Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Sād̲j̲ides

(1,300 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, dynastie de chefs militaires qui ¶ gouvernèrent les provinces nord-occidentales du califat (Ād̲h̲arbayd̲j̲ān, Arrān et Arménie) à la fin du IIIe/IXe et au début du IVe/Xe siècle pour le compte des ʿAbbāsides. Les Sād̲j̲ides faisaient partie de ces chefs militaires originaires de l’Est iranien et de l’Asie centrale qui avaient émigré à l’Ouest pour servir dans les armées ʿabbāsides des premiers temps. La famille semble avoir pris naissance à Us̲h̲rūsana [ q.v.], sur le Syr Darya moyen, en Transoxiane, région où les princes héréditaires avaient été les Afs̲h̲īn [ q.v.] au moins jusqu…

al-Muhtadī

(676 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Bosworth, C.E.
bi-llāh, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Hārūn al-Wāt̲h̲iḳ, Calife ʿabbāside qui régna en 255-6/869-70. Dès la mort d’al-Wāt̲h̲iḳ, quelques dignitaires voulurent proclamer le jeune Muḥammad, fils du calife défunt et d’une esclave grecque, mais en son lieu et place le frère d’al-Wāt̲h̲iḳ, al-Mutawakkil [ q.v.], fut proclamé comme son successeur et ce ne fut qu’après la déposition ¶ et le meurtre de l’infortuné al-Muʿtazz (Ier s̲h̲aʿbān 255/15 juillet 869) que Muḥammad monta sur le trône (7-8 s̲h̲aʿbān/21 -2 juillet) sous le nom d’al-Muhtadī. Son idéal était l’Umay…

Muḥammad b. Waṣīf

(384 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secrétaire au service des Ṣaffārides du Sīstān et l’un des premiers poètes dont on sait qu’ils ont composé des vers en néopersan selon les règles de la métrique quantitative arabe, le ʿarūḍ [ q.v.]. L’histoire locale du Sīstān, le Taʾrīk̲h̲-i Sīstān, cite des fragments de quatre poèmes, des ḳaṣīdas, semblet-il, de Muḥammad b. Waṣīf (voir G. Lazard, Les premiers poètes persans (IXe-Xe siècles), Téhéran-Paris 1342 p./1964, I, 18, 54-6, II, 13-15). Le premier fut composé, d’après l’historien anonyme, vers l’époque où Yaʿḳūb b. Layt̲h̲ conquit Harāt, en 253/8…

Naṣr b. Sayyār

(755 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
al-Layt̲h̲ī al-Kinānī, dernier gouverneur du Ḵh̲urāsān sous les Umayyades (m. 131/748). La carrière de Naṣr semble s’être déroulée tout entière au Ḵh̲urāsān et dans l’Est. En 86/705, il fit campagne dans la région du haut Oxus sous Ṣāliḥ, frère du gouverneur du Ḵh̲urāsān. Ḳutayba b. Muslim [ q.v.], et reçut un village en récompense. En ¶ 106/724, il guerroya au Farg̲h̲ānā avec Muslim b. Saʿīd al-Kilābī, et fit office de gouverneur de Balk̲h̲ pendant quelques années. En conséquence de quoi, à la mort du gouverneur des provinces de l’Est, Asad b. ʿAbd Allāh al-Ḳasrī [ q.v], on conseilla au …

al-Sahmī

(193 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḥamza b. Yūsuf al-ḳuras̲h̲ī al-Dj̲urd̲j̲ānī, Abū l-Ḳāsim (né vers le milieu du IVe/Xe siècle, m. 427/1038 à Nīs̲h̲āpūr), traditionniste et jurisconsulte. Il était natif de Gurgān [ q.v.], sur les côtes de la Caspienne, où il fut k̲h̲aṭīb et prédicateur. Son principal ouvrage, et apparemment le seul qui ait été conservé, est le Taʾrīk̲h̲ Ḏj̲urd̲j̲ān. ou Kitāb Maʿrifat ʿulamāʾ ahl Ḏj̲urd̲j̲ān. essentiellement ouvrage de rid̲j̲āl [ q.v] consacré aux savants et muḥaddit̲h̲ūn de sa province natale. L’éd. de Ḥaydarābād 1369/1950 (4-18) est précédée d’une brève introduct…

Sūrs

(383 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou dynastie Sūrī, lignée de sultans de Dihlī (947-62/1540-55) fondée par le chef militaire afg̲h̲ān S̲h̲īr S̲h̲āh Sūr b. Miyān Ḥasan [ q.v.], qui avait été au service des précédents sultan lōdīs [ q.v.]. Cette brève période de souveraineté des dynasties indiennes couvre l’intervalle entre le premier et le second règne du Mug̲h̲al Humāyūn [ q.v.] (937-47/1530-40), et la consolidation définitive de l’autorité mug̲h̲ale (962/1555). Depuis une base du Bihār, S̲h̲īr S̲h̲āh se rendit maître dans les années 1530 de l’Inde septentrionale, y compris le Bengale, repous…

Nayrīz

(385 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nīrīz, au Moyen Âge, nom d’une région et d’une ville du Fārs, dans la Perse du Sud. La plaine de Nayrīz est pour l’essentiel une région enclavée dans le Sud du Zagros, arrosée par le Kūr et le Pulwār qui prennent naissance dans le Zagros et coulent vers le Sud-est pour se jeter dans un lac peu profond connu au Moyen Age sous le nom de Lac de Nayrīz et, plus récemment, sous celui de Lac Bak̲h̲tigan ¶ [ q.v.; voir aussi E. Ehlers, art. Bak̲tagān Lake, dans EIr]; bien que le lac lui-même soit salé, la plaine constitue une région agricole prospère, naguère cœur de la Perse achéménide,…

Īd̲h̲ad̲j̲

(961 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
ou Māl-Amīr, ville de la Perse occidentale, située sur un affluent du cours supérieur du Dud̲j̲ayl ou Kārūn, dans le Lūristān méridional (31° 50’ N. et 49° 45’ E.);au moyen âge, elle faisait partie de la province d’al-Ahwāz ou Ḵh̲ūzistān [ q.v.] et, sous les ʿAbbāsides, elle formait la capitale d’un district administratif ( kūra) distinct. Elle s’étendait sur un plateau à une altitude de 1 000 mètres environ et bien que, d’après les géographes, elle fût située en zone chaude ( garmsīr), les montagnes avoisinantes lui assuraient un climat sain et agréable;les neiges hivernales…

Uččh

(947 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Crowe, Yolande
, ville antique de l’Inde, puis indomusulmane médiévale située au Sud-ouest du Pand̲j̲āb, qui fit partie ultérieurement de l’État indien de Bahāwalpūr [ q.v.] et qui appartient aujourd’hui au Pākistān. Elle est située à environ 56 km à l’Ouest de la ville de Bahāwalpūr et à proximité du confluent de l’Indus et du Chenab-Jhelum (27° 18′ de lat. N, 71° 12′ de long. E.). 1. Histoire. Il semble qu’Alexandre le Grand ait fondé une ville appelée dans les sources grecques Ussa-Alexandria. Uččh fut certainement un centre hindou antique, connu jusqu’au XIIe siècle sous l’appellation de Dēōgaŕ…

al-Samhūdī

(582 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nūr al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. ʿAfīf al-dīn ʿAbd Allāh al-S̲h̲āfiʿī, célèbre savant égyptien en histoire, droit, théologie, tradition, etc. (844-91/1440-1506). Il naquit à Samhūd, en Haute Egypte en ṣafar 844/juillet 1440. Fils d’un ḳāḍī, il prétendait être d’une lignée de sayyids ḥasanides. Sa biographie est donnée en détail par al-Sak̲h̲āwī, résumée par Ibn al-ʿImād et autres sources biographiques ultérieures. ¶ Après 853/1449, il étudia sous les grands maîtres du Caire, et reçut également le vêtement ṣūfī ( k̲h̲irḳa). Il fit le pèlerinage en 860/1456, et s’installa fi…

Isfarāyīn

(680 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et, dans les premiers temps de l’Islam, ville du Nord-ouest du Ḵh̲urāsān. Le district s’étend sur la bordure septentrionale de la grande plaine qui va de Bisṭām et de S̲h̲āhrūd à l’Ouest jusqu’à Nīs̲h̲āpūr à l’Est, et dont la partie centrale est arrosée par le Kāl-i S̲h̲ūr avant qu’il ne se dirige vers le Sud dans le Das̲h̲t-i Kawīr. Au moyen âge islamique, la route allant de Nīs̲h̲āpūr à Gurgān traversait cette plaine, et les géographes situaient Isfarāyīn à mi-chemin environ, c’est-à-dire à cinq étapes, de chacune des deux villes. Quoiqu’on prétende qu’elle fut fondée par …

Īlāḳ

(255 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de Transoxiane située à l’intérieur du grand méandre dirigé vers le Nord du cours moyen du Iaxarte et au Sud de son affluent de droite, l’Āhangarān (en russe, Angren), donc entre les provinces du S̲h̲ās̲h̲ [voir Tas̲h̲kent] au Nord-ouest et de Farg̲h̲āna [ q.o.], à l’Est. D’après les géographes arabes et persans des IIIe-Ve/IXe-XIe siècles, c’était une province florissante qui possédait de l’argent et du sel dans ses montagnes. Ils indiquent les noms de nombreuses villes, et la principale était Tūnkat̲h̲, dont les ruines ont été identifiées…

Mug̲h̲als

(36,565 words)

Author(s): Burton-Page, J. | Islam, Riazul | Athar Ali, M. | Moosvi, Shireen | Moreland, W. H. | Et al.
(Mogols), dynastie indomusulmane qui régna de 932 à 1274/1526-1858 (de moins en moins effectivement vers la fin). — I. Histoire. — II. Relations extérieures. — III. Organisation administrative et sociale. — IV. Économie et commerce intérieur. — V. Commerce et relations commerciales entre l’Europe et l’Inde mug̲h̲ale. — VI. Vie religieuse. ¶ — VII. Architecture. — VIII. Tapis et tissus. — IX. Peinture et arts appliqués. — X. Littérature. — XI Numismatique. I. Histoire. Le présent article, comme la section relative à l’histoire sous Hind (IV), ne vise qu’à orienter vers les nombr…

al-Ziyādī

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥassān al-Ḥasan b. ʿUt̲h̲mān al-S̲h̲īrāzī ( nisba annonçant un lien apparent avec la cité iranienne; voir Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 381), juge, traditionniste et historien du début delà période ʿabbāside, né en 156/773 à Baghdād et mort en rad̲j̲ab 242/nov.-déc. 856, ou l’année suivante (al-Ṭabarī, III, 1434 et al-Ḵh̲aṭīb al-Bag̲h̲dādī). Traditionniste d’opinion, associé à al-S̲h̲āfiʿī, il fut interrogé lors de la miḥna [ q.v.], à la fin du règne d’al-Maʾmūn (al-Ṭabarī, III, 1121-5, 1128, 1132). Il devait mieux réussir sous al-Mutawakkil, calife …

Ras̲h̲t

(897 words)

Author(s): Nikitine, B. | Bosworth, C.E.
, Res̲h̲t, ville de la province persane du Gīlān [ q.v.], dans les basses terres de la Caspienne, sur un bras du Safīd-Rūd [ q.v.] (37°18′ N., 49°38′ E.). Elle a été longtemps le centre commercial du ¶ Gīlān, mais son sort a suivi les fluctuations de la sériciculture et de la manufacture de la soie. Toutefois, la ville n’est pas citée par les anciens géographes musulmans, qui localisent l’industrie de la soie au Ṭabaristān [voir Māzandarān] à l’Est, et ce sont les Ḥudūd al-ʿālam qui donnent pour la première fois ce nom, mais comme district et non comme ville (trad. Minorsky, 13…

Ḏj̲alālābād

(1,246 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de l’Afg̲h̲ānistān oriental (34°26’ N, 70°27’ E.) située à 620 m. d’altitude, dans la vallée du Kābul et sur la rive droite de ce dernier, à 125 km. de Pes̲h̲āwar à l’Est et à 160 de la ville de Kābul à l’Ouest. Placée à peu près à mi -chemin sur la route historique allant de Kābul à l’entrée des plaines de l’Inde du Nord, Ḏj̲alālābād occupe aussi une situation stratégique car elle commande les routes conduisant au Kāfiristān [ q.v.] (auj. Nūristān); de nos jours, il en part, dans la direction du Nord, des routes vers les vallées du Kunār et de lʿAlingār. La région qui entoure la ville est …

al-ʿUlā

(413 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḥid̲j̲āz, au Nord-ouest de l’Arabie, située dans ce que l’on désignait au début de l’islam comme le Wādī l-Ḳurā, à la limite Sudest du Ḥarrat al-ʿUwayriḍ, sous une colline nommée Umm Nāṣir (26° 38’ N., 37° 57’ E.), à une altitude de 674 m. La région est très riche archéologiquement; à l’époque pré-islamique, c’était un centre florissant sur la route caravanière, quittant la Syrie vers le Sud à l’ancien Dedan, au pied du Ḏj̲abal al-Ḵh̲urayba, et gagnant le Sud de ce que l’on nommait alors al-Ḥid̲j̲r [ q.v] et qui est aujourd’hui Madāʾin Ṣāliḥ, à 18 km au Nord d’al-ʿUlā. La …

Dabūsiyya

(286 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de la Transoxiane médiévale située en Sogdiane, sur un canal qui part au Sud du nahr Sug̲h̲d et sur la route Samarḳand-Karmīmyya-Buk̲h̲ārā. Le site en est marqué par les ruines de Ḳalʿa-yi Dabūs, près du village actuel de Ziyaudin (=Ḍiyāʾ al-dīn), d’après Barthold, Turkestan 3, 97. Les géographes médiévaux disent qu’elle se trouve dans une région prospère et bien arrosée, et al-Muḳaddasī (324; cf. R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth, 101) cite en particulier le brocart appelé wad̲h̲ārī qui y était produit. Dabūsiyya doit s…

al-Muṣʿabī

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Ṭayyib Muḥammad b. Ḥātim, fonctionnaire et poète en arabe et en persan qui vivait à Buk̲h̲ārā sous les Sāmānides (début du IVe/Xe siècle). Mieux connu de son temps comme politique que comme poète, il fut compagnon de plaisirs puis secrétaire en chef ( ʿamīd-i dīwān-i risālat) et finalement vizir sous le règne de l’amīr Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43); mais il tomba en disgrâce et, opposé à la nomination du nouveau vizir Abū ʿAlī al-Ḏj̲ayhānī [ q.v.. au Suppl.] vers 325/938, il fut exécuté (Bayhaḳī, Taʾrīk̲h̲-i Bayhaḳī, éd. G̲h̲anī et Fayyāḍ, 107; Gardīzī, Zayn al-ak̲h̲bār, éd. Nazim…

Tunganistan

(344 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dunganistan, nom inventé par des chercheurs occidentaux et par des voyageurs (W. Heissig, Ella Maillart) pour un régime éphémère, qu’on peut à peine qualifier d’État, dans la partie méridionale du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.] 1934-7. Le nom tire son origine de soldats musulmans, Dungan ou Tungan [voir Tungans], Hui, c’est-à-dire d’ethnie chinoise, qui formèrent le soutien militaire de Ma Hu-shan, appelé «Commandant en chef de la 36e Division du Kuomintang» et beau-frère de Ma Chung-ying [ q.v.], le plus connu des cinq seigneurs de guerres chinois musulmans qui c…

Sarwistān

(335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville de la province persane du Fārs(lat. 29° 16ʹ N., long. 53° 13ʹ E., ait. 1 597 m), à quelques km au Sud-est de S̲h̲īrāz, sur la route de Nayrīz [ q.v.]. Elle paraît s’identifier au Ḵh̲awristān des anciens géographes arabes, mais n’apparaît sous le nom de Sarwistān («lieu des cyprès») que chez al-Muḳaddasī à la fin du IVe/Xe siècle. Elle se distingue par le tombeau et le mausolée d’un saint local, S̲h̲ayk̲h̲ Yūsuf Sarwistānī, porteur d’une inscription de 682/1283, et par un mystérieux édifice sis à proximité, sur la route S̲h̲īrāz-Fasā à 12 km …

Siyāsa

(3,517 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Netton, I. R. | Vogel, F. E.
(a.), nom verbal issu de la racine s-w-s «entretenir, diriger», étymologiquement lié au mot de l’hébreu Biblique sus «cheval», utilisé à l’origine dans les sociétés bédouines pour désigner l’entretien et le dressage des bêtes, d’où sāʾis «personne chargée de l’entretien et du dressage des chevaux, chameaux, etc.» (ce dernier resurgissant, via le hindī, dans le mot anglo-indien syce «groom», français; voir Yule-Burnell, Hobson-Jobson, A glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases 2, Londres 1903, 885-6). 1. Au sens d’art d’administrer un Etat, direction des af…

Zaḳḳūm

(175 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), arbre qui, selon l’eschatologie musulmane, poussait à l’Enfer et produisait des fruits amers que les damnés devaient manger. Il est mentionné trois fois dans le Ḳurʾān (XXXVII, 60/62; XLIV, 43; LVI, 52). Les lexicographes expliquent qu’il s’agit d’un arbre à l’odeur désagréable poussant dans la Tihāma, mais également d’un arbre produisant un fruit à usage médical qui pousse dans le vallée du Jourdain et qui entre chez les Arabes dans un plat comprenant du beurre frais et des dattes (voir Lane, 1239a-b). Richard Bell, The Qurʾān translated, II, 556 n. 1, cite en parallèle le …

Naṣr b. Aḥmad b. Ismāʿīl

(448 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (301-31/914-43), qui reçut après sa mort le titre honorifique d’al- Amīr al-Saʿīd («l’Heureux»). Naṣr fut intronisé à huit ans, après l’assassinat de son père par les g̲h̲ulāms [ q.v.] turcs de l’armée, et placé sous la régence du vizir Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad Ḏj̲ayhānī [voir al-Ḏj̲ayhānī au Suppl.]. Les premières années du règne furent sérieusement troublées par des révoltes à Samarḳand, à Nīs̲h̲āpūr et au Farg̲h̲āna, fomentées par des membres mécontents de la famille sāmānide. L’émirat ne con…

Bas̲h̲kard

(533 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Bas̲h̲ākard (forme européenne: Bachkardie), région du Sud-est de l’Iran, aujourd’hui du ressort administratif du ⁰ ustān ou province du Kirmān, dans le s̲h̲ahrastān ou district de Ḏj̲īruft dont il comprend l’une des neuf zones rurales ( dihistānhā; voir Farhang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi Īrān, VIII, Téhéran 1332 p./1953, 49). Le Bas̲h̲kard est l’arrièrepays montagneux du Makrān occidental, à l’Est de Mīnāb, près des détroits de Hormuz, que limitent au Nord les bords méridionaux de la dépression de Ḏj̲āz-Muryān; les sommets de la chaîne de …

Sawd̲j̲i̊

(657 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
, Sawd̲j̲ī, nom de trois princes ottomans. Le nom semble tirer son origine du mot turc ancien (notamment oriental) saw «mot, discours, propos» qui existe dès les inscriptions de l’Ork̲h̲on, puis dans les textes uyg̲h̲urs, dans le Ḳutadg̲h̲u bilig [ q.v.] à la fin du Ve/XIe siècle, et jusqu’au VIIIe/XIVe siècle, après quoi il n’est plus attesté en tant que mot isolé (Clauson, An etymological dict. of pre-lhirteenth ceniury turkish, 782-3). Voir aussi le nom du commandant servile du sultan sald̲j̲ūḳ Alp Arslan, Sāwtigin. Sawd̲j̲i̊ serait donc le «fournisseur/transm…

KimÄk

(800 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(généralement écrit Kīmāk dans les textes et souvent vocalisé faussement Kaymāk) ancienne peuplade turque dont l’habitat s’étendait, dans la Sibérie occidentale, sur le cours inférieur de l’Irtis̲h̲ et sur ses affluents de l’Is̲h̲im et le Tobol, peut-être jusqu’au confluent de l’Irtis̲h̲ et de l’Ob au Nord, jusqu’aux Ourals à l’Ouest; ce nom apparaît dans les sources islamiques à partir du IIIe/IXe siècle. Les renseignements les plus détaillés sur les Kimäk et leurs territoires figurent dans les Ḥudūd al-ʿālam anonymes (de 372/982-3; trad. Minorsky, 99-100, 304-10) et dans le Zayn …

Nawwāb

(265 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nawāb, titre en usage dans l’Inde musulmane. Cette forme pourrait être une hypercorrection de l’arabe nuwwāb, pl. de nāʾib [ q.v.], employée, comme souvent dans la pratique persane (cf. arbāb «maître», ʿamala «ouvrier», et voir D. C. Phillott, Higher Persian grammar, Calcutta 1919, 65), en singulier. Le titre était conféré, à l’origine, par les empereurs mug̲h̲als, à un vice-roi ou un gouverneur de province, et il était certainement courant au XVIIIe siècle, souvent en combinaison avec un autre titre, par ex. le Nawāb-Wazīr d’Oudh (Awadh), le Nawāb-Nāẓim du Bengale. Un nawāb pouvait…

Iṣṭabl

(6,679 words)

Author(s): Viré, F. | Colin, G.S. | Bosworth, C.E. | Digby, S.
et isṭabl (A.; pl. iṣṭablāt et rarement aṣābil selon LA, s.v.) étymologiquement «étable» au sens d’écurie, c’est-à-dire le bâtiment où l’on garde à ¶ l’attache montures et bêtes de somme (équidés et camélidés) et, par métonymie, le cheptel lui-même de ces bêtes appartenant à un seul propriétaire. Iṣṭabl est l’arabisation du bas-grec στάβλον/σταβλíον/σταυλíον (v. Du Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infime graecitatis, Lyon 1688, s.v.) venant lui-même du latin stabulum. C’est là l’un des termes dits «de civilisation» qui ont eu le plus de rayonnement puisqu…

Ḏj̲ud̲h̲ām

(367 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, tribu arabe qui, à l’époque umayyade, prétendait descendre de Kahlān b. Sabaʾ du Yémen et être apparentée aux Lak̲h̲m et aux ʿĀmila, ce qui correspondait certainement aux alliances politiques dominantes à l’époque. Cependant, les tribus arabes du Nord prétendaient que les Ḏj̲ud̲h̲ām, les Ḳuḍāʿa et les Lak̲h̲m étaient à l’origine nizārites, mais avaient pris par la suite une fausse généalogie yéménite. Les Ḏj̲ud̲h̲ām étaient parmi les nomades qui s’étaient établis à l’époque pré-islamique sur l…

Tid̲j̲āra

(11,961 words)

Author(s): Bosworth C. E., Maya | Heffening, W. | Shatzmiller, Maya
(a.), «action de faire commerce de, trafic, échanges». 1. Remarque introductive. Pour les lexiques arabes, ce terme est un maṣdar ou nom verbal de tad̲j̲ara, «commercer». Comme de nombreux autres termes de l’arab e commercial, c’est un emprunt au vocabulaire araméen et syriaque. Jeffery pensait (à l’encontre d’autorités antérieures citées dans Fraenkel, Die aramäischen Frendwörter im Arabischen, 181-2 qui faisaient dériver tid̲j̲āra d’un nom original tād̲j̲ir «marchand», en syriaque tagārā, verbe ʿet̲t̲agar «commercer», voir ʾagrā, «gage, frais, location, récompense») que t…

Mawsim

(439 words)

Author(s): Wensinck, J.A | Bosworth, C.E.
(a., de la racine w.s.m «marquer, imprimer une marque»), marché, fête. Le terme est employé avec ce sens dans le ḥadīt̲h̲, particulièrement en corrélation avec les marchés de l’Arabie ancienne tels que ceux qui se tenaient à ʿUkāz, Mad̲j̲anna, Ḏh̲ū l-Mad̲j̲āz, ʿArafa, etc. (al-Buk̲h̲ārī, Ḥad̲j̲d̲j̲, bāb 150; Tafsīr, sourate II, 34). Sur ces marchés, les pires éléments de l’Arabie se réunissaient ( al-mawsim yad̲j̲maʿ raʿāʿ al-nās, al-Buk̲h̲ārī, Ḥudūd, bāb 31). Ils donnaient aussi l’occasion d’atteindre les grandes masses par des proclamations et des enquêtes, pa…

Pāʾ

(413 words)

Author(s): Levy, R. | Bosworth, C.E.
ou bāʾ-i fārsī ou bāʾ- i ʿad̲j̲amī: bāʾ avec trois points souscrits, inventé pour le persan comme supplément au ʾ arabe et pour représenter la bilabiale sourde par opposition à la sonore b [voir Bāʾ]. Ce phonème est parfois permutable avec le bāʾ (par ex. asp et asb; dapīr et dabīr), et plus fréquemment avec le fāʾ (par ex. sapīd et safīd; Pārs et Fārs). L’emploi usuel de cette lettre dans les manuscrits est relativement moderne, mais on la trouve dans de bons exemplaires du VIIe/XIIIe siècle, alors que parallèlement, son emploi fait souvent défaut dans des manuscrits de date …

Rūznāma

(153 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «rapport journalier», prend à partir de là des sens comme «almanach, calendrier, journal», etc. 1.Comme terme d’administration islamique médiévale. Dans les départements financiers du califat ʿabbāside, le rūznāmad̲j̲ était la main courante quotidienne ( kitāb al-yawm) dans lequel étaient transcrites toutes les opérations financières du jour — revenus des taxes, états des dépenses — avant d’être transférées à l’ awārad̲j̲, registre présentant l’état de la balance fiscale. La forme rūznāmad̲j̲ donne à penser à une origine sāsānide de cette pratiq…

Ṭārum

(1,486 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
, Ṭārom, nom de deux lieux en Perse. l/ Le plus connu est le district médiéval musulman le long du cours moyen de la rivière Ḳizil Üzen ou Safīd Rūd [ q.vv.] au nord-ouest de la Perse, dans l’ancienne région du Daylām [ q.v.], nettement au sudest du Lac Urmiya ([ q.v.] ne pas confondre avec la province arménienne du Taron qui se trouve au nord-ouest de ce lac). Le district de Ḵh̲alk̲h̲āl [ q.v.] lui était contigu à l’est. À l’heure actuelle, deux petits villages portent le nom Ṭārum, l’un des deux étantsur la rive droite du Ḳizil Üzen, entre Wanisarā et Kallad̲j̲. Selon Ḥamd Allāh Mustawfī ( Nuzhat al-…

Ṭoghri̊l

(184 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(turc), terme qui désigne, en turc ancien, un oiseau de proie, décrit par Maḥmūd al-Kās̲h̲g̲h̲arī comme étant plus grand que le ṣonḳur, peut-être l’autour huppé, astur trwirgatus. Il était très certainement utilisé pour chasser [voir à ce propos, Bayzara] . Cependant, son importance primordiale dans l’histoire et la culture turques, à partir des Uyg̲h̲urs, vient de ce qu’il devint un nom de personne fréquemment employé. A l’époque islamique, son plus remarquable détenteur fut Ṭog̲h̲ri̊l Beg [ q.v.], co-fondateur, avec ses frères Čag̲h̲ri̊ Beg [ q.v.] et Big̲h̲u (dont les noms s…

Hazāra

(1,269 words)

Author(s): Bosworth, C. E
, nom d’un groupe de peuplades habitant les montagnes centrales de l’Afg̲h̲ānistān; il forme le principal élément de peuplement de la région et compte peut-être 900 000 âmes. Il s’agit presque certainement d’un groupe ethniquement mélangé dont les composantes pourraient n’avoir aucun rapport les unes avec les autres. Les Hazāra sont, d’une manière prédominante, de type brachycéphale avec des traits mongoloïdes, sans cependant que ces caractéristiques soient une règle générale; il est permis de se ranger à l’opinion de Schu…

Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān

(4,203 words)

Author(s): Yakubovskii, A.Yu. | Bosworth, C.E.
, ou simplement Marw, la ville qui, à l’époque classique et au Moyen Âge islamique, dominait la région d’oasis riche, mais notoirement malsaine, s’étendant le long du cours inférieur du Murg̲h̲āb. sur les confins Nord-est de la Perse et également appelée le «Grand Marw». Autrefois situé dans les limites de la province historique du Ḵh̲urāsān [ q.v.], siège, avant l’Islam, des gardiens des marches et souvent, sous l’Islam, de gouverneurs de province, son site («Vieux Merv») et l’agglomération voisine actuelle de Bairam Alī (voir infra) appartiennent aujourd’hui à la RSS du Turkm…

S̲h̲arīf Pas̲h̲a

(742 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
, Muḥammad, homme d’État égyptien sous les règnes des Ḵh̲édives Ismāʿīl et Tawfīḳ II était né au Caire en 1823 et d’origine turque. Son père habitait alors le Caire comme ḳāḍī l-ḳudāt envoyé par le Sultan. Quand, quelques dix années après, la famille se trouvait de nouveau passagèrement au Caire, Muḥammad ʿAlī [ q.v.] fit entrer le garçon dans l’école militaire nouvellement fondée par lui. Depuis ce temps toute sa carrière fut accomplie dans le service égyptien. S̲h̲arīf appartenait à la «Mission Égyptienne» envoyée à Paris pour l’enseignement sup…

Ḳuṣdar

(582 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḳuzdār, nom, au moyen âge islamique, d’une ville du Balūčistān [ q.v.]; sous la forme Ḵh̲uzdār, il s’applique aujourd’hui à un district et à une ville de l’ancien État de Kalāt [voir Kilāt] au Pakistan. La ville (27°48’ N. et 66°37’ E.; 350 m. d’altitude; à 135 km. au Sud de Kalāt) est située dans la vallée longue et étroite du Kolaci qui possède une grande valeur stratégique parce qu’elle constitue un nœud de jonction des routes venant de Karāčī et Las Bêla au Sud [ q.vv.], de Kaččhī à l’Est, de Kalāt au Nord et de Makrān et Ḵh̲ārān [ q.vv.] à l’Ouest. ¶ Ḳuṣdār fut attaquée pour la première fois …

Nars̲h̲ak̲h̲ī

(354 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
Abū Bakr Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Ẓakariyyāʾ, historien de l’époque sāmānide.Il est probablement originaire de Nars̲h̲ak̲h̲, dans les environs de Buk̲h̲ārā (cf. al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XIII, 77-8), mais on ne sait rien de sa vie, sinon qu’il a écrit en arabe une histoire de Buk̲h̲ārā et l’a offerte à l’ amīr Nūḥ b. Naṣr en 332/943-4; c’est le seul ouvrage de sa plume que l’on connaisse. L’histoire a été traduite en persan par Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad Ḳubāwī (de Ḳubā, au Farg̲h̲ānā; voir al-Samʿānī, X, 322-3), en 522/1128, parce que, …

Tungans

(554 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dungans, en chinois T’ung-kan, nom turkike donné à ces Hui (à savoir des Musulmans d’ethnie chinoise) installés au sein du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.], en particulier dans les régions de Dzungarie et de Kumul, au Nord du Sinkiang, mais nombreux aussi dans les propres provinces de la Chine du Nord-ouest comme le Kansu [ q.v.] (Gansu), le Ninghsia [ q.v.], le Shensi [ q.v.] (Shaanxi) et le Tsinghai. Les Tungans du Sinkiang étaient estimés à 92 000 au milieu des années 1940, et ils y jouèrent un rôle politique et militaire, considérable, pendant la période…

Ḳuld̲j̲a

(1,389 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou G̲h̲uld̲j̲a, aujourd’hui Ili ou I-ning, ville située dans la haute vallée fertile et riche en minerais de l’Ili [ q.v.], en Asie Centrale. Sur l’histoire médiévale de la région, voir Almali̊gh. La ville de Ḳuld̲j̲a (Ḳuld̲j̲a la Vieille) était problement en 1762 une fondation récente des Chinois après leur victoire de 1758 sur les Kalmuks [ q.v.], et ils l’appelèrent Ning-yüan-tchen. Deux ans plus tard, fut fondée, pour servir de siège au gouverneur général ( dsandsün) du Turkestan chinois, Hoi-yüantchen qui fut appelée Ḳuld̲j̲a «la Grande» ou «la Nouvelle». Le gouver…

al-Ḳunfud̲h̲a

(1,024 words)

Author(s): Grohmann, A. | Bosworth, C.E.
, port de la mer Rouge situé dans la Tihāma ou basses terres du Ḥid̲j̲āz méridional (19°8ʹ( N., 41o 04ʹ E) à l’embouchure du wādī Ḳanawnā, à 340 km. au Sud de Ḏj̲udda et à 75 au Nord de Ḥaly. Tout l’ensemble de la ville forme un grand quadrilatère entouré d’un mur fortifié en plusieurs endroits par des tours et percé de trois portes. En général, il n’y a de bâtiments en pierre que près du port, où est situé le bazar, avec ses magasins sans étage qui s’alignent de façon irrégulière; c’est là aussi que se trouvent la mosquée principale …

Ustāndār

(217 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «celui qui détient un ustān [ q.v.] ou une province», terme administratif utilisé à l’origine en Perse sāsānide pour désigner un gouverneur de province ou un fonctionnaire chargé de gérer des domaines de l’État (Voir Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber, 448). Quand les Arabes eurent conquis le ʿIrāḳ, les anciennes terres sāsānides furent transformées en ṣawafī al-ustān et administrées par des ustāndārs pour le calife ʿUmar (voir M. J. Morony, Iraq after the Muslim conquest, Princeton 1984, 68-9 et index sous ustāndār). Durant ce temps, le titre continua…

K̲h̲ayma

(5,743 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Chelhod, J. | Bosworth, C.E.
(a.) «tente». Lorsque les poètes arabes des temps anciens et les auteurs du moyen âge parlent d’une tente de nomades, ils la désignent généralement au moyen d’un terme sémitique très répandu, bayt [ q.v.], qui s’applique à une demeure quelconque, aussi bien fixe que mobile, et n’est par conséquent pas dépourvu d’ambiguϊté; bayt s̲h̲aʿar «habitation de poil» est déjà plus précis, mais cette expression est susceptible de provoquer une confusion d’un autre ordre, puisque le ductus est le même que dans bayt s̲h̲iʿr «vers de poésie»; dans la langue parlée, elle est cependant beauc…

Misāḥa

(3,635 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Burton-Page, J. | Andrews, P. A. | Réd.
(a), dans le sens de mesurage de surfaces planes, et, dans l’usage moderne, arpentage, technique de mesurage. Dans le présent article, on considérera les mesures de longueur et de surface, les mesures de capacité, de volume et de poids ayant été traitées sous Makāyīl wa-Mawāzīn. Sur la technique de mesurage, voir Misāḥa, ʿIlm al-. I. — Pays du centre du monde islamique. A l’époque pré-moderne, il y avait une série ahurissante de mesures de longueur et de surface souvent différentes localement tout en portant le même nom. Comme le note Lane avec désespoir, …

Yārkand

(2,524 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du bassin du Tarim, Turkestan Oriental, aujourd’hui dans la Région Autonome du Sinkiang/Xinjiang de la République Populaire de Chine et qui porte à nouveau en chinois le nom de So-ch’e/Shache (38° 27’ N., 77° 16’ E., altitude 1.190 m). Yārkand est située sur la rivière du même nom, qui prend sa source dans la partie septentrionale des ¶ Monts Ḳaraḳorum, près de la frontière mal définie entre le Kas̲h̲mīr et la Chine, et qui coule ensuite vers l’Est pour rejoindre le fleuve Tarim; avec ses eaux pérennes, c’est le cours d’eau le plus important qui…

Mihmān

(375 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.) littéralement «hôte», l’équivalent de l’arabe ḍayf [ q.v. EI2, II, 195a], Le terme persan se trouve dans plusieurs mots composés comme par exemple mihmāndār et mihmān-k̲h̲āna. En Perse ṣafavide, les mihmāndārs étaient des fonctionnaires désignés pour recevoir des hôtes et à leur assurer l’hospitalité, y compris les ambassadeurs étrangers et les messagers. Un grand officier de la cour, le mihmāndār-bās̲h̲ī, contrôlait les fonctionnaires subalternes. À l’époque des Ḳād̲j̲ārs, les mihmāndārs semblent avoir été nommés ad hoc. Voir des références dans les rapports des v…

Mus̲h̲īr al-Dawla

(461 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. «conseiller de l’État»), titre conféré à six hommes d’affaires dans la Perse ḳād̲j̲āre au XIXe siècle et au début du XXe, dont le dernier est Mus̲h̲īr al-dawla Ḥasan Pirniyā (m. 1935), premier ministre en 1920, vers la fin du règne des Ḳād̲j̲ārs. Tous les six servirent en qualité d’agents diplomatiques ou ambassadeurs et tous, sauf le premier, devinrent ministres des affaires étrangères à Téhéran. C’est du premier, Mīrzā Sayyid Ḏj̲aʿfar Ḵh̲ān Tabrīzī, Muhandis Bās̲h̲ī (vers 1790-1862), que nous nous occuperons ici. Il avait été un des cinq Persans envoyés…
▲   Back to top   ▲