Search

Your search for 'dc_creator:( "Parry, V.J." ) OR dc_contributor:( "Parry, V.J." )' returned 87 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Dāwūd Pas̲h̲a

(630 words)

Author(s): Parry, V. J.
, Ḳara (m. 1032/1623), grand-vizir ottoman. L’année de sa naissance est incertaine, mais dans une «relazione» présentée à la Signoria en 1612, Simone Contarini, qui avait été bailo vénitien à Istanbul, mentionne un Dāwūd Pas̲h̲a qu’il décrit comme d’origine croate et âgé à l’époque d’environ 46 ans. Cependant, d’après les sources ottomanes, Ḳara Dāwūd Pas̲h̲a était d’origine bosniaque. Instruit dans les écoles du Palais, il fut ensuite nommé

Eǧri

(1,415 words)

Author(s): Parry, V. J.
(T. Eǧri; hong. Eger; allem. Erlau; lat. etital. Agria), ancienne ville de Hongrie, à 110 km. au Nord-est de Buda, près du massif de Bükk, c’està-dire des contreforts orientaux des montagnes de Matrá, et sur l’Eger qui se jette dans la Tisza (Theiss). Eǧri fut soumis à la domination ottomane de 1005 à 1099/1596-1687. Les Ottomans, en 959/1552, prirent Temesvár et Szolnok (important par la suite comme base de concentration de troupes et d’approvisionnements en vue de la conquête, puis de la conservation d’Eǧri), et mirent le siège devant Eǧri lui-mê…

Čig̲h̲āla-zāde (Ḏj̲ig̲h̲āla-zāde) Yūsuf Sinān Pas̲h̲a

(1,083 words)

Author(s): Parry, V. J.
(vers 1545-1605), connu également sous le nom de Čag̲h̲al (Ḏj̲ag̲h̲āl)-Og̲h̲lu, appartenait à la famille génoise des Cicala. Il naquit à Messine, en Sicile, et reçut le prénom de Scipion; son père, le vicomte di Cicala. était, d’après Gerlach, un «corsaire» au service de l’Espagne, tandis que sa mère aurait été (cf. L’Ottomanno de L. Soranzo) une «Turca da Castelnuovo ». Le vicomte et son fils, capturés en mer par des corsaires musulmans en 968/1561 (certaines sources donnent l’année 967/1560), furent emmenés d’abord à Tripoli de Barbarie, puis …

Derwīs̲h̲ Pas̲h̲a

(309 words)

Author(s): Parry, V. J.
(?-1015/1606), grandvizir ottoman, d’origine bosniaque…

Bāndirma

(237 words)

Author(s): Parry, V. J.
, port de la mer de Marmara proche de l’emplacement de l’ancienne Cyzicus. Le nom grec médiéval de la ville était Panormos. Villehardouin mentionne un château appelé «Palorme» que les Croisés latins fortifièrent en 1204. Ils l’utilisèrent par la suite comme base d’opérations contre les Grecs dans le Nord-ouest de l’Asie Mineure. Sous la domination ottomane, Bāndirma fut incluse dans le sand̲j̲aḳ de Ḳarasi̊ [ q.v.]. D’après le témoignage de voyageurs qui visitèrent la ville aux XVIe-XVIIe siècles, la plupart de ses habitants semblent avoir été d’origine non point turque,…

Ḥarb

(27,513 words)

Author(s): Khadduri, M. | Cahen, Cl. | Ayalon, D. | Parry, V.J. | Bosworth, C.E. | Et al.
(A.) «guerre». I. — Aspect juridique. Ḥarb peut signifier soit combat ( ḳitāl) au sens matériel, soit «état de guerre» entre deux ou plusieurs groupes, les deux sens étaient implicites dans l’ordre juridique de l’Arabie préislamique. A défaut d’autorité organisée, la guerre était devenue la base des relations inter-tribales, et la paix ne régnait que quand deux ou plusieurs tribus étaient convenues de la maintenir. En outre, la guerre servait à l’exercice de la vendetta et des représailles. Le désert, propice aux raids à longue distance et privé de frontières naturelles, favorisait les habitudes guerrières des Arabes, et combattre était devenu une fo…

Bālṭa Līmānī

(314 words)

Author(s): Parry, V. J.
, située sur la côte européenne du…

Bozanti̊

(589 words)

Author(s): Parry, V.J.

Ibrāhīm Pas̲h̲a, Dāmād

(1,267 words)

Author(s): Parry, V. J.
(m. 1010/1601), grand-vizir ottoman, était, selon Pečevī (II, 284), d’origine bosniaque. Les sources vénitiennes le disent «di nazione schiavone» (Alberi, III, 241-2, 290, 367-8) ou «di Chersego» (Alberi, III, 432; cf. également Soranzo, 10: «nativo della Provincia di Herzecovina»). L’indication la plus exacte est sans doute celle de Minadoi, qui présente Ibrāhīm Pas̲h̲a ( Historia, 266) comme «di natione schiavona, del luoco detto Chianichii, una breve giornata discosto da Ragusi». Minadoi tient son renseignement de «Chrestoforo de Boni», qui étai…

Burdur

(484 words)

Author(s): Parry, V. J.
, ville du Sud-Ouest de l’Asie Mineure, située à environ 4 km. de la rive Sud-est du lac du même nom, c’est-à-dire le Burdur Gölü. L’opinion selon laquelle l’antique Limobrama (nom interprété comme issu de Limnobria: «la ville du lac») se trouvait à l’emplacement de la moderne Burdur ou tout près, est de valeur douteuse (cf. Ramsay; Pauly-Wissowa, s.v. Limobrama; et Honigmann). Le nom actuel de la ville, Burdur («Buldur» dans le parler de ses habitants turcs et dans les récits de différents voya…

Bergama

(490 words)

Author(s): Parry, V.J.
, l’ancienne Pergame en Mysie (cf. les données et les références dans Pauly-Wissowa). Les Arméniens qui avaient fui avant les incursions musulmanes en Asie Mineure s’établirent dans la Pergame byzantine au cours du VIIe siècle. L’empereur byzantin Philippikos (711-13) était d’ascendance arménienne et venait de Pergame. Sous le commandement de Maslama b. ʿAbd al-Malik, les troupes musulmanes mirent la ville à sac en 97/716, mais elle fut rebâtie et fortifiée après que les Arabes eurent renoncé à leur tentative de prendre Constantinople en 717-8. Pergame fut englobée, à partir ¶ du rè…

Biled̲j̲ik

(256 words)

Author(s): Parry, V.J.
(la βηλόκωμα de l’époque byzantine), petite ville du N.-O. de l’Asie Mineure sur le Ḳara Ṣū, affluent de la Saḳāryā. On pense que le site de l’ancienne Agrilion (Agrillum, dans les Tables de Peutinger) n’est pas loin de Biled̲j̲ik. Les Ottomans prirent Biled̲j̲ik aux Byzantins sous le régne de ʿOt̲h̲mān Beg. Biled̲j̲ik, sous la domination ottomane, faisait partie de l’

Ḏj̲aʿfar Beg

(229 words)

Author(s): Parry, V.J.
(m. 926/1520) — le «zafir agà, eunuco» enregistré dans l’index à Marino Sanuto, ¶ Diarii, XXV, col. 832 — sand̲j̲aḳ beg de Gallipoli, c’est-à-dire Ḳapudān ou amiral en chef des forces navales ottomanes. Il fut nommé à cette fonction non point (comme le disent le Ḳāmūs al-aʿlām et le Sid̲j̲ill-i ʿot̲h̲tmānī) en 917/1511, mais en 922/1516. La durée de ses fonctions coīncida avec la conquête de la Syrie et de l’Égypte par les Ottomans (922-3/1517-8) et les préparatifs navals poussés que le sultan Selīm (918-26/1512-20) fit activer pendant les dern…

Ḳamāniča

(548 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Kamieniec, Kamenetz Podolski), ville fortifiée de l’Ukraine, dans la région de Podolie, qui prit de l’importance lorsqu’elle devint la place forte protégeant la frontière Sud de la Lithuanie et, après 1432, de la Pologne, contre les incursions des Tatars, en même temps qu’elle constituait une étape sur la route commerciale reliant la mer Noire et la Moldavie à la Pologne et à la Baltique. La forteresse occupait une excellente position défensive sur un éperon rocheux élevé, légèrement au-dessus du…

Ismāʿīl

(998 words)

Author(s): Menzel, Th. | Parry, V.J.
(Izmail), ville-forteresse ottomane située dans la région du Bud̲j̲aḳ [ q.v.] en Bessarabie, sur la rive gauche du bras du Danube appelé Kilya. Ewliyā Čelebī affirme qu’un certain ḳapudān du nom d’Ismāʿīl fit passer cette région sous la domination ottomane en 889/1484, à l’époque où le sultan Bāyezīd II prenait Kilya et Aḳ-Kermān à la Moldavie. Une donnée de 997/1588-9 (cf. Uzunçarşili, IV/I, 576, n. 1) indique qu’un petit fort ( palanka) fut construit à Ismāʿīl cette année-là et que des ouvriers de Valachie et de Moldavie avaient été appelés à participer aux trava…

Ferhād Pas̲h̲a

(724 words)

Author(s): Parry, V.J.
(m. 1004/1595), grandvizir ottoman. Une relazione vénitienne de 1585 lui donne à cette date l’âge de 50 ans environ, tandis que d’autres relazioni de 1590-4 le présentent comme un homme de 65 à 70 ans. Ferhād Pas̲h̲a était d’origine albanaise (des relations vénitiennes le disent «di nazione schiavone», «di nazione schiava») et, selon Lazaro Soranzo, natif d’«Andronici Castello dell’Albania ». Après être sorti de l’ enderūn-i humāyūn vers la fin du règne du sultan Süleymān Ḳānūnī (m. 974/1566), il occupa les fonctions de mīr ak̲h̲ōr-i kebīr, c’est-à-dire de grand écuyer (il fut ¶ envoyé…

Dilāwar Pas̲h̲a

(556 words)

Author(s): Parry, V. J.
(m. 1031/1622), grand-vizir ottoman d’origine croate. Au service du Palais, il parvint au grade de čās̲h̲nigīr bas̲h̲i̊, devint par la suite beglerbeg de Chypre puis, en d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 1022/janv. 1614, beglerbeg de Bag̲h̲dād. En sa qualité de beglerbeg de Diyārbekir — poste auquel il avait été nommé en 1024/1615 — il participa à la campagne d’Erivān de 1025/1616 contre les Ṣafawides de Perse. Sa carrière est assez obscure durant les années suivantes, jusqu’en 1030/1621. Les chroniques ottomanes (cf. Pečewī, II, 366; Ḥād̲j̲d̲j̲…

Bog̲h̲az-i̊či̊

(1,453 words)

Author(s): Parry, V.J.
, (Boğaziçi) «intérieur du détroit«, est l’expression employée en turc pour désigner le Bosphore, surtout les rives, eaux, baies et promontoires qui en forment la section moyenne. Le nom de Bosphore (gr. βόσποροΣ, lat. Bosporus, Bosphorus) vient d’un mot d’origine thrace (cf. Pauly-Wissowa). Ce canal étroit, le Bosphore thrace (qu’on appelle ainsi pour le distinguer du Bosphore cimmérien, c.-à-d. le détroit de Kertch entre la mer d’Azov et la mer Noire), joint la mer de Marmara (l’antique Propon…

Balāṭ

(385 words)

Author(s): Parry, V. J.
, petit village qui occupe aujourd’hui le site de l’antique Milet, en Carie. Le mot Balāṭ vient de Παλάτια, nom qu’a porté cette localité tout au moins depuis les premières années du XIIIe siècle. Balāṭ tomba au pouvoir des Begs de Mentes̲h̲e [ q.v.] vers la fin de ce siècle, et, grâce à sa position favorable près de l’embouchure du Méandre (Büyük Menderes), leur servit de point de départ pour leurs expéditions de corsaires en mer Egée, et devint par la suite un centre commercial d’une certaine importance. Vers 1335, les Vénitiens y avai…

Bāybūrd

(509 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Bayburt), ville connue sous les Byzantins à l’époque de Justinien sous le nom de βαɩβɛρδών, située sur le Čuruḳ-Ṣū, à environ 100 km. au Nord-ouest d’Erzurum. Les Turcs Sald̲j̲ūḳides dévastèrent cette région dans les années 446-47/1054-55- Après la bataille de Manzikert en 463/1071, Bāybūrd tomba sous la domination des Turcs, tantôt sous celle des Sai̊tukides à Erzurum, tantôt sous celle des Dānis̲h̲mendides à Sivas, bien que les Byzantins, qui tenaient encore Trébizonde, aient repris en fait la ville pendant un certain temps sous le règne d’Alexis Ier Comnène. Aux XIIIe et XIVe s., …
▲   Back to top   ▲