Search

Your search for 'dc_creator:( "Pellat, Ch." ) OR dc_contributor:( "Pellat, Ch." )' returned 652 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

ʿAnḳāʾ

(242 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(souvent suivi de mug̲h̲rib en épithète ou en rapport d’annexion), oiseau fabuleux qui se rapproche du phénix, d’ailleurs situé par les Grecs dans les déserts d’Arabie. La croyance en cet animal est ancienne chez les Arabes — qui le mettent en relation avec les Aṣḥāb al-Rass [ q.v.] — mais elle reçoit sa consécration dans un ḥadīt̲h̲ rapporté par Ibn ʿAbbās (al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, IV, 19 sqq.) d’où il ressort que, créée par Dieu, la ʿ anḳāʾ, primitivement douée de toutes les perfections, était devenue un fléau; c’est à l’un des prophètes de l’«Intervalle» ( fatra), soit Ḵh̲ālid b. Sinān, …

Mukaddī

(1,877 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), pl. mukaddūn, défini par al-Ḏj̲āḥiẓ ( Buk̲h̲alāʾ, éd. Ḥād̲j̲irī, 46) comme étant un homme qui pratique le kidāʾ (ṣāḥib al-kidāʾ), terme fréquemment remplacé, à une époque plus tardive, par kudya ou takdiya et glosé par «mendicité», désigne en fait un vagabond, un truand qui, aidé par un talent remarquable de bonimenteur et la connaissance de quelques «trucs» efficaces, réussit à délier les bourses des naīfs qui se laissent prendre à ses discours éloquents, mais mensongers. Les différents vocables qui viennent d’êtrecités…

al-Ḥuṭayʾa

(792 words)

Author(s): Goldziher, I. | Pellat, Ch.
, surnom du poète arabe Ḏj̲arwal b. Aws, qui rattachait sa généalogie tantôt aux ʿAbs, tantôt aux Ḏh̲uhl, mais qui, en réalité, était probablement le fils naturel d’une femme nommée al-Ḍarrāʾ; son surnom provient sans doute de sa laideur et signifierait «contrefait». Il fait partie des muk̲h̲aḍramūn [ q.v.], et Ibn Sallām le place dans la deuxième classe des poètes de la d̲j̲āhiliyya; considéré comme le rāwī de Zuhayr b. Abī Sulmā [ q.v.], il dut naître une quarantaine d’années avant l’hégire, et ses débuts poétiques remontent probablement à une date assez largement …

Ḥisābal-ʿAḳd

(1,532 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(— al-ʿuḳad, — al-ʿuḳūd, — al-ḳabḍa bi-l-yad, — al-yad, dactylonomie, comput digital, art d’exprimer les nombres par la position des doigts. Quelques indices permettent d’affirmer que les anciens Arabes, non seulement montraient parfois leurs mains ouvertes, en repliant le cas échéant un ou plusieurs doigts, pour indiquer par le geste de petits nombres (voir I. Goldziher, dans Arabica, VIII/3, 272), mais encore savaient exprimer de plus grands nombres en mettant leurs doigts dans une position donnée (voir G. Levi Della Vida, dans Isl., X (1920), 243), et il n’est pas impossib…

Muwāraba

(462 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.): ce nom d’action de la IIIe forme, wāraba, signifiant «ruser, biaiser», possède en outre deux acceptions rares, éloignées l’une de l’autre et irréductibles en apparence à une racine commune. En premier lieu, muwāraba désigne en rhétorique l’habileté consistant à réparer une gaffe ou une offense en répétant l’expression sous une forme atténuée, sinon radicalement modifiée, ou en essayant de faire croire à son interlocuteur qu’il a mal compris ce qu’on lui a dit (voir Mehren, Rhetorik, 123-4, 183; Dozy, Suppl, s.v.). Par ailleurs, le même terme figure dans le Kitāb al-Mug̲h̲rib fī…

Muḥammad b. Abī Ḥud̲h̲ayfa

(526 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. ʿUtba b. Rabīʿa b. ʿAbd S̲h̲ams, Abū l-Ḳāsim (généalogie dans la Ḏj̲amhara d’Ibn al-Kalbī. Tab. 8), Compagnon du Prophète né en Abyssinie, où son père et sa mère (Sahla bint Suhayl b. ʿAmr) avaient émigré (Ibn His̲h̲ām, Sīra, éd. Saḳḳā et autres, I, 322, II, 369). Son père ayant été tué en 12/633 à la bataille de ʿAḳrabāʾ [ q.v.] contre Musaylima [ q.v.], le jeune orphelin fut élevé par ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān, ce qui rend plus odieuse encore la conduite qu’il ne tarda pas à tenir. Envoyé en Égypte, il participa au combat naval dit G̲h̲azwat d̲h̲āt al-Ṣawārī «la bataille de māts» [voir Ḏh̲āt al-Ṣawā…

Berbères

(14,816 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Yver, G. | Basset, R. | Galand, L.
, nom sous lequel sont communément désignées les populations qui, de la frontière égyptienne (Sīwa [ q.v.]) aux rivages de l’Océan Atlantique et à la boucle du Niger, parlent — ou parlaient encore avant leur arabisation — des dialectes (ou plutôt des «parlers») d’une langue unique, le berbère. Il est probable que cette appellation est une épithète injurieuse ou méprisante d’ailleurs employée en grec ( Barbaroi) en latin ( Barbari) et en arabe ( Barbar, singulatif Barbarī, pl. Barābir, Barābira), et ne constitue pas un nom national, comme certains (cf. P. H. Antichan, La Tunisie, 1884, 3)…

Abū l-Sṣ̲h̲īṣ

(282 words)

Author(s): Schaade, A. | Pellat, Ch.
Muḥammad (b. ʿAbd Allāh) b. Razīn al-Ḵh̲uzāʿī, poète arabe mort vers 200/915. Comme son parent Diʿbil [ q.v.], il vécut à la cour de Hārūn al-Ras̲h̲īd à qui il consacra des panégyriques, puis des oraisons funèbres. Il se rendit ensuite à al-Raḳḳa et y obtint la faveur de l’émir ʿUḳba b. al-As̲h̲ʿat̲h̲, dont il demeura le commensal et le poète attitré jusqu’à sa mort, en 196/811. — À en juger par les rares fragments de son œuvre qui ont été conservés, Abū l-S̲h̲īṣ n’apparaît guère original dans ses panégyriques, ses poèmes cynégétiques et ses ¶ chansons bachiques, pourtant goûtées de ses …

Hind Bint al-K̲h̲uss

(624 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ou simplement Bint al-Ḵh̲uss, nom sous lequel est connue une femme de l’époque antéislamique dont l’éloquence, la promptitude des reparties et la perspicacité sont devenues légendaires. Selon al-S̲h̲iblī ( Ākām al-murd̲j̲ān, Caire 1326, 71), le mot k̲h̲uss désigne le fils d’un homme et d’une d̲j̲inniyya (tandis que ʿamlūḳ s’applique au produit d’un d̲j̲inn et d’une femme), et l’on aperçoit ainsi l’origine de la légende qu’il faut probablement rechercher dans la croyance à l’intervention des d̲j̲inns dans la génération d’êtres humains pourvus de dons exceptionnels. Ma…

Ibn Buḳayla

(616 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ʿAbd al-Masīḥ b. ʿAmr b. Ḳays b. Ḥayyān b. Buḳayla al-G̲h̲assānī, personnage légendaire qui passe pour avoir vécu 350 ans (320 seulement chez al-Ibs̲h̲īhī, Mustaṭraf, II, 44) et prend ainsi place parmi les muʿammarūn [ q.v.]. Le nom de son ancêtre, à qui est attribuée la construction d’al-Ḳaṣr al-Abyaḍ à al-Ḥīra, est souvent altéré en Nufayla, mais la bonne lecture est fournie par la tradition selon laquelle ce Buḳayla devait son surnom à un vêtement de soie verte qui l’avait fait qualifier de «petit légume». Il est possible qu’Ibn Buḳayla ait eu une existence historique; aucun…

Ibn Sallām al-Ḏj̲umaḥī

(797 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥ. b. Sallām, tradi tionnis te et philologue de l’école de Baṣra. Mawlā de Ḳudāma b. Maẓʿūn al-Ḏj̲umaḥī, il naquit à Basra en 139/756, et c’est dans sa ville natale qu’il entreprit des études traditionnelles — sciences religieuses et adab en général — notamment avec son père qui était très versé en poésie et en lexicographie. Il fut en rapport, tant à Basra qu’à Bag̲h̲dād, avec un nombre considérable de savants de l’époque, parmi lesquels figurent les grands noms de la culture littéraire arabe, al-Aṣmaʿī, Abū ʿUbayda, …

Baliyya

(244 words)

Author(s): Hell, J. | Pellat, Ch.
(a.; pl. balāyā), nom donné, à l’époque préislamique, à la chamelle (plus rarement à la jument) que l’on avait coutume d’entraver sur la tombe de son maître, la tête repliée en arrière et recouverte d’une housse (voir al-Ḏj̲āḥiẓ, Tarbīʿ, éd. Pellat, index), et de laisser mourir d’inanition; dans certains cas, la victime était incinérée et, dans d’autres, empaillée avec du t̲h̲umām (Ibn Abī l-Ḥadīd, S̲h̲arḥ Nahd̲j̲ al-balāg̲h̲a, IV, 436). La tradition musulmane voit dans cette pratique une preuve que les Arabes de la d̲j̲āhiliyya croyaient à la résurrection, car l’animal ainsi …

ʿAmr b. Kamīʾa

(262 words)

Author(s): Pellat, Ch.
b. Ḏh̲irriḥ (Ḏh̲arīḥ) b. Saʿd al-Ḍubaʿī, poète arabe antéislamique de la tribu bakrite des Ḳays b. T̲h̲aʿlaba. Les seuls détails de sa biographie qui nous soient parvenus concernent ses démêlés avec son oncle Mart̲h̲ad b. Saʿd dont la femme avait tenté de le séduire, et son voyage à Byzance avec Imruʾ l-Ḳays [ q.v.]. D’après Ibn Ḳutayba ( S̲h̲iʿ’ r, 45), il aurait vécu dans l’entourage de Ḥud̲j̲r, père d’Imruʾ l-Ḳays, mais selon l’ Ag̲h̲āni̊ (XVI, 165-66), les deux poètes se seraient rencontrés alors que ʿAmr avait déjà atteint un âge avancé, et ce dernier serait mort…

Aménokal

(296 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, orthographe courante du berb. amənūkal désignant «tout chef politique qui n’est le subordonné de personne»; il s’applique ainsi aux souverains étrangers, à des chefs européens d’un grade élevé, aux membres mâles de certaines familles nobles; dans quelques régions du Sahara, le titre d’ amənūkal est attribué à des chefs de petits groupements, mais dans l’Ahaggar [ q.v.], il n’est conféré qu’au chef suprême régnant sur une confédération de tribus, nobles ou vassales. L’ amənūkal est obligatoirement choisi parmi les nobles Ihaggarən, et sa nomination est soumise à l’ap…

Ibn Dirham

(1,670 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, patronyme peu usité d’une grande famille de juristes et ḳāḍīs mālikites originaire de Baṣra qui porte l’ethnique d’al-Azdī dans quelques sources; mais comme ses membres sont le plus souvent cités sous leur nom personnel ou leur simple kunya et que le lien de parenté qui les unit est par conséquent difficile à déceler, il a paru expédient de les grouper ici sous cet appellatif quelque peu artificiel, à l’exemple de F. al-Bustānī qui, dans la Dāʾirat al-maʿārif (III, 61) l’a adopté pour l’un d’eux, le n° X ci-dessous. Ces ḳāḍīs, qui ont pour la plupart exercé leurs fonctions à Bag̲h̲dād aux IIIe…

Ibn Mayyāda

(683 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū S̲h̲arāhīl (ou S̲h̲uraḥbīl) al-Rammāh b. Abrad (Yazīd chez Ibn Ḳutayba) b. T̲h̲awbān al-Murrī, des Banū Murra b. ʿAwf, poète bédouin qui vécut au Ḥid̲j̲āz et au Nad̲j̲d de l’époque de His̲h̲ām b. ʿAbd al-Malik (105-25/724-43) à celle des premiers ʿAbbāsides; il mourut sous le califat d’al-Manṣūr, vers 136/754 d’après al-Bag̲h̲dādī, en 149/766 selon Yāḳūt. Sa mère Mayyāda ( = qui se balance) était une esclave que l’on dit d’origine berbère ou slave, mais que le poète prétend persane en se glorifiant d’ap…

Hid̲j̲āʾ

(7,719 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Bausani, A. | İz, Fahīr | Ahmad, Aziz
, terme arabe souvent traduit par «satire», mais désignant plus exactement une malédiction, une invective, une diatribe ou une insulte rimée, une poésie injurieuse, puis une épigramme et enfin une satire en prose ou en vers. Une indication sur le sens étymologique du radical arabe h d̲j̲w peut être tirée de la racine hébraïque dont le sens fondamental est «proférer un son à mi-voix, murmurer», d’où «méditer» (également en syriaque), mais aussi «prononcer à voix basse des incantations» (voir L. Koehler, Lexicon in Vet. Test, libros, 1949, 224; König, Hebräisches Wörterbuch, 75; Genesi…

Ibn Harma

(490 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Ibrāhīm b. ʿAlī b. Salama (b. ʿĀmir) b. Harma al-Fihrī, Abū Isḥāḳ, poète arabe de Médine, né en 90/709, qui, si sa généalogie est authentique, appartenait à la tribu de Ḳurays̲h̲. Sa vie est mal connue. Favorable aux ʿAlides, il fréquenta et loua ʿAbd Allāh b. al-Ḥasan [ q.v.] et al-Ḥasan b. Zayd [ q.v.], mais il se serait abstenu de prendre parti pour Muḥammad b. ʿAbd Allāh [ q.v.] lorsque celui-ci se révolta contre les ʿAbbāsides. L’ Ag̲h̲ānī cite plusieurs personnages auprès desquels il eut l’occasion d’utiliser ses dons poétiques, mais on retiendra qu’après avoir cha…

Abū l-Nadj̲m al-Faḍl (al-Mufaḍḍal) b. Ḳudāma al-ʿIdj̲lī

(320 words)

Author(s): Pellat, Ch.
poète arabe du Ier s. h. (m. après 105/724). Bien qu’il ait composé quelques ḳaṣīdas, il doit sa célébrité à ses vers en rad̲j̲az où il traite des sujets bédouins (descriptions de chameaux de chevaux, d’onces, etc.) et fait le panégyrique des ¶ Umayyades ʿAbd al-Malik, His̲h̲ām, ʿAbd al-Malik b. Bis̲h̲r et du gouverneur al-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲. Les critiques, qui le comptent parmi les quatre meilleurs rud̲j̲d̲j̲āz (avec son contribule al-Ag̲h̲lab et les deux Tamīmites d’al-Baṣra al-ʿAd̲j̲d̲j̲ād̲j̲ et son fils Ruʾba), lui accordent la supériorité dans la descripti…

Muḥriz b. K̲h̲alaf

(1,203 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, saint patron de Tunis, généralement appelé aujourd’hui Sīdī Maḥrez; dans les textes classiques, son nom est parfois suivi du qualificatif d’al-ʿĀbid que lui valait sa légendaire piété (p. ex. dans les Madārik du ḳāḍī ʿIyāḍ: Sayyidī/Sīdī Muḥriz al-ʿĀbid), mais il est plus souvent précédé du titre de Muʾaddib. Ce personnage célèbre dispensait en effet, dans sa demeure, qui n’était pas encore la zāwiya de Sīdī Maḥrez, un enseignement religieux suivi autant par des enfants que par des adultes, ce qui le conduisit à suggérer à son cousin Ibn Abī Zayd al-Ḳayrawāni [ q.v.] de rédiger un manu…
▲   Back to top   ▲