Search

Your search for 'dc_creator:( "Rosenthal, F." ) OR dc_contributor:( "Rosenthal, F." )' returned 140 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ibn Ḥamdūn

(343 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Maʿālī Muḥammad b. al-Ḥasan, auteur d’un vaste recueil, hautement instructif, traitant d’une grande variété de sujets d’ adab et ayant pour titre al-Tad̲h̲kira; il bénéficia d’une grande popularité au cours de la période mamlūke. Né en rad̲j̲ab 495/avril-mai 1102 d’un père fonctionnaire rompu aux affaires financières et administratives et issu d’une famille qui se vantait de descendre de Ḥamdūn, ancêtre des Ḥamdānides, il entra au service du gouvernement et arriva aux fonctions de ʿāriḍ al-ʿaskar (inspecteur de l’armée) sous al-Muḳtafī et de ṣāḥib dīwān al-zimām (directeu…

al-Ḏj̲annābī

(129 words)

Author(s): Rosenthal, F.
Abū Muḥammad Muṣṭafā b. Ḥasan b. Sinān al-Ḥusaynī al-Hās̲h̲imī, auteur (Xe/XVIe s.) d’un ouvrage historique en arabe traitant en quatre-vingt deux chapitres d’autant de dynasties musulmanes et intitulé al- ʿAylam al-zāk̲h̲ir fī aḥwāl al- awāʾil wa- l- awāk̲h̲ir (titre usuel: Taʾrīk̲h̲ al- Ḏj̲annābī). Une traduction et un abrégé en turc ont été préparés par l’auteur lui-même. En l’absence d’informations sur l’origine de son mak̲h̲laṣ, on ne peut décider si la forme correcte est Ḏj̲annābī ou Ḏj̲annābī. Al-Ḏj̲an(n)ābī était issu d’une famille distinguée d’Amas…

Ḥurriyya

(6,671 words)

Author(s): Rosenthal, F. | Lewis, B.
(a.) «liberté», dérivé abstrait de ḥurr «libre» correspondant à l’hébreu ḥōr et à l’araméen ḥēr (herūṭā) et largement employé aussi dans des langues islamiques autres que l’arabe. Dès l’époque préislamique, ḥurr était connu non seulement comme terme juridique désignant le contraire de «non-libre, esclave» ( ʿabd [ q.v.]), mais aussi comme terme éthique s’appliquant à la noblesse de caractère ou de conduite. Le concept juridique de «liberté» a continué d’être employé naturellement par les juristes musulmans qui, dans les cas douteux, étaient …

S̲h̲aʿbad̲h̲a

(373 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, S̲h̲aʿwad̲h̲a (également avec d final) (a.), prestidigitation, manipulation; mus̲h̲aʿbid̲h̲/mus̲h̲aʿwid̲h̲ désignant le prestidigitateur, le magicien. Les lexicographes, à la suite d’al-Layt̲h̲ b. al-Muẓaffar [ q.v.], l’expliquent par k̲h̲iffat al-yad, uk̲h̲ad̲h̲ (pl. de uk̲h̲d̲h̲a); voir al-As̲h̲ʿarī, Tahd̲h̲īb, I, 405. Fihrist, 312, désigne comme «le premier à avoir pratiqué la s̲h̲aʿbad̲h̲a en Islam» un certain ʿAbīd/ʿUbayd al-Kayyis, auteur d’un Kitāb al-S̲h̲aʿbad̲h̲a, et cite un autre mus̲h̲aʿbid̲j̲i surnommé «Axe de meule» ( ḳuṭb al-raḥā) sur lequel on ne …

al-Bakrī

(402 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Ḥasan Aḥmad b. ʿAbd Allāh b. Muḥammad, semble être la forme la plus acceptable du nom de l’auteur présumé, ou dernier rāwī, de romans historiques relatifs aux premières années de l’Islam, qui passe aussi pour avoir écrit un mawlid et une vie imaginaire de Muḥammad. La plus lointaine biographie qui lui est consacrée se trouve chez al-Ḏh̲ahabī, Mīzān, Caire 1325, I, 53. Al-Ḏh̲ahabī, plein d’indignation, décrit al-Bakrī comme un menteur et un forgeur d’histoires, dont les ouvrages se trouvaient chez les libraires (et, probablement, se vendaient bie…

al-Azdī

(185 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū Zakariyyāʾ Yazīd b. Muḥ. b. Iyās b. al-Ḳāsim, historien de Mossoul, qui mourut en 334/945-6. Alors que l’ouvrage sur Mossoul d’Ibrāhīm b. Muḥ. b. Yazīd al-Mawṣilī, qui vécut une génération avant al-Azdī, semble avoir seulement porté sur les biographies des savants religieux, al-Azdī écrivit à la fois sur les «Classes des savants en ḥadīt̲h̲ de Mossoul» et sur l’histoire politique de la ville, sujets soit combinés dans un même ouvrage, soit traités dans deux œuvres distinctes. Son ouvrage sur les savants en ḥadīt̲h̲ est connu seulement par des citations et paraît avoir été…

Ḥamza b. al-Ḥasan [Ibn] al-Muʾaddib al-Iṣfahānī

(773 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, philologue et historien du IVe/ Xe siècle. Né vers 280/893, il mourut après 350/961 (qui est l’année au cours de laquelle sa Chronologie fut achevée; à noter aussi que ʿAḍud al-dawla, pour lequel il aurait écrit un de ses ouvrages, ne fut ainsi dénommé qu’en 351) et, dit-on, avant 360/970-1. Il passa la majeure partie de son existence dans sa ville natale d’Iṣfahān. Il fait mention de trois visites à Bag̲h̲dād, l’une en 308/920-1, et une autre, la troisième, en 323/935. Il fut en rapport avec plusieurs savants impor…

al-Fākihī

(453 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Isḥāḳ b. al-ʿAbbās, historien de la Mekke au IIIe/IXe siècle. Les savants musulmans postérieurs ne possédaient pas plus que nous de renseignements sur lui, en dehors de ceux qu’on peut tirer de son Histoire de la Mekke, dont la seconde moitié nous a été conservée dans un manuscrit unique qui se trouve à Leyde (cod. or. 463). Une petite partie de l’ouvrage a été éditée par F. Wüstenfeld dans Die Chroniken der Stadt Mekka, Leipzig 1875-61, II, 3-51. Al-Fākihī était vivant et, semble-t-il, très jeune, à l’époque où ʿAbd al-Raḥmān b. Yazīd b. Muḥam…

al-Isʿirdī

(538 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Nūr al-dīn Ibn Rustum, Muḥammad b. Muḥammad b. ʿAbd al-ʿAzīz, poète syrien du VIIIe/XIIIe siècle. Né en 619/1222 à Is’ird ou Siʿird [ q.v.] en Anatolie sud-orientale qu’il rappelle avec émotion dans son Dīwān, il vécut à Bag̲h̲dād et fit un voyage en Égypte, mais il paraît avoir passé la majeure partie de sa vie d’adulte à Damas (et al-Ṣāliḥiyya). Le ḳāḍī Saḍr al-dīn Ibn Sanī al-dawla (590-658/1194-1260), pour lequel il exprime un mordant mépris, fit de lui un témoin instrumentaire officiant sous la fameuse horloge de la grande-mosquée de Damas. Il gagna…

Ibn Sayyid al-Nās

(599 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Fatḥ al-dīn Muḥammad b. Muḥammad al-Yaʿmurī al-Is̲h̲bīlī, biographe du Prophète. Il appartenait à une famille de savants distingués qui, établie à Séville, avait été obligée d’en partir par suite de l’instabilité de la situation politique qui devait aboutir à la conquête de la ville par les Chrétiens en 646/1248. Le grandpère, Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad, né en 597/ 1200-1, s’était établi à Tunis, où il mourut en rad̲j̲ab 659/juin 1261 (cf. al-Ḏh̲ahabī, ʿIbar, V, 255). Son fils, Muḥammad, né en d̲j̲umādā II 645/octobre 1247, commença ses études avec son père à Tunis et à ¶ Bougie, et les …

Ibn S̲h̲arya

(754 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAbīd/ʿUbayd al-Ḏj̲urhumī, sage du passé et transmetteur présumé de légendes historiques. On n’est pas sûr de la forme de son nom: les manuscrits semblent hésiter entre ʿAbīd et ʿUbayd, et l’on trouve aussi, erronément, ʿUmayr (Ibn al-At̲h̲īr, Usd al-g̲h̲āba, Būlāḳ 1286, III, 351; Ibn Ḥad̲j̲ar, Iṣāba, Calcutta 1856-73, III, 201). La forme S̲h̲arya est confirmée par le mètre d’un vers (cf. O. Löfgren, Ein Hamdānī-Fund, Uppsala Universitets Ȧrsskrift, VII (1935), 24; Hamdānī, Iklīl, éd. Löfgren, Uppsala 1954, 6), mais Ibn Ḥad̲j̲ar penche pour S̲h̲ariyya; on trouve ég…

al-Tallaʿfarī

(533 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad b. Yūsuf b. Masʿūd b. Sālim, poète mineur, mais apprécié, de l’époque ayyūbide, né à Mawṣil le 25 d̲j̲umādā II 593/15 mai 1197 et mort à Ḥamāt le mercredi, 10 s̲h̲awwāl 675/17 mars 1277. Il se disait d’origine arabe, ayant pour ancêtres les Banū S̲h̲aybān [ q.v.]. Son père, connu sous le nom ¶ d’Ibn ʿUrrād̲j̲, né à Tallaʿfar (Tallyaʿfar) près de Mawṣil en 560/1165, et mort à Naṣībīn le mardi 3 muḥarram 615/(dimanche!) 1er avril 1218, avait une bonne éducation, c’était un poète et un érudit en histoire ancienne d’Arabie et de Perse avec de fortes…

al-Birzālī

(942 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAlam al-dīn al-Ḳāsim b. Muḥammad b. Yūsuf, aussi appelé Ibn al-Birzālī, historien et muḥaddit̲h̲ syrien, né à Damas en d̲j̲umādā I ou II 665/février-mars 1267; on pourrait faire état de la date plus ancienne de 663/1265, parfois mentionnée, mais al-Birzālī lui-même soutint nettement qu’il était né en 665. Ses ancêtres étaient des Berbères des Banū Birzāl [ q.v.]; son arrière grand-père Zakī al-dīn Muḥammad b. Yūsuf (né vers 577/1181-82, m. à Ḥamāt en 636/1239), s’était établi en Syrie au début du VIIe/XIIIe siècle. La nisba d’al-Is̲h̲bīlī, qui fait suite au nom de Zakī al-dīn…

Ḥās̲h̲iya

(553 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, pl ḥawās̲h̲ī, désigne en arabe: (1) la marge (des pages dans [ , ʿalā, bi-] laquelle des notes pouvaient être écrites), puis (2) la note marginale elle-même (ou une «note» en général), et finalement (3) au singulier, certainement comme marque de modestie, la glose, dans les titres d’ouvrages indépendants — et parfois d’une certaine longueur — constituant des commentaires sur des sujets traités par des auteurs antérieurs. Cette dernière acception est relativement tardive: aucun des 150 titres environ enregistrés dans Brockelmann, S III, 892-4, n’est antérieur au VIIIe/XIVe siècl…

Muḳābala

(2,318 words)

Author(s): Hartner, W. | Rosenthal, F. | Heinrichs, W.P.
(a.), terme technique usité dans plusieurs disciplines différentes. I. En astronomie, il correspond au gr. διάμετροΣ (dans l’Almageste ἀκρόνυκτοΣ), lat. oppositio, et désigne l’opposition d’une planète avec le Soleil ou aussi de deux planètes entre elles. Dans l’opposition, la différence de longitude entre les deux corps célestes est de 180°; tandis que la terminologie moderne n’a pas coutume, à cet égard, de tenir compte des variations de latitude par rapport à l’écliptique, al-Battānī signale expressément ( Opus astronomicum, éd. Nallino, III, 196), que la véritable muḳābala n…

Asāṭīr al-Awwalīn

(631 words)

Author(s): Rosenthal, F.
«histoires des anciens», expression qui revient neuf fois dans le Ḳurʾān (VI, 25, VIII, 31, XVI, 24/26, XXIII, 83/85, XXV, 5/6, XXVII, 68/70, XLVI, 17/16, LXVIII, 15 et LXXXIII, 13 (voir aussi Ḵh̲alḳ) «et exclusivement mise dans la bouche des incroyants . . . qui s’expriment contre la révélation ḳurʾānique ou, plus précisément, contre la doctrine de la Résurrection en faisant allusion aux asāṭīr des (générations) passées où l’on peut trouver des choses semblables et, à leur avis, niaises, qui ne sont pas admises» (R. Paret, Der Koran, Kommentar, Stuttgart 1971, 137). Les commentate…

al-Kāfiyad̲j̲ī

(531 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Muḥyī l-Dīn Muḥammad b. Sulaymān al-Ḥanafī, savant du IXe/XVes. et auteur fécond en de nombreux domaines. Né en, ou plutôt après 788/1386-7 au Ṣarūk̲h̲ān [ q.v.] dans une localité appelée Kökd̲j̲ekī et située apparemment près de Bergame, ainsi que l’indique sa nisba additionnelle d’al-Barg̲h̲amī, il partit pour l’Égypte après 830/1427 où il fut rapidement admis dans les milieux savants les plus élevés. Čaḳmaḳ le nomma professeur à la Zāwiyat al-As̲h̲raf S̲h̲aʿbān et, par la suite, l’éleva au décanat académique ( mas̲h̲yak̲h̲at al-tadrīs) de la turba de S̲h̲aʿbān; un poste iden…

Fīt̲h̲āg̲h̲ūras

(1,550 words)

Author(s): Rosenthal, F.
ou Fūt̲h̲āg̲h̲ūras (rarement Būt̲h̲āg̲h̲ūras ou autres translittérations individuelles), Pythagore. le philosophe grec du VIe ¶ siècle avant J.-C, figure aussi célèbre et aussi insaisissable en Islam qu’en Occident. La distinction entre l’homme et l’école, ou les écoles portant son nom est parfois sentie, naturellement, mais jamais réellement comprise, et aucune véritable discrimination n’a été opérée. Les circonstances en partie historiques, mais pour la plupart légendaires, de sa vie ont été connues très en détail par un long sommaire de sa biogra…

Abū Nuʿaym al-Faḍl b. Dukayn al-Mulāʾī

(412 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, spécialiste de ḥadīth et informateur historique (né en 130/748, m, le 29 s̲h̲aʿbān 219/8 sept. 834). Client de la famille de Ṭalḥa, le compagnon de Muḥammad, il vivait à Kūfa et faisait à l’occasion des visites à Bag̲h̲dād où il fut un jour reçu par al-Maʾmūn. Le nom véritable de Dukayn, était, dit-on, ʿAmr. On trouve mentionnés un fils d’Abū Nuʿaym, ʿAbd al-Raḥmān (peut-être l’auteur du commentaire du Ḳurʾān cité dans Fihrist, 34), et un petit-fils, Aḥmad b. Mīt̲h̲am. Abū Nuʿaym est considéré comme un transmetteur de traditions très digne de confiance. On loue beaucoup é…

Yūnān

(1,530 words)

Author(s): Rosenthal, F.
se réfère aux anciens Grecs, et transcrit le nom «Ioniens». Yūnānī signifie Grec/grec (nom et adjectif) et al-yūnāniyya ou, moins courant, al-yūnānī (avec ou sans lug̲h̲a ou lisān), la langue grecque ancienne. La vocalisation yūnānī, au lieu de yawnānī préférée par certains (cf. al-Tawḥīdī, Baṣāʾir, édit. W. al-Ḳāḍī, Beyrouth 1408/1988, VIII, 11), est la forme qu’al-Samʿānī dit être généralement acceptée ( Ansāb, édit. Ḥaydarābād, XIII, 536) et pourrait avoir été préférée parce qu’elle suit le schème arabe fuʿlān. L’ancienne désignation de Ioniens pour les «Grecs» au Pro…

al-Mubas̲h̲s̲h̲ir b. Fātik

(712 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Wafāʾ, historien et savant égyptien du Ve/XIe siècle. D’origine syrienne à ce qu’on dit, il passa apparemment toute sa longue vie en Égypte. Il vécut et travailla probablement à titre privé, et il peut avoir entretenu des liens avec les cercles dirigeants du pays. En plus de l’histoire, il s’intéressait aussi, entre autres, à la philosophie et à la médecine. Il est censé avoir travaillé dans ces domaines avec des maîtres tels qu’Ibn al-Hayt̲h̲am et Ibn Riḍwān; un médecin juif du nom d’Ibn Raḥmūn…

As̲h̲ʿab

(257 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, surnommé «le Cupide», comédien médinois qui évolua dans l’entourage des petitsenfants des quatre premiers califes, et réussit particulièrement dans sa profession au cours des premières années du IIe/VIIIe siècle. Il aurait vécu jusqu’en 154/771. Les renseignements historiques à son sujet sont assez abondants; quoique entachés de beaucoup de légendes, ils nous permettent d’avoir un aperçu de la vie d’un amuseur professionnel à l’époque umayyade. Les histoires et les plaisanteries attachées à son nom ont trait à la politiq…

al-S̲h̲ayk̲h̲ al-Yūnānī

(370 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, surnom de l’un des protagonistes de la transmission à l’Islam de la pensée autoritative néoplatonicienne, basée sur la traduction de larges sections des livres IV à VI des Ennéades de Plotin. Des fragments sous cet intitulé ont été retrouvés, qui ne permettent pas toutefois la reconstitution de la forme et du contenu de cet ouvrage. On ne saurait décider davantage si le surnom d’al-S̲h̲ayk̲h̲ al-Yūnānī cache un philosophe donné, ni même s’il a à voir avec la totalité de la source arabe plotinienne perdue. L’éventail de sens du mot s̲h̲ayk̲h̲ [ q.v.] donne le choix entre «le Maître gr…

al-Ḏj̲awwānī

(604 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū ʿAlī Muḥammad b. Asʿad, généalogiste et historien arabe, né en 525/1131, m. en 588/1192. La famille Ḏj̲awwānī prétendait descendre de ʿAlī par un fils de ʿUbayd Allāh b. al-Ḥusayn b. ʿAlī b. al-Ḥusayn b. ʿAlī b. ʿAlī b. Abī Ṭālib. Cette généalogie était bien établie au moins dès la première moitié du IVe/Xe s., au moment où Abū l-Farad̲j̲ al-Iṣfaḥānī ( Maḳātil al-Ṭālibiyyīn, Caire 1368/1949, 193, 435, 438) rapporte des informations historiques reçues personnellement de ʿAlī b. Ibrāhīm al-Ḏj̲awwānī. lui-même généalogiste et huitième ancêtre direct de no…

Taṣḥīf

(982 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.), faute d’orthographe, synonyme de taḥrīf (moins l’usage spécifique de ce dernier, [ q.v.]), malgré de sporadiques tentatives pour établir artificiellement une distinction entre eux. Alors que sa signification est sans ambiguïté, la dérivation du mot l’est moins. Son rapport avec ṣ-ḥ-f dans le sens (sud-sémitique à l’origine) d’«écrire» [voir Muṣḥaf] peut être admis pour certain; la connotation négative pourrait refléter une position négative envers tout écrit comme envers l’oralité, plutôt qu’un sens privatif de la deuxième forme du verbe. Il n’est pas exclu que taḥrīf ait …

Sīfawayh al-Ḳāṣṣ

(286 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, humoriste du IIe VIIIe siècle. Ḳāṣṣ [ q.v.] «conteur», est employé ici comme il n’était pas rare au même sens que d’autres termes moins ambigus désignant un «plaisantin». Il est aussi dépeint comme le prototype du mug̲h̲affal «farceur irresponsable». Il est impossible de décider si son surnom doit être lu Sīfawayh ou Sayfawayh, et son identification à un autre ḳāṣṣ du nom de ʿAbd al-ʿAzīz, suggérée par le récent éditeur des Ḳuṣṣāṣ d’Ibn al-Ḏj̲awzī, est sujette à caution. Sīfawayh est crédité de plaisanteries et de commentaires à connotation sociale, y compris de r…

Ibn al-At̲h̲īr

(1,878 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, nom de famille (porté par un certain nombre de familles sans lien, semble-t-il, entre elles) qui a acquis un lustre immense et mérité grâce à trois frères, Mad̲j̲d al-dīn, ʿIzz al-dīn et Ḍiyāʾ al-dīn, qui se firent respectivement une renommée littéraire dans la philologie et les études religieuses, l’historiographie et la critique littéraire. Leur père, Muḥammad b. ʿAbd al-Karīm (souvent appelé, mais de façon apparemment incorrecte, Muḥammad b. Muḥammad b. ʿAbd al-Karīm), qui vécut durant la plus grande partie du VIe/XIIe siècle, était un haut fonctionnaire des Zangides de…

Abū ʿArūba

(219 words)

Author(s): Rosenthal, F.
al-Ḥusayn b. Abī Maʿs̲h̲ar Muḥammad b. Mawdūd al-Sulamī al-Ḥarrānī, savant de Ḥarrān en matière de ḥadīt̲h̲ (né vers 222/837, m. en 318/930-1). On ne sait pratiquement rien sur sa vie à l’exception des noms de ses maîtres et de ses élèves, parmi lesquels figurent des personnages très connus. On dit qu’il fut juge ou muftī de Ḥarrān. Une source (Ibn ʿAsākir apud Ḏh̲ahabī) déclare qu’il était partisan des Umayyades: Selon le Fihrist, 230, Abū ʿArūba n’écrivit qu’un ouvrage, recueil de traditions transmises par ses maîtres. Ce livre semble être identique aux Ṭabaḳāt qui sont mentionnées …

al-Maḳrīzī

(1,217 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taḳī l-dīn Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAlī b. ʿAbd al-Ḳādir (766-845/1364-1442), historien égyptien. Son père (m. 779/1378) ayant, à l’âge de 50 ans, épousé une fille du riche philologue et juriste Ibn al-Ṣāʾig̲h̲ (m. 776/1375), il naquit au Caire, sans doute en 765/1363-4. Sa nisba provient d’un quartier de Baʿlabakk d’où la famille de son père était originaire. Son grand-père paternel, ʿAbd al-Ḳādir b. Muḥammad (vers 677-733/1278-1322; voir Ibn Ḥad̲j̲ar, Durar, II, 391-2) était ḥanbalite, son grand-père maternel, qui exerça une certaine influence sur sa première édu…

Ḳimār

(2,057 words)

Author(s): Rosenthal, F.
est le terme islamique le plus courant pour désigner les jeux d’argent et de hasard strictement interdits par le droit musulman. Cette prohibition a été entraînée par la mention, dans le Ḳurʾān (II, 219/216 et V, 90 sq./92 sq.), du maysir [ q.v.], que ʿAbd Allāh b. ʿUmar (cf. al-Buk̲h̲ārī, al-Adab al-mufrad, Caire 1375, 325) est déjà supposé avoir expressément assimilé au ḳimār en général. C’est bien rarement, et pour le simple plaisir de discuter, que des voix s’élevèrent pour mettre en question la précédente supposition et celle qui consistait à considér…

Nard

(985 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.), terme d’origine persane désignant le jeu de trictrac. La forme attestée dans des traités en pehlévi, nēv-artak̲h̲s̲h̲ēr «courageux Ardas̲h̲īr», a été contractée en nardas̲h̲īr (largement attesté en arabe) puis abrégée en nard. Cette évolution est tout à fait probable (cf. par ex. le toponyme Nēw Hormizd Ardas̲h̲īr > Narmas/s̲h̲īn; voir R. N. Frye, dans JSAI, XIII (1990), 40); néanmoins, les doutes soulevés par T. Nöldeke ( Persische Studien, dans SBAK Wien, Philos.-hist. Classe, CXXVI (1892), 25-6) restent valables, surtout du fait que l’occurrence probableme…

Ibn Ḳuṭlūbug̲h̲ā

(742 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ḳāsim b. Ḳuṭlūbug̲h̲ā al-Ḥanafī, savant égyptien en ḥadīt̲h̲ et en droit. Il naquit en muḥarram 802/septembre 1399; il perdit son père, Ḳuṭlūbug̲h̲ā, affranchi de Sūdūn al-S̲h̲ayk̲h̲ūnī (m. 798/1396), alors qu’il était encore jeune. Dans sa jeunesse, il assura sa subsistance en exerçant le métier de tailleur, mais s’engagea de bonne heure dans ses études religieuses qu’il poursuivit sa vie durant. Un de ses premiers maîtres fut ʿIzz al-dīn Ibn Ḏj̲amāʿa (m. 819/1416) et son principal s̲h̲ayk̲h̲ fut Ibn al-Humām (m. 861/1457). Comme tous les futurs savants de l’époque, …

Nasab

(1,832 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.) «relation, ascendance, généalogie», désigne le principe fondamental d’organisation sociale chez les Arabes, qui remonte aux temps les plus reculés. Comme aucun terme apparenté n’a encore été déterminé dans d’autres langues sémitiques, il n’est pas tout à fait invraisemblable de proposer une parenté préhistorique entre les racines s. b. b et n.s.b. qui se reflète inconsciemment dans le parallélisme de nasab et sabab «corde, relation» du ḥadīt̲h̲ (Concordance, II, 388). La généalogie fournit la validation historique de la parenté et de tout ce qu’elle implique.…

Ibn Abī Ṭāhir Ṭayfūr

(802 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Faḍl Aḥmad, littérateur et historien de Bag̲h̲dād. Né en 204/819-20, dans une famille d’origine persane, il débuta comme professeur et établit sa résidence définitive au marché des Libraires, dans le quartier oriental de Bag̲h̲dād, s’engageant ainsi dans une carrière littéraire qui le mit en contact avec nombre de littérateurs éminents et de hauts fonctionnaires et qui se traduisit par la composition d’une cinquantaine d’ouvrages. Il était également poète, et ses vers provoquèrent des criti…

Ibn al-ʿImād

(149 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAbd al-Ḥayy b. Aḥmad, professeur syrien de l’école ḥanbalite (1032-89/1623-79), acheva, en 1080/1670, une importante histoire biographique intitulée S̲h̲ad̲h̲arāt al-d̲h̲ahab fī ak̲h̲bar man d̲h̲ahab, qui suit un ordre annahstique et s’étend de l’an un à 1 000. Quoique des événements historiques y soient parfois mentionnés, l’ouvrage comporte surtout des notices nécrologiques souvent assez détaillées. L’intention de l’auteur était ainsi ¶ de venir en aide aux écoliers pauvres comme lui-même, et qui n’avaient pas la possibilité de se constituer une imp…

al-Fāsī

(977 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taḳī al-dīn Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAlī al-Makkī al-Ḥasanī al-Mālikī (775-832/1373-1429), historien de la Mekke;par ses liens familiaux et son éducation, il était tout à fait qualifié pour composer son œuvre éminente d’historien de sa ville natale. Son père Aḥmad (754-819/1353-1416) avait reçu une excellente éducation de savant et avait épousé une fille du juge suprême de la Mekke, Abū l-Faḍl Muḥammad b. Aḥmaḍ b. ʿAbd al-ʿAzīz al-Nuwayrī; une de ses filles, demi-sœur de l’historien, fut mariée en premières noces, pendant un court laps de temps, à l’ amīr de la Mekke, Ḥasan b. ʿAd̲j̲…

Ras̲h̲wa

(1,043 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.) ou, apparemment préférés par les puristes, Ris̲h̲wa/Rus̲h̲wa. pl. rus̲h̲ā, p. ris̲h̲wat, ris̲h̲we, rus̲h̲wa, t. rüşvet, terme juridique pour «potde-vin». Comme le français «pot-de-vin» ou l’anglais «bribe», la connotation est absolument négative, et tout ce qui est qualifié de ras̲h̲wa est strictement interdit par la loi. Le mot lui-même n’apparaît pas dans le Ḳurʾān. Des passages de portée générale comme II, 188 et V, 42, 62-3 ( suḥt) ont été interprétés comme impliquant l’interdiction d’accepter les pots-de-vin. Cependant, le ḥadīt̲h̲ met les choses parfaitement au …

Ibn ʿAbd al-Ḥakam

(945 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, appellatif du fils et de quatre petits-fils de ʿAbd al-Ḥakam (qui serait mort en 171/787-8), famille riche et influente de juristes et d’historiens de l’Égypte du IIIe/IXe siècle. Les Banū ʿAbd al-Ḥakam sont parmi ceux qui introduisirent le Mālikisme en Égypte, tout en étant intimement liés avec al-S̲h̲āfiʿi [ q.v.] à qui ils fournirent les premiers fonds nécessaires à son séjour dans ce pays; al-S̲h̲āfiʿi serait mort dans leur maison (Ibn Farḥūn, 134), et il fut enterré dans leur propriété de famille. Par la suite, ils se dissocièrent cepend…

Ibn Yūnus

(122 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū Saʿīd ʿAbd al-Raḥmān b. Aḥmad al-Ṣadafī (né en 281/894, mort le lundi 26 d̲j̲umādā II 347/14 septembre 958, qui était cependant un mardi), petit-fils de l’un des plus anciens partisans d’al-S̲h̲āfiʿī, le célèbre Yūnus b. ʿAbd al-Aʿlā, et père de l’astronome [voir art. suivant]. Il écrivit un ouvrage sur les savants égyptiens et un autre sur les étrangers de passage en Égypte ou établis dans le pays. Ces deux ouvrages qui furent des sources d’information souvent utilisées par des auteurs postérieu…

Baḥs̲h̲al

(279 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Aslam b. Sahl al-Wāsiṭī al-Razzāz, auteur d’une Histoire de Wāsiṭ. On ne connaît rien de sa vie, excepté les noms de quelques-uns de ses maîtres, notamment Wahb b. Baḳiyya (155-239/772-853), son grand-père maternel supposé (mais cf. al-Ḵh̲aṭīb al-Bag̲h̲dādī, Taʾrīk̲h̲ Bag̲h̲dād, XIII, 488 3-4 ), et la date approximative de sa mort, entre 288/901 et 292/904-05. L’ Histoire de Wāsiṭ nous est parvenue dans un manuscrit incomplet du Caire (Taymūr, taʾrīk̲h̲, n° 1 483) qui a eu une intéressante histoire et possède une valeur considérable de souvenir. C’est l’histoire…

Ibn Manda

(1,275 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, célèbre famille d’historiens et de traditionnistes d’Ispahan dont l’activité se manifesta durant près de trois siècles. Elle descendait d’un fonctionnaire sāsānide, Ḏj̲ahārbuk̲h̲t, qui serait devenu musulman au moment de la conquête, et devait son nom à Ibrāhīm (Manda) b. al-Walīd b. Sanda b. Buṭṭa b. ustandār al-Fērōzān b. Ḏj̲ahārbuk̲h̲t, dont la mort se situerait sous le califat d’al-Muʿtaṣim (Abū Nuʿaym, History of Iṣfahan, éd. S. Dedering, I, 178; al-Ḏh̲ahabī, Tad̲h̲kirat al-ḥuffāẓ, Ḥaydarābād 1333-4, III, 221). Son fils, Abū Zakariyyāʾ Yaḥyā, est considéré c…

Intiḥār

(2,194 words)

Author(s): Rosenthal, F.
«suicide», idée exprimée plus techniquement en arabe par ḳatl nafs + pronom affixe (par opposition à ḳatl nafs — ou al-nafs «homicide»), A l’origine, et notamment dans le ḥadīt̲h̲, intiḥār désigne le fait de se suicider en se perçant ou tranchant la gorge, mais à une époque indéterminée, quoique probablement très ancienne, ce terme fut étendu au suicide en général; c’est avec ce sens qu’il est employé en arabe moderne, en turc et en persan. Le Ḳurʾān renferme plusieurs passages (II, 54/ 51, IV, 66/69, XVIII, 6/5) qui pourraient être interprétés (mais, en fait, ne le so…

al-Ṣafadī

(2,032 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ṣalāḥ al-dīN K̲h̲alīl b. Aybak, Abū l-Ṣafāʾ al-Albakī (696-764/1297-1363), philologue, critique littéraire et homme de lettres; biographe et humaniste universel. Ṣafad était sa ville natale. Son père, al-Amīr ʿIzz al-dīn Aybak (b. ʿAbd Allāh) était d’origine turque; la nisba al-Albakī, du nom d’un mamlūk appelé Albakī, semble lui avoir appartenu. Nous pouvons déduire de l’absence apparente de toute mention à son sujet par son fils qu’al-Ṣafadī le considérait comme étant un personnage quelconque. Les relations avec son père semblent avoi…

Ibn al-Dāya

(764 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Aḥmad b. Yūsuf b. Ibrāhīm, historien tūlūnide. Son père Yūsuf était un frère de lait du calife al-Muʿtaṣim et un collaborateur administratif d’Ibrâhlm b. al-Mahdī; à ce titre, il était au centre de la vie intellectuelle à Bag̲h̲dād et Sāmarrā et comptait parmi ses connaissances nombre ¶ d’hommes de lettres et de médecins; après la mort d’Ibn al-Mahdī, en 224/839 (et sans doute aussi à cause de sa mort), il quitta Sāmarrā pour se rendre à Damas d’où il repartit, semble-t-il, pour l’Égypte où, dès lors, il ne cessa de résider. Comme il était…

Dawla

(1,399 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, mot arabe désignant la période d’un règne ou d’un pouvoir individuel, mais aussi souvent employé dans le sens de dynastie. La racine DWL apparaît en accadien ( dālu «errer sans but», The Assyrian Dictionary, III, 59) et en syriaque ( dāl «mouvoir, remuer», Brockelmann, Lex. Syr.2, 144b); cependant, le sens fondamental de l’arabe DWL est clairement «tourner, alterner» (en rapport avec DWR?). Le Ḳurʾān porte: nudāwiluhā «Nous les (les jours) faisons alterner» (III, 140/134) et dūlatan «quelque chose dont la possession est ¶ transmise» (LIX, 7/7). En outre, le ḥadīt̲h̲ emploie adāla «fa…

al-Diyārbakrī

(294 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ḥusayn b. Muḥammad b. al-Ḥasan, auteur, au Xe/XVIe siècle, d’une histoire, jadis populaire, de Muḥammad, intitulée Taʾrīk̲h̲ al-k̲h̲amīs fī aḥwāl nafs nafīs, conservée dans de nombreux manuscrits et imprimée deux fois (Caire 1283, 1302). L’ouvrage contient, en plus, un bref résumé de l’histoire musulmane postérieure. La brève énumération des souverains ottomans, à la fin de l’ouvrage, se termine, dans certains manuscrits, sur Süleymān Ḳanūnī, mais généralement sur Murād III (982/1574). On attribue également à l’aut…

al-Farg̲h̲ānī

(260 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, nom porté par deux historiens du IVe/Xe siècle, Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. Aḥmad b. Ḏj̲aʿfar (282-362/895-973) et son fils Abū Manṣūr Aḥmad b. ʿAbd Allāh (327-98/939-1007). L’arrière-grand-père de ʿAbd Allāh avait été ramené du Farg̲h̲āna au ʿIrāḳ, et s’était converti à l’Islam sous al-Muʿtaṣim. ʿAbd Allāh lui-même était un élève du grand Ṭabarī, dont il nous conserva les œuvres; il atteignit un grade élevé dans l’armée. Il se rendit en Égypte où il semble que son fils soit né, et où il se fixa avec sa famille. Il rédigea une suite à l’ouvrage historique d’al-Ṭabarī, sous le titre al-Ṣila ou a…

Mandīl

(1,289 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(forme normalisée: mindīl, du latin/grec mantēl (e, - um, - ium) est entré en arabe à l’époque préislamique, probablement par l’araméen, et est resté en usage jusqu’à nos jours. Ce terme désignait principalement un mouchoir, une serviette de table ou de toilette, mais il était généralement senti comme signifiant «pièce d’ étoffe» et employé par exemple pour des objets servant à couvrir ou à porter quelque chose ou une partie de vêtement sans coutures. De nombreux autres mots étaient disponibles dans les langues islamiques comme synonymes de mandīl dans ses acceptions tant spécifiq…

Ibn al-Dubayt̲h̲ī

(365 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ḏj̲amāl al-dīn Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Saʿīd b. Yaḥyā, historien ʿirāḳien, né à Wāsiṭ le dimanche 26 rad̲j̲ab 558/ 30 juin 1163, m. à Bag̲h̲dād le lundi 8 rabīʿ II 637/ 7 oct. 1239. Son histoire de Wāsiṭ n’a pas survécu; son histoire de Bag̲h̲dād, appelée soit d̲h̲ayl, soit mud̲h̲ayyal et conservée en mss séparés, fait suite à l’ouvrage d’aI-Samʿānī qui était déjà une continuation du Taʾrīk̲h̲ Bag̲h̲dād d’al-Ḵh̲aṭīb al-Bag̲h̲dādī; strictement biographique, elle contient les biographies de personnages morts après al-Samʿānī (562/ 1166), ou que ce dernier avai…

Ibn al-Tiḳtaḳā

(385 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ṣafī al-dīn Muḥammad b. ʿAlī, historien ʿirāḳien, descendant d’al-Ḥasan b. ʿAlī par Ibrāhīm al-Ṭabāṭabā. Il naquit, semble-t-il, peu après la prise de Bag̲h̲dād par les Mongols car il n’en parle pas comme s’il en avait été personnellement témoin. Son père, Tād̲j̲ al-dīn ʿAlī b. Muḥammad b. Ramaḍān, naḳīb principal des ʿAlides, avait acquis une grande fortune et beaucoup d’influence, mais il perdit à la fois la vie et ses biens dans le jeu d’intrigues politiques qu’il mena contre les frères ʿAlāʾ al-dīn et S̲h̲ams al-dīn al-Ḏj̲uwaynī ([ q.v.]; Ibn ʿInaba, ʿUmdat al-ṭālib, Nad̲j̲af 138…
▲   Back to top   ▲