Search

Your search for 'dc_creator:( "Bausani, A." ) OR dc_contributor:( "Bausani, A." )' returned 15 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḥikāya

(11,632 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Bausani, A. | Boratav, P.N. | Ahmad, Aziz | Winstedt, R.O.
(a.), nom verbal de ḥakā signifiant à l’origine «imiter», mais qui en est arrivé, par suite d’une évolution sémantique explicable, à acquérir le sens de «raconter, narrer»; parallèlement, le substantif ḥikāya, à partir du sens d’«imitation», a pris celui, plus particulier, de «mimique», pour finalement signifier «conte», «récit», «histoire», «légende». En arabe classique, l’intensif ḥākiya désignait un «mime», et l’arabe moderne a adopté le participe actif ḥākin pour traduire «phonographe». Le radical h.k.y./w. n’est pas représenté dans le Ḳurʾān, mais on le relève dans le ḥadīt…

Ḥurūfiyya

(2,191 words)

Author(s): Bausani, A.
, communauté islamique non orthodoxe à tendance gnostico-cabalistique fondée par Faḍl Allāh al-Astarābādī en Iran, à la fīn du VIIIe/XIVe siècle. Le fondateur naquit à Astarābād en 740/1340; selon certaines sources, il se serait appelé ʿAbd al-Raḥmān; il commença sa carrière comme Ṣūfī, et se fit une grande réputation en veillant à ne se nourrir que d’aliments licites, si bien qu’on lui donna l’épithète de ḥalāl-k̲h̲or. C’était un sayyid (descendant de ʿAlī), fils d’un grand- ḳāḍī (ḳāḍī l-ḳuḍāt). Son père mourut lorsqu’il était encore enfant. Dès son enfance, il fut atti…

Bāb

(3,083 words)

Author(s): Bausani, A.
, appellatif [voir art. précédent] spécialement rendu célèbre par Sayyid ʿAlī Muḥammad de S̲h̲īrāz, fondateur de la nouvelle religion des Bābīs [ q.v.] et, selon la doctrine des Bahāʾīs [ q.v.], précurseur du nouveau prophète Bahāʾ Allāh [ q.v.]. Il est aussi appelé par ses adeptes Nuḳṭè-yi ūlā («le premier point») ou Ḥaḍrat-i aʿlā («la présence suprême»). Sayyid ʿAlī Muḥammad naquit à S̲h̲īrāz, d’une famille de commerçants, le Ier muḥarram 1235/20 octobre 1819 (d’après d’autres sources, exactement une année plus tard, le 9 octobre 1820); devenu très tôt orpheli…

Faḳīr Muḥammad K̲h̲ān

(124 words)

Author(s): Bausani, A.
, homme de lettres en ourdou (Faḳīr est un tak̲h̲alluṣ, nom de plume). Il est surtout connu comme auteur d’une traduction des Anwār-i Suhaylī de Ḥusayn Wāʿiẓ Kās̲h̲ifī [ q.v.], adaptation en prose persane ornée des histoires de Kalīla wa-Dimna [ q.v.]. Le titre de la traduction ourdoue de Faḳīr Muḥammad Ḵh̲ān, pour laquelle il paraît avoir été aidé par le célèbre poète en ourdou Mīr Ḥasan (m. 1200/1786), est Bustān-i ḥikmat (jardin de la sagesse). La première édition est une lithographie de Lucknow en 1845. Comme poète lyrique, Faḳīr appartient à l’école de Lucknow ¶ et à la silsila (école po…

Bahāʾ Allāh

(1,178 words)

Author(s): Bausani, A.
, fondateur de la nouvelle religion, qui, d’après son surnom (qui signifie littéralement «la Gloire» ou «la Splendeur de Dieu»), prit le nom de religion bahāʾīe (en persan, on l’appelle communément Amr-i Bahāʾī, Cause bahāʾīe, ou Amr Allāh, Cause de Dieu; l’adjectif qui qualifie les publications, les choses et les faits relatifs à la Cause, est amrī, par exemple: nas̲h̲riyyāt-i amrī, publications religieuses, etc.). Bahāʾ Allāh est généralement appelé par ses disciples Ḏj̲amāl-i Mubārak (la Beauté Bénie) et Ḏj̲amāl-i Ḳidam (l’Antique Beauté). Son nom était Mīrzā Ḥusayn ʿAl…

Hid̲j̲āʾ

(7,719 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Bausani, A. | İz, Fahīr | Ahmad, Aziz
, terme arabe souvent traduit par «satire», mais désignant plus exactement une malédiction, une invective, une diatribe ou une insulte rimée, une poésie injurieuse, puis une épigramme et enfin une satire en prose ou en vers. Une indication sur le sens étymologique du radical arabe h d̲j̲w peut être tirée de la racine hébraïque dont le sens fondamental est «proférer un son à mi-voix, murmurer», d’où «méditer» (également en syriaque), mais aussi «prononcer à voix basse des incantations» (voir L. Koehler, Lexicon in Vet. Test, libros, 1949, 224; König, Hebräisches Wörterbuch, 75; Genesi…

Gabr

(265 words)

Author(s): Bausani, A.
, terme généralement employé dans la littérature persane, avec un sens plutôt péjoratif, pour désigner les Zoroastriens. Les linguistes, qui n’ont pu jusqu’ici se mettre d’accord sur son étymologie, ont avancé plusieurs hypothèses: a) hébreu k̲h̲ābār (compagnon) dans le sens de Ḳiddūs̲h̲īn 72a; b) araméo-pehlevi gabrā (pour mart) spécialement dans le composé mōg-martān (les mages, écrit mōg-abrā-ān); c) corruption persane da l’arabe kāfir (incroyant). Les deux premières étymologies sont peu vraisemblables, de sorte que la dérivation de l’arabe kāfir semble la plus accepta…

G̲h̲ālib

(1,125 words)

Author(s): Bausani, A.
, Mīrzā Asad Allāh Ḵh̲ān, l’un des plus grands poètes musulmans du sous-continent indo-pakistanais. Né en 1797 à Āgra dans une famille musulmane aristocratique, il passa son enfance et sa prime jeunesse à Agra, où il fit ses études selon la méthode mug̲h̲ale classique (le persan étant l’une des principales disciplines). Il se rendit à Delhi à l’âge de quinze ans environ et vécut dans la capitale mug̲h̲ale jusqu’à sa mort qui survint le 15 févrien 1869, abstraction faite d’un bref séjour ¶ à Lucknow et Bénarès alors qu’il se rendait à Calcutta où il resta deux ans (1830-2), sé…

Bahāʾīs

(3,579 words)

Author(s): Bausani, A.
, fidèles de la nouvelle religion fondée par Bahāʾ Allāh [ q.v.], et dont le précurseur, selon la doctrine bahāʾīe, fut le Bāb [ q.v.]. La plus grande autorité, dans l’exposition de la religion bahāʾīe, et son propagateur en Europe et en Amérique, est ʿAbbās Efendī, plus connu parmi les Bahāʾīs sous le nom de ʿAbd al-Bahāʾ (Serviteur de Bahāʾ), fils aîné du fondateur. Né le 23 mai 1844 à Téhéran, il suivit son père dans ses pérégrinations et dans son exil, et fut, à sa mort, reconnu par la grande majorité des Bahāʾīs c…

Farāʾiḍiyya

(1,263 words)

Author(s): Bausani, A.
, secte musulmane du Bengale fondée dans les premières années du XIXe siècle par Ḥād̲j̲d̲j̲ī S̲h̲arīʿat Allāh. L’ambiance dans laquelle naquit et se développa la secte est le Bengale oriental des premiers temps qui suivirent la conquête britannique. Le milieu paysan y était, peut-être plus que dans d’autres parties de l’Inde, influencé par des coutumes et pratiques hindoues. A l’époque, la perte virtuelle de la suprématie politique par une partie de la classe dirigeante musulmane, l’appui que les Anglais donnèrent parfois à l’élément hindou, le pouvoir incontrôlé des zamīndārs (ric…

Ḏj̲alāl al-Dīn Rūmī

(4,715 words)

Author(s): Ritter, H. | Bausani, A.
b. Bahāʾ al-dīn Sulṭān al-ʿUlamāʾ Walad b. Ḥusayn b. Aḥmad Ḵh̲aṭībī, connu sous le surnom de Mawlānā (Mevlânâ), poète persan et fondateur de l’ordre des derviches Mawlawiyya, auquel il a donné son nom; il naquit le 6 rabīʿ I 604/30 sept. 1207, à Balk̲h̲. et mourut le 5 d̲j̲umādā II 672/17 décembre 1273 à Ḳonya. Les raisons invoquées contre la date de naissance indiquée ci-dessus (Abdülbaki Gölpinarli, Mevlânâ Cetâleddîn 3, 44; le même, Mevlânâ Ṣams-i Tabrîzî ile altmiş iki yaşinda buluştu, dans Ṣarkiyat Mecmuasi, III, 153-61; et Bir yazi üzerine, dans Tarih Coǧrafya Dünyasi, 2 déc. 1959…

G̲h̲azal

(10,359 words)

Author(s): Blachère, R. | Bausani, A.
«chanson, élégie d’amour», souvent aussi «genre érotico-élégiaque». Le terme est arabe mais il est passé en persan, en turc et en ourdou, langues où il a pris un sens particulier. Le développement sémantique du mot, à partir de la racine g̲h̲ z l «filer», «filage» n’est pas douteux, mais suppose des sens intermédiaires non attestés; le g̲h̲azal n’est pas en effet un chant de fileuses comme celui dont parle déjà Tibulle (éd. Rat, Paris 1931, Livre II, n° 1, vers 60), mais un chant masculin adressé à une belle; une contamination par le substantif g̲h̲azāl «gazelle», du fait des images et d…

Fattāḥī

(866 words)

Author(s): Bausani, A.
, poète persan de l’époque tīmūride, né à Nīs̲h̲āpūr à une date inconnue, mort en 852 ou 853/1448-9. Il s’appelait en réalité Muḥammad Yaḥyā b. Sībak, et le tak̲h̲alluṣ «Fattāḥī» n’est qu’un dérivé de l’anagramme de la traduction arabe de son nom persan Sībak («petite pomme», ar. tuffāḥ «pomme»). Son œuvre la plus célèbre est le mat̲h̲nawī d’environ 5000 distiques en mètre hazad̲j̲ (), intitulé Dastūr-i ʿus̲h̲s̲h̲āḳ (La règle des amants) et connu aussi sous le titre de Ḥusn u-Dil (La beauté et le cœur), du nom de ses deux protagonistes allégoriques. Il fut achevé en 840/14…

al-Aḥsāʾī

(447 words)

Author(s): Bausani, A.
(S̲h̲ayk̲h̲ Aḥmad), fondateur de l’école théologique (puis, plus proprement «secte», après son excommunication par les mud̲j̲tahids s̲h̲īʿites) qui, d’après son titre, prit le nom de S̲h̲ayk̲h̲ī [ q.v.]. Il naquit à al-Aḥsāʾ (Arabie), en 1166/1753. Ses biographes parlent de sa grande piété dès son enfance. A vingt ans, déjà savant en matière de sciences religieuses islamiques, il se rendit en pèlerinage aux lieux saints s̲h̲īʿites du ʿIrāḳ, où il remporta ses premiers succès en obtenant des mud̲j̲tahids de Nad̲j̲af et de Karbalāʾ une «licence» d’enseignement dans les sc…

Bābīs

(925 words)

Author(s): Bausani, A.
, fidèles de la religion fondée par le Bāb [ q.v.]. Leur histoire a été, et reste jusqu’à maintenant, du moins en Orient, une histoire de persécutions. On pourrait la diviser en deux périodes: la première, allant de la fondation de la nouvelle foi (1260/1844) aux persécutions (1268-69/1852-53) qui firent suite à l’attentat contre Nāṣir al-dīn S̲h̲āh et qui semblèrent briser pour toujours le nouveau mouvement, période caractérisée par une attitude souvent violente de la part des Bābīs eux-mêmes; la deuxièm…