Search

Your search for 'dc_creator:( "Cahen, Cl." ) OR dc_contributor:( "Cahen, Cl." )' returned 221 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Bābāʾī

(638 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom d’un mouvement religieux-social qui agita les milieux turcomans de l’Asie-Mineure centrale quelques années avant l’invasion mongole, et paraît avoir une grande importance dans l’histoire générale du développement social et culturel du peuple turc. On ne peut le comprendre que par référence à certaines conditions d’ensemble du développement de l’État sald̲j̲ūḳide de Rūm. Au VIIe/XIIIe siècle, celui-ci était devenu un État à forte armature administrative et culturelle d’influence iranienne, appuyée sur la population musulmane et surtout sunnite …

Luʾluʾ

(399 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, Badr al-dīn Abū l-Faḍāʾil al-Malik al-Raḥīm, affranchi, peut-être noir, des derniers Zengides d’al-Mawṣil, dont il prolongea le régime. Nommé par Arslān S̲h̲āh Ier à sa mort, en 607/1210-11, gérant de la principauté pour son jeune fils al-Ḳāhir puis, par ce dernier (m. 615/1218), pour son fils mineur Arslān S̲h̲āh II, il fut officiellement désigné, avec diplôme califal, comme seigneur de droit en 629/1232. Les chroniques le mentionnent surtout pour ses petites luttes interminables contre les petits Zengides subsista…

Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan II

(568 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, fils et successeur de Masʿūd Ier, et l’un des plus importants sultans de Rūm (550-88/1155-92). Masʿūd avait, en ménageant les Grecs, réussi à redresser la position des Sald̲j̲ūḳides en face des Dānis̲h̲mendites divisés par des querelles de succession. Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan continua d’abord cette politique, et la poussa en 557/1162 jusqu’à aller rendre à Constantinople, au Basileus Manuel Comnène, une espèce d’hommage qui concrètement d’ailleurs ne lui coûtait rien. Il put alors se rendre maître d’une partie des p…

G̲h̲uzz

(4,608 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Deverdun, G. | Holt, P.M.
, forme que revêt en général, chez les auteurs arabes, le nom du peuple turc og̲h̲uz. L’origine des Og̲h̲uz, restée longtemps obscure en raison de la diversité des transcriptions des noms de peuples dans les sources chinoises, arabes, byzantines, etc., paraît avoir été tirée au clair par J. Hamilton, Toquz oghuz et On-Uyghur, dans JA, CCL/1 (1962), 23-64. Au début du VIIe siècle, se serait formée, parmi les tribus turques orientales T’ie-lo, une confédération de Neuf Clans = Toḳuz Og̲h̲uz — forme connue des auteurs arabes — qui se serait révoltée contre l…

K̲h̲arād̲j̲

(29,108 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Lambton, A.K.S. | Orhonlu, Cengiz | Subhan, Abdus
, terme dérivé, par l’intermédiaire du syriaque, du grec χορηγία, mais rattaché par les Arabes à leur racine k̲h̲.r.d̲j̲. Le mot, contrairement à son sens original, désignait, semble-t-il, dans l’usage courant du Proche-Orient, l’impôt en général, et se trouvait appliqué, non sans confusion, à divers cas d’impôts particuliers [cf. Ḏj̲izya]. La littérature technique et juridique arabe l’employa plus spécifiquement, du moins avant la formation des États turcs, dans le sens d’impôt foncier, et c’est en ce sens exclusivement qu’il sera étudié ci-a…

Kayḳubād

(724 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom de trois sultans sald̲j̲ūḳides de Rūm. Kayḳubād Ier, ʿAlāʾ al-dīn, est le plus prestigieux des sultans sald̲j̲ūḳides de Rūm, auquel de nombreux souverains ultérieurs voudront se référer. Écarté du pouvoir par son frère et prédécesseur Kaykāʾūs [ q.v.], il lui succéda en 618/1221. Sa politique extérieure acheva de faire de sa dynastie l’une des plus puissantes de son temps. Au Sud, dès le début de son règne, il étendit son pouvoir sur une grande ¶ partie du Taurus cilicien, où il établit des Turcomans, et élargit sa façade maritime, en particulier par la prise de K…

Ḍarība

(19,470 words)

Author(s): Cahen, Cl. | J. F. P., Hopkins | İnalcik, H. | Rivlin, H. | Lambton, A.K.S | Et al.
, un des termes les plus courants pour désigner l’impôt, et qui s’applique plus spécialement à toute la catégorie des taxes ajoutées en pratique aux impôts fondamentaux de la théorie canonique. De ces derniers ( zakāt ou ʿ us̲h̲r, d̲j̲izya et k̲h̲arād̲j̲, etc.) et de leur rendement pendant la période «classique», un tableau sommaire a été donné ci-dessus à l’article Bayt al-māl, et l’étude précise de leurs modalités d’assiette et de perception sera faite sous leurs noms respectifs, en particulier sous Ḵh̲arād̲j̲; à l’occasion du k̲h̲arād̲j̲ et de la ¶ zakāt seront indiquées les taxes…

Būz-abeh

(350 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, gouverneur du Fārs sous les Sald̲j̲ūḳides. Būz-Abeh était un des amīrs de Mengubars, gouverneur du Fārs, pour qui il administrait la province du Ḵh̲ūzistān. Aussi se trouvait-il dans l’armée de son chef, quand celui-ci, en compagnie d’autres amīrs, s’avança contre le sultan sald̲j̲ūḳide Masʿūd et fut fait prisonnier à la bataille de Kurs̲h̲enbe (d’autres sources appellent le lieu de la rencontre: Pend̲j̲ Angus̲h̲t), et ensuite mis à mort en 532/1137-1138. Comme, après leur victoire, les troupes du sultan commençaient à piller le c…

Ḏh̲imma

(4,457 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, terme qui désigne la sorte de contrat indéfiniment reconduit par lequel la communauté musulmane accorde hospitalité-protection aux membres des autres religions révélées, à condition qu’eux-mêmes respectent la domination de l’Islam; on appelle d̲h̲immīs les bénéficiaires de la d̲h̲imma, et ahl al-d̲h̲imma ou même d̲h̲imma tout seul leur collectivité. On a vu ci-dessus, à l’article Ahl al-kitāb, l’étude des positions doctrinales de l’Islam vis-à-vis des religions en question, et de la polémique entre lui et elles; on trouvera plus loin, aux articles Mad̲j̲ūs, Naṣrā, ṢĀbiʾūn, …

Īg̲h̲ār

(136 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom d’action de la IVe forme de la racine w.g̲h̲.r.(?) signifiant ici une exemption ou un privilège en matière d’impôt. L’administration ʿabbāside classique désigne ainsi le privilège, et le territoire sur lequel s’exerce le privilège, de n’avoir à payer qu’un impôt forfaitaire versé directement au Trésor sans intervention des agents du fisc. On appelle aussi couramment al-Īg̲h̲ārayn les districts de Mard̲j̲ et Karad̲j̲ en Iran occidental, même après qu’ils eurent perdu le statut spécial qui leur avait valu ce nom. Aux siècles suivants, le terme d’ īg̲h̲ār disparaît et est absor…

Eretna

(1,196 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(Ärätnä, Ärdäni?), nom d’un chef d’origine uyg̲h̲ure, qui fit fortune en Asie Mineure comme héritier du régime īlk̲h̲ānide. Le nom s’explique peut-être par le sanscrit «ratna», pierre précieuse, fréquent en milieu oyg̲h̲ur depuis la diffusion du Bouddhisme (communication de L. Bazin); ce qui n’empêche naturellement pas la famille d’être devenue musulmane, comme l’ensemble des Mongols et Turcs de l’État īlk̲h̲ānide. Probablement officier au service de Čūbān/Čoban [ q.v.], Eretna, établi en Asie Mineure à la suite du fils de ce dernier, Tīmūrtās̲h̲, nommé gouvern…

Ibn al-Uk̲h̲uwwa

(109 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, Ḍiyāʾ al-dīn Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Ḳuras̲h̲ī al-S̲h̲āfiʿī.dit Ibn al-Uk̲h̲uwwa, auteur d’un manuel de ḥisba élargissant, d’un point de vue égyptien, celui du Syrien du siècle précédent al-S̲h̲ayzarī, et qui a été publié par Reuben Levy, avec une analyse en anglais, sous le titre incertain de Maʿālim al-ḳurba fī aḥkām al-ḥisba (GMS., n.s. XII, Londres 1938); d’après le seule notice biographique jusqu’ici retrouvée, due à Ibn Ḥad̲j̲ar ( Durar, Ḥaydarābād, n° 446), l’auteur, dont on ne sait rien d’autre, est mort en 729/1329. (Cl. Cahen) Bibliography Outre l’ouvrage préci…

ʿAmīd

(335 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(A.), titre de hauts fonctionnaires de l’administration sāmānide-g̲h̲aznawide, que les Sald̲j̲ūḳides, héritiers de leurs institutions et de leur personnel, étendirent à tout leur empire. Le mot désigne non pas à proprement parler une fonction, mais la dignité de la catégorie des fonctionnaires parmi lesquels étaient recrutés les gouverneurs civils ʿ āmil (par opposition aux commandants militaires, sallār, s̲h̲iḥna); ainsi Sibṭ Ibn al-Ḏj̲awzī, Mirʾā t al-zamān, ms. Bibl. Nat. Paris ar. 1503, 193 v°: on nomme gouverneur «l’un des ʿ umadāʾ»; le même auteur, complété par Ibn a…

Ibn Abī Ṭayyiʾ

(320 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, Yaḥyā b. Ḥamīd al-Nad̲j̲d̲j̲tār al-Ḥalabī (575/1180-vers 625-30/1228-33), important historien s̲h̲īʿite d’Alep, auteur surtout d’une Histoire universelle, Maʿādin al-d̲h̲ahab fī taʾrīk̲h̲ al-mulūk wa-l-k̲h̲ulafāʾ wa-d̲h̲awī l-rutab, que même les auteurs sunnites, qu’ils l’avouent ou non, n’ont pu se dispenser d’utiliser. D’importants extraits s’en trouvent conservés dans l’Histoire d’Ibn al-Furāt [ q.v.] et les Rawḍatayn d’Abū S̲h̲āma [ q.v.], portant sur les trois premiers quarts du VIe/XIIe siècle; elle a aussi été connue, entre autres, de ʿIzz al-dīn Ibn S̲h̲addād [ q…

ʿAṭāʾ

(915 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, «don», terme le plus usuellement employé pour désigner, au début de l’Islam, la pension des Musulmans, et, plus tard, la solde des troupes. Il est impossible de faire ici l’historique du système des rétributions à travers tout le monde musulman, et l’on se contentera d’une orientation. Le point de départ traditionnel réside dans l’organisation des pensions par ʿUmar b. al-Ḵh̲aṭṭāb. Les premiers Musulmans n’avaient eu d’autre avantage matériel que leur part du butin dans les ¶ expéditions victorieuses. L’afflux des impôts dans les caisses de l’État califal naissant ame…

Ibn Muyassar

(439 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(et non Mīsar) Tād̲j̲ al-dīn Muḥ. b. ʿAlī b. Yūsuf …b. Ḏj̲alab Rāg̲h̲ib (628-77/1231-78), historien égyptien II descendait, d’où son surnom, d’un Tunisien «importé» au début du VIe/XIIe siècle par un amīr égyptien appelé Rāg̲h̲ib; sous Saladin, la famille, exclue de la carrière militaire par la nouvelle armée, était entrée dans la vie civile. L’historien devait son nom d’Ibn Muyassar à un ancêtre maternel, apparemment amīr lui aussi sous le régime fāṭimide. Il est l’auteur d’ Annales d’Égypte (éd. H. Massé, Caire 1919; cf. G. Wiet, dans JA, 1921) qui nous sont parvenues ¶ par un manuscr…

Aḥdāt̲h̲

(963 words)

Author(s): Cahen, Cl.
Littéralement «jeunes gens», sorte de milice urbaine qui joue un rôle considérable dans l’histoire des villes de Syrie et de Haute-Mésopotamie du IVe/Xe au VIe/XIIe siècle, et qui est particulièrement bien connue à Alep et à Damas. Officiellement, le rôle en est celui d’une police, chargée de l’ordre public et de la lutte contre les incendies etc. ainsi que, en cas de besoin, de la défense militaire en renfort à l’armée régulière. Les aḥdāt̲h̲ touchent à cet effet une solde, dont le montant est prélevé sur le produit de certains taxes urbaines. Ce qui les distingue d…

Alp Arslan

(1,405 words)

Author(s): Cahen, Cl.
ʿAḍud al-dawla Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ Muḥammad b. Dāwūd Čag̲h̲ribeg, illustre sultan sald̲j̲ūḳide, le deuxième de la dynastie (455/1063-465/1073). Né probablement en 421/1030, il commanda très jeune et avec succès les armées de son père Čag̲h̲ribeg, en particulier contre les Ghaznévides, et en 450/1058, sauva son oncle, le Sultan Tug̲h̲rilbeg, de la révolte d’Ibrāhīm Inal en Iran. Il succéda deux ou trois ans plus tard à Čag̲h̲ribeg, depuis longtemps malade, puis également, à la fin de 455/1063, à Tug̲h̲rilbe…

Ḥasan b. Ustād̲h̲-hurmuz

(443 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, Abū ʿAlī, un des principaux personnages du régime būyide à la fin du IVe/Xe siècle. Son père, Ustād̲h̲-Hurmuz, l’un des ḥud̲j̲d̲j̲āb de ʿAḍud al-dawla, était, dit-on, né vers 300/912; passé au service du fils et successeur du grand Būyide au Fārs, S̲h̲araf al-dawla, il fut pour lui gouverneur du ʿUmān, puis, ayant voulu transférer son allégeance à l’autre fils, Ṣamṣam al-dawla, maître du ʿIrāḳ, dut rentrer dans la vie privée (374/984). Le fils, Ḥasan, né vers 350/ 961, était, lui, déjà auparavant au service de Ṣam…

Dīnār

(258 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(Malik), nom d’un des chefs og̲h̲uzz qui s’établirent au Ḵh̲urāsān après la dislocation du royaume du Sald̲j̲ūḳide Sand̲j̲ar; ne pouvant s’y maintenir devant la poussée de l’État k̲h̲wārizmien, il trouva le moyen de profiter des dissensions entre les Sald̲j̲ūḳides du Kirmān pour mettre la main sur cette principauté (582/1186) et la conserver, malgré des hostilités sur les confins du Sīstān, du Fārs et du golfe Persique, jusqu’à sa mort en 591/1195 Après sa mort, cependant, le Kirmān devait à son tour être englobé dans l’empire k̲h̲wârizmien, en raison de l’insuffisante immigrati…
▲   Back to top   ▲