Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Tungans

(554 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dungans, en chinois T’ung-kan, nom turkike donné à ces Hui (à savoir des Musulmans d’ethnie chinoise) installés au sein du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.], en particulier dans les régions de Dzungarie et de Kumul, au Nord du Sinkiang, mais nombreux aussi dans les propres provinces de la Chine du Nord-ouest comme le Kansu [ q.v.] (Gansu), le Ninghsia [ q.v.], le Shensi [ q.v.] (Shaanxi) et le Tsinghai. Les Tungans du Sinkiang étaient estimés à 92 000 au milieu des années 1940, et ils y jouèrent un rôle politique et militaire, considérable, pendant la période…

Ḳuld̲j̲a

(1,389 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou G̲h̲uld̲j̲a, aujourd’hui Ili ou I-ning, ville située dans la haute vallée fertile et riche en minerais de l’Ili [ q.v.], en Asie Centrale. Sur l’histoire médiévale de la région, voir Almali̊gh. La ville de Ḳuld̲j̲a (Ḳuld̲j̲a la Vieille) était problement en 1762 une fondation récente des Chinois après leur victoire de 1758 sur les Kalmuks [ q.v.], et ils l’appelèrent Ning-yüan-tchen. Deux ans plus tard, fut fondée, pour servir de siège au gouverneur général ( dsandsün) du Turkestan chinois, Hoi-yüantchen qui fut appelée Ḳuld̲j̲a «la Grande» ou «la Nouvelle». Le gouver…

Ustāndār

(217 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «celui qui détient un ustān [ q.v.] ou une province», terme administratif utilisé à l’origine en Perse sāsānide pour désigner un gouverneur de province ou un fonctionnaire chargé de gérer des domaines de l’État (Voir Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber, 448). Quand les Arabes eurent conquis le ʿIrāḳ, les anciennes terres sāsānides furent transformées en ṣawafī al-ustān et administrées par des ustāndārs pour le calife ʿUmar (voir M. J. Morony, Iraq after the Muslim conquest, Princeton 1984, 68-9 et index sous ustāndār). Durant ce temps, le titre continua…

Yārkand

(2,524 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du bassin du Tarim, Turkestan Oriental, aujourd’hui dans la Région Autonome du Sinkiang/Xinjiang de la République Populaire de Chine et qui porte à nouveau en chinois le nom de So-ch’e/Shache (38° 27’ N., 77° 16’ E., altitude 1.190 m). Yārkand est située sur la rivière du même nom, qui prend sa source dans la partie septentrionale des ¶ Monts Ḳaraḳorum, près de la frontière mal définie entre le Kas̲h̲mīr et la Chine, et qui coule ensuite vers l’Est pour rejoindre le fleuve Tarim; avec ses eaux pérennes, c’est le cours d’eau le plus important qui…

Mihmān

(375 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.) littéralement «hôte», l’équivalent de l’arabe ḍayf [ q.v. EI2, II, 195a], Le terme persan se trouve dans plusieurs mots composés comme par exemple mihmāndār et mihmān-k̲h̲āna. En Perse ṣafavide, les mihmāndārs étaient des fonctionnaires désignés pour recevoir des hôtes et à leur assurer l’hospitalité, y compris les ambassadeurs étrangers et les messagers. Un grand officier de la cour, le mihmāndār-bās̲h̲ī, contrôlait les fonctionnaires subalternes. À l’époque des Ḳād̲j̲ārs, les mihmāndārs semblent avoir été nommés ad hoc. Voir des références dans les rapports des v…

Mus̲h̲īr al-Dawla

(461 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. «conseiller de l’État»), titre conféré à six hommes d’affaires dans la Perse ḳād̲j̲āre au XIXe siècle et au début du XXe, dont le dernier est Mus̲h̲īr al-dawla Ḥasan Pirniyā (m. 1935), premier ministre en 1920, vers la fin du règne des Ḳād̲j̲ārs. Tous les six servirent en qualité d’agents diplomatiques ou ambassadeurs et tous, sauf le premier, devinrent ministres des affaires étrangères à Téhéran. C’est du premier, Mīrzā Sayyid Ḏj̲aʿfar Ḵh̲ān Tabrīzī, Muhandis Bās̲h̲ī (vers 1790-1862), que nous nous occuperons ici. Il avait été un des cinq Persans envoyés…

T́hat́t́ā

(553 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, T.t.h selon l’orthographe persane, habituellement Thatta ou Tatta, ville du Sind inférieur, située sur l’Indus à quelque 100 km de son embouchure dans l’Océan Indien et à la même distance environ à l’Est de Karachi (24° 44΄ de lat. Nord, et 67° 58΄ de long. Est). A l’époque médiévale musulmane, c’était une ville d’une importance considérabletant sur le plan politique que commercial, mais c’est aujourd’hui une petite bourgade, chef-lieu du district de ce nom, dans la Division d’Haydarābād du Sind, au Pakistan. 1. Histoire. Le nom même semble avoir pour connotation une installat…

Mas̲h̲had

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom de lieu du verbe s̲h̲āhida «être témoin de, présent à», «être un martyr» ( s̲h̲āhīd; évolution post-ḳurʾānique que Goldziher juge influencée par l’usage parallèle du syriaque chrétien oriental; voir Muḥ. Stud., II, 387-9; trad. angl., II, 350-2). Egalement à l’époque post-ḳurʾānique, le terme mas̲h̲had, à partir de la désignation d’un lieu sacré quelconque, auquel était ou non associée une construction, mais souvent en fait un tombeau en général, en est arrivé à désigner la sépulture d’un prophète antérieur, d’un saint ou d’un pr…

Subayta

(196 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Isbayta, nom arabe d’un établissement de la région du Néguev [voir al-Naḳb], au Sud de la Palestine, dérivant du nom nabatéen rendu dans les sources grecques par Sobata; en hébreu : Shivta. Les ruines sont situées à 43 km au Sud-ouest de Beersheba, à une altitude de 350 m. Décrites d’abord par E. H. Palmer en 1870, elles ont été abondamment fouillées depuis les années 1930. La ville prospéra aux époques nabatéenne tardive, romaine tardive et byzantine. Il s’agissait d’un centre essentiellement agricole, non protégé par des mu…

Istiʿrāḍ, ʿArḍ

(4,925 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rassemblement, revue et inspection des troupes; l’officier chargé de ces opérations est le ʿāriḍ, pl. ʿurrāḍ. L’institution du ʿarḍ fut, dès le début, étroitement rattachée au dīwān al-d̲j̲ays̲h̲, département de la bureaucratie qui s’occupait des affaires militaires; recrutement, rassemblement et inspection constituaient l’une des principales sphères d’activité du dīwān, l’autre sphère étant celle des pensions et soldes [voir Dīwān et Ḏj̲ays̲h̲]. Le ¶ ṣāḥib dīwān al-d̲j̲ays̲h̲ du début du califat ʿabbāside ou le ʿāriḍ al-d̲j̲ays̲h̲ des États qui lui succédèrent (plus…

Yūsuf al-Barm

(219 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Yūsuf b. Ibrāhīm, mort en 160/777 ou peu après, mawlā de T̲h̲aḳīf qui se rebella contre les ʿAbbāsides au Ḵh̲urāsān oriental pendant le califat d’al-Mahdī. Le soulèvement de Yūsuf ne fut que l’une des nombreuses révoltes menées en Transoxiane et au Ḵh̲urāsān oriental durant la première période du califat ʿabbāside par des Arabes ou des Iraniens, vivant sur place. Les sources attribuent ce mouvement à certaines motivations religieuses, en témoignerait la proclamation traditionnelle de l’obligation d’ al-amr bi l-maʿrūf wa l-nahy ʿan al-munkar, en réalité, la nature de cette …

Rad̲j̲āʾ b. Ḥaywa

(990 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Ḵh̲anzal al-Kindī, Abū l-Miḳdām ou Abū Naṣr ( nasab complet dans Gottschalk, 331, d’après Ibn ʿAsākir), client ou mawla assez mystérieux qui paraît avoir été influent en ce qui concerne le domaine religieux et qui fut conseiller politique à la cour des premiers califes marwānides de ʿAbd al-Malik jusqu’à ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz. On ignore sa date de naissance, pourtant à sa mort en 112/730, il devait avoir environ soixante-dix ans. ¶ Selon un récit, la famille de Rad̲j̲āʾ provenait de Maysān en Bas-ʿIrāḳ, indigènes locaux, Nabats ou Araméens; c’est là que le lien de walāʾ avec la tribu a…

Rukn al-Dīn Bārbak S̲h̲āh

(187 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn Maḥmūd S̲h̲āh, Sultan du Bengale de la lignée restaurée des Ilyās S̲h̲āhī, r. 864-79/1460-74. Bārbak, l’un des plus puissants des souverains médiévaux du Bengale, s’acquit une grande réputation en combattant les souverains hindous d’Orissa et du Bengale septentrional et oriental, et en reprenant Silhet [ q.v.] (Sylhet) et Chittagong [ q.v.] aux Arakanais. Il recruta pour ses forces armées des esclaves militaires ḥabas̲h̲īs et des mercenaires arabes; la tradition populaire hagiographique attribue beaucoup des conquêtes de Bārbak à u…

Sulṭānābād

(465 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de divers lieux de Perse. 1. Le plus connu est l’actuelle ville de Perse d’Arāk, (long. 49° 41′ E., lat. 34) 5′ N, altitude 1 753 m, à 284 km au Sud-ouest de Téhéran. Elle se trouve dans l’angle Sud-ouest de la plaine de Farahān, à proximité du massif du Zagros. Le nom populaire, devenu officiel d’Arāk doit provenir de ʿIrāḳ, au sens de ʿIrāḳ-i ʿAd̲j̲am, ou ʿIraḳ persan, le Ḏj̲ibāl médiéval [ q.v.]. La région moderne d’Arāk se trouve dans la boucle du Ḳara Ṣu. Ses districts ruraux comprennent celui de Kazzāz, qui semble se confondre avec le médiéval Karad̲j̲ Abī Dulaf (voir Le Strange, Lands, 19…

Muḥammad b. Maḥmūd b. Muḥammad b. Malik-s̲h̲ah

(588 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ G̲h̲iyāt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, sultan sald̲j̲ūḳide de Perse occidentale (548-55/1153-9). La mort, en 547/1152, du sultan Masʿūd b. Muḥammad [ q.v.] sans héritier mâle direct ouvrit une période de confusion dans le sultanat des Grands Sald̲j̲ūḳides, en ce sens qu’il y avait encore plusieurs princes qui prétendaient au trône, notamment le frère de Masʿūd, Sulaymān-S̲h̲āh, et les fils de ses frères Maḥmūd et Ṭog̲h̲ri̊l. Tous ces prétendants, sauf Muḥammad, ne possédaient que de médiocres capacités et dépendaient largement des Atabegs et d’autres amīrs turcs, dont…

Kōhāt

(1,039 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p. montagnes), district sous administration directe de ce qui fut, jusqu’en 1955, la Province frontière du Nord-ouest des Indes britanniques puis du Pakistan; sa superficie est de 7000 km2 environ et son centre administratif se trouve dans la ville de Kōhāt. Il est entouré au Nord par l’Agence de Khyber [voir Ḵh̲aybar Pass], à l’Ouest par celles du Kurram et du Wazīrīstān du Nord, au Sud par le district de Bannū [ q.v.] et à l’Est, par PIndus et le taḥṣīl de ʿĪsā Ḵh̲ēl du Pand̲j̲āb. Le district est formé d’un plateau accidenté, situé à une hauteur moyenne de 600 m., avec des cha…

al-Nūs̲h̲arī

(140 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou al-Naws̲h̲arī. Abū Mūsā ʿĪsā b. Muḥammad, général de la garde des califes ʿabbāsides à Sāmarrā (on le disait turc, mais c’était peut-être un Persan du Ḵh̲urāsān, car al-Sāmʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XIII, 201-2, rattache sa nisba d’al-Nūs̲h̲ārī ( sic) à Nūs̲h̲ār, un village du district de Balk̲h̲). Il fut gouverneur de Damas à plusieurs reprises sous le califat d’al-Muntaṣir et d’al-Muʿtazz [ q.vv.] à partir de 247/861. A l’avènement d’al-Muʿtazz, il étendit son autorité vers le Sud, en Palestine, et destitua le gouverneur arabe de Ramla [ q.v. ], ʿĪsā b. al-S̲h̲ayk̲h̲ [ q.v.]. Par …

ʿUrwa b. Masʿūd

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Muʿattib al-T̲h̲aḳafī, Abū Yaʿfur (m. 9/630), un des chefs du groupe des Aḥlāf à al-Ṭāʾif [ q.v.], au début de l’Islam, et considéré techniquement comme un Compagnon du Prophète. Par sa mère, il descendait de ʿAbd S̲h̲ams de Ḳurays̲h̲, et il épousa une fille, Āmina ou Maymūna, d’Abū Sufyān [ q.v.], le chef de la résistance mecquoise contre Muḥammad. Comme allié de Ḳurays̲h̲, ʿUrwa prit part aux négociations entre le Prophète et les Mecquois lors de la trêve d’al-Ḥudaybiya [ q.v.], conclue en 6/28. Quand les hommes de Ṭāʾif, venant des deux groupes des Banū Aḥlāf et des Ba…

Rayčūr

(158 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et district d u Sud de l’Inde, ajourd’hui dans le département de Gulbargā de l’Etat de Karnataka (Union Indienne), mais, avant 1947, dans l’Etat princier de Haydarabad (Inde Britannique). Lalat. est de 16°15′ N., et la long, de 77°20′, E. Ancienne ville hindoue dépendant autrefois du royaume de Warangal, Rāyčūr passa aux sultans k̲h̲ald̲j̲is de Dihlī au VIIIe/XIVe siècle, puis aux Bahmanides et, après la conquête du Deccan par Awrangzīb, aux Mug̲h̲als. La ville possède d’intéressants monuments islamiques. L’Ek Mīnār kī masd̲j̲id bahmanide a son …

Tālīkōt́ā

(284 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du centre du Deccan, au Moyen Age, aujourd’hui dans le district de Bīd̲j̲apur de l’Etat du Karnataka, de l’Union indienne (lat. 16° 31’ N., long. 76° 20’ E.). Elle est célèbre pour avoir été le lieu de réunion et le camp de base pour les forces combinées des sultanats du Sud de l’Inde (les ʿĀdil S̲h̲āhīs, Barīd S̲h̲āhīs, Ḳuṭb S̲h̲āhīs et Niẓām S̲h̲āhīs [ q.vv.]). Us marchèrent tous ensemble quelques 50 kms vers le Sud, au sud de la rivière Krishna et des villages de Rakshasa et Tangadi, traversèrent la rivière et, à un point situé à 20 km au sud …
▲   Back to top   ▲