Search

Your search for 'dc_creator:( "Pellat, Ch." ) OR dc_contributor:( "Pellat, Ch." )' returned 652 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḥilm

(1,791 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(A.), notion complexe et délicate qui recouvre un certain nombre de traits de caractère ou d’attitudes morales allant de la sereine justice et de la mesure à la longanimité et à l’indulgence, en passant par la maîtrise de soi et la dignité du maintien. Le terme, parfois mis en relation avec ʿilm, mais plus par recherche stylistique et goût de la paronomase que par association conceptuelle, s’oppose fondamentalement à d̲j̲ahl [voir Ḏjāhiliyya] et à safah ou safāha; un dérivé de ce dernier radical apparaît même dans l’expression saffaha l-aḥlām, que l’on peut traduire par «faire perd…

Mirkās

(897 words)

Author(s): Pellat, Ch.
ou Mirḳās (a.), sorte de saucisse de mouton. Il n’y aurait probablement aucune raison ¶ de consacrer une notice à cette spécialité culinaire si elle ne jouissait depuis un certain temps en Europe, et tout particulièrement en France, sous le nom de «merguez», d’un succès inattendu après la venue d’un nombre considérable d’immigrées mag̲h̲ribins et surtout de rapatriés des pays d’Afrique du Nord, où le mot et la chose ne s’étaient répandus, semble-t-il, qu’à une époque relativement récente. Il y a là un problème qui mérite d’être examiné. Les saucisses ne sont pas inconnues en Orient…

Amg̲h̲ar

(196 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, mot berb. correspondant à l’arabe s̲h̲ayk̲h̲ [ q.v.] et signifiant «homme grand (par l’âge ou le pouvoir)». Chez les Touareg, il s’applique à un chef de groupement qui sert d’intermédiaire entre l’aménokal [ q.v.] et sa tribu (voir Ch. de Foucauld, Dict. touareg-français, Paris 1952, III, 1237; H. Lhote, Les Touaregs du Hoggar, Paris 1944, 157-8), ou même au chef d’une confédération (p. ex. H. Bissuel, Les Touareg de lOuest, Alger 1888, 23). En Kabylie (voir A. Hanoteau et A. Letourneau, La Kabylie et les coutumes kabyles 2, Paris 1893, II, 9) et chez les Imazig̲h̲әn du Maroc (v…

al-Masālik Wa-l-mamālik

(974 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) «les Itinéraires et les royaumes», nom donné par R. Blachère ( Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Âge, Beyrouth-Alger 1934, 110-200; 2e tirage corrigé par H. Darmaun, Paris 1957) à ce qu’il considérait comme un genre particulier de la littérature géographiquearabe, parce que plusiers ouvrages, qui portent le titre de Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, présentent des caractères communs. Toutefois, non seulement ceux qui, à ses yeux, constituent ce genre sont loin d’avoir tous été pourvus du titre retenu, mais encore le K. al-Masālik wa-l-mamālik qui doit être le…

Ḥammād ʿAd̲j̲rad

(999 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(en rapport d’annexion), poète satirique arabe dont la filiation n’est pas exactement établie; sa kunya, Abū ʿUmar, justifierait la généalogie suivante: Ḥammād b. ʿUmar b. Yūnus (plutôt que b. Yaḥyā ou Yūnus b. ʿUmar) b. Kulayb al-Kūfī. Né au plus tard tout au début du IIe/VIIIe s., ce mawlā d’un clan des ʿĀmir b. Ṣaʿṣaʿa doit probablement son surnom ( ʿad̲j̲rad = tout nu) à la réflexion d’un Bédouin. Ses biographes s’accordent à déclarer qu’il ne parvint à la notoriété que sous les ʿAbbāsides, mais ils ne manquent pas de préciser qu’al-Walīd II b. Yazīd…

al-Ḏj̲ayhāni

(1,739 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif de vizirs des Sāmānides [ q.v.], dont l’un au moins a écrit un célèbre Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik qui n’a pas été retrouvé, malgré les espoirs qu’avait fait naître S. Janicseck ( Al-Ḏj̲aihani’s lost Kitab al-masalik val-mamalik: is it to be found at Mashhad?, dans BSOS, V/l (1926), 14-25; voir aussi V. Minorsky, A false Jayhānī, dans BSOAS, XIII (1949), 89-96). L’identité de l’auteur de cet ouvrage pose un problème difficile à résoudre. Ibn Faḍlān ( Risāla, trad. M. Canard, dans AIEO-Alger, XVI (1958), 54) raconte qu’un Ḏj̲ayhānī, qui portait le titre d’ al-s̲h̲ayk̲h̲ al-…

Abū Riyās̲h̲ al-Ḳaysī

(443 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Aḥmad b. Ibrāhīm al-S̲h̲aybānī, rāwī, philologue et poète originaire de la Yamāma qui, établi à Baṣra, était célèbre au début du IVe/Xe siècle pour sa connaissance exceptionnelle de la langue arabe, des généalogies et de la poésie archaïque. Ancien militaire devenu fonctionnaire et chargé de la perception des droits sur les navires à ʿAbbādān, il manquait totalement d’éducation et de propreté, mais son savoir faisait excuser et oublier ses défauts. Doué d’une voix puissanté, il s’exprimait à la manière des Bédouins en respectant l’ iʿrāb, à une époque où ce dernier était norma…

Maṭmūra

(814 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), de ṭamara, qui signifie notamment «cacher», désigne une cavité naturelle ou creusée par l’homme et servant à cacher des vivres ( ṭaʿām) ou des richesses ( māl); telle est la définition adoptée par le LA (s.v.), en précisant que c’est le pluriel maṭāmīr qui s’appliquerait aux silos souterrains dans lesquels sont entreposés des grains. En réalité, le singulier désigne couramment un silo, et le pluriel, un groupe de silos gardé par un ṭammār et appelé au Maroc mərs (rətba à Takrūna, où le gardien est dénommé rattāb ; W. Marçais, Glossaire de Takroûna, V, 2408-9, avec un développement…

Nuʿaym b. Ḥammād

(378 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Ḵh̲uzāʿī al-Marwazī, Abū ʿAbd Allāh, traditionniste originaire de Marw al-Rūd̲h̲ [ q.v.] qui vécut quelque temps en Égypte mais surtout à Bag̲h̲dād où, invité à reconnaître le caractère créé du Ḳurʾān pendant la miḥna [ q.v.], il refusa de donner son opinion et fut jeté dans une prison de Samarrāʾ; il y mourut le 13 d̲j̲umādā I 228/18 février 843 (mais d’autres dates voisines sont également indiquées). Il reçut de Sufyān b. Muʿāwiya, de ʿAlī b. al-Mubārak et d’autres muḥaddit̲h̲s [voir Ḥadit̲h̲] des traditions qu’il transmit notamment à Yaḥyā b. Maʿīn ou al-Buk̲h̲ārī. Il …

Mayyāra

(535 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh Maḥammad b. Aḥmad, savant professeur marocain né le 15 ramaḍān 999/7 juillet 1591 à Fās, où il fit ses études et enseigna le droit et le ḥadīt̲h̲ jusqu’à sa mort, survenue dans la même ville le 3 d̲j̲umadā II 1072/24 janvier 1662. Il est l’auteur de plusieurs commentaires, notamment de la Tuḥfa d’Ibn ʿĀṣim [ q.v.] dont il existe un ms. à la Bibl. Générale de Rabat (D 873), du poème théqlogique ( al-Murs̲h̲id al-muʿīn) de son maître Ibn ʿĀs̲h̲ir (m. 1040/1631) achevé en 1044/1634-5 et intitulé al-Durr al-t̲h̲amīn wa-l-mawrid al-maʿīn fī s̲h̲arḥ al-Murs̲h̲id al-muʿīn ʿa…

al-Mund̲h̲ir b. Muḥammad

(632 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥakam, sixième amīr umayyade de Cordoue. Né en 229/844, il était le fils d’une esclave et de Muḥammad Ier b. ʿAbd al-Raḥmān II (m. 273/886). Du vivant de son père, il avait exercé à plusieurs reprises des fonctions militaires, plutôt honorifiques au début, car on signale que, dès 242/856, il était allé bloquer, sans grand succès, Tolède [voir Ṭulayṭula] qui s’était révoltée. Au cours des années suivantes, il eut l’occasion de commander des expéditions d’été ( ṣāʾifa) contre les Chrétiens, notamment en 251/865. En 263/877, il marcha sur Mérida [voir Mārida] dans sa lutte contre …

Ibn al-Habbāriyya

(888 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Yaʿlā al-S̲h̲arīf Niẓām al-dīn Muḥ. b. Muḥ. b. Ṣāliḥ al-ʿAbbāsī al-Hās̲h̲imī, poète arabe de l’époque sald̲j̲ūḳide descendant du prince ʿabbāside ʿĪsā b. Mūsā [ q.v.], qui doit son appellatif à son grand-père maternel, un nommé Habbār. Il naquit probablement à Bag̲h̲dād (bien qu’on dise aussi qu’il vit le jour en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān) avant le milieu du Ve/XIe siècle et fit de bonnes études traditionnelles au point d’être compté au nombre des transmetteurs de ḥadīt̲h̲, mais il ne put se faire aux discussions théologiques et préféra passer son temps dans les cabarets de Ḳuṭrabbul [ q.v.]…

al-Ḳūmā

(317 words)

Author(s): Bencheneb, M. | Pellat, Ch.
( ḳawmā), nom de l’un des sept genres poétiques post-classiques [voir Kān wa-kān]. Inventé par les Bag̲h̲dādiens. il est en relation avec le saḥūr, c’est-à-dire la dernière partie de la nuit où, pendant le ramaḍān, il est encore permis de manger et de boire, et le repas pris à ce moment-là, et il tire son nom de l’expression ḳūmā li-l-saḥūr que les chanteurs ajoutaient alors après chaque strophe d’un ramal ou d’un zad̲j̲al à la louange du maître de maison. Contrairement à ce que l’on pense généralement, il semble bien que ḳūmā ne soit pas le duel de l’impératif «levez-vous tous deux»,…

Iyās b. Ḳabīṣa

(567 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Ṭāʾī, personnage préislamique qui joua un certain rôle dans les relations entre Arabes et Persans, mais dont l’histoire n’est pas absolument claire. D’après Ibn al-Kalbī-Caskel ( Ǧamharatan-nasak, Tab. 252 et II, 361), sa généalogie serait la suivante: Iyās b. Ḳabīṣa b. Abī ʿUfr/ʿAfrā b. al-Nuʿmān b. Ḥayya b. Saʿna b. al-Ḥārit̲h̲ b. al-Ḥuwayrit̲h̲ b. Rabīʿā b. Mālik b. Safr b. Hinʾ b. ʿAmr b. al-G̲h̲awt̲h̲ b. Ṭayyiʾ (corriger en conséquence sa nisba dans l’art. Ḏh̲ū Ḳār). Ce chef arabe parvint à capter la faveur de Chosroès Aparwīz (Kisrā Abarwīz) qui lui aurait conf…

ʿAtīra

(195 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(pl. ʿalāʾir) désignait, chez les Arabes de la d̲j̲āhiliyya, une brebis (et par extension son immolation) offerte en sacrifice à une divinité paϊenne, soit en actions de grâce à la suite de la réalisation d’un vœu (concernant en particulier le croît des troupeaux), soit quand un troupeau avait atteint cent têtes (cp. le mot faraʿa); la tête des idoles devant lesquelles était accompli le sacrifice était enduite du sang des victimes. Si l’on songe d’une part que ces sacrifices (qui s’appellent aussi rad̲j̲abiyya; et l’on dit rad̲j̲d̲j̲abaʿatīratan) avaient lieu au mois de rad̲j̲ab …

K̲h̲ayma

(5,743 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Chelhod, J. | Bosworth, C.E.
(a.) «tente». Lorsque les poètes arabes des temps anciens et les auteurs du moyen âge parlent d’une tente de nomades, ils la désignent généralement au moyen d’un terme sémitique très répandu, bayt [ q.v.], qui s’applique à une demeure quelconque, aussi bien fixe que mobile, et n’est par conséquent pas dépourvu d’ambiguϊté; bayt s̲h̲aʿar «habitation de poil» est déjà plus précis, mais cette expression est susceptible de provoquer une confusion d’un autre ordre, puisque le ductus est le même que dans bayt s̲h̲iʿr «vers de poésie»; dans la langue parlée, elle est cependant beauc…

Ibn al-Iflīlī

(462 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(ou simplement al-Iflīlī), Abū l-Ḳāsim Ibrāhīm b. Muḥammad b. Zakariyyāʾ al-Zuhrī, philologue, professeur et homme de lettres né à Cordoue en 352/963, d’une famille originaire d’al-Iflīl, en Syrie (?). Après avoir reçu une formation classique, il acquit une réputation de grand connaisseur de la poésie arabe, de la grammaire et du g̲h̲arīb [ q.v.]; bien qu’il ignorāt, dit-on, la prosodie, il se piquait de poésie, mais al-Ḥid̲j̲ārī ( apud Ibn Saʿīd, Mug̲h̲rib, 73) juge plutôt froides ses compositions en vers et en prose et ne retient de lui que deux vers acceptables. A en juger par un pa…

al-Hayt̲h̲am b. ʿAdī

(403 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Ṭaʾī, Abū ʿAbd al-Raḥmān, auteur d’ouvrages historiques ( ak̲h̲bārī), né à Kūfa vers 120/738 dans une famille originaire de Manbid̲j̲, mort à Fam al-Ṣilḥ en 206, 207 ou 209/ 821, 822 ou 824. De sa vie, on sait seulement qu’il fréquenta plus ou moins la cour ʿabbāside du règne d’al-Manṣūr à celui d’al-Ras̲h̲īd, qu’il fut emprisonné par ce dernier à la suite d’une critique d’al-ʿAbbās b. ʿAbd al-Muṭṭalib que lui avait calomnieusement attribuée la famille de sa femme, et qu’al-Amīn le libéra à son avène…

al-Mutalammis

(1,120 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, surnom sous lequel est connu un poète arabe qui vivait au VIe siècle de J.-C, appartenait à la tribu des Ḍubayʿa et s’appelait Ḏj̲arīr b. ʿAbd al-Masīḥ; un autre nom, ʿAbd al-ʿUzzā, donné à son père dans quelques sources, paraît signifier que ce polythéiste avait été le premier de sa famille à se convertir au Christianisme. Al-Mutalammis était l’oncle maternel de Ṭarafa [ q.v.], et tous deux figurent dans un récit qui peut contenir seulement un fond de vérité, mais que les philologues et les anthologues du Moyen Âge considèrent comme une relation digne de …

al-ʿAyyās̲h̲ī

(434 words)

Author(s): Ben Cheneb, M. | Pellat, Ch.
Abū Sālim ʿAbd Allāh b. Muḥammad, littérateur, traditionniste, jurisconsulte et savant ṣūfī, né dans la tribu berbère des Aït (Ayt) ʿAyyās̲h̲ du Moyen-Atlas marocain à la fin de s̲h̲aʿbān 1037/avril-mai 1628, mort de la peste au Maroc le 10 d̲h̲ū l-ḳaʿda 1090/13 décembre ¶ 1679. Après avoir parcouru le Maroc «à la recherche de la science» et obtenu une id̲j̲āza de ʿAbd al-Ḳādir al-Fāsī [ q.v.], il fit, en 1059/1649, un premier pèlerinage à la Mekke. en passant par le Touat, Ouargla et Tripoli, puis il en accomplit un second en 1064/ 1653-4, au retour duquel il écrivit sa Riḥla intitulée Mā’ al-…
▲   Back to top   ▲