Search

Your search for 'dc_creator:( "Burton-Page, J." ) OR dc_contributor:( "Burton-Page, J." )' returned 224 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Masd̲j̲id

(78,035 words)

Author(s): Pedersen, J. | Hillenbrand, R. | Burton-Page, J. | Andrews, P.A. | Pijper, G.F. | Et al.
(a.), mosquée, nom de lieu de sad̲j̲ada «se prosterner», d’où «lieu où l’on se prosterne [dans l’exercice du culte]». Les termes employés dans l’Europe occidentale (français mosquée, anglais masque, all. Moschee, ital. moschea) viennent de l’arabe par l’intermédiaire de l’espagnol mezquita. I. — La mosquée dans les pays du centre du monde islamique. A. — Origines de la mosquée jusqu’à la mort du Prophète. B. — Fondation de mosquées après l’époque du Prophète. C. — La mosquée, centre du culte. D. — Eléments constitutifs et mobilier de la mosquée. E. — La mosquée, institution d’État. F. — A…

Hindī

(3,182 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, langue nationale de la République indienne, qui est aujourd’hui considérée en général comme la forme linguistique de l’Inde du Centre et du Nord; le vocabulaire savant en est tiré du sanscrit et la culture, de l’Hindouisme; elle comprend pour son expression littéraire non seulement le dialecte commun (k̲h̲aŕi bolī), mais aussi l’awad̲h̲ī oriental, le brad̲j̲ central et la poésie des bardes du Rād̲j̲āsthān [voir aussi Hind, langues]. Autrefois et jusque vers la fin du XIXe siècle, le mot hindī étaitégalement appliqué à la langue des Musulmans du Nord de l’Inde, de ceux du Hind par oppo…

Mawākib

(20,440 words)

Author(s): Sanders, P. | Chalmeta, P. | Lambton, A.K.S. | Nutku, Özdemir | Burton-Page, J.
(a., sing. mawkib) «processions». I. — Sous les ʿAbbāsides et les Fāṭimides. Le sens fondamental de procession (à cheval ou non), de cortège, se trouve dans le ḥadīt̲h̲ (al-Buk̲h̲ārī, Badʾ al-k̲h̲alḳ, 6; Ibn Ḥanbal, III, 213; al-Dārimī, 2695); c’est lui que donnent les dictionnaires et qu’entendaient les Umayyades, les ʿAbbāsides et les Fāṭimides lorsqu’ils parlaient du cortège d’un amīr, d’un wazīr ou d’un autre dignitaire (voir par ex. al-Ṭabarī, II, 1731; Hilāl al-Ṣābiʾ, Rusūm dār al-k̲h̲ilāfa, 9-10, 12…

Hūs̲h̲ang S̲h̲āh G̲h̲ūrī

(1,180 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, souverain de Mālwā [ q.v.] de 808/1405 à 835/1432; il est d’abord désigné sous le nom d’Alp Ḵh̲ān, fils aîné de Dilāwar Ḵh̲ān [ q.v.], par Firis̲h̲ta qui met en relief son ambition de délivrer Mālwā de sa dépendance à l’égard de Dihlī et sa rancœur devant l’hommage que son père avait rendu à Maḥmūd Ḵh̲ald̲j̲ī de Dihlī lorsque, fuyant l’invasion timūride, en 801/1398, il s’était réfugié auprès de ce dernier à Dhār. En fait, durant le séjour de Mahmūd à Dhār, il quitta la cour pour Mānd́ū [ q.v.] où il remit en état les fortifications de l’ancienne place-forte des Paramāras et, lorsq…

Hindū

(1,275 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom donné à la plus large communauté religieuse de l’Inde, qui fut conquise par les Musulmans au VIe/XIIe siècle. Au début, les Musulmans ne connaissaient guère les croyances religieuses de l’Inde et cela n’est pas étonnant, carl’Hindouisme diffère considérablement de l’Islam dans la plupart de ses aspects. Il est essentiellement polythéiste, n’a ni Écriture officielle (mais toutefois de nombreux livres sacrés), ni loi canonique, ni orthodoxie ¶ doxie réelle recouvrant une grande variété d’écoles dogmatiques et philosophiques, et surtout pas de prophétat; il tolère le culte des idoles, qui ne sont cependant pas une nécessité; il ne connaît pas de culte organisé, bien qu’il possède des temples, mais la dévotion y est facultative et individuelle; sa religion est inséparable de ses concepts de société et d’État; et son but n’est pas la délivrance de l’âme en vue d’un séjour dans un paradis et d’une résurrection physique, mais la libératio…

Marāt́hī

(261 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, la principale langue indoaryenne (voir Hind, III, Langues) parlée par environ 40 millions de personnes à Bombay et dans l’État environnant de Mahārās̲h̲t́rā. Elle diffère du hindī-ūrdū «central», notamment par le maintien des trois genres de l’indo-aryen ancien, par les consonnes rétroflexes -n- et -l-, par l’existence d’un passé à infixe -l- et par un vocabulaire plus dépendant du sanscrit que de l’arabe et du persan. En tant que langue principale du Berār et du Deccan du Nordouest, c’était la langue démotique des populations des anciens sulta…

Dāniyāl

(127 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, appelé Sulṭān Dāniyāl dans les livres d’histoire, le plus jeune fils et le favori de l’empereur Mug̲h̲al Akbar, né à Ad̲j̲mēr le 2 d̲j̲umādā I 979/22 septembre 1571. En 1008/1599, il fut nommé gouverneur militaire du Deccan et, après avoir conquis la ville d’Aḥmadnagar (1009/1601), il fut honoré par Akbar qui lui donna la province de Ḵh̲āndēs̲h̲. laquelle, à cause de lui, prit le …

Ḏj̲amnā

(310 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, forme, employée communément par les Musulmans d’aujourd’hui, du nom de la rivière indienne qui prend sa source à Tehrī, dans l’Himalaya, et se jette dans le Gange à Allāhābād. Elle est généralement appelée Jamna (nom plus ancien Jumna) sur les cartes occidentales, mais son nom sanscrit Yamunā a été largement repris dans l’Inde moderne; l’antiquité la connaissait sous différentes formes: Διαμούνα pour Ptolémée, ‘IωβαρήΣ pour Amen, Iomanes pour Pline; les fo…

Katahr

(513 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, district de l’Inde situé à l’Est de Dihlî, entre les cours du Rāmgangā et du S̲h̲āradā, et constituant la partie orientale du territoire qui, dans le premier tiers du XVIIIe siècle, prit le nom de Rohilkand [ q.v.]; mais à l’époque mug̲h̲ale, la totalité de ce territoire semble avoir été abusivement appelée Katahr. Plusieurs étymologies de ce nom (Katahr dans les plus anciennes sources islamiques, mais correctement Kat́ahr) ont été proposées: W. Crooke ( Tribes and Castes of the North West Provinces and Oudh, Calcutta 1896, III, 176) le considère comme étant celui qui désigne…

Māhūr

(426 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Burton-Page, J.
, petite ville de l’Inde médiévale, dans l’extrême Nord de l’ancien État de Hyderabad de l’Inde britannique. Située à 19° 49′ de lat. N., et 77° 58′ de long. E., juste au Sud de la rivière Pengangā, un affluent gauche du Godavari, cette ville constitue la frontière entre les anciennes régions du Hyderabad du Nord [voir Haydrābād] et du Berār [ q.v.] dans l’Inde centrale. Dans l’époque préislamique, Māhūr avait un sanctuaire de Srī-Dattātreya. Au milieu du VIIIe/XIVe siècle, la région jusqu’à Māhūr fut conquise par les Bahmanides [ q.v.] du Deccan. En 857/1453 Maḥmūd Ier Ḵh̲īld̲j̲ī [ q. v. ] d…

Bharoč

(601 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom d’un district et d’une ville du Gud̲j̲arāt [ q.v.], actuellement de l’État de Bombay (Inde). Le district a une superficie d’environ 3 850 Km2 (1450 milles carrés) et une population de quelque 300 000 âmes; les Musulmans représentaient environ 20% du total avant le partage de 1947, mais, depuis, beaucoup ont rejoint le Sind (Pākistān). La principale classe de Musulmans était celle des ¶ Bohrā [voir Bohorās]. — Bharoč (lat. 21º 42’ Nord, long. 73º 2’ Est), principale ville de ce district, est tout d’abord connue comme faisant partie des possessions Mawrya, et pl…

Māhīm

(422 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, port de l’Inde situé à environ 90 km au Nord de Bombay, protégé par une forteresse bâtie sur une île et constitué de deux criques formant un mouillage abrité. Le gros village de Kēlvē, qui s’élève sur le rivage opposé de l’une des criques, est maintenant inclus avec le port dans une commune appelée Kēlvē-Māhīm et distinguée ainsi du faubourg de Māhīm sur l’île de Bombay. Le nom du port s’écrit aussi Mahīm et, dans les documents bahmanides, Mahāʾim. On sait qu’il était compris dans les possessions du sultanat de Dihlī au milieu du VIIIe/XIVe siècle, avant de passer à celui du Gud̲j̲arāt …

Bāʾolī

(818 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, mot urdu et hindi signifiant puits à degrés; il y en a deux types principaux dans l’Inde, le type septentrional et le type occidental. La variété du Nord est la plus simple; elle comprend essentiellement une large volée de marches de pierre qui descendent du niveau du sol jusqu’au-dessous de la ligne d’eau, sur toute la largeur de l’emplacement; des volées accessoires peuvent partir à l’opposé de ces marches et perpendiculairement à celles-ci au-dessous du niveau de l’eau,…

Namāzgāh

(445 words)

Author(s): Burton-Page, J.
(p.), «lieu de prière», est synonyme, dans l’Inde, de ʿīdgāh, espace ouvert, généralement à l’Ouest d’une ville et couvert seulement de ce qui, dans une mosquée, serait le mur occidental, avec un ou des miḥrābs et un minbar et essentiellement entouré d’une clôture telle que l’espace clos puisse contenir toute la population musulmane de sexe masculin; le mur peut s’élever à l’extrémité occidentale d’une vaste zone pavée ( ṣaḥn), mais il n’y a généralement pas de ḥawḍ pour les ablutions. Le namāzgāh ne sert que pour la célébration des deux fêtes canoniques [voir ʿĪd] et n’a aucun caractère sacré, ce qui peut expliquer la destruction d’un grand nombre d’anciens ʿīdgāhs. Le namāzgāh/ʿīdgāh, dans les localités de l’Inde, est souvent une construction substantielle de quelque valeur artistique, par ex. le ʿīdgāh bahmanide à Bīd̲j̲āpur, le splendide ʿīdgāh de Čandērī (non décrit dans l’article concernant cette ville) au Mālwā, avec son mur de ḳibla, un minbar à dais et des contreforts diminués avec des dômes, le ʿīdgā…

Naldrug

(781 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, petite ville (17° 49’ N., 76° 29’E.) située dans l’ancien district de ʿUt̲h̲mānābād de l’État de Ḥaydarābād, aujourd’hui dans le Mahārās̲h̲tra; son fort, qui s’élève au-dessus du ravin de la rivière Bori, est l’une des forteresses les mieux fortifiées du Deccan. Son nom se présente aussi sous la forme Naldurg, qui est peut-être la meilleure ( durg = sanscrit durga: fort). Naldrug ne figure pas dans les campagnes au Deccan de Muḥammad b. Tug̲h̲luḳ, et il est donc probable qu’elle est tombée aux mains des Bahmanides après que les troupes impériales se furent retirées, à la fin du VIIIe/XIVe siècle; ses fortifications de pierre, qui paraissent être du travail bahmanide, bien qu’elles aient été améliorées plus tard, sous les ʿĀdil-S̲h̲āhides de Bīd̲j̲āpur, peuvent avoir remplacé un fort hindou (?Čālukya) en terre. Par la suite, Naldrug est souvent mentionnée dans les querelles dynastiques du Deccan, située comme elle l’est sur la frontière des territoires ʿādil-s̲h̲āhides de Bīd̲j̲āpur et niẓāms̲h̲āhides d’Aḥmadnagar, non sans avoir attiré l’attention des Ḳuṭb-S̲h̲āhides de Golkondā…

Bahmanides

(2,906 words)

Author(s): Sherwani, H. K. | Burton-Page, J.
, lignée de 18 sultans musulmans qui régnèrent, ou revendiquèrent le pouvoir, au Deccan, de 748 à 933/1347-1527, après qu’un groupe de nobles musulmans, conduits par Ismāʿīl Muk̲h̲, se furent révoltés, avec succès, contre le sultan de Dihlī, Muḥammad b. Tug̲h̲luḳ. Le plus fort, Ḥasan Gāngū, supplanta Ismāʿīl et fut proclamé sultan sous le nom de Sulṭān ʿAlāʾ al-dīn Ḥasan Bahman S̲h̲āh (sur l’origine de ce dernier, voir ¶ Major W. Haig, Some Notes on the Bahmani Dynasty, dans ASB, LXXIII, Pt. 1 (n° spécial) 1904, 463; Proceedings of Indian History Congress, 1938, 304-8; H. K. Sherwani, Gangu…

Kalyāni

(282 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ville fortifiée du Deccan [voir Dakhan], à 60 kilomètres environ à l’Ouest de Bīdarf [ q.v.] (17°53’ N., 76°57’ E.). Elle fut, aux IVe et Ve/Xe et XIe siècles, la capitale des derniers rād̲j̲ās Čālukya occidentaux et passa ensuite aux Yādavas de Devagiri (= Dawlatābād [ q.v.]). Après son installation à Devagiri, la dynastie bahmanide annexa Kalyāni, qui devint sa place-forte sur la frontière septentrionale; auparavant, la ville avait probablement été occupée par les Musulmans ainsi que le font supposer une inscription existant au d̲j̲āmiʿ masd̲j̲id fondé en 723/1323 par Ulug̲h̲…
▲   Back to top   ▲