Search

Your search for 'dc_creator:( Lewis, AND B. ) OR dc_contributor:( Lewis, AND B. )' returned 172 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ashām

(501 words)

Author(s): Lewis, B.
(turc eshām), pi. de l’ar. sahm (turc sehim), part. En Turquie, le mot était employé pour désigner certaines émissions du Trésor, diversement décrites comme étant des bons, des assignats et des rentes. Les eshām sont appelés «rentes» (Leibrenten) par Hammer, ainsi que dans le budget ottoman de 1862-3, où ils sont mentionnés sous le nom de rentes viagères. Le caractère n’est pas absolument sûr, car, bien que les eshām revinssent à l’État à la mort du détenteur, ils pouvaient être vendus, l’État réclamant sur chacun de ces transferts un droit égal à une annuité. D…

Ifrand̲j̲

(3,029 words)

Author(s): Lewis, B. | Hopkins, J.F.P.
ou Firand̲j̲, terme arabe désignant les Francs. Ce mot, transmis probablement aux Musulmans par les Byzantins, s’appliquait à l’origine aux habitants de l’empire de Charlemagne, avant de s’étendre aux Européens en général. Au moyen âge, il ne s’employait pas pour les Chrétiens d’Espagne [voir Andalus, Ḏj̲illīḳiyya], les Slaves [voir Ṣaḳāliba] ou les Vikings [voir Mad̲j̲ūs, II], mais par ailleurs s’appliquait de façon générale à l’Europe continentale et aux îles britanniques. Le territoire des Francs s’appelait Ifrand̲j̲a (en persan et en turc Firangistān). Les notions les plu…

K̲h̲alaf b. Mulāʿib

(267 words)

Author(s): Lewis, B.
al-As̲h̲habī, seigneur, avec le laḳab de Sayf al-dawla, de Ḥimṣ et d’Afâmiya à la fin du Ve/XIe siècle. Il fut accusé de divers méfaits, notamment de brigandage et, au cours d’un siège de Salamiya, il aurait, au moyen d’un mangonneau, ¶ précipité le s̲h̲arīf Ibrāhīm al-Hās̲h̲imī contre la tour. En 483/1090, des plaintes furent adressées au sultan Maliks̲h̲āh, qui ordonna à son frère Tutus̲h̲, maître de Damas, et à d’autres gouverneurs de villes syriennes, de marcher contre lui. Une expédition conjointe s’empara de Ḥimṣ, et Ḵh̲alaf fut en…

Daftar

(4,869 words)

Author(s): Lewis, B.
, cahier cousu ou attaché, registre, plus spécialement livre de comptes ou de correspondances employé dans les services administratifs. Le terme dérive en dernière analyse du grec δıφθέρα «peau» et, de là, peau préparée pour recevoir des caractères écrits. Il était déjà employé en grec ancien dans le sens de parchemin ou, plus généralement, de matériaux pour écrire. Au Ve s. avant J.-C, Hérodote (V, 58) remarque que les Ioniens, comme certains Barbares contemporains, avaient, à une époque ancienne, écrit sur des peaux et appliquaient encore le terme δıφθέρα aux rouleaux de ¶ papyrus; a…

Bazīg̲h̲ b. Mūsā

(185 words)

Author(s): Lewis, B.
, surnommé al-Ḥāʿik, hérétique s̲h̲īʾite. Disciple d’Abū l-Khaṭṭāb [ q.v.], il fut, comme son maître, dénoncé par l’Imām Ḏj̲aʿfar al-Ṣādiḳ comme hérétique et fut même, d’après al-Nawbak̲h̲tī, désavoué par Abū l-Ḵh̲aṭṭāb lui-même. Al-Kas̲h̲s̲h̲ī rapporte une tradition selon laquelle, lorsqu’on apprit à Ḏj̲aʿfar al-Ṣādiḳ que Bazīg̲h̲ avait été tué, celui-ci exprima sa satisfaction. Ce détail placerait la mort de Bazīg̲h̲ avant celle de Ḏj̲aʿfar en 148/765. Comme beaucoup des premiers extrémistes s̲h̲īʿites…

Mas̲h̲wara

(1,984 words)

Author(s): Lewis, B.
(a.), ou Mas̲h̲ūra, terme islamique courant pour désigner une consultation. Il s’emploie en particulier lorsque le souverain consulte ses conseillers (ces derniers étant diversement définis), mais s’applique parfois aussi à une sorte d’assemblée délibérative. L’Arabie préislamique connaissait déjà la pratique consistant à prendre des décisions après consultation [voir Mad̲j̲lis, et Malaʾ au Suppl.]. Deux passages du Ḳurʾān (III, 153/159: wa-s̲h̲āwirhum fī l-amr, et ¶ XLII, 36/38: wa-amruhum s̲h̲ūrā baynahum) sont couramment cités comme imposant aux souverains le…

Di̇lsi̇z

(371 words)

Author(s): Lewis, B.
, en turc «sans langue», nom donné aux sourds-muets employés au service intérieur ( enderūn) du Palais ottoman, et pendant un certain temps aussi à la Sublime Porte. On les désignait également par le mot persan bīzabān, qui a le même sens. Il y en eut au palais de l’époque de Meḥemmed II à la fin du sultanat. Les renseignements qu’on possède sur leur nombre varient. D’après ʿ Aṭāʾ, il y en avait de trois à cinq attachés à chaque chambre ( kog̲h̲us̲h̲); Ricaut parle «d’environ quarante». Un document de l’époque de Muṣṭafā II (m. 1115/1703), cité par Uzunçarṣili, et qui a trait…

al-ʿAyyās̲h̲i̊

(201 words)

Author(s): Lewis, B.
, Abū l-Naṣr Muḥammad b. Masʿūd b. Muḥammad b. ʿAyyās̲h̲, écrivain shīʿite du IIIe/IXe siècle. Il était né à Samarḳand, et l’on prétend que ses ancêtres appartenaient à la tribu de Tamīm. D’abord sunnite, il se convertit encore jeune au S̲h̲īʿisme et étudia sous la direction des disciples de ʿAlī b. al-Ḥasan b. Faḍḍāl (m. 224/ 839; al-Ṭūsī, 93) et de ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. Ḵh̲ālid al-Ṭayālisī (al-Astarābādī, 211). Il dépensa un patrimoine de plus de 300 000 dinars pour s’occuper d’érudition et de traditio…

Bahd̲j̲at Muṣṭafā Efendi

(387 words)

Author(s): Lewis, B.
, savant et médecin ottoman, petit-fils du grand-vizir Ḵh̲ayrullāh Efendi et fils de Ḵh̲wād̲j̲a Meḥmed Emīn S̲h̲ukūhī. Né en 1188/1774, il embrassa la carrière religieuse et devint mudarris en 1206/1791-2. Se spécialisant en médecine, il s’éleva rapidement et, en 1218/1803, devint médecin chef du sultan ( ḥekīmbas̲h̲i̊ ou, plus protocolairement, reʾīs-i eṭibbā-i sulṭānī). En 1222/1807, il fut révoqué de cet emploi, mais il fut réintégré en 1232/1817. En 1237/1821, il fut jeté en disgrâce et banni, mais rétabli la même année. En 1241/1826, après la destruction des Janissaires, ¶ il …

Tafarnud̲j̲

(525 words)

Author(s): Lewis, B.
(a.), tiré d’ifrand̲j̲ [ q.v.],lit. «adoptant, imitant ou singeant les manières et coutumes des Francs, c’est à dire des Européens». Le terme fut utilisé par le journaliste novateur Ḵh̲alīl al-Ḵh̲ūrī dans sa nouvelle satyrique Way id̲h̲an lastu bi-Ifrand̲j̲ī («hélas ! je ne suis pas un européen»), publiée dans le magazine Ḥadīḳat al-Ak̲h̲bār en 1860 ou peut être auparavant. Le turc alafianga[ lik] de l’italien alla fianca et le persan g̲h̲arbzada[ ],littéralement «influence occidentale» ont la même signification. Ce dernier terme a été de façon variable traduit …

Bāb-i Serʿaskerī

(315 words)

Author(s): Lewis, B.
, ou Serʿasker Kapi̊si̊, nom du ministère de la Guerre dans l’empire ottoman, au XIXe siècle. Après la destruction des Janissaires, en 1241/1826, l’ ag̲h̲a des Janissaires fut remplacé ¶ par un nouvel officier, le serʿasker [ q.v.]; c’était un ancien titre, donné aux chefs d’armée dans le passé; utilisé par Maḥmūd II, il en vint à désigner un officier, qui cumulait les fonctions de commandant en chef et de ministre de la Guerre, chargé spécialement de l’armée nouveau style; en outre, il héritait de l’ ag̲h̲a des Janissaires la responsabilité de la sécurité publique, de la police,…

Aḥmad Midḥat

(1,012 words)

Author(s): Lewis, B.
, écrivain turc ottoman, naquit à Istanbul en 1260/1844; il était le fils d’un pauvre marchand d’étoffes nommé Sulaymān Ag̲h̲a, et d’une Circassienne. Il perdit son père alors qu’il était tout enfant, et fut placé quelque temps comme apprenti chez un boutiquier. Quand il eut dix ans, sa famille alla s’établir à Vidin, où son demi-frère Ḥāfiẓ Ag̲h̲a était le mudīr d’un ḳaḍā. Cependant Ḥāfiẓ tomba en disgrâce, et, en 1859, Aḥmad retourna à Istanbul, où il commença son instruction. En 1277/1861, Ḥāfiẓ Ag̲h̲a, ayant gagné la faveur de Midḥat Pas̲h̲a, fut réint…

Efendi

(958 words)

Author(s): Lewis, B.
, titre ottoman d’origine grecque, de αὐθέντηΣ «seigneur», «maître» (cf. «authentique»), probablement par l’intermédiaire d’une forme vocative dialectale de Byzance, afendi (G. Meyer, Türhische Studien, I, dans SBAk. Wien, 1893, 37; K. Foy, dans MSOS, I/2 (1898), 44. n. 3; Psichari, 408). Le terme était déjà en usage en Anatolie turque aux VIIe et VIIIe/XIIIe-XIVe siècles. Eflākī indique que la fille de Ḏj̲alāl al-dīn Rūmī était connue sous le nom d’Efendipoulo «la fille du maître» (Cl. Huart, Les saints des derviches tourneurs, Paris 1922, II, 429; sur le nom de famille car…

Ḏj̲ānīkli Ḥād̲j̲d̲j̲ī ʿAlī Pas̲h̲a

(441 words)

Author(s): Lewis, B.
, capitaine ottoman et fondateur d’une famille de derebeys [ q.v.]. Né à Istanbul en 1133/1720-1, il était le fils d’Aḥmad Ag̲h̲a, ḳapid̲j̲i- bas̲h̲i au palais impérial. Dans sa jeunesse, il accompagna son frère aîné Süleymān Pas̲h̲a à Ḏj̲ānīk, où il lui succéda définitivement comme maître du pays, avec le titre, habituel chez les derebeys autonomes, de muḥaṣṣil [ q.v.]. Pendant la guerre russo-turque de 1182-88/1768-74, il détint un certain nombre de commandements militaires. D’abord en service en Géorgie, il fut nommé en d̲j̲umādā II 1183/oct. 1769 à l’étatmajor du serʿasker de Mol…

Ḍābiṭ

(270 words)

Author(s): Lewis, B.
, en turc zabit, nom donné par les Ottomans à certains fonctionnaires et officiers, et qui se spécialisa par la suite pour désigner les officiers des forces armées. Il semble que, dans son emploi ancien chez les Ottomans, ḍābiṭ ait indiqué une personne chargée d’une affaire ou de sa direction ou (? des finances) d’une localité (par ex. ewḳāf ḍābiṭi, wilāyet ḍābiṭi, etc.; exemples, certains avec des toponymes, dans Halit Ongan, Ankara’nin 1 numarali şer’iye Sicili, Ankara 1958, index, et L. Fekete, Die Siyāqat-Schrift, I, Budapest 1955, 493 sqq.; cf. l’emploi du mot en persan d…

Ḍabṭiyya

(189 words)

Author(s): Lewis, B.
, en turc zabtiyye, nom donné par les Ottomans, à une époque assez tardive, à la police et à la gendarmerie. Les fonctions policières, qui étaient auparavant sous la surveillance de différents officiers de janissaires, furent placées sous la juridiction du serʿasker [ q.v.; voir aussi Bāb-i Serʿaskerī] en 1241/1826, et, en 1262/1846, devinrent une administration autonome, la Ḍabṭiyye mus̲h̲īriyyeti (Luṭfī, VIII, 27-8). Vers le même temps, on créa un conseil de la police ( med̲j̲lis- i ḍabṭiyye) qui fut supprimé par la suite et remplacé par deux corps quasi judiciaires, le dīwān- i ḍabṭi…

K̲h̲ādim al-Ḥaramayn

(956 words)

Author(s): Lewis, B.
«Serviteur des deux Lieux Saints» (La Mekke et Médine), titre employé par un certain nombre de monarques musulmans. Adopté par le sultan ottoman Selīm Ier après la conquête de l’Égypte en 922/1517 et utilisé par plusieurs de ses successeurs, il était considéré, à la fin de l’époque ottomane, comme un titre califal, et l’on disait que Selīm l’avait pris à la suite du dernier calife ʿabbāside du Caire. Cette croyance, qui ne correspond pas à la réalité, paraît bien faire partie de la mythologie du califat ottoman. Autant…

Ḥātim b. Hart̲h̲ama

(371 words)

Author(s): Lewis, B.
, fils de Hart̲h̲ama b. Aʿyan [ q.v.], occupa un certain nombre de fonctions au service des califes. Dans une lettre d’al-Amīn à Ṣāliḥ datée de s̲h̲awwāl 192/juillet-août 808, un an environ avant la mort de Hārūn al-Ras̲h̲īd, l’héritier présomptif conseille à son frère de confirmer dans son poste Ḥātim b. Hart̲h̲ama, homme, comme son père, d’un loyalisme éprouvé, et de lui confier la garde des palais du calife (al-Ṭabarī, III, 769; cf. F. Gabrieli, Documenti relativi al califfato di al-Amīn in aṭ-Ṭabarī, dans Rend. Lin., sér. VI, vol. III (1927), 203). Al-Amīn le nomma par la su…

al-Abnāʾ

(422 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Lewis, B.
, « les fils », dénomination appliquée aux groupes suivants: I. Descendants de Saʿd b. Zayd Manāt b. Tamīm, à l’exception de ses deux fils Kaʿb et ʿAmr. Cette tribu habitait le désert de sable d’al-Dahnāʾ (cf. F. Wüstenfeld, Register zu den geneal. Tabellen der arab. Stämme). ¶ 2. Descendants, nés au Yémen, des Persans établis dans ce pays. Pour les circonstances de l’intervention des Persans au Yémen sous Ḵh̲usraw Anūs̲h̲irwān (531-579 de J.-C.) et le règne de Sayf b. Ḏh̲ī Yazan, d’après les récits des auteurs arabes, voir Sayf b. Dhī Yazan. Après le retrait des troupes étrangères, Sa…

ʿAzīz Miṣr

(252 words)

Author(s): Lewis, B.
, «le puissant d’Égypte». Dans le Ḳurʾān (XII, 30, 51), le titre al-ʿAzīz est donné à l’Égyptien anonyme qui achète Yūsuf, et qui, dans la légende et l’exégèse postérieures, est appelé Ḳifṭīr [ q.v.], d’après le Putiphar biblique. Ce titre paraît s’appliquer à la fonction de premier ministre sous Pharaon, car il est attribué à Yūsuf lui-même quand il parvient à cette dignité (Ḳurʾān, XII, 78, 88). Dans certains dictionnaires arabes, le terme est défini comme désignant le souverain d’Égypte (Miṣr) et d’Alexandrie (Lane, s.v.). D…
▲   Back to top   ▲