Search

Your search for 'dc_creator:( "Tourneau, R. le" ) OR dc_contributor:( "Tourneau, R. le" )' returned 65 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Isly

(251 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, a river on the Algero-Moroccan borders, a sub-tributary on the left bak of the Tafna. Of little importance in itself, this river was the scene of several battles, since it constitutes an obstacle on the East-West route between Algeria and Morocco. Battles occurred here between the Marīnids and the ʿAbd al-Wādids in 648/1250 and 670/1271, and above all there was the battle between the French troops under Marshal Bugeaud and the Moroccan troops commanded by Mawlāy Muḥammad, the son of Sultan Mawlāy ʿAbd al-Raḥmān. Bugeaud’s army consisted of some ten thousand men, the Moroccan a…

Bū Ḥmāra

(566 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, a Moroccan agitator who got himself recognised as sultan in north-east Morocco from 1902 to 1909. His real name was Ḏj̲ilālī b. Idrīs al-Zarhūnī al-Yūsufī, and he was born about 1865 in the mountains of Zarhūn. He had been a member of the corps of engineering students which Mawlāy al-Ḥasan had tried to establish, and then he became a minor civil servant. He was accused of dishonesty and imprisoned, and then became an exile in Algeria. He returned thence in the summer of 1902, and thanks to frauds and alleged miracles managed to pass himself off as a s̲h̲arīf and even a…

ʿArūd̲j̲

(1,355 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, Turkish corsair who seized possession of Algiers at the beginning of the 10th/16th century. He is sometimes designated by the name of Barbarossa (a term which is sometimes interpreted as a corruption of Bābā ʿArūd̲j̲), but it appears this surname more often refers to his brother Ḵh̲ayr al-Dīn [ q.v.]. ʿArūd̲j̲ came from the island of Midilli (Mytileneancient ¶ Lesbos); his father was a Turk, a Muslim soldier of the garrison of occupation ( G̲h̲azawāt ), or a Greek potter (Haëdo). He had at least two brothers, who were with him in the Mag̲h̲rib; Ḵ…

ʿAbd Allāh al-G̲h̲ālib

(507 words)

Author(s): Tourneau, R. le
biʾllāh Abu Muḥammad , Saʿdid sultan, son of one of the founders of the dynasty, Maḥammad al-S̲h̲ayk̲h̲ al-Mahdī. He was born Ramaḍān 933/June 1527 and, designated as heir presumptive, was recognized as sultan on his father’s death, assassinated by his Turkish guardsmen 29 Ḏh̲u’l-Ḥid̲j̲d̲j̲a 964/23 Oct. 1557. His reign lasted till his death, due to a crisis of asthma, 28 Ramaḍān 981/21 Jan. 1574. His reign as a whole was peaceful. Yet the sultan showed himself uneasy in expectation of an eventual intervention of the Turks, who had killed his father, immediat…

Colomb-Béchar

(446 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, chief town of the department of the Saoura (Organisation Commune des Régions Sahariennes), created by a decree of 7 August 1957. This town is quite recent; before the French occupation, which dates from 13 November 1903, a few villages, with no historical importance, had been built unevenly along the banks of the Oued Bechar (Wādī Bas̲h̲s̲h̲ār), which sustained a scanty group of palms. From 1857 the region had been explored by Captain de Colomb, whose name has been used for the new town; to this has been joined the…

Ḳalʿat Huwwāra

(398 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, a town in Algeria in the wilāya of Mostaganem, a dāʾira of Ig̲h̲il Izane (Relizane), about 30 km. north-east of Mascara, on the Wādī Ḳalʿa. Population: 12,332 (1966 census). This Ḳalʿa was founded in the 6th/12th century by a chieftain of the Hawwāra, Muḥammad b. Isḥāḳ. About a century later, the Hawwāra [ q.v.] were supplanted by a tribe from the D̲j̲abal ʿAmūr, the Banū Rās̲h̲id. The town came under the rule of the Banū ʿAbd al-Wād, and following them under the Marīnids and then the Turks; it was at this period that Leo Africanus described it a…

Hansaliyya

(416 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, a religious brotherhood of Moroccan origin which established itself in the Central Atlas and in the neighbourhood of Constantine. It appears to have its origin in the zāwiya founded towards the end of the 6th/12th century by a Berber from the Sūs, Saʿīd u ʿAmur al-Ahansalī, on the banks of the asīf Ahansal, in the heart of the Berber country. From modest beginnings this zāwiya became better known in the second half of the 11th/17th century, when a descendant of the founder, Abū ʿUt̲h̲mān Saʿīd b. Yūsuf al-Ahansalī, who died in 1702, founded a new zāwiya in the same region and founded a b…

al-Ḥusayn

(534 words)

Author(s): Tourneau, R. le
b. al-Ḥusayn , the last dey of Algiers, was born at Izmir and ruled from 1818 to 1830. When his predecessor ʿAlī K̲h̲od̲j̲a died of the plague on 1 March 1818 Ḥusayn was occupying the high office of k̲h̲od̲j̲at al-k̲h̲ayl (tribute collector). Ḥusayn was raised to the dignity of dey without having sought it, and being of a moderate disposition opened his reign by gestures of clemency. His reward was two attempts at assassination. Thereafter he remained mostly in the kasbah, which dominated the city of Algiers, surrounded by Kabyle guards. There was unrest in Algeria: the beys of Consta…

Birzāl

(291 words)

Author(s): Tourneau, R. le
(Banū), tribu bjrbère zénète signalée comme vivant dans le bas Zāb (Sud de Msīla) au début du IVe/Xe siècle. Ces Berbères, en lutte contre le calife fāṭimide ʿUbayd Allāh, qui édifia la place forte de Msīla pour les surveiller, embrassèrent la cause de l’agitateur k̲h̲ārid̲j̲ite Abū Yazīd [ q.v.] et lui offrirent un refuge lorsqu’il était traqué par le calife fāṭimide al-Manṣūr. Ils obtinrent cependant le pardon de ce dernier, mais participèrent à la rebellion du gouverneur du Zāb, Ḏj̲aʿfar b. al-Andalusī [ q.v.] en 360/971. La répression fāṭịmide les contraignit à fuir; ils t…

Darḳāwa

(636 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, pluriel de l’ethnique Darḳāwī, désigne une confrérie religieuse fondée dans le Nord du Maroc, à la fin du XVIIIe siècle, par un s̲h̲arīf idrīside, Mawlāy al-ʿArbī al-Darḳāwī. Son nom viendrait du surnom de l’un de ses ancêtres communément appelé Abū Darḳa (l’homme au bouclier de cuir). Il fut l’élève à Fās d’un autre s̲h̲arīf idrīside, ʿAlī b. ʿAbd al-Raḥmān al-Ḏj̲amal, adepte de la doctrine mystique d’al-S̲h̲ād̲h̲ilī [ q.v.] et organisa après la mort de celui-ci une confrérie inspirée de cette doctrine. Le siège de ce groupement fut d’abord la zāwiya de Bū Brīḥ, dans la tribu des …

Ḥasanī

(280 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, nom donné au Maroc à la monnaie frappée sur l’ordre de Mawlāy al-Ḥasan à partir de 1299/1881-2. Il s’agissait de remplacer la monnaie marocaine antérieure, constituée par une multitude de pièces de bronze, de cuivre ou d’argent; il y avait longtemps que les pièces d’or avaient pratiquement disparu. La monnaie antérieure à Mawlāy al-Ḥasan était victorieusement concurrencée par diverses monnaies étrangères, espagnole, française et anglaise surtout, particulièrement depuis la crise financière provoquée par la guerre hispano-marocaine de 1859-60 (cf. G. Ayache, Aspects de la cr…

Funduḳ

(402 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, terme d’origine grecque (πανδοχεĩον) ¶ employé, particulièrement en Afrique du Nord, pour désigner des hôtelleries où peuvent loger bêtes et gens, analogues aux caravansérails ou aux k̲h̲āns de l’Orient musulman. Les hôtelleries comprennent une cour entourée sur ses quatre côtés de bâtiments. Ceux du rez-de-chaussée servent en général à abriter les animaux des caravanes ou des campagnards de passage et, le cas échéant, des marchandises entreposées là en attendant que le destinataire en prenne livraison. A l’étage — un s…

Colomb-béchar

(431 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, chef-lieu du département de la Saoura (Organisation Commune des Régions Sahariennes) créé par décret du 7 août 1957. Cette agglomération est toute récente: avant l’occupation française, qui date du 13 novembre 1903, quelques villages peu importants et qui n’avaient guère joué de rôle dans l’histoire, avaient été sporadiquement bâtis sur les bords de l’Oued Béchar (wādī Bas̲h̲s̲h̲ār) qui faisait vivre une maigre palmeraie. La région: avait été reconnue dès 1857 par le capitaine de Colomb dont le nom a servi à dés…

Dayi̊

(602 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, mot turc qui signifie «oncle maternel» et ne paraît avoir été employé pour désigner des fonctions officielles que dans les Régences d’Alger et de Tunis. Ç’aurait été d’abord une sorte de titre honorifique, comparable au mot alp chez les anciens Turcs et difficile à obtenir, car son titulaire devait avoir fait ses preuves de marin et de combattant en Méditerranée (Mehmed Zeki Pakalm, Osmanli tarih deyimleri ve terimleri sözlüğü, t. I, fasc. 5, 407-408). Cette acception détruirait la légende selon laquelle le père des Barberousse aurait enjoint à ses ¶ fils d’obéir à Ḵh̲ayr al-dīn [ q.v.] e…

ʿAbd al-ʿAzīz b. al-Ḥasan

(573 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, sultan du Maroc de 1894 à 1908. Ce prince naquit le 24 février 1878 selon Weisgerber, le 18 rabīʿ I 1298/18 février 1881 selon Doutté et Saint-René Taillandier, du sultan Mawlāy al-Ḥasan et de Lālla Ruḳayya, d’origine circassienne. Lorsque son père mourut en expédition le 9 juin 1894, ʿAbd al-ʿAzīz fut proclamé sultan à Rabat grâce au ḥād̲j̲īb Aḥmad b. Mūsā, dit Bā Aḥmad, qui avait été chargé de son éducation et reçut en récompense le titre de grand vizir. ʿAbd al-ʿAzīz lui laissa la direction des affaires jusqu’à sa mort, le 13 mai 1900. Pendant ce …

Darʿa

(800 words)

Author(s): Tourneau, R. le
Ce mot désigne à la fois une rivière du Sud marocain qui prend sa source sur le versant Sud du Haut Atlas pour aboutir à l’Atlantique au Sud du Djebel Bani, et une province marocaine qui s’étend sur les deux rives cultivées de ce cours d’eau depuis Agdz jusqu’au coude du Darʿa, sur une longueur d’environ 200 km., dans une direction générale Nord-ouest-Sud-est. Cette province est traditionnellement divisée en huit districts qui correspondent à des élargissements de la vallée séparés par des chaînons montagneux formant défilés. Ce sont du Nord au Sud: Mazgīta…

Agadir-ig̲h̲ir

(884 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, ville du Maroc située au point de contact du Haut-Atlas marocain et de la plaine du Sous, au bord de l’Océan Atlantique. La ville s’élève à l’extrémité Nord d’une large baie, au pied d’une colline de 250 à 300 m d’altitude sur laquelle se dresse une forteresse. Elle compte actuellement 30.111 habitants dont 1.518 Israélites et 6.062 Européens (recensement de 1952). Il n’est pas sûr qu’un établissement humain ait existé là avant l’arrivée des Portugais, bien qu’une lettre des habitants de Massa à Emmanuel Ier de Portugal en date du 6 juillet ( Sources inédites de l’Histoire du Maroc, Po…

G̲h̲arb

(373 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, portion de la côte marocaine située approximativement entre le Wādī Lukkus, le Wādī Subū et les montagnes qui bordent la plaine côtière à l’Est. Ce territoire n’a jamais été délimité avec précision, mais a connu une extension variable selon les tribus qui l’occupaient et étaient ou non considérées comme tribus du G̲h̲arb. Il s’agit d’une plaine alluviale, humide et marécageuse le long de la mer et bordée à l’Est de collines ondulées. Le G̲h̲arb, tel qu’il vient d’être grossièrement défini, a d’abord été peuplé de Berbères et a probablement fait partie du territoire des Barg̲h̲awāṭa [ q.v.…

ʿArūd̲j̲

(1,305 words)

Author(s): Tourneau, R. le
, corsaire turc qui s’est emparé d’Alger au début du Xe/XVIe siècle. Il est parfois désigné sous le nom de Barberousse (terme que certains ont interprété comme une déformation de Bābā ʿArūd̲j̲), mais il semble que ce surnom soit plutôt celui de son frère Ḵh̲ayr al-dīn [ q.v.]. ʿArūd̲j̲ était originaire de l’île de Midilli (Mytilène, anc. Lesbos); son père était soit un Turc, soldat musulman de la garnison d’occupation ( G̲h̲azawāt) soit un potier grec (Haëdo). Il avait au moins deux frères, qui se trouvèrent avec lui au Mag̲h̲rib: Ḵh̲ayr al-dīn et Isḥāḳ. Marin et musulman dès son jeune âge ( G̲h…

al-Fāsiyyūn

(946 words)

Author(s): Tourneau, R. le
ou ahl Fās, nom donné aux habitants de Fās. Dans le langage local, ce nom ne s’applique pas à tous ceux qui vivent à Fās, mais à ceux qui y sont nés et y ont droit de cité pour avoir adopté les us et coutumes de la ville et son code des bons usages. La population de Fās s’est peu à peu formée d’éléments divers. Le fonds primitif est certainement constitué par des Berbères et quelques Arabes compagnons des Idrisides. Dès le début du IIIe/IXe siècle, cette population s’accrut de réfugiés politiques de Cordoue et de Kairouan qui apportèrent à la nouvelle ville les traditions et le…
▲   Back to top   ▲