Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Terken K̲h̲ātūn

(446 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom des femmes des différents dirigeants turcs du monde islamique oriental au Moyen-Age (essentiellement à l’époque pré-mongole). En ancien turc, terken était un titre royal qui était souvent donné aux femmes, mais pas de façon systématique, et qui était alors sensiblement équivalent au terme «reine». Il semble que ce soit un mot d’emprunt au turc que l’on trouvait, selon G. Doerfer chez les Kitan ou les Liao de l’ouest, les derniers Ḳara Ḵh̲itay [ q.v.] de l’histoire islamique de l’Asie centrale (voir son Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, Wiesbaden 1963-7, II, …

Ḳi̊z

(562 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(t.), dont le sens primitif est «jeune fille, femme non mariée», est souvent employé avec les acceptions plus restreintes de «fille, femme esclave, concubine»; ce terme figure déjà dans les inscriptions d’Ork̲h̲on dans l’expression ḳi̊z og̲h̲li̊ «fille» opposée à uri og̲h̲li̊ «fils» et il apparaît par la suite dans la plupart des langues turques. Par l’intermédiaire des formes turkmènes, il est passé dans des langues iraniennes telles que le kurde et l’ossète et, par l’usage ottoman, dans des langues balkaniques telles que le serbe et…

Ḳutayba b. Muslim

(1,867 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥafṣ Ḳutayba b. Abī Ṣāliḥ Muslim b. ʿAmr al-Bāhilī, chef d’armée arabe sous les califes umayyades. Il naquit en 49/669 dans une famille influente à la cour et possédant des biens importants dans la région de Baṣra. Son père Muslim fut le nadīm de Yazīd b. Muʿāwiya et, lors de la révolte d’al-Muk̲h̲tār [ q.v.], il eut la charge de la prison de Baṣra, mais, par la suite, il prit le parti de Muṣʿab b. al-Zubayr et fut tué en 72/691-2, parce qu’il n’avait pas obtenu la grâce de ʿAbd al-Malik, après qu’eut pris fin la domination de Muṣʿab sur le ʿIr…

Zūn

(444 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Z̲h̲ūn. non d’une divinité du district du Zamīndāwar [ q.v.] en Afg̲h̲ānistān oriental; son sanctuaire s’y trouvait d’après des récits historiques rapportant la pénétration dans la région des Arabes, puis des Ṣaffārides. En 33/654-5, ʿAbd al-Raḥmān b. Samura, gouverneur du Sīstān pour ʿAbd Allāh b. ʿĀmir [ q.v.], attaqua la région du Zamīndawār et se lança à l’assaut de la colline de Zūn ( d̲j̲abal al-Zūn). Ayant pénétré dans le sanctuaire, il dépouilla en partie l’idole qui s’y trouvait, en disant au marzbān local que, ce faisant, il voulait simplement prouver l’impuissance…

Mawdūd b. Masʿūd

(471 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Fatḥ, S̲h̲ihāb al-dīn wa-l-dawla, Ḳuṭb al-milla, sultan de la dynastie des G̲h̲aznawides qui régna de 432 à 440/1041-hiver 1048-9. Fils aîné de Masʿūd b. Maḥmūd [ q.v.], il naquit probablement en 401/1010-11 ou 402, et, sous le règne de son père, il fut étroitement associé à ce dernier lors de diverses expéditions militaires. Lorsque Masʿūd eut été déposé, puis tué en d̲j̲umādā I 432/janvier 1041, Mawdūd chercha à le venger contre les officiers rebelles et leur fantoche, son oncle Muḥammad b. Maḥmūd. Il partit de B…

Rūd̲h̲bār

(533 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Rūdbār, litt. en persan «district bordant une rivière, ou traversé par des cours d’eau», toponyme fréquent en Perse islamique. Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 770-8, et al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, VI, 187-90, signalent des Rūd̲h̲bār à Iṣfahān, Ṭūs, Balk̲h̲, Marw, Hamad̲h̲ān et Bag̲h̲dād, ainsi que dans les provinces ¶ de S̲h̲ās̲h̲ et du Daylam. En tant que lieu de séjour ou d’origine de savants connus, les plus importants sont le Rūd̲h̲bār situé à l’entrée de Ṭabarān, une des agglomérations qui constituent Ṭūs [ q.v.], celui de Bag̲h̲dād, et celui de Hamad̲h̲an̄. Dans la géo…

Ḳi̊s̲h̲laḳ

(509 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(du turc ḳi̊s̲h̲ «hiver»), lieux d’hivernage. A l’origine, ce terme s’appliquait aux lieux souvent situés dans des régions plus chaudes et plus basses où hivernaient des nomades pasteurs de l’Asie Intérieure, puis à ceux de contrées telles que la Perse et l’Anatolie où des Turkmènes et d’autres peuples d’Asie Centrale s’étaient infiltrés et avaient apporté leur mode de vie nomade. Kās̲h̲g̲h̲arī ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, trad. Atalay, I, 464-5), rend ḳi̊s̲h̲laḳ par al-mus̲h̲attā; son antonyme est yaylaḳ «lieu d’estivage» (de yay «printemps», puis «été»), qui désigne les haut…

Maʿalt̲h̲āyā, Maʿalt̲h̲ā

(980 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(syriaque «porte, entrée», Payne Smith, Thesaurus syriacus, col. 2881), nom donné à deux villages de l’ancien ḳaḍāʾ de Dehōk (Duhūk) du wilāyet de Mawçil à l’époque ottomane, auj. Malthai, dans la Région Autonome de Dehōk (Irak). Le second de ces deux villages était autrefois distingué par un qualificatif, Maʿalt̲h̲ā al-Naṣārā «M. des Chrétiens», mais, comme le premier, il est devenu à une date récente largement kurde et musulman. Maʿalt̲h̲āyā est situé sur un petit affluent du Tigre, le nahr Dehōk, à 60 km au Nord …

Muʿammā

(813 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, «ce qui est rendu obscur, caché». —1. Au sens de devinette, énigme [voir Lug̲h̲z]. —2. Au sens d’écriture secrète, code. Des codes ont été utilisés en permanence dans l’antiquité classique. C’est ainsi que le skytalē des Spartiates mentionné par Plutarque, dans lequel un message était rédigé sur un ruban de parchemin ou de peau enroulé autour d’un bâton de bois de section décroissante avant de procéder à l’écriture, si bien qu’il ne pouvait être lu que par un destinataire possesseur d’un bâton de forme et de t…

Naṭanz

(323 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville de la Perse occidentale (33° 39 ‘ N., 51° 57’ E., altitude 1372 m.) au bas du versant Sud-est des monts Kūh-i Kargas, et non loin de la route actuelle Téhéran - Ḳum - Kās̲h̲ān - Yazd. Les premiers géographes musulmans n’en parlent pas, mais Yāḳūt, ( Muʿd̲j̲am, V, 292), la décrit comme une petite localité de la province du Ḏj̲ibāl [ q.v.], dépendant administrativement d’Isfahàn et située à 20 farsak̲h̲s au Nord de cette ville. Mustawfï (VIIIe/XIVe siècle) note qu’elle est sous la protection de la citadelle de Was̲h̲āḳ, non loin de là. Il pourrait s’agir de la …

Sirhind

(230 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de l’Inde dans la partie extrême-orientale du Pand̲j̲āb, lat. 30° 30´ N., long. 76° 28´ E., à environ 36 km au Nord de la ville de Patiāla. Dans les chroniques islamiques médiévales en persan, le nom est habituellement écrit S.h.r.n.d, et son étymologie populaire dérivée de sar-Hind «la tête de ¶ l’Inde», en raison de sa position stratégique, est visiblement fantaisiste. La ville a dū avoir un passé préislamique hindou, mais a pris de l’importance à partir de l’époque g̲h̲ūride. et fut développée par le sultan tug̲h̲luḳide Fīrūz S̲h̲āh (I…

Ḏh̲āt al-Ṣawārī

(524 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ḏh̲ū l-ṣawārī, G̲h̲azwat al-ṣawārī, « la bataille des mâts », nom que les sources arabes donnent à une bataille navale qui opposa les Arabes aux Byzantins dans la dernière partie du califat de ʿUt̲h̲mān; on ne connaît pas le lieu exact de cet engagement, mais il semble qu’il se soit produit au large de la côte de Lycie, dans le Sud de l’Anatolie, près de la localité de Phoenix (l’actuelle Finike turque, chef-lieu du kaza de même nom dans le vilayet d’Antalya). Lorsqu’il gouvernait la Syrie, Muʿāwiya semble avoir eu pour politique de créer une force navale arabe destinée à te…

Ṣofta

(300 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(t., orthographié ṣ.w.f.t.h.), nom donné aux étudiants en sciences théologiques, juridiques ¶ et autres dans le système turc ottoman de la madrasa [ q.v.]. Une forme parallèle existe dans le persan sūk̲h̲te, lttéralement «brûlé, enflammé (par l’amour de Dieu ou de l’étude)», qui paraît être la forme primitive. S’il existe un lien entre les deux mots, il est rien moins que clair (voir S̲h̲. Sāmī, Ḳāmūs-i turkī, Istanbul 1318/1900-1, II, 839, col. 3; Redhouse, Turkish and English dict, 1087, 1192). Le mot ṣofta était appliqué aux étudiants débutants. Lorsqu’un étudiant devenait…

al-Ḳalḳas̲h̲andi

(2,439 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nisba de plusieurs savants égyptiens de l’époque mamlūke et du début de l’époque ottomane. Les plus importants sont les suivants: I. S̲h̲ihāb al-dīn Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAlī (ʿAbd Allāh?) b. Ahmad b. ʿAbd Allāh al-Fazārī al-S̲h̲āfīʿī, juriste, secrétaire de la chancellerie mamlūke et auteur de plusieurs ouvrages. Les principales informations concernant sa vie se trouvent dans les mentions assez succinctes des sources biographiques et historiques de la fīn de la période mamlūke: al-ʿAym, al-Makrīzī, Ibn Tag̲h̲rlbirdī, al-Sak̲h̲ā…

Zābul, Zābulistān

(546 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom donné au début de l’ère musulmane à une région, actuellement l’Afg̲h̲ānistān oriental, couvrant plus ou moins les provinces afg̲h̲ānes de G̲h̲aznī et de Zābul. Les premiers géographes décrivent ce qui était une région éloignée sur les frontières de l’extrême orient du Dār al-Islām dans des termes évidemment assez vagues, comme une immense province ayant pour centre G̲h̲azna [ q.v.]. Elle se serait étendue entre Kābul et la vallée de la rivière du même nom au Nord et ¶ les territoires entourant le confluent du Helmand et de l’Arg̲h̲andāb appelés Zamīndāwar et al-Ruk̲h̲k̲h̲ad̲j̲ [ q.v…

Yag̲h̲ma

(589 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, orthographié Yag̲h̲mā en arabe, tribu turque d’Asie Centrale mentionnée dans les récits des anciens Turcs, et les groupes tribaux qui les constituaient. P. Pelliot pensait que le chinois ϒangmo présupposait une forme nasalisée * Yangma (Notes sur leTurkestan” de M. W. Barthold, dans Toung-Pao, XXVII [1930], 17). Il existe des passages sur les Yag̲h̲ma dans Ḥudūd al-ʿālam, trad. 95-96, § 13, voire comment. 277-81, et dans Gardīzī, Zayn al-ak̲h̲bār, édit. Ḥabībī, Téhéran 1347/1968, 260. Abū Dulaf ne les mentionne pas par leur nom dans sa First Risāla, mais Marquart pensait que sa…

al-T̲h̲aʿālibī

(353 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Manṣur, auteur d’une histoire en arabe, le Taʾrīk̲h̲ G̲h̲urar al-siyar ou al-G̲h̲urar fī siyar al-mulūk wa-ak̲h̲bārihim, qu’il dédia au G̲h̲aznawide Abū l-Muẓaffar Naṣr b. Sebüktigin, gouverneur du Ḵh̲urāsān, m. 412/1021. Selon Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa, trad. Flügel, IV, 319 no. 8592, cette histoire universelle comprenait quatre volumes, allant de la Création jusqu’à l’époque de Maḥmūd de G̲h̲azna [ q.v.], contemporain de l’auteur. H. Zotenberg publia un texte et une traduction en français de la première partie, Histoire des rois de Perse, Paris 1900. Celle-ci a une valeu…

Mog̲h̲ols

(372 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, communauté ethnique et, jusqu’à une date récente, linguistique, primitivement regroupée dans le centre-ouest de l’Afg̲h̲anistān. dans l’actuelle province de G̲h̲ōrāt, et pratiquant un mode de vie semi-pastoral et semi-agricole. De nos jours toutefois, des groupes s’en sont disperses à travers tout l’Afg̲h̲ānistān du Centre et du Nord. Ils comptent au plus 10 000 âmes. Sur d’autres communautés d’origine turco-mongole en Afg̲h̲ānistān, voir Hazāra au Suppl. Au contraire des Hazāras s̲h̲īʿites, les Mog̲h̲ols sont sunnites. L’origine de ces Mog̲h̲ols se place probablemen…

Kalikat

(1,002 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme locale Kōĺikōd́u («forteresse du coq» en malayalam, voir Yule et Burnell, Hobson-Jobson, a glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases, 2Londres 1903, 148), forme usuelle Calicut et, dans le parler indien moderne, Kozhikode, ville de la côte occidentale du Deccan ou Péninsule Indienne (11° 15’ N; 75° 45’ E.) sur ce qu’on appelait avant l’époque moderne, et encore aujourd’hui, la côte de Malabar [voir Maʿbar]. Au temps de l’Inde Britannique, elle était le chef-lieu ( centre) d’un canton ( sub-district ou tālūk) du même nom, dans l’arrondissement ( district) du Malaba…

Wezīr Köprü

(228 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, actuellement Vezirköprü, petite ville au Nord de l’Anatolie, à 35 km. au Nord ¶ de Merzifon [voir Merifūn], et à 18 km. au Sud de la dernière extension du Kızıl Irmak [voir Ḳi̊zi̊l-i̊rmāḳ] (41° 09′ N., 35° 27′ E.). Il y avait apparemment une ville en ce lieu ou à proximité, à l’époque classique dans ce qui était alors la Pamphylie méridionale, et à l’époque byzantine, la cité de Gedegara (dans Kātib Čelebi, Ḏj̲ihān Nümā, Kedeg̲h̲ara). À la haute époque ottomane, à compter du Xe/XVIe s., elle relevait du sand̲j̲aḳ d’Amasya dans l’ eyālet de Sivas. Ewliyā Čelebi la visita en 1057/1647 et…
▲   Back to top   ▲