Search

Your search for 'dc_creator:( "Margoliouth, D.S." ) OR dc_contributor:( "Margoliouth, D.S." )' returned 10 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Raḥmāniyya

(1,231 words)

Author(s): Margoliouth, D. S.
, confrérie religieuse ( ṭariḳa) algérienne, qui doit son nom à Muḥammad b. ʿAbd al-Rahmān al-Gas̲h̲tulī al-Ḏj̲urd̲j̲urī al-Azharī Abū Ḳabrayn, (m. 1208/1793-4). C’est une branche des Ḵh̲alwatiyya et elle fut, dit-on, appelée pendant quelque temps Bakriyya d’après Muṣtafā al-Bakrī al-S̲h̲āmī. A Nafṭa [ q.v.], en Tunisie, et dans quelques autres endroits, on l’appelle ʿAzzūziyya, du nom de Muṣṭafā b. Muḥammad b. ʿAzzūz. Vie du fondateur. Sa famille appartenait à la tribu des Ayt Smāʿīl, membre de la confédération des Gas̲h̲tula dans la Kabylie du Ḏj̲urd̲j̲ura;…

Ḳādiriyya

(3,416 words)

Author(s): Margoliouth, D. S.
, confrérie religieuse ( ṭarīḳa), ainsi nommée d’après ʿAbd al-Ḳādir al-Ḏj̲īlānī [ q.v.] 1. — Origine. ʿAbd al-Ḳādir (m. 561/1166) était le directeur d’une école ( madrasa) hanbalite et d’un ribāṭ à Bag̲h̲dād. Ses prédications (recueillies dans al-Fatḥ al-rabbānī) étaient faites tantôt dans la première, tantôt dans le second; c’étaient là deux établissements de premier ordre à l’époque d’Ibn al-At̲h̲īr, et Yāḳūt ( Irs̲h̲ād, V, 274) cite un legs de livres fait à cette école par un homme qui mourut en 572/1176-7. Les deux établissements paraissent avoir été v…

al-Rifāʿī

(1,244 words)

Author(s): Margoliouth, D.S.
, Aḥmad b. ʿAlī, Abū l-ʿAbbās, faḳīh s̲h̲āfiʿite de formation, fondateur de l’ordre de derviches Rifāʿiyya [ q.v.]. Il naquit en muḥarram 500/septembre 1106 (selon d’autres sources en rad̲j̲ab 512/octobre-novembre 1118) à Ḳaryat Ḥasan, un village des Baṭāʿiḥ, région des marécages du bas ʿIrāḳ [voir al-Baṭīḥa] entre Baṣra et Wāsiṭ — de là la nisba d’al-Baṭaʾiḥī qui lui est parfois donnée — et mourut à Umm ʿUbayda, dans la même région, le 22 d̲j̲umādā I 578/23 octobre 1182 (voir Ibn Ḵh̲allikān. éd. ʿAbbās, I, 171-2, trad. de Slane, I, 152-3). La nisba d’al-Rifāʿi est ordinairement expli…

al-Ḥarīrī

(1,340 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Pellat, Ch.
(parfois Ibn al-Ḥarīrī chez Yāḳūt), Abū Muḥammad al-Ḳāsim b. ʿAlī b. Muḥammad b. ʿUt̲h̲mān b. al-Ḥarīrī al-Baṣrī, poète et philologue arabe surtout connu par ses Maḳāmāt. Né en 446/1054, sans doute dans une famille de propriétaires fonciers qui demeurait à al-Mas̲h̲ān, près de Baṣra, où il passa son enfance, il fit ses études à Baṣra; ses biographes s’accordent à lui donner pour maître al-Faḍl b. Muḥammad al-Ḳaṣabānī, mais celui-ci serait mort en 444/1052 (voir Yāḳūt, Udahāʾ, XVI, 218; al-Suyûti, Bug̲h̲ya, 373; al-Ṣafadī, Nakt, 227), de sorte qu’il y a là un problème à résoud…

Ibn al-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲

(880 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh al-Ḥusayn b. Aḥmad b. Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Muḥammad, poète arabe s̲h̲īʿite de l’époque des Būyides [ q.v.]. Né à Bag̲h̲dād vers l’année 330/941-2, dans une famille de fonctionnaires et de secrétaires, il fit des études traditionnelles et fut en partie formé par Abū Isḥāḳ Ibrāhīm al-Ṣābiʾ (313-84/ 925-94 [voir al-Ṣābiʾ]) qui lui fit embrasser la carrière administrative, mais il s’aperçut bien vite que ses talents poétiques pouvaient lui être plus profitables et il abandonna ses fonctions. Il fut d’abord en relation avec le vizir al-Muhallabī [ q.v.] dont il fit le p…

Mawlānā K̲h̲ūnkār

(161 words)

Author(s): Margoliouth, D.S.
, titre du supérieur de l’ordre de derviches mawlawis [voir Mawlawiyya]. Le second mot est la forme turque du mot persan k̲h̲udāwandigar, équivalent de mawlā, qui, d’après Aflākī ( Saints des derviches tourneurs, I, 59), fut donné à Ḏj̲alāl al-dīn Rūmī [ q.v.] par son père (une etymologie populaire le fait venir du persan k̲h̲ūn-kār «verseur de sang»). Sāmī, dans son Ḳāmūs al-aʿlām, dit que ce mot, employé pour désigner un «sultan», un «roi», est appliqué aussi à certains saints personnages, dans des combinaisons telles que pīr k̲h̲ūnkār ou mullā k̲h̲ūnkār. Le sens premier de ce titr…

al-Bāk̲h̲arzī

(294 words)

Author(s): Margoliouth, D. S.
, Abū l-Ḥasan (ou Abū l-Ḳāsim) ʿAlī b. Ḥasan b. ʿAlī b. Abī l-Ṭayyib, poète et anthologue arabe originaire de Bāk̲h̲arz. Après avoir reçu une bonne éducation dans sa maison paternelle, il étudia en particulier le fiḳh s̲h̲āfiʿite et assista, à Nīs̲h̲āpūr, aux cours d’al-Ḏj̲uwaynī (ʿAbd Allāh b. Yūsuf), où il fit la connaissance d’aī-Kundurī [ q.v.]; ce dernier, devenu wazīr, le prit à Bag̲h̲dād comme secrétaire; auparavant, il avait été quelque temps fonctionnaire à Baṣra. Par la suite, il fut admis à la chancellerie, puis retourna dans sa ville natale, …

Mawlawiyya

(6,953 words)

Author(s): Yazıcı, T. | Margoliouth, D.S. | Jong, F. de
, (turc: Mewlewiyye, moderne: Mevlevî) confrérie religieuse ( ṭarīḳa) qui tire son nom de Mawlānā «Notre Maître», surnom de Ḏj̲alāl al-dīn Rūmī [ q.v.] et dont les membres sont appelés par les Européens derviches tourneurs ou danseurs. Bien qu’elle ne soit pas encore désignée ainsi, il semble qu’une ṭarīḳa de ce genre ait été constituée dès l’époque du Mawlānā, et ce point de vue est confirmé par l’existence d’un groupe de disciples autour de Ḏj̲alāl al-dīn, par le souci qu’avait ce dernier de leur éducation et par le fait qu’il désignait des…

Pand̲j̲ Pīr

(894 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Burton-Page, J.
, Pacpiriya, ourdou pānč pīr, sectateurs des Cinq Saints, surtout en Inde du Nord et de l’Est; les mythes et légendes qui s’y attachent (il n’existe sur eux aucun témoignage d’historicité ni hagiologie) sont liés à une forme primitive de culte des tombeaux, rassemblant autant d’adeptes hindous que musulmans (Kipling, dans Kim, chap. 4, parle des «tombeaux du bord de la route — tantôt hindous, tantôt musulmans — que la basse classe des deux religions partage avec une belle impartialité». Sur la «caste» dans les couches inférieures de la société musulmane, voir Hind. II. Ethnographie). I…

Raws̲h̲aniyya

(1,395 words)

Author(s): Margoliouth, D.S. | Bosworth, C.E.
, secte islamique mystique et gnostique fondée en milieu afg̲h̲an dans la région de la Frontière du Nord-ouest, avec des points d’appui entre autres à Kāńīgurām et à Tīrāh dans le Wazīristān, par Bāyazīd b. ʿAbd Allāh Anṣārī de Kāńīgurām (vers 931-80/vers 1525-73). Il se proclamait sinon à proprement parler mahdī, du moins hādī, ou guide pour ses adeptes vers le tawḥīd, l’unité divine. Il se dénommait pīr-i raws̲h̲an «le pīr [ q.v.] bénéficiant de l’illumination divine», même si ses ennemis l’appelaient pīr-i tārīkī«le pīr des ténèbres», et qualifiaient ses partisans de Tārīkiyān «ador…