customs, chap. IX, XXIV). Les S̲h̲ī ʿites connaissent plusieurs festivités au cours de ce mois [voir Muḥarram; Taʿziya]. Dans beaucoup de pays islamique…

Alad̲j̲a Dag̲h̲

(61 words)

Author(s): Réd.
«montagne de plusieurs cou- leurs», nom souvent employé pour désigner des montagnes dans les pays de langue turque; c’est par exemple le nom 1) d’une montagne au Sud-ouest de Konya; 2) d’une montagne constituant un éperon du Ḳara Dag̲h̲, dans la partie Sud-est de Kars, près de laquelle les Russes battirent les Turcs le 16 octobre 1877. (Réd.)

Parda-dār

(52 words)

Author(s): Réd.
(p.), littéralement «la personne qui tire le rideau», terme employé au sein des dynasties du monde islamique oriental à partir de l’époque sald̲j̲ūkide comme équivalent de ḥād̲j̲ib ou chambellan, lequel contrôlait l’accès auprès du souverain, ce dernier étant normalement caché aux regards du peuple. Sur cette fonction, voir Ḥād̲j̲ib. (Réd.)

al-K̲h̲āzir

(197 words)

Author(s): Réd.
, affluent de droite du Grand-Zāb [voir Zāb] qui arrose la kūra de Nak̲h̲lā, à l’Est de Mossoul; il était localement appelé Banīs̲h̲ū. C’est sur les rives de ce cours d’eau qu’eut lieu, le 10 muḥarram 67/6 août 686, une bataille décisive entre Ibrāhīm b. Mālik al-As̲h̲tar [ q.v.] et ʿUbayd Allāh b. Ziyād [ q.v.]. Après la défaite subie à ʿAyn Warda [ q.v.], ʿUbayd Allah se dirigea avec son armée vers le ʿIrāḳ, mais il fut intercepté par les troupes d’Ibn al-As̲h̲tar, qui combattait au nom d’al-Muk̲h̲tār [ q.v.]. Selon la tradition, ʿUmayr b. al-Ḥubāb al-Sulamī, qui commandait l’aile …

Wat̲h̲īḳa

(108 words)

Author(s): Réd.
(a.), pl. wat̲h̲āʾiḳ, du verbe wat̲h̲uḳa, «être ferme, assuré», désigne un document qui certifie l’établissement d’une promesse ou d’un acte légal, comme une convention ou un contrat, etc., ou la nomination d’une personne à un poste officiel. Cela devient donc un terme général pour qualifier un document officiel ou légal, ou un formulaire; voir Diplomatique. I, et pour l’usage général du terme, Dozy Supplément, II, 780. En arabe courant, wat̲h̲āʾiḳ est souvent utilisé pour désigner les actes officiels, les archives, conservés dans un dépôt, dār al-wat̲h̲āʾiḳ; les historiens cont…

Saʿid Efendi, puis Pas̲h̲a

(193 words)

Author(s): Réd.
, Meḥmed Čelebizāde, fonctionnaire turc ottoman et Grand Vizir, né à Istanbul à une date inconnue, m. 1174/1761. Il était le fils de l’homme d’Etat et diplomate Meḥmed Yirmisekiz Čelebi Efendi [ q.v.], et accompagna son père dans sa mission diplomatique en France en 1132/1720-1. Après une carrière de secrétaire au Dīwān-i Humāyūn, il fut lui-même envoyé en ambassade en Suède et en France (1154-5/1741-2), et en 1169-1756 devint le Grand Vizir de ʿOt̲h̲mān III [ q.v.] pendant cinq mois et demi. Il termina sa carrière comme gouverneur d’Egypte, puis d’Adana et de Marʿas̲h̲. oü il mourut. Il es…

S̲h̲ehir Ketk̲h̲üdāsi̊

(109 words)

Author(s): RÉD.
(t.), fonctionnaire de l’empire ottoman pré-moderne chargé de fonctions financières et administratives. Son rôle essentiel était de collecter les taxes spécifiques d’une ville ou de ses quartiers (correspondant donc à celui du s̲h̲ayk̲h̲ al-balad en Egypte), tandis que les aʿyān disposaient du fermage dans les zones rurales. Comme pour les aʿyān, l’office de s̲h̲ehir ketk̲h̲üdāsi̊ tendit à devenir héréditaire. Il ouvrait naturellement des perspectives pour pressurer les contribuables. Après s’être maintenu à dater de l’époque de Süleymān le Magnifi…

ʿUt̲h̲mān Diḳna

(53 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Bakr al-Sawākinī, orthographié ordinairement Osman Digna, un chef du mouvement de la Mahdiyya soudanaise [ q.v.] dans les années 1880 et 1890. Pour sa carrière voir Bed̲j̲a, I, 1193a et Kasala, IV, 715a, ajouter en biblio. R. Hill, A biographical dictionary of the Sudan, 2Londres 1967, 367-8, 408. (Réd.)

Kayānides

(990 words)

Author(s): Réd.
, dynastie iranienne en majeure partie mythique qui doit son nom au titre de kavi (voir Gr. I. Ph., II, index, s.v.) > pehlévi kay (pl. kayān ou akyān en arabe) porté par des personnages cités, avec quelques variantes, dans la tradition religieuse comme dans la tradition nationale. Cette dynastie a fait l’objet d’une monographie d’A. Christensen, Les Kayānides, Copenhague 1931, à laquelle on renverra le lecteur pour tous les problèmes qu’elle pose aux spécialistes de l’Iran antique. La source principale des historiens et des écrivains musulmans qui en font état est le Kitāb Siyar mulūk …

al-Niẓāmiyya, al-Madrasa

(33 words)

Author(s): Réd.
, appellation des établissements d’enseignement sunnite fondés au ʿIrāḳ, en Ḏj̲azīra et en Perse par le grand vizir sald̲j̲ūḳide Niẓām al-mulk [ q.v.]. Voir Madrasa, I. 4 et Nihẓām al-mulk. (Réd.)

Ibn Sūda

(747 words)

Author(s): Réd.
(Sawda), appellatif d’un certain nombre de savants et ḳāḍīs mālikites de Fās appartenant à une famille andalouse émigrée à Tāwda (auj. Fās al-Bālī), à environ 80 krn. au Nord- Nord-ouest de Fās, et portant par conséquent l’ethnique Tāwdī. I Abū l-Ḳāsim ibn Abī Muḥammad Ḳāsim Ibn Sūda al-Murrī al-G̲h̲arnāṭī, m. à Fās le 25 s̲h̲awwāl 1004/22 juin 1596, fut ḳādī de Taza, de Marrākus̲h̲ et de Fās (voir al-Ifrānī, Ṣafwat man intas̲h̲ar, 100; al-Ḳādirī, Nas̲h̲r al-mat̲h̲ānī, I, 34; al-Kattānī, Salwat al-anfās, 19, 61; Lévi-Provençal, Chorfa, index). II. Muḥammad b. Muḥammad Ibn Sūda (m. 107…

Ibrāhīm b. al-As̲h̲tar

(377 words)

Author(s): Réd.
, fils du célèbre Mālik b. al-Ḥārit̲h̲ al-Nak̲h̲aʿī [voir al-As̲h̲tar] et lui-même homme de guerre attaché au parti ʿalide. Il aurait déjà participé à Ṣiffīn [ q.v.] dans les rangs de ʿAlī, mais c’est aux côtés d’al-Muk̲h̲tār b. Abī ʿUbayd [ q.v.] qu’il entre dans l’histoire. En fait, il semble bien avoir hésité à se joindre à cet agitateur, et il fallut que ce dernier forgeât, de l’avis des chroniqueurs eux-mêmes, une lettre prétendûment adressée par Muḥammad ibn al-Ḥanafiyya à Ibrāhīm pour que celui-ci acceptât de reconnaître al-Muk̲…

Ḳardā et Bāzabdā

(152 words)

Author(s): Réd.
, anciens districts de Haute-Mésopotamie souvent cités ensemble. Le premier tire son nom de Bēth Ḳardū, le pays des Carduques, devenu Bāḳardā; selon Yāḳūt, s.v., cette forme se trouve «dans les livres», mais les habitants de la région disent Ḳardā. Le district comptait environ 200 bourgs, notamment al-Ḏj̲ūdī et T̲h̲amānīn. et le canton de Faysābūr; il produisait surtout du blé et de l’orge. L’ancien chef-lieu, Ḳardā, ayant perdu de l’importance, fut remplacé par Bāsūrīn. Bāzabdā, de son côté, est le nom d’un district de la région de Ḏj̲azīrat Ibn ʿUmar [voir ibn ʿumar] à l’Ouest du Tig…

Muk̲h̲ārad̲j̲a

(237 words)

Author(s): Réd.
(a.), ainsi que ses synonymes muḳāraʿa, munāhada, musāhama, implique une idée de partage de différents objets effectué de diverses manières entre deux ou plusieurs personnes; mais muk̲h̲ārad̲j̲a employé seul et les autres termes suivis de l’expression bi-l-aṣābiʿ «avec les doigts» désignent tous le jeu de la mourre ou mication (latin micatio, ital. mora). Ce jeu, qui est pratiqué sur le pourtour de la Méditerranée, ainsi qu’en Arabie et en Irak, consiste, pour deux joueurs, à se placer l’un en face de l’autre et, à un signal donné par l’un d’eux,…

al-Wazīr al-Ṣag̲h̲īr

(113 words)

Author(s): Réd,
(a.), terme utilisé dans l’administration fāṭimide pour désigner celui que l’on nommait également le Ṣāḥib al-Bāb, ou Grand Chambellan. Il avait un statut équivalent à celui de l’ Isfahsālār ou Muḳaddam al-ʿAskar, commandant en chef de l’armée, et tous deux traitaient de tous les matières relevant de l’organisation militaire. D’après al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ, III, 483, IV, 7-8, il occupait, juste après le wazīr, le second rang dans la hiérarchie civile et pouvait siéger au tribunal des maẓālim [ q.v.] quand le wazīr était occupé ailleurs. (Réd.) Bibliography Voir également W. Björk…

Wayhind

(118 words)

Author(s): Réd,
, la forme que l’on trouve dans les sources médiévales indo-musulmanes pour désigner une ville au Nord-ouest de l’Inde, qui est dans la géographie du Kas̲h̲mīr écrite au XIIe s. par Kalḥana est nommée Udabhānda, où se trouve actuellement l’agglomération de Hund à 9 km. au Nord-est d’Attock [voir At́ak] au Pakistan. Cette cité était la capitale de la puissante dynastie Hindū-S̲h̲āhī(e), des princes indiens qui s’opposèrent à Sebüktigin et à son fils, Maḥmūd de G̲h̲azna à la fin du IVe/Xe s. et au début du Ve/XIe jusqu’à ce que Maḥmūd soit définitivement vainqueur de Rād̲j̲ā Ḏj̲aypāl [voir Hin…

al-ʿUdayd

(78 words)

Author(s): Réd,
, petit village dans le Ḵh̲awr al-ʿUdayd, crique de la côte Sud-est de la péninsule du Ḳaṭar [ q.v.], sur les rives méridionales du Golfe (24° 33′ de lat. N. et 51° 30′ de long. E.). Il est situé dans la région frontalière non définie entre le Ḳaṭar et Abū Ẓaby [ q.v.], qui forme l’une des principautés constituant les Émirats Arabes Unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.] (Réd.) Bibliography Voir celles de Abū Ẓaby et de Ḳaṭar

al-Muṭahhar b. Ṭāhir (ou al-Muṭahhar)al-Maḳdisī

(461 words)

Author(s): Réd.
, Abū Naṣr, auteur, par ailleurs inconnu, d’une encyclopédie «historique» intitulée Kitāb al-Badʾ wa-l-taʾrīk̲h̲ et composée à Bust [ q.v.], vers 355/966, à l’instigation d’un ministre sāmānide anonyme. C’est à Cl. Huart que revient le mérite d’avoir tiré de l’oubli un éloquent témoignage de l’intérêt porté à l’histoire, moins événementielle sans doute que culturelle, de l’humanité, par des Musulmans du Moyen Âge; en effet, il en a publié, d’après un ms. d’Istanbul, le texte arabe et une traduction française (Pari…

Kāmrūp

(91 words)

Author(s): RÉd.
, région de l’Assam [ q.v.] occidental qui marque la limite de la pénétration des armées musulmanes au Nord-est de l’Inde; la conquête ne fut pas suivie d’une implantation importante de Musulmans et, en fait, la région ne fut occupée que durant des périodes limitées. Les rares Musulmans qui y habitent actuellement sont surtout des marchands qui résident dans les villes. Pour l’histoire de la province dans ses rapports avec l’Islam, voir Assam; chez les géographes musulmans (Marwazī, Ḥudūd al-ʿālam), elle est souvent désignée sous le nom de Ḳʾmrwn. (RÉd.)

Maslama b. Muk̲h̲allad

(390 words)

Author(s): Réd.
b. al-Ṣāmit al-Anṣārī, Abū Maʿn (ou Saʿīd ou ʿUmar), Compagnon du Prophète qui prit part à la conquête de l’Égypte et demeura dans le pays avec les troupes musulmanes d’occupation. Très attaché par la suite à la mémoire de ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān et hostile à ʿAlī b. Abī Ṭālib, dont il n’avait pas reconnu l’accession au califat (voir al-Ṭabarī, I, 3070), il s’opposa, avec Muʿāwiya b. Ḥudayd̲j̲ [ q.v.], à la venue de Muḥammad b. Abī Bakr [ q.v.], qui, après avoir trempé dans le meurtre du troisième calife, avait été nommé gouverneur d’Égypte, et il est probable qu’il participa…

Ibn ʿAbdūn

(553 words)

Author(s): Réd.
, Abū Muḥammad ʿAbd al-Mad̲j̲īd Ibn ʿAbdūn al-Fihrī, kātib et poète andalou né à Evora. Il attira de bonne heure l’attention du gouverneur de sa ville natale, ʿUmar Ibn al-Afṭas, dont il devint le secrétaire-rédacteur quand ce dernier fut monté sur le trône de Badajoz [voir Baṭalyaws] avec le laḳab d’al-Mutawakkil, en 471/1078 [voir Afṭasides]. Après la chute de la dynastie et la prise de Badajoz en 487/1094 par le général almoravide Sīr b. Abī Bakr, Ibn ʿAbdūn entra au service des Almoravides et fut le kātib de Yūsuf b. Tās̲h̲fīn et de son fils ʿAlī. Il mourut à Evora en 529/1134. Ibn ʿAbdūn, q…

Aḥmed Ḥilmī

(88 words)

Author(s): Réd.
, alias S̲h̲ehbenderzāde, journaliste turc qui se fit connaître après la révolution de 1908 lorsqu’il revint à Istanbul après son exil au Fezzan et fonda un périodique appelé Ittiḥād-i Islām. Il collabora également à Iḳdām, Taṣwīr-i Efkār et ensuite à l’hebdomadaire Ḥikmet [voir Ḏj̲arīda, III], et écrivit un nombre considérable d’ouvrages, dont quelques-uns ont été publiés. Ceux-ci ¶ comprennent une histoire de l’Islam et des livres sur l’ordre des Sanûsis et sur Ibrāhīm Güls̲h̲anī [ qvv.]. Il mourut en 1913. (Réd.) Bibliography Babinger, 397 ʿOt̲h̲mānli̊ müʾellifleri, II, 156-7.

Ḳuṭb al-Dīn-zāde

(163 words)

Author(s): Réd.
, Muḥyī l-dīn Muḥammad b. Ḳuṭb al-dīn Iznīḳī, savant et mystique musulman, né au début du IXe/XVe siècle et fils de Ḳuṭb al-dîn Iznīḳī (m. 821/1418 [ q.v.]), lui-même savant et auteur d’ouvrages de tafsīr et de fik̲h̲ (voir ʿOt̲h̲mānli̊ muʾellifleri, I, 144, version en caractères latins, I, 124-5). Il fut dans sa jeunesse l’élève du célèbre muftī S̲h̲ams al-dīn Muḥammad, Mollā Fanārī (m. 834/1431) [voir Fenārī-Zāde] et, par la suite, il s’intéressa au Sufisme. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, principalement de commentaires, par exemple sur les écrits mys…

Muk̲h̲attam

(70 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme souvent appliqué à ¶ des textiles islamiques du Moyen Âge, de la soie aux lainages, et désignant des lignes dessinées dans le tissu et formant des compartiments rectangulaires en damier (Dozy, Suppl., I, 352). Ces tissus paraissent avoir été fabriqués un peu partout dans les pays islamiques; voir R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth 1972, index s.v. (Réd.)

Rakʿa

(60 words)

Author(s): Réd.
(a.), littéralement «acte de se pencher, de se courber», succession de gestes accomplis et de formules prononcées par le Musulman croyant au cours de l’acte d’adoration, ou ṣalāt. Il implique le prononcer du ṭakbīr et de la Fātiḥa, puis l’inclination du corps par rapport à la station droite ( rakūʿ), et enfin deux prosternations ( sud̲j̲ūd). Voir aussi Ṣalāt. (Réd.)

Yawm

(195 words)

Author(s): Réd,
, (a., pl. ayyām,) «jour» (terme commun en sémitique, par ex. akkad. ūmum, hébr. yōm, aram. yawmā, sudarabique épigraphique ywm), désigne le cycle de vingt quatre heures correspondant à une journée alors que nahār désigne le «jour» comme période éclairée de la journée, du lever au coucher du soleil. Voir plus d’informations dans al-Layl wa l-Nahār. Yawm apparaît comme un terme isolé dans plusieurs usages spéciaux, en particulier durant la d̲j̲āhiliyya et au début de l’Islam, avec la signification du «jour de bataille»; voir ainsi Ayyām al-ʿArab. Dans la poésie arabe, le pluriel ayyām co…

al-Malaṭī

(161 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḥusayn Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAbd al-Raḥmān, faḳīh s̲h̲āfiʿite et spécialiste des lectures ḳurʾāniques, né à Malaṭya, m. à ʿAsḳalān en 377/987, d’où la nisba d’al-ʿAsḳalānī qu’il porte également. Il est l’auteur d’une ḳaṣīda de 59 vers sur les lectures et les lecteurs, à l’imitation d’un poème de Mūsā b. ʿUbayd Allāh al-Ḵh̲āḳānī, mais il mérite la reconnaissance des islamologues pour avoir laissé l’un des traités d’hérésiographie les plus anciens, le Kitāb al-Tanbīh wa-l-radd ʿalā ahl al-ahwāʾ wa-l-bidaʿ, qui a fait l’objet de plusieurs éditions, en particulier par …

Pend̲j̲ik

(120 words)

Author(s): Réd.
(t. du persan pand̲j̲ yak «cinquième»), terme financier et administratif employé en turc ottoman pour désigner le cinquième que le sultan retirait, en tant que droit du souverain (équivalent au k̲h̲ums arabe), du butin fait dans le dār al-Ḥarb. Ce droit impliquait notamment la levée de jeunes Chrétiens dans les Balkans et en Grèce en appliquant le procédé du dews̲h̲irme [voir Devs̲h̲irme]; ces garçons étaient ensuite formés en vue de servir au palais ou dans l’armée en qualité de ḳapi̊ ḳullari̊; le fonctionnaire chargé de retirer le cinquième destiné au sultan était appelé pand̲j̲ikči b…

Īlāf

(661 words)

Author(s): Réd.
, terme ḳurʾānique (CVI, 1-2) qui fait probablement allusion à des relations économiques entretenues par les Ḳurays̲h̲ites bien avant l’Islam, mais pose des problèmes de lecture et d’interprétation difficile à résoudre. En premier lieu, cette sourate CVI, qui est très brève et certainement très ancienne (n° 3 dans le classement de R. Blachère), commence abruptement, après la basmala par: li-īlāf1 Ḳurays̲h̲in īlāfi-him riḥlata l-s̲h̲itāʾi wa-l-ṣayfi, ce qui peut se rendre de la façon suivante: « à cause de l’ īlāf des Ḳurays̲h̲ites, [de] leur īlāf du voyage d’hiver et d’été. (Qu…

Red̲j̲āʾī-zāde

(210 words)

Author(s): Réd.
Meḥmed Ḏj̲elāl Bey (1254-1300/1838-82), écrivain et poète turc, et frère aîné de Red̲j̲āʾī-zāde Ekrem Bey [ q.v.]. Il fit une carrière administrative sans grand relief: entré au Bureau de Traduction ( Terd̲j̲üme Odasli) de la Sublime Porte en 1270/1853-4, il fut nommé en 1279/1862-3 premier secrétaire à l’ambassade de Saint Pétersbourg, puis secrétaire assistant ( mektūbī muʿāwini) d’Aḥmed Ḏj̲ewdet Pas̲h̲a [ q.v.] lorsque ce dernier devint wālī d’Alep en 1282/1865-6, et finalement secrétaire en chef des provinces de Kastamonu (en 1288/1871-2) et d’Aydin (en 12…

Meḥemmed

(537 words)

Author(s): Réd.
est l’une des formes turques du nom «Muḥammad» qui, ayant été porté par le Prophète de l’Islam, est de beaucoup le plus courant dans le monde islamique. Indépendamment des modifications qu’il peut subir sous l’influence des habitudes de langage de groupes allophones et de la structure phonétique de langues autres que l’arabe, ce nom est soumis, en dépit — et peut-être à cause — de la vénération qu’il inspire, à des déformations volontaires de la part de Musulmans sincères qui tiennent à ce que soit précisément respectée l…

Aḥmadnagar

(119 words)

Author(s): Réd.
, capitale d’un district du même nom dans l’Inde (présidence de Bombay), sur la Siva. La population de la ville était en 1901 de 42000 hab., celle du district (6586 milles carrés = 17058 km. carrés), de 837695 hab. Aḥmadnagar fut fondée en 1494 par Aḥmad Niẓām S̲h̲āh, le fondateur de la dynastie des Niẓām-S̲h̲āhs [ q.v.], qui régna à Aḥmadnagar pendant un siècle environ jusqu’à ce que la ville fût, apprès la défense héroïque de Čānd Bībī, prise par les troupes d’Akbar et incorporée à l’empire des Mog̲h̲uls. Après la mort d’Awrangzīb, Aḥmadnagar tomba…

Raḍwā

(213 words)

Author(s): Réd.
, nom des escarpements situés à l’Ouest de Médine, cités occasionnellement à propos du mont T̲h̲abīr ( Sīrat al-Ḥabas̲h̲a, 86). Sis derrière Yanbuʿ, entre les régions de Madyan [voir Madyan S̲h̲uʿayb] et la Mekke, ils étaient connus de Ptolémée (Sprenger, Die allé Geographie, nos 28, 30) et sont mentionnés par Ibn Isḥāḳ ( The life of Muhammad, trad., 413, 542). Al-Hamad̲h̲ānī cite une tradition qui fait dire au Prophète: «Puisse Dieu être satisfait ( raḍiya) de cet endroit ( Raḍwā)!». Abu Karīb, chef des Kuraybiyya, une sous-secte des Kaysāmyya, aurait été convaincu que Mu…

al-Nāṣiriyya

(230 words)

Author(s): Réd.
, branche de la confrérie des S̲h̲ad̲h̲iliyya [ q.v.], qui a pris naissance dans le Sud marocain, à la zāwiya de Tamgrūt [ q.v.] fondée en 983/1575 par un membre d’une famille maraboutique; elle-même doit son nom aux Ibn Nāṣir [ q.v. au Suppl.] qui se sont transmis la direction de la zāwiya depuis le s̲h̲ayk̲h̲ Maḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥusayn b. Nāṣir b. ʿAmr b. ʿUt̲h̲mān (1015-85/1603-74), qui en est le fondateur (1070/1660). Mais c’est à son fils Aḥmad b. Maḥammad (1057-1129/1647-1717) qu’est attribué le mérite de l’avoir organisée. (Réd.) Bibliography aux sources …

(al-) Karad̲j̲ (karah) ou Karad̲j̲ Abī Dulaf

(312 words)

Author(s): Réd.
, ancienne ville du Ḏj̲ibāl [ q.v.] dont le site est inconnu, mais qui était située au Sud-est de Hamad̲h̲ān, à peu près à mi-chemin entre cette dernière et Iṣfahān. Elle doit son deuxième nom à al-Ḳāsim b. ‘Īsa al-ʿId̲j̲lī [ q.v.], plus connu sous sa hunya d’Abù Dulaf, qui agrandit probablement ( maṣṣara) une localité préexistante et y construisit une forteresse; ce général, à l’époque des luttes entre al-Amīn et al-Maʾmūn, s’était taillé un fief dans le Ḏj̲ibāl et avait obtenu le privilège de payer un impôt forfaitaire ( īg̲h̲ār [ q.v.]; ajouter notamment à la Bibl.: Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih,…

Mug̲h̲ārasa

(343 words)

Author(s): Réd.
, terme juridique désignant le «bail à comptant», souvent traité par les auteurs parallèlement à la musāḳāt («colonat partiaire» [ q.v.]), dont il est en quelque sorte un cas particulier, plus favorable au preneur. Les commentateurs sont muets en ce qui concerne le fondement juridique de cette institution. Rien dans le Ḳurʾān ni la Sunna n’y fait la moindre allusion. Il n’empêche que la mug̲h̲ārasa est certainement l’un des contrats les plus usités. C’est un contrat par lequel le propriétaire d’un terrain charge une personne de le complanter en arbres et s’e…

Ḥarīm

(589 words)

Author(s): Réd
(également ḥaramgāh, zanāna, etc.), terme désignant les parties d’une maison dont l’accès est interdit, d’où, plus particulièrement, les appartements des femmes. Dans l’Arabie ancienne, les femmes paraissent avoir joui d’une certaine liberté individuelle, bien que le port du voile ne fût pas inconnu, surtout dans les villes. Il devint plus courant après la naissance de l’Islam avec l’adoption, d’une part, d’un code plus strict de morale sexuelle et, d’autre part, d’une manière de vivre plus citadi…

Ibn al-Ḥād̲j̲d̲j̲

(358 words)

Author(s): Réd.
, Ḥamdūn b. ʿAbd al-Raḥmān al-Sulamī al-Mirdāsī al-Fāsī (1174-1232/1760-1817) est, selon E. Lévi-Provençal ( Les historiens des Chorfa, Paris 1922, 342, n. 5) «l’un des lettrés les plus marquants du règne de Mawlāy Sulaymān» (1206-38/1792-1823). Faḳīh attitré du sultan marocain, il remplit les fonctions de muḥtasib de Fās, puis de ḳāʾid du G̲h̲arb, avant de consacrer une grande partie de son activité à la littérature. Il est l’auteur de divers commentaires et gloses, d’épîtres de caractère religieux et d’une relation de son pèlerinage, mais aussi d’une maḳṣūra [ q.v.], d’une mise e…

ʿAwl

(303 words)

Author(s): Réd.
(a., littéralement «déviation par excès»), méthode pour augmenter le dénominateur commun des fractions formant les parts d’un héritage, dans le cas où le total excéderait l’unité. Cela a évidemment pour effet de diminuer chacune des parts. Par exemple, un homme meurt laissant une veuve, deux filles et ses père et mère. La part des deux filles devrait être 2/3=16/24, celle de la veuve 1/8=3/24, celle du père 1/6=4/24, et celle de la mère 1/6=4/24, ce qui fait en tout 27/24. On porte alors le déno…

Mūsā b. ʿUḳba

(161 words)

Author(s): Réd.
al-Asadī (après 55-141/après 675-758), savant et historien médinois des premiers temps, spécialiste des expéditions ( mag̲h̲āzī [ q.v.]) du Prophète. Mawlā d’al-Zubayr b. al-ʿAwwām et disciple d’al-Zuhrī [ q.vv], il enseigna dans la mosquée du Prophète à Médine. Dans ses activités, il témoigne de l’importance croissante de l’ isnād, caractéristique de l’école médinoise, et montre son intérêt pour la datation des événements qu’il relate. Son Kitāb al-Mag̲h̲āzī, transmis par son neveu Ismāʿīl b. Ibrāhīm b. ʿUḳba, ne nous est pas parvenu en entier, mais nous en p…

Agadir

(180 words)

Author(s): Réd.
, un des noms de l’enceinte fortifiée chez les Berbères, à l’intérieur de laquelle des pièces sont attribuées aux différentes familles de la tribu comme grenier à grains, et dans laquelle la tribu se réfugie dans les moments d’insécurité. Cette antique institution berbère survit encore dans les régions suivantes: le Ḏj̲abal Nafūsa (sous le nom de gaṣr = ḳaṣr ou temidelt); la Tunisie méridionale ( g̲h̲urfa); l’Awrās ( gelʿa = ḳalʿa); et au Maroc, le Rif, et surtout le Haut, le Moyen et l’Anti-Atlas ainsi que le Sirwa ( agadir chez les S̲h̲luḥs et ig̲h̲erm chez les Berbères du̇ Moyen-Atlas…

Ibn al-S̲h̲ad̲j̲arī al-Bag̲h̲dādī

(235 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Saʿādāt Hibat Allāh b. ʿAlī b. Muḥammad b. Ḥamza, descendant de ʿAlī b. Abī Ṭālib (aussi est-il appelé al-S̲h̲arīf al-Ḥasanī al-ʿAlawī), est un grammairien et poète de Bag̲h̲dād, né en ramadan 450/nov. 1058. Après avoir fait de bonnes études traditionnelles sous la direction de nombreux professeurs (voir comment, à la fin de sa Nuzha, Ibn al-Anbārī [ q.v.] qui fut son élève, fait remonter ses connaissances grammaticales jusqu’à ʿAlī par une chaîne continue de maîtres), il enseigna la grammaire pendant 70 ans. Il était en même temps nāʾib du naḳib [ q.v.] des Ṭālibites à al-Kark̲…

Istind̲j̲ā

(77 words)

Author(s): Réd.
, purification à laquelle doit procéder le Croyant à la suite de l’accomplissement de ses besoins naturels. Cette pratique minutieusement décrite est obligatoire (recommandée seulement d’après Abū Ḥanīfa) et doit être accomplie soitimmé diatement, ¶ soit avant d’accomplir la ṣalāt ou tout acte exigeant un état de pureté rituelle. (Réd.) Bibliography Tous les livres de fiḳh, d’ ik̲h̲tilāf, etc. en traitent au chapitre de la ṭahāra de même, G̲h̲azālī, Iḥyāʾ, au même Livre III (22 de l’analyse Bousquet).

Tawfīḳ

(179 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom verbal de la IIe forme du verbe waffaḳa «faciliter, rendre facile, de façon directe et juste»; terme de théologie musulmane, Dans ce domaine, tawjīḳ signifie «le fait de faciliter, l’obligeance, la prédisposition à l’égard de» et est principalement utilisé dans le cadre de la miséricorde divine et de l’obligeance de Dieu pour le genre humain. Dans le Ḳurʾān, IV, 65/62, il est utilisé par les Hypocrites à propos de leurs propres intentions; en XI, 90/88, par S̲h̲uʿayb [ q.v.] et à propos de son espoir que Dieu le fera réussir dans sa mission prophétique parmi les g…

Abū S̲h̲ādī

(971 words)

Author(s): Réd.
, Aḥmad Zakī (1892-1955), médecin, ¶ journaliste, écrivain et poète égyptien dont les multiples activités ne laissent d’être surprenantes Né au Caire le 9 février 1892, il fit ses études primaires et secondaires dans sa ville natale, puis alla en 1912 étudier la médecine à Londres où il se spécialisa microbiologie; par la même occasion, il s’intéressa en particulier à l’apiculture et acquit une assez vaste culture anglo-saxonne qui devait exercer une profonde influence sur sa production littéraire. D…

Kitāb Mafāk̲h̲ir al-Barbar

(567 words)

Author(s): Réd.
, titre d’une compilation anonyme à la gloire des Berbères du Maroc et d’al-Andalus. E. Lévi-Provençal en a édité, sous le titre de Fragments historiques sur les Berbères au moyen âge — Nubadh taʾrīk̲h̲iyya fi ak̲h̲bār al-Barbar fī l-ḳurūn al-wusṭā (Collection de textes arabes publiée par l’Institut des Hautes Études Marocaines, I, Rabat 1934), les extraits suivants; un chapitre du Muḳtabis d’Ibn Ḥayyān sur les rapports d’al-Manṣūr Ibn Abī ʿĀmir [ q.v.] avec les Berbères du Mag̲h̲rib (p. 3-37); un passage du Miḳbās fī ak̲h̲bār al-Mag̲h̲rib wa-l-Andalus wa-Fās d’Abū Marwān ʿAbd al-…

Ibn Zurʿa

(626 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAlī ʿIsā b. Isḥāḳ b. Zurʿa, philosophe, apologiste et traducteur chrétien jacobite, né à Bag̲h̲dād en d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 331/août 943, m. le 6 s̲h̲aʿbān 398/16 avril 1008 (les dates respectives de 371/981 et 448/1056 indiquées par Ibn Abī Uṣaybiʿa sont à rejeter puisque Ibn Zurʿa est cité par Ibn al-Nadīm (vers 377/987) et qu’Ibn Abī Uṣaybiʿa lui-même parle de ses relations avec Yaḥyā b. ʿAdī, m. 364/975). Il étudia la littérature, la physique, les mathématiques, puis la philosophie sous la direction de Yaḥyā b. ʿAdī [ q.v.]; il semble avoir fait également des études médica…

ʿAḍud al-Dīn

(95 words)

Author(s): [Réd.]
Abū l-Farad̲j̲ Muḥammad b. ʿAbd Allah, de la famille d’Ibn Muslima [ q.v.], était ustād dār sous al-Mustand̲j̲id, jusqu’à ce qu’il fît assassiner ce calife dans son bain et rendre homma- ge à al-Mustaḍīʾ (566/1170). Celui-ci le nomma vizir, le destitua un an plus tard et le réintégra dans cette fonction quelque temps après. Lorsque ʿAḍud al-dīn s’apprêtait en 573/1178 à faire le pèlerinage de la Mekke, il fut assassiné par quelques Ismāʿīlites. Plusieurs poètes, dont Ibn al-Taʿāwīd̲h̲ī [ q. v.], l’ont glorifié. [Réd.] Bibliography Ibn al-At̲h̲īr XI, 219 sqq. al-Fak̲h̲rī (éd. Ahlwardt…

Big̲h̲āʾ

(1,647 words)

Author(s): Réd.
est le terme ḳurʿānique (XXIV, 33) désignant la prostitution. «Prostituée» se dit bag̲h̲iyy (p. bag̲h̲āyā), mūmis (pi. -āt, mayāmis/ mayāmīs, mawāmis/ mawāmīs), ʿāhira (pi. ʿawāhir), zāniya (pi. zawānī), etc.; un terme plus vulgaire, bien qu’il s’agisse d’un euphémisme, est ḳaḥba (pl. ḳiḥāb) que les lexicographes rattachent au verbe ḳaḥaba « tousser », en précisant que les professionnelles toussaient pour accueillir leurs clients. Quoique M. Gaudefroy-Demombynes ( Mahomet 2, Paris 1969, 48) voie dans la légende d’Isāf et Nāʾila [ q.v.] le « souvenir d’une prostitution sacr…

Ibn ʿAzzūz, dit Sīdī Ballā

(269 words)

Author(s): Réd.
, appellatif d’un savetier de Marrakech du nom d’Abū Muḥammad ʿAbd Allāh al-Ḳuras̲h̲ī al-S̲h̲ād̲h̲ilī al-Marrākus̲h̲ī, à qui sont attribués des dons de thaumaturge et qui mourut en odeur de sainteté en 1204/1789. Son tombeau, situé dans sa propre demeure à Bāb Aylān, n’a cessé d’être visité, car il passe pour assurer la guérison des malades. Bien qu’il n’ait pas reçu une éducation très poussée, Ibn ʿAzzūz réussit néanmoins à laisser une œuvre abondante qui a trait principalement à la mystique et aux sciences …

Rafsand̲j̲ān

(100 words)

Author(s): Réd.
, petite ville de la province du Kirmān en Perse Centrale (lat. 30° 25´ N., long. 56° 00´ E., altitude 1572 m), située sur la route de Yazd, à 120 km à l’Ouest de la ville de Kirmān. C’est le cheflieu d’un s̲h̲ahrastān, ou district, du même nom. Connue aussi sous le nom de Bahrāmābād, elle comptait 1 470 habitants vers 1960. Son principal titre de célébrité est d’être la ville natale de l’actuel (1992) chef d’Etat de la République Islamique d’Iran (Président ¶ et Premier Ministre), ʿAlī Akbar Hās̲h̲imī Rafsand̲j̲ānī. (Réd.) Bibliography Razmārā (éd.), Farhang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi Īrān-zam…

Ḳul-og̲h̲lu

(191 words)

Author(s): Réd.
(t.), «fils d’esclave», désigne plus spécifiquement, dans l’usage ottoman, le fils d’un Janissaire admis à bénéficier d’une solde [voir Yeñi Čeri]. A l’époque turque, en Algérie et en Tunisie, le mot ḳulug̲h̲lī/kulug̲h̲lī et, avec dissimilation, ḳurug̲h̲lī/ kurug̲h̲lī (pl. ḳulug̲h̲lan/kulug̲h̲lān, ḳurug̲h̲lān/kurug̲h̲lān/krāg̲h̲el, français koulougli, et var.) désignait les éléments de la population issus du mariage de Turcs avec des femmes du pays. Ils étaient assez nombreux à Tunis, à Alger, à Tlemcen, dans les villes qui possédaient…

Ism

(2,491 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom —. Dans l’usage arabo-islamique, l’appellatif complet d’une personne est normalement constitué des éléments suivants: 1) kunya; 2) ism; 3) nasab; 4) nisba. Un certain nombre de personnes sont également connues sous un surnom ( laḳab) ou un sobriquet injurieux ( nabaz) qui, dans l’énoncé complet, se place après la nisba (4), tandis qu’à partir de la fin du IIIe/IXe siècle, l’emploi d’un surnom honorifique, avant ou après la kunya, devient de plus en plus fréquent chez les personnages de quelque importance. 1 — La kunya [ q.v.], généralement composé d’Abū («père de») ou Umm…

Is̲h̲āḳ Sükūtī

(248 words)

Author(s): Réd.
, un des chefs des Jeunes Turcs, probablement d’origine kurde, né en 1868. Alors qu’il était étudiant à l’École militaire de médecine, il fut, en mai 1889, l’un des fondateurs du Comité secret qui devint finalement le Comité Union et Progrès [voir Ittihād we-Teràḳkî Ḏj̲emʿiy̲y̲e̲ti];vers la fin de 1895, il fut exilé à Rhodes, mais il parvint à s’enfuir et à se rendre à Paris, où il s’associa aux émigrés jeunes turcs. En 1897, il fonda, avec d’autres, le journal anti-gouvernemental Osmanlt ( ʿUt̲h̲mānli̊) publié à Genève; mais, en 1899, cette publication cessa de paraître, à la…

Ḥareket Ordusu

(88 words)

Author(s): Réd.
, littéralement «armée d’action», nom donné habituellement aux troupes envoyées de Salonique le 17 avril 1909 sous le commandement de Maḥmūd S̲h̲ewket Pas̲h̲a [ q.v.], pour réprimer la mutinerie contre-révolutionnaire du Ier Corps d’Armée à Istanbul. Ces troupes, connues également sous le nom d’«Armée de la délivrance», atteignirent la capitale le 23 avril (N.S.) et, après ¶ quelques rencontres avec les mutins, occupèrent la ville le lendemain. (Réd.) Bibliography B. Lewis, The emergence of modern Turkey 3, Londres 1965, 212-3. Voir également Ḥusayn Ḥilmī Pas̲h̲a et İttiḥād we-Te…

Ḥarb b. Umayya b. ʿAbd S̲h̲ams

(135 words)

Author(s): Réd.
, père d’Abū Sufyān et beau-père d’Abū Lahab [ q.vv.], était l’un des principaux personnages de la Mekke. II aurait été le premier à employer l’écriture arabe et l’un des premiers à renoncer à boire du vin. Compagnon de ʿAbd al-Muṭṭalib, il lui succéda comme chef militaire, et c’est lui qui commandait le clan des ʿAbd S̲h̲ams et même, d’après certaines traditions, tous les Ḳurays̲h̲ites, pendant la guerre dite sacrilège [voir Fid̲j̲ār]. Après sa mort, le commandement serait passé aux Banū Hās̲h̲im. L’histoire de sa lutte de jactance avec ʿAbd al-Muṭṭalib et de la q…

Ḥafṣ al-Fard

(365 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAmr ou Abū Yaḥyā, théologien dont la biographie est à peu près inconnue. D’après Ibn al-Nadīm ( Fihrist, 180; éd. Caire, 255), il était originaire d’Égypte et, si l’on accepte la chronologie traditionnelle de la biographie d’al-S̲h̲āfiʿī (voir toutefois J. Schacht, dans Studia Orientalia Ioanni Pedersen.. dicata, 322), c’est probablement là qu’il eut maille à partir avec ce dernier, qui l’aurait «excommunié» (Ibn Ḥad̲j̲ar, Lisān al-Mīzān, II, 330-1); cet événement se produisit sans doute entre 188/804 et 195/810-1, de sorte qu’il est peu probable que Ḥafṣ ait été l’élève du ḳāḍī…

K̲h̲alīfa b. Abī l-Maḥāsin

(168 words)

Author(s): Réd.
al-Ḥalabī, médecin arabe originaire d’Alep, qui était peut-être apparenté à la famille d’Ibn Abī Uṣaybiʿa [ q.v.]. Les données biographiques qui le concernent sont assez rares, mais l’on sait qu’il écrivit, probablement entre 654 et 674/1256-75, un traité d’ophtalmologie intitulé al-Kāfi fī l-kuḥl (ou fī l-ṭibb) dans lequel il donne un aperçu sommaire de l’histoire de l’ophtalmologie chez les Arabes et traite de l’anatomie, de la physiologie et de l’hygiène des yeux, en citant les médicaments utilisés contre les maladies auxquelles ils son…

Ḥūs̲h̲

(139 words)

Author(s): Réd.
, pays des d̲j̲inns, au delà des sables de Yabrīn, dans lequel aucun humain ne s’aventure, et aussi espèce fabuleuse de chameaux issus d’un croisement entre chamelles communes et d̲j̲inns étalons ou descendants des chameaux des Wabār [ q.v.], dont ils occupent seuls le pays. Il arrive que des mâles sortent de ces étendues désertiques pour s’attaquer à des troupeaux et saillir des femelles domestiques; c’est ainsi que seraient nées des espèces renommées telles que les mahriyya [voir Ibil] ou les ʿasd̲j̲adiyya. Ḥūs̲h̲ semble bien être un doublet de waḥs̲h̲ [ q.v.] «sauvage», et ḥūs̲h̲ī/waḥ…

Mungīr

(229 words)

Author(s): Réd.
(orth. conventionnelle: Monghyr), ville du Bihār dans l’Union Indienne, sur la rive méridionale du Gange (25° 25’ N. et 86° 27’ E.) et à un important point de communications entre le Bengale et la moyenne vallée du fleuve. C’est aussi le centre administratif d’un district du même nom de la province du Bihār. Elle avait été fondée, dit-on, à l’époque des Guptas, et son premier conquérant musulman fut Muḥammad Bak̲h̲tiyār Ḵh̲ald̲j̲ī [ q.v.], lors de son expédition au Bihār en 589/1193. Elle acquit par la suite une certaine importance militaire et administrative et fut…

S̲h̲ammāk̲h̲a

(80 words)

Author(s): Réd.
, S̲h̲ammāk̲h̲ī, S̲h̲ammāk̲h̲iyya. nom islamique médiéval d’une ville de l’ancienne région de S̲h̲īrwān, dans le Caucase oriental, capitale, à partir du IVe/Xe siècle environ, de la dynastie locale yazīdie, des S̲h̲irwān S̲h̲āhs, qui lui valut un temps d’être renommée Yazīdiyya. Sur son rôle prémoderne, puis celui qu’elle joua après 1917, d’abord au sein de la République d’Azerbaïd̲j̲an de l’ex-Union Soviétique, et actuellement dans la République d’Azerbaïd̲j̲an indépendante sous le nom de S̲h̲emak̲h̲a, voir S̲h̲īrwān et S̲h̲īrwān S̲h̲āhs. (Réd.)

Taḳrīẓ

(229 words)

Author(s): Réd.
(a.), litt. ‘louange’, genre mineur de la littérature arabe médiévale consistant en déclarations louant les vertus d’un certain ouvrage, louange parfois composée après la mort de l’auteur de cet ouvrage, mais probablement, le plus souvent, lors de sa publication dans le but de faire du battage en sa faveur et ainsi de le promouvoir auprès du public. L’auteur peut avoir sollicité ces déclarations auprès d’amis obligeants ou de collègues, plus éminents de préférence. Avec bonheur, F. Rosenthal (vo…

Nāẓir

(151 words)

Author(s): Réd.
(a.), litt. «contrôleur», «surintendant», titre employé sous les Mamlûks pour divers fonctionnaires chargés de fonctions d’administration et d’inspection. Il y avait le nāẓir al-d̲j̲ays̲h̲ pour l’armée, le nāẓir k̲h̲izānat al-k̲h̲āṣṣ pour l’administration des revenus personnels du sultan, le nāẓir al-amlāk pour l’intendance des domaines privés du sultan, le nāẓir k̲h̲azāʾin al-silāḥ pour la fabrication des armes et des armements et leur dépôt dans la citadelle du Caire, le nāẓir al-aḥbās al-maḥrūra ou nāẓir al-awḳāf pour les fondations charitables et les terres const…

al-Fallūd̲j̲a

(97 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une ancienne localité du ʿIrāḳ qui existe toujours; elle est située sur l’Euphrate, en aval d’al-Anbār [ q.v.] et à proximité de Dimmimā d’où se détachait, pour se diriger vers Bag̲h̲dād, le nahr ʿĪsā. Aujourd’hui, c’est à al-Fallūd̲j̲a que la grand’route venant de Bagdad traverse l’Euphrate. (Réd.) Bibliography Muḳaddasī, 115 Suhrāb, 123 Iṣṭak̲h̲rī, 84 Ibn Ḥawḳal, 165 Musil, The Middle Euphrates, 269-71 Le Strange, 66, 68 (distingue deux villages du même nom, le second étant situé au point de départ du nahr al-Malik, mais il semble y avoir là une confusion) M. Canard, H’amdânides…

ʿUtayba

(89 words)

Author(s): Réd.
, Buḥayrat (ou Baḥr) al-, lac lenticulaire, aujourd’hui intermittent, couvert de roseaux et de joncs, déversoir endoréique du Baradā [ q.v.], situé à 30 kms de Damas, dans le Mard̲j̲, à l’est et en contrebas de l’oasis de la G̲h̲uṭa [ q.v.], à proximité de l’ancien lac Hid̲j̲āna, déversoir de l’Aʿwad̲j̲. (Réd.) Bibliography V. Lortet, La Syrie d’aujourd’hui, dans Le Tour du Monde, 360 Admiralty handbooks, Syria, Londres 1943, 28-9 description détaillée dans N. Elisséeff, Nūr al-dīn, Damas 1967, I, 99, 251 S̲h̲. al-S̲h̲aʿbī, Muḥāfazat rīf Dimas̲h̲ḳ, Damas 1992, 319.

Raʾs (al-) Tannūra

(156 words)

Author(s): Réd.
, cap d’Arabie Saoudite orientale sur le Golfe Persique, lat. 26°40’ N., Long. 50°13’ E., au Nord d’al-Ḳaṭīf [ q.v.]. Le mot tannūr existe dans Ḳurʾān, XI, 42 et XXIII, 27, dans l’histoire de Noé, avec le sens de «four». Il désigne aussi toute source d’eau (Lane, Lexicon, s.v.). En juillet 1933, le roi ʿAbd al-ʿAzīz accorda à la Standard Oil Company ofCalifomia une concession pour chercher du pétrole dans la partie orientale de l’Arabie Saoudite. La première expédition de pétrole saoudien eut lieu à partir de Raʾs Tannūra en 1939. La raffine…

Ḥayātī-zāde

(215 words)

Author(s): Réd.
, famille ottomane de médecins et ʿulamāʾ, dont les principaux membres sont: 1. Muṣṭafā Feyḍī, qui serait un Juif converti (né Moshe ben Raphael Abravanel) et aurait servi d’interprète durant l’interrogatoire du «Messie» S̲h̲abbětay Sebi ([ q.v.]; voir aussi Dönme), devint reʾīs al-aṭibbāʾ [voir Ḥekīm-Bas̲h̲i̊] en 1080/1669-70 et mourut en 1103/1691-2. Il est l’auteur d’une «k̲h̲amsa» intitulée al-Rasāʾil al-mus̲h̲fiya fī l-amrāḍ al-mus̲h̲kila, sur la nature, les symptômes et le traitement de diverses maladies, d’après des ouvrages en latin de différents …

Daydaban

(115 words)

Author(s): Réd.
, du persan dīdebān, terme désignant, à différentes époques, une certaine catégorie de sentinelles, de gardiens, d’inspecteurs, etc. Il apparaît déjà comme nom de métier dans les Rasāʾil Ik̲h̲wān al- Ṣafāʾ (huitième risāla de la première série, éd. Caire, I, 210; cf. IC, 1943, 147), en même temps que nāṭūr. Dans l’usage ottoman classique, le terme, prononcé dīdebān, était appliqué aux gardiens de la douane, dont le chef était le dīdebān bas̲h̲i̊. Il désignait également des gardiens des tours d’incendie à Istanbul, ainsi que des vigies de la flotte et de l’armée. (Réd.) Bibliography Dozy,…

Rayda

(295 words)

Author(s): Réd.
(Rīḍā, Rēda) est le nom d’un certain nombre de lieux en ʿAsīr, au Yémen et au Ḥaḍramawt. Le mot rayd (pl. aryād/ruyūd) désigne une falaise montagneuse ressemblant à un mur, ou une corniche située sur des falaises (Lane, Lexicon, s.v.). Au moins en Ḥaḍramawt, il désigne le centre du territoire d’une tribu bédouine, généralement une dépression dans un plateau rocheux (D. van der Meulen et H. von Wissmann, Hadramawt, some of its mysteries unveiled, Leyde 1932, 22, n. 1). Il existe plusieurs endroits de ce nom ( Rēda) au Ḥaḍramawt: Raydat al-Sayʿar, Raydat Arḍayn, Raydat al-ʿIbād, Ray…

Ulu Dāgh

(122 words)

Author(s): Réd,
, en turc moderne, Ulu dag, une chaîne de montagnes, de dimensions réduites mais imposante, au Nord-ouest de l’Anatolie, au Sud-est de Bursa [ q.v.], se trouvant aujourd’hui dans l’ il ou province de Bursa. Elle couvre 32 km sur 13 km, ses pentes boisées s’élevant jusqu’à un sommet de 2493 m. (lat 46° 05’ N., long. 28° 58’ E.), point culminant de l’Anatolie occidentale. C’est l’Olympe mysien classique mais plus renommé, à l’époque contemporaine, comme station de ski durant l’hiver. (Réd.) Bibliography Sir Wm. Ramsay, The historical geography of Asia Minor, Londres 1890 Naval Intelligence…

Kaṣab

(464 words)

Author(s): Réd.
(A., nom d’unité ḳaṣaba), toute plante à la tige longue et creuse comme celle du roseau ( arundo donax), auquel le terme s’applique plus particulièrement (voir Muk̲h̲aṣṣaṣ, XI, 46); le bambou est nommé k̲h̲ayzurān mais ḳaṣab entre dans la composition d’un certain nombre d’expressions désignant notamment la canne à sucre ( ḳaṣab al-sukkar, etc. [voir art. suivant]) et l’acore (ou roseau odorant, ḳaṣab al-d̲h̲arīra; voir H. P. J. Renaud et G. S. Colin, Tuḥfat al-aḥbāb, Paris 1934, 152; M. Levey, The médical formulary . .. of al-Kindī, Madison-Londres 1966, 316), ou encore le papyrus ( ḳaṣab…

ʿAmmār

(182 words)

Author(s): Réd.
, Banū (ou Banū Ṯh̲ābit), dynastie qui régna à Tripoli (de l’Ouest) de 727/1327 à 803/1400. Son fondateur, Ṯẖābit b. ʿAmmār, un berbère Huwwāra, mourut après un règne de quelques mois, et son fils Muḥammad lui succéda. Pendant le règne du fils de Muḥammad, Ṯẖābit, les Génois surprirent Tripoli et la pillèrent (756/1355); Ṯẖābit fut tué par les chefs arabes voisins auprès desquels il cherchait refuge en 771/1370 ou 772/1371. Abū Bakr b. Muḥammad expulsa de Tripoli le gouverneur des Banū Makkῑ de Ḳābi…

Ibn Ẓāfir

(282 words)

Author(s): Réd.
, Ḏj̲amāl al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Abī Manṣūr Ẓāfir b. al-Ḥusayn al-Azdī, secrétaire de chancellerie et homme de lettres égyptien, né au Caire en 567/1171. Il fut l’élève de son père qui était professeur à la madrasa mālikite al-Ḳumḥiyya et lui succéda. Il fut ensuite employé à la chancellerie d’al-ʿAzīz (589-95/1193-8), puis à celle d’al-ʿĀdil (596-615/1200-18) et enfin du fils de ce dernier, al-As̲h̲raf (m. 635/1237), à Damas. ¶ En 612/1215, il abandonna ses fonctions et retourna au Caire, où il mourut, selon Yāḳūt, le 15 s̲h̲aʿbān 613/27 novembre 1216, ou, s…

Rōhtāsgaŕh

(131 words)

Author(s): Réd.
, forteresse et agglomération dans les collines du District de S̲h̲āhābād, au Nordest de l’Etat de Bihār, dans l’Union Indienne (lat. 24° 37’ N., long. 83° 55’ E.), à environ 50 km au Sud de la ville de Sahsāram [ q.v.]. Il doit y avoir eu préalablement un fort ou un établissement hindou au même endroit, mais les fortifications actuelles datent de l’occupation du lieu par S̲h̲īr S̲h̲āh Sūr [ q.v.] en 946/1539. Elles furent agrandies par le général d’Akbar Mān Sing̲h̲ [ q.v.] lorsqu’il fut nommé gouverneur du Bihār et du Bengale. Il fut remis à l’armée britannique peu après la …

Ibn Nād̲j̲ī

(170 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḳāsim/Abū l-Faḍl ibn ʿĪsā b. Nād̲j̲ī al-Tanūk̲h̲ī, ḳāḍī, prédicateur et biographe né et mort à Kairouan (vers 762-837 ou 39/vers 1361-1433 ou 35). Il fit ses études dans sa ville natale et à Tunis, puis occupa plusieurs postes de ḳāḍī et de k̲h̲aṭīb (à Djarba, Béja, Lorbeus, Sousse, Gabès, Tébessa et Kairouan) et rédigea des commentaires d’ouvrages de fiḳh, notamment de la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Ḳayrawānī (ce s̲h̲arḥ a été imprimé au Caire en 1914, 2 vol.). Sa renommée repose cependant sur un recueil de biographies des savants religieux de sa ville natale des origines au IXe/XVe siè…

Niẓām

(120 words)

Author(s): Réd.
(a.), titre honorifique devenu caractéristique des souverains de l’État indo-islamique de Ḥaydarābād [ q.v.] (Deccan); il dérive d’un titre plus ¶ complet, Niẓām al-Mulk, porté par le noble mug̲h̲al Ḳamar al-dīn Čīn Ḳilič Ḵh̲ān [voir Niẓām al-Mulk], nommé gouverneur du Deccan en 1132/1720 et revêtu également du titre d’Āṣaf Ḏj̲āh. Le processus d’identification du titre de Niẓām avec la qualité de maître de Ḥaydarābād a été renforcé par le long rèjrne (1175-1217/1762-1802) du quatrième fils d’Āṣaf Ḏj̲āh, Niẓām ʿAlī Ḵh̲ān, et, à par…

Muʾnis Dede Derwīs̲h̲

(124 words)

Author(s): Réd.
, poète ṣūfī ottoman d’Edirne, au début du XIIe/XVIIIe siècle. Sa date de naissance est inconnue, mais il était murīd au couvent Murādiyye des Mewlewis, où il fut instruit par le célèbre s̲h̲ayk̲h̲ Enīs Red̲j̲eb Dede (m. 1147/1734-5). Muʾnis mourut de la peste à Édirne en 1145/1732-3 et fut inhumé dans l’enceinte du couvent. Son dīwān de poésie était très estimé des autorités les plus anciennes, mais il ne nous est pas parvenu. (Réd.) Bibliography Fatīn, Ted̲h̲kere, Istanbul 1271/1855-6, 385 Esrār Dede, Ted̲h̲kere, Bibl. Univ. d’Istanbul, ms. T. 89, p.281 S̲h̲ekīb Dede, Sefīne-yi Mewle…

Müstet̲h̲na Eyāletler

(133 words)

Author(s): Réd.
(t.), litt. «provinces exceptées, séparées», expression désignant les provinces de l’empire ottoman séparées de celles qui, au cœur de l’Anatolie et de la Roumélie, étaient administrées normalement. Dans la période brillante de l’empire (Xe-XIIe/XVIe-XVIIIe siècles), elles comprenaient d’ordinaire des provinces telles que Ṣaydā, Alep, Bag̲h̲dād, Baṣra, Mawṣil, Tripoli de Barbarie, Beng̲h̲āzi, le Ḥid̲j̲āz et le Yémen, c’est-à-dire les plus récemment conquises dans les pays arabophones. Comme le système féodal des timārs et des ziʿāmets n’y existait guère, les impôts y…

Ṣābir

(181 words)

Author(s): Réd.
, Mīrzā ʿAlī Akbar (1862, S̲h̲enāk̲h̲a-1911, Bākū), poète satirique et journaliste ād̲h̲arbayd̲j̲ānī. Après la première révolution russe de 1905, une littérature humoristique et satirique se fit jour dans l’Ad̲h̲arbayd̲j̲ān russe, notamment dans l’hebdomadaire Mollā Naṣreddīn, fondé à Tiflis en 1906 par Ḏj̲elāl Meḥmed Ḳulīzāde [voir Ḏj̲arīda. IV]. Elle s’attaquait aux anciennes formes littéraires, à l’obscurantisme et au fanatisme religieux, et circulait aussi en Turquie et en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān persan. L’un des auteurs était Ṣābir (qui usai…

Tōlā

(100 words)

Author(s): Réd.,
, poids en usage en Inde (sanskrit tulā, hindi tōlā «balance, instrument de pesée») à la fois pour l’or et l’argent. Autrefois, un tōlā = 96 rattīs, le rattī étant l’ancienne unité indienne de poids, selon E. Thomas égale à 1,75 grain. Dans l’Inde Britannique, par un décret de 1833, le tōlā de 180 grains, également poids de la roupie [voir Rūpiyya], devint l’unité du système des poids, 3.200 tōlās étant équivalent à l mān ou maund. (Réd.) Bibliography Yule-Burnell, Hobson-Jobson, a glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases, 2Londres 1903, 928. Voir également Makāyil. 2 et sa …

Yeñi Ḳalʿe

(120 words)

Author(s): Réd,
, en turc, «la nouvelle forteresse», forteresse dans le Sud-ouest de la Crimée. Elle fut fondée en 1114/1702 par le sultan ottoman Muṣṭafā II [ q.v.] pour protéger le port proche de Kerč [ q.v.] et constituer un contrepoids à Azov, conquise par Pierre le Grand en 1696 (la ville fut conservée par la Russie pendant dix-sept ans) [voir Azaḳ]. Quand les armées de la grande Catherine marchèrent sur la Crimée en 1771, Yeñi Ḳalʿe et Kerč tombèrent aux mains des Russes sans opposer de résistance. Au traité de Küčük Ḳaynard̲j̲a [ q.v.] en 1774, la Porte céda ses droits à la Russie, lui donnant …

Orta

(229 words)

Author(s): Réd.
(t.), littéralement «centre»; dans la terminologie ¶ militaire en turc ottoman, équivalent d’une compagnie de combattants dans les trois groupes ( Segmen, Ḏj̲emāʿal et Bölük) dont le corps des Janissaires était en fin de compte constitué [voir Od̲j̲aḳ et Yen̄i Čeriler]. Le nombre des ortas au sein du corps a varié au cours des temps, mais il se situait finalement autour de 200. D’Ohsson signalait un total de 229. L’effectif de chaque orta était également variable; à l’époque de Meḥemmed II Fātiḥ [ q.v.], il aurait été de 50 hommes, mais beaucoup plus élevé par la suite. Le commandant d’une ort…

Bāriḥ

(107 words)

Author(s): Réd.
(a.) se dit d’un animal sauvage ou d’un oiseau qui passe de droite à gauche devant un voyageur ou un chasseur; bien que les opinions diffèrent sur ce point, on en tire généralement un mauvais augure, parce que, dit-on, il présente son côté gauche au chasseur qui n’a pas le temps de le viser; l’animal qui passe de gauche à ¶ droite ( sāniḥ) est au contraire de bon augure. Le nāṭiḥ vient de face, et le ḳaʿīd par derrière. (Réd.) Bibliography Freytag, Einleitung, 163 Wellhausen, Reste 2, 202 Doutté, Magie et religion, 359 Ḏj̲āḥiẓ, Tarbīʿ, éd. Pellat, index L.A. s.v. Maydānī, sous man lī bi-l-sāniḥ b…

al-Musabbiḥãt

(67 words)

Author(s): Rèd.
(a.), «les glorificatrices», nom donné à un groupe de sourates du Ḳurʾān datant du milieu de la période médinoise (LVII, LIX, LXI, ¶ LXII, LXIV) parce qu’elles commencent par sabbaḥa ou yusabbiḥu li-llāh. Cette appellation paraît ancienne; cf. Muslim, Zakāt. trad. 119. Voir aussi Nöldeke-Schwally, G.d.Q., I, 186, 245, II, 45; Blachère, Le Coran, note sur la sourate LXIV; et Ḳurʾān, VII, vers la fin. (Rèd.)

Saʿīda

(182 words)

Author(s): Réd.
(forme française: Saīda), ville d’Algérie, chef lieu du département ( wilāya) du même nom, à 175 km d’Oran (Wahrān [ q. v.]) et à 95 km de Mascara (al-Muʿaskar [ q.v. ]), à 900 m d’altitude, sur le wadi Saʿīda, au contact du Causse oranais (monts de Saīda) et des Hautes Plaines, plateaux calcaires appartenant à l’ensemble de l’Atlas Tellien, à l’Est des monts de l’Ouarsenis (Wans̲h̲arīs). La ville comptait environ 30 000 habitants et le département environ 200 000 en 1987. La région est propice à la culture des céréales, et à l’élevage des moutons. L’intérêt stratégique récurrent que le si…

Selāmli̊ḳ

(108 words)

Author(s): Réd.
(t.), mot turc ottoman désignant les salles extérieures, plus ouvertes au public, d’une maison de style traditionnel, à usage par exemple de réception pour des hôtes non-membres de la famille. Elles s’opposent aux salles intérieures qui constituent le ḥaram, ou harem, réservé aux femmes de la maison. On trouve aussi l’expression selāmli̊ḳ dāʾiresi. Un autre emploi du mot selāmli̊ḳ existe aussi dans l’expression selāmli̊ḳ ālāyi̊ désignant le cortège solennel du sultan du palais à la mosquée pour le culte du vendredi, pratique en usage chez les Ottomans jusque…

Parendā

(127 words)

Author(s): Réd.
, petite ville et forteresse, autrefois dans l’État indigène de Ḥaydarābād, ajourd’hui dans le district de S̲h̲olapur de l’État de Mahāras̲h̲tra, dans l’Union Indienne (18°16´N., 75°27´E.). La forteresse est attribuée, comme beaucoup d’autres au Deccan, au ministre bahmanide Maḥmūd Gāwān [ q. v. ] c’est-à-dire au troisième quart du IXe/XVe siècle, mais elle peut fort bien être plus ancienne [voir Burd̲j̲ III, dans I, 1363b]. Parendā fut pendant quelque temps la capitale des Niẓām S̲h̲āhides [ q.v] après la prise d’Aḥmadnagar [ q. v. ] par les troupes d’Akbar en 1014/1605, mais…

Sulaymān b. Yaḥyā

(392 words)

Author(s): Réd.
, surnommé Ibn Abī al-Zawāʾid est un poète médinois mineur à cheval sur les deux dynasties, umayyade et ʿabbāside. Il était d’origine arabe des Saʿd b. Bakr (Hawāzin) et semble devoir son surnom à une malformation dans les jambes (des excroissances charnues qui se montrent sur les jambes) : dans al-Ag̲h̲ānī (XV, 34), le poète est surnommé d̲h̲ū al-zawāʾid (celui qui a des excroissances charnues). Les sources anciennes, à une exception près, ne soufflent mot sur lui; très simplement, K. al-Waraḳa et les Ṭabaḳāt d’Ibn al-Muʿtazz, qui ont retenu de nombreux artisans bag̲h̲dādiens…

Imroz

(493 words)

Author(s): Réd.
, nom ottoman de l’île d’Imbros qui, située dans la mer Egée, à environ 15 km. au large de la côte Sud de la presqu’île de Gallipoli (Chersonèse de Thrace), présente une certaine importance stratégique puisqu’elle commande l’entrée du détroit des Dardanelles (Čanaḳ-ḳalʿe Bog̲h̲azi̊ [ q.v.]). En 1444, lorsque Cyriaque d’Ancone la visita, elle appartenait encore à Byzance (bien que les îles avoisinantes de Thasos et Samothrace fussent aux mains de la famille des Gattilusio). Lorsque la nouvelle de la chute de Constantinople (857/1453) arriva…
▲   Back to top   ▲